Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 21:33

 mars-2012-0114.JPG

L’installation des Templiers à Nice au XII ème siècle fait suite à un accord entre le Pape et l’Empereur d’Allemagne. Il est admis que le Temple, ordre militaire et religieux, aurait été appelé dans les Alpes Maritimes (vieille province romaine) pour défendre les populations contre les incursions maritimes des Sarrasins.

053.JPG Pour tout ceux qui ne connaissent pas ce qu'est un village pentu chez nous, je conseille Biot.

 

P.Gioffredo l’historien niçois indique qu’en 1135, conjointement avec les Hospitaliers, les Templiers s’installent à Nice avec l’approbation du Pape et que l’évêque Pierre comble le Temple de ses libéralités et «lui fait de nombreux dons, tant dans la ville que dans ses environs ». Les Templiers sont alors présents à l’intérieur de la cité, sur les bords du Var (le fleuve) et au quartier du Ray qui a conservé le nom de Temple.

mars-2012-0047.JPGDans une  chartre de 1154, les Templiers occupaient dans l’intérieur de la ville, près de la rue nommée Saleya une grande maison appelée le Temple et deux autres établissements dans le territoire de Nice. C’est en 1176 dans la maison des Templiers localisée au quartier des Sagnes, sur la rive gauche du Var que sera signé le traité par Alphonse 1er  et les consuls de Nice, mettant fin à la domination génoise sur la ville.

Hugues Geoffroi, maître du Temple est cité comme témoin capital de cette cérémonie.

mars-2012-0052.JPGInstallés au nord à l’ouest et au centre de Nice, les Templiers semblent affirmer une domination évidente  sur la cité. A l’occasion de sa seconde visite à Nice en 1188, Alphonse d’Aragon honora de sa présence la maison templière située au nord de la ville où il fut selon Durante «splendidement traités par les chevaliers ». Les archives révèlent ensuite les nombreuses acquisitions effectuées par les Templiers niçois.

mars-2012-0058.JPGLes animations sont un peu en bas du village, un peu en haut...vive les sportifs  

 

Ces actes sont significatifs de l’affirmation du rôle militaire, assuré par les Templiers dans la surveillance et la défense de la cité et de toute sa région. Les acquisitions du Temple vont se poursuivre autour du pays de Nice. Le 13 avril 1222, Nice s’étant à nouveau détachée de la couronne de Provence, Rostaing de Saint Laurent, précepteur de la maison de Nice et de Grasse est cité à propos d’une convention passée entre la milice du Temple et Bérenger d’Avignon pour une indépendance totale.

mars-2012-0063.JPGmars-2012-0069-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l'interieur des murs, des jardins luxuriants ou se melent figuiers et bananiers.

 

Pour cette édition 2012, les organisateurs ont de nouveau fait appel à toutes les troupes médiévales reparties aux quatre coins d’Europe pour établir leurs campements sur la cité Biotoise devenue en quelques années la capitale Templière. Aux nombreux campements de chevaliers s’ajoute l’implantation des ateliers d’artisans de tous les corps de métier répartis dans les ruelles du centre historique.

mars-2012-0142.JPG

Devant nous, ils  taillent la pierre, fondent les métaux, frappent la monnaie, tournent les cruches et les pichets, mouent le grain et cuisent le pain, enluminent nos manuscrits, créent des sceaux et  des blasons, soufflent le verre !

Pour que la fête continue le soir venu du samedi 31 mars : la place est faite à la liesse pour un bal médiéval autour d’un gigantesque feu de joie animé par l’esprit magique des compagnies médiévales qui nous invitent à la danse.

mars-2012-0153-copie-1.JPGNul ne saurait séparer cheval et chevalier et, si historiquement le cheval se situe au centre du sceau des Templiers, c’est qu’il en est, sans conteste, l’élément emblématique. Il allie les notions de voyage, à celles de travail et d’humilité dans l’apprentissage, ainsi que de partage et de pauvreté puisque, contrairement aux autres chevaliers, le Templier ne possède pas son propre destrier.

mars-2012-0277.JPGmars-2012-2826.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui, pour nos écuyers et chevaliers, l’heure est à l’entraînement, à l’exercice équestre, aux jeux d’adresse et aux tournois amicaux… À moins que la piétaille des Blancs Manteaux, des Chevaliers Teutoniques et Italiens ne cherche querelle aux Chevaliers de Crussol et ne leur lance un défi ? Là, la quête de l’exploit commence : du grand spectacle équestre en perspective.

mars-2012-2813.JPGDes spectacles de haut vol ! Un  spectacle de fauconnerie médiévale nous surprend cette année par sa sidérante virtuosité. Sur le rythme d’un ballet médiéval orchestré, ces rapaces aux griffes acérées survolent les visiteurs et tournoient dans le ciel de Biot sur les indications de leurs maîtres fauconniers. Une émotion stupéfiante face à tant de force et de beauté déployées !

mars-2012-2840.JPGAu Moyen Âge, la fortification est un "phénomène international" en raison notamment des Croisades autour de la Méditerranée qui ponctuent les 11ème, 12ème et 13ème siècles. L’état de conservation actuel des forteresses médiévales témoigne des fantastiques capacités et du savoir-faire de ces tailleurs de pierres, forgerons, menuisiers, potiers, enlumineurs, faiseurs de vitraux et premiers verriers… 

mars-2012-2854.JPGmars-2012-2855.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien des châteaux forts de cette époque furent construits en quelques années seulement grâce à des systèmes éminemment ingénieux. Vous serez surpris par l’esprit d’économie qui animait les bâtisseurs de l’époque : avec une dizaine d’outils, il était possible d’amener simplement le matériau de son milieu naturel à son milieu de pose. Vous saurez tout sur le nombre d’or, la cage à écureuil et les vieux métiers de la construction !

mars-2012-2904.JPGTout cela on vous l'apprend à Biot pendant des conférences spécialisées dédiées à la construction au Moyen Âge, le chantier des bâtisseurs pendant les festivités rend hommage à ces explorateurs de la forme et de la matière qui édifient, consolident et embellissent notre patrimoine architectural. Sur la Place de l’Église et la Place des Arcades, ils ont installé leurs ateliers, leurs enclumes, leurs échafaudages d’époque...

mars-2012-2920.JPGLa présence, entre autres, d’un cordiste sur le chantier nous initie à cet ancien métier d’exception : à partir du chanvre, il tresse des cordages puis quitte son atelier pour gravir les murailles à l’aide de ses jambières et de sa corde à nœuds. Cette méthode permettait à ces voltigeurs intrépides de monter les échafaudages en bascule et de manier avec le maître d’œuvre la cage à écureuil de 10 mètres de haut qui était l’engin de construction le plus puissant.

mars-2012-2932.JPGDès le 11ème siècle, les places fortes se multiplient dans l’occident médiéval. Les sièges sont alors plus nombreux que les batailles rangées et c’est logiquement que se développent des engins de guerre perfectionnés. Trébuchet, couillard, bricole, ribaudequin ou pierrier, on est surpris par le nom de ces machines, certes, mais surtout par la sophistication et la taille de ces armes de siège artisanales monumentales.

mars-2012-2944.JPGRevers de la médaille de la construction de fortifications quasiment insurmontables et indestructibles, les constructeurs des armes de siège ont dû eux aussi rivalisé d’ingéniosité pour créer des outils capables d’ébranler les épaisses murailles des châteaux forts. Un campement médiéval aux pieds des remparts de Biot reconstitue cette tranche de notre histoire, et deux soldats en armures, aidés par le public, actionnent une collection de machines de siège : le trébuchet à roue carrier de 6 mètres de haut, le pierrier et le couillard. Gare à ceux qui se trouveront sous les projectiles à leur arrivée !

mars-2012-2954.JPG

Sous les grondements sourds des tambours des Templiers, prêts à entrer dans leur fief de Buzot. À l’aube du 13e siècle, les Chevaliers du Temple ont écrit une nouvelle page de l’Histoire de Biot et rien ne saurait égaler cette mise en scène exceptionnelle de la Cité en images et en musique pour que les remparts, les tours et les clochers de ces lieux incroyablement préservés reprennent vie, l’espace d’un spectacle fantastique. Cette année, « La légende des Templiers » a pris une dimension internationale. Au-delà de la reconstitution visuelle de la vie au 13e siècle, la manifestation historique Biot et les Templiers s’appuie sur une programmation culturelle de qualité remarquale.

mars-2012-2955.JPG

                           DIAPORAMA DES TEMPLIERS


 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 16:10

mars-2012-0009.JPG Au 12ème siècle, la prise de Jérusalem donne lieu à la naissance de l’Ordre du Temple dont la mission initiale a pour objectif de défendre la chrétienté sur les terres d’Orient. En ces temps tourmentés de Croisades, les pèlerinages en Terre Sainte deviennent dangereux et les Commanderies Templières se multiplient en Occident. L’acte de donation octroyant l’ensemble des terres de Buzot (Biot) à l’Ordre des Chevaliers du Temple a été entériné debut de l'année 1209 par le Comte Alphonse II ,avant de décèder à palerme pour "sauver son âme et celle de sa famille".

mars-2012-0004.JPGmars-2012-0007.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les préceptes qui régissent la vie à la fois monastique et chevaleresque des Templiers ont été édictés et rassemblés dans un manuscrit dont seuls subsistent sept exemplaires de par le monde : la Règle de l’Ordre du Temple. Les moines-soldats s’installent sur les hauteurs stratégiques de Buzot (Biot), sur ce qui fut un prestigieux Castrum romain durant les premiers siècles de notre ère puis, par un revers de l’histoire, connut de nombreuses vagues d’invasions, dites barbares, qui le laissèrent exsangue, sans terre et sans édifice, ruiné en ce début de 13ème siècle.

