Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 17:02

 photos-2010-0403-copie-1.JPG

Voilà donc l’histoire d’un « honnête homme » pris dans la tourmente de ce grand bouleversement social et culturel que furent la Révolution jacobine et son prolongement impérialiste en Europe.

photos-2010-0398.JPGVoici l’histoire d’un rebelle qui prend les armes pour venger l’humiliation faite à son épouse, tout comme Poncho Villa qui devint hors-la-loi en défendant l’honneur d’une sœur violée. Ils représentent une minorité chez les bandits : ce sont les «vengeurs». Leur révolte est individuelle mais devient très vite un moteur collectif. Car dans les sociétés paysannes et pastorales, comme celle qui nous concerne, «ces hommes sont ceux qui, en face d’une injustice ou d’une forme de persécution, refusent de se soumettre docilement à la force ou de reconnaître la supériorité sociale ou le pouvoir du vainqueur et prennent le chemin de la résistance ».

photos-2010-0406.JPGphotos-2010-0413.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette épopée tragique retrace un épisode mal connu parce que longtemps censuré, de l'histoire de l'impérialisme français. Elle met en lumière un rebelle, François Fulconis, dit Lalin, héros digne de Mandrin et de Robin des Bois, et éclaire d'un jour nouveau la longue résistance des Barbets du pays niçois. Tchoa Fulconis dit "Lalin" qui fut supplicié et cloué sur la porte de sa mère à l'Escarèna par les Français ... On lui attribue cette déclaration:

photos-2010-0411.JPG« Je défends mon pays, vous êtes les plus nombreux et nous multiplions nos forces par la ruse et l’audace. Que nous font vos libertés promises et la gloire d’appartenir à une nation plus grande que la notre ? Nous leur préférons les franchises de nos ancêtres et nos petites tribus montagnardes. Nous n’avons pas été vous attaquer chez vous, c’est vous qui êtes venus nous piller et nous chasser de nos foyers. Faites de moi ce que vous voulez, le sacrifice de mon existence appartient à mon pays et à mon roi ». 

photos-2010-0425-copie-1.JPG photos-2010-0418-copie-1.JPG  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Lalin est bien un héros lucide, dans une petite société condamnée inexorablement, mais il porte en lui une force qui le transcende. C’est par amour qu’il rejoint les proscrits, qu’il refuse l’injustice et l’imbécillité et renonce à tout ce qui lui était promis. Lalin est lucide. Comme le « suicide de l’Indien », il prépare dignement sa sortie et fait de sa vengeance un poème épique. Ses motivations sont à la fois sa faiblesse et la force de sa légende. Encore fallait-il que cette légende échappe à l’oubli. Mais pas à l'oubli de celle des vrais Niçois et Niçoises.

photos-2010-0424.JPGLa relecture de notre propre histoire  nous a incité à mettre en lumière l’injustice qui nous lie à la France. Si l’intégration à l’Etat français de sa dernière acquisition territoriale  semble aujourd’hui admise, elle repose sur des bases pourries et résulte de trois facteurs indissociables et sine qua non : l’anéantissement des Barbets, l’aliénation culturelle et la déculturation du peuple nissart par le jacobinisme parisien.
Nous avons voulu simplement raconter une histoire et si parfois nous en avons exagéré « l’héroïque fantaisie », c’est pour tenter de rééquilibrer modestement la balance en faveur du "méchant " Barbet. Car le "bon"  impérialiste n’a que trop souvent le beau rôle.

photos-2010-0427.JPGphotos-2010-0441-copie-1.JPG

 

Lecteur, ne voyez donc nul message nationaliste dans mes propos, aucune invitation revancharde « d’un imbécile né quelque part », comme dirait Brassens, mais la simple expression de la relation très personnelle entre un poète, un lieu, des hommes et leur histoire, le désir de partager une tendresse pour un espace "mythique"  où depuis 2500 ans la fantaisie triomphe toujours du désespoir.

photos-2010-0450.JPGLa barbarie d’aujourd’hui puise ses racines dans les mensonges de l’Histoire et se nourrit des injustices du passé. Le triomphe du salaud et le châtiment du juste. Lalin s’inscrit dans la grande mythologie du « bandit social » qui sur tous les continents, de tous temps, de Robin-des-Bois aux Cangaceiros brésiliens, des bandits de Calabre aux Haïdouks d’Europe centrale en passant par Mandrin, Ben Thurpin ou Gaspar de Besse, ont brandi le couteau de la vengeance, le fusil de la résistance ou le poing nu de la justice des pauvres, de la rédemption des opprimés, contre l’ignominie, le cynisme et le pouvoir des despotes. Contre la loi qui est écrite par et pour les riches, contre sa brutalité aveugle, ces "bandits d’honneur"  ont opposé une autre brutalité, révolutionnaire parfois, désespérée toujours.

photos-2010-0421.JPGphotos-2010-0453.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Les rebelles comme Lalin font le lien entre la révolte de l’individu et la lutte que mène la société dont ils sont issus et où ils évoluent protégés par le silence, « parmi les masses comme des poissons dans l’eau ». Depuis tous ces bienfaits, les vrais Niçois n’adorent ni la déesse tour Effel, ni les dieux élyséens. Nous réclamons seulement le respect et la vérité sur l’histoire de notre pays.

photos-2010-0470.JPGPersonne ne saurait dire ce que nous serions devenus si nous avions été indépendants, ni si nous étions restés attachés au royaume de Piémont Sardaigne. Quoiqu’il en soit, nous sommes certes français, mais nous serons toujours là pour faire vivre et perdurer la culture niçoise, et ce ne sont pas 150, 200, 300 ans ou plus qui vont nous arrêter !
Les Barbets ont été de véritables résistants du Comté et ils méritent leur place dans l’histoire du département.
En tant que membre du LRLN (league pour la restauration des libertés Niçoises)  je reprend le texte de mon ami Alain Roullier président du LRLN pour rappeller notre histoire ...

photos-2010-0462.JPGLes photos jointes à cet article sont celle du village médiéval de Chateauneuf Villevieille en ruine  qui se situe à 800 mètres d’altitude, sur la crête entre les vallées du Paillon  de Contes à l’est et du Rio Sec ou Paillon de Tourrette à l’ouest. Il domine ainsi Tourrette-Levens de 200 bons mètres.
Bien qu'envahies par la végétation, il reste accessible et dégage une atmosphère qui plaira aux imaginations les plus fertiles et à la nuit tombée effrayera les âmes sensibles … (on dit que Lalin vient retrouver sa bien aimée et que certains promeneurs l'ont apercu à la tombée de la nuit). Les vestiges fortifiés actuels remontent au 7ème siècle tels cette tour encore imposante.


photos-2010-0429-copie-1.JPG photos-2010-0435.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 L’enceinte du village médiéval fortifié, le « Castel Nuovo » est déserté depuis trois siècles. Edifié au VIIème siècle pour se protéger des incursions fréquentes des Lombards et des Sarrazins le site ne possédait aucune source d’eau potable et les habitants ne disposaient que de citernes pour la conserver. Leur condition de vie s’étant améliorée et ayant retrouvé la sécurité, les habitants abandonnèrent leur place forte en nid d’aigle à partir du XVIIème siècle et retournèrent vivre en contrebas dans le bourg actuel. Ils emportèrent avec eux les tuiles et les pierres de taille pour y rebâtir leur maison.

photos-2010-0472.JPG

le lieu dit: "le saut des Français" à Duranus

 

Peu à peu le site se dégrada, jusqu’à ce que la tour pigeonnier et une tour d’angle, pourtant classés aux monuments historiques en 1939, menacent de s’effondrer.
Dans le but de sauver la tour pigeonnier symbole de la commune, la municipalité a fait appel en 2000 à un chantier de bénévoles . En 2007, elle fut également aidée par la Fondation du patrimoine. La promenade au milieu de la garrigue et des sentiers qui emmenent au village doit se faire avec prudence.

 ISSA NISSA PER SEMPRE

DIAPORAMA DE LA PROMENADE DANS LE MAQUIS


Partager cet article

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS

Articles Récents