Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 22:50

_DSC7200.JPG

Le canal du foulon

 

Roger's, le mari de Gigi nous dépose en voiture à l'endroit que je lui ai indiqué sur la route de Gourdon, petit village de l'arrière pays grassois classé parmi les 100 plus beaux villages de France et que l'on a retrouvé cette semaine dans l’émission « Le Village préféré des Français ». Le point de départ se trouve à 1km après le pont de Bramafan dans les gorges du Loup.

_DSC7253.JPG_DSC7265.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cascade de Courmes et l'un des premiers tunnels creusés dans la falaise 


Ensuite Roger's viendra nous récupérer au pont du Loup à la sortie du chemin du Paradis. Cette magnifique randonnée d'une dizaine de kilometres ne peut pas être effectuée par les gens sujets au vertige en raison de surplombs du sentier au dessus du vide, avec parfois des à-pics de plus de 200 métres. Ils sont déjà impressionnants pour qui ne craint pas le vertige et on comprend bien pourquoi il vaut mieux rester à la maison ou marcher ailleurs pour les personnes sensibles.

_DSC7249.JPG_DSC7241.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La peur du vide ou de la claustrophobie peut également se manifester lors du passage dans les tunnels à l'approche des bouches d’air. Les tunnels sont numérotés, ce qui permet d'apprécier les distances à parcourir. Certains tunnels étant assez longs, il est recommandé d'emporter une lampe frontale pour éviter de se cogner au plafond parfois assez bas ou de trop se mouiller les pieds dans les longues flaques au sol.

_DSC7269.JPG_DSC7277.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Attention aussi, si les adultes emmènent des enfants, les gardes corps ont été fortement endommagés suite à des chutes de pierres et le cheminement est dangereux. On peut prendre son temps afin d'admirer en face les falaises de calcaire abruptes ou voir couler la cascade de Courmes dite la pétrifiante. La randonnée débute à la D6 près de la seule maison du hameau de Bramafan et du pont qui franchit la rivière Loup.

DSC7293DSC7295 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fenetre dans les tunnels qui surplombe les gorges 


Une cinquantaine de mètres au dessus de la route passe le sentier du Canal du Foulon (GR 51) qu'on peut suivre sur des kilomètres. Mais la partie la plus agréable et impressionnant s'arrête au sentier et à la source en dessous de Gourdon. Lors du transport de notre ami Roger's au point de départ, on peut s'arrêter sur la route des gorges, après le tunnel et regarder la falaise où l'on aperçoit les trouées, microscopiques depuis cette distance, mais qui donnent une bonne idée de l'emplacement vertigineux du canal.

_DSC7311.JPGLe canal du Foulon suit un tracé acrobatique d’environ 22 kilomètres dans les gorges du Loup. La source de Foulon, à l’origine du canal, se situe près de Gréolières. La rapide expansion de la Ville de Cannes, les interruptions du Canal de la Siagne amenèrent la ville de Grasse, dès 1889, à envisager la dérivation des eaux du Loup. 

_DSC7317.JPG_DSC7319.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les travaux ont été exécutés entre 1908 et 1911. Le canal du Loup permettait de conduire jusqu’à Cannes les sources de Gréolières et de Bramafan. Avant d'utiliser la frontale, on chemine le long du conduit d'un bout à l'autre de la randonnée, par une foret au départ, accompagné par de nombreux papillons et fleurs.

_DSC7323.JPG_DSC7329.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

passage trés étroit et dessous, le précipice..

 

Un parcours époustouflant, dont la diversité de la faune et de la flore rivalisent avec la beauté du site, les gorges du Loup. Le canal du Foulon est formé d'un tube métallique boulonné et soudé d'environ 80 cm de diamètre où circule l'eau du Loup et longé par un chemin de maintenance (GR51).

_DSC7333.JPG_DSC7335.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Passé la foret on entre dans le  premier de la vingtaine de tunnels numérotés qui coupent à travers les falaises abruptes. Parfois les tunnels coupent une faille dans la roche calcaire, parfois en marchant dans les flaques d'eau, parfois en baissant la tête. La torche électrique est obligatoire. Certains tunnels mesurent plusieurs centaines de mètres, entrecoupées de fenêtres sur la falaise.

_DSC7373.JPG_DSC7404.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces ouvertures sont comme des  balcons avec vue sur les gorges du Loup, sur la cascade de Courmes haute de ses 62 mètres, sur la vallée. On passe aussi des rebords en béton surplombant le vide..

_DSC7415.JPG_DSC7421.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la fin d'une série de tunnels on sort à nouveau sur le plateau boisé de chênes pubescents dominant le pont de l'abîme. La fin du sentier se fait au lieu-dit "Pont-du-Loup", situé à l'embouchure des gorges, qui met un therme au parcours sous les piliers du viaduc courbé de la ligne Nice-Meyrargues du "train des Pignes".

_DSC7441.JPGCet ouvrage remarquable en pierres de taille enjambant le Loup était un peu moins haut, mais aussi long que son homologue sur la Siagne et comptait à l'origine 11 arches; il fut détruit par les Allemands le 24 août 1944.

_DSC7455.JPG_DSC7471.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus de 200 m de vide sous mes pieds  

 

Un réseau de galeries souterraines et de passages en corniches va permettre de relier dans la première partie du parcours le chemin du Paradis au hameau de Bramafan, en dominant tout le long la profonde entaille des gorges du Loup qui sépare deux remarquables plateaux calcaires karstifiés : Cavillore à l'ouest et Saint-Barnabé à l'est.

_DSC7479.JPG

Une sensation d'etre le maitre du monde vous domine au plus haut de la falaise, epoustouflant !


 Le sentier du Foulon rejoint donc le chemin du Paradis et pour ceux qui voudraient effectuer cette balade, il vaut mieux la prendre dans le sens que je vous ai indiqué plus haut, car la montée de ce chemin est quelque peu difficile. Les 550m de dénivelé sont quasiment tous concentrés dans la montée du chemin du Paradis.

_DSC7483.JPG_DSC7491.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je finirai cette randonnée par un petit historique du canal du Foulon. Avant 1885, la ville de Grasse était alimentée par la Source de la Foux. Mais le débit était insuffisant, surtout avec l'implantation des usines et des parfumeries. En 1874, la municipalité de Grasse devient propriétaire de la Source du Foulon. En 1878, les plans pour la construction du canal sont approuvés.

_DSC7501.JPG

Réservoir en contrebas du Canal du Foulon


 Le canal est inauguré le 21 juillet 1889 ; il comporte de nombreux ouvrages d'art au dessus du vide et 22 tunnels d'une longueur totale de 2600 m sur l'ensemble du réseau. C'est un ouvrage classique du style aqueduc qui sera remplacé dans les années 50 par le gros tuyau actuellement en place. Déclaré d’utilité publique en mille huit cent quatre-vingt-six, ce projet est porté par la société Lyonnaise des Eaux et de l’Eclairage.

_DSC7510.JPG_DSC7528.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au dessus du trias gypso argileux du quartier des habitations qui existe depuis la route saint François, jusqu’au pré du lac, il y a une nappe à peu près horizontale de marnes argileuses verdâtres, alternant avec des bancs calcaires de l’Age Rhétien. Cette nappe dont les argiles sont imperméables, donne naissance à une série de sources qui jaillissent toutes sensiblement au même niveau.

_DSC7543.JPG_DSC7541.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le rhétien au droit de la source de la foux est surmonté par les dolomies de l’héttangien divisé par de multiples fissures et se débitant en fragment parélépipédiques, visibles sur les parois de la route de Saint-Vallier, au voisinage du château d’eau de roquevignon. Au dessus, règnent les calcaires jurassiques du plateau Napoléon.

_DSC7459.JPG

Les arches grandioses du viaduc enjambant le Loup, dont on voit encore les ruines, furent dynamitées en 1944, causant la fermeture de la ligne


 Pour résumer, les eaux tombant sur de vastes étendues calcaires jurrassiques s’infiltrent puis atteignent les fissures des dolomies puis la nappes aquifère argileuse au niveau de laquelle, serpentant de fissures en fissures, elles forment de véritables cours d’eau souterrains jusqu’à leurs exutoires. Dans les années 1860, les habitants de l’arrondissement de Grasse commence à réclamer un apport plus conséquent d’eau, et notamment pour la ville de Grasse elle même.

DSC7569En effet, la ville de Grasse commençait à s’étendre du fait du fort développement de son industrie principale, la parfumerie. Différents projets de canalisations furent mis à l’étude et à l’approbation gouvernementale. Le canal du Foulon aboutira en mille huit cent quatre-vingt-neuf, avec la mise en eau du canal ce qui nous permet aujourd'hui de faire l'une des plus belles promenades de l'arrière pays grassois.

_DSC7534.JPG

 

                                  DIAPORAMA DU SENTIER


 

Partager cet article

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS

Articles Récents