Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2022 1 13 /06 /juin /2022 05:51
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

Ma qué fa encara Giovanni ?

9h00 du matin, à la fin du mois de janvier, il règne un parfum de sérénité au Cros de Cagnes. Loin du tumulte des grandes agglomérations niçoise et antiboise, et du centre ville cagnois le petit village se réveille tranquillement au son de son clocher historique.

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

Lou pointu

L’histoire de Cagnes sur mer, et plus particulièrement celle du Cros de Cagnes est intimement lié à la Grande Bleue. Il suffit de se promener aujourd’hui dans ce petit coin méridional pour percevoir toute l’emprise que la mer et ses pêcheurs ont pu avoir pendant plus de 2 siècles.

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

Can vei lou pei mover de cui qu'eu veya jauzion, meravilhas ai, car desse. Lou corou de dezirer no.m fon....Can vei lou pei !

Quand je vois le poisson s’agiter et de tous ceux que je vois joyeux, et je m’émerveille aussitôt. Mon coeur ne se fonde point de désir…quand je vois le poisson !

Emblématique des migrations qui ont façonné la Méditerranée, le Cros de Cagnes a une saga exemplaire avec les pêcheurs venus de Naples. Le Cros a été le plus grand port de pêche des Alpes-Maritimes. Mais on connaît finalement assez peu l’histoire des pêcheurs de Cagnes sur mer et de leurs origines.

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

les Pointus génois

Les premiers à se sédentariser ici ont été des Napolitains, mais il y a eu aussi des Mentonnais, des Sardes, des génois et des Piémontais. Certains n’étaient pas pêcheurs, mais le sont devenus parce qu’il y avait de la ressource (lieu très poissonneux et passage du poisson bleu).

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

Certains se sont fait une renommée dans toute la Méditerranée, comme les charpentiers de marine de la famille de Guiseppe Di Stefano. Bien sur, je vous parle d’une époque ou les moins de Soixante ans ne peuvent pas connaitre.

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

Le port abri du Cros de Cagnes (Alpes Maritimes)

Le microcosme du Cros est un reflet du monde méditerranéen.  Les Italiens ont toujours été chez eux dans les Alpes Maritimes et pour cause la région a fait parti de la péninsule italienne pendant près de 2000 ans et ce n’est pas 170 ans de jacobinisme français qui effaceront cela !

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

Li barca per la targa (joute)

C’est au début de XIXème siècle que les premiers napolitains vont venir travailler sur les côtes cagnoises et s’installer définitivement. Le village se transforme et l’économie se construit solidement autour de la pêche. Les locaux modifient également leur habitude; beaucoup quittent l’arrière-pays et se rapprochent du littoral pour profiter de ce « nouveau marché ».

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

Photo du haut: Ecole de formation de matelot du Cros de Cagnes

Dans la deuxième partie du XIXème siècle, les pêcheurs affluent vers la baie du Cros, les premiers charpentiers napolitains s’installent… La construction d’un lieu de culte en 1866, la chapelle Saint-Pierre, caractérise cette intégration réussie et la place primordiale accordée aux pêcheurs et à leur protection dans la société d’antan. Autant de témoignages qui soulignent l’emprise de la mer dans le quotidien du village.

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

Les sculptures sont: La Concorde – J’aime les nuages – L’envol de  Gudmar Olovson et Lena Detterwik

C’est dans les années 20-30 que la pêche va connaître son apogée au Cros de Cagnes avec pas moins de 200 pêcheurs recensés. Le port crossois s’affirme et devient le premier port des Alpes-Maritimes. Les installations s’améliorent également avec la création d’un port abri en 1939…

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

Les années passent et la pêche va occuper une place moins prépondérante dans l’économie du village. Le poisson se fait plus rare, le métier se fait plus dur, la concurrence se multiplie, les « vrais pêcheurs » disparaissent un à un… et la relève n’est pas au rendez-vous.

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

L’état jacobin commence son long massacre de l’identité locale...les taxes, les impots, les interdit. L’économie se diversifie et le tourisme séduit de plus en plus. La transition est progressive mais inévitable. 200 ans après sa création, le Cros de Cagnes demeure un petit port avec une dizaine d’irréductibles amoureux de la pêche.

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

La Grande Bleue au mois de Janvier

Il suffit de faire une ballade très matinale sur la promenade de la plage pour admirer ces pêcheurs relever à la main les filets… ou venir en soirée scruter les embarcations pêcher à la lampe pour ramener la célèbre poutine cagnoise. Le tout dans un respect des transitions d’antan.

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

La bonne adresse du Cros (ancien restaurant du chef Jacques Maximin)

On vend encore le poisson sur le marché au retour de la pêche au port-abri du Cros. Les voiles latines ainsi que les associations de rameurs cagnois renforcent l’attachement du Cros à son patrimoine.

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

La chapelle Saint Pierre

La festa annuelle de la Saint Pierre (l’embrasement de la barque sur la plage, l’aubade dans les rues, la course de pointus et la Sardinade géante.) au début du mois de juillet et les nombreuses manifestations organisées par l’association des pêcheurs Amicale San Peïre dei Pescadou dou Cros permettent d’ancrer ce petit coin de Côte d’Azur entre tradition et modernité.

