Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2022 1 10 /01 /janvier /2022 07:50
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

Sur le parvis de l’église Notre-Dame-des-Grâces de Nice, dite aussi église du Vœu

En 1897, le premier marché aux fleurs de gros au monde a été créé à Nice, d’abord près du marché aux comestibles, rue Saint-François-de-Paule, puis sur le Cours Saleya. Pour la Sainte Fleur, les fleurs sont offertes par l’association de la fête et les décorations florales sont réalisées par les fleuristes de la Chambre Syndicale des Fleuristes des Alpes-Maritimes.

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

Messe pour la Sainte Fleur à l'église Saint Jean Baptiste 

Sainte Fleur, un nom prédestiné à devenir patronne des fleuristes et des horticulteurs et à voir un jour fleurir une manifestation qui porte son nom. Créée à Nice en 1996, la Fête de la Sainte Fleur a rapidement fait des émules pour devenir bientôt une fête nationale qui s’est ensuite propagé dans bien des communes françaises.

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

Beaucoup de sculptures florales à l'intérieur de l'église

À Nice, la Fête de la Sainte Fleur se déroule chaque année au mois d’Octobre sur la place Rossetti dans le vieux Nice. Les fleurs, qui se cantonnent la plupart du temps à égayer de leurs bouquets nos petits nids douillets, sont l’espace d’un week-end promues stars de la rue dans des mises en scènes spectaculaires.

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

Sur le parvis les bouquetières attendent les fidèles

Pour se convaincre, s’il était besoin, que le métier de fleuriste est un métier hautement artistique, le public peut aussi se rendre au concert dans la cathédrale Santa Réparata et découvrir le lieu embelli et illuminé par les doigts experts des fleuristes des Alpes Maritimes, assister au défilé des « Femmes-Fleurs » sur le thème du recyclage ou au grand show floral qui clôt la manifestation et s’émerveiller de la créativité et du talent des fleuristes dont certains ont vu leur savoir-faire couronné du titre de Meilleur Ouvrier de France.

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

Danses folkloriques de la Ciamada Nissarda sur la Coulée Verte

Un des éléments de la réputation internationale de Nice et de son classement à l’Unesco aujourd’hui est lié aux fleurs. Il est important de noter que ce lien ne remonte pas seulement au milieu du XIXe siècle avec le développement de la Saison touristique et des loisirs balnéaires.

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

De nombreux témoignages littéraires et patrimoniaux nous montrent que, sans doute grâce à la douceur de son climat, les fleurs sont depuis longtemps présentes dans l’Histoire niçoise. Dans les pays latins comme l’Italie, la culture des fleurs est déjà une longue tradition. En effet, dans son Histoire naturelle, Pline l’Ancien (23-79) consacre un livre entier, le livre XXI, aux fleurs à cultiver, aux méthodes de culture et aux bienfaits qu’on peut en tirer.

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

Costume des bouquetières pour les femmes, des pêcheurs niçois pour les hommes

L’Ancien et le Nouveau testament présentent aussi des textes où des fleurs sont citées à titre d’illustration, que ce soit dans les Psaumes ou la parabole du lys des champs. Plus tard, au Moyen-âge, on sait que les jardins religieux, ceux des moines comme ceux des prêtres séculiers, contiennent toujours un parterre de fleurs destinées à orner l’autel et l’église.

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

La femme fleur de Nice dans les jardins

C’est en particulier la source de l’actuel jardin du Monastère de Cimiez à Nice. Une longue tradition de culture des fleurs existe donc et pourrait avoir, déjà à cette époque, concerné Nice–Nikaïa. Quant aux espèces cultivées, Pline demeure notre seule référence. Il en cite une dizaine facilement identifiables : rose, lis, narcisse, violette, iris, anémone, glaïeul, jacinthe mais aussi la caltha, fleur de la famille des renoncules, et de nombreuses autres plantes aromatiques.

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

Outre des usages culinaires ou pharmaceutiques, il témoigne aussi du fait que les fleurs étaient déjà utilisées pour tresser des couronnes dans certaines circonstances politiques ou sociales.

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

pichin nissarda en flou

La première description littéraire de Nice qui nous soit parvenue, celle que rédigea l’érudit niçois Girolamo Muzio en 1542, fait déjà longuement état de cette présence florale, non seulement dans le paysage mais aussi dans les usages.

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

Ludovica et Emma...tres jolies !

Sans doute parce qu’il est présent en temps de Carnaval, il dit des Niçoises qu’elles apparaissent ornées de fleurs et de verdure; il n’y en a pas une qui n’ait des bouquets de fleurs aux oreilles et dans les tresses, et de ça et de là (d’aqui, d’aia), et sur la tête si bien qu’on voit habituellement chacune d’elles décorée de six ou sept bouquets de fleurs.

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

L'Oeillet de Nice

Et il précise que ces fleurs sont des œillets, des violettes ou encore des rameaux fleuris de pommiers et d’autres arbres fruitiers. Cinquante ans plus tard, en 1608, le mémorialiste niçois Honorato Pastorelli insiste sur les parfums que dégagent, dans la campagne niçoise, les suaves fleurs d’une infinité d’orangers, citronniers, cédratiers et autres arbres qui y poussent en tout temps grâce à la douceur de l’air.

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

Plus tard encore, dans les années 1660, décrivant la campagne niçoise, l’historien niçois Pietro Gioffredo évoque dans sa Chorographie les fleurs les plus précieuses qui donnent un gracieux spectacle en toute saison. Cette forte présence de la fleur dans le temps et l’espace niçois devait conduire assez logiquement la conduire à se figer sur des supports divers, comme emblématique de la ville de Nice.

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

L'oeillet jaune de Nice symbolise la détermination 

Sur les bâtiments, on peut noter, dès les années 1765-1767, l’extraordinaire décor fleuri qui orne l’ensemble des pilastres et des trumeaux des édifices. Par ailleurs, dans les grandes fêtes baroques du XVIIe siècle, la ville de Nice est souvent représentée par une figure allégorique conjuguant les symboles de la mer et ceux d’une terre féconde en fleurs et en fruits; de même, les Niçoises sont figurées comme portant des costumes de bouquetières.

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

Enfin, c’est à Nice, en lien avec l’augmentation de la production horticole qu’est imaginée, en 1876, la première bataille de fleurs. Venant compléter des fêtes carnavalesques complètement bouleversées par la transformation de cette antique pratique en divertissement touristique, la bataille de fleurs et, plus tard, son dérivé le combat naval fleuri, offrent aux hivernants le spectacle paradisiaque d’une ville, Nice, où abondent les fleurs quand la saison froide recouvre l’Europe.

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

Un chapeau bien grand pour Livia ....

Cette identification de Nice aux fleurs devient si forte que des quartiers voient leur nom modifié : le vallon de Saint-Pons devient le vallon des Fleurs, le val aurous ou vallon venté se change en Valrose.

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

Puis, c’est tout le département qui va faire de la culture des fleurs une véritable industrie grâce à Alphonse Karr qui développe une activité de floriculture en 1853. Il produit dix variétés de roses, œillets, héliotropes, résédas, anémones, renoncules, cyclamens, iris, violettes, fleurs d’orangers, etc.

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

L'oeillet rouge de Nice  symbolise l'amour pur et ardent

C’est lui qui reprend et développe la culture florale, hors serre, et l’expédition de ses produits à travers toute l’Europe; c’est aussi lui qui établit le premier commerce de fleurs en centre-ville. Muzio, Pastorelli, Gioffredo, Karr ont donné le ton: au XIXe siècle, la description des fleurs, roses, violettes, œillets, etc.-.. de la campagne niçoise, le tableau de leur abondance sont, pour les voyageurs et les rédacteurs de guides, une véritable figure imposée.

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

Nice devient la capitale mondiale de la fleur puis suivra Grasse avec la culture de la fleurs à parfum. Aujourd’hui, c’est sans aucun doute graçe aux fleurs que les deux villes sont classées à l’Unesco et son devenues des icônes dans le monde entier..

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE

 

 

                                                                      DIAPORAMA

LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
LA LONGUE TRADITION FLORALE DE NICE
Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans FETES & SOIREES

Articles Récents