Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2007 6 28 /04 /avril /2007 10:05

Que c'était bien au temps de la liberté !

  

 

 

  

  

  

  

  

  

  

  

  

Bien avant Coluche avec ses provocations et ses quelques vérités détournés par l'intermédiaire de sketchs humoristiques, un autre personnage n'hésitait pas à égratigner les politiques, les religieux, les coutumes, la société de consommation et tout le reste.  

N'en déplaise à certains biens pensant au nom d'une quelquonque morale ou tabou à  ne pas dépasser ou franchir, je vais rendre hommage au professeur Choron.

Pouvait-on tous se permettre dans les années 70 après que nos parents aient connu tant d'année de souffrance à cause de la guerre et de ses conséquences. Avait-on le droit de posséder cette liberté d'expression qui nous fait tant défaut actuellement.

Est-ce que les humoristes de cette époque auraient pu raconter leurs sketchs dans notre 21 Siècle.  

Malheureusement ! Je pense que non !! On fait un retour au moyen âge et à l'inquisition prochaine.

 

 

 

 

Choron,  je l'ai vu pour la première fois au festival du film de Cannes, à l'ancien palais, celui que les cannois aimaient. Pas le blockhaus actuel !

Le festival à cette époque, même s'il était beaucoup plus débridé que maintenant avec ses starlettes nues sur les plages du Carlton ou du majestif restait tout de même bon enfant.

Car des mouvements de foule, il y en a eu avec les vedettes du cinéma de l'époque et pas des moindre : Marylin, Kirk Douglas, Gary Grant, la liste serait trop longue.

Mais la ! Ce jour ci, on a frôlé l'émeute. Le professeur Choron arriva au volant d'une excalibur accompagné par 3 mégères habillé en SM et faisant bien 400 kg à elles trois.

Cette entrée foudroyante au festival de Cannes restera dans les mémoires à tout jamais.  

Car une démoniaquerie pareille n'est plus possible à notre époque de coincé.

Histoire du professeur Choron :

  

Fils d'une garde-barrière d'Aubréville et d'un cheminot mort quand il avait onze ans, Georges Bernier eût une adolescence tumultueuse. A vingt ans, il s'embarque pour l'Indochine mais revient malade et ne peut repartir comme parachutiste. Mais, une petite annonce parue dans 'France-Soir' le propulse colporteur de 'Zéro', dont il devient directeur des ventes. 'Zéro', dont l'esprit jure avec les journaux satiriques de l'époque, compte dans sa rédaction Cavanna et le dessinateur Fred. En 1957, le journal est rebaptisé 'Cordées'. Mais tous rêvent de faire 'un canard qui dirait tout, les choses les plus secrètes'. C'est ainsi que naîtra, en 1960, 'Hara-kiri', auquel participent les rédacteurs, dessinateurs et colporteurs de 'Cordées'. Devenu en 1961 un 'journal bête et méchant', il tire à plus de 25 000 exemplaires. Mais le ton du journal déclenche l'ire des censeurs. Il est interdit. Une fois l'interdiction levée, le journal reprend ses provocations de plus belle. Les créateurs d' 'Hara-kiri' lancent en 1969, 'Charlie-Hebdo', frappé à son tour par des mesures d'interdiction.

 

 

 

 

Pour l'équipe d'Hara Kiri, cette interdiction est un triomphe. La jeunesse de mai 68 se reconnaît immédiatement dans ces saillies subversives mêlant humour, sexe et mauvais goût. Au passage, le magazine invente une forme nouvelle et moderne de presse satirique qui n'hésite pas à se moquer du consumérisme : « Si vous ne pouvez pas vous acheter Hara Kiri, disait le journal, volez-le ! ». Quant à ceux qui ne s'abonnaient pas au journal en sachant qu'ils avaient tort de ne pas le faire, le Professeur Choron leur décochait, péremptoire : «  Qu'ils crèvent !  ». Du creuset de cet humour sortira une nouvelle génération d'auteurs. « L'humour crade » fut même consacré à Angoulême, avec l'accession de Philippe Vuillemin, sans doute son héritier spirituel, à la dignité de Grand Prix. Autre signe de consécration : l'un des dessinateurs stars de Charlie Hebdo, Georges Wolinski, venait de recevoir la Légion d'Honneur. C'en était trop sans doute pour le père de la comédienne Michelle Bernier. Il doit être mort de rire.