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

Niché entre les très célèbres voisins niçois et antibois, « lou pitchin vilage » du Cros de Cagnes a su tirer son épingle du jeu et se faire une place au soleil. Devenu l’un des quartiers les plus prisés du littoral des Alpes-Maritimes, le Cros de Cagnes a su profiter de la rénovation de son bord de mer. Les oeuvres sculpturales ont embelli le littoral.

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

L'allée des peintres sur le bord de mer

Il reste le souvenir de cette belle époque italienne avec quelques lieux sublimes: profiter du soleil sur un transat de la Spiaggia, déguster une glace en famille chez Zozo, manger une pizza au Saint-Pierre, voyager dans un petit coin d’Italie chez Gusto…Il ne vous reste plus qu’à vous déplacer pour profiter de ce quartier atypique où règne encore un « esprit village » comme l’allée des villas fleuries qui sont les anciennes habitations des pêcheurs napolitains.

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

Les orangers au mois de Janvier

Pour finir je vous ferez remarquer qu’il y a l’université internationale de la mer de Cagnes qui est malheureusement trop peu connue. Elle a été fondée en 1985 par Maurice Aubert, visionnaire méconnu décédé en 2012, que tout le monde appelait le professeur Aubert.

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

L'allée des villas fleuries anciennes maisons des pêcheurs napolitains

L’UIM propose aujourd’hui deux types de formation. D’abord maritimes (certificat de matelot de pont, brevet d’aptitude à la conduite de petits navires, brevets capitaine 200 et capitaine 500). Mais aussi des formations universitaires dans des domaines de pointe.

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

Les citronniers ne sont pas en reste !

Précurseur, le médecin Maurice Aubert a été le fondateur de l’océanographie médicale dans les années 1950. Il a été l’un des premiers à travailler sur la pollution marine, sujet crucial aujourd’hui. Mais il a aussi été l’un des premiers, avec son épouse Jacqueline, à mettre en évidence le rôle antibiotique des planctons.

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

Les océans recèlent un réservoir insoupçonné de bactéries, antibactériens, virus et antivirus. En 1960 il crée à Nice le Cerbom, premier laboratoire d’océanographie médicale. Il deviendra directeur de recherches à l’Inserm lorsque le Cerbom lui sera rattaché, et enseignant à l’Université de Nice.

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

Cagnes sur Mer possède sa prud’homies de pêches, une institution du droit. Les prud’homies de pêche constituent à la fois une communauté professionnelle et une juridiction de pêcheurs. À leurs têtes, des prud’hommes pêcheurs élus par leurs pairs, exercent, sous le contrôle de l’administration maritime, une pluralité de pouvoirs : réglementaires, disciplinaires, de police et judiciaires. Ils connaissent parfaitement les territoires de pêche et effectuent une régulation économique et écologique de la pêche en mer Méditerranée.

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

Plantes grasses exotiques ne craignent pas le froid ici...

 

 

                                                         DIAPORAMA LE CROS

LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA
LE CROS & LES SOUVENIRS DE LA DOLCE VITA

L’histoire des pêcheurs napolitains

Pourquoi nos aïeuls ont-ils quitté l’île de Procida et Naples pour les rivages de la Cote d’Azur. Bien sur, les Napolitains ne sont pas les seuls à avoir effectué le déplacement. On distingue aussi des Sardes avec qui l’adaptation était plus facile car le comté de Nice était un état de Sardaigne, mais aussi des Génois, ainsi que de Cunéo (Coni). Ils sont quasiment tous pêcheurs (ou marins) et la tradition orale nous apprend qu’ils se sont déplacés avec leur barque de pêche, utilisant tour à tour la voile et les rames. Le périple durait environ un an.  Ils s’arrêtaient dans les criques et les calanques, se nourrissaient ou vendaient le poisson qu’ils pêchaient. Les hommes qui ont entrepris le voyage étaient généralement jeunes (entre 25 et 35 ans), déjà mariés et père de plusieurs enfants. On pense que leur motivation fut que le Risorgimento fut très lourd à supporté pour les napolitains et que le nord de l’Italie plus riche constituait une meilleure source de revenu. N’oublions pas qu’en ce temps la le Comté de Nice n’était pas encore français, donc l’adaptation pour ces familles étaient plus facile et les conditions climatiques étaient les mêmes. Enfin, à cette époque le littoral des Alpes Maritimes était réputées poissonneux. Ils vivaient en symbiose avec la mer qui les avaient transportés jusque là. Aujourd’hui encore, leur présence est attestée par une plus grande concentration de patronymes à consonance italienne, ce qui est presque normal puisque les Alpes Maritimes ont toujours été italienne. Ils ont conservé leur langage et parlaient napolitain (certains mots sont encore présents au Cros de Cagnes). Ils ont amené avec eux leurs habitudes culinaires (pâtes à la sauce tomate, foie à la sence…) Toujours est il que Niçois, Sardes, Génois, Napolitains ou Piémontais, l'Italie restera dans notre coeur pour toujours.

Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans NOS BALADES

Articles RÉCents