Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 15:10

mars-2012-0009.JPG Au 12ème siècle, la prise de Jérusalem donne lieu à la naissance de l’Ordre du Temple dont la mission initiale a pour objectif de défendre la chrétienté sur les terres d’Orient. En ces temps tourmentés de Croisades, les pèlerinages en Terre Sainte deviennent dangereux et les Commanderies Templières se multiplient en Occident. L’acte de donation octroyant l’ensemble des terres de Buzot (Biot) à l’Ordre des Chevaliers du Temple a été entériné debut de l'année 1209 par le Comte Alphonse II ,avant de décèder à palerme pour "sauver son âme et celle de sa famille".

mars-2012-0004.JPGmars-2012-0007.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les préceptes qui régissent la vie à la fois monastique et chevaleresque des Templiers ont été édictés et rassemblés dans un manuscrit dont seuls subsistent sept exemplaires de par le monde : la Règle de l’Ordre du Temple. Les moines-soldats s’installent sur les hauteurs stratégiques de Buzot (Biot), sur ce qui fut un prestigieux Castrum romain durant les premiers siècles de notre ère puis, par un revers de l’histoire, connut de nombreuses vagues d’invasions, dites barbares, qui le laissèrent exsangue, sans terre et sans édifice, ruiné en ce début de 13ème siècle.

032.JPGPeu à peu, sur le chemin des Croisades, de nombreux Templiers s’attachent aux fiefs de Buzot. Nouveaux bâtisseurs, ils font appel à différents corps de métiers afin d’ériger ce qui deviendra la plus importante Commanderie de Templiers de la région sud Orientale de France et de pourvoir aux besoins d’un territoire qui tout au long du 13ème siècle s’étend pour occuper finalement, en 1308, la surface actuelle des terres biotoises :

0171.JPG188.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tailleurs de pierres, forgerons, menuisiers, potiers, enlumineurs, faiseurs de vitraux et premiers verriers s’affairent pour édifier château, église et bâtiments permettant de vivre dans la prière monacale et l’entraînement chevaleresque… Alors que meuniers, boulangers, paysans, tisserands, maréchaux-ferrants, fauconniers, écuyers ou encore archers rivalisent de savoir-faire et perfectionnent un artisanat en plein essor au Moyen Âge. Biot devient une capitale Templière...

mars-2012-0042.JPGEn mars 1209, le Comte Alphonse II  délivre à l’Ordre des Templiers un acte de donation autorisant la jouissance des terres biotoises. A Biot, les possessions du Temple sont d’abord gérées par la commanderie de Grasse et ce n’est qu’en 1233 que les chevaliers du Temple investissent leur nouvelle « maison », située dans l’ancien château de Biot. Aujourd’hui, la bâtisse est encore visible : il s’agit du bâtiment qui sépare la place de l’Eglise de la place aux Arcades.

mars-2012-0085.JPGmars-2012-0091.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  La commanderie de Biot comporte ainsi la répartition habituelle des maisons de l’Ordre : la chambre du commandeur, une grande salle, une cave, une tour avec cachot, des remises, des écuries, de grands jardins composés d’amandiers, de figuiers et de vignes. A chaque maison sont attribués deux à quatre chevaliers, un chapelain, des écuyers et des frères servants. Contrairement à d’autres, la commanderie biotoise exploite elle-même ses terres.

mars-2012-0055-copie-1.JPGLes chevaliers emploient de façon saisonnière des ouvriers agricoles pour aider à la récolte. Les revenus de la commanderie sont alors nettement supérieurs à ceux d’autres maisons. Au fil des donations, le territoire des Templiers de Biot s’agrandit, surtout de 1226 à 1260.

mars-2012-2800.JPGmars-2012-0259.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les terres s’étendent de Villeneuve-Loubet jusqu’aux Clausonnes en passant par le Golf de Biot et devient alors plus importante que la commanderie de Nice et de Grasse bien qu'elle soit déjà réunies sous un même commandeur Bernardus de Cambolano...

mars-2012-0104.JPGmars-2012-0133.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

branche de rameaux de l'arbre sacré d'olivier pour la bénédiction 

 

Plus tard l'évêque de Grasse, Raimond de Villeneuve et Geoffroi de Grasse, commandeur de Grasse, Nice et Biot, choisirent Guillaume, évêque de Vence et Rostang de Comps, maître du Temple comme successeur. Les chevaliers du Temple forment alors l’unité territoriale de Biot, ils constituent un important domaine de Nice à Grasse attirant quelques convoitises.

mars-2012-0143.JPGA l’aube du 14ème siècle, les Templiers d’Occident deviennent impopulaires. Bien que respectant la vie et les règles monastiques, beaucoup sont accusés de vivre dans l’opulence suite aux nombreuses richesses accumulées grâce aux donations dont ils ont bénéficié. En 1307, les Templiers sont arrêtés sur ordre du roi Philippe Le Bel qui projette de les anéantir afin de s’octroyer leurs richesses.

mars-2012-0160-copie-1.JPGmars-2012-0150.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Biot, situé hors de France, ne dépend pas de l’autorité royale. En cela, ce n’est que trois mois et demi après les arrestations de France que, sur ordre de Charles II le Boiteux, Comte de Provence ennemie héréditaire du pays niçois, les chevaliers biotois sont arrêtés et emprisonnés à Perthuis. Suite à ces arrestations, le Pape Clément V attribue les richesses de l’Ordre du Temple aux Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, devenus en 1530 Chevaliers de Malte.

mars-2012-2761.JPGmars-2012-2771.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  La création de l’Ordre du Temple nécessite l’établissement d’une règle permettant d’introduire et de légaliser l’arrivée des templiers dans la société médiévale du 12ème siècle. Ainsi, en 1128, un concile se réunit à Troyes pour rédiger la règle primitive de l’ordre sur la base des travaux de Saint-bernard. La règle primitive, également nommée "règle latine", définit tous les préceptes de la vie des moines soldats. Elle prévoit effectivement les statuts hiérarchiques, l’élection du Maître de l’Ordre, les pénalités, la vie conventuelle des frères, les chapitres, les pénitences et la réception des étrangers dans l’ordre.

mars-2012-0267.JPGmars-2012-2743.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le document original de la règle de l’Ordre du Temple (manuscrit 37, prêté par la Bibliothèque Carré d’Art de Nîmes), datant du 12ème siècle, est exposé au Musée d’Histoire et de Céramiques Biotoises, dans le centre historique.

mars-2012-0177.JPGLa Commanderie de Biot avait bien sur beaucoup d'affinité avec les templiers italiens. Le premier Ordre Templier italien, intitulé Ordre de Saint Jacques d’Altopascio est considéré comme l’un des plus anciens ordres militaires découvert à ce jour. Constitué par des moines Augustin vers le milieu du 10ème siècle, à Altopascio prés de Luca, cet ordre a pour mission de porter assistance aux pèlerins voyageant par la route de Rome jusqu’à Saint Jacques de Compostelle.

mars-2012-0197-copie-1.JPGmars-2012-0201.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Ordre de Saint Jacques d’Altopascio, dirigé par Maître Capponi, n’a jamais étendu son territoire. Ainsi, après quelques désaccords avec le Pape Paul III, le dernier maître Capponi est excommunié puis l’ordre est absorbé par celui des Chevaliers de Saint-Étienne de Toscane. Fondé en 1561 par le Grand Duc Cosimo de Médicis de Toscane pour combattre les corsaires, l’ordre de Saint Etienne de Toscane suit la règle des Bénédictins.

mars-2012-0207.JPGmars-2012-0225.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ordre italien comporte quatre classes composées de chevaliers issus de sang noble, de chapelains, de sergents et de canonniers. Les chevaliers siègent dans le couvent de la ville de Pise et sont vêtus du blanc manteau comportant une ligne rose et la Croix de Malte a liseré or sur le côté gauche.

mars-2012-0261.JPG

mars-2012-0292.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette Année Biot a encore fait très fort et à tenu toutes ses promesses avec des dizaines de milliers de visiteurs et un enthousiasme non feint car le public participe de plus en plus à cette énorme commémoration. Des troupes venues d’Allemagne, d’Italie, d’Espagne, de Tchéquie et des quatre coins de France ont animé tout au long du week end spectacles equestres, combats, fauconnerie, procession et bénédiction des rameaux…. (A suivre)

mars-2012-2779.JPG

mars-2012-0041.JPG                          2 DIAPORAMA DES TEMPLIERS


                           PORTRAITS DES PARTICIPANTS


 

Partager cet article

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS

Articles Récents