Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2017 7 17 /12 /décembre /2017 08:02
UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO

Karibana organise deux fois par ans (Février et Septembre) sa soirée typique des Antilles. Il y a 4 ans à Grasse, ils avaient organisé un festival de l’Outre Mer qui fut une belle réussite, mais sans suite. Maintenant ils proposent des soirées dans une salle de fêtes à Grasse sous le Cours Honoré Cresp. Ce fut la première et la dernière, car cette soirée ne fut pas à la hauteur.

UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO
UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO

Dans ces soirées vous aurez droit à un repas créole cuisiné avec passion par Angelle (je n’en doute pas) suivi d'un grand spectacle (ah oui ou ça ?) de gwoka et sans oublier une bonne ambiance musicale de zouk, compas, salsa (je n’ai pas entendu le moindre rythme de salsa) … etc. C’est sur qu’avec un tel programme ça attire le client !

UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO

Deux accras et une vernie en entrée.

L’association grassoise est originaire de Bouillante en Guadeloupe. De la montagne à la mer, Bouillante est au coeur de la Côte sous le Vent de la Guadeloupe, sur la mer des Caraïbes faisant face aux couchers de soleil. Résolument tournée vers l’éco-tourisme, Bouillante, qui doit son nom à ses nombreuses sources chaudes naturelles, reste la capitale du tourisme vert en Guadeloupe.

UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO

Riz créole, brandade, colombo... avec ça, je vais pas loin !

En tout cas la soirée elle n’était pas bouillante mais plutôt tiède… et le son du Ka est plutôt monotone ! Angèle et René Vadimon de l’association Karibana ont tout deux grandit au son du ka. Monsieur Kristèn aigle grand maître ka, a formé René lui enseignant son art. Ils ont évolué au sein de karibana de Bouillante (petite commune en Basse Terre), dirigé par Hilaire francisque qui leur a généreusement enseigné leur tradition.

UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO
UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO

Ils leur a aussi permis de traverser les frontières des Etat-unis et d’exporter cet art. En 1973 le couple Vadimon traverse l'atlantique et s'installe à Grasse. Bien peut de temps après, en mal du pays ils créent Karibana 2. Depuis toutes ces années, la troupe Karibana se produit dans la région PACA et surtout autour de Grasse.

UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO

A l'image d'une entreprise Mme et M Vadimon se divisent les tâches: confections de tenues créoles, de coiffes, élaborations de chorégraphies, préparations de repas aux soirées et pour monsieur fabrications d'instruments, recherche de chanson.... Sur cette route longue et sinueuse ils transmettent et apprennent à toutes personnes désireuses de découvrir la culture Guadeloupéenne.

UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO

Karibana 2 a donc pour principale mission l'enseignement du Gwoka, rythme de musique laissé par leurs ancêtres. Le "Ka "est l'instrument sur le quel on joue les rythmes du gwoka. Fabriquer dans un tonneau avec une peau mâle pour les tambouyés (accompagnateurs) et une peau femelle pour le marké (soliste). En Egypte ancienne "Ka "veut dire âme, ils jouent et dansent avec elle.

UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO
UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO

Il existe sept rythmes gwoka chacun voulant exprimer une histoire, un vécu: Mendé, Woulé, Pajembèl, Kaladja, Lewoz, Graj et Toumblak. Ils dansent aussi les danses de salon telle que la Biguine, le Mazurka , le Kadrille et la Valse. Le spectacle de danses traditionnelles du groupe Karibana est exécuté par Sonia Furtado la meneuse accompagné de Tania Ravin, Sandy Vadimon, Celine, Marie Christine, Betty, Katya et Vanessa…

UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO

Les termes « antillais » et « créoles » sont parfois confondus. Pour le premier il s’agit d’un espace géographique, alors que le second désigne un espace culturel. Les sociétés créoles sont présentes dans toute la Caraïbe, en Amérique du Nord (Louisiane), en Amérique du Sud (Guyane), dans l’océan Indien (Ile Maurice, Madagascar, la Réunion…).

UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO
UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO

Elles ont une histoire commune liée à leur peuplement : occupées par les amérindiens (pour les colonies d’Amériques) à l’arrivée des explorateurs, colonisées par les européens à partir du 15ème siècle, elles ont été le lieu d’une déportation massive d’esclaves en provenance d’Afrique. Tout ce qui est né au sein de ces colonies représente le point de départ de la culture créole.

UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO

Amérindiens, Européens, Africains, Indiens, Chinois…ont tous contribué à sa diversité et à sa richesse. Ce métissage se retrouve dans la langue créole, la cuisine créole, la littérature, la musique, les arts plastiques…

UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO
UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO

Aux Antilles françaises, les mélanges de cultures ont donné naissance à des termes introduits par les colons sans doute dans un souci de classification et dont voici quelques exemples : Les mulâtres et les mulâtresses : désignent les enfants nés de colon et de femme esclave.

Les câpres et les câpresses: mélange de mulâtre et de noir. Les griffes: mélange de câpre et de noir.

UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO

Les quarterons et les quarteronnes: mélange de mulâtre et de blanc. Les mamelouques ou les octavons: mélange de quarteron et de blanc. Les chabins : métis à la peau claire, aux yeux clairs et aux cheveux clairs et crépus. On trouve aussi des termes relatifs aux castes blanches : les békés ou blancs-pays (héritiers des grandes familles de colons), les petits blancs (descendants des petits colons), les blancs créoles (blancs nés aux Antilles), les métros (blancs nés en France)…

UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO

Par la suite sont apparus les coolies (originaires d’Inde), puis les chapé-coolie ou bata-zindien (mélange d’indien et de noir)… Ces termes, quoique pour certains péjoratifs car issus du langage relatif au bétail, sont aujourd’hui encore utilisés. De même, des termes péjoratifs comme « négropolitains » ou « bounty » sont apparus plus tard pour désigner un Noir vivant en métropole ou un Noir assimilé.

UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO

Les différentes populations qui ont été présentes sur les îles ont laissé leur empreinte dans la cuisine antillaise: Avant que les colons n’arrivent, les habitants amérindiens utilisaient le manioc, qui est toujours présent dans la cuisine antillaise. Ils fumaient la viande sur du bois vert, à la façon « boucané » dont nous pouvons toujours nous régaler. Les colons ont introduit les tripes, le boudin, les lentilles…

UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO

Emmenés d’Afrique, les esclaves ont cuisiné les gombos, le bélélé, la soupe à congo, le migan, le calalou et les fameux acras.. Les juifs hollandais chassés du Brésil par l’inquisition portugaise en 1654, ont apporté avec eux leur knèfes juives qui ont donné les dombrés, le court-bouillon de poisson…

UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO
UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO

Après l’abolition de l’esclavage, les indiens ont apporté leurs épices: le curcuma, le gingembre, le colombo, le curry… Dans les îles hispaniques on retrouve les influences de l’Espagne, comme le locrio (variante de la paëlla) à la République Dominicaine, ou le sofrito (tomates frites) à Cuba ou Puerto Rico.

UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO
UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO

Aux Antilles anglophones, des variantes de pudding ont été adaptées. Les jamaïcains ont continué de faire mariner le poulet dans des épices comme le faisaient les marins anglais. On retrouve partout dans la Caraïbe les mêmes ingrédients de base : la morue salée (avec laquelle les Caraïbes anglophones font leur stamp and go, proches des acras), le lambi, le cochon, le cabri, les haricots rouges, l’igname, les bananes vertes ou bananes plantain, etc…

UN EMBOUCANE DE POULET DE L’INSPECTEUR COLOMBO

En gros, 25mn de danse ...et basta !

* Pour le titre de l'article, je ne sais pas si vous connaissez l'expression "emboucaner" ? A Nice cela veut dire se faire prendre pour un imbécile. Pour la traduction en fait c'est un jeu de mot que j'ai utilisé pour faire mon titre. Le boucané est une spécialité des iles comme le colombo. 2 plats exotiques d'ou mes jeux de mots....Bon d'accord, j'ai pas fait Math Sup !

Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans FETES & SOIREES

Articles Récents