Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 08:01

decembre-2011-0193.JPG Tourrettes sur loup est le seul endroit en France où la violette est cultivée comme culture unique ou principale .. Vers 1880, l'activité agricole de la commune s'est essentiellement tournée vers cette fleur. Viola odorata  est une espèce spontanée, très commune en Europe septentrionale de plaine et méridionale de moyenne montagne.

decembre-2011-0034.JPGdecembre-2011-0220-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1875, on cultive dans la région de Grasse de nombreuses variétés longtemps dominées par la violette de Parme. Aujourd'hui seule la variété Victoria est cultivée à Tourrettes sur Loup. Elle se caractérise par une fleur simple pétalée, dressée sur un long pédoncule de près de 25 cm. Le pétiole de sa feuille est de même longueur.

decembre-2011-0048-copie-1.JPGdecembre-2011-0089-copie-2.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La violette Victoria est très odorante, il suffit de longer les parcelles de culture, d'Octobre à Mars, pour en respirer le parfum. Les parcelles cultivées sont de petite dimension (de 300 m2 à 2 hectares), en restanques, d'accés difficile pour les machines. La culture de la violette à Tourrettes sur Loup est essentiellement basée sur le travail manuel et exige de bonnes aptitudes physiques: souplesse du dos et des jambes pour les travaux au sol, dextérité pour la récolte et la confection des bouquets.

decembre-2011-0080.JPGDe nouvelles techniques de culture (hors sol en banquettes ou en boudins suspendus) allègent le travail et suppriment le désherbage chimique ou manuel. Une demi-douzaine d'exploitation, réparties sur 8 hectares, cultive la violette, en plein air ou sous abri froid. Du 15 octobre au 15 Mars, les fleurs sont cueillies en bouquet de 25, entourés de quelques feuilles. En fin de saison, quand la floraison est plus abondante, la fleur est cueillie sans la tige pour la confiserie (7600 fleurs au kilo).

decembre-2011-0137.JPGdecembre-2011-0106.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Début Mai et fin Juillet, la feuille est fauchée et livrée le jour même dans les usines de Grasse pour y être transformée en concrète, puis en absolu qui entre dans la composition de nombreux grands parfums. Restanques gorgées de soleil, sol profond où poussent en voisins le bigaradier, la rose centifolia et le jasmin, hiver sans gel ni neige, été sec suivi d'automne doux et pluvieux: le terroir de Tourrettes sur Loup convient parfaitement à l'épanouissement de cette fleur secrète, raffinée et parfumée.

decembre-2011-0023-copie-1.JPGLa saison est clôturée par la Fête des Violettes qui a lieu, en général, fin fevrier ou debut Mars, en fonction de la floraison. Les rues du village sont animées dès le matin avec des aubades musicales et les danses de la souche. Tout le village est fleuri et sent bon la douceur de vivre en ce début de printemps.

decembre-2011-0076-copie-1.JPGdecembre-2011-0134-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant que la messe se déroule dans l'église Saint Grégoire, les restaurateurs se préparent afin d'accueillir au mieux les visiteurs qui s'installeront aux terrasses des cafés et restaurants pour profiter agréablement du spectacle qu'est le Corso Fleuri . La journée se clôture par la Bataille de Fleurs à laquelle tout le monde participe.

decembre-2011-0062.JPG1952, c'est loin, mais pourtant beaucoup d'azuréens s'en souviennent, de cette première fête de la violette. L'excitation de la nouveauté, l'ardeur de tous, la joie des enfants, le parfum des fleurs, comme un nuage poudré sur le village...
A l'origine, la fête est destinée à célébrer les spécialités du terroir tourrettan: les violettes, les créations des artisans d'art nouvellement installés dans le village, mais aussi l'huile d'olive nouvelle.

decembre-2011-0065-copie-1.JPGdecembre-2011-0074.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  En 1952, on compte une quarantaine de producteurs de violettes. Il est donc facile de fournir aux écoles de quoi exécuter des petits motifs. Vélos, poussettes, ânes sont ainsi transformés en montures fleuries qu'enfourchent gaiement les enfants. Le petit corso part de la place Mirabeau et tourne sur la place de la Libération pour de mémorables batailles de fleurs.

decembre-2011-0097.JPGdecembre-2011-0082.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On a réservé la barbacane à la vente des spécialités tourrettanes: à chaque extrémité, les stands des deux moulins à huile de Tourrettes; au milieu, celui, abondamment décoré, du comité des fêtes. Entre ces points clefs, se succèdent les étals des producteurs de violettes et des tisserands: Brauen, Mietens, Walfard... Il se vend énormément de fleurs se souviennent les témoins.

decembre-2011-0149-copie-1.JPGdecembre-2011-0054.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fête attire de nombreux spectateurs, venus des villages alentours, et jusqu'à Nice. Mais aussi de la capitale ou de toute l'Europe: ce sont les amis des artistes et artisans d'art, dont certains tiennent boutique à Paris. De plus, Tourrettes est à la mode, Marcel Carné et Prévert l'ont fait connaître, de nombreux films s'y tournent. Des artistes du monde du cinéma comme Marcel Lherbier ou Eddie Constantine descendent chez Betsy, à l'hôtel du Ménestrel, sur la place de la Libération. Les enfants sont ébahis devant les grosses voitures américaines...

decembre-2011-0094.JPGLe mouvement est lancé. La fête se recentre sur les corsos fleuris. Progrès oblige, les chars font leur apparition, les ânes et les bicyclettes sont supplantés par les véhicules à moteur. En 1983, les associations tourrettanes, nouvellement créées, s'impliquent dans la manifestation et réalisent leurs propres chars. Amplement étoffée, la fête des violettes attire une foule de plus en plus nombreuse.

decembre-2011-0201.JPGdecembre-2011-0164.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2002, pour marquer son cinquantenaire, la municipalité a décidé de la doter d'un nouvel éclat et de lui redonner ses accents de terroir. Trois jours de réjouissances avec des points forts comme le corso fleuri, bien sûr, mais aussi une brissaudo traditionnelle et une exposition rétrospective célébrant le cinquantenaire... Sur la place de la Libération, cinq producteurs de violettes et des commerçants non sédentaires présentent des produits en relation avec le terroir: miel, nougat, huile d'olive, vin, pains d'épices. Le tout baignant dans la musique et la danse.

decembre-2011-0167-copie-1.JPGEnfin, manière de rendre hommage à l'initiateur de la manifestation, les artisans décorent leurs vitrines dans le vieux village. C'est l'histoire d'un des pionniers de l'artisanat d'art tourrettan qui fut aussi l'initiateur de la fête des violettes. Parisien d'origine anglaise, né en 1886, Victor Linton a créé et vendu des bijoux fantaisie et des objets de décoration à Paris, jusque dans les années 1940. Bien avant Paco Rabanne, dès 1933, il eut le premier l'idée d'utiliser une nouvelle matière synthétique, le Rhodoïd, à des fins décoratives.

decembre-2011-0202.JPGdecembre-2011-0208.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la fin des années 40, Linton découvre Tourrettes: un vrai coup de coeur. En 1947, il a alors 61 ans, il acquiert deux maisons contiguës en ruine dans la Grand rue sur le "ravin" et les restaure entièrement - elles appartiennent toujours à la famille. "Il avait un amour fou pour le village" se souvient sa belle fille. Les Tourrettans qui l'ont connu le décrivent comme un monsieur "distingué et charmant", toujours souriant et d'une élégance toute britannique. Il se promenait dans la Grand rue, en pantalon de tweed, chemise blanche, cravate ou foulard et porte-cigarettes.

decembre-2011-0225-copie-1.JPGBien avant le règne du marketing, il avait compris qu'il faut créer de l'animation pour attirer les clients. Ainsi, il organise des expositions dans sa boutique-galerie, donne des cours de peinture, emmène ses élèves peindre sur le vif les paysages tourrettans. Mais son ardeur ne s'arrête pas à la mise en avant de ses propres créations.

decembre-2011-0233.JPGdecembre-2011-0234.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Pour promouvoir le village, il incite la municipalité, les producteurs de violettes et les artisans à organiser une fête qui donnera aux premiers l'occasion de valoriser cette spécialité rare et aux seconds, la chance d'exposer leurs créations hors de leurs boutiques. On connaît la suite... Victor Linton était un Tourrettan de coeur. Depuis 1960, il repose dans le cimetière du village qu'il aimait tant.

decembre-2011-0230.JPG

                          DIAPORAMA DE LA VIOLETTE


 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 15:15

decembre-2011-2163.JPGdecembre-2011-2168.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autour de 1880, le mimosa, originaire d’Australie, fait son apparition sur les pentes de la Croix des Gardes (Cannes), vraisemblablement introduit par l’un des grands hôtes hivernaux, comme le Duc de Vallombrosa, le Marquis de Morès ou Lord Brougham.

decembre-2011-0075.JPGLa Société d’Horticulture et d’Acclimatation contribue alors largement à sa promotion. Les mimosistes vont, dès lors, se multiplier dans la région, à Mandelieu, Pégomas, Tanneron ou La Roquette formant ce que l'on appelle "Le triangle d'or". Les marchés se développèrent et des wagons entiers de mimosa quittaient tous les jours la gare de La Napoule pour le nord de la France et pour l’étranger.

decembre-2011-2171.JPGdecembre-2011-2175.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mimosa ayant ainsi participé au développement de l’économie locale, il est fêté chaque année par les habitants de Mandelieu-La Napoule. Officiellement célébrée pour la première fois en 1931, la Fête du Mimosa connaît depuis, un vif succès. Elle n’a cessé de prendre de l’envergure passant d’un corso fleuri à une grande fête populaire aujourd’hui largement reconnue. Mandelieu la Napoule en est devenu sa capitale officielle et depuis quelques années l'élection de Miss Mimosa fait parti du comité Miss France pour le concours Miss Cote d’Azur. Une exception unique en son genre.

decembre-2011-0103.JPGSelon la tradition, l’organisation de la fête est confiée aux habitants de la commune, à ses associations et à son Comité d’Animation. Ensemble, dans la bonne humeur, ils fleurissent les chars de mimosa fraîchement cueilli. Un travail méticuleux de tressage des branches autour des sujets réalisés chaque année selon la thématique choisie. La bonne volonté de tous, donne à la fête une ambiance folklorique authentique reconnue par tous ses visiteurs.

decembre-2011-2189.JPGdecembre-2011-0041-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La dernière édition de la Fête du Mimosa en février 2011, autour du thème de l'écologie a accueilli plus de 200 000 visiteurs sur l’ensemble des sites de la manifestation (centre-ville, bord de Mer, quartiers de la ville). Le corso de mimosa de Mandelieu se place ainsi à la troisième place des corsos carnavalesques après le carnaval de Nice et la fête du citron à Menton.

decembre-2011-0036.JPGLes retombées médiatiques et économiques engendrées par l’ensemble des éditions de la Fête du Mimosa permettent désormais de positionner la manifestation parmi les grands événements hivernaux de la Côte d’Azur. La Fête du Mimosa de Mandelieu-La Napoule utilise exclusivement du mimosa cultivé dans les forceries locales. C’est ainsi que les 15 tonnes de mimosa utilisées chaque année pour fleurir les chars et pour les batailles de fleurs sont achetées aux producteurs du Massif de Tanneron.

decembre-2011-0045.JPGdecembre-2011-0162.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Fête, tout en préservant son aspect populaire et folklorique, contribue donc à soutenir l’activité des mimosistes locaux. De plus, certains mimosistes se tournent aujourd’hui vers le tourisme et font découvrir leur métier aux visiteurs qui viennent les rencontrer. Ce sont donc Russes, Italiens, Hollandais, Allemands, Anglais et Américains qui découvrent cette tradition populaire de notre région.

decembre-2011-0089-copie-3.JPGLa Route du Mimosa historique appelé aussi la route d'or s’étend de Mandelieu la Napoule à Grasse. Cet itinéraire touristique, recommandé de janvier à mars, est typiquement le symbole d’une Riviera Côte d’Azur hivernale qui propose sous un climat doux, une sorte de villégiature itinérante entre bleu azur et jaune soleil.

decembre-2011-2198.JPGdecembre-2011-2199.JPG
Mandelieu-La Napoule est une des étapes de cet itinéraire de découverte, du département des Alpes Maritimes, qui montre tous les aspects du mimosa. En effet, chaque étape a sa spécificité. A Mandelieu-La Napoule, il ne faut pas manquer durant toute la période de floraison, de janvier à mars,  les randonnées pédestres ou excursions en voiture dans la plus grande forêt de mimosa d’Europe, la rencontre avec les mimosistes et ainsi la chance d’assister à toutes les étapes de la vie d’une fleur : de son éclosion au parfum qui en sera extrait.

decembre-2011-0180.JPGJe ne ferai pas la publicité pour un mimosiste particulier si celui ci ne m'aurait pas si extraordinairement accueilli et s’il avait eu des intentions commerciales. Non Non ! Au contraire le mimosite en question ne me connaissant absolument pas a été d'un accueil vraiment chaleureux. Jean Paul Reynaud et sa fille Cécile de « Direct Mimosa » font parti de ces familles Pégomassoises qui ont l'art de recevoir.

