Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 20:45

octobre-2013-0002.JPG

le palais des Anglais


  Depuis l'établissement d'une petite tribu ligure à celui d'un comptoir Grec, Beaulieu sur Mer est devenu l'un des endroits les plus prisés au monde. Les Ligures furent les premiers habitants de cette cote qui deviendra Azur à la fin du XIXe siècle et entrèrent en contact avec la civilisation grecque. En effet, Beaulieu eut surement un comptoir sur nos rivages du nom d’Anao. Beaulieu serait donc l’ancien site du port Antique d’Anao.

octobre-2013-9346.JPGL’histoire de Beaulieu-sur-Mer est indissociable de l’histoire religieuse. En effet, la Chapelle Santa Maria de Olivo (XIème siècle apr. JC) fut certainement un lieu de culte assez important dans la région. En 1860, Beaulieu est francisé et dépend de Villefranche sur Mer. Napoléon le petit l’appelle  tout de même « Belloloco ».

octobre-2013-0007.JPGC'est en 1888 que Beaulieu demande  son indépendance. Le 31 janvier 1891, la Chambre des Députés vote la proposition de lois « tendant à distraire le hameau de Beaulieu de la commune de Villefranche. Les élections qui eurent lieu le 20 septembre 1891 virent le triomphe de la liste Marinoni, obtenant même l’unanimité des votes exprimés, tant le désir de se séparer de la séculaire tutelle de Villefranche était fort.

octobre-2013-0009.JPGHippolyte Marinoni fait partie dans l’histoire, des personnages qui vous réconcilient avec la nature humaine. Rarement, on ne vit un être aussi désintéressé financièrement et politiquement. il ne cessa de doter Beaulieu de ses largesses jusqu’à la fin de ses jours, distribuant de l’argent aux plus démunis, payant des travaux de voirie et tout cela, sans jamais rien attendre en retour.

octobre-2013-9261.JPGPolitiquement, le véritable artisan de la cession fut le Vicomte François de May, né à Nice en 1834, issu d’une vieille famille du terroir. Il est secondé par Alfred Borriglione, le très populaire député maire de Nice, appuyé par le journal le Petit Niçois. Il ne faut pas oublier, le rôle que Nice a joué pour que Beaulieu devienne une commune indépendante.

octobre-2013-9268.JPGDès lors tout s’accélère, Beaulieu devient une station climatique fréquentée par toutes les têtes couronnées, personnalités et industriels du monde : la Reine d’Italie, la Reine Victoria d'Angleterre, le Roi des Belges Léopold II, le 1er Prince de Galle, Guillaume II, le marquis de Salisbury (1er ministre britannique), Théodore Reinach (archéologue et initiateur de la villa Kérylos), Gordon Bennett (propriétaire du New York Herald), la Princesse Galitzine, le Comte Tolstoï,  l’impératrice « Sissi » d’Autriche, Gustave Eiffel, Mistinguett, Tchekhov, les Grands Ducs de Russie.

octobre-2013-9334.JPGoctobre-2013-9508.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après la 1ère  guerre mondiale, la commune prend de l’ampleur. Elle accueille de nouveaux monarques et princes de sang: Gustave II de Suède, Hélène d’Italie, Elisabeth de Belgique et Léopold III. On y construit les palais les plus prestigieux et les hôtels de luxe les plus beaux du pays comme l’ancien Hôtel Bristol, magnifique édifice de six étages construit en 1898 par l’architecte danois Hans-Georg Tersling sur l’un des plus beaux emplacements de Beaulieu, prenant à l'époque tout l’espace entre la gare et la mer.

octobre-2013-0001.JPGCe palace est né de la volonté d'un célèbre fabricant de meubles londonien, Sir Blundell Maple et accueille dès son ouverture le 1er janvier 1899 les " grands " de ce monde tels que le Prince Louis Napoléon, la Duchesse d'Aoste. Le luxe et la rareté atteignent leur paroxysme au sein de ces murs permettant à leurs clients de jouir dans leur salle de bain d'une eau de mer réchauffée. Il est pendant longtemps l’un des plus vastes et des plus luxueux palaces de la Riviera et même du monde:

octobre-2013-9411.JPGoctobre-2013-9364.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

150 employés, 300 chambres, des salons particuliers, plusieurs bibliothèques et d’immenses pavillons situés aux deux extrémités pour accueillir concerts ou pièces de théâtre. L’immeuble occupe 2000 m2, avec côté sud, un vaste jardin complanté de fleurs, orangers, palmiers. Le hall de l’entrée principale, de huit mètres de hauteur, conduit à un double escalier monumental qui met en communication avec les étages; 60 chambres réparties le long d’un couloir de 150 mètres dans chacun des cinq premiers étages, au sixième, les logements du personnel.

octobre-2013-9439.JPGInaugurée en 1904, la Rotonde est adjacente à l'Hôtel Bristol. Pour répondre à la demande d’une salle à manger supplémentaire servant pour le thé dansant de l’après-midi, l'architecte créa un espace rayonnant particulièrement scénique. En effet, l’heure du thé étant depuis longtemps sacralisée par les Britanniques sur la Riviera, les hivernants de la bonne société auxquels se mêlaient les familles régnantes d’Europe en séjour d’hiver sur la Côte, se rendaient fréquemment à la Rotonde pour passer un moment privilégié.

octobre-2013-9447.JPGCet édifice se présente sous la forme d’une grande salle circulaire à absides vitrées, coiffée d’une coupole à pans coupés. Des colonnes corinthiennes structurent les avancées en arrondi des absides, délimitant un lumineux volume intérieur. Sa terrasse donne sur le jardin du Casino de Beaulieu qu’annonce, le long de la route du bord de mer, une monumentale rangée de Washingtonia filifera, palmier originaire de Californie. La Rotonde, lot de copropriété appartenant à la commune, est inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques en date du 23 juin 1978.

octobre-2013-9478.JPGOn pourrait encore citer le Palais des Anglais, le superbe hôtel de luxe "La Réserve" (1880) fondée par le niçois Pierre Lautier. La Réserve fut, à ses débuts, un restaurant qui tira son nom des réserves de poissons et de crustacés contenus dans ses bassins emplis d’eau de mer. À la Belle Époque, le pilote d’hydravion Auguste Maicon proposa ses services à la riche clientèle de La Réserve et un ponton fut aménagé à cet effet.

octobre-2013-9538.JPGoctobre-2013-9546.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le milliardaire James Gordon Bennett instaura un service de mail coach entre Nice et le restaurant, qu’il dota en outre du premier numéro de téléphone, le 01. Fréquenté par une clientèle internationale : Mistinguett, Rita Hayworth, Clark Gable, Charlie Chaplin, Sir Thomas Lipton, Paul Newman, Walt Disney, Robert Redford ... La Réserve est aujourd’hui un palace couronné de 5 étoiles.

octobre-2013-9499.JPGEt ce n'est pas fini, car hormis la villa grecque Kerylos que je vous ai déjà fait découvrir dans l'un de mes précédents articles, on peut apercevoir juste avant celle ci la résidence  Eiffel. En 1882-1883, Joseph Durandy acquit le terrain et il fit construire une maison. Une décennie après, la villa Durandy fut louée au grand-duc Pierre de Russie. En 1895, ce fut la famille Salles-Eiffel qui y séjourna en villégiature.

octobre-2013-9327.JPGoctobre-2013-9328.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ingénieur Gustave Eiffel s’en éprit au point de l’acheter. Après le décès de Gustave Eiffel, sa fille Claire Salles continua de fréquenter durant les vacances cette villa qui resta dans la famille jusqu’en 1977, date à laquelle elle fut vendue et prit alors le nom d’hôtel-résidence Eiffel.

octobre-2013-9527.JPGToutes ces résidences se trouvent dans la Baie des Fourmis ou Peira Forniga en niçois, qui fut par le passé, le siège d’un amoncellement fort curieux d’algues solidement entassées, voire concrétionnées à la base, ce qui les rendait invulnérables à l’assaut des vagues. Par places assez régulières, des monticules se faisaient jour et donnaient l’impression de grosses fourmilières. Aujourd’hui bien évidemment les algues ont disparues.

octobre-2013-9570.JPGoctobre-2013 9556

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On trouve aussi de très belles villas dans le quartier de "La petite Afrique".  On la nomme ainsi, en raison de son climat et de sa flore: de nombreux palmiers s’y trouvent. En effet, nous pouvons parler d’un « microclimat », pour caractériser le territoire de Beaulieu-sur-Mer. Il y a tout au long de l’année de 1 à 3 degrés de plus, par rapport au reste de la côte, dus à la rétention de la chaleur par les falaises.

octobre-2013-9563.JPGAucun hasard dans cette allusion au continent africain: les falaises calcaires qui dominent le port de Beaulieu abritent en effet l'une des contrées les plus tempérées de l'Hexagone: y croissent pêle-mêle d'admirables espèces végétales réputées pour leur frilosité comme le caroubier, le micocoulier, le palmier, le yucca et bien sûr l'olivier.

octobre-2013-9393.JPGoctobre-2013-9404.JPG

 

Avec leurs chauds coloris, orangers, citronniers, mimosas et bougainvilliers achèvent de camper un décor végétal qui ferait pâlir bien des jardins des plantes. Quelques sujets aux dimensions exceptionnelles tels les ficus ou les araucarias géants raviront l'œil du promeneur. Curiosité exotique, la palmeraie de la Petite Afrique, à l'est du port de plaisance, mérite un détour le long des plages avoisinantes.

octobre-2013-9316.JPG

 

                                 DIAPORAMA DE LA BALADE


  

Partager cet article

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS

Articles Récents