Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 19:36

PHOTOS-2015-8170.JPGConfrérie des Rabassiers du Rouret

 

Comme chaque année en janvier, c'est à Grasse que le syndicat des trufficulteurs des Alpes Maritimes organise sa grande fête de la truffe qui se déroule le samedi 10 janvier 2015 chez Jacques Chibois à la Bastide Saint Antoine de Grasse, un restaurant étoilé bien connu de votre serviteur.

PHOTOS-2015-8156.JPGPHOTOS-2015-8161.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La trufficulture progresse dans les Alpes Maritimes grâce au soutien du Conseil Général pour la plantation d’arbres mycorhizés et la marge de progression de cette culture exigeante et très écologique est encore importante dans notre département. Le marché de la truffe à Grasse est devenu au fil des années une institution.

PHOTOS-2015-8163.JPGLe samedi, la Bastide Saint Antoine ouvre largement ses portes au public proposant, dans ses jardins, un marché du terroir. Les habitués se pressent autour des tables pour savourer le repas composé par le chef Jacques Chibois autour de la truffe. Grasse est capitale du bon gout, de la gastronomie de terroir surtout. Son huile d’olive AOP Nice par exemple est considérée, chaque année à la foire agricole de Paris, comme la meilleure de France.

PHOTOS-2015-8178.JPGPHOTOS-2015-8174.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D’ailleurs la bastide Saint Antoine toute proche du domaine de la Royrie éternel médaillé d'or (la référence suprême) élabore une huile d’olive de grande qualité. La truffe et l’huile d’olive, c’est le couple élégant par excellence !  C’est à partir de janvier que la truffe noire, tuber melanosporum, développe 100% de ses arômes. Il faut donc en profiter !

PHOTOS-2015-8176.JPGLe 19ème marché de la truffe à Grasse est l’occasion de faire un repas gastronomique autour d’un marché de la truffe et des produits agricoles régionaux. L'année s'annonce exceptionnelle, contenu des pluies d'été « La pluie n'a pas fait trop de dégâts ». La production est au rendez-vous. La 19e édition de cette rencontre avec les producteurs de tuber melanosporum se déroule sous les meilleurs auspices.

PHOTOS-2015-8183.JPGComme les années précédentes, tous les lots de truffe à la vente sont vérifiés et une multitude d'animations, démonstrations de chiens truffiers, ateliers culinaires, repas gastronomique, concours de brouillade de truffe, vient ponctuer ces deux journées destinées à s'approprier et comprendre ce diamant noir. La manifestation est placée sous le parrainage de l’artiste Kristian dessinateur humoristique. 

PHOTOS-2015-8309.JPGPHOTOS-2015-8313.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Kristian est un amoureux du pays Grassois où vivent ses grands-parents, il s’y installe en 1976. Son premier dessin paraît en 1980 dans le Dauphiné Libéré. Aujourd’hui, ses dessins d’humour et d’actualité qui ont fait l’objet de plus de multiples publications en France et à l’étranger, sont publiés dans la presse et à la télévision. Il réalise de nombreuses affiches, des dessins publicitaires, de communication et des décors de pièces de théâtre.

PHOTOS-2015-8194.JPGSes œuvres ont été exposées dans divers salons d’humour en France, Allemagne, Belgique, Brésil, Bulgarie, Canada, Espagne, Estonie, Italie, Mexique, au Musée Océanographique de Monaco, au Musée Peynet d’Antibes. Un de ses dessins fait partie du monde permanent du Musée d’Histoire Contemporaine de Paris. Depuis 1996 il séjourne et travaille régulièrement au Japon où il expose chaque année (Tokyo, Yokohama, Fukuoka, Osaka, Nara, Maebashi, Nagoya, Takasaki) et dessine toutes les affiches du théâtre Guy Foissy de Tokyo.

PHOTOS-2015-8221.JPGDes gateaux à la truffe

 

Chaque semaine un de ses dessins paraît dans le Shincho, le plus important hebdomadaire d’information du Japon. Dessinateur officiel du Festival International du Film de Cannes pendant six ans, il a aussi réalisé pendant treize ans une revue de presse pour France 3 Côte d’Azur (la semaine de Kristian) et a collaboré, sur la 5, M6 et TMC, à l’émission Chrono dont il a entre autre créé le générique. Lors de la Coupe du Monde de Football 98, il a conçu pour chaque match des dessins reproduits sur des tee-shirts, étiquettes de bouteilles de vin et cartes téléphoniques.

PHOTOS-2015-8268.JPGPHOTOS-2015-8270.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maitre Chibois pour vous servir

 

Invité à présenter son travail en Colombie en 2008, il y a exposé et donné une conférence. Imagier du Carnaval de Nice depuis 2001, chaque année un ou plusieurs chars sont construits d’après ses dessins. Les projets 2015 : 6 mois d’exposition au musée Peynet, l’exposition annuelle de Tokyo, la collaboration hebdomadaire avec le Shukan-Shincho (10 millions de lecteurs), une exposition à New York et bien sûr la collaboration avec Nice-Matin, Monaco- Hebdo, l’Aéroport Nice côte d’azur et le Carnaval de Nice. 

PHOTOS-2015-8231.JPG Brouillade de truffe

 

La truffe a toujours été présente dans les Alpes Maritimes, en plus grande quantité qu’a l’heure actuelle, puisque l’on comptait une production de plus de 10 tonnes par an au début du XXe siècle. Et pourtant, la truffe n’était guère appréciée au début du siècle dernier. On la servait bouillie avec les pommes de terre, quand on ne la donnait pas aux cochons.

PHOTOS-2015-8281.JPGPHOTOS-2015-8289.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis, la guerre de 1914-1918 entraina une rupture dans les traditions agricoles, et les lieux secrets de récolte se perdirent. Enfin, la truffe est particulièrement sensible à la déprise agricole: ce champignon souterrain est le reflet d’un territoire paysan structuré en terrasses de cultures, aujourd’hui en grande partie délaissées.

PHOTOS-2015-8255.JPGLa truffe, si souvent mystérieuse, cachée, comme souvent par les trufficulteurs eux-mêmes, s’ouvre au grand public. C’est une démarche nouvelle et prometteuse d’un bel avenir pour son développement. La truffe fait souvent rêver. L’imaginaire nous invite à une promesse de régal, mais la truffe aujourd’hui, c’est avant tout « la trufficulture », avec des hommes et des femmes qui y travaillent.

PHOTOS-2015-8356.JPGPHOTOS-2015-8366.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'affiche de Wolinski sur le salon de la truffe à Grasse

 

La trufficulture est aujourd’hui une activité agricole. La région Provençale est la plus importante région trufficole de France, avec: 51% de la production nationale. Près de 3000 producteurs, 7650 hectares de plantations. Cette saison passée, 27,5 tonnes de produits commercialisés. Un produit de l’ensemble de la filière de 51,3 millions d’euros.

PHOTOS-2015-8344.JPG

La filière trufficole de notre région représente 1027 emplois à temps plein. C’est aussi un emploi créé chaque nouveaux 6.7 hectares de plantés. C’est près de 300 hectare de nouvelles plantations chaque année. C’est dans ce contexte que s’insère les Alpes-Maritimes. Même si nous sommes aujourd’hui un département modeste en termes de trufficulture par rapport au Var ou au Vaucluse, il n’en demeure pas moins que nous avons un fort potentiel de développement.

PHOTOS-2015-8335.JPG A Grasse au mois de Janvier les Roses sont toujours splendides

 

Si aujourd’hui, nous avons près de 350 hectares de truffières plantées, notre potentiel peut atteindre sans difficulté les 1000 hectares et nous maintiendrons la France en tête des producteurs mondiaux de truffe et rester la référence en production de tuber melanosporum (47 % de la production européenne).

PHOTOS-2015-8352.JPGLa Bastide Saint Antoine lieu d'excellence 7étoiles cumulées hotel+ restaurant

 

La demande mondiale est grandissante; des pays s’ouvrent à la production et à la consommation de tuber melanosporum en plus des pays déjà fortement développés: Chine, Nouvelle Zélande, Australie, Chili, Argentine….. Nos territoires ont besoin de l’image de la truffe pour se développer, culturellement, touristiquement. Le tourisme d’hiver, c’est aussi la truffe.

PHOTOS-2015-8422.JPGPHOTOS-2015-8432.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  La nature à Grasse ne s 'arrete pas au mois de janvier.  

 

Déjà quatre territoires de notre région ont constitué autour de la truffe des groupements d’actions locales pour utiliser l’image de la truffe pour développer le tourisme d’hiver. La réflexion sur le développement du tourisme d’affaires a conduit à la création d’une marque « La Provence de la Truffe » que bénéficie les Alpes-Maritimes, en particulier aux communes qui se sont impliquées dans notre action, principalement Grasse et le Rouret; cette dernière étant, pour les producteurs, le centre de la trufficulture des Alpes-Maritimes.

PHOTOS-2015-8388.JPGLe séquençage du génome de tuber melanosporum permet aujourd’hui de mieux appréhender les techniques de production en respectant la démarche biologique de cette production. En région PACA et en particulier dans les AM, la profession a démontré sa capacité à s’organiser. Nous pouvons encore faire plus pour développer la trufficulture qui est un métier très spécialisé. Il faut pour cela concentrer nos efforts et soutenir le Syndicat des producteurs de truffes des Alpes-Maritimes.

PHOTOS-2015-8403.JPGPHOTOS-2015-8412.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Provence de la Truffe; cette marque gérée sérieusement peut être un atout supplémentaire pour aider non seulement nos territoires économiquement mais aussi l’ensemble de la profession. Pour terminer, je vais simplement vous dire que je n’ai pas pris que des photos dans ce salon, je me suis aussi régalé de bons plats de la belle ténébreuse, impératrice souterraine…. Miss Truffette est une coquine !

PHOTOS-2015-8382.JPG

 

Pas d'inquietude, votre serviteur aura sa coupe et ses verrines....

 

                      DIAPORAMA DU MARCHE AUX TRUFFES




 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 15:05

PHOTOS-2015-8112.JPG

Cet endroit de la frontiera qui s'appelle de nos jours la Riviera Dei Fiori ( riviera des fleurs) était autrefois appelé "Costa Azzurra" (Cote d'Azur) et cette Cote d'Azur historique partait de San Remo Italie, pour se terminer à Théoule Alpes Maritimes France. Ce sont les veritables limites originelles.

PHOTOS-2015-7874.JPG

Elle comprenait aussi la Principauté de Monaco qui à cette époque la, comptait dans ses rangs les communes de Roquebrune Cap Martin et Menton. Et oui ! Beaucoup de Français ignorent que la cité frontière des citrons ( Menton) était partie intégrante de la Principauté Monégasque (Ils doivent bien le regretter de nos jours).

PHOTOS-2015-7893.JPGPHOTOS-2015-7910.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les aléas de l'histoire ont voulu que de nos jours, elle soit devenue française. Il n'est donc pas étonnant que des deux cotés de la frontière, on trouve traces des souverains de Monaco comme le village de "Grimaldi" ou bien "l'homme de Grimaldi" qui a donné son nom à la découverte du site archéologique.

PHOTOS-2015-7911.JPGCes rochers du site archéologique sont les plus importants de la Méditerranée occidentale et la visite n'est pas seulement culturelle, mais aussi fort agréable tout le long de ce littoral.  Ces roches soigneusement poli par la mer, forment la délicieuse Spiaggetta Balzi Rossi (la plage de Balzi Rossi).

PHOTOS-2015-7987.JPGPHOTOS-2015-8024.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans un joli cadre naturel, une petite entrée d'une rare beauté, aussi appelée la "Plage des oeufs", est la réunion des artistes, écrivains et personnes célèbres de la Riviera. Un chemin serpente le long des falaises et des formations rocheuses qui prennent des formes très spéciale … C’est un plaisir de marcher sur le sentier qui mène à la petite plage, un panorama unique de roches rouges, de mer turquoise, de plantes  exotiques et d'odeur de sel  qui nous enchante.

PHOTOS-2015-7920.JPGLa baie qui abrite la Spiaggetta, permet de passer des journées d'hiver de bonheur avec le soleil et la mer dans une tranquillité absolue, immergé dans la paix et la nature qui nous dorlote. La petite plage est un petit coin de paradis, aux couleurs raffinées et à l’environnement séduisant dans une atmosphère bucolique et enchanteur au pied d'une falaise surplombant la mer, dans le calcaire dolomitique.

PHOTOS-2015-7926.JPG Cormorans et Goelands sur le rocher

 

Balzi Rossi est le nom qui désigne une partie de la côte rocheuse de la Riviera des Fleurs, la plage est également connu sous le nom de "la plage des oeufs". Ce sont des galets plats et ovales qui caractérisent l’endroit. La mer est très belle, limpide et transparente. Le lieu dit Balzi rossi c'est aussi un avant goût de liberté et de dolce vità. Il suffit de stationner sa moto (ou sa voiture) à la pinède juste après la frontière et de suivre le chemin...

PHOTOS-2015-7954.JPG Aloes Succotrina en fleur


La promenade prend des airs de retour vers le passé devant les grottes où fut découvert l'Homme de Grimaldi en 1901. Je ne peux m'empêcher d'avoir une pensée pour ces hommes qui, il y a 40 000 ans, vivaient, pêchaient, chassaient ici l'éléphant, l'auroch, l'ours ou le  loup....  Et oui, ça parait incroyable !

PHOTOS-2015-7881.JPGPHOTOS-2015-7955.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec un peu d'attention on aperçoit encore leurs inscriptions sur les murs. Les anfractuosités de ces falaises striées de rouge leur servaient d'abris et de tombes. Aujourd'hui je me promène sur les lieux même des premières sépultures de l'humanité. Tout comme la grotte du Lazaret à Nice on a mis à jours un sol acheuléen remontant à prés de 200 000 ans.

PHOTOS-2015-7959.JPGLa plage des oeufs


 Mais ce qui m'impressionne le plus c'est l'à-pic de la falaise avec là haut, suspendu dans le vide, des cactus agrippés à la paroi. Balzi Rossi, évoquent pour moi, la Côte d'Azur d'il y a cent ans: des eaux cristallines, des galets qui roulent doucement au gré du clapot, des petites criques pour les amateurs de soleil, une retenue d'eau où, l'été, on s'amusent à attraper des oursins et des crabes.

PHOTOS-2015-7974.JPGPHOTOS-2015-7996.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A peine quelques pas et les parfums d'air iodé et de pinède se mêlent aux chants des oiseaux. Après la plage, le chemin se cabre un peu. Un randonneur expérimenté le gravirait en quelques minutes, mais pas moi. Je prends mon temps, je fais des photos,  je veux m'imprégner de ces premières parcelles de cette Italie que j’aime. Tout est calme et respire la douceur de l'hiver, les rochers, la terre, les plantes. Je vous rappelle que ma balade est au mois de janvier avec un bon 20° sous abris..

PHOTOS-2015-8003.JPGEuphorbes geantes de bord de mer


 Les plantes grasses prolifèrent de partout sur les rochers et les talus face à la mer. Ce sont des centaines d'agaves, de cactus, d’euphorbes. Le chemin se poursuit ensuite vers Grimaldi à environ deux cents mètres d'altitude. Son nom vient de la famille princière de Monaco. Le village est minuscule, un café-épicerie et basta cosi. De là haut la vue est imprenable. le village de Grimaldi est sans issue et les emplacements pour mettre son véhicule est difficile.

PHOTOS-2015-7861.JPGSitué juste après la frontière italienne sur la route de Mortola superieure, c'est un lieu paradisiaque et la vue sur Menton est à couper le souffle. J’y accède directement en moto, depuis le pont Saint-Louis par un autre chemin, juste derrière la voie ferré, connus seulement des habitués tant il est dissimulé.

PHOTOS-2015-8052.JPGLes bananiers du littoral

 

Après un début un peu rude, des escaliers, l'on débouche sur des brassés d'aloès aux fleurs rouge-orangé éparpillées entre les yuccas et les buissons d'euphorbes characias qui se mélangent avec des Poinsettia (étoile de Noel). La Riviera des Fleurs merite bien son nom. Ici en hiver, c'est une explosion de couleurs.

PHOTOS-2015-8054.JPGPHOTOS-2015-7880.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belle prise pour ce pecheur de Loup


Au plus chaud de l'été, quand la foule s'entasse sur les plages de Menton, il est encore des plages isolées évoquant les rivages du siècle dernier. De l'autre côté des murs bordés de mimosas et d'eucalyptus quelques demeures du grand siècle, portes et volets clos, semblent endormies. Qu'ont-elles vues, vécues, je l'ignore. Le paysage ressemble à une aquarelle d'Ernest Louis Lessieux: pins parasols, galets, mer d'un bleu intense. La côte d'Azur à la Belle Epoque, celle qui allait de San Remo à Théoule…La vraie !

PHOTOS-2015-8059.JPG Il y a bien une montagne qui s'appelle Giordano, il peut y avoir un village du nom d'un prince !

 

Je rend une petite viste au musée avec son entrée symbolique à 2€.  Des grottes ont été découvertes, depuis la seconde moitié du XIXe siècle. Les grottes des Balzi Rossi sont nichées dans les flancs d'un haut rocher de dolomite rosée qui a donné son nom au site.

PHOTOS-2015-8070.JPGDes outils et statuettes en pierre taillée, des sépultures humaines, et des gravures pariétales y ont été découverts. Ces vestiges datent pour la plupart du Paléolithique supérieur mais des industries du Paléolithique moyen sont également présentes. Les différents chantiers de fouilles archéologiques ont permis de mettre au jour des restes d’animaux de diverses époques, une vingtaine de sépultures humaines, des objets variés comme des Vénus callipyges, des outils lithiques, une gravure d’un équidé.

PHOTOS-2015-8079.JPGPHOTOS-2015-8096.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etoile de Noel surplombant la mer


Au moins sept squelettes découverts sur le site sont attribués à l'Homo sapiens, appelé localement « Homme de Grimaldi. Les premières fouilles ont été entreprises par le prince Florestan Ier de Monaco dès 1846. Les travaux menés entre 1875 et 1902, sous l'égide du prince Albert Ier de Monaco sont dirigés par Louis de Villeneuve, qui veille à utiliser des méthodes scientifiques adéquates. De 1928 à 1962, l'Institut italien de paléontologie humaine de Rome complète l'exploration des différentes grottes avec l'aide de paléontologues renommés.

PHOTOS-2015-8129.JPGLes Euphorbes vont commencer leur fleur

 Depuis le cap de la Mortola, la via Julia Augusta poursuivait son itinéraire vers Cemenelum (Nice Cimiez) en traversant les hautes falaises des Balzi Rossi. Peu de traces de cette voie romaine sont encore visibles sur le site des Balzi Rossi, suite aux transformations contemporaines. Seule subsiste l'ouverture qui, creusée dans le rocher, permettait à la voie de contourner la falaise et de poursuivre son parcours par le bord de mer.

PHOTOS-2015-8134.JPGÀ la fin du xixe siècle, la construction de la ligne ferroviaire Gênes-Nice coupe en deux la zone archéologique. Durant la Deuxième Guerre mondiale, eut lieu la mise en oeuvre d'emplacements fixes pour l'artillerie, pour lesquels on a dut creuser de nombreux tunnels. On fit exploser l'arrière de la grotte de Barma Grande pour obstruer le tunnel ferroviaire.

PHOTOS-2015-8144.JPG Ficoides ou oeillet marin

 

Après la guerre, on perdit la dernière occasion de restaurer le milieu naturel originel du site en édifiant, sur l'emplacement de l'ancien casino, un immeuble résidentiel. Plus récemment, à la suite d'expropriations, un aménagement global du site a été effectué par la région de Ligurie avec notamment la construction d'un nouvel édifice pour le musée et la restauration de l'ancien musée. La aussi, les nombreux touristes qui viennent sur Menton zappent ce lieu, car ensuite, ils se dirigent directement sur Vintimille....

PHOTOS-2015-8140.JPG

 

                                  DIAPORAMA DE LA BALADE


  
Repost 0
Published by BIKER06 - dans ITALIE
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 07:28

octobre-2014-5312.JPG

La meilleure huile d’olive de France l'AOC AOP olive de Nice (appellation d’origine protegé) comparable à la légendaire Taggiasca Ligure risque de disparaitre. Après le charençon rouge, dévoreur de palmiers, les puces qui s'attaquent aux potagers, les récoltes d'olives sont menacées par une mouche. Les producteurs des Alpes-Maritimes affirment qu'elles sont arrivées par millions.

octobre-2014-5537.JPGoctobre-2014-5372.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La bactrocera oléae a menacé, pendant la période estivale, les millions d'oliviers du sud de la France. Cette  mouche minuscule pond des œufs dans la chair de l'olive avec une trace caractéristique. Peu de temps après, un ver ronge le fruit. La récolte qui débute depuis le courant du mois d'octobre est catastrophique pour l'oléiculture des Alpes-Maritimes. Mais c'est aussi la faute à des facteurs naturels hors normes et à une chambre de l'agriculture apathique.

octobre-2014-5322.JPGL'olive est sous pression. « L'or vert » de la Cote d'Azur connaît une année catastrophique dans notre région. L'Espagne avait ouvert le bal avec une sécheresse historique. L'Italie, et la région des Pouilles, a emboîté le pas avec une bactérie mortelle pour les oliviers, laxylella fastidiosa, qui oblige à brûler et arracher tous les arbres. Cette bactérie extrêmement nocive menace d'ailleurs la Corse. Là-bas, les oléiculteurs craignent qu'elle n'atteigne l'île de Beauté et n'extermine tout sur son passage.

octobre-2014-5342.JPGCar la xylella fastidiosa s'en prend également aux arbres fruitiers. Dans les Alpes-Maritimes, la situation est alarmante, voire catastrophique par endroits. Mais pour d'autres raisons. Trois fléaux successifs viennent de s'abattre cette année sur nos plantations d'olivier. La chute physiologique (essentiellement dans les Alpes-Maritimes), puis la mouche de l'olivier, et enfin la dalmaticose.

octobre-2014-5383.JPGLe moulin Alziari au coeur de la ville de Nice, une institution.

 

Certains producteurs ont perdu 100 % de la récolte (C'est le cas de votre serviteur et de ses 40 oliviers). En moyenne, c'est 70 % de la production des Alpes-Maritimes qui est perdue à cause de ces trois facteurs. » C'est plus qu'une catastrophe pour l'olive de Nice, en AOC, qui est la référence de la qualité.

octobre-2014-5540.JPGCes trois phénomènes conjugués auront un impact économique énorme pour les professionnels ». Aujourd'hui, il ne s'agit plus de savoir comment sera la prochaine production en 2015, mais carrément de savoir comment sauver nos oliviers. La chambre d'agriculture des Alpes Maritimes après avoir été insouciante sur le désastre (elle pensait que le sol argileux ne nicherait aucune bactérie) se rapproche de la chambre italienne pour rechercher une solution à ce fléau. Comme toujours, il vaut mieux prendre conseil auprès des oléiculteurs du terrain que ces grattes papiers des bureaux.

octobre-2014-5541.JPGDans l'urgence les propriétaires d'oliviers doivent non seulement traiter à la bouillie bordelaise l'arbre, mais surtout, remué la terre avec un motoculteur autour de l'olivier en profondeur pour faire remonter les olives et son vers infecté par la mouche et traité au pied de l'arbre, sinon celui ci remontera pour la saison prochaine... On se prend même à souhaiter de la neige et une petite période de gel d'une semaine pour peut-être tuer la vermine....

octobre-2014-5335.JPG

Pendant ces portes ouvertes, je me suis rendu au moulin Alziari au cœur de Nice pour voir son moulin qui n’a cessé de travailler depuis 1868 et celui d’Opio à Grasse qui existe depuis 1848 et qui est le second plus grand moulin de France. J’en ai également profité pour déguster saussoun, tapenade, anchoïade, brissauda et le cacho conclu par un bon verre de bellet.

octobre-2014-5426.JPGPassons à des choses plus réjouissantes ! Après avoir voyagé et vu les coutumes des Toraja en Indonésie, les mariages et défilés de novices birmans et indous, les fêtes des rameaux à Bali, on peut dire qu’il n’est pas urgent d’aller voir très loin des coutumes ethnologiques. La tribu des niçois a codifié diverses fêtes traditionnelles dignes de celles des Swatis d’Afrique du Sud.

octobre-2014-5453.JPGL'orgue de l'Escarene


 A Nice deux évènements sont issus de traditions locales dont celle de la fête des cougourdons qui est désormais regroupée dans les jardins de Cimiez. Les vieux ont connu l’accrochage de ces cucurbitacées sous lesquels la population dansait tous les soirs. Un orchestre offrait la possibilité aux jeunes de se rencontrer et de danser, sans avoir à recourir aux sites dits de convivialité.

octobre-2014-5491.JPGoctobre-2014-5462.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le nom du festin des cougourdons  lui vient du marché qui s’établit à cette occasion sur la place devant le Monastère. Ce marché proposait aux pèlerins des "cougourdons", c’est à dire des cucurbitacées non comestibles, de formes curieuses et de tailles diverses, séchées durant l’hiver puis vidées de leur chair et de leurs graines. Ces cougourdons devenaient alors des récipients tous usages appréciés des Niçois dans la vie quotidienne: louches, gourdes, mesures, etc...

octobre-2014-5501.JPGLes cougourdons dans le moulin de l'Escarene.


 Les stands permettent de voir comment la courge séchée devient un objet décoratif. En ce jour de fête des enfants apprennent à décorer les courges. Leurs formes bizarres, ont encouragé leur décoration, de plus en plus raffinée, par gravure ou peinture. De même, leurs qualités de résonance, aménagées par diverses techniques de sculpture et d’harmonisation les ont fait utiliser comme des instruments à vent ou à percussion par des orchestres improvisés.

octobre-2014-5504.JPGoctobre-2014-5507.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces orchestres étaient dénommés "la vespa" (l’abeille), car le son d’ensemble s’apparente facilement à un bourdonnement grave. Le festin des Cougourdons était aussi l’occasion de rendre publics les griefs que les couples, ayant vécu, reclus au foyer, la longue cohabitation de l’hiver, voulaient vider. Il porte donc encore le surnom de festin des Reproches.

octobre-2014-5519.JPGUne fois ces griefs exposés, sans violence autre que verbale, devant tout le monde, le public invitait le couple à la réconciliation, les différends étant purgés, à l’occasion des festins des Mais. Les cougourdons font l’objet d’achats et gagnent les maisons de la ville où ils concurrencent de plus en plus les rameaux. Les maisons les installent avec d’autres cucurbitacées achetées à l’automne sur des autels de telle manière que les habitants sont surveillés. Ils doivent éviter d’employer un langage grossier pour éviter de devoir annoncer leur inconduite le jour des Reproches de l’année suivante.

octobre-2014-5523.JPGoctobre-2014-5525.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certaines familles font brûler de l’encens à côté des cucurbitacées pour chasser les démons. On peut voir une belle collection de ces Cougourdons dans un musée du village de l’Escarene. Une collection unique de 150 cucurbitacées, cédée gracieusement à la commune par Tom Roméo, un passionné de notre région qui se trouve dans ce village de moyenne altitude au dessus de Nice.

octobre-2014-5387.JPGCréche à l'Escarene


 Passionné depuis l'âge de 14 ans par la culture de ces légumes bien connus dans les Alpes Maritimes, il leur a donné une seconde vie. Plutôt fantaisiste et colorée, suivant son humeur et son imagination. Des gros, des petits, des longs et des courts, des ronds et des très fins qui deviennent, sous les doigts de Tom, des personnages, des animaux ou des représentations de notre Comté.

octobre-2014-5396.JPGoctobre-2014-5404.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme je le mentionne dans mon titre, je n'oublie pas les santons qui sont la tradition la plus importante de notre région au moment des fêtes. C'est donc à nouveau dans ce village de l'arrière pays niçois que je retrouve Sylviane (une niçoise qui fait l'une des plus belles crèches de la région) et son expo de crèches et quelques santonniers du coin.

octobre-2014-5402.JPG

Carriera dou pouort    

                           DIAPORAMA DE LA BALADE



Paroles Française de la chanson nissarde Toumba l’ouliva de la page d'accueil:

Brouillard dans la vallée, brouillard en montagne

Dans la campagne, il n’y a plus personne

Adieu, adieu, mon amour

Tombe et se cueille

Et les feuilles tombent de l’arbre

Tombe l’olive et tombe le genêt

Tombe l’olive et la feuille de genêt

Adieu, adieu, mon amour

Tombe et se cueille

L’olive est tombée, de l’arbre les feuilles

L’amour d’hiver comme l’olive tombe

Un peu chaque jour, le souffle s’en est allé

Adieu, adieu, mon amour

Tombe et se cueille

Le feu reprendra avec d’autres feuilles

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 07:25

octobre-2014-6051.JPG

Je retourne de nouveau à Théoule sur mer, cette petite localité qui avait fêté le 70e anniversaire du débarquement et dont j’avais pris quelques photos de la parade navale en mer. Cette fois ci, point de commémoration mais, une visite de l’exposition des crèches organisées par l’office de tourisme et la municipalité théoulienne…

octobre-2014-6054.JPGAvant de devenir une station balnéaire, Théoule s'adonna à la pêche. Elle ne groupait à l'origine qu'une trentaine d’habitations de pécheurs, et on ne pouvait y accéder que par un petit chemin, non carrossable, dit du Trayas. Théoule vit enfin son extension s'accroître avec la réalisation de la route nationale dite de la Corniche d'Or, que l'on doit aux démarches pressantes et efficaces du Président du Touring-Club de France.

octobre-2014-6058.JPGThéoule surgit de la nuit des temps, de la lave en fusion, qui a laissé ces rochers rouges si caractéristiques que l’on retrouve sur les deux châteaux qui dominent la Méditerranée. Le Château du port de Théoule a été transformé au cours des siècles. Il a été édifié sur une ancienne Savonnerie construite au XVIIème dont il reste quelques vestiges dans le sous-sol, et a pris son architecture actuelle au cours des divers agrandissements édifiés depuis le début de ce siècle.

octobre-2014-6060.JPGTheoule sur Mer dans le departement des Alpes Maritimes est la derniere commune qui fait parti de la Cote d'Azur historique, ensuite à partir du Trayas on passe sur la Cote Varoise qui est à son tour suivie par la Cote Bleue. Elle organise depuis une quinzaine d'année un chemin des créches. La crèche et ses santons font partie des éléments incontournables de Noël dans le sud de la France. Dans le Comté de Nice et en Provence, cette tradition est encore bien vivace comme en témoigne l’affluence dans les foires aux santons.

octobre-2014-6078.JPGChaque année le Chemin des crèches prend place dans divers lieux de Théoule et la fête des santons rassemble une douzaine de santonniers… Mais je regrette un peu cette année de ne pas y retrouver un pays invité comme pour les années précédentes avec par exemple le Pérou, la Russie, la République Tchèque et le Portugal.

octobre-2014-6081.JPGLa mairie ayant préféré occuper la grande salle des fêtes pour la consacrer à des animations pour les enfants et à délocaliser les santons dans les salles d’une villa. Pour l’expo aux santons, il s’agit d’un dépôt avec toujours les mêmes noms connus de la region PACA.

octobre-2014-6086.JPG

Des crèches de différentes tailles sont réalisées dans les matériaux les plus nobles comme le bois sculpté ou le fil d’or et d’argent. La tradition du santon se plaît à décrire le petit peuple d'antan, avec ses personnages et ses métiers parfois toujours d’actualité. On retrouve donc les principaux santonniers de la région PACA comme Carbonnel, Escoffier ou la maison Fouque qui fête ses 80 ans d’existence en transmettant cette passion de la terre depuis 4 générations en fabriquant à 100% des santons fait main.

octobre-2014-6098.JPGMais, j’aime bien aussi des réalisation plus originales comme celle de Françoise Massa qui reconstitue des crèches avec les pierres de lauzes de son village de Granile dans la vallée de la Roya Alpes Maritimes (des maisons de village, chapelles, puits, fours à pain, chabots, lavoirs, casouns, crèches, églises, mais aussi des petites maisons aux toits de bois très pentus typique de cette vallées niçoises).

octobre-2014-6113.JPGChaque réalisation est une pièce unique ou il faut 40 à 50 heures de travail pour la réaliser…Exceptionnel ! Il y a aussi la créchante Monique Giraudon qui habite du coté de Vence je crois ? Elle réalise des modelages à la main sans moule. De ce fait chaque pièce est unique et reste dans un style naïf. D’ailleurs les deux artistes Giraudon et Massa collaborent ensemble.

octobre-2014-6116.JPGoctobre-2014-6117.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a aussi ce gars de l’Escarene (village du moyen pays niçois) Monsieur Allavena qui confectionne des décors de crèche à des prix très raisonnables par rapport à ces grands noms de la santonnerie, mais qui sont tout aussi bien réalisés qu'eux. Petit coup de coeur pour l'art de la pierre de Gouin Claude à Lambesc dans les Bouches du Rhone qui réalise lui aussi des décors originaux fait main à des prix moins prohibitifs que les autres.

octobre-2014-6142.JPGC’est en Italie que les premières crèches représentant la nativité apparaissent en 1025 dans l’église Santa Maria Del Presepe pour arriver aux figurines que nous connaissons de nos jours. C’est à partir du XVe siècle avec les premiers sculpteurs de pastori (santons); et parmi eux, les frères Pietro et Giovanni Alemanno qui en 1470 créèrent les sculptures en bois pour la représentation de la Nativité.

octobre-2014-6122.JPGoctobre-2014-6125.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1507, le Lombard Pietro Belverte sculpta à Naples 28 statues. Puis pour l’année 1532, on enregistra des nouveautés et Domenico Impicciati fut probablement le premier à réaliser des statuettes en terre cuite à usage privé. La crèche baroque arrivera au XVIe siècle avec les pères piaristes. Les pastori furent remplacées par des mannequins articulés de bois revêtus d’étoffes.

octobre-2014-6130.JPGVers la fin du XVIIe siècle, naquit la théâtralité de la crèche napolitaine, où l'on commença à mélanger le sacré et le profane avec des personnages de la vie quotidienne. Vous avez donc bien compris que cette tradition de la créche et du santon  (presepe et pastore) vient immanquablement d'Italie.

octobre-2014-6153.JPGoctobre-2014-6094.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au XVIIIe et dans la première moitié du xixe siècle, la réalisation de crèche connut un véritable engouement et devint aussi le passe-temps favori de la haute aristocratie et de la bourgeoisie napolitaine qui rivalisèrent d'imagination pour aménager des scénographie toujours plus recherchées. Les crèches devinrent plus profanes et les plus importantes comptèrent plusieurs centaines de sujets qui envahirent les salles et les terrasses des maisons et des palais napolitains.

octobre-2014-6146.JPGLe roi Charles III et son épouse y consacraient, raconte-t-on, leur temps libre. Cette passion pour la crèche à Naples suscita une telle frénésie collective qu'elle entraîna les meilleurs artistes du siècle dans la réalisation de figures parmi lesquels les sculpteurs Matteo Bottiglieri, Lorenzo et Dominico Vaccaro, et sans doute le plus grand sculpteur napolitain du XVIIIe siècle, Giuseppe Sanmartino.

octobre-2014-6162.JPGÀ cette époque, les guides de voyage pour étrangers vantent l'exubérance des Napolitains pour les crèches. L'attention des voyageurs est portée non pas sur les crèches présentées dans les églises mais sur celles que composent à grands frais les particuliers, nobles et aristocrates. Elles sont exposées dans leurs habitats où chacun peut venir les visiter durant la période de Noël.

octobre-2014-6180.JPGLes Pastori (santons), d'une hauteur qui varie de 25 cm à 45 cm, ont un visage modelé en terre cuite (et non plus en bois) avec des yeux en verre. Les membres sont articulés en bois travaillé. Le corps est réalisé en fil de fer et étoupe, elle-même recouverte par les vêtements. Outre le soin apporté à leurs habits, ces figurines sont caractérisées par une expression très réaliste.

octobre-2014-6136.JPGoctobre-2014-6131.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Son illusion de paysage en profondeur résulte d'un savant mélange de l'art de la perspective et celui du clair-obscur. Il est meublé de marchés, de ponts, d'églises, de fours, de rivières.. On y intègre des scènes empruntées à la vie quotidienne avec des personnages comme le noble, le paysan, le goitreux ou l'enflé, le tavernier avec joueurs de mourre (la mourra est un jeux qui se pratique toujours à Nice), les banqueteurs, marmaille, savetiers, marchand de tellines, joueurs de musette, de cor...

octobre-2014-6068.JPGLa représentation des denrées alimentaires et des animaux est aussi documentée avec beaucoup de précisions. C’est à partir des crèches napolitaines que va s’exporter cet art du santon autour du bassin méditerranéen et notamment en Catalogne et en Provence….

octobre-2014-6169.JPG

 

                    DIAPORAMA DU CHEMIN DES CRECHES



 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 07:30

octobre-2014-5686-copie-1.jpg La productrice des roses d'Antibes ( http://www.roses-antibes.com ) exploitation depuis 1925


Fermez les yeux. Et imaginez qu'un village, un temps, ait opéré sur lui-même un bond en arrière d'une poignée de décennies... Maintenant, ouvrez les yeux et plongez-vous sans hésiter dans l'atmosphère des années dix, des années vingt du 20ème siècle.

 

octobre-2014-5738-copie-1.jpgoctobre-2014-5775.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous voilà immergé dans la fête, celle du temps où l'on avait le temps. Celle des petites villes qui n'étaient encore que de paisibles bourgs de campagne.... Exposants et figurants en costumes d’époque, métiers d’autrefois, taverne, sanglier à la broche, animaux de la ferme. On se régalera d’une bonne soupe, de pain paysan, de porchetta, de fruits confits, de marrons chauds ou de « brissauda » préparés au cœur du village.

octobre-2014-5693.jpgLes animaux de la ferme et les contes de Noël font la joie des enfants. La crèche vivante est blottie dans une étable. Un espace dédié aux enfants, bien au chaud, leur permet de se faire maquiller ou de créer un décor de Noël. Plusieurs artistes talentueux viennent réjouir nos oreilles et bercer notre cœur d’enfant !

octobre-2014-5823.jpgoctobre-2014-5833.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au détour d'une ruelle ou sur place, rythmé par des danses folkloriques, tout un village remonte le fil du temps. Du forgeron à la maitresse d'école en passant par le rémouleur ou le garde champêtre, les métiers anciens sont à l'honneur dans la joyeuse atmosphère des foires de jadis...Remontez le temps avec le Marché de Noël du Rouret  dans les Alpes Maritimes !

octobre-2014-5711.jpgAprès 20 ans d’existence, le marché de Noël du Rouret s’est forgé une solide réputation et a su rester fidèle à ses valeurs d’authenticité et de qualité. C'etait le 7 décembre dernier, de 9 h 30 à 19 h 00, on venait vivre la joie de Noël sur ce marché de pure tradition, les pieds dans la paille parmi les animaux de la ferme et les artistes : un moment magique que j'ai noté sur mon agenda sans hésiter…

octobre-2014-5840.jpgoctobre-2014-5860.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au programme, de nombreuses animations enchantent ces moments de fête : Sur la place et dans les rues du village : fanfare de Noël, saltimbanques, artistes... je découvre un village d’autrefois avec ses vieux métiers. De nombreuses démonstrations artisanales nous attendent. Sur la place, le père Noël recoit les enfants dans sa maison parmi les sapins.

_5723.jpgCôté gourmandises, les produits du terroir sont mis à l’honneur, et, à midi, un repas sous un chapiteau sans réservation est prévu au cœur du marché ainsi que plusieurs points de restauration. Pour les plus créatifs, des ateliers sont encadrés toute la journée : fabrication de confiture de Noël, de céréales, ateliers créatifs pour les enfants, confection de boules de Noël écologique...

octobre-2014-5869.jpgoctobre-2014-5875.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De plus, des artistes Rouretans se réunissent dans la chapelle, pour exposer leurs œuvres: peintures, sculptures, mosaïques, raku, vitraux. Ce marché de Noel est aussi l'ouverture du diamant noir dans le département des Alpes Maritimes et les producteurs de la region exposent les premiéres truffes.

octobre-2014-5762.jpgLa truffe noire "Tuber melanosporum" pousse à l’ombre de chênes, dans le secret de la terre du Rouret... Gérée par le syndicat départemental des trufficulteurs des Alpes-Maritimes, les parcelles trufficoles portent leurs fruits, d’année en année, à mesure que les mystères de la truffe noire se dévoilent...... Si bien que le village du Rouret est maintenant connu et reconnu comme la capitale départementale de la truffe des Alpes-Maritimes..

octobre-2014-5890.jpgoctobre-2014-5895.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le syndicat des trufficuleurs, composé de professionnels passionnés, s’occupe de révéler les secrets et les trésors de la truffe du Rouret. Il joue également un rôle d’accompagnement, de conseil et de formation auprès des nouveaux venus dans la profession. Au fil du temps, un lien étroit s’est établi entre la commune et le syndicat.

octobre-2014-5787.jpgPas de Socca , pas de marché de Noel possible !


 Aujourd’hui, la plupart de des membres du syndicat des trufficulteurs sont également chevaliers de la confrérie des Rabassiers du Rouret (rabassier étant le nom local désignant les trufficulteurs). Durant la pleine saison des truffes noires (de la fin décembre à la fin février), un marché aux truffes se tient tous les vendredis après-midi (de 14h à 16h30) sur la Place des Platanes, au Rouret. L’on peut alors rendre visite au stand du syndicat départemental des trufficulteurs des A-M pour s’approvisionner en truffes noires tout juste sorties de terre..

octobre-2014-5912.jpgoctobre-2014 5918 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 20 ans d’existence, la manifestation phare de la saison n’avait jamais connu telle affluence. Un record justifié au regard de la qualité des animations proposées au public. Entre amis, en amoureux ou en famille, chacun a trouvé sans difficulté de quoi contenter ses envies, au gré des stands de produits artisanaux.

octobre-2014-5843.jpg  les petites maisonnettes en pierre de Granile pour les créches

 

Le fruit d’une sélection rigoureuse de 180 exposants. Car les organisateurs, au fil des ans, affinent leurs critères pour n’offrir au cœur du village que le meilleur de l’esprit de Noël.

octobre-2014-5906.jpgLes culottes de 1930 à nos jours


 Ici, rien a voir avec ces villages de Noel que nous trouvons dans les grandes villes du littoral ou bien dans les autres grandes cités des régions françaises composées de ces chalets en bois qui vendent tous du produit « Made in China » et qui sont devenus des fourre-tout de la mondialisation.

octobre-2014-5928.jpgoctobre-2014 5948

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Foulards de Taïwan, montres à la fabrication incertaine, maroquinerie bas de gamme. Mais où est passée la magie dans ces marchés des grandes métropoles y compris Strasbourg, Paris ou Lyon ? On est loin du vin chaud, des décos de Noël à profusion, de la gastronomie débordante de générosité et de régionalisme. Les jacobins sont en train de tuer le regionalisme et l'identité.

octobre-2014-5985.jpgAu milieu de ce fatras à trois francs six sous, quelques artisans s'acharnent à sauver l'honneur avec des produits réellement régionaux de notre pays d’Azur. D’ailleurs, vous n'aurez aucun mal à les différencier des autres au Rouret.

octobre-2014-5968.jpgoctobre-2014-5936.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les trois quarts de nos commerçants sont de la région Niçoises et Provençale. Cette authenticité, On la retrouve donc dans l’arrière-pays de nos montagnes, de nos villages de Campagne tel le Rouret, Mouans Sartoux, Isola, Tende, Lantosque etc…

octobre-2014 5792 Non non, rien de toutes ces bricoles made in china au marché de Noel du Rouret. Ici, c’est le royaume des producteurs locaux, de la marchandise de notre terroir fabriqués par les mains de nos créateurs, de nos agriculteurs, de nos artistes…

octobre-2014 5797

Vive le cochon ...de partout et dans toutes les écoles. Non au Kebab !


                                 DIAPORAMA DU MARCHE



 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 19:43

Mars-2014-0124.JPG

Bastion de la résistance niçoise

Pendant l’époque sardo-piémontaise, le village est appelé Levenzo, pour devenir l’actuel Levens, le nom de la tribu ligure des Leponti, transformé en Leventi à l’époque romaine. Le village est bâti à environ 25 km au nord de Nice sur une éminence rocheuse de calcaire jurassique; il culmine à 600 mètres d’altitude au-dessus du confluent de trois cours d’eau : les deux rivières Estéron et Vésubie, et le fleuve côtier Var.

Mars-2014-0001.JPGPour connaitre la tradition qui s'apparente au festin du Boutau, célébrée chaque année dans ce village de l'arrière pays niçois, il faut remonter un peu le cours de l'histoire. En 1434 s’acheva la route du sel qui  traversait le village de Levens et permettait la communication avec Utelle et la Vallée de la Vésubie. D’abord fief de la famille Riquier d’Eza, Levens devint au XIIème siècle, fief des Grimaldi de Beuil. La charte signée en 1475 entre Louis Grimaldi et les Levensans leur donne le droit de s’administrer eux-mêmes.

Mars-2014-0062.JPGMars-2014-0060.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'église baroque et la Poste 


En 1621 les Levensans se soulèvent, investissent le château et plantent sur la place une grosse pierre conique « le Boutàu » sur laquelle ils dansent en signe de liberté. En 1700 les lettres patentes accordées par le Duc Victor Amédée mettent fin à la  féodalité: Levens  devient « Comtesse d’elle-même ». A la chute de Napoléon, le Comté de Nice retourne au royaume de Piémont Sardaigne jusqu’à l’annexion à la France en 1860.

Mars-2014-0118.JPGA partir de cette annexion frauduleuse, Levens devient l'un des hauts lieux de la résistance niçoise. La tradition se perpétue toujours de nos jours, et les festivités sont la, pour rappeler l'histoire héroïque des combattants pour la liberté. Dès août 1789, le comté de Nice commence à ressentir les contrecoups de la Révolution française sous la forme d’un flot de réfugiés nobles et ecclésiastiques.

Mars-2014-0081-copie-1.JPGMars-2014-0089.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 28 septembre 1792, les troupes du général d’Anselme (1740-1814) traversent le Var, sans déclaration de guerre pénètrent le lendemain dans la ville de Nice, alors Royaume de Sardaigne. Le 17 octobre 1792, les 1150 hommes du maréchal de camp Paul de Barral s’emparent de Levens, puis marchent vers Duranus et Lantosque. Le pillage de leurs biens provoque le soulèvement des Levensans qui attaquent et mettent en déroute les troupes françaises stationnant aux Grands Prés.

Mars-2014-0126.JPGLe futur maréchal Masséna (traitre parmi les traitres), né à Nice et élevé à Levens dans les maisons familiales de la Siga et du Serret, fait partie de cette troupe d’occupation et est chargé de « pacifier » ses compatriotes. Masséna mène à bien cette mission par la persuasion et la force, en vainquant les troupes Sardes à la bataille du Brec d’Utelle les 24 et 25 novembre 1793.

Mars-2014-0090.JPGMars-2014-0094.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La région devient en 1793 le 85e département français, nommé Alpes-Maritimes du nom de la province romaine d'antan (ils n'ont rien inventé). Levens est nommé chef-lieu de canton. L’arrivée des révolutionnaires français entraîne une division entre deux grandes familles de Levens: les Gilletta, fidèles au roi de Piémont-Sardaigne, et les Goiran (origine provençale), qui prennent le parti de la France.

Mars-2014-0131.JPGSouvenez vous en, avant de mettre un bulettin des Forces Nazie


L’occupation est marquée par la mauvaise conduite des troupes révolutionnaires qui « vivent sur l’habitant ». Ces exactions sont vivement dénoncées par Victor Tiranty et par le rapport de l’abbé Grégoire remis à la Convention nationale. Elles entraînent en retour un mouvement de résistance contre-révolutionnaire appelé « barbétisme », qui pratique le brigandage et harcèle les troupes françaises jusqu’à la chute de l’empereur Napoléon Ier en 1814. Les deux traités de Paris restituent finalement le comté de Nice au royaume de Piémont-Sardaigne et restaurent les frontières de 1760.

Mars-2014-0098.JPGMars-2014-0108.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pays de Nice retrouve les droits qui sont les siens. Lors de la restauration sarde, le roi Victor-Emmanuel Ier de Sardaigne décide de ne pas exercer de représailles contre ceux qui ont servi le régime français (provençaux), mais s’empresse de supprimer les institutions françaises et de rétablir celles d’avant 1792 : l’état civil retourne au clergé, les anciens poids et mesures sont de nouveau utilisés, l’italien redevient la langue officielle, le nissart est de nouveau autorisé et les nominations remplacent les élections.

Mars-2014-0023.JPG 

La Balade de François Fulconis qu’on appelait Lalin

(Paroles de Jouan Lùc Sauvaigo)

 

Daignez accepter ici la triste histoire

De François Fulconis qu’on appelait Lalin

Ils lui ont volé l’honneur et sali la mémoire

Et c’est justice de chanter son destin

Beau et habile, il y a un tailleur à l’Escarène

La clientèle vient jusque des autres vallées

Il est intelligent et se donne de la peine

Oui, Choa Fulconis est un homme de bon sens

Mars-2014-0114.JPGMars-2014-0026.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ecoutez le destin de François Fulconis qu’on appelait Lalin

Il s’est marié mais la guerre éclate à nouveau

C’est l’ouragan de cette année 92 (1792)

La France occupe, « civilise » et empoche

A la disgrâce ne s’ajoute que la tricherie

Une saloperie d’officier de cette soldatesque

De François Fulconis déshonore l’épouse

Un homme droit se venge de vilenie

Mars-2014-0033.JPG

Le groupe piemontais n'a pas froid, ils doivent etre habitué ces montagnards.


En François Fulconis naît Lalin, le barbet

Vous avez tenu, miliciens de la Countea

Pendant cinq ans entre Saorge et Saint-Martin

Mais sur la crête s’évanouit l’épopée

De ces vaillantes brigades, c’est ainsi

Prince de Savoie, traître, vous abandonne

Le 28 avril de 96, A l’ennemi sans foi qui vous hait

Mars-2014-0011.JPGMars-2014-0030-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec les résistants, aucune pitié, aucune loi

Un jour que l’Etat Major français faisait bombance

Lalin, vêtu d’un uniforme d’officier

S’est invité plein d’audace. Par dévers soi

Il se moque et ainsi attend le café

Puis en cachette il emporta l’argenterie

Leur laissant sous l’assiette un billet :

« bâtards, vous payerez vos tromperies

Mort aux Français ! »

Signé de Lalin le barbet

Les Français le cherchent partout

Mais aucun piège

N’a jamais pu attraper Lalin, barbet d’honneur

Il se déguise, il a tend de ruses qu’ils laissent pantois

La Garde Nationale, « blanche » de terreur

Il a tant d’audace, il se moque et défie

Que l’occupant, à force, trouve la brebis galeuse

Mars-2014-0038.JPG

Pour des promesses d’or, le judas se décide

C’est son plus proche ami qu’on surnomme Chichoun

La vieille Parpaniacca porte la nourriture

Le traître, dans un barillet, verse le poison

Les barbets mangent, boivent, mais Lalin s’endort

Chichoun tire la tête ! Un coup et puis plus rien

Lié sur une mule, ils l’ont descendu à Nice

Malgré sa mère qui pleurait de douleur

La République pour nous faire sienne nous brise

D’une nation elle efface l’esprit et l’honneur

Mars-2014-0115.JPG

Pour ma part, il me semble qu’il fallait pour l’histoire

Que les barbets fussent traités d’assassins

Sinon comment justifier la victoire

Des renégats, des traîtres et des saboteurs ?

Tant d’autres sur la crête sont partis

Comme Fulconis que l’on appelait Lalin

Ils lui ont volé l’honneur et sali la mémoire

Justice soit de chanter son destin

Mars-2014-0120.JPG

      A la Nouostra istoria , sempre fedel .....

                              DIAPORAMA DE LEVENS



 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 08:14

SEPTEMBRE2014-4479.JPG

Rares sont ceux, qui s'interrogent sur les origines de la ville. À peine si l'on remarque les ruines d'un théâtre à la sortie de la commune en direction de Bordighera (C'est en face de celui ci qu'habitait l'une de mes tantes). Impossible en effet pour le touriste de passage de s'imaginer qu'il arpente l'antique decumanus bordé de thermes et de maisons cossues de la prospère et élégante Albintillium romaine.

SEPTEMBRE2014-4537.JPGSEPTEMBRE2014-4542.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vintimille (Ventimiglia) la vraie, ne se dévoile progressivement qu'à celui qui s'y attarde suffisamment et qui ne se précipite pas le vendredi à son populaire marché aux fringues et autres bricoles. On se surprend à trouver la vieille ville pittoresque avec le linge aux fenêtres et l'on se dit, poussé par la curiosité, qu'il serait peut-être intéressant d'aller voir derrière les murs de la vieille ville.

octobre-2014-4556.JPGIci, on joue aux boules, on papote, on se chauffe tranquillement au soleil, la dolce vita prend tout son sens.  Sur la plaza della Cattedrale di nostra Signora Assunta, quelques petits vieux regardent les produits d'un camion immatriculé en Sicile transformé en épicerie ambulante. On marchande la qualité des harengs salés, du vin en jerrycan, de l'affinage du fromage fumé. Une fois l'entrée franchie dans la vieille ville, c'est un autre monde.

octobre-2014-4597.JPGoctobre-2014-4614.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sans transition, la lumière cède la place à la pénombre. Les façades pour la plupart vétustes se succèdent sans aucune monotonie. Ici, un oratoire fleuri à la Vierge, là, des fougères ont élu domicile dans les anfractuosités d'un mur. La rue principale, la via Garibaldi, est bordée en son centre par un jardinet dont l'exubérance des plantes étonne les plus grands botanistes. Des bananiers avec leur régime s'étirent vers la lumière et des chats paresseux se prélassent dans les rares coins ensoleillés.

octobre-2014-4591.JPGIci les touristes ne montent pas, il reste indéfiniment dans la ville moderne pour son marché ou ses boutiques de mode. C'est vrai aussi que la vieille ville fait un peu peur et qu'elle donne l'impression d'un coupe gorge. Ce n'est qu'en apparence bien sur ! Quelques mots en italien, même avec mon accent exotique, suffisent à lever toute inquiétude avec les habitants du quartier.

octobre-2014 4585octobre-2014-4568.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et si je dis que je suis "di Nizza", que ce soit à Naples, à Rome ou à Palerme on vous considère comme à moitié Italien. Nizza n'est pas une ville française, mais la dernière ville italienne de la Riviera pour les transalpins. La ville ou est né le père de la nation ne peux être qu'italienne bien sur... D'ailleurs au bout de la rue Garibaldi, la grande porte médiévale est surnommés " la porta di Nizza".

octobre-2014-4555.JPGDe ruelles en ruelles et après quelques égarements, la perspective s'élargit devant l'église Saint-Michel. Les piliers de la crypte ont été taillés à partir de bornes miliaires de la via Aurélia. Attiré par la crypte, je découvre un univers souterrain de « presepi », de santons, installés là pour les fêtes de Noël. Un petit village haut en couleurs avec ses vieux métiers, ses traditions séculaires qui tranche avec la monochromie de la pierre.

octobre-2014-4616.JPGAu moment ou je me promène, il y a du monde, la messe vient de se terminer, les italiens sont très pieux et fideles. En sortant je remarque une statue avec un scapulaire, chose que l'on ne voit plus guère en France.  L'esplanade de l'église Saint-Michel est baignée par le soleil, dans la semi obscurité des ruelles, j'avais fini par oublier qu'il faisait beau. Les rues se sont remplies de monde.

octobre-2014-4485.JPGoctobre-2014-4486.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le big Boss du ristorante Pasta e Basta sur ma moto    

De l'autre côté de la vieille ville, via Cavo, s'élève la cathédrale dont la fondation remonte au VIIIe siècle. C'est l'un des plus beaux édifices romans de la Ligurie. Sous le chœur, dans la crypte on aperçoit les soubassements du haut Moyen Age et des pierres tombales gravées de symboles. Les derniers échos de la messe qui vient de se terminer ne descendent pas ici.

octobre-2014-4494.JPGOn vous porte une assiette avec les differentes familles de pates, vous choisissez ensuite avec quelle sauce ou spécialites vous les mangerez...

 

A l'extérieur au pied du chevet des oliviers et des palmiers chétifs me font penser au Mont des Oliviers. Nous dominons la ville moderne et aucun bruit ne monte jusqu'à moi. Toute proche et si lointaine.

octobre-2014-4498.JPGC'est en empruntant le tunnel de San Guiseppe qui passe sous la vieille ville que l'on trouve le restaurant Pasta e Basta. La aussi, les touristes ont l'habitude de se rendre dans les trattoria de la ville moderne qui sont des attrapes nigauds, plutôt que de se rendre de l'autre coté du pont de la Roya. 

octobre-2014-4507.JPGPasta e gambas

 

Pour parodier la pub, on pourrait s'exclamer, pris en flagrant délit de gourmandise: " Mais ce ne sont que des pates !" Oui mais quelles pates ! Les français ne savent pas ce que sont les bonnes pates fraiches faites artisanalement. Ils ne connaissent que les pates des supermarchés.... Des Panzani ! Ce qui me fait plutôt rire, en fait, cette marque est française et, on lui a donné un nom italien pour mieux la crédibiliser.... Vous appeler ça des pates ? Mon Dieu quel malheur...

octobre-2014-4517.JPGPasta e Basta, c'est le royaume de la pate, ce restaurant aux grandes baies vitrées avec vue sur la mer est une institution à Vintimille. A l'accueil, Sabrina, Cinzia, Loana vous accueillent le sourire aux lèvres en dépit de l'affluence. Le chef propose toutes sortes de pates fraiches de sa production artisanale (gnocchi, tagliatelles, fettucine, troffie, raviole à la bourrache, penne, strozzapreti) à marier à plus de 21 sauces différentes.

octobre-2014-4523.JPGvino bianco vermentino di sardegna con pasta con gambas

 Mais aussi 20 suggestions de son invention comme les tagliatelles au curry avec poulet et fruit de mer ou bien les troffie aux langoustines, cèpes et tomates ou encore les strozzapreti d'oursins et son jus. L'obsession de se maitre des pates: des produits d'une qualité irréprochable. Et la, impossible d'y échapper, vous aurez obligatoirement les yeux plus gros que le ventre.

octobre-2014-4521.JPGoctobre-2014-4532.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Car le chef ne lésine pas non plus sur la quantité. 300 à 450gr de pates selon la recette, le tout arrosé de vin rouge comme le barolo, de rosé comme le surprenant lambrusco frizzante ou le blanc de Sardaigne. Et si malgré tout, il reste une petite place pour les desserts, on a le choix entre une succulente panna cotta, l'incontournable tiramisu aux amaretti et j'en passe...

octobre-2014-4511.JPGSignora Solange Giordano-Pistolesi ama la pasta

 Si vous êtes plusieurs, comme ce fut le cas pour nous, il est ingénieux de prendre un plat différent par personne, vu que les quantités sont énormes. De toute manière à la fin du service, on vous proposera un doggy bag (sachetto per gli avanzi) à la façon des restaurants américains pour emporter les restes à la maison.

octobre-2014-4527.JPGUne grande assiette de Panna Cotta


 Nous avons donc choisi: Tagliatelle à la pulpe d'oursin, ciboulette et sauce tomate; Strozzapreti aux aubergines, tomates, mozzarella et basilic; Ravioli aux champignons, cèpes et crème fraiche; Tagliatelle aux gambas, cèpes, champignons et tomates; Tagliolini au lapin à la ligurienne et olives.

octobre-2014-4529.JPGEnfin, les desserts: Poires au four avec glace vanille et cannelle; Panna cotta à la vanille de Madagascar; Amaretti avec la crème pâtissière et chocolat gianduia. Compter entre les plats de pates, les desserts, la bouteille de vin blanc de Sardaigne, deux bouteilles d'eau gazeuse San Pellegrino, les cafés, le limoncello, 25€ par personne. Un conseil, il est préférable de réserver, tous bons niçois et locaux connaissent cette adresse atypique...

octobre-2014-4534.JPG

En face, à l'embouchure de la Roya, la palmeraie de Vintimille    


                               DIAPORAMA DE LA BALADE


  
Repost 0
Published by BIKER06 - dans ITALIE
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 07:00

SEPTEMBRE2014-4300.JPG

Des porcini de la montagne (les meilleures cépes) à moins de 15 euros le kilos (29 euros en france)

 

On y trouve de tout et même plus comme certains légumes typiques à l'Italie : Tomates séchées, fanes de navets (se mange comme les blettes), rapini (variété de brocolis d'origine italienne dont les tiges, les feuilles et les boutons floraux sont entiérement comestible), artichaux poivrades, haricots borlotti,  cébettes, endives, betterave cuite au four, courge, roquette sauvage, mini courgettes fleurs.

octobre-2014-4440.JPGOu bien les fruits; fichi d'india, kaki, castagna, grenade, lime et arancia, clémentines du pays, pomme/poire ou Nashi que je ne trouve qu'en italie. C'est un fruit hybride de pomme et de poire. Rond et croquant comme une pomme, juteux comme une poire bien mure, une merveille ou encore, sanguini et porcini, tartufa di Alba, la meilleure truffe au monde. La charcuterie est une merveille avec la pancetta, la coppa, fiocco, jambon de Parme, spianata calabrese, porchetta, mortadelle et la fameuse cotechino de Modena, cette saussice de pied de cochon désossés que l'on mange avec des lentilles etc...

octobre-2014-4397.JPG

Pasta e basta

 Les fromages italiens quand a eux rivalisent largement avec les fromages français (+de 300 sortes). Le premier que j'achete est le stracchino pratiquement introuvable en France, car il faut l'acheter trés frais. Puis vient le mascarpone et gongorzola, on en trouve bien sur, mais il n'a pas la qualité de celui vendu en Italie. Les italiens disent du fromage qu'il est le saut du lait vers l'immortalité. Je ramene aussi du pecorino sicilliano, du grana padano comparable au parmesan, de la vraie mozzarella di bufala, de la toma piemontese...

SEPTEMBRE2014-4309.JPGSEPTEMBRE2014-4312.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Kaki et grappe de piment de calabre 

Il est plus court et plus rapide pour les Nissart de se rendre à Vintimille ou San Remo que d'aller baguenauder en rade de Toulon. Non pas que la balade chez nos voisins varois manque de charme, mais outre qu'il est toujours dépaysant de passer une frontière, le détour chez le cousin italien avec qui nous avons beaucoup d'affinité peut aussi faire du bien au porte-monnaie !

SEPTEMBRE2014-4299.JPGIci l'escargot se mange nudo (sans coquille), on le fait frire et on l'agremente d'une sauce à l'artichaud ou on le hache pour farcir les raviolis


Car oui, sur de nombreux critères, les prix affichés chez nos voisins transalpins restent plus que compétitifs. C'est le cas sur les marchés pour les fruits et les légumes, mais aussi chez les débitants de tabac et d'alcool, ce qui est tout sauf une surprise !

SEPTEMBRE2014-4321.JPGSEPTEMBRE2014-4380.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Figues de barbarie et panettone da sogno Rocca Antica 

Et même s'ils ont du mal à l'avouer, les commerçants italiens qui subissent une crise encore plus violente (la berlusarco, un fleau jumelé) que celle que nous traversons en France, sont bien obligés de baisser leur prix, faute d'une clientèle locale qui déserte leurs échoppes...

SEPTEMBRE2014-4319.JPGCe qui rend le voyage en Italie d'autant plus intéressant pour les touristes Français ou bien les frontaliers dont les euros dépensés sur le marché de Vintimille représentent aujourd'hui plus de 50% du chiffre d'affaires des producteurs locaux !

SEPTEMBRE2014-4328.JPGReste à savoir si la dépense en carburant et en péages autoroutiers pour se rendre en Italie est compensée par l'économie effectuée sur les achats. La réponse est oui sans hésiter, à condition d'ajouter aux tomates ou autres fruits et légumes, quelques litres d'alcool (surtout l'alcool à 95° pour faire limoncello et vin d'orange devenu pratiquement introuvable en France) et cartouches de cigarettes.

SEPTEMBRE2014-4343.JPG

Porcini e tartufi di Alba

 Lors de notre visite «comparative», le trajet Cannes-Vintimille aller-retour nous aura coûté 22 euros en sans plomb et péages (Pour le parking, en moto pas de souci, en voiture cela vous coutera 6€ pour la journée). Sur place, l'achat de cinq cartouches de cigarettes vous fera économiser 80 euros (je ne fume pas, c'est pour les gendres). Auxquels se sont ajoutés 20 euros «grattés» sur l'achat de quatre litres de spiritueux. Pas besoin d'avoir fait «math-sup» pour calculer votre gain net à 78 euros. Intéressant, non ?

SEPTEMBRE2014-4346.JPGMais outre l'aspect financier, les nombreux Français rencontrés sur place vous confieront faire aussi le voyage pour la qualité des produits italiens et leur diversité. Ainsi, dans le domaine alimentaire, charcuteries, pâtes et fromages sont très prisés par nos compatriotes. Qui profitent aussi du trajet pour lorgner du côté des traditionnelles chaussures et cuirs italiens dont la réputation internationale n'est plus à faire.

SEPTEMBRE2014-4362.JPGLes habits de grandes marques (Armani, D&G, Versace) sont aussi deux fois moins chers qu'a Cannes. Et les Italiens, eux, que viennent-ils chercher chez nous ? À vrai dire, pas grand-chose. Des produits d'entretien et d'hygiène, curieusement moins chers en France.

SEPTEMBRE2014-4373.JPGLes touristes Français adorent l'Italie (pour les niçois, l'Italie c'est encore plus sentimental), le Campari, le café espresso doux et amer, les monuments, l'ambiance, la gastronomie, les vins, mais ce ne sont pas, et de loin, les touristes préférés des Italiens, toujours à rechigner sur la quantité, la qualité du service, l'hygiène (alors que les Italiens pourraient en terme d'hygiène alimentaire nous donner des leçons) et surtout, surtout ils ont toujours raison.

SEPTEMBRE2014-4384.JPGIls considèrent dans leur majorité les Italiens avec condescendance. Ce ne sont pas des travailleurs, ils bâclent leur travail (alors qu'ils sont les bâtisseurs des plus beaux palais), sont des beaux parleurs, etc. "Les Italiens, ils ne savent pas créer, mais de ce sont de bons imitateurs" ai-je entendu un jour à la table voisine de la mienne dans un restaurant de Vintimille.

SEPTEMBRE2014-4388.JPG

La melagrana d'Italie (grenade)


 Et Michel Ange, Léonard de Vinci, Enzo Ferrari, Guccio Gucci ou Umberto Eco, sont-ils Français ? Une autre fois, en faisant la queue à la caisse du magasin Conad de Latte, une Française s'exclama "Ils pourraient quand même parler français" ; essayer de lui faire comprendre que nous sommes à l'étranger et que nous pourrions apprendre, nous aussi, quelques rudiments d'italien fut peine perdue.

SEPTEMBRE2014-4390.JPGMes amis et parents italiens à qui j'ai relaté cette anecdote m'ont tous répondu la même chose : " les Français, sont comme ça car ils ont eu des colonies". Des Français, à Vintimille on en trouve à tous les coins de rue. Même la superette "Billa" (ancienne standa) encore protégée de l'invasion francophone est envahie depuis peu. Avec l'augmentation du prix de la vie, ils sont nombreux à venir y acheter les produits de première nécessité bien moins chers qu'en France.

SEPTEMBRE2014-4417.JPGEn Italie où il n'y a pas de salaire minimum, un salaire moyen est d'environ 1000€. Ici tout ce que le pays produit se déploie en rayons multicolores: œillets de la Riviera dei Fiori, raisins, olives, champignons. Sans oublier les artichauts violets de Sicile, les pastèques de Toscane, les pêches du Piémont.

SEPTEMBRE2014-4422.JPGMassimo Giudicelli, le marchand de fleurs de Vallecrosia, offre des petites orchidées aux passantes, et un fabricant de vins aux herbes propose de déguster son nectar à qui le veut. Il est bien placé à côté d'un étalage de saucissons, à déguster aussi. A l'approche de la semaine sainte certains producteurs arrondissent leurs bénéfices en vendant des rameaux de palmiers en forme de croix, de bénitiers, de vases ou de poissons qui seront bénis et portés en procession.

SEPTEMBRE2014-4435.JPG

Fromage Provolone Stravecchio à trés lente maturation de plus d'un an piccante ou dolce


 Vous pouvez goûter, inspectez tant que vous voulez, le produit est toujours frais et irréprochable à Vintimille. Les chefs étoilés de Menton viennent faire leur marché de produits frais ici et nulle part ailleurs. A l'automne, on achète les cèpes à la pièce et on vous les coupe longitudinalement afin que vous vérifiez de vos propres yeux la qualité, libre à vous de l'accepter ou de le refuser s'il ne vous plaît pas. On vous en proposera un autre.

SEPTEMBRE2014-4439.JPGTout ce que vous avez imaginé, tout ce que vous avez rêvé sur les pâtes (129 sortes de pates) se trouve sous vos yeux, Gnocchi di pattatine, al pesto, ravioli à la bourrache, à la Ricotta, au mascarpone, à la truffe, fettuccine et j'en passe.

SEPTEMBRE2014-4446.JPG

Gongro della mare

 Pourquoi d'après vous la gastronomie italienne est elle la plus répandue dans le monde ? Parce qu'elle a du gout et une originalité unique, mais aussi parce qu'elle est simple, synonyme de fraicheur et de couleurs et qu'elle est bonne pour la santé. Mais ça, ma grand mère me l'avait dit il y a déjà bien longtemps.... Bien avant que l'on ne parle du régime méditerranéen !

SEPTEMBRE2014-4462.JPG

Gamberetti e Scampi

   

                           DIAPORAMA DU MARCHE


  
Repost 0
Published by BIKER06 - dans ITALIE
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 19:24

SEPTEMBRE2014-3571.JPG

Initiées par le Conseil de l’Europe il y a plus de vingt ans, les Journées Européennes du Patrimoine, événement culturel et patrimonial majeur en Europe, rassemblent 50 pays et permettent à 20 millions de visiteurs de découvrir plus de 30 000 sites.

SEPTEMBRE2014-3615.JPGSEPTEMBRE2014-3733.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2013, la Journée Européenne du Patrimoine de la Principauté a totalisé 26 000 entrées et a fait découvrir au public 38 sites dont certains, inédits et exceptionnellement ouverts pour l’occasion, ont connu une affluence record. Pour cette édition 2014, le public est accueilli, cette année, par celles et ceux  (Niçois & Monégasques) qui œuvrent quotidiennement pour entretenir et mettre en valeur ces espaces verts dont chacun possède une histoire et une identité propres.

SEPTEMBRE2014-3583.JPGLa 19ème édition de la Journée Européenne du Patrimoine permet aux visiteurs de découvrir sous un nouveau jour les principaux jardins de la Principauté mais aussi les arbres remarquables qui ponctuent le territoire monégasque comme autant de respirations. En compagnie de Soso qui n'avait plu vu le jardin exotique depuis plus de 25 ans, on y va en moto, car le temps le permet en cette journée du 12 otobre, nuageux, mais sans pluie.

SEPTEMBRE2014-3738.JPGSEPTEMBRE2014-3743.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Jardin Exotique de Monaco a su rester unique en son genre depuis son ouverture au public en 1933. Il rassemble en plein air, dans un cadre prestigieux, une grande variété de plantes dites "succulentes ». Les plantes succulentes sont des végétaux ayant développé plusieurs adaptations à des climats secs, dont la plus spectaculaire est celle de posséder un organe (feuille, tige) hypertrophié stockant des réserves d'eau.

SEPTEMBRE2014-3766.JPGLes cactées (ou cactus) constituent la famille la plus représentative de cet ensemble. Elle se singularise par l'absence de feuilles remplacées par des épines. Les végétaux acclimatés dans ce Jardin sont originaires de plusieurs zones sèches lointaines (d'où le terme "exotique") : sud-ouest des Etats-Unis, Mexique, Amérique centrale et du sud pour les cactées et les agaves; Afrique du sud, orientale et péninsule arabique pour les autres succulentes.

SEPTEMBRE2014-3754.JPGSEPTEMBRE2014-3755.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

Euphorbia candelabrum geant    

Malgré leurs formes extravagantes, ce sont des plantes à part entière produisant régulièrement des fleurs afin de se reproduire. Les floraisons s'échelonnent pratiquement toute l'année en fonction du lieu d'origine de chaque espèce: hiver pour les Aloès et les Crassula africains, printemps et été pour la plupart des cactées. Contrairement à une idée largement répandue seule une petite partie des cactus fleurit de nuit. Nombreux sont ceux qui produisent de grandes fleurs colorées et diurnes.

SEPTEMBRE2014-3849.JPGSuperbe vue sur le rocher

Sans doute en raison de la grande douceur de ce début d'automne, nous avons constaté depuis la premiére semaine d'octobre une seconde floraison des Beaucarnea recurvata. Ce phénomène est particulièrement spectaculaire sur les pieds femelles qui portent les fruits en cours de maturité. On observe donc à la fois la progression de la fructification et le développement d'une seconde floraison annuelle.

SEPTEMBRE2014-3783.JPGSEPTEMBRE2014-3788.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plusieurs espèces de Yucca sont installées de longue date dans le Jardin. Parmi les plus imposants, Yucca schottii originaire du Sud de l'Arizona et du Nord du Mexique, fleurit au printemps. En automne c'est au tour de Yucca elephantipes, une espèce d'Amérique Centrale parfois dénommée "pied d'éléphant", de développer des grappes de fleurs blanc ivoire dressées verticalement.

SEPTEMBRE2014-3832.JPGFleurs de l'arbre bouteille

Le Jardin Exotique de Monaco offre aux visiteurs de magnifiques sujets de Beaucarnea recurvata, "arbre bouteille", une plante caudiciforme mexicaine de la famille des Agaves et des Yuccas. Ces sujets, dont certains sont plus que centenaires, sont uniques en Europe.

SEPTEMBRE2014-3794.JPGSEPTEMBRE2014-3807.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La floraison de Beaucarnea recurvata débute en juillet. Les fleurs de petite taille, n'offrent pas le même attrait que les fruits qui leur succèdent. La fructification est spectaculaire, elle a lieu en septembre-octobre. Les fruits de couleur rouge brique se décolorent avec le temps et lorsqu'ils chutent à leur maturité ils ont adopté une teinte jaune paille.

SEPTEMBRE2014-3870.JPGConçu par l'ingénieur monégasque Louis Notari sur les vœux du prince Louis II, le jardin a été ouvert au public en 1931 mais officiellement inauguré seulement en 1933. Les travaux se poursuivront encore et le jardin ne sera achevé et conforme à son état actuel que vers 1938-1939. Ce «jardin extraordinaire» regroupant plusieurs milliers d'espèces de plantes fut aménagé audacieusement à flanc de rocher pour s'épanouir superbement, faisant aujourd'hui l'admiration du monde entier.

SEPTEMBRE2014-3835.JPGSEPTEMBRE2014-3836.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est le royaume de l'exubérance, de l'insolite et du surréalisme de la nature. Les sujets gigantesques qui jalonnent les allées du Jardin Exotique témoignent de l’ancienneté de la collection qui servit de base à la mise en œuvre du Jardin Exotique. Ce jardin, connu dans le monde entier pour constituer « la plus grande rocaille à plantes succulentes du monde » est, en effet, spécialisé dans cette catégorie de végétaux que l’on appelait autrefois les « plantes grasses ».

SEPTEMBRE2014-3857.JPGSEPTEMBRE2014-3866.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il bénéficie de plusieurs atouts: des végétaux plus que centenaires issus de la collection originelle d’Augustin Gastaud; une exposition et des caractéristiques micro-climatiques tout à fait privilégiées; un panorama unique sur la Principauté de Monaco et les Riviera française et italienne; enfin, des périodes de floraison réparties tout au long de l’année en liaison avec les origines exotiques et variées des végétaux qui le composent.

SEPTEMBRE2014-3875.JPGSEPTEMBRE2014-3871.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A partir de 1955 fut initiée, sous l’impulsion de Marcel Kroenlein, directeur de cet établissement de 1969 à 1993, la réalisation de serres et abris sur un site proche. Il s’agissait à l’origine d’abriter les cultures destinées au renouvellement des sujets du Jardin Exotique. Puis cette structure, qui occupe actuellement une superficie de 5 000 m², fut consacrée à recevoir une collection de plantes succulentes qui se voulait la plus complète possible.

SEPTEMBRE2014-3629.JPGSEPTEMBRE2014-3708.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À la base de la falaise du jardin (dite « de l’observatoire en raison de la présence ancienne d’un petit observatoire astronomique)  s'ouvre une cavité naturelle souterraine dans laquelle la roche calcaire, creusée par l'eau il y a des millénaires, est parsemée de cavernes ornées d'une grande variété de concrétions : stalactites, stalagmites, draperies ou colonnes spaghetti. Ouverte au public en 1950, la visite de la grotte, guidée par des spécialistes, se déroule entre les altitudes 98 m et 40 m.

SEPTEMBRE2014-3661.JPGLa cavité s'enfonce pratiquement jusqu'au niveau de la mer, elle est parcourue régulièrement par des spéléologues locaux. Un musée d'anthropologie préhistorique situé dans le jardin expose plusieurs de ces découvertes. La présence d’hommes préhistoriques aux abords de cette grotte est attestée par les restes d’ossements des animaux qui constituaient leur nourriture.

SEPTEMBRE2014-3664.JPGLa grotte de l'observatoire

Ces vestiges témoignent également des variations climatiques qui se sont produites depuis 250 000 ans. Les collections du Musée d’Anthropologie préhistorique constituent un excellent complément à la visite de la Grotte. Au travers de la diversité animale due aux variations successives du climat, on se rend compte que ces grottes servirent d'abri durant une longue période. Autre particularité de la grotte de Monaco. Elle est la plus chaude d'Europe. Ces températures en hiver ne descendent jamais en dessous de 18° et en été peuvent monter à plus de 24°.

SEPTEMBRE2014-3819.JPG

Musée d'Anthropologie de Monaco dans le jardin exotique  

Pour ceux qui n'aurait pas vu mon article sur le musée oceanographique, c'est ICI et LA


                                DIAPORAMA DU JARDIN



 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans NOS BALADES
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 17:02

SEPTEMBRE2014-3885.JPG

Passionné d'automobiles, le Prince Rainier III a constitué, pendant plus de trente ans, au gré des occasions et de « coup de cœur », une importante collection personnelle de voitures anciennes. Il a ainsi rassemblé et fait restaurer quelque 100 véhicules, large échantillon des modèles construits par les plus illustres firmes européennes et américaines et qui, à divers titres, ont marqué leur époque: Le Zèbre, Cadillac, Chrysler, Maserati, Ferrari, Jaguar, Mercedes-Benz, Porsche, Bentley, Rolls-Royce, Formule 1, etc.

SEPTEMBRE2014-3880.JPGSEPTEMBRE2014-3924.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Celle-ci est exposée sur cinq niveaux selon un ordonnancement voulu par le Prince Rainier III, dans un hall spécialement aménagé, donnant sur les « Terrasses de Fontvieille », au pied du Rocher. Le bâtiment, situé sur l'esplanade de Fontvieille, a été conçu spécifiquement pour le musée et offre une présentation aérée et lumineuse.

SEPTEMBRE2014-3891.JPGCette organisation permet d'avoir de belles vues d'ensemble et un accès aisé aux différents plateaux. Des rampes d'accès permettent le déplacement de chaque véhicule; en effet ici toutes les voitures sont restaurées et en parfait état de fonctionnement. Les modèles exposés couvrent toutes les périodes de production : De Dion Bouton 1903, la plus ancienne voiture de La Collection et par ailleurs la première acquise par Rainier III....

SEPTEMBRE2014-3903.JPGSEPTEMBRE2014-3905.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 ....12 CV 4 cylindres Torpedo 1911, Panhard Levassor 1913, Ford T 1924, Peugeot Quadrilette de 1924, Lincoln 1928, Citroën Kégresse, Ford A 1930, Hispano Suiza 1934, Delage 1934, Packard de 1935, pour les plus anciennes. Facel, Cisitalia ou un plateau de Fiat populaires et dérivées pour une époque plus récente.

SEPTEMBRE2014-3918.JPGLa legendaire Harley Davidson


Le sport automobile est également présent. Il est bon de rappeler que le prince Rainier III s'est essayé à la compétition automobile en participant au tour de France auto de 1953 au sein de l'écurie René Bonnet, sous le pseudonyme de Louis Caraldès. C'est ainsi que l'on peut découvrir un beau plateau de sportives : grand tourisme avec Maserati et Ferrari, Formule 1 avec Cisitalia, Ferrari et Matra.

SEPTEMBRE2014-3923.JPG

Koehler Escoffier 500cm3 surnommé la mandoline de fabrication Française


 Mérite encore d'être vu un bel ensemble de véhicules dont les noms et les silhouettes demeurent attachés à l'histoire de la Seconde Guerre Mondiale et nous rappelle une période sombre de notre histoire. Jeep, Ford, Dodge, GMC, command-car, sans oublier les « belles américaines, de l'après-guerre : Cadillac 1953, Chrysler Imperial de 1956, Buick Skylark 1966 ··· et quelques-unes unes des plus prestigieux modèles conçus par Maserati, Jaguar et Rolls Royce.

SEPTEMBRE2014-3930.JPG

Magna Debon de 1927, 350cm3 BMSS supersport


 Des voitures hippomobiles (berlines, calèches, coupés···) aux armes du Prince Charles III et du Prince Albert Ier, le « Break de chasse » Ford du Prince Louis II, la « Floride » et le taxi londonien qu'utilisait la Princesse Grace apportent une touche plus personnelle à la Collection. Certains modèles présents sont vraisemblablement uniques comme la Panhard & Levassor 1907 type U2 ou l'étonnante Super 1911 à 2 places en tandem.

SEPTEMBRE2014-3949.JPG

FN de 1925 en 4 cylindres type M50, 750cm3


 Mais passons aux motos qui nous intéressent, enfin ce qui m'intéresse plus que les voitures vous l'avez certainement deviné ! Dans le cadre des 20 ans du club des motos et scooters anciens de Roquebrune Cap Martin dans les Alpes Maritimes, il est organisé une exposition de motos et scooters anciens, sur le thème "Engins de course ».

SEPTEMBRE2014-3950.JPGDollar une moto Française


Une collection unique de motos anciennes de prestige que des pilotes de renom ont posséder et dont certains collectionneurs se sont arrachés à prix d'or, comme par exemple l'Indian 4 cylindre 1300 de Steve McQueen ou encore la Brought Superior 1938 de Lawrence d'Arabie vendu à 350000€.

SEPTEMBRE2014-3955.JPGLe club des motos et scooters anciens de Roquebrune-Cap-Martin a été créé au début de 1997 par un passionné de deux-roues anciens, André Mazzoni que je connais depuis plus de 20 ans. Il a réussi le tour de force de réunir les plus prestigieuses motos venant des quatre coins de l'Europe et dont les collectionneurs tiennent plus qu'a la prunelle de leurs yeux.

SEPTEMBRE2014-3958.JPGLa phénomenale Bohmerland 600cm3 a 3 places (350000€) 3 exemplaires au monde


Imaginez-vous un peu ! Georges un membre du club a ramené d'Italie un camion de onze motos d'une valeur de 4 millions d'euros...de quoi attraper des sueurs froides sur l'autoroute pendant tout le trajet. Hallucinant !

SEPTEMBRE2014-3966.JPGla legendaire indian de Steve Mcqueen à 4 cylindres


Dans le musée du Prince il était donc exposé plus de 120 modèles d’exception qui circulaient jusque dans les années 1960 sur les routes d’Europe. Des modèles et des marques mythiques comme Ravat, Radior, Monet-Goyon, Terrot, Libéria, Hercules, Indian, Harley Davidson, Royal Enfield…  qui attendaient passionnés et  néophytes, grands ou petits.

SEPTEMBRE2014-3971.JPGIndian Chief Black Hawk


La qualité et la rareté de ses pièces a permis au musée du Prince de devenir pour quelques temps la plus belle collection de motos au monde. Il est fascinant de nos jours, de découvrir toutes ces machines et de constater la stupéfaction des gens, lorsqu'ils découvrent des dizaines de marques disparues de nos jours.

SEPTEMBRE2014-3983.JPGLe Servi Car Harley Davidson pour les services de Police ou Postaux des US


On pouvait admirer une Motoconfort C45S de 1951, une très belle Monet-Goyon, une Puch 250 de 1955, uneTerrot latérale de 1930, une Berneg type Fario 175cc 2 cylindres 1956, une Ducati 450 Desmo, une Motobécane 350 B4L de 1930 et encore une Magnat-Debon, Moto Sacoche (Suisse), Motobécane Super-culasse de 1936.

SEPTEMBRE2014-3992.JPGLe Cafe Racer Guzzi Le Mans et un moteur de V11


Puis bien sur les Laverda, MV Augusta, Moto Guzzi, Benelli, Flandria, Gilera, Bianchi 500 sport de 1938, Stucchi 750 de 1918, Garelli, Rumi, Morini 250, Une Harley Davidson Aermacchi, Bimota 500 "V due" et aussi bien sur  toutes les nippones, Honda, Kawa, Suzuki.....

SEPTEMBRE2014-4011.JPGDucati 350


L'Italie est le pays de la mécanique, tout le monde le sait, celui de la moto, par conséquence. Il a existé en Italie environ 500 marques depuis les origines à nos jours. Les pionniers ayant pour nom Bianchi (marque prestigieuse qui perdurera 71 ans) ou encore Stucchi (premier employeur d'Ettore Bugatti). A 14 ans, je me fis la main sur un Itom, la moto des débuts d'Angel Nieto avant qu'il ne passe sur Derby (champions du monde à 13 reprises). Depuis 45 ans, je n'ai jamais plus arrêté le deux roues auquel, je ne conçois pas la vie sans !

SEPTEMBRE2014-4010.JPGHarley Davidson Aermacchi 350 Ala d'Oro


Pour la petite anecdote. C’est en étudiant les plans d’un petit moteur Français De Dion Bouton que William Harley et Arthur Davidson fabriquent la première Harley Davidson de l’histoire, la Silent Grey sur un monocylindre à soupape d’admission automatique. La mythique et la plus ancienne des marques de moto actuelle a commencé avec un moteur Français….

SEPTEMBRE2014-3893.JPG

La Brough Superior SS100 de Lawrence d'Arabie. Il succombera de ses blessures lors d'un accident avec la moto

 

                                  DIAPORAMA DE L'EXPO


  
Repost 0
Published by BIKER06 - dans SHOW BIKES

Articles Récents