mars-2012-2212.JPGmars-2012-2229.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Cette année le corso carnavalesque a pour thème les animaux. Sous une pluie de mimosa, les spectateurs sont partis les bras chargés de la fleur du soleil.
Les chars habillés par les bénévoles sont l’étendard fleuri de la tradition Mandelocienne. Il y avait le chars des animaux « domestiques » « des polaires » les pas frileux , celui des « insectes » attention aux piqures, « la savane » , celui des « aquatiques », le char « les fantastiques » qui laisse parler votre imagination, la « jungle », la « préhistoire », l’ »éléphant » ou encore celui des « jupes » la célébration des quatre éléments : la terre, l’eau, le feu et l’air.

mars-2012-0049-copie-1.JPGRejoint par le cirque de Lydia Zavatta, le corso prend la forme d’un tableau animalier vivant avec la présence de chevaux, chameaux, tigres, lamas et buffles à grande corne. Sur prés de deux heures le public a de nouveau était conquis et sous le charme de l’un des plus beaux corsos de France.

mars-2012-2249.JPGmars-2012-0086.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques données chiffrées : La production de fleurs coupées (chiffres 2010) s’étend sur 120 hectares dans les Alpes-Maritimes (Mandelieu – La Roquette – Pégomas – Auribeau – Cannes). La production de mimosa représente 650 tonnes pour les Alpes-Maritimes soit 10 millions de tiges. 90% de cette production part à l’exportation (Les principaux revendeurs sont la Hollande, l’Allemagne, la Suisse, la Norvège, l’Italie, les USA, le Canada et le Japon...)

mars-2012-0055.JPGL’autre partie de la production est utilisée pour les différents corsos qui se déroulent sur toute la Côte d’Azur de Mandelieu à Pégomas et même à Biot au cœur du pays Templier, mais également lors des grandes fêtes telles le Carnaval de Nice. Le chiffre d’affaires généré est évalué entre 4 et 6 millions d’euros. Prix de vente moyen : 5 euros/kilo (au départ de l’exploitation).Aujourd’hui, de janvier à mars, 5 millions de bouquets sont envoyés dans le monde entier.

mars-2012-0125.JPGmars-2012-0138-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jaune lumière, le mimosa est l'une des fleurs les plus usitées en matière de symbolisme. D'une senteur délicate, elle nous parle avec l'accent du Midi. Ici et là, la fleur rayonne et représente tout naturellement le Soleil. Dans le langage des fleurs, le mimosa est l'évocation d'amours secrètes : personne ne sait que je vous aime. Il sous-entend aussi la sécurité, une sensibilité exacerbée.

mars-2012-0153.JPGIl dit aussi : vous êtes mon seul amour. C'est également la fleur des retrouvailles. Symbole de l'or et du soleil, le mimosa est aussi l'image de la vie triomphante, en raison de la dureté de son bois et de la victoire sur les forces du mal.

mars-2012-0160.JPGmars-2012-0188.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les plus belles marques de la Parfumerie française utilisent le mimosa dans leurs fragrances les plus célèbres… Amarige des Parfums Givenchy, Paris de Yves Saint Laurent, Guerlain pour son parfum Champs Elysées, Moment Suprême de Jean Patou et sont bien sur élaborées dans la capitale mondiale du parfum: Grasse.
Le mimosa fut également une source d’inspiration pour ces peintres qui ont été si largement séduits par la Côte d’Azur. Notamment:
Claude Monet, Raymond Peynet, Pierre-Auguste Renoir, Chaïm Soutine, Raoul Dufy, Pierre Bonnard, Marc Chagall, Jean Cocteau…

mars-2012-0170.JPG

                              DIAPORAMA DU CORSO


 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 08:22

decembre-2011-0012-copie-1.JPG Ce salon a pour objectif de réunir, dans un lieu historique de la parfumerie grassoise, l'espace Chiris, les passionnés, collectionneurs et toute personne intéressée par l'univers de la parfumerie. Une rétrospective sur les fleurs à parfum à travers les étiquettes des flacons est proposée aux visiteurs. Ceux-ci peuvent acheter ou admirer flacons, cartes parfumées, boîtes à poudre,  miniatures, vieux papiers, livres… des plus grands parfumeurs : Caron, Roger Gallet, Piver, Gabilla, D'orsay, