Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 07:46

Avant de commencer mon article sur notre balade et le village de Coaraze, je me pose souvent la question pour connaître les critères qui donne le classement officiel des « plus beaux villages de France ». Non pas que je n’ai pas aimé ce village des Alpes Maritimes mais, je trouve que beaucoup d’autres villages mériteraient la palme. Je pense bien entendu à Saorge, Peillon, ou même Luceram le village voisin ! J’ai trouvé Coaraze bien sympathique mais sans plus, comparé à Gourdon (06), Minerve (34) ou La Roque sur Cèze (30) pour ne citer que les 3 derniers villages que je viens de visiter… Bon ! Revenons à notre balade car le village ne manque pas d’intérêt et surtout d’histoire tout de même ….
























Il y a moins de 150 ans, Nissa était la capitale d'un comté qui portait son nom. Celui-ci était né de vieilles querelles qui l'avaient opposé aux comtes de Provence. Le détachement définitif eu lieu à l'issue d'une guerre civile déclenchée par les multiples maladresses de la Reine Jeanne, Reine de Naples (Napoli) et Comtesse de Provence. Celle-ci épousa André de Hongrie qui fut assassiné. Accusée de ce meurtre par sa belle-famille, Jeanne se réfugia en Provence.
On raconte qu'elle vint séjourner dans le village de Rocasparvièra où elle avait un castéu. Ce village est situé entre la vallée du Paillon, juste au-dessus de Coaraze, et la vallée de la Vésubie.
La chapelle bleue de Coaraze et son cadran solaire

Selon la légende la plus connue et la plus tragique, elle se réfugia dans son château de Rocasparvièra dominant le Col Saint-Roch. Malheureusement ses ennemis la retrouvèrent... La veille de Noël, ces derniers parvinrent à saouler son aumônier le rendant incapable de célébrer la messe. La pieuse reine voulant absolument assister à cette cérémonie, décide de descendre à Coaraze. Profitant de son absence, ses ennemis s'emparèrent de ses enfants et en firent un plat qu’elle dégustera ensuite. S’apercevant qu’elle mangea le fruit de ses entrailles, au petit matin, la Reine reprit le chemin de la fuite et lança une malédiction sur le village :
 "Rocca, rouquina, un jou vendra Que aqui non cantèra plus ni gal ni galina".
 Cette malédiction ne devait plus quitter le village, qui fut fortement endommagé en 1564 puis en 1612 et en 1618 par une série de séismes.
























Pauvre Reine Jeanne, la légende lui a prêté le bonheur d'avoir eu les enfants dont l'histoire l'a privée. Cette absence d'héritiers directs est à l'origine de la guerre civile qui se solda par la dédition du futur Comté de Nice et des terres nouvelles de Provence en faveur des Comtes de Savoie et du Royaume du Piemont/Sardaigne.
 Ma aqui si fermà la Légenda per laissà plaça à l'Istòria ... Ah oui ! Revenons à notre village.























Classé parmi les plus beaux villages de France, Coaraze perché à 650 mètres sur son nid d'aigle est appelé le village du soleil.
Coaraze viendrait de "Cauda Rasa" autrement dit "Queue rasée". Plusieurs suppositions sur l'origine de ce nom sont avancées. On dit que Coaraze viendrait de l'époque du Moyen-âge. En effet, les habitants de Coaraze portaient les cheveux courts et avaient la nuque rasée contrairement à la mode de l'époque (les hommes avaient les cheveux longs).
 On raconte également que les habitants de Coaraze auraient capturé le diable et l'auraient attaché avec de la glue par la queue. Or ce dernier se serait coupé la queue pour se libérer... de cette légende très populaire parmi les coaraziens d'hier et d'aujourd'hui est né le blason de Coaraze : sur un fond bleu apparaît un lézard jaune dont la queue est sectionnée et dressée vers le haut. Une fois que nous avons garé nos motos sur la place de la poste, nous faisons un voyage hors du temps en flânant dans les ruelles étroites et les passages couverts et voûtés, les grilles anciennes des jardins offrant la transparence du panorama de la vallée, les dédales tortueux et pavés entre les maisons de pierres ou enduites aux tons pastel roses bleus ou jaunes à la façon traditionnelle italienne, les places inondées de soleil et fleuries nous enchante tout de même.
























Village du bout du monde Coaraze  étend son domaine sur 1714 hectares de mimosas, oliviers, cyprès, chênes, châtaigniers et pins.
Classé parmi les cent plus beaux villages de France, Coaraze, est aussi connu et reconnu pour ses Cadrans Solaires, tous de même dimension et aux signatures prestigieuses telles que celles de Cocteau, Doukine, Mona Christie, Valentin, Angel Ponce de Léon, Goetz et Moya. Vous vous souvenez ! j'avais fait un article sur Valloria , le village des portes peintes. Et bien ! celui ci ce sont les cadrants solaire.
Depuis l’époque la plus lointaine, l’homme a été fasciné par le déroulement du temps. Il y a des milliers d’années que l’on a remarquées que l’ombre d’un style vertical : le gnomon  était la plus courte au solstice d’été, puis on a vérifié exactement le milieu de la journée, le midi  et on a alors tracé des méridiennes et cette technique est devenue une science : la gnomonique.
Pendant des siècles, chaque monument, d’abord églises et châteaux, puis habitations privées, fut orné d’un cadran qui, outre une méridienne, indiquait les heures et les saisons.
De nos jours, avec les horloges à piles, puis à quartz et maintenant atomiques, la gnomonique est surtout réservée aux artistes qui, à partir de données rigoureuses, laissent leur imagination créer de véritables œuvres tant picturales que gravées, avec très souvent des symboles liés à la fuite inexorable du temps.
Il est temps maintenant d’aller déjeuner et sans le savoir, je viens de réserver dans un restaurant tenu par un biker. Le patron/cuistot possède une Harley Davidson héritage Softail qu’il gare devant son établissement. Même si le restaurant est le seul que possède le village, on y mange très très bien. Le menu est excellent (entrée+plat+dessert) et pour 17€ vous vous régalerez avec une souris d’agneau aux herbes de la garrigue  tout à fait délicieuse.  Le patron offrira le café et le limoncelo. Le nom du resto : le Jouncas.
On continue notre route par le col Saint Roch pour rejoindre la route du Turini célèbre pour son Rallie Monte Carlo. Au plus haut du col, vous découvrez un paysage grandiose avec au loin les ruines du village fantôme de Rocasparviera et quelques hameaux isolés. En redescendant par l’escarene, on passe devant Luceram le village aux « mille crèches ».
Luceram est un village magnifique dominé par sa tour Génoise que l’on retrouve si souvent dans les villages de Sardaigne, de Corse ou du comté de Nice. Pour finir, la balade sera juste entachée par une petite panne sans gravité et bien vite réparé : Un câble d’accélérateur cassé. Arrivée sur Nice l’apéro sur la promenade des Anglais à la terrasse d’un café nous fera vite oublier cet incident surtout qu’il fait encore 29° en fin d’après midi pour ce dernier dimanche de septembre. Un régal de promenade …

DIAPORAMA 1: LA BALADE + LE VILLAGE. DIAPORAMA 2 : LES CADRANS SOLAIRE

 

 
                             LES CADRANS SOLAIRES 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS

Articles Récents