Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 21:10

 Mai-2010-0201.JPG

En Camargue, très ancrés dans des traditions agricoles et pastorales, des hommes vouent à leurs chevaux, indispensables à leur survie et par une heureuse prédestination que l'élevage du taureau a maintenu jusqu'à nos jours, un véritable culte d'amour, plus vivace que jamais.

Mai-2010-0207.JPGC'est pourquoi, non loin du village du Cailar, village reconnu comme étant la capitale de la Bouvine, face aux immenses étangs de la petite Camargue, la mémoire locale rapporte qu'un cavalier, souhaitant rendre le plus beau des hommages à son compagnon, le fit enterrer droit, sellé, bridé, un trident à son côté, lui gardant pour l'éternité toute la fierté de sa race. Cette région immense, allant du Languedoc à la Provence, voue unanimement un soin et un respect indéfectibles à ce cheval Camargue.

Mai-2010-0269.JPGMai-2010-0282.JPG

  

Le taureau quand à lui est incontestablement le roi de Camargue. Les grands troupeaux sont appelés "Manades" et sont élevés uniquement pour la course camarguaise. Le taureau, dans les arènes, est affronté par une dizaine de "razeteurs" qui vont tenter de lui ravir la cocarde attachée entre les cornes par des ficelles. Agressivité, brio, intelligence du combat vont en faire un dieu des arènes provençales et languedociennes. La course dure quinze minutes. Je rappelle que le taureau de race « Camargue » n’est jamais mis à mort, je tenais à le signaler car je suis opposé à la pratique barbare de la corrida.

Mai-2010-0071.JPGEnsuite le taureau rentrera à la manade et ne fera une autre course que deux ou trois semaines plus tard. Les cocardiers (c'est ainsi que l'on nomme les taureaux vedettes) courent environ six ou sept fois par an. A la fin de leur carrière, vers quatorze ou quinze ans, ils passeront une retraite paisible dans la manade. A leur mort, ils seront enterrés debout, la tête tournée vers la mer, avec stelles ou statues à leur effigie. Les grands cocardiers ne perdent jamais leur notoriété et toute la Camargue rêve encore des exploits du "Provence" ou du "Sanglier".

Mai-2010-0287.JPGLe métier de Manadier est un métier de passion. Que d'heures passées dans l'ombre pour soigner les bêtes, les sauver de l'eau, garder "à bâton planté" par tous les temps pour les faire manger. C'est une vie rude, dangereuse, impécunieuse, dont la récompense sera peut-être après de longues années ". Le Taureau" qui deviendra célèbre et qui fera briller la devise de la manade. Quelques "Carmen" pendant une course vous font battre le cœur et vous mettent les larmes aux yeux. Les manades sont le garant des espaces naturels en Camargue. La Jeunesse Camarguaise  aime passionnément les traditions taurines. Tous les enfants rêvent d'être gardians ou razeteurs et les jeunes filles, portant avec grâce le ruban pour la « festo vierginenco », se voient un jour reine d'Arles. Le Fe Di Biou est dans le cœur des Camarguais.

Mai-2010-0261.JPGLa Camargue, c’est aussi l’assurance de partager l'intimité de la faune sauvage dans un milieu naturel et dans cet environnement si particulier : marais, étang, roselières, pelouses, sansouïres, roubines... la diversité d'habitats favorise la présence d'un grand nombre d'espèces d'oiseaux, sédentaires ou migrateurs. Vous pouvez observer des milliers de flamants roses, hérons, cigognes, aigrettes, sarcelles, rapaces, passereaux et autres petits échassiers.

Mai-2010-0267.JPGC’est la magie d’un pays aux espaces naturels préservés, sanctuaire fragile d’une faune et d’une flore exceptionnelle. Castors ,genettes et loutres sont également bien représentées. Les insectes sont l'une des composantes essentielles de la Camargue du fait du rôle prépondérant qu'ils jouent au sein des chaînes alimentaires. Les Chironomes (à ne pas confondre avec les moustiques), qui forment d'épaisses colonnes noires au-dessus de la végétation les soirs d'été, sont de petits diptères dont le rôle est capital, aussi bien au stade de larves (consommées par les poissons, les oiseaux) qu'au stade adulte (consommé par les oiseaux, les chauves-souris).

Mai-2010-0215.JPGParmi les insectes piqueurs, le Moustique, tient largement la vedette et est particulièrement redoutable pour les hommes et le bétail pendant les trois mois printaniers. C’est le seul inconvénient de la Camargue. On s’en est largement aperçu lors de notre arrêt au château d’Avignon sur la route des Saintes. Un marseillais vous direz qu’à cet endroit les moustiques sont aussi gros que des dragons.

Mai-2010-0293.JPGPour notre retour en terre Niçoise, nous décidons de passer par Fontvieille et les Baux de Provence. On ne se lasse jamais de faire une halte dans ce village considéré comme l’un des plus beaux de France, surtout que celui-ci n’est pas encore occupé par les hordes de touristes venant du monde entier pour visiter cet éperon rocheux. Car ce sont plus d’un million et demi de visiteurs qui font le déplacement chaque année pour voir cette merveille situé sur les contreforts de la chaine des Alpilles.

Mai-2010-0369.JPGMai-2010-0370.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Cette place-forte médiévale a connu une histoire militaire mouvementée et si vous voulez en connaître l’histoire, je vous suggère d’aller la découvrir sur le site officiel de la commune. La seule chose que je peux vous dire, c’est que la famille Grimaldi de Monaco  possède toujours la réjouissance des lieux au titre de « marquis des Baux » dont Albert II bénéficie dans ses nombreux titres de noblesse. Nous continuerons notre route jusqu'à Salon de Provence avant de rentrer définitivement  dans notre comté Nissart ou l’on se sent finalement en vacance toute l’année ……

Mai-2010-0420.JPG

 

DIAPORAMA DE LA FAUNE CAMARGUAISE ET DU VILLAGE DES BAUX

 



Partager cet article

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS

Articles Récents