032.JPGPeu à peu, sur le chemin des Croisades, de nombreux Templiers s’attachent aux fiefs de Buzot. Nouveaux bâtisseurs, ils font appel à différents corps de métiers afin d’ériger ce qui deviendra la plus importante Commanderie de Templiers de la région sud Orientale de France et de pourvoir aux besoins d’un territoire qui tout au long du 13ème siècle s’étend pour occuper finalement, en 1308, la surface actuelle des terres biotoises :

0171.JPG188.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tailleurs de pierres, forgerons, menuisiers, potiers, enlumineurs, faiseurs de vitraux et premiers verriers s’affairent pour édifier château, église et bâtiments permettant de vivre dans la prière monacale et l’entraînement chevaleresque… Alors que meuniers, boulangers, paysans, tisserands, maréchaux-ferrants, fauconniers, écuyers ou encore archers rivalisent de savoir-faire et perfectionnent un artisanat en plein essor au Moyen Âge. Biot devient une capitale Templière...

mars-2012-0042.JPGEn mars 1209, le Comte Alphonse II  délivre à l’Ordre des Templiers un acte de donation autorisant la jouissance des terres biotoises. A Biot, les possessions du Temple sont d’abord gérées par la commanderie de Grasse et ce n’est qu’en 1233 que les chevaliers du Temple investissent leur nouvelle « maison », située dans l’ancien château de Biot. Aujourd’hui, la bâtisse est encore visible : il s’agit du bâtiment qui sépare la place de l’Eglise de la place aux Arcades.

mars-2012-0085.JPGmars-2012-0091.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  La commanderie de Biot comporte ainsi la répartition habituelle des maisons de l’Ordre : la chambre du commandeur, une grande salle, une cave, une tour avec cachot, des remises, des écuries, de grands jardins composés d’amandiers, de figuiers et de vignes. A chaque maison sont attribués deux à quatre chevaliers, un chapelain, des écuyers et des frères servants. Contrairement à d’autres, la commanderie biotoise exploite elle-même ses terres.

mars-2012-0055-copie-1.JPGLes chevaliers emploient de façon saisonnière des ouvriers agricoles pour aider à la récolte. Les revenus de la commanderie sont alors nettement supérieurs à ceux d’autres maisons. Au fil des donations, le territoire des Templiers de Biot s’agrandit, surtout de 1226 à 1260.

mars-2012-2800.JPGmars-2012-0259.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les terres s’étendent de Villeneuve-Loubet jusqu’aux Clausonnes en passant par le Golf de Biot et devient alors plus importante que la commanderie de Nice et de Grasse bien qu'elle soit déjà réunies sous un même commandeur Bernardus de Cambolano...

mars-2012-0104.JPGmars-2012-0133.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

branche de rameaux de l'arbre sacré d'olivier pour la bénédiction 

 

Plus tard l'évêque de Grasse, Raimond de Villeneuve et Geoffroi de Grasse, commandeur de Grasse, Nice et Biot, choisirent Guillaume, évêque de Vence et Rostang de Comps, maître du Temple comme successeur. Les chevaliers du Temple forment alors l’unité territoriale de Biot, ils constituent un important domaine de Nice à Grasse attirant quelques convoitises.

mars-2012-0143.JPGA l’aube du 14ème siècle, les Templiers d’Occident deviennent impopulaires. Bien que respectant la vie et les règles monastiques, beaucoup sont accusés de vivre dans l’opulence suite aux nombreuses richesses accumulées grâce aux donations dont ils ont bénéficié. En 1307, les Templiers sont arrêtés sur ordre du roi Philippe Le Bel qui projette de les anéantir afin de s’octroyer leurs richesses.

mars-2012-0160-copie-1.JPGmars-2012-0150.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Biot, situé hors de France, ne dépend pas de l’autorité royale. En cela, ce n’est que trois mois et demi après les arrestations de France que, sur ordre de Charles II le Boiteux, Comte de Provence ennemie héréditaire du pays niçois, les chevaliers biotois sont arrêtés et emprisonnés à Perthuis. Suite à ces arrestations, le Pape Clément V attribue les richesses de l’Ordre du Temple aux Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, devenus en 1530 Chevaliers de Malte.

mars-2012-2761.JPGmars-2012-2771.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  La création de l’Ordre du Temple nécessite l’établissement d’une règle permettant d’introduire et de légaliser l’arrivée des templiers dans la société médiévale du 12ème siècle. Ainsi, en 1128, un concile se réunit à Troyes pour rédiger la règle primitive de l’ordre sur la base des travaux de Saint-bernard. La règle primitive, également nommée "règle latine", définit tous les préceptes de la vie des moines soldats. Elle prévoit effectivement les statuts hiérarchiques, l’élection du Maître de l’Ordre, les pénalités, la vie conventuelle des frères, les chapitres, les pénitences et la réception des étrangers dans l’ordre.

mars-2012-0267.JPGmars-2012-2743.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le document original de la règle de l’Ordre du Temple (manuscrit 37, prêté par la Bibliothèque Carré d’Art de Nîmes), datant du 12ème siècle, est exposé au Musée d’Histoire et de Céramiques Biotoises, dans le centre historique.

mars-2012-0177.JPGLa Commanderie de Biot avait bien sur beaucoup d'affinité avec les templiers italiens. Le premier Ordre Templier italien, intitulé Ordre de Saint Jacques d’Altopascio est considéré comme l’un des plus anciens ordres militaires découvert à ce jour. Constitué par des moines Augustin vers le milieu du 10ème siècle, à Altopascio prés de Luca, cet ordre a pour mission de porter assistance aux pèlerins voyageant par la route de Rome jusqu’à Saint Jacques de Compostelle.

mars-2012-0197-copie-1.JPGmars-2012-0201.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Ordre de Saint Jacques d’Altopascio, dirigé par Maître Capponi, n’a jamais étendu son territoire. Ainsi, après quelques désaccords avec le Pape Paul III, le dernier maître Capponi est excommunié puis l’ordre est absorbé par celui des Chevaliers de Saint-Étienne de Toscane. Fondé en 1561 par le Grand Duc Cosimo de Médicis de Toscane pour combattre les corsaires, l’ordre de Saint Etienne de Toscane suit la règle des Bénédictins.

mars-2012-0207.JPGmars-2012-0225.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ordre italien comporte quatre classes composées de chevaliers issus de sang noble, de chapelains, de sergents et de canonniers. Les chevaliers siègent dans le couvent de la ville de Pise et sont vêtus du blanc manteau comportant une ligne rose et la Croix de Malte a liseré or sur le côté gauche.

mars-2012-0261.JPG

mars-2012-0292.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette Année Biot a encore fait très fort et à tenu toutes ses promesses avec des dizaines de milliers de visiteurs et un enthousiasme non feint car le public participe de plus en plus à cette énorme commémoration. Des troupes venues d’Allemagne, d’Italie, d’Espagne, de Tchéquie et des quatre coins de France ont animé tout au long du week end spectacles equestres, combats, fauconnerie, procession et bénédiction des rameaux…. (A suivre)

mars-2012-2779.JPG

mars-2012-0041.JPG                          2 DIAPORAMA DES TEMPLIERS


                           PORTRAITS DES PARTICIPANTS


 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 15:18

IMGP1622.JPG Monaco Motor Show fête la passion automobile dans un cadre prestigieux de renommée internationale et vous permet de rencontrer un public ciblé, attentif, exigeant mais surtout passionné. Cette année, pour sa cinquième édition, le "Monaco Motor Show" mêle le design, la recherche technologique et la créativité aux voitures de collection convoitise d’une élite.

IMGP1637.JPGAvec 50 000 personnes attendues, le Monaco Motor Show s’inscrit comme le support marketing idéal et procure pendant quatre jours une visibilité internationale. Dans la continuité des événements automobiles de la Principauté, le Motor Show vous donne rendez vous pour vous faire découvrir les dernières nouveautés. Entre constructeurs, designers préparateurs et accessoiristes ont se plonge dans un univers totalement dédié à l’automobile et à la technologie qui ravit les plus exigeants.

IMGP1544.JPGDans un cadre de choix comme le Port Hercule, il offre un salon unique et dans l’air du temps pour notre plus grand plaisir. Dans la continuité du Grand Prix de Formule 1, du Rallye de Monte Carlo et du Grand Prix historique, le Monaco Motor Legend consacre 10 000 m² à la passion, au savoir-faire et présente les véhicules d’exception qui ont écrit les pages de l’histoire automobile mondiale.

IMGP1546.JPGL’Automobile de collection s’inscrit déjà depuis plusieurs années dans le patrimoine culturel monégasque grâce à Son Altesse Sérénissime le Prince Rainier III, passionné d'automobiles, le Prince a constitué, pendant plus de trente ans, au gré des occasions et de « coup de cœur », une importante collection personnelle de voitures anciennes.

IMGP1550.JPGEn remontant au début du siècle, et sans les citer toutes, mentionnons une De Dion Bouton de 1903, la plus ancienne voiture de la Collection et par ailleurs la première acquise par le Prince Rainier III ; une Renault 12cv 4 cylindres Torpédo 1911, une Panhard Levassor 1913, une Ford T 1924, une Peugeot Quadrilette de 1921, une Lincoln 1928, une Citroën Kégresse, une Ford A 1930, une Hispano Suiza 1928, une Delage 1934, une Packard de 1935. 

IMGP1555.JPGIl a ainsi rassemblé et fait restaurer quelque 100 véhicules, large échantillon des modèles construits par les plus illustres firmes européennes et américaines et qui, à divers titres, ont marqué leur époque.

IMGP1568.JPGLa Principauté de Monaco est la vitrine prestigieuse du monde automobile. Le Monaco Motor Legend s’impose comme le lieu de rendez-vous unique et privilégié d’une élite européenne de collectionneurs.

IMGP1590.JPGMécaniques hauts de gammes, carrosseries aux lignes parfaites, temple du luxe et de l’exception, Monaco est resté fidèle à son image. Au pied du rocher, le port Hercule accueillent les officiels du Grand Prix de Formule 1 (salles de presse, chronométrages, etc…).

IMGP1594.JPGJuste au dessus du quai Albert 1er se tient le 5ème Monaco Motor Show dédié aux constructeurs français et étrangers venus présenter leur savoir-faire et leur technologie en matière de véhicule électriques et hybrides désormais destinés au grand public, et le 3ème Monaco Motor Légend consacrant un très large éventail d’un siècle de mécanique et de design.

IMGP1600.JPGLes plus prestigieux marchands professionnels européens d’automobile de collection sont là avec un plateau de véhicules hors normes d’avant-guerre et d’après guerre : Delahaye, Delage, Bugatti, Talbot, Ferrari, Maserati, Bentley, Rolls Royce… mais également les clubs « la Traction Universelle », « le volant de fer »,… et les organisateurs de course et rallyes routiers.

IMGP1640.JPG1619.JPGA ce petit jeu, la moto aurait pu se prendre pour le parent pauvre mais André Mazzoni, le Président de « Motos et Scooters de Roquebrune Cap-Martin » a su fédérer sous sa bannière et a opposé à cette débauche de beauté : « l’exceptionnel ».

IMGP1641.JPGPour cela, il s’est associé au fantasque Jean Do, un artiste décorateur, la tête dans les nuages mais les pieds bien sur terre. C’est un passionné de machines hors des sentiers battus à trois ou quatre roues (vélocars, microcars, motocars, auto-scooters).

IMGP1607.JPGEt tous les deux ans, il organise le grand rassemblement de bubblecars en bourgogne dont il est Le Président. Il est aussi une cheville ouvrière du Club Ydral. Hormis les Lambretta et les terrots, on retrouve bien sur la légende parmi les légendes, j'ai nommé la mythique Harley Davidson.

IMGP1632.JPG

                                DIAPORAMA DU SALON



Repost 0
Published by BIKER06 - dans RDV & CONCENTRE
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 22:04

 

decembre-2011-0188.JPG La fête de la polente est célébrée le lendemain du Mardi gras. On trouve sur la place des tilleuls à Belvedere, sept carrés en pierres et un grand qui servent toujours à faire le feu qui cuira la sauce, et la polente.

decembre-2011-0003.JPGFin Fevrier ou début Mars, toujours le mercredi des cendres. On fait "la nuit des Picouns" dans la nuit du lundi au mardi: le mardi c'est carnaval et le mercredi la polenta. La fête de la polenta est une des fêtes particulières, propres à Belvédère. Ce jour là, durant la période du carnaval, les hommes du village font la cuisine sur la place centrale. Fête interne au village au début, elle a pris de l'ampleur et attire de nombreux voisins, touristes. C'est l'occasion de revoir la famille, de se faire de nouveaux amis. C'est la fête de l'amitié par définition et la polenta est servie gratuitement de surcroît.

decembre-2011-0005.JPGLa fête consacrée à la Polenta ou "Pulendina"se déroule à belvedere entre la vallée de la Vésubie et celle de la gordolasque et propose des mets à base de bouillie de farine de châtaigne, de mais ou de pois chiche, l'aliment le plus typique de la population des  hautes Vallées du pays niçois.Cette fête traditionnelle a été transmis par l'antique et singulière Société de la Misère. La tradition veut que la fête tire son origine de la pénible période de famine que connurent les habitants à la suite des pillages et des répréssions perpétrés par les soldats de la republique francaise.

decembre-2011-0009.JPGCette fête  a pour but de réévaluer un plat de la tradition culinaire des lieux, symbole de la cuisine pauvre.La polenta, faite à base de farine de maïs bouillie, est l'un des symboles de la cuisine Niçoise.La farine de maïs doit cuire très longtemps dans un chaudron en cuivre et doit être remuée en permanence durant sa cuisson à l'aide d'un gros bâton appelé tarello.

decembre-2011-0017.JPGdecembre-2011-0046.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  A 80 Km au nord de Nice la capitale du comté, Belvédère est un bourg de 536 habitants, perché à une altitude de 830 metres, qu’on atteint par une route en lacets de 5 Km à partir du village de Roquebillière, au bord de la riviere vésubie. Le village conduit à la vallée de la Gordolasque ; celle-ci mène au Mont du Grand Capelet dit Capelet Supérieur à 2935 metres d'altitude, situé en face du Mont Bégo à 2872 metres, ces deux sommets qui dominent la vallée des Merveilles dans le parc National du Mercantour.

decembre-2011-0023.JPGBarver ou Belver devient Belvéder au XIIème siècle, Villa de Bellovidère en 1388 et enfin Belvédère (bello de beau et vedere de voir). Offrant une vue magnifique sur la Vallée de la Vésubie, Belvédère est le passage incontournable pour aller dans la Vallée de la Gordolasque. La visite du village vous fera découvrir ses ruelles pittoresques avec ses rues étroites et obscures, la Maison du Chevalier, la Maison du Tribunal, ses maisons hautes et fortifiées, sculptures de consécration, le Moulin à huile et farine, le passage couvert médiéval avec ses linteaux des 16 ème et 17 ème siècle, la place des Pénitents Blancs...

decembre-2011-0052.JPGLe village très ancien a connu la domination des Romains, des Princes savoyards de 1388 à 1792, des troupes sardes jusqu’en 1861 . En 1947, le territoire communal retrouve ses limites primitives qu'il avait perdues en 1860, par le traité de Turin, au bénéfice de l'Italie. En effet entre 1860 et 1947, la frontière italienne descendait dans la vallée de la Gordolasque sous le hameau de Saint-Grat. Suite au Traité de Turin, la frontière est replacée sur la crête alpine constituant la ligne de séparation des eaux entre le Piémont devenu italien et l'ancien Comté de Nice devenu français.

decembre-2011-0059.JPGdecembre-2011-0068.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 En contemplant ses vieilles murailles, on comprend l’immense effort accompli par les habitants pour effacer les traces des calamités successives (disette de 1511, tremblement de terre de 1564, peste en 1579 et 1630, incendies, combats entre les barbets niçois et les Français). L’église avec son clocher massif en pierre, est postérieure au séisme ; elle fut consacrée le ler août 1728.

decembre-2011-0070-copie-1.JPGC'est vous dire que ce plat typique de nos vallées reste  appréciés par des habitants dont les origines remontent encore à ses époques ancestrales. Si l'histoire a été pénibles pour les ancetres des belvederois  , de nos jours, on se rememore tout cela en festoyant dans la bonne humeur et Francais, Niçois, Italiens ou autres etrangers sont conviés à l'amitié.

decembre-2011-0081-copie-1.JPGL 'ambiance musicale est assuré par l'orchestre  " Escarenois ". La  température presque estivale a contribué à mettre encore plus de plaisir . Cependant pour les frileux qui viennent du littoral et qui éventuellement avaient oublié le polaire , plus efficace que le goret tex , le vin chaud ( à discrétion bien sur ) faisait parti de la fête .
Les Belvéderois , belvéderoises mais aussi des amoureux de la montagne sont venue nombreux apprécier ce moment convivial.

decembre-2011-0088-copie-1.JPGdecembre-2011-0089-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Le mot « polenta » était déjà connu des Romains, chez qui il désignait une bouillie de farine d'orge. Il est à rattacher aux autres mots latins puls (= bouillie de farine) et pollen (= fleur de farine). Épicure se déclarait satisfait « comme Jupiter si on lui donne de la polenta et de l'eau ».

decembre-2011-0104.JPGChaque région a sa préparation particulière. Dans la région de Bergame en italie, la polenta est souvent rugueuse, jaune, et accompagnée de saucisses ou d'une caille arrosée de son jus (polenta a l'usei). Dans la Vénétie, la polenta est préparée à l'avance avec de la farine blanche, puis découpée en rectangles et réchauffée à la poêle. Dans le Macerate, la préparation est plus liquide. Au Trentin, elle est additionnée de fromage, parfois de viande ou même de pommes de terre.

decembre-2011-0107.JPGdecembre-2011-0126-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En France, elle est souvent consommée dans sa forme traditionnelle dans les repas de village du haut-pays niçois et en Savoie. Cuite à l'eau, elle s'agrémente de beurre, de fromage ou de sauce tomate comme ici à Belvedere. C'est le cas aussi de la vallée d'Aoste, qui présente en ce sens plus d'affinités avec les régions transalpines limitrophes qu'avec le reste d'Italie.

decembre-2011-0133.JPG Una bella mastegagna poupulari sus la plaça dóu paisot

 

Bien entendu, cela se mange dans toute l'Italie, jusqu'en Sicile et en Roumanie (où elle s'appelle mamaliga). Les Italiens du Nord sont souvent appelés par ceux du Sud de façon moqueuse i polentoni. En Corse, la polenta (prononcez "p/boulènda") est une farine de châtaignes.

decembre-2011-0141-copie-2.JPGMais laissez moi vous donner une recette de mon pays: la polenta de  sarrasin aux anchois . Spécialité du Haut pays Nicois. Comme dans toutes les régions alpines de la frontiere entre l'italie et le comté de Nice, cette austère purée de céréales a longtemps été l’un des aliments de base des populations locales.
On confectionnait alors la polenta avec de la farine de sarrasin ou d’orge à laquelle on ajoutait des pommes de terre ou de la citrouille. Ce n’est qu’en 1650 que l’on commença à utiliser de la farine de blé puis de mais...
decembre-2011-0146-copie-2.JPGdecembre-2011-0172.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

300 G de farine de sarrasin (blé noir)
 100 G de beurre
 10 Filets d’anchois à l’huile
 Parmesan ou Grana - râpé
 Sel

decembre-2011-0149.JPGChauffer 1 litre d’eau salée dans une casserole. Avant qu’elle ne commence à bouillir, ajouter la farine de sarrasin et laisser cuire 40 min, sans cesser de remuer et de preference avec un baton.
Verser la polenta dans un moule beurré allant au four.
Couper en petits morceaux les filets d’anchois, puis les faire revenir rapidement dans un peu de beurre.
Répartir les anchois sur la polenta, saupoudrer de fromage râpé et gratiner au four préchauffé à 240°c., pendant 5 min.
Servir la polenta avec du fromage ou du beurre fondu.
C'est un plat simple du pays niçois et tout a fait délicieux.


                           DIAPORAMA DE BELVEDERE

*Le personnage du Trevellin ou Biffou se présentait comme un être issu de l’espace sauvage, habillé en lambeaux, masqué.
D’après les témoignages des Anciens, il s’agissait d’un personnage portant un masque et des cloches, qui effrayait la population.
Il arrivait au village la veille de la Nuit des Picouns, soit l’avant veille du Mardi Gras. Après avoir parcouru le village en frappant les personnes qu’il rencontrait,il est alors poursuivit par les Jeunes…il est finalement rattrapé par les poursuivants qui l’entourent, l’enserrent, au son des fifres et tambours . Le Trevellin était enfin mené de force devant la porte de l’église, qu’il était obligé d’embrasser, devenant ainsi « civilisé ». Les Jouves qui poursuivaient le Trevellin lui font alors une véritable haie d’honneur, au son des picouns, la campano, sonnaille pendue au cou des animaux.





Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 14:14

decembre-2011-0055-copie-1.JPG A chaque création présentée par le carnaval de Nice, les artistes brésiliens, danseuses brésiliennes, présentent des créations nouvelles, une agréable découverte toujours accompagnée par une Batucada: orchestre de percussions. (Chocalho, cuica, tambourin, surdos, caisses, timbal, repinique).

decembre-2011-0287.JPGmars-2012-2474.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Ce qui sans nul doute différencie Nice des autres carnavals européens dans les carnavals de rue, parades et performances dans les Arts de la Rue, c’est l’authenticité et le raffinement des costumes. Les chorégraphies, vêtus de strass et de plumes dans des créations splendides est une prestation brésilienne unique en son genre.

mars-2012-0192.JPGSamba et capoeira pour un dépaysement garantie ! Portée par une musique envoutante sur bande-son à la puissance gigantesque ,la promenade des anglais c'est enflammé ! Des visages exotiques, des sourires et une chaleur humaine incomparable pour une prestation artistique brésilienne authentique.

mars-2012-0122.JPGmars-2012-0284.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  La danse est un langage qui rend les brésiliens très bavards. A travers elle, elle communique ses origines, ses passions, ses coutumes et sa joie de vivre. La danse brésilienne n'est pas uniquement la samba, contrairement aux idées reçues qui verraient dans le Carnaval de Rio la seule représentation de l'univers chorégraphique au Brésil. En effet, la diversité et la richesse de la culture brésilienne, nous proposent bien d'autres rythmes et danses. Le frevo, l'afro-reggea, la quadrille, le bumba-meu-boi, le maracatu, la capoeira, les danses tribales, sont autant de rythmes pratiqués régulièrement par la population.

mars-2012-2473.JPGLes Groupes de danse brésilienne ne fait pas que de la chorégraphie et de la danse, il y a aussi la conception et la production des costumes, élément capital des spectacles de danse brésilienne.

mars-2012-2505.JPGmars-2012-2510.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  La parade Garota d’ipanema ce sont les plus belles filles brésiliennes, en costumes stylisés par des Ateliers uniques au Brésil.
La parade «  bahianaises » : impressionnante évolution des personnages habilles en costumes de 2m20 de diamètre et des orixas, personnages du candomblé. La parade Amazonia : Les Indiens, le Vert et la Nature.

mars-2012-2476.JPGContrairement à ce qu'on peut imaginer, le Carnaval brésilien est  à l'origine une decouverte purement Niçoise. Les premières fêtes et batailles de fleurs datent de l'époque coloniale, un héritage de l'Entrudo portugais ,des masques italiens et des parades niçoises. L'exemple niçois inspira Isabelle, fille de Pedro II du Brésil*, qui organisa à Rio le premier défilé de voitures fleuries pour célébrer l'abolition de l'esclavage.

mars-2012-2515.JPGmars-2012-2522.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Entrudo a été le premier type de Carnaval brésilien, une sorte de fête "sauvage" où on se lançait de l'eau, de la farine, de la peinture, des œufs etc... comme pour les premiers carnaval niçois de l'époque du XIIIe siècle. Pareil pour les masques et costumes d'origine Italiennes, les masques ont été introduits au Brésil vers 1835.

mars-2012-2533.JPGLe déguisement grâce à des masques a été complété par des costumes, ce qui a rendu le Carnaval encore plus coloré. On raconte que le premier bal masqué au Brésil a été organisé par des italiens et a eu lieu à Rio de Janeiro en 1840. Le succès de ce bal a été tel, que d'autres bals et fêtes se sont succédé.

mars-2012-2540.JPGmars-2012-2545.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Remarquez les jolies chaussures des demoiselles. 

A travers le Carnaval il est possible de voir les inégalités sociales. Si d'un côté les classes privilégiées fêtaient le Carnaval en participant à des bals dans des salles luxueuses comme à Nice ou à Venise, de l'autre côté les classes défavorisées ont crée un Carnaval dit populaire, fêté dans les rues, en plein air.

mars-2012-2664.JPG

(A Nice l’organisation des carnavals de “proximité”repose sur un partenariat entre la ville et les services de la jeunesse, de l’animation loisirs et de l’éducation, l’Office du Tourisme et des Congrès , les étudiants des arts du spectacle de l’Université de Nice, les écoles et diverses associations. Celui ci se passe dans plusieurs quartiers de la ville: Riquier,Vieux-Nice,Garibaldi,le Port,Pasteur, Carras , Saint Augustin, la Madeleine etc ..)

mars-2012-2575.JPGmars-2012-2579.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tandis qu'en Europe le Carnaval devenait décadent, au Brésil il s'enracinait de plus en plus dans la culture du pays. C'est vers 1910 que des anciens esclaves habitants à Rio donnerent une dimension plus populaire au Carnaval avec l'influence des rythmes africains et l'apparition de la Samba.

mars-2012-2714.JPG Remarquez les jolies  plumes de faisan et d’autruche.

 

La samba devient la chanson et la danse populaire du Carnaval de Rio de Janeiro. Le Carnaval n'est pas seulement une affaire de passionnées des rythmes, des danses, des fêtes, il est surtout de nos jours une affaire commerciale (tourisme, vente des CD, publicité, droits de retransmissions audiovisuelle, spectacles, ventes de billets etc.).

mars-2012-2587.JPGmars-2012-2588.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le carnaval est une fête ancienne qui existe depuis la nuit des temps. L'origine du mot "Carnaval" est polémique. Pour certains, Carnaval vient du latin carne levare, cela veut dire : se priver de viande, de la chair. D'après le calendrier chrétien, le carnaval commence le 06 janvier (jour de l'Epiphanie) et finit le mercredi des Cendres qui est le premier jour du Carême.

mars-2012-2709.JPGmars-2012-2715.JPG

Contrairement au Carême (période de privations et de purification), le Carnaval est une période où tout est permis. Historiquement, il est raconté qu'à l'Antiquité, pendant 5 jours de Carnaval, les maîtres échangeaient les rôles avec leurs esclaves. Au Moyen-âge, les gens riches se déguisaient en pauvres et vice-versa. Les extravagances et les excès étaient permis. Même si le Carnaval est adapté aux coutumes de chaque société, l'idée de folie et l'absence de règles sont retrouvées dans les divers types de Carnaval fêtés dans le monde.
mars-2012-2695.JPGmars-2012 2694
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*La longue histoire de Nice et du Brésil:
Au début du XVIe siècle, le duc de Savoie Charles III change ses alliances et choisit de se rapprocher des Habsbourg. Pour ce faire, il épouse, le 1er octobre 1521, en l’église des Dominicains de Nice Béatrice de Portugal dont la sœur Isabelle est mariée à Charles-Quint. Née en 1504, la jeune épouse est la fille de Marie d’Aragon et de Manuel Ier roi de Portugal.

mars-2012-2593.JPGmars-2012-2658.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est sous son règne qu’à partir de 1495, les flottes portugaises se lancent dans l’exploration des rivages lointains et, qu’en 1500, une flotte, commandée par Pedro Cabral, découvre une terre inconnue : le futur Brésil. Beatrice devenue duchesse de Savoie a été informée du spectaculaire développement de cette nouvelle colonie, avant de mourir, le 8 janvier 1538, encore jeune, et d’être enterrée dans la cathédrale Sainte-Marie, au château de Nice.

mars-2012-0131.JPGAvec Béatrice de Portugal, les Niçois entendirent déjà parler du Brésil bien avant les français. Les échanges commerciaux et culturels ne cesseront pour ainsi dire jamais entre les deux pays. Plusieurs Niçois iront tenter leur chance et certains avec beaucoup de succés.

mars-2012-2684.JPGmars-2012-2691.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pedro II sera un hôte régulier de notre région à la fin du XIXe siècle. C’était un homme d’une grande intelligence et d’une extraordinaire culture, parlant plusieurs langues (dont l’hébreu, le grec, le sanscrit… et le Nissart bien sur), linguiste et traducteur renommé, correspondant de Pasteur, Victor Hugo et F.Mistral, apparenté à toutes les grandes familles royales d’Europe.

mars-2012-0049.JPGmars-2012-0054.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant et après sa chute, il séjourna longuement sur la Côte d’Azur (1887, 1890-1891, logeant à Cannes mais venant volontiers à Nice. Comme tout bon hivernant de l’époque, il assiste au carnaval aux côtés du baron de Bellet, dont le frère est consul du Brésil à Nice et sa fille organisera, à Petrópolis, la capitale impériale du Brésil, une bataille de fleurs directement inspirée de celle de Nice.

mars-2012-0286.JPG

                                DIAPORAMA DU CARNAVAL


 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 08:25

decembre-2011-0214.JPG Le Carnaval, en tant que fête organisée, apparait à Nice au XIII° siècle, lors d’une visite du Comte de Provence, Charles II d’Anjou. Ce sera, un siécle plus tard au début du XIV° siècle, qu’apparaitront les mannequins géants dans le Nord de la France. Ce Carnaval va évoluer, avec, en plus des défilés et des mascarades, des batailles de confettis dans tous les quartiers, puis avec l’apparition de nouveaux personnages tel le Paillassou, qui est un mannequin bourré de paille que l’on jetait en l’air et qui semble être l’héritier d’Hellequin, l’homme sauvage de la culture européenne, le conducteur des âmes des morts, qui sur son char emporté au galop dans le ciel pratique la chasse sauvage. On retrouve ce personnage dans plusieurs carnavals européens.

decembre-2011-0092.JPGdecembre-2011-0096.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le premier comité des fêtes est créé en 1873 et fera parler de lui deux ans plus tard avec les débats enflammés qui font suite à l’affrontement entre les Char  de Catarina Segurana et le char des Ratapignatas.  C’est avec ce char de Jean Cuggia que l’on va orienter le carnaval vers les effets grotesques et la satyre sociale.

decembre-2011-2415.JPGIl faudra attendre le 14 février 1882 (après l’annexion par la France du Comté de Nice) pour voir évoluer le carnaval vers une forme que nous lui connaissons aujourd’hui, quand Sa Majesté, Triboulet, Carnaval X fait une entrée majestueuse dans sa bonne ville de Nice sur le premier char royal que nous connaissons. Cette tradition va perdure jusqu’à nos jours. La tradition de se moquer de ceux qui dirigent la ville a longtemps persisté (jusqu’à Jacques Médecin: tout le monde se souvient de ces caricatures géantes affichées place Masséna) pour disparaitre ensuite sous les municipalités qui se sont succédées jusqu’à nos jours.

decembre-2011-2408.JPGdecembre-2011-2432.JPG
Malheureusement, de nos jours, Carnaval  a évolué vers une forme de spectacle pour touristes bien policé ou le sens de la fête populaire et partagée fait défaut et ou l’esprit de la culture Nissarde a été gommé: au point de nous balancer de la musique techno quand on pourrait offrir de la musique Nissarde aux touristes qui seraient sûrement très  intéressés de découvrir une culture différente de la leur (Nice étant de culture beaucoup plus transalpine que Provençale). C’est en faisant évoluer le Carnaval vers le spectacle, tout cela pour des motivations purement mercantiles, que nos responsables politiques on fait que l’on a une image totalement déformée de ce qu’est notre pays. Merci Mr Estrosi le valet de qui nous savons !

decembre-2011-2438.JPGHeureusement, des groupes de résistance existent à Nice pour faire vivre le carnaval dans les quartiers: il faut encourager ce type d’initiative afin que Carnaval retrouve sa fonction première…une grande fête qui marque le retour du Soleil, du jour sur la nuit, de la lumière sur les ténèbres et que ce soit un grand moment de défoulement et de liesse populaire partagée.

decembre-2011-2441.JPGdecembre-2011-2443.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Voici la liste des chars 2012 et leurs symboles :
N° 1 Le Roi du sport : C’est être au plus haut, au plus fort et… le plus agile face aux sollicitations de tous ordres.
N°2 La Reine du sport : Gymnaste féminine jouant avec ses anneaux multicolores.
N° 3 Carnavalon:Carnavalon, pilote de side-car en route vers Londres 2012.
N°4 La Promenade (de santé) des Anglais: La famille royale britannique de passage sur notre belle Baie des Anges.

decembre-2011-2490.JPGN°5 L’Histoire du Culturisme: Histoire du Sport de l’Antiquité à nos jours.
N°6 Le Rodéo Mondial: Sport dans le monde, les moyens changent, mais la compétition demeure avec de nouveaux adversaires…
N°7 LES FOUS DU VOLANT: Fou du volant : sport mécanique et énergie renouvelée
N°8 SKI DU BLANC AU BLEU: Unique sur la Côte d’Azur : sports d’hiver et d’été sont jumelés.

decembre-2011-2451.JPGdecembre-2011-2450.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  N°9 Course aux Sponsors: L’aspect purement sportif est aujourd’hui sous-tendu par l’aspect économique incontournable.
N°10 Le Dopage: Dans une sorte d’indifférence des financiers, un sportif sur dopé devance deux cyclistes
N°11 Le Capitaine POGNON: Quand l’argent Roi manipule le sport.
N° 12 Carton Bleu Blanc Rouge: Marianne sort le carton bleu-blanc-rouge pour l’équipe de France de foot.

decembre-2011-2491.JPGN°13 Issa Nissa: L’Aigle de Nice protège et soutient son club…
N°14 Bobsleigh 2012: La grande course aux élections 2012
N°15 POLO à l’indienne: À Jaipur, le plus féerique tournoi de cricket au monde…

decembre-2011-2711.JPGN°16 Le Pacte avec le Diable: Certains "athlètes" ne reculent devant rien, prêts à tout pour passer devant leurs concurrents…

N°17 Handisport: Les compétitions handisports : aussi forts que les valides !
N°18 Zidane, Roi du monde sportif: Le roi Zidane est plus connu et adulé que les grands de la planète.

decembre-2011-2447.JPGdecembre-2011-2604.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  N°19 ELECTRONIC JUNK SPORT: Le sport électronique, la malbouffe : une des problématiques du 21e siècle.
N°20 Nice la Ville qui Bouge ! : Un coureur en route vers le Nice Olympic Stadium et les Jeux de la francophonie 2013.

decembre-2011-2558.JPGEn 1876, Andriot Saëtone crée la 1e bataille de fleurs sur la Promenade des Anglais. Elles gardent depuis ce cadre prestigieux et pour cette année 2012 se déplace même sur le quai des états unis. À l’origine, elles prennent la forme de simples échanges de fleurs et, peu à peu, se transforment en un véritable spectacle. Organisées initialement pour divertir les premiers touristes, le gotha européen, les batailles de fleurs sont maintenues pour honorer le travail des producteurs locaux, cher à Alphonse Karr, écrivain-botaniste, attaché à Nice.

decembre-2011-2461.JPGdecembre-2011-2463.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui, cet évènement valorise la qualité et la grande variété florale azuréenne puisque 80 % des fleurs utilisées sont produites localement. Plus de soixante fleuristes de Nice se penchent sur la décoration des chars.

decembre-2011-2637.JPGLes chars, au nombre de 20, entièrement fleuris paradent sur le Quai des Etats Unis et la Promenade des Anglais. Cette année ils seront plus volumineux, entièrement modulaire et offrant une visibilité à 360°. Pour ma part, ayant participé aux corsos carnavalesque et à la bataille des fleurs, c’est cette dernière qui a ma préférence. L’année prochaine, je participerai aux corsos et aux batailles en nocturne qui doivent être illuminées de mille feux…

decembre-2011-2617.JPGdecembre-2011-2624.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur chaque char, des mannequins costumés lancent 80 à 100.000 fleurs au public... Ces batailles sont à l'unisson des chars de carnaval, un cortège de mises en scène végétales sur le même thème. Leur réalisation représente un long et méticuleux travail, pourtant effectué dans un délai court par les maîtres de l’art du piquage que sont les fleuristes. Les costumes naissent dans un atelier de création niçois qui leur est entièrement dévolu. Ce sont des créations uniques conçues comme pour le théâtre.

decembre-2011-2640.JPGCette manifestation représente un spectacle unique au monde, elle compte parmi les fêtes les plus renommées de la Côte d’Azur. Nice exporte dans le monde entier ce savoir-faire de l’élégance, de la beauté et du charme des batailles de fleurs. Pour cette bataille des fleurs auquel je viens de participer, il a été annoncé prés de 250000 personnes et pour l’ensemble du carnaval se sera plus d’un million de spectateurs qui auront participé au plus grand carnaval d’Europe….(A suivre)

decembre-2011-2632.JPG

decembre-2011-2653.JPG                                 DIAPORAMA DU CARNAVAL


 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 10:28

mars-2012-0070.JPG En ces temps là, les Grecs (comme plus tard les Romains) étaient des grands voyageurs et quand ils créaient des comptoirs hors de Grèce ou un Empire, ils importaient (mais …n’imposaient pas) dans leur nouveau lieu de vie leur culture et leur religion.  Les cultures et religions antiques ne faisaient pas du prosélytisme  leur philosophie.

mars-2012-0113.JPGmars-2012-0118.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Le Roi du sport a pris les clés de la ville de Nice pendant deux semaines hors normes, loin de la routine du quotidien. « Rio brille par son carnaval, tout entier dédié à la samba et aux écoles de danse ; Venise séduit par son univers baroque et ses costumes ; Nice est le temple de la fantaisie et de la transgression. Nous sommes fidèles à cet héritage de travestissement, de caricature et d’humour caustique, qui a toujours permis au peuple de se moquer des notables et des gens de pouvoir ».

mars-2012-0130.JPGFidèle à la tradition, la ville n’a pas manqué d’étoffer et de moderniser le défilé ces dernières années, en faisant appel à des scénaristes high-tech qui donnent vie à des corsos lumineux. Autre nouveauté, des animations plus importantes autour des chars, avec les traditionnelles grosses têtes dessinées par des caricaturistes de presse, mais aussi des compagnies d’art de la rue ou des satellites gonflables.

mars-2012-0126.JPGmars-2012-0186.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La bataille des fleurs, pour laquelle une soixantaine de fleuristes niçois s’enferment pendant 72 heures afin de concocter une création éphémère inoubliable et le corso à thème. « Nous offrons un véritable spectacle contemporain, quelque chose d’unique, pour être attractifs par rapport à nos concurrents de la saison, les grands matchs de football ou les vacances au soleil ».

mars-2012-0111.JPGL’enjeu est de taille : avec un budget de 6,5 millions d’euros, l’événement  génère 35 millions d’euros de retombées économiques pour la ville et presque autant pour le département. Un char mettant en scène Zinedine Zidane, campé sur un globe terrestre en compagnie de Nicolas Sarkozy, Barack Obama ou du Pape.

mars-2012-2652.JPGmars-2012-2666.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ou encore celui représentant Bernard Tapie, des billets plein les poches et des arbitres à ses pieds ; un cycliste perclus de seringues ; un sportif en fauteuil roulant ; sans oublier le char dédié à l’élection présidentielle, où trois bobsleighs accueillant les candidats virevoltent sur une piste pendant qu’une Marianne tourne en sens inverse…(Tout cela, vous avez pu le voir dans mon premier episode)

mars-2012-0197.JPGCette année, l’Angleterre est invitée d’honneur, J.O. de Londres oblige. L’occasion d’admirer un char où trône la famille royale, mais aussi de profiter du défilé des Mahogany, ces artistes multidisciplinaires qui se distinguent à grand renfort de costumes phénoménaux de 2 metres d’envergure et de coiffes hautes d’1,50 metre…

mars-2012-2603.JPGmars-2012-2619.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  20 chars ont fait un clin d’œil aux Jeux Olympiques de Londres, la reine d’Angleterre, Kate et William etc... Un écho à l’actualité olympique Londres 2012 comme à la dynamique sportive de Nice, de la France ou plus largement de la planète. Un thème donc très universel et fédérateur qui est, au cœur des cortèges, un hommage à toutes les compétitions de la prochaine année…

mars-2012-0210.JPGCe qui laisse à penser, que  les Grecs qui ont fondé Nikaïa ont continué à mener le même mode de vie qu’ils avaient l’habitude de mener dans la Patrie Mère et ont également continué à pratiquer leur religion. Ils ont donc, importé sur le rocher qui surplombait  l’anse Saint Lambert et sur lequel  ils avaient fondé Nikaïa  leur culture avec toutes les fêtes qu’ils avaient l’habitude de célébrer en Grèce.

mars-2012-0237.JPGmars-2012-0255.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il était de coutume de célébrer la fin de l’hiver et l’arrivée des beaux jours par  des jours de fêtes consacrées à Dionysos, qui était le Dieu de la fertilité et de la fête.  Dans la Grèce antique, pendant les « Dionysiaques » il y avait une parade avec un char qui était suivi de danseurs et de chanteurs déguisés et masqués qui chantaient des chansons satyriques. C’est à cette époque de l’année qu’à  la morosité hivernale succède  la  joie du renouveau de la nature, du printemps, du démarrage des plantations.

mars-2012-2672.JPGmars-2012-2699.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les manifestations de gens déguisés se déroulaient pour se déjouer de tous les mauvais esprits qui gardent la terre morte jusqu’à ce qu’elle soit incitée, par la « magie » des hommes, à produire à nouveau: que les graines germent, que les plantes poussent et que sortent les fleurs. La semaine de Carnaval est étroitement liée en Grèce à la fin de l’hiver et au début du printemps. Le mot « Apôkria » (anopkià) que l’on peut traduire par « semaine de carnaval » désigne cette période de trois semaines qui précèdent le carême.

mars-2012-0226.JPGPlus tard, sous l’Empire Romain, ces fêtes étaient organisées en l’honneur de Bacchus (l’équivalent Romain de Dionysos) et se nommaient les Lupercales et les Saturnales. Ces fêtes étaient une combinaison d’adoration des Dieux et de divertissements allant jusqu’au libertinage.  Nous pouvons penser qu’à  Céménelum  (l’actuel Cimiez, quartier de Nice) qui était la capitale de la province Romaine des Alpes Maritimes, on célébrait ces fêtes que l’on avait importées.

mars-2012-2397.JPGmars-2012-2407.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La tradition de ces fêtes s’est perpétuée jusqu’au Moyen -Age après qu’elles eussent été récupérées par le Catholicisme. D’ou deux interprétations sur l’origine du mot Carnaval. Pour l’église il s’agit d’un terme venant de Carne Levare (enlever la chair) qui marquerait le moment ou on mangerait le dernier bout de viande ( c’est à dire manger  gras : de là vient le « mardi gras ») avant d’entrer dans la période de Carême pendant laquelle il convient de manger maigre. 

mars-2012-2401.JPGUne autre interprétation, plus ancienne, fait référence au « Char Naval », qui serait l’image de ces barques voiturées sur lesquelles Dyonisos, le Dieu venu de la mer, aurait pénétré dans les iles grecques. Cette tradition s’est perpétuée à Rome (avec Bacchus) qui sort de la mer sur son char en forme de navire pour épouser la femme de l’Archonte. Aujourd’hui, persiste ce rite à Venise avec les « Régates Historiques » où l’on voit des gondoles ornées de chevaux marins, de dragons et de Neptune. Ces régates sont véritablement les héritières des « Chars Navals » antiques.

mars-2012-2485.JPGmars-2012-2523.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  De la même façon, la tradition du déguisement nous vient, en effet, de Rome ou le carnaval avait pour fonction de faire oublier les privations de l’hiver et fêter le retour du printemps. C’est la période d’inversion des rôles (maitre /esclave, homme/femme) sans aucun tabou. C’était l’occasion de régler des contentieux collectifs, des conflits sociaux,  des luttes politiques. Une période ou l’on est tiraillé entre l’hiver et le printemps, le gras et le maigre, le riche et le pauvre.

mars-2012-2494.JPGMardi-Gras qui  clôt ces fêtes a une double signification: la première est de se préparer au jeune de printemps qu’est le carême (cette période de jeûne  était associé chez nos anciens au grand nettoyage de printemps: on nettoie la maison et on nettoie l’organisme). Mais, une deuxième raison préside à ce Mardi-Gras: il fallait se débarrasser des dernières denrées périssables qui ne pouvaient être mangées pendant le carême et qui auraient été perdues.

mars-2012-2549.JPGmars-2012-2567.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  L’église qui trouvait cette fête scandaleuse a bien essayé de l’interdire…en vain. Elle a alors tenté de la canaliser, en la finançant pour mieux contrôler son contenu, puis on s’appuya sur la bourgeoisie, toujours prête à collaborer pour qu’elle lui donnât une teinte plus acceptable (par des représentations dont le symbolisme se rapprochait de la religion). Cependant, il fut quand même difficile d’empêcher le défoulement du peuple. (la suite au prochain episode)

mars-2012-2722.JPG

                             DIAPORAMA DU CARNAVAL


 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 08:01

decembre-2011-0193.JPG Tourrettes sur loup est le seul endroit en France où la violette est cultivée comme culture unique ou principale .. Vers 1880, l'activité agricole de la commune s'est essentiellement tournée vers cette fleur. Viola odorata  est une espèce spontanée, très commune en Europe septentrionale de plaine et méridionale de moyenne montagne.

decembre-2011-0034.JPGdecembre-2011-0220-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1875, on cultive dans la région de Grasse de nombreuses variétés longtemps dominées par la violette de Parme. Aujourd'hui seule la variété Victoria est cultivée à Tourrettes sur Loup. Elle se caractérise par une fleur simple pétalée, dressée sur un long pédoncule de près de 25 cm. Le pétiole de sa feuille est de même longueur.

decembre-2011-0048-copie-1.JPGdecembre-2011-0089-copie-2.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La violette Victoria est très odorante, il suffit de longer les parcelles de culture, d'Octobre à Mars, pour en respirer le parfum. Les parcelles cultivées sont de petite dimension (de 300 m2 à 2 hectares), en restanques, d'accés difficile pour les machines. La culture de la violette à Tourrettes sur Loup est essentiellement basée sur le travail manuel et exige de bonnes aptitudes physiques: souplesse du dos et des jambes pour les travaux au sol, dextérité pour la récolte et la confection des bouquets.

decembre-2011-0080.JPGDe nouvelles techniques de culture (hors sol en banquettes ou en boudins suspendus) allègent le travail et suppriment le désherbage chimique ou manuel. Une demi-douzaine d'exploitation, réparties sur 8 hectares, cultive la violette, en plein air ou sous abri froid. Du 15 octobre au 15 Mars, les fleurs sont cueillies en bouquet de 25, entourés de quelques feuilles. En fin de saison, quand la floraison est plus abondante, la fleur est cueillie sans la tige pour la confiserie (7600 fleurs au kilo).

decembre-2011-0137.JPGdecembre-2011-0106.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Début Mai et fin Juillet, la feuille est fauchée et livrée le jour même dans les usines de Grasse pour y être transformée en concrète, puis en absolu qui entre dans la composition de nombreux grands parfums. Restanques gorgées de soleil, sol profond où poussent en voisins le bigaradier, la rose centifolia et le jasmin, hiver sans gel ni neige, été sec suivi d'automne doux et pluvieux: le terroir de Tourrettes sur Loup convient parfaitement à l'épanouissement de cette fleur secrète, raffinée et parfumée.

decembre-2011-0023-copie-1.JPGLa saison est clôturée par la Fête des Violettes qui a lieu, en général, fin fevrier ou debut Mars, en fonction de la floraison. Les rues du village sont animées dès le matin avec des aubades musicales et les danses de la souche. Tout le village est fleuri et sent bon la douceur de vivre en ce début de printemps.

decembre-2011-0076-copie-1.JPGdecembre-2011-0134-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant que la messe se déroule dans l'église Saint Grégoire, les restaurateurs se préparent afin d'accueillir au mieux les visiteurs qui s'installeront aux terrasses des cafés et restaurants pour profiter agréablement du spectacle qu'est le Corso Fleuri . La journée se clôture par la Bataille de Fleurs à laquelle tout le monde participe.

decembre-2011-0062.JPG1952, c'est loin, mais pourtant beaucoup d'azuréens s'en souviennent, de cette première fête de la violette. L'excitation de la nouveauté, l'ardeur de tous, la joie des enfants, le parfum des fleurs, comme un nuage poudré sur le village...
A l'origine, la fête est destinée à célébrer les spécialités du terroir tourrettan: les violettes, les créations des artisans d'art nouvellement installés dans le village, mais aussi l'huile d'olive nouvelle.

decembre-2011-0065-copie-1.JPGdecembre-2011-0074.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  En 1952, on compte une quarantaine de producteurs de violettes. Il est donc facile de fournir aux écoles de quoi exécuter des petits motifs. Vélos, poussettes, ânes sont ainsi transformés en montures fleuries qu'enfourchent gaiement les enfants. Le petit corso part de la place Mirabeau et tourne sur la place de la Libération pour de mémorables batailles de fleurs.

decembre-2011-0097.JPGdecembre-2011-0082.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On a réservé la barbacane à la vente des spécialités tourrettanes: à chaque extrémité, les stands des deux moulins à huile de Tourrettes; au milieu, celui, abondamment décoré, du comité des fêtes. Entre ces points clefs, se succèdent les étals des producteurs de violettes et des tisserands: Brauen, Mietens, Walfard... Il se vend énormément de fleurs se souviennent les témoins.

decembre-2011-0149-copie-1.JPGdecembre-2011-0054.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fête attire de nombreux spectateurs, venus des villages alentours, et jusqu'à Nice. Mais aussi de la capitale ou de toute l'Europe: ce sont les amis des artistes et artisans d'art, dont certains tiennent boutique à Paris. De plus, Tourrettes est à la mode, Marcel Carné et Prévert l'ont fait connaître, de nombreux films s'y tournent. Des artistes du monde du cinéma comme Marcel Lherbier ou Eddie Constantine descendent chez Betsy, à l'hôtel du Ménestrel, sur la place de la Libération. Les enfants sont ébahis devant les grosses voitures américaines...

decembre-2011-0094.JPGLe mouvement est lancé. La fête se recentre sur les corsos fleuris. Progrès oblige, les chars font leur apparition, les ânes et les bicyclettes sont supplantés par les véhicules à moteur. En 1983, les associations tourrettanes, nouvellement créées, s'impliquent dans la manifestation et réalisent leurs propres chars. Amplement étoffée, la fête des violettes attire une foule de plus en plus nombreuse.

decembre-2011-0201.JPGdecembre-2011-0164.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2002, pour marquer son cinquantenaire, la municipalité a décidé de la doter d'un nouvel éclat et de lui redonner ses accents de terroir. Trois jours de réjouissances avec des points forts comme le corso fleuri, bien sûr, mais aussi une brissaudo traditionnelle et une exposition rétrospective célébrant le cinquantenaire... Sur la place de la Libération, cinq producteurs de violettes et des commerçants non sédentaires présentent des produits en relation avec le terroir: miel, nougat, huile d'olive, vin, pains d'épices. Le tout baignant dans la musique et la danse.

decembre-2011-0167-copie-1.JPGEnfin, manière de rendre hommage à l'initiateur de la manifestation, les artisans décorent leurs vitrines dans le vieux village. C'est l'histoire d'un des pionniers de l'artisanat d'art tourrettan qui fut aussi l'initiateur de la fête des violettes. Parisien d'origine anglaise, né en 1886, Victor Linton a créé et vendu des bijoux fantaisie et des objets de décoration à Paris, jusque dans les années 1940. Bien avant Paco Rabanne, dès 1933, il eut le premier l'idée d'utiliser une nouvelle matière synthétique, le Rhodoïd, à des fins décoratives.

decembre-2011-0202.JPGdecembre-2011-0208.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la fin des années 40, Linton découvre Tourrettes: un vrai coup de coeur. En 1947, il a alors 61 ans, il acquiert deux maisons contiguës en ruine dans la Grand rue sur le "ravin" et les restaure entièrement - elles appartiennent toujours à la famille. "Il avait un amour fou pour le village" se souvient sa belle fille. Les Tourrettans qui l'ont connu le décrivent comme un monsieur "distingué et charmant", toujours souriant et d'une élégance toute britannique. Il se promenait dans la Grand rue, en pantalon de tweed, chemise blanche, cravate ou foulard et porte-cigarettes.

decembre-2011-0225-copie-1.JPGBien avant le règne du marketing, il avait compris qu'il faut créer de l'animation pour attirer les clients. Ainsi, il organise des expositions dans sa boutique-galerie, donne des cours de peinture, emmène ses élèves peindre sur le vif les paysages tourrettans. Mais son ardeur ne s'arrête pas à la mise en avant de ses propres créations.

decembre-2011-0233.JPGdecembre-2011-0234.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Pour promouvoir le village, il incite la municipalité, les producteurs de violettes et les artisans à organiser une fête qui donnera aux premiers l'occasion de valoriser cette spécialité rare et aux seconds, la chance d'exposer leurs créations hors de leurs boutiques. On connaît la suite... Victor Linton était un Tourrettan de coeur. Depuis 1960, il repose dans le cimetière du village qu'il aimait tant.

decembre-2011-0230.JPG

                          DIAPORAMA DE LA VIOLETTE


 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 15:15

decembre-2011-2163.JPGdecembre-2011-2168.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autour de 1880, le mimosa, originaire d’Australie, fait son apparition sur les pentes de la Croix des Gardes (Cannes), vraisemblablement introduit par l’un des grands hôtes hivernaux, comme le Duc de Vallombrosa, le Marquis de Morès ou Lord Brougham.

decembre-2011-0075.JPGLa Société d’Horticulture et d’Acclimatation contribue alors largement à sa promotion. Les mimosistes vont, dès lors, se multiplier dans la région, à Mandelieu, Pégomas, Tanneron ou La Roquette formant ce que l'on appelle "Le triangle d'or". Les marchés se développèrent et des wagons entiers de mimosa quittaient tous les jours la gare de La Napoule pour le nord de la France et pour l’étranger.

decembre-2011-2171.JPGdecembre-2011-2175.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mimosa ayant ainsi participé au développement de l’économie locale, il est fêté chaque année par les habitants de Mandelieu-La Napoule. Officiellement célébrée pour la première fois en 1931, la Fête du Mimosa connaît depuis, un vif succès. Elle n’a cessé de prendre de l’envergure passant d’un corso fleuri à une grande fête populaire aujourd’hui largement reconnue. Mandelieu la Napoule en est devenu sa capitale officielle et depuis quelques années l'élection de Miss Mimosa fait parti du comité Miss France pour le concours Miss Cote d’Azur. Une exception unique en son genre.

decembre-2011-0103.JPGSelon la tradition, l’organisation de la fête est confiée aux habitants de la commune, à ses associations et à son Comité d’Animation. Ensemble, dans la bonne humeur, ils fleurissent les chars de mimosa fraîchement cueilli. Un travail méticuleux de tressage des branches autour des sujets réalisés chaque année selon la thématique choisie. La bonne volonté de tous, donne à la fête une ambiance folklorique authentique reconnue par tous ses visiteurs.

decembre-2011-2189.JPGdecembre-2011-0041-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La dernière édition de la Fête du Mimosa en février 2011, autour du thème de l'écologie a accueilli plus de 200 000 visiteurs sur l’ensemble des sites de la manifestation (centre-ville, bord de Mer, quartiers de la ville). Le corso de mimosa de Mandelieu se place ainsi à la troisième place des corsos carnavalesques après le carnaval de Nice et la fête du citron à Menton.

decembre-2011-0036.JPGLes retombées médiatiques et économiques engendrées par l’ensemble des éditions de la Fête du Mimosa permettent désormais de positionner la manifestation parmi les grands événements hivernaux de la Côte d’Azur. La Fête du Mimosa de Mandelieu-La Napoule utilise exclusivement du mimosa cultivé dans les forceries locales. C’est ainsi que les 15 tonnes de mimosa utilisées chaque année pour fleurir les chars et pour les batailles de fleurs sont achetées aux producteurs du Massif de Tanneron.

decembre-2011-0045.JPGdecembre-2011-0162.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Fête, tout en préservant son aspect populaire et folklorique, contribue donc à soutenir l’activité des mimosistes locaux. De plus, certains mimosistes se tournent aujourd’hui vers le tourisme et font découvrir leur métier aux visiteurs qui viennent les rencontrer. Ce sont donc Russes, Italiens, Hollandais, Allemands, Anglais et Américains qui découvrent cette tradition populaire de notre région.

decembre-2011-0089-copie-3.JPGLa Route du Mimosa historique appelé aussi la route d'or s’étend de Mandelieu la Napoule à Grasse. Cet itinéraire touristique, recommandé de janvier à mars, est typiquement le symbole d’une Riviera Côte d’Azur hivernale qui propose sous un climat doux, une sorte de villégiature itinérante entre bleu azur et jaune soleil.

decembre-2011-2198.JPGdecembre-2011-2199.JPG
Mandelieu-La Napoule est une des étapes de cet itinéraire de découverte, du département des Alpes Maritimes, qui montre tous les aspects du mimosa. En effet, chaque étape a sa spécificité. A Mandelieu-La Napoule, il ne faut pas manquer durant toute la période de floraison, de janvier à mars,  les randonnées pédestres ou excursions en voiture dans la plus grande forêt de mimosa d’Europe, la rencontre avec les mimosistes et ainsi la chance d’assister à toutes les étapes de la vie d’une fleur : de son éclosion au parfum qui en sera extrait.

decembre-2011-0180.JPGJe ne ferai pas la publicité pour un mimosiste particulier si celui ci ne m'aurait pas si extraordinairement accueilli et s’il avait eu des intentions commerciales. Non Non ! Au contraire le mimosite en question ne me connaissant absolument pas a été d'un accueil vraiment chaleureux. Jean Paul Reynaud et sa fille Cécile de « Direct Mimosa » font parti de ces familles Pégomassoises qui ont l'art de recevoir.

mars-2012-2212.JPGmars-2012-2229.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Cette année le corso carnavalesque a pour thème les animaux. Sous une pluie de mimosa, les spectateurs sont partis les bras chargés de la fleur du soleil.
Les chars habillés par les bénévoles sont l’étendard fleuri de la tradition Mandelocienne. Il y avait le chars des animaux « domestiques » « des polaires » les pas frileux , celui des « insectes » attention aux piqures, « la savane » , celui des « aquatiques », le char « les fantastiques » qui laisse parler votre imagination, la « jungle », la « préhistoire », l’ »éléphant » ou encore celui des « jupes » la célébration des quatre éléments : la terre, l’eau, le feu et l’air.

mars-2012-0049-copie-1.JPGRejoint par le cirque de Lydia Zavatta, le corso prend la forme d’un tableau animalier vivant avec la présence de chevaux, chameaux, tigres, lamas et buffles à grande corne. Sur prés de deux heures le public a de nouveau était conquis et sous le charme de l’un des plus beaux corsos de France.

mars-2012-2249.JPGmars-2012-0086.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques données chiffrées : La production de fleurs coupées (chiffres 2010) s’étend sur 120 hectares dans les Alpes-Maritimes (Mandelieu – La Roquette – Pégomas – Auribeau – Cannes). La production de mimosa représente 650 tonnes pour les Alpes-Maritimes soit 10 millions de tiges. 90% de cette production part à l’exportation (Les principaux revendeurs sont la Hollande, l’Allemagne, la Suisse, la Norvège, l’Italie, les USA, le Canada et le Japon...)

mars-2012-0055.JPGL’autre partie de la production est utilisée pour les différents corsos qui se déroulent sur toute la Côte d’Azur de Mandelieu à Pégomas et même à Biot au cœur du pays Templier, mais également lors des grandes fêtes telles le Carnaval de Nice. Le chiffre d’affaires généré est évalué entre 4 et 6 millions d’euros. Prix de vente moyen : 5 euros/kilo (au départ de l’exploitation).Aujourd’hui, de janvier à mars, 5 millions de bouquets sont envoyés dans le monde entier.

mars-2012-0125.JPGmars-2012-0138-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jaune lumière, le mimosa est l'une des fleurs les plus usitées en matière de symbolisme. D'une senteur délicate, elle nous parle avec l'accent du Midi. Ici et là, la fleur rayonne et représente tout naturellement le Soleil. Dans le langage des fleurs, le mimosa est l'évocation d'amours secrètes : personne ne sait que je vous aime. Il sous-entend aussi la sécurité, une sensibilité exacerbée.

mars-2012-0153.JPGIl dit aussi : vous êtes mon seul amour. C'est également la fleur des retrouvailles. Symbole de l'or et du soleil, le mimosa est aussi l'image de la vie triomphante, en raison de la dureté de son bois et de la victoire sur les forces du mal.

mars-2012-0160.JPGmars-2012-0188.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les plus belles marques de la Parfumerie française utilisent le mimosa dans leurs fragrances les plus célèbres… Amarige des Parfums Givenchy, Paris de Yves Saint Laurent, Guerlain pour son parfum Champs Elysées, Moment Suprême de Jean Patou et sont bien sur élaborées dans la capitale mondiale du parfum: Grasse.
Le mimosa fut également une source d’inspiration pour ces peintres qui ont été si largement séduits par la Côte d’Azur. Notamment:
Claude Monet, Raymond Peynet, Pierre-Auguste Renoir, Chaïm Soutine, Raoul Dufy, Pierre Bonnard, Marc Chagall, Jean Cocteau…

mars-2012-0170.JPG

                              DIAPORAMA DU CORSO


 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 08:22

decembre-2011-0012-copie-1.JPG Ce salon a pour objectif de réunir, dans un lieu historique de la parfumerie grassoise, l'espace Chiris, les passionnés, collectionneurs et toute personne intéressée par l'univers de la parfumerie. Une rétrospective sur les fleurs à parfum à travers les étiquettes des flacons est proposée aux visiteurs. Ceux-ci peuvent acheter ou admirer flacons, cartes parfumées, boîtes à poudre,  miniatures, vieux papiers, livres… des plus grands parfumeurs : Caron, Roger Gallet, Piver, Gabilla, D'orsay, Molinard, Coty, Lubin, Guerlain, Fragonard …,  des plus grands verriers: Lalique, Viard, Dépinoix, Gaillard, Jollivet..., des plus grandes verreries: baccarat…

decembre-2011-0014.JPGLe salon des collections autour du parfum a lieu à l'espace Chiris. Il a connu un véritable succès. Logique, étant donnée la renommée de la ville.
« Ça pue ? Dis-moi si ça pue »demande une jeune fille d'une dizaine d'années à son petit camarade. Le flacon n'est même pas ouvert et déjà l'inquiétude grimpe. Un moment de doute vite balayé quand l'animateur du salon de la parfumerie laisse s'échapper l'odeur. « Ah, c'est de la lavande. Je le sens... avant même de le sentir », s'exclame la jeune fille devant l'employé du musée, amusé. Elle voulait expliquer qu'elle n'avait pas besoin de s'approcher du testeur de parfums pour reconnaître l'odeur.

decembre-2011-0001.JPG

l'usine Méro et Boyveau

 

Le Dimanche 5 Février, à l'espace Chiris, à l'occasion du salon des collections autour du parfum organisé par l'association Grasse aux parfums, les sens se sont entremêlés pour les nombreux visiteurs. Plusieurs centaines de visiteurs se sont pressés autour des échantillons, des flacons, des cartes et des boîtes à poudre qui jalonnaient la grande salle. Un lieu symbolique dans l'histoire du parfum à Grasse. « Il faut se souvenir que jusqu'au début du XXe siècle, les ouvriers de la parfumerie travaillaient ici. Des centaines de personnes faisaient l'effleurage. Pour cette raison, avoir un salon autour du parfum à l'espace Chiris est exceptionnel.

decembre-2011-0021.JPGdecembre-2011-0032-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Le salon a connu un véritable succès international. Parmi les 85 exposants, on trouvait des Italiens, des Danois, des Américains, des Allemands, des Anglais, des Russes, des Belges et des Suisses. Exemple ce couple d'Anglais spécialement déscendu d'outre manche pour acheter des objets du XIXé siécle et qui seront repartis avec plusieurs piéces atteignant les 8000 euros chacune. Au total, ce sont plus de 300 mètres linéaires de flacons exposés. Des journalistes étrangers étaient même présents dans les allées, comme Paul Edmund, de Munich : «C'est une belle initiative, que ce soit pour l'industrie du parfum ou pour la ville de Grasse.  Des reporters de l'International Herald Tribune et du Financial Times», sont éblouis. La mal aimée de la Cote d’Azur prend sa revanche !

decembre-2011-0026.JPG L'usine Roure

 

En attendant les grands titres de la presse internationale, les partenaires ont fait les choses en grand. Outre le musée international de la parfumerie, la ville de Grasse, la communauté d'agglomération Pôle Azur et la société Scentis sont venus en aide à l'association Grasse Parfums.

decembre-2011-0035.JPGLe président de l'organisation est ravi. « Nous avons réussi à réunir tous les passionnés dans le berceau de la parfumerie grassoise. Et nous avons des expositions annexes avec celle de photos de la parfumerie. Les enfants peuvent aussi réaliser des flacons en pain d'épice grâce à l'association "Mieux comprendre et vivre l'hydrocéphalie et la syringomyélie". La Mal aimée n’a pas oublié son histoire :

decembre-2011-0038.JPG l'usine Chiris

 

Dans l'Antiquité, les parfums étaient lies au sacre. On communiquait, par exemple, avec les dieux en brûlant des résines. Des plantes et des résines odorantes étaient données en offrande. Par la suite, les hommes enduisirent leur corps de pommades et de parfums afin de se rapprocher du divin. On prêtait également des vertus thérapeutiques à ces parfums qui étaient considérés comme aussi précieux que l'or ou l'argent. Les Croisés ramenèrent d'Orient matières premières et techniques de fabrication et introduisirent ainsi le parfum en Europe.

decembre-2011-0043.JPG L'ancienne usine Chiris

 

Les bonnes odeurs étaient censées désinfecter et protéger des épidémies, ce qui expliqua le succès immédiat de la parfumerie. Cependant les femmes ne tardèrent pas à en comprendre toute la sensualité et s'en servirent comme arme de séduction, ce que reprouva violemment l'Eglise.

decembre-2011-0055.JPGDurant la Renaissance, de nouvelles senteurs arrivent des Indes et des Amériques. Les parfums sont alors violents pour masquer la puanteur qui règne dans les cours royales, en particulier à Versailles à la cour de Louis XIV où les élémentaires règles d'hygiène sont absentes. En effet, les bains sont fortement déconseillés, accusés de propager des maladies.

decembre-2011-0117-copie-1.JPGAu 16eme siècle, Grasse est célèbre pour ses tanneries. Les cuirs sortant des ateliers de la ville sont splendides mais les gantiers déplorent l'odeur désagréable se dégageant de ces produits destinés a une clientèle fortunée. Ils vont alors avoir l'idée d'utiliser des essences naturelles tirées des fleurs de la région pour parfumer les peaux. Cette innovation marque la naissance de la corporation des gantiers parfumeurs. Paradoxalement, l'industrie du cuir va décliner, victime d'impôts trop élevés alors que l'industrie du parfum devient a Grasse l'activité principale.... et de nos jours le mythe continue !

decembre-2011-0087.JPGdecembre-2011-0141-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Encore de nos jours, la parfumerie est toujours le plus important secteur d'activité de Grasse, 4 500 personnes travaillent dans les entreprises elles mêmes, et c'est 12 000 Grassois qui vivent des emplois générés par le parfum, de la cueillette des plantes à la vente des flacons. La Mal aimée continue de participer à la légende de la Cote d’Azur…
decembre-2011-0146-copie-1.JPGdecembre-2011-0140.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  *C'est en 1921 à Grasse que le légendaire N°5 se déploie sans note dominante, distillant une richesse florale voluptueuse avec pas moins de 80 éléments dont la puissance est démultipliée par une audacieuse surdose d'aldéhydes. Ce mariage entre les corps synthétiques et les ingrédients naturels imposera un vocabulaire résolument nouveau en parfumerie. Au cœur du N°5, des matières premières naturelles d'exception ylang ylang, jasmin et néroli de Grasse qui en feront sa réputation éternelle... C’est à la parfumerie Molinard que vous pouvez voir celui qui est considéré comme le plus prestigieux, le plus beau flacon de tous les temps, crée par le maître-verrier  Lalique: Le baiser du Faune. Un flacon à 10000 euros.

decembre-2011-0095.JPGEn attendant, dans mon diaporama, vous en découvrirez des pas mal non plus !
** L’industrie du parfum est estimée globalement à  56 milliards d'euro dans le monde.
*** les photos des usines présentées sur cet article sont : Chiris, Givaudan-Roure, Robertet, Orgasynth et Lautier.
Si vous voulez revoir mon article sur les trois mousquetaires de la parfumerie : Fragonard, Gallimard, Molinard, c’est ICI

decembre-2011-0139.JPG

decembre-2011 0113DIAPORAMA DE FLACONS SUR LE SALON


  
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS

Articles Récents