 'Hara-kiri' finit par déposer le bilan en 1985.

 

 

 

 

Citation :

La langue est l'organe essentiel du goût. Mais en outre, elle joue un rôle important dans le léchage de cul de ses supérieurs

Comme la tartine, l'ivrogne tombe toujours du côté qui est complètement beurré.

Deux yeux qui voient un beau cul, ne valent pas un doigt qui touche

On peut violer les lois sans enlever la culotte  

Il ne faut pas rincer la coupe de l'amitié dans la cuvette des WC.

La chandelle qui va devant éclaire mieux que celle qu'on s'est mise dans le derrière

Tous les cosmonautes sont formels : les couilles ne pendent pas en apesanteur. Elles flottent

Les gens sobres sont la réincarnation de chameaux, alors que les alcooliques sont la réincarnation d'éponges de mer  

C'est terrible d'allonger la vie en prolongeant seulement la vieillesse  

La main ne peut rattraper le pet qu'on vient de lâcher

Celui que tu assieds sur tes épaules essaiera de te pisser dans le col de la chemise  

Tant qu'un homme n'a pas la tête tranchée, rien n'est perdu pour son chapeau.

Quand la merde tombe du ciel, le malchanceux n'a pas de chapeau.  

Si ma femme a le feu au cul, les autres viennent y allumer leur cigare.  

Si quelqu'un trempe son cul dans la soupe, ne lui demande pas de bouillon.

Donne des bras à un manchot, il te demandera une montre-bracelet

Le vagin devrait être comme un costume, ni trop étroit ni trop relâché.

Seul le cul sait que le slip est sale

Si on pouvait mettre ses pieds dans les nichons, on les appellerait des chaussons

 

Le jeu du professeur Choron

 


 

 

Le printemps est là. Voici donc un jeu de plein air qui, en plus de vous faire passer un bon moment, vous permettra de vous dégourdir un peu les jambes. Profitez d'un week-end ensoleillé pour inviter vos amis dans votre maison de campagne. Demandez à chacun d'apporter avec soi une tondeuse à gazon. Dès que tous sont arrivés, rassemblez-les avec leur tondeuse dans un pré, demandez-leur de se déchausser et de se constituer en deux équipes comportant un nombre égal de joueurs. Dès que cela est fait, les joueurs de chaque équipe se placent en ligne, face à face, à environ 50 mètre de distance. Chacun met en marche la tondeuse qu'il tient devant lui. Ca y est, le jeu peut commencer. Les équipes courent l'une vers l'autre, chacun des équipiers poussant sa tondeuse devant lui. La pétarade des petits engins crée aussitôt une ambiance terrible et les adversaires se retrouvent rapidement tondeuse contre tondeuse. 


Chaque joueur adverse doit alors, non seulement empêcher l'autre d'avancer, mais encore essayer de le repousser jusqu'à son point de départ. Il devient alors évident que le moyen le plus efficace de le faire reculer, c'est de pousser la tondeuse vers ses pieds, ceux-ci étant très vulnérables par le fait qu'ils sont nus.


Si une équipe arrive ainsi à ramener l'autre équipe à son point de départ, elle a gagné. Mais, cette victoire totale étant quasiment impossible, il faut à un moment donné, siffler la fin de la partie.

Les joueurs de chaque équipe totalisent alors leurs doigts de pied. Ceux qui en totalisent le plus petit nombre n'ont évidemment plus de bons pieds à cause que dans la bagarre ils n'ont pas eu bon ?il et ils ont perdu.

 

 

 

  

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by biker06 - dans freeriders2

Articles Récents