Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 17:30

 

Mai-2010-0082.JPG Une fenêtre d'où l'on peut voir le ciel s'ouvre dans la montagne du Mercantour. D'où l'idée de nos ancêtres dédiés à la vierge Marie appelée dans les lithanies des Saints : "Porte du Ciel".
Le sanctuaire est connu sous le nom de Notre Dame de Fenestre. Situé sur une voie romaine, la route du sel, qui reliait les vallées du val de Blore et de la Vésubie à la vallée du Gesso dans le Piémont en passant par le col des Fenestres (2474 m d'altitude.) Le site de Madone de Fenestre était occupé par un temple lié à Jupiter, une chapelle le remplaça au VIIIe siècle, construite par les moines bénédictins.

Mai-2010-0102.JPGMais selon d'autres sources historiques, la Madone de Fenestre aurait une autre origine. Les Fenestres, les "Finies Terres" en latin ce sont les frontières constituées par les crêtes qui entourent le site de la Madone et qui forment une barrière de grontières naturelles.
La Madone des Fenestres, c'est peut être aussi la "Madone des Frontières ou "La Madone du bout du monde"... Dés 1388 il devint refuge des voyageurs car le col était le meilleur passage entre le Comté de Nice et le Piémont.
Le col des Fenestres met la Vallée de la Vésubie en communication avec la plaine du Pô. Au moyen âge, il est très fréquenté. Il se prépare à devenir la mythique route du sel.

Mai-2010-0097-copie-1.JPGMai-2010-0138-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme au Grand St Bernard et au Mont Cenis, le sanctuaire de la Madone de Fenestre fut longtemps un abri pour les voyageurs et un refuge en cas de tempête.
Ce sont les moines bénédictins déjà installés à San Dalmazzo in Pedona et à Saint Martin Valdeblore qui construisirent ce sanctuaire-refuge. Au XII siècle, les templiers succédèrent aux Bénédictins. En 1308, l'ordre des Templiers est supprimé, le sanctuaire est détruit.
En 1355, les habitants de Saint Martin Vésubie le reconstruisent et depuis des siècles, le sanctuaire est devenu un lieu de pèlerinage des Niçois et des italiens surtout Piémontais.

Mai-2010-0238-copie-1.JPGCe sanctuaire, qui accueille en été une statue miraculeuse de "la Madone", est le plus haut et le plus ancien en activité dans le diocèse de Nice. Le sanctuaire devient français en 1947 avec le traité de Paris car ce territoire n’avait pas suivi l’annexion du comté de Nice à la France en 1860 et devint italien en 1861 avec la nouvelle république.

Mai-2010-0235.JPGLe sanctuaire de la Madone de Fenestres, dominé par la cime du Gélas, Altitude 3143 Mètres est situé à 1904 mètres d'altitude. Entourée de montagnes le Gélas est le plus haut sommet des Alpes-Maritimes, la Madone de Fenestres doit son nom, d'après la légende, à une trouée dans le "Caïre de la Madone", rocher derrière le sanctuaire situé entre les sommets du Ponset à droite et du Mont Colomb à gauche. Notre-Dame de Fenestres est vénérée par toutes les populations des environs et du Piémont lors des processions du 15 août et du 8 septembre. De nos jours, la statue en cèdre du Liban polychrome (du XIVème siècle) passe l'hiver à St Martin Vésubie (descente en procession au mois de septembre) et regagne le sanctuaire au début de l'été (montée en procession au mois de juin).

Mai-2010-0210.JPGMai-2010-0213.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le sanctuaire est connu dés le XIIIème siècle, mais de nombreux indices nous font imaginer qu'il est plus ancien. La Madone serait apparue à plusieurs reprises dans la trouée dite du "Caïre de la Madone". Possession bénédictine de l'abbaye de Saint-Dalmas de Pedona (Borgo San Dalmazzo), le sanctuaire fut ensuite attribué au Chapitre cathédrale de Nice. Un chanoine en possédait le revenu sous le titre de commandeur. Le sanctuaire et ses terres sont finalement cédés à la cure de Saint-Martin Vésubie, sous le même statut.

Mai-2010-0160-copie-1.JPGLa mémoire orale en fait un domaine "templier", sur la foi d'ouvrages du XIXème siècle, site magique peuplé de fées et lieu de miracles dont nous connaissons deux relations du XVIIème siècle. L'édifice actuel est une reconstruction du XIXème siècle, rendu nécessaire à la suite d'un grand incendie. Le bâtiment représente le type même des sanctuaires alpins, dont on peut retrouver d'autres exemples, du plus méridional avec la Madone d'Utelle, et plus au nord par celui de Santa-Anna de Vinadio.

Mai-2010-0148.JPGLa route départementale remonte le vallon sur 13 km. L'altitude passe de 950 m à Saint Martin de Vésubie pour arriver à prés de 2000 mètres à la Madone de Fenestre.
La statue qui trône au-dessus de l'hôtel principal ne manque pas de susciter des questions : d'ou vient-elle ? Comment a t elle pu traverser tant de siècles et de dévastations pour parvenir jusqu'a nous ? Un document daté de 1647 fait remonter la statue jusqu'a l'évangéliste San Luca.

Mai-2010-0169.JPG  Mai-2010-0234.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa Conservation au milieu des guerres et des intempéries tient du miracle. Pendant la Révolution française elle fut cachée à Saint Martin (San Martino) pour ne pas qu'elle tombe et soit détruite par les barbares de la république Française. Quelque soit l'origine précise de la "Madonne des Fenestres" nous savons que depuis des siècles des hommes et des femmes viennent ici, attirés par la beauté des lieux, réfléchir, prier, admirer la montagne et le parc du Mercantour.
Dans le cadre exceptionnel, un peu austère, ou la nature est intacte, la montagne invite tous ceux et toutes celles qui viennent ici à se dépasser.

Mai-2010-0247.JPGJ’ai bien sur essayé d’emprunter le sentier de randonnée qui mène au lac de fenestres, j’ai du abandonner au bout de une heure de marche car mon pied devenait trop douloureux. Deux arthrodèses de chevilles et de métas ne me permettent plus de longues marches et la durée de la descente est égale. J’ai pu tout de même me rapprocher au plus prés de la montagne sacré. Mais j’aurai bien aimé faire le site des 5 lacs (durée 3h).

Mai-2010-0220.JPGMai-2010-0271.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La cime du Gélas est un sommet frontalier situé dans la chaîne des Alpes, dans le massif du Mercantour, entre les Alpes-Maritimes (comté de Nice) et le Piémont (Italie).Avec ses 3 143 mètres d'altitude, au sein du massif alpin du Mercantour, la cime du Gélas est le point culminant du parc national du Mercantour et du département des Alpes-Maritimes.

Mai-2010-0308.JPGLa première ascension est l'œuvre, en 1864, du Comte Paolo di Saint-Robert. Il gravit le sommet par le couloir Est, connu aujourd'hui comme la voie Normale, celle que j’ai emprunté. Victor de Cessole réalise la première hivernale trente ans plus tard, en 1894. Il est le sommet à franchir pour tout randonneur avide d’émotions fortes. Faites attention quand vous serez dans le couloir, cette zone est instable et dangereuse...

Mai-2010-0329.JPGMai-2010-0348.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par contre le spectacle est divin et unique, il vous permettra de voir l’ensemble des montagnes des Alpes Maritimes dans sa presque totalité. Le mot " Gélas " évoque les glaciers qui bordaient autrefois la montagne. Je récupère ma moto pour allez déjeuner à Saint Martin Vésubie car en ce mardi du 17 Aout le refuge était fermé. Dommage car je me souviens avoir mangé une bonne soupe à l’oignon 20 ans plus tôt.

Aout-2010 0352C’est en 1860 que le village est annexé à la France, à la suite du vote « truqué » pour approuver ce transfert d'autorité, entre le Roi de Sardaigne Victor Emmanuel II et l'Empereur des Français Naboléon III.
Dés lors, Saint-Martin Vésubie devint un lieu idéal de villégiature des aristocraties italiennes, anglaises et de la noblesse niçoise. La " Suisse Niçoise " était née. Saint-Martin reste un lieu de séjour prisé pendant la période estivale comme hivernale. En continuant l’itinéraire soit par la madonne des fenestres ou soit par la Colmiane pour rejoindre la vallée de la Tinée, l’entrée des communes sur le Val de Blore et la haute Roya est plus récente et même très mouvementé.

Aout-2010-0332.JPGAout-2010-0338.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce n’est qu’en 1947 que les limites des Alpes Maritimes furent définies comme on les connaît aujourd’hui. Cet ancien territoire du piémont fut donc rattaché au département des Alpes Maritimes comme le fut le comté de Nice et une partie de la Ligurie, mais seulement qu’a partir du traité de Paris du 10 février 1947 signé entre les alliés et les puissances de l’axe calqué sur la ligne du partage des eaux. Il n’est donc pas bizarre de continuer à voir de nombreux patronymes de lieux ou de rues de villages toujours en piémontais. Si bien que la langue Nissarte est très souvent parlé dans le haut pays,beaucoup plus que dans sa propre capitale.

Aout-2010-0327.JPGEnfin ! Cet itinéraire a aussi plusieurs appellations : En tout premier lieu, c’est la route des grandes Alpes qui va de Menton jusqu'à Thonon les Bains pour une longueur de 700 km et un dénivelé de plus de 15700 mètres. La seconde est la route du sel qui partait du port de Nice pour se rendre à Turin la capitale des états de Savoie. La troisième est la route du baroque Nisso-Ligure qui vous invite à découvrir les plus beaux monuments, sacrés et civils, d’un patrimoine architectural inestimable, expression triomphante de la foi, de la vigueur et de l'euphorie de la Contre-Réforme.

Aout-2010-0358.JPGVous serez frappés, émus et étourdis par la vie, la somptuosité, l’exubérance des formes, des peintures et des décors dans les églises, les palais, les villages que vous traverserez car c’est le seul département en France qui possède cet art.

Aout-2010-0361.JPGEt enfin, la route des Brea qui en fait, est une suite logique de la précédente.  Les peintres niçois rassemblés au sein d'un mouvement qu'il convient de nommer "les primitifs niçois" œuvrèrent entre 1420 et 1525 et rivalisent entre eux pour embellir les autels de retables et recouvrent les murs de fresques dédiées à l'histoire d'un Saint ou à la passion du Christ. Notamment François, Antoine et Louis BREA qui est le plus célèbre et le plus talentueux. Un itinéraire des plus merveilleux ..

Partager cet article

Repost 0
Published by BIKER06 - dans NOS BALADES

Articles Récents