Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 06:21
ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE

En bleu à droite, le Dr Alain Frére Maire de Tourrettes Levens Conseiller General fondateur du cirque de Monte Carlo

« Il était une fois Marilyn » est une fiction qui a pour cadre un club de jazz new-yorkais, dans les années 50. C’est là que se produit une certaine Marilyn, dont le style glamour et sensuel va faire des ravages. La rétrospective passe en revue ses plus grands standards avec une grande place accordée à la danse, sur un rythme passionné et une grande élégance de jeu.

ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE
ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE

Le spectacle évoque toutes les facettes de la personnalité de la star, dans une ambiance très intimiste, remplie d’émotions. Le rôle est confiée à Caroline Pascaud-Blandin et son Big Band de musiciens très professionnels. Cette artiste niçoise est bercée depuis sa tendre enfance par la guitare de son père aux accents exotiques, sa mère lui enfila ses premières ballerines dès l’age de quatre ans direction l’opéra de Nice.

ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE

CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

Artiste pluridisciplinaire, musique, danse, comédie, Caroline a travaillé dans tous ces domaines. Attirée très jeune par la voix puissante de Dionne Warwick, par la funk, par la soul, elle chante dès son arrivée à Paris, en 1987, dans des clubs de jazz, aux Bouchons, au Bilboquet ou au Petit Journal Montparnasse. Caroline accompagne aussi comme choriste ou danseuse, une foule d’artistes : Liane Foly, Etienne Daho, Sacha Distel, Carole Fredericks, Mylène Farmer, Mariah Carey, Michel Sardou, Sylvie Vartan et Johnny Hallyday, Glorya Gaynor, Georges Benson, Julio Inglesias.

ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE

CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

Pour le petit écran, elle a donné la réplique à Catherine Allégret dans une série produite par TF1. Et, sur les planches, on la vue dans La Vie en bleu, une comédie musicale racontant la vie de Pablo Picasso, signée Robert Hossein, où elle incarnait la grande Gertrude Stein. Puis avec Alexandre Arcady dans « Les enfants du soleil. Le Rouret proposait une pointure pour ce spectacle de Marilyn et totalement gratuit.

ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE
ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE

Marilyn Monroe, icône absolue d'Hollywood et archétype de la bombe blonde glamour, est morte il y a plus de 50 ans, mais son aura ne s'éteint pas. Marilyn n'était pas la première pin-up d'Hollywood. Elle n'était même pas réellement blonde. Mais du petit pull rouge moulant de ses premières photos aux poses dénudées de Playboy et à la robe plissée qui n'en finit plus de se soulever sur une bouche de métro new-yorkais, l'image de la jeune femme d'abord connue sous le nom de Norma Jean Baker a envahi l'Amérique et le monde.

ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE

Ses frasques et ses mariages ont occulté la liste de ses films, mais son image de sex-symbol est toujours révérée par les pop stars, les actrices et le monde de la mode. Elle incarne le glamour, sa beauté est mythique, le n°5 de Chanel lui doit beaucoup: plus qu'une actrice, Marilyn Monroe est un poème, une histoire, la féminité même. Son histoire torturée et ses amours compliquées ont également contribué à forger le mythe et fascinent toujours autant. 

ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE
ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE

C’est en 1947 que Howard Hughues l’engage dans sa société cinématographique, avec un premier contrat jusqu’a ceux qui la rendront la plus célèbre : Certains l’aime chaud, Niagara, la rivière sans retour, les désaxés et une trentaines d'autre film. C’est sur la demande du réalisateur d’une publicité qu'elle doit se teindre les cheveux en blond, couleur qu’elle ne quittera plus jamais et qui a participé à son ascension. Elle enchaîne les pubs et les photos pour les magazines. Marilyn assume ce qu’elle fait et avoue : « L'idée d'être un symbole me déplaît, mais si je dois être le symbole de quelque chose je préfère que ce soit du sexe ». Elle se dessine son fameux grain de beauté au crayon. Au fur et à mesure des années, Marilyn se crée, s’imagine, s’invente. Elle prend de plus en plus ses distances vis-à-vis d’elle-même pour devenir star. 

ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE

Elle se fabrique pour faire carrière, mais aussi parce qu’il faut qu’elle s’aime dans la glace. Elle a besoin de se refléter dans une image de perfection absolue. « Je ne veux pas être riche. Je veux être merveilleuse ». Le succès de la jeune femme est commensurable, elle apparait partout. Sa vie personnelle et sentimental est chaotique, marié a l’âge de 16 ans a James Dogherty, elle divorcera et se remarira a 2 reprise avec Joe DiMaggio et Arthur Miller. Elle séduira tout les hommes et même le Président des Etats-Unis d’Amérique J.F.Kennedy.

ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE
ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE

Sa popularité, lui a offert une vie de rêve, mais elle était fragile et dépressive. Elle séduit hollywood pour son physique et non pour son talent, alors que son talant était vraiment immense. Ses rôles était principalement la blonde stupide stéréotyper, alors quelle était intelligente, cultiver, intéressante et sensible. C’est le succès qui la mène a sa perte le 5 aout 1962, retrouvée nue dans sa maison, les autopsie croient au suicide. Elle prenait des anti dépresseur et des somnifères quotidiennement. Sa mort reste toujours un mystère.

ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE

Abîmée, ravagée par l'image de celle qu'elle a elle-même créée, Marilyn veut, plus que quiconque peut-être, "être enfin prise au sérieux". Tout en continuant, pourtant, à se perdre dans l'alcool, les drogues et les médicaments. "Elle était une poète au coin de la rue essayant de réciter ses vers à une foule qui lui arrachait ses vêtements", dira, plus tard, celui qui fut son dernier compagnon de vie. C'est ce drame-là, cette complexité-là, qui nous rend Marilyn Monroe si attachante et, au fond, si vivante, plus de cinquante ans après sa disparition.

ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE

Son drame est d'être restée prisonnière de son image. Loin des mots qui lui auraient permis de dire qui elle était. Elle qui devenait l’icône d’Hollywood pour sa beauté, est rester un symbole dans le monde du showbizz, et  dans la mémoire de tous. Elle est toujours considérée comme la femme la plus belle du monde..

ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE

Malgré sa disparition, elle reste l’objet de toute les interrogation sur sa personnalité, elle détient 49 biographie, elle recouvre plus de 137 magazines, et est la muse de plusieurs artistes musicaux telle qu’Elton John et Madonna, les chansons de ses films comme : I wanna be loved by you et son poupoupidou reste sur toute les bouches: Elle faist l’objet de toute les sujets dans tout les domaines, Andy Wahrol en fait l’une de ses plus grande œuvre pop art en 1964. Celle qui fut tant copiée reste pourtant inimitable. Disparue trop tôt, elle en est devenue éternelle, défiant l’oubli et traversant les époques.

ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE

SES ROBES DE LEGENDE

La robe ivoire en crêpe plissé 

Si la scène mythique de la bouche de métro sur le tournage de Sept ans de réflexion est gravée dans les mémoires, c'est sans doute grâce à la robe de Marilyn Monroe. On se demande encore comment elle n'a pas coincé ses sandales à talons dans la grille d'aération... Pour éviter que le machiniste, caché dans le sol afin d'actionner le ventilateur, ne se rince trop l'oeil, Marilyn Monroe avait enfilé une culotte, faisant défaut à sa réputation de ne jamais porter de sous-vêtements ! 

La robe fourreau en lamé doré 

En 1953, même si on ne l'aperçoit seulement quelques secondes dans Les hommes préfèrent les Blondes (plusieurs scènes ayant été coupées par la censure), cette robe fourreau décolletée jusqu'à la taille, constituée d'un seul cercle de lamé doré plissé soleil cousu directement sur le corps de Marilyn, a valu au couturier William Travilla le surnom de "l'homme qui habillait les sex-symbols".

ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE
ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE

La robe fendue à paillettes rouges 

Dans la scène d'ouverture du film Les hommes préfèrent les Blondes, Marilyn Monroe et Jane Russell, qui interprètent des danseuses de boîte de nuit, chantent Two Little Girls from Little Rock dans des robes identiques, scintillantes comme des rubis. Chaque paillette rouge avait été cousue à la main en spirale pour mieux attraper la lumière, quelque soit l'angle de prise de vue.

ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE
ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE

La robe bustier en satin dahlia 

Contrairement aux apparences, le décolleté de la robe bustier en satin de soie violet que Marilyn Monroe porte dans Comment épouser un millionnaire n'est pas droit, mais plus haut à gauche: il s'agit d'un trompe-l'oeil pour éviter que la bretelle en diagonale à laquelle était accrochée une traîne amovible n'écrase sa poitrine. 

ETERNELLE MARILYN, SUBLIME CAROLINE

Partager cet article

Repost 0
Published by BIKER06 - dans FETES & SOIREES

Articles Récents