Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 06:45

JANVIER-2014-3381.JPG

Soso, Célia & Nathan sont installés dans les tribunes...je vais dans la foule.

 

Les défilés carnavalesques, magnifiés par les décors gigantesques de la Place Masséna, se composent de 18 chars qui racontent l’histoire du "Roi de la Gastronomie". Après avoir pris du poids pour sa 129e édition, le Roi des 5 continents se met à table et devient pour 2014, le Roi des gourmands. Le monarque repart de plus belle et son appétit aussi. Sa Majesté accompagne la renaissance du label de la cuisine nissarde et la socca est pour sur un mets royal. La cuisine niçoise reflète l’art de vivre, le respect des produits régionaux.

JANVIER-2014-0074.JPGLes parades géantes et colorées qui se déroulent de jour ou de nuit, sont animées par plus de 1000 musiciens et danseurs venus des quatre coins du monde. Durant plus de 15 jours, la ville vit au rythme de cet événement authentique et féérique. Le Carnaval "Roi de la Gastronomie", va suivre le redéploiement du label de cuisine nissarde, tout en restant fidèle à sa vocation d'universalité.

JANVIER-2014-3367.JPG

la brigade des agitateurs de tribune


 En effet, comment mieux connaître et rencontrer un peuple qu'en s'invitant à sa table. Au propre comme au figuré, un thème qui ouvre des perspectives infinies à l'imagination… Les chars 2014 sont particulièrement volumineux, fournis et mécanisés; de 8 à 20 métres de haut et débordant souvent des plateformes en largeur comme en longueur.

JANVIER-2014-3349.JPGJANVIER-2014-3403.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa majesté carnaval arrive sur la place Massena 


Ainsi, « Sucré salé à la table de S.M. carnaval », « la cuisine moléculaire », « la choucroute d’Angela Merkel », « Very fast food » ou « La Reine Maïté du terroir » Le char de Coluche "la crise s'éternise". Le Carnaval est un des piliers du patrimoine culturel de Nice et le symbole vivant de l’art éphémère. Il s’articule autour de deux manifestations distinctes : le Corso carnavalesque de jour ou de nuit et la Bataille de fleurs.

JANVIER-2014-0082.JPGPlus de 1000 élèves des classes maternelles et primaires s’initient à la tradition carnavalesque. Leur participation au défilé d’ouverture est un prétexte pour leur transmettre la connaissance et le goût de cet événement. A la faculté de Lettres de Nice, il existe une licence des métiers du spectacle avec option sur les techniques et la symbolique carnavalesque. La ville qui a inventé le carnaval se devait de faire continuer son art.

JANVIER-2014-0122.JPGJANVIER-2014-0146.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Reine Charlotte et carnavalon qui prone un retour au monde sucré de l'enfance


La cuisine niçoise, intimement liée à l’histoire locale, fait véritablement partie de l’identité de Nice et de sa région. Cuisine créative et goûteuse élaborée avec beaucoup d’ingéniosité par des gens pauvres n’ayant pour ressources que ce que la nature voulait bien leur offrir, elle est particulièrement saine et équilibrée : beaucoup de légumes, céréales, produits de la mer et huile d’olive, peu de viande rouge et de sucreries.

JANVIER-2014-0165.JPG

Caviar et douceur pour le coco de Russie et ses amis, rigueur pour le peuple


 Trouvant ses bases dans les traditions culinaires romaines, comme l’utilisation du pissalat (saumure d’anchois) et de produits de la cueillette, elle s’est également enrichie d’apports variés au fil des siècles.

20140225_145008.jpg20140225 145222

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si le pan bagnat, la salade niçoise, la pissaladière ou la ratatouille sont évidemment très connus, il ne faut pas passer à côté de merveilles comme la socca, les tourtes et les tians de légumes, les gnocchis à la daube, les beignets de fleurs de courgettes, les petits légumes farcis, la poche de veau farcie, la porchetta, la brissaouda, la bagna cauda, l'estocaficada …ou la fameuse tourta di blea.

JANVIER-2014-0195.JPGJANVIER-2014-3482.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’invité d’honneur de cette année est l’Allemagne. On fête en effet le soixantième anniversaire du jumelage de Nice avec Nuremberg. Les temps forts du carnaval s’articulent, comme chaque année, autour des Corsi et des batailles de fleurs. Pour les défilés carnavalesques 18 chars, des groupes musicaux internationaux et des grosses têtes animent le parcours. Les batailles de fleurs se déroulent sur la Promenade des Anglais avec 20 chars décorés par les fleuristes niçois. Nice est aussi une capitale des fleurs et de l’horticulture.

JANVIER-2014-0184.JPG

le bouffon Pas Pardieu se fait servir le caviar à la louche par Poutine l'abominable homme des glaces


 Le sport n'est pas oublié avec la 2° édition de Rock & roll Carnaval 10 miles. Une course folle et déguisé où se mêlent efforts sportifs et musiques. La gastronomie est sucrée salé à la table de sa majesté. Elle mêle les traditions culinaires de notre invité et celles de notre terroir. Cette édition du Carnaval, on en a jugé, doit de par son éclectisme satisfaire le plus grand nombre de visiteurs. Carnaval est la plus importante manifestation de l’hiver et du printemps à Nice.

JANVIER-2014-0194-copie-1.JPGLe Carnaval de Nice est avant tout une création populaire due à l’imagination et au travail d’une corporation de Niçois qui s’activent avec passion pour ce violon d’Ingres qui n’est pas leur profession mais qui leur a été transmis par héritage familial et culturel. Paillassou, Polichinelle et Triboulet sont les trois principaux protagonistes de cette fresque où la valeur symbolique de cet art grotesque échappe parfois à l’œil du spectateur qui ignore la force d’une œuvre comme le char de la Ratapignata (chauve-souris) embleme inversé de l'aigle niçois.

JANVIER-2014-3438.JPGJANVIER-2014-3449.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Maité la terreur du terroir


Comme le Carioca, le Niçois manifeste un attachement à son passé, ses traditions, sa culture mais également il est ouvert aux influences culturelles internationales, depuis le XVIIIème siècle, Nice a accueilli de nombreux hivernants, venus du monde entier. Le Carnaval a été au XIXe et dans la première moitié du XXe siècle, le témoignage le plus éclatant de la convivialité entre les Niçois et leurs hôtes de passage. Cette grande fête a même servi de modèle à Rio, qui a développé son grand carnaval après le passage de l'empereur Pedro II à Nice en 1888.

JANVIER-2014-0207.JPG

Bocuse imperator la cuisine des chefs


 Même effet, pour la grande parade de Pasadena, qui a lieu le 1er janvier, à l'occasion du Tournament of Roses, près de Los Angeles. Elle avait été créée vers 1890 après le passage à Nice d'un membre influent du Comité de Pasadena. Le Carnaval de Nice a également servi de modèle aux carnavals de la Nouvelle Orléans, Québec, Viareggio, au siècle dernier, et tout récemment à celui de Tahiti en 1997 et Bradford en Angleterre, en 1995.

JANVIER-2014-0089.JPGJANVIER-2014-0114.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Carnaval de Nice a la chance d'avoir le plus riche et long passé dans l'histoire des carnavals du monde. Il apparaît en 1294, lorsque les chroniques signalent la venue du comte Charles II d'Anjou, "pour y passer les jours joyeux du carnaval". Du Moyen Age au XIXe siècle, le Carnaval se déroule dans un style différent selon l'époque. Au Moyen Age, une fête de bals et de mascarades; au siècle des Lumières, les bals masqués se déroulent à la mode vénitienne, en milieu fermé.

JANVIER-2014-0260-copie-1.JPGLe carnaval change d'aspect lors du séjour, en 1830, du roi Charles-Félix. Pour la première fois, un "corso" fut organisé sur le Cours Saleya, en hommage aux souverains. A bord de voitures et de calèches, fleuries et décorées, les notables niçois défilèrent en "riches costumes" sous le balcon du Palais Royal. Très vite, les batailles de projectiles deviennent le jeu essentiel de la fête. A partir de 1892, les confetti de papier détrônent les confetti de plâtre, réservés au Mardi-Gras jusqu'en 1955 et dont les batailles mémorables sont ancrées dans la mémoire des Niçois.

JANVIER-2014-0270-copie-1.JPGEn 1873, un Comité organisateur du Carnaval, composé de riches hivernants et de membres de la bourgeoisie niçoise, institua une distribution de prix lors d'un premier défilé de chars. De nombreuses initiatives sont à mettre à l'actif des Comités des Fêtes successifs : batailles de fleurs sur la Promenade en 1876, trains "du plaisir" sur la ligne PLM en 1877, char de Sa Majesté en 1882, palais-loggia en 1890, Madame Carnaval en 1893, chanson officielle en 1905, illuminations électriques en 1921.

JANVIER-2014-3422.JPG

Gargantua d'aujourd'hui pourrait etre Michelin et la course à l'etoile


 Aujourd'hui, le carnaval niçois devient le terrain privilégié de la créativité des carnavaliers, qui caricaturent dans le meilleur style grotesque aussi bien les scènes de la vie niçoise que les évènements internationaux. Il nous donne ainsi un témoignage inestimable et incomparable sur la vie de nos contemporains à travers la vision humoristique des carnavaliers.

JANVIER-2014-0255.JPG

Les tontons bringueurs, l'hommage à Lautner


 De nos jours, Nice dispose de carnavaliers talentueux dans l'art de concevoir de gigantesques automates-robots mécanisés. Mais c'est également à Nice, que les expériences pilotes de carnaval avec la participation des jeunes des banlieues et le savoir faire des lycées professionnels ont commencé dès 1993, sous l'impulsion de l'association Carnaval Sans Frontières, notamment. Elles ont servi d'exemples au Carnaval de la Biennale de Lyon et à la Carnavalcade de Saint Denis, pendant le Mondial 98. (Suite au prochain épisode)

JANVIER-2014-3446.JPG

 

                                 DIAPORAMA DU CARNAVAL


  

Partager cet article

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS

Articles Récents