Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 18:22

Avril-2011-0258.JPGL'un des nombreux stands d'Association culturelle Niçoise 

 

La traditionnelle Fête des Mai de Nice réserve ses journées de dimanche aux Etats de Savoie et Transfrontaliers. A cette occasion, les communes italiennes du Comté de Nice, Apricale, Dolceacqua, Isolabona, Perinaldo, Pigna et Rochetta-Nervina sont présentes dans les jardins des Arènes de Cimiez.

Avril-2011-0184.JPGAvril-2011-0211.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ainsi, pour la troisième fois consécutives, maintenant depuis 1860, le Comté de Nice retrouve son intégralité territoriale et historique, avec la présence de ces six communes Italiennes. Leur participation à la fête ces jours là, sont le témoignage des échanges importants initiés depuis plusieurs années et ayant pour objectif de mener de nombreuses actions collectives afin de valoriser le patrimoine transfrontalier dont nous partageons les racines. Le Niçois est trilingue, il parle le Nissart, l’italien et le Français, C’est Nissa en Nissart, Nizza en Italien et Nice en Français.

Avril-2011-0174.JPG  Ces racines, vous les retrouverez aussi à travers les prestations de groupes musicaux venus de Ligurie et du Piémont, de la musique, des chorales et des groupes qui animent les Arènes de Cimiez.

Avril-2011-0143.JPGAvril-2011-0167.JPG  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour les Niçois, la Fête des Mai est l’occasion de s’immerger pendant tout un mois, dans leur Culture et leur Histoire. Cette année, afin de mettre en avant la richesse, la diversité et le dynamisme du patrimoine culturel niçois, la Fête des Mai propose un contenu différent. Avant de se dérouler aux Arènes de Cimiez et jusqu’aux années 60, le « Festin des Mai » était organisé dans les quartiers de Nice et en particulier au cœur de la vieille ville.

Avril-2011-0217.JPG le groupe folklorique lou Cairèu Niçart

 

A l’occasion, les rues et les places se paraient de guirlandes et de lampions. Encore de nos jours, dans les jardins de Cimiez, on dresse le « mât de cocagne » qui représente l’arbre de vie, symbole du Printemps, sous les bravos des participants et sur l’air de « Nissa la Bella », véritable hymne niçois que l’on doit au poète Menica Rondelly, qui a redonné aux « Mai » ses lettres de noblesse. Un hymne qui est repris en cœur par tout un peuple.

Avril-2011-0226-copie-1.JPGAvril-2011-0290.JPG  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette fête est issue de lointaines réminiscences païennes, lorsque le retour du Printemps était honoré dans l'ensemble des villes et villages qui bordent la Méditerranée, de San Remo à Nice et d’Antibes à la Napoule. D’ailleurs ici, on ne dit pas la mer Méditerranée, mais on dit  la mer Ligure.

Avril-2011-0262.JPG apprendre le Nissart aux pitchouns en dessin 

 

 A cette occasion, on dressait l'arbre de Mai et, la journée durant, la foule « tournait le Mai », c'est-à-dire dansait autour d'un tronc d'arbre couronné de fleurs et orné de longs rubans multicolores. La fête se déroulait sur les places des villages, devant le Palais des rois de Sardaigne à Nice, près du Cours Saleya et dans chacun des hameaux de la commune.

Avril-2011-0380.JPG

Le theatre de marionette Niçois ou l'on joue le Présapi

 

L'un des « festins de Mai » les plus grandioses se déroula en 1821, lors de la visite des souverains Sardes à Nice. Victor Emanuel Ier et son épouse assistèrent, confortablement installés dans une loge dressée pour la circonstance, à une gigantesque parade où défilèrent et dansèrent plusieurs dizaines de jeunes niçoises toutes vêtues de blanc.

Avril-2011-0229.JPG   l'oeillet,la violette, le mimosa brodé sur le costume

 

Il fut un temps à Nice où chaque quartier en son carrefour le plus important organisait son festin de mai. Le développement de la circulation automobile sonna la mort de cette pratique à la fin des années cinquante et le mai fut transféré dans les jardins des Arènes de Cimiez ou se déroule le plus prestigieux des festivals de jazz en Europe.
Cette fête traditionnelle trouve ses origines à une époque lointaine où était honorée la Déesse de la Terre. Le rite exigeait alors, d’aller abattre un pin dans la forêt. Il s’agissait ensuite de l’orner de guirlandes de fleurs, de banderoles et de l’installer dans le temple. Le pin représentait le Dieu ATTIS, endormi pendant les longues nuits d’hiver et réveillé par la Déesse CYBELE au printemps, pour fêter le renouveau de la nature. 

Avril-2011-0297.JPGAvril-2011-0301.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans toutes les civilisations, quel que soit le lieu ou l’époque, le changement de saison donnait lieu à de multiples réjouissances qui perdurent dans de nombreuses provinces d’Europe. Nice s’inscrit pleinement dans cette tradition. A l’occasion de cette fête très populaire, les familles Niçoises se retrouvent dans les jardins de l’ancienne cité romaine de Cemenelum (Cimiez), à l’ombre des oliviers. Autour d’un pique nique, parents, enfants et amis dégustent les spécialités de la cuisine Niçoise comme la socca, la pissaladière, le pan bagnat, la tourta de blea….La culture et la langue Niçoise sont à l’honneur tout au long de ces journées au travers des chants et des danses du comté de Nice.

Avril-2011-0270.JPGle mat de cocagne 

 

Après une interruption due aux guerres, la tradition de la « festa dei Mai » fut de nouveau perpétuée sous une forme nouvelle adaptée aux contraintes de la vie moderne. Pendant les fêtes, le centre de chaque quartier était décoré d’un « motif »central suspendu aux guirlandes et lampions.
Ce motif remplaçait l’arbre de vie (la biga) que l’on avait coutume de planter pour symboliser le renouveau de la nature. Durant toute cette période festive, les niçois dansaient, mangeaient et jouaient au « vitou », à la « pignata » à la "mourra" ou au « pilou », c’était le temps de « vira lou mai ».

Avril-2011-0316.JPGAvril-2011-0349.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un jury primait le plus beau « mai ».Dans la même tradition que celle de carnaval, les quartiers élisaient une reine des « Mai ». Un jury primait le plus beau « Mai » de quartier et la plus belle des Reines, ce qui donnait lieu à une grande fête de clôture qui se tenait principalement au théâtre de verdure.
Cette année encore lu festin de Nissa est animé par les deux groupes niçois les plus populaire. Lou Cairèu Niçart et la Ciamada Nissarda.

Avril-2011-0272.JPGle comté et son territoire Italien, et sa capitale Nizza en mer Ligure 

 

Lou Cairèu Niçart a été fondé en 1947. Il est composé de 40 danseurs et 10 musiciens. Le costume des danseurs et des danseuses a été dessiné en 1948 par le Conservateur du Musée Masséna de Nice d’après des gravures du XVIIIème siècle. Il représente le niçois et la niçoise en habits de fête.

Avril-2011-0249.JPGIssa Nissa Per tougiou la BSN.  Degun m'esquissa ahura basta . A qui li sian 12 per juga

 

 La jeune fille porte une ample jupe de tissu rouge ou bleu à motif d’abeilles recouvrant plusieurs jupons de dentelle. Chemisier blanc en dentelle, corset de velours noir, châle et tablier brodés, capeline constituent les autres éléments du costume. La chevelure est ornée d’un bonnet rouge rehaussé d’une coiffe blanche en dentelle appelée Cairèu.

 Avril-2011-0460.JPG

 Le jeune homme porte une chemise blanche et un gilet de couleur rouge, le pantalon blanc est tenu à la taille par une large ceinture de coton rouge la "taiola". A l’occasion de certaines danses, le garçon porte à la taille le bonnet rouge du pêcheur. "Lou Cairèu Niçart" anime le célèbre Carnaval de Nice. Danseurs et danseuses à cette occasion déguisés en arlequins, font sauter un pantin de toile "lou paillassou" sur une bâche tendue et le projettent au milieu des spectateurs.

Avril-2011-0256.JPGSocca la bella 

 

la Ciamada Nissarda est constituée d'une soixantaine de membres, le groupe fait corps avec l'identité niçoise depuis sa fondation en 1925. Alors que l'Europe est sur toutes les lèvres, cette " bande d'amis " met en exergue les vieilles traditions des danses folkloriques, chants traditionnels et théâtre niçois. La Ciamada Nissarda signifie  « Aubade Niçoise ». Du costume de la bouquetière à celui du paysan et du pescadou traditionnel en passant par celui de Carnaval, la Ciamada Nissarda n'a pas changé sa devise : perpétuer les traditions niçoises en France et dans le monde entier.

Avril-2011-0383.JPG

Avril-2011-0221.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Le groupe s’est produit à Porto Rico , Stockholm , Londres , Moscou , St Peters bourg , Québec , Montréal , Salt Lake City , Sacramento , Los Angeles , Bruxelles , Vienne , Budapest , Istanbul , Rome , Venise , Naples , Le Caire et la liste est encore longue. En Mai 2010, La Ciamada Nissarda a représenté la France lors des journées Européennes qui se sont déroulées lors de la Foire exposition universelle de SHANGHAI, et très prochainement en Colombie. Il est considéré comme le plus beau groupe folklorique de France.

Avril-2011-0405.JPG

Groupe folklorique de la ciamada nissarde

 

Les danseuses portent le costume des bouquetières : une jupe ou cotillon à rayures, soutenue par de nombreux jupons en dentelle parsemés de rubans rouges, un chemisier blanc en dentelle, un châle et un tablier en cachemire brodé, et la traditionnelle capeline aux croisillons velours. Les avants bras sont recouverts par des mitaines noires crochetées. Comme bijoux, la Niçoise arbore uniquement une croix d'or retenue au cou par un simple petit ruban noué court.

Avril-2011-0406.JPG

Avril-2011-0409-copie-1.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Les danseurs valorisent le costume des pêcheurs : Pantalon à large rayure rouge, chemise blanche à soufflet, taïole rouge (Ceinture de flanelle enroulée autour de la taille), Bonnet phrygien et cordon rouge en guise de cravate. Les danseurs et les danseuses revêtent le costume de Carnaval, dans de différents costumes multicolores,  de forme ou d’allure arlequine, pierrot à large collerette, à pois ou rayures.

Avril-2011-0346.JPG

 Ahura embé regret vous laissi, Es devèr d'ana à l'oustau ... ciao pat

 

Le costume traditionnel Niçois est un habit joyeux et lumineux rempli de soleil. Il n’est pas triste ! Pour les hommes, il varie, que vous soyez pêcheurs ou montagnards. La moyenne d’âge des membres de la ciamada est de 24 ans ….. C’est la jeunesse et la gaieté. C'est notre pays et on l'aime...

 

                                       DIAPORAMA DE LA FETE DES MAI

Partager cet article

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS

Articles Récents