Dimanche 1 mai 2011 7 01 /05 /Mai /2011 09:36

  Aout-2010-0639.JPG

messe templiere dans l'eglise Sainte Madeleine de Biot

 

C’est en 1135 que les chevaliers du temple s’établirent à Nice, occupant plus tard en 1154 un édifice désigné sous le nom de « temple » situé dans l’actuelle rue de la préfecture.

Aout-2010-0518.JPGAout-2010-0522.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hors les murs de la cité historique, ils disposaient de deux autres établissements, l’un, sorte d’hospice ouvert aux voyageurs franchissant le Var, installé sur la rive gauche, l’autre sur la rive droite sur les hauteurs de Buzot (Biot). C’est dans ces différentes retraites que le 24 janvier 1308 seront interpellés, comme d’ailleurs dans toute la Provence (Nice n’étant pas encore à la Savoie), les chevaliers aux blancs manteaux du baillage de Nice.

Aout-2010-0499.JPG Cet événement avait été précédé par la rafle opérée le 13 octobre 1307 dans tout le royaume de France sous l’ordre de Philippe le Bel. A la suite de ce premier coup de filet, le fameux trésor du temple avait été acheminé clandestinement dans le sud pour être transporté ensuite en lieu sur vers les possessions d’orient. Il était prévu ensuite de l’embarquer au port d’Antibes. C’est ainsi que commence la légende de Auger Guigonis et du trésor des templiers :

Aout-2010-0514.JPGAvril-2011b-0441.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’histoire prétend que chaque nuit, lorsque la cloche du donjon sonnait le huitième quart du guet, une ombre entrait dans le temple du quartier saleya  à Nice. Le visiteur prononçait  le nom et les lettres donné par le prophète Isaïe au Rédempteur  Emmanuel. Toutes ces précautions devaient aboutir à l’amoureuse rencontre d’Auger Guigonis Commandeur du temple avec Bertrade d’Arlac la fille du gouverneur du château de Nice.

Avril-2011b-0303.JPGAvril-2011b-0306.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nourri des principes ésotériques de son ordre, prudent, l’amant ténébreux imposait ce protocole mystérieux pour parvenir jusqu’au nid avec sa colombe. (Il est impossible pour un niçois de faire des vœux de chasteté). La fille du gouverneur connaissait la disgrâce qui avait frappé les chevaliers du temple dans le royaume de France. Des bribes de conversation saisies au château faisaient état de la haine portée aux templiers, dont la réussite et la puissance constituaient une menace pour le despote roi de France (un de plus avec François 1er, Louis XIV et Naboleon IV).

Avril-2011b-0365.JPG Bertrade fit part de ses craintes à Auger qui organisa habilement la fuite vers l’orient... Consciente du Danger qui menaçait son amant, Bertride ouvrit les lettres parvenu à son père par Charles d’Anjou alors comte de Provence. L’assemblée des commandeurs avait donc décidé de hâter le départ pour la terre sainte. Déjà 37 chevaliers de l’ordre regroupés dans le baillage de Nice avec armes et bagages, suivis des « tueropoliers » (fantassins) se dirigeaient vers Antibes pour y être embarqués.

Avril-2011b-0583.JPGAvril-2011b-0614.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Nice seul une douzaine de frères et leurs écuyers restaient encore dispersés dans les trois ordres locaux. Auger était du nombre, ne voulant pas abandonner sa bien aimée. Ils entreprirent de sauver le trésor du temple, objet des convoitises de Philippe le Bel et Charles d’Anjou.

Avril-2011b-0653.JPG L’amas d’argent et de bijoux constituant l’intégralité du trésor du temple doit être enfouis en lieu sur dans les meilleurs délais. De sa possession dépend la survie de la confrérie…. Ainsi parla Auger Guigonis ! Comme il ne pouvait être question de conserver la fortune des templiers dans un de leurs établissements, il fallait le transporter sans tarder dans une cachette insoupçonnable. Auger eut encore recours à Bertrade pour organiser ce délicat transfert. Une cache sure dans les galeries perdues des fortifications du château de Nice sera accepté. (Souvenez-vous de ma newsletter sur la découverte de la crypte à la suite de la construction du tramway. Les fortifications Niçoises étaient alors deux fois plus importantes que celle de Carcassonne.)

Avril-2011b-0449.JPG Avril-2011b-0464.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce n’est point au château truffée de souterrains et de catacombes encore inexplorés de nos jours, que l’on trouvera le trésor pensa  la jeune fille. Avant de partir, Bertrade confiera à son preux chevalier : S’il vous arrive malheur, je fais serment de me précipiter du haut des remparts sur les rochers du rivage.
Abritée dans les fondations du château, repérées grâce à un plan primitif qu’avait consulté la fille du gouverneur, la fortune du temple pouvait attendre la des jours meilleurs à l’écart des convoitises. Avec les premières lueurs de l’aube, l’impitoyable processus d’arrestation décidé par Charles d’Anjou s’accomplissait dans toute sa rigueur.

Avril-2011b-0673.JPG Huit chevaliers Niçois se défendirent avec bravoure mais succombèrent sous le nombre. Pris ils furent conduits jusqu'à Meyrargue et Perthuis ou étaient regroupés les prisonniers. Quand aux 37 templiers embarqués à Antibes, ils avaient déjà gagné la haute mer. Guigonis et les siens tentèrent en dépit des risques de rejoindre Aix en Provence ou se déroulait le procès.

Avril-2011b-0687.JPG  Mêlés à la foule Guigonis et ses compagnons furent démasqués. Interpellés, ils périront eux aussi dans les flammes du bucher. Quelques jours après leur mort, on devait découvrir le corps déchiqueté de Bertrade d’Arlac sur les rochers battus par les vagues, au bas des tours du château de Nice. C’est par hasard lorsqu’on débarrassa en 1822 les restes de l’ancien château ruiné, pour transformer le site en promenade publique que l’on mit à jour une dalle de pierre dont l’inscription intrigua les archéologues. On y lisait cette étrange inscription : AG  GB + EMMANUEL HA IV MCCC VIII. Le code secret de Bertrade d’Arlac et d’Auger Guigonis.

Avril-2011b-0709.JPG On sait qu’un autre   roi de France fit détruire le château de Nice, Louis XIV. Toutes les galeries, les fondations et les souterrains furent écroulés. Les sous sols de la cité historique conservent dans ses flancs l’énigme du mystérieux trésor des templiers épargné grâce à l’amour et caché la depuis prés de sept siècles. Avec la pyramide de Falicon et sa grotte mysterieuse dont je vous ai précedement parlé dans un article , les galeries naturelles rejoignent la mer et donc tout naturellement l'ancienne forteresse Niçoise.L'hypothese du tresor  dans ces lieux est fortement mentionné par les historiens.

Avril-2011b-0720.JPG

 

              DIAPORAMA DES FESTIVITES TEMPLIERES

 

 

Par BIKER06 - Publié dans : FETES & SOIREES - Communauté : Region Sud
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés