Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 15:46

photos-2010-0166.JPG Sa construction fut décidée en 1610 par Charles-Emmanuel 1er. Le duc de Savoie, prince de Piémont, estima qu’il était impératif de créer une route reliant Turin, capitale depuis 1 568  jusqu’à Nice et Villefranche, deux villes faisant partie de la Maison de Savoie. Quatre ans après la route fonctionnait mais il s’agissait en réalité d’un chemin muletier. Il faudra, cependant, attendre 1679 et la visite à Nice de la régente de Savoie pour que soient ordonnés des travaux afin de la rendre carrossable.

photos-2010-0466.JPGphotos-2010-0287.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La route connut alors un développement considérable avec un trafic de 55 000 mulets (transportant des marchandises) par an au milieu du XVIIIe siècle. Cet axe, le port de Nizza via Torino s’avère fondamental pour le sel. Les éleveurs piémontais en consomment des tonnes pour l’alimentation humaine et animale, leurs salaisons, ou encore le traitement des peaux. Le commerce est particulièrement lucratif pour Nice où débarquent les bateaux en provenance des salines venant de la Provence voisine. Cette route unique en son genre rivalisait avec les grandes constructions Romaines et Egyptiennes. Ce chemin ducal fut appelé la « real strada » (la route royale) tant sa réalisation à travers les Alpes fut titanesque et pharaonique.

photos-2010-0129.JPGCette fameuse « route du sel » a fait la prospérité des villages qui la bordent l’Escarèna, Sospel, Breil, Saorge, Tenda et Cuneo (Coni), contribuant ainsi à l’enrichissement du patrimoine culturel des vallées qu’elle traverse. (Du Paillon, de la Roya, de la Vermenagna, du Gesso et de la Stura).
La Route Royale, en effet, celle que Thomas Jefferson, futur président des États-Unis d’Amérique, en 1787 décrivait comme «l’ouvrage le plus remarquable des temps anciens et modernes».

photos-2010-0296.JPGphotos-2010-0113.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette année, la ville de Nice présente sa candidature de Capitale européenne de la culture pour 2013. Les grands thèmes retenus sont la lumière, le rivage et l'esprit du baroque. Nice comprend le plus bel ensemble baroque d’édifices civils et religieux de France. La ville est située au centre du grand arc baroque qui, de Rome à la Pologne, décrit un large croissant qui est l’une des unités architecturales de l’Europe d’aujourd’hui. Il y a le baroque urbain, objet de toutes les folies, mélange de spiritualité mystique et de transgression de la rationalité, de faste et de piété… et un baroque montagnard et rural, moins connu, qui a trouvé sa plus belle  et riche expression dans la vallée de la Roya, où transitaient les convois de sel.

photos-2010-0174-copie-1.JPGA son apogée, au XVIIème siècle, devenue l’épine dorsale de la Maison de Savoie, cette vallée vit fleurir une multitude de chapelles et d’églises baroques, témoins d’une prospérité économique sans précédent dans toute l’Europe entière.
Pour le contrôle et la possession de cette vallée, seul passage transversal de la chaîne Alpine par le Col de Tenda, Français, Sardes et Autrichiens se battirent sporadiquement pendant des siècles.

photos-2010-0233.JPGphotos-2010-0335.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les Alpes ont toujours été une voie de passage et d’échange, en même temps qu’un obstacle. Elles ont été le témoin privilégié des grands moments de civilisation, le théâtre des conquêtes historiques depuis Hannibal jusqu’à Napoléon. La route du sel fut la première route carrossable à traverser les Alpes dans le sens nord-sud. Très vite, elle devint un axe majeur de développement économique pour le Comté de Nice, le Piémont et la Savoie.

photos-2010-0187.JPGL’ensemble des villes et villages qui se trouvaient sur son tracé bénéficièrent d’enrichissements considérables, causes de l’émergence du Baroque Niçois, civil et religieux, qui, depuis cette voie se diffusa à travers tout le Comté de Nice. Elle est le prolongement montagnard de la ville et de son port, placée sous l’influence mêlée de la Ligurie coté mer, de la Lombardie côté montagnes, de Gênes et de Turin les deux principales villes économiques. Le sel a toujours été un élément vital à l’homme comme au bétail. Il est indispensable à l’équilibre hydrominéral mais il est aussi le seul moyen de conserver les aliments à l’époque où la production de froid alimentaire n’existait pas. On lui attribue aussi de nombreuses vertus désinfectantes ou surnaturelles.

photos-2010-0077.JPGphotos-2010-0362.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Des ports, le sel était transporté dans les magasins du cours Saleya, avant d’être exporté vers le Piémont. La première route du sel empruntera donc la vallée de la Vésubie, assurant la richesse de Saint-Martin de Vésubie, dernière étape avant le col de la Madone de Fenestre. La route passait par Levens, Cros d’Utelle, Utelle et Lantosque. Cette route de la Vésubie connut elle aussi les revers de l’histoire : Au XVème siècle, se trouvant trop près de la Provence et du Royaume de France ennemi, fut jugée trop vulnérable et son tracé passera dorénavant par la Roya à l’est du pays Niçois.

photos-2010-0197.JPGTurin a fait de Nice une seconde capitale à l’abri des troubles de son époque. A la veille de la Révolution, les Savoie ont fait du Comté une région prospère, stable politiquement, et homogène culturellement. Elle est résolument tournée vers sa capitale Turin, même si la majeure partie de ses ressources économiques proviennent de la mer, via le nouveau port de Nice. Tout est venu de Turin et du Piémont :

photos-2010-0204.JPGphotos-2010 0203-copie-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

architectes et artistes, qui ont su adapté au cadre de la future Riviera et à son climat d’exception. Evidemment mes écrits mettent un terme définitif à ceux qui prétendent que nous sommes provençaux. Il n’en est rien ! Notre culture ne l’a jamais été, nous sommes Niçois et Ligure  avec une forte influence piémontaise. C'est aussi cela le particularisme Niçois , la complémentarité de ces trois cultures.

DIAPORAMA DE LA FETE DE TOURRETTE LEVENS


Partager cet article

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS

Articles Récents