Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 08:14

Apres un petit déjeuner majestueux au château Saint Victor et la promesse faite à nos hôtes de revenir les voir, nous reprenons la route en ce dimanche 5 Avril bien ensoleillé pour une balade qui va nous conduire à Lussan, aux Concluses, à Goudargues, à La Roque sur Cèze et aux cascades du Sautadet pour enfin reprendre la route du retour qui nous aura fait faire encore 330 km.
Lussan se trouve à 15km de notre lieu d’hébergement, c’est un village médiéval languedocien typique entouré de remparts sur un plateau dominant la garrigue.
Un château du XVe siècle ,des vestiges de l'ancien (XIIe siècle) au Verger ainsi que celui de Fan (XVIe siècle) situé en bas du village et ayant appartenu à la famille d'André Gide jusqu'en 1920.
On visite le village par le chemin de ronde sur les remparts. Un vaste panorama s'offre aux regards : au loin les Alpes, le Mont Ventoux, les Cévennes, plus près le Guidon du Bouquet (626 m) et le Serre de Fons dominent une plaine où coule l'Aiguillon.
Comme à Uzès le passé historique de ce village est très mouvementé. Vers 1550, la Réforme touche Lussan, suivant en cela les choix souvent plus politiques que religieux des seigneurs. Les Audibert sont en effet dans le camp protestant, mettant leur petite garnison à disposition du roi de Navarre, chef de file de ce camp et qui deviendra roi de France sous le nom d'Henri IV. Avec Henri IV la paix était revenue, malheureusement tout va se gâter avec Louis XIV. Lussan va être un des premiers bourgs touchés par la répression contre le protestantisme, avant même l'acte de la Révocation de l’Édit de Nantes : Le pouvoir royal fait abattre le temple.

























La Révocation de l’Édit de Nantes est l'acte décisif qui bouleverse les mentalités et les comportements : Cévennes et Languedoc se soulèvent, Lussan est touché de plein fouet par la guerre des Camisards car la région du Mont-Bouquet devient rapidement un lieu stratégique de la résistance et de la révolte. C'est l'époque des dragonnades, des conversions forcées, avec leur cortège d'exactions. En octobre 1703 une bataille meurtrière se déroule aux pieds de Lussan entre les Camisards conduits par Cavalier et les troupes royales.
Nous continuons notre route aux concluses à 5 km de Lussan, ici les affluents méridionaux de la rive droite du Rhône découpent une région en un ensemble de plateaux calcaires pittoresques sur lesquels règne la garrigue. Ces rivières et leurs affluents  forment des gorges sauvages et souvent difficiles d'accès, telles celles de l'AIGUILLON qui s'ouvrent en combes au bord desquelles les villages et les hameaux se sont installés.
L'Aiguillon a creusé, dans le plateau calcaire, des gorges très étroites. La visite de cette beauté minérale n'est possible qu'en été, lorsque le torrent est à sec. C’est un défilé rocheux appelé "Les Concluses", du haut d'un belvédère, la vue plonge sur le défilé creusé de marmites de géants.
Au fond des gorges, on circule au travers des escarpements rocheux, séduit par le silence et la beauté sauvage de ce lieu. Situées à une quinzaine de kilomètres au nord d'Uzès, les Concluses de Lussan sont un site extraordinaire aux aspects désertiques et lunaires...  un défilé rocheux creusé au fil du temps patiemment et inexorablement, par l'Aiguillon, petit ruisseau à sec l'été, mais fougueux et impétueux en période de fortes pluies... Il est d'ailleurs recommander de ne s'y aventurer qu'en été et jamais seul... Du haut du belvédère la vue est époustouflante.

























Nous rejoignons Goudargues, par la départementale 23, la Venise Gardoise  voilà comment est surnommé le village. Les visiteurs prendront plaisir à s'installer à l'ombre des platanes centenaires, à déambuler dans ses ruelles paisibles, et se rafraîchiront à la fontaine bordée de parapets. Le village est sillonné par le canal aménagé des le XIIème siècle par les moines bénédictins. Il draine l’eau des sources qui émergent au cœur du village. Enfin, nous arrivons à la Roque sur Cèze village classé « Plus beaux village de France ».
Ce petit village médiéval est construit sur un piton rocheux près des Cascades du Sautadet, site classé en zone naturelle. Ces roches calcaires ont cinq millions d'années. Un château du XIIe siècle  et une chapelle dominent le tout. Des vestiges de rempart sont encore apparents, les ruelles sont pavées, les maisons toutes en pierres sont inondées de soleil.
La Cèze, rivière cévenole vient à ses pieds lécher les arches du pont médiéval étroit, classé monument historique qui enjambe la rivière de ses douze arches. A l'époque médiévale, il fut construit le pont qui enjambe la Cèze et qui est dénommé Pont Charles Martel.
Traits d’union entre les Cévennes ou elle prend sa source et le Rhône dans lequel elle se jette. Sur 470 mètres, la Cèze  a taillé avec violence des chenaux et des cavités qui finissent par se rejoindre et forment des crevasses dans lesquelles la rivière s'engouffre. Les éléments les plus spectaculaires sont les marmites de géants. Ce sont des cavités creusées dans le lit rocheux de la rivière par le mouvement tourbillonnant des galets. Cet ensemble est un site classé en zone naturelle exceptionnel mais aussi dangereux.
Sur un dénivelé de 8 à 10 mètres, le cours de la Cèze est ponctué de cascades bouillonnantes, de cavités alvéolaires creusées dans la roche appelées “marmites de géants”, contribuant à la singularité du site.

























Les cascades du Sautadet affichent une beauté délicieusement sauvage, un caractère volontiers trempé et une impétuosité qui titille la curiosité… avant qu'un panneau, planté à l'entrée du site ne refrène votre enthousiasme : celui de plonger dans l'une des “marmites” si attirantes, ou nager vers les tout aussi attractives cascades pour jouer les “naïades.
Le plaisir de vous promener sur ces Cascades du Sautadet au charme fou et riches en points de vue aussi spectaculaires qu'étonnants, comme seule la nature en fait, peut en créer est remarquable et enchanteur, proposant un spectacle en perpétuelle évolution et à la mesure du bruit, révélateur de la puissance du courant assourdissant !
Le recul que vous prendrez forcément en rejoignant le sentier ombragé (grâce aux pistachiers, oliviers sauvages, chênes, arbousiers...) vous apportera une fraîcheur bienvenue pour suivre le cours de la Cèze. Quant aux amateurs de vieilles pierres, ils seront bien inspirés d'aller arpenter les ruelles de la Roque, il est classé à l'inventaire des "Sites exceptionnels de France».

A partir de Bagnols sur Cèze, nous rejoignons de nouveau Avignon et la cité des papes et à nouveau nous déciderons de ne pas prendre l’autoroute pour rentrer sur Cannes et la Cote d’Azur, les journées étant plus longues avec des températures avoisinant les 25° ce week end nous pouvons finir cet itinéraire en retournant tranquillement par la route. Une belle balade et un tres bon week end !


                             DIAPORAMA DE LA BALADE 


Partager cet article

Repost 0
Published by BIKER06 - dans NOS BALADES

Articles Récents