Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 20:19

MAI-2013-8484.JPG Nicolas s'installe dans la vieille ville et commence ses structures en bois. Une révélation ! En plus le Vieux Nice favorise les rencontres d'amis artistes: Milthon, Bosio, Fondacaro, Baviera, Sacha Sosno, De Bonis, Chubac ... Il devient l'assistant d'Arman !

MAI-2013-0097-copie-1.JPGMAI-2013-0089.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nicolas Lavarenne a atteint une renommée internationale. Aujourd'hui il est au sommet de son art et ses œuvres monumentales et aériennes en bronze sont exposées dans les lieux les plus prestigieux. Ses sculptures voyagent constamment des plus grands salons aux plus fameuses expositions urbaines pour le plus grand plaisir du public et des amateurs d'art.

MAI-2013-8492.JPGNé en 1953, fils d'artistes peintres, Nicolas est un sculpteur autodidacte. Assistant d'Arman, sculpteur et mouleur de prototypes industriels, il commence à récolter les prix du public et l'attention du monde de l'art dès 1984. Aujourd'hui il est représenté par de prestigieuses galeries en Europe et ses œuvres sont dans de nombreuses collections publiques et privées à travers le monde (famille royale d'Angleterre, du Danemark, Ville de Sion, Moosseedorf Suisse, Ville d'Evian, de Divonne, Région PACA…).

MAI-2013-0122.JPGMAI-2013-8474.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre ex biker expose jusqu'à la fin juillet dans les jardins de la fondation d'art du château de la Napoule, je me précipite donc pour voir ses œuvres  monumentales qui font jaser de partout ou elles passent ! Le sculpteur azuréen libère ses œuvres de la pesanteur pour le plus grand étonnement et plaisir des spectateurs. Saisissant !

MAI-2013-0085.JPGSes êtres de bronze, perchés sur leurs échasses dans un équilibre fougueux découpent les espaces et envahissent les lieux qu'ils occupent par leurs lignes et leurs mouvements. Des œuvres saluées par la critique internationale, ne pouvant laisser personne indifférent.

MAI-2013-8379.JPGMAI-2013-8409.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce n’est pas la première fois que les œuvres de Nicolas Lavarenne sont présentées au Château de la Napoule mais cette année, pour cette exposition solo, plus d’une douzaine de sculptures monumentales envahissent les jardins, avec les grands classiques de Nicolas, ainsi que ses dernières créations. Dans la galerie blanche, ce sont des études et de plus petits formats qui sont à découvrir.

MAI-2013-8481.JPGDans les cieux du monde entier on découvre des sculptures monumentales de Lavarenne représentant des hommes ou des femmes nus, soit tendus sur des fils, soit portés par des pieux et qui s’élancent vers le ciel. La Côte d’Azur n’en manque pas puisqu’on en trouve à Menton, à Saint Paul de Vence. De partout ou passe le sculpteur cela fait souvent grand bruit, car ses œuvres quelque peu sulfureuse font souvent débat.

MAI-2013-8422.JPGMAI-2013-0077.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Celle qui est installée à Cagnes-sur-Mer est particulièrement élégante. Une femme, face à la Méditerranée, semble s’envoler pour rejoindre les côtes africaines. Les bras écartés, la poitrine tournée vers la mer, on s’attend à ce qu’elle disparaisse d’un moment à l’autre dans son envol.

MAI-2013-0032.JPGMAI-2013-0164-copie-2.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec les fesses qui regardent le Cros et les seins tournés vers les vagues, la statue élancée de Nicolas Lavarenne ne passe pas inaperçue au Cros-de-Cagnes... Cette femme nue réalisée en "stratifié polyester fibre de verre", repose, telle une échassière, sur trois lances d’acier de plus de 6 mètres de haut. Suivant l'angle de vue certains passants jugent cette œuvre d'art obscène. Depuis son inauguration une petite polémique enfle au Cros et des habitants demandent qu'elle soit enlevée.

MAI-2013-0224.JPGMAI-2013-8384.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais alors, quitte à redouter une telle indécence, il faut enlever les femmes nues de Germaine Richier du musée Picasso à Antibes, et surtout l’obélisque de Bernard Venet du quai des Etats-Unis à Nice d’un aspect phallique dégradant mais incontestable.

MAI-2013-8437.JPGMAI-2013-8460.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le plus amusant est que, pendant ce temps-là, on installe douze grandes sculptures de Nicolas Lavarenne dans le château de la Napoule qui ont été inauguré le 31 mai. Le château serait en état de siège. Les barricades commencent à être érigées (le mot est peut-être malheureux) aux alentours. On parle d’une contre-révolution vis-à-vis de ces sans-culottes qui se dressent dans l’enceinte seigneuriale. Après les contre-manifestations du mariage pour tous, allons-nous assister aux manifestations anti-Lavarenne ?

MAI-2013-0125.JPGMAI-2013-0126.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En attendant c’est une belle opération de communication au bénéfice de l’artiste qui, probablement, n’en espérait pas autant. Nicolas Lavarenne a commencé ses œuvres à une époque ou l’on ne s’offusquait beaucoup moins de la nudité que de nos jours.  A cette époque, il travaillait le bois et, déjà, sa préoccupation était de libérer les corps de la gravité terrestre : il les suspendait à des cordages ou les juchait sur des installations improbables.

MAI-2013-8377.JPGC’était le temps de la révolution sexuelle, des libertés permises, de la création artistique après des années de guerre. Aujourd’hui, tout est à polémique, il faut tourner 20 fois la langue dans sa bouche pour dire quelque chose, au risque de se faire accuser de tous les maux ! En attendant, Nicolas Lavarenne occupe et anime les jardins du Château de la Napoule jusqu’au 31 juillet. Un lieu idéal s’il en est pour ses sculptures géantes autant qu’aériennes. On a vraiment le souffle coupé devant autant d’audace et de prouesses techniques. Comment même est-ce possible : des bronzes de plusieurs dizaines de kilos, voire une centaine qui flottent au dessus du sol, dégagés à jamais de leur socle ?

MAI-2013-0058.JPGMAI-2013-0098.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des êtres nus, aux muscles allongés et saillants, concentrés sur leur gestuelle, instantanéisés dans l’effort, sûrs d’eux. Des hommes, surtout des hommes, et des femmes en équilibre stable sur leurs grandes échasses ou descendant le mur d’une tour, à moins qu’ils se soient installés dans un improbable hamac, immobiles mais ramassés, prêts à exécuter une action... explosive.

MAI-2013-0119.JPGNicolas Lavarenne a dû exécuter de nombreux écorchés avant de pouvoir saisir avec autant de maîtrise ses personnages. Rien d'érotique dans ces nus. C'est un Homme dépouillé de ses atours, de ses cache-misères, sans faux fuyants, un Homme naturel, à peine sorti du paradis terrestre et qui doit s'affirmer, prêt à bondir, prêt s'il le faut à se battre... et qui cultive le geste juste car il n'a pas droit à l'erreur dans ce monde devenu pour lui une jungle.

MAI-2013-8487.JPGMAI-2013-8374.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La présence des nombreux bronzes qui habitent les jardins du Château de La Napoule rendent incontournable la visite. De plus petits formats tous aussi audacieux sont visibles dans la Galerie Blanche du Château. Dans le prochain article, je reparlerai à nouveau de ce château de la Napoule, qui est tout aussi spécial que les œuvres de Lavarenne….

MAI-2013-8428.JPG

                                  DIAPORAMA DES OEUVRES


  

Partager cet article

Repost 0
Published by BIKER06 - dans ARTS BIKERS

Articles Récents