Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 20:22

photos-2013-0046.JPG

Mémorial du souvenir de Napoleon 1er à Golfe Juan

 

En 1815, la rade de Golfe-Juan n’était qu’un mouillage naturel avec quelques cabanes de pêcheurs et des hangars à poterie où se rencontraient négociants et muletiers… La flottille, partie cinq jours auparavant de Portoferraio, était composée de sept bâtiments :

photos-2013-4728.JPGphotos-2013-0089.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l’Inconstant, un brick de petit tonnage à voiles carrées armé de 40 canons, de fins bateaux barbaresques à trois mâts, l’Etoile, le Saint-Joseph, le Saint-Esprit, la Caroline ainsi que des felouques, la Mouche et l’Abeille et s’il avait choisi le petit port, niché au fond du Golfe-Juan, c’est qu’il connaissait bien cette rade sûre, dont il avait jadis armé les batteries. C’est à trois heures de l’après-midi le 1er mars 1815, que débarquait l'Empereur Napoléon, de retour de l’île d’Elbe.

avril2013-0197.JPG

conférence sous la tente du village Napoléonien

 

Rappel historique : L'Empereur Napoléon Premier, ayant abdiqué sans condition le 1er avril 1814, s'était vu octroyer la souveraineté de l'Ile d'Elbe par le traité de Fontainebleau, ce qui permit au Roi Louis XVIII de monter sur le trône de France. L'impopularité grandissante du Roi et le projet des puissances alliées de déporter Napoléon à Sainte Hélène décidèrent l'Empereur à rentrer en France pour reconquérir son trône.

avril2013-0182.JPG

Au village Napoleonien livres et objets cultes sur l'Empereur


 C'est ainsi, que dans le plus grand secret il quitta l'Île d'Elbe et se présenta, le 1er mars 1815, à bord du brick l'Inconstant dans la rade de Golfe-Juan pour écrire l'une des pages les plus célèbres de l'histoire de France et qui deviendra le tracé audacieux de la plus belle route de France: La route Napoléon.

avril2013-0233.JPGNapoléon Ier ayant été forcé d'abdiquer sans conditions en 1814, les pourparlers vont bon train pour savoir où loger cet empereur bien encombrant tandis qu'il est en résidence surveillée au château de Fontainebleau. Ainsi, la coalition européenne fomentée contre lui, propose d'abord la Corse sous l'égide du Tsar Alexandre 1er, mais le grand écuyer Caulaincourt refuse et demande la Sardaigne. Le Tsar, à son tour, refuse car cette île dépend du Roi du Piémont Sardaigne Victor Emmanuel 1er. Finalement, l'accord est conclu entre le Tsar et Caulaincourt : ce sera l'île d'Elbe située entre la Corse et la Toscane.

avril2013-0247.JPG

A la maniere de la route 66 à Santa Monica, la plaque qui marque le depart de la route Napoleon

 

Par le traité de Fontainebleau, Napoléon Ier, gardant son titre d'Empereur des Français, fait ses adieux le 20 avril 1814. L'impératrice Marie-Louise, devient, quant à elle, duchesse de Parme, à proximité de son mari. Le 4 mai, parallèlement, le vieux Louis XVIII fait une entrée triomphale à Paris et autorise un gouvernement constitutionnel, plus par obligation que par choix.

avril2013-0111.JPGavril2013-0162.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant ce temps, Napoléon, Prince de l'île d'Elbe, s'ennuie ferme. Il est d'autant plus furieux que le traité de Fontainebleau qui lui accordait une rente n'est pas respecté. En outre, Napoléon apprend qu'il pourrait être exilé aux Açores ou sur l'Île de Sainte-Hélène. Comme si cela ne suffisait pas, Napoléon apprend l'infidélité de Marie-Louise et l'exil de son fils à Vienne qui veut transformer « l'Aiglon » en Franz, prince autrichien.

avril2013-0126.JPG

les piéces d'artillerie Autrichienne sont prétes à faire feu !


 C'en est trop pour Napoléon qui décide de tenter un coup d'éclat car il sait aussi, de source sûre, que les Français, pour leur grande majorité, n'aiment pas Louis XVIII et qu'ils lui sont toujours fidèles. Tentant le tout pour le tout, Napoléon Ier prévoit un débarquement à Golfe-Juan le 1er mars 1815. Avec l'aide du fidèle général Cambronne qui gardait le secret, il rejoint Cannes rapidement. Napoléon poursuit sa route par Mouans-Sartoux et Grasse et arrive, le 2 mars à Escragnolle (le village du général François Mireur) avec ses troupes qui l'ont rejoint.

avril2013-0291.JPGavril2013-0317.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lendemain, une halte est faite à Castellane la porte du Verdon puis la troupe prend le chemin du col des Lèques et arrive à Barrême, Cambronne lui ayant préparé un logement. Le 4 mars, Napoléon arrive à Digne-les-Bains. Cambronne fait toujours l'avant-garde et lui trouve des étapes accueillantes pour se reposer. Tout au long de la route, des soldats les rejoignent. Marins, lanciers, grenadiers, canonniers, officiers...

avril2013-0323.JPG

Bivouac sur la plage de Golfe Juan


 C'est un vrai regroupement des forces vives des armées qui se joignent à leur chef. Durant ce temps, le général Drouot, en arrière-garde, fait imprimer des tracts pour rassembler la population. Le 5 mars, Napoléon arrive à Sisteron, puis à Gap. L'accueil est partout enthousiaste, notamment à Grenoble quand, s'avançant devant les soldats royalistes, Napoléon les rallie à sa cause.

avril2013-0178.JPG

charge de la cavalerie contre les Autrichiens


 Après des jours de voyage, Napoléon dont l'armée a enflé le long de son trajet, arrive finalement le 10 mars à Lyon où il est accueilli triomphalement puis à Villefranche, à Mâcon et enfin à Fontainebleau. Les Tuileries sont désertes tandis que les troupes affluent à Fontainebleau ainsi que la population. Le drapeau tricolore flotte à Paris lorsque Napoléon y entre victorieux.

avril2013-0370.JPG

Piéce d'artillerie en action


 Parallèlement, c'est la panique chez les royalistes, La Fayette, Madame de Staël, Chateaubriand, tous sont désorientés ou s'enfuient. En Autriche, l'Aiglon, âgé de 4 ans, change de résidence ; en Italie, l'amant de Marie-Louise, le général Neipperg prend les armes. Même l'Angleterre hésite à reprendre les armes contre son grand rival. Pourtant, après son retour fracassant, Napoléon se prépare à la bataille contre l'Europe entière.

avril2013-4771.JPG

Un temps excécrable ! l'un des pires mois de Mars depuis 40 ans


 Le rêve de reconquête du pouvoir va se révéler une cuisante défaite à Waterloo le 18 juin 1815. Cette fois, les coalisés d'Europe vont se montrer beaucoup plus méfiants. La France va perdre de nombreux territoires dont l'Alsace et la Savoie, le comté de Nice sera rendu à la Sardaigne. Elle devra aussi payer une lourde indemnité. Le gouvernement de Louis XVIII revenu au pouvoir va appliquer à la lettre toutes ces décisions. Napoléon, quant à lui, va se rendre aux Anglais en espérant être exilé aux Etats-Unis mais le choix se portera sur l'île de Sainte-Hélène, au milieu de l'Atlantique sud, où il va décéder le 5 mai 1821.

avril2013-4769.JPG

Les Autichiens placent leur canon

 

Evidemment, Napoléon n'a jamais pris la Route Napoléon, puisque la route n'existait pas lorsqu'il a débarqué à Vallauris, dans le Golfe de Juan, le 1er mars 1815. C'est la Nationale 85 qui a pris le nom de l'Empereur pour devenir la première route touristique à caractère historique.

avril2013-0179.JPGSur l'initiative du Touring-Club de France, en 1909, voit le jour la Grande Route des Alpes. La RN 85, à l'instigation des syndicats d'initiative locaux en 1932 est baptisée Route Napoléon. La Route Napoléon est l'épine dorsale qui va de la Côte d'Azur au cœur des Alpes, praticable toute l'année.

avril2013-4799.JPG

la garde meurt mais ne se rend pas !


 Si elle ne suit pas exactement les chemins de l'époque dont beaucoup ont d'ailleurs disparu, la route donne une bonne idée du périple effectué en 1815 par l'Empereur allant de Vallauris à Grenoble, par Grasse, Digne, Sisteron, Gap. Ce qui totalise plus de 300 kilomètres, à pied le plus souvent, en une semaine. Un exploit….

avril2013-4824.JPG

Napoleon et son etat major visitent les troupes


 Le Vol de l'Aigle, volant de clocher en clocher, jusqu'aux tours de Notre-Dame se poursuivra par Lyon, Mâcon, Châlons-sur-Saône, Autun, Auxerre et enfin Paris où Napoléon retrouve le trône que vient d'abandonner Louis XVIII en fuite vers Gand.

avril2013-0186.JPG

                               DIAPORAMA DU SPECTACLE


 

Partager cet article

Repost 0
Published by BIKER06 - dans HISTOIRE

Articles Récents