Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 10:43

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Nice Marseille en ligue 1 sont des matches pas tout à fait comme les autres, c'est l'opposition des ennemies du sud, deux villes que tout oppose dans sa mentalité et dans son histoire. La mentalité Niçoise  continue d'entretenir les traditions locales et une identité fidele à son passé, l'autre non ! Ses traditions provençales foutent le camp. La seconde raison et pas des moindre, vous l'avez découvert dans l'istoria de Nissa qui fidèle per tougiou à la maison de Savoie alors que Marseille se mettra du coté de Louis XIV pour envahir le comtat de Nissa.

Ce match c'est donc tout un poble qui est derrière son équipe et les rares Free Riders qui aiment le futball ont pris leur billet à l'avance car ce match se jouera à guichet fermé.

 


 

 

 

 

 

 

 

On part de grasso avec Emile vers 6H45 pour Nissa, la cité des parfums et la capitale nissarte n'est séparé que de 30 kms et pourtant il nous faudra 1H45 pour rejoindre le stade. Embouteillage garantie sur l'autoroute Nice Nord. On laissera la voiture au parking de Las planas pour inaugurer le nouveau tramway de la cité. Celui ci s'avère très pratique et pour 2€ aller/retour, vous avez droit au parking super surveillé pour autant d'heures que vous voulez.

Ce match est donc classé à hauts risques, des brigades de CRS et de gendarmeries sont armés comme s'ils devaient aller à Beyrouth. Les supporters des 2 camps ont déjà entamé leurs chants guerriers, ca sent le souffre ! L'année dernière, un malheureux pompier avait eu la main arraché par une bombe artisanale faite par un supporter Marseillais.

 



L'ambiance est brulante, pourtant ce soir il fait froid, nous sommes glacés d'effroi par les premières escarmouches d'individus abrutis. Les stadiers commencent à avoir du boulot pour maitriser les situations. Ce Soir le gym était volontaire mais trop diminué par les blessures et les joueurs qui sont à la coupe d'Afrique des Nations. L'OM est en pleine bourre en ce moment et Antonetti notre berger corse le sent bien mais, il n'a pas les armes en main pour enrayer la machine marseillaise d'autant plus qu'en face le portier Marseillais fera des miracles.











C'est donc un coup d'arrêt après 13 matches sans défaite et plus d'un an d'invincibilité au Ray que les aiglons s'inclinent sur le score de 2-0.Cruelle défaite qui ne fait pas peur au Niçois qui ont toujours su se relever ou de renaitre de leur cendre dans l'adversité comme pour cette autre héroïne niçoise que nous célébrerons le 06 juin 2008 , car à Nissa on aime les femmes , on les respecte et on ne les oublie pas en commémorant désormais, le 6 juin, la jeune fille niçoise qui fut pendue sur l'ordre de l'intendant français Gayot. En 1705, Louis XIV écrase Nice(aprés Francois 1er) sous un déluge de bombes et boulets chauffés à blanc, durant trois semaines. Le 10 avril, la ville basse est détruite, mais le marquis de Caraglio s'est enfermé dans le château, bien décidé à poursuivre la lutte.





Le roi de France qui avait provisoirement

changé ses plans décida d'attaquer Turin et demanda une trêve de six mois au marquis de Caraglio, qui accepta, afin de consolider ses ouvrages défensifs. Au début du mois de juin, en pleine trêve, une jeune niçoise inconnue monta au château apporter un panier de nourriture à un parent qui s'y trouvait. Les soldats français s'emparèrent d'elle et l'emprisonnèrent dans la tour pairolière. L'intendant français Gayot la fit pendre, sans autre forme de procès, violant la trêve. Certaines chroniques disent qu'elle fut suppliciée à la porte pairolière, d'autres qu'elle fut pendue à un arbre du Cours Saleya. Cette héroïne est enfin tirée de l'oubli : nous avons  deux Catherine à honorer, l'une se battit contre les Français et leurs alliés Turcs, et l'autre dans de semblables circonstances fut assassinée par ordre de l'intendant français de Louis XIV. Les agresseurs français d'autrefois ont donc suscité une héroïne et supplicié une martyre sur notre sol. Il s'agit de la jeune Catherine Ribauda, qui 302 ans après sort d'un injuste anonymat. Honneur à elle !  

  On l'appellait le roi soleil ! gardons nous bien de ne pas appeller maintenant le "président soleil"

 

 

 

 

 

 

 











Cadun es couma li sieu acioun lou fan  marit couma la rougna, o bouon couma lou pan.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by biker06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS

Articles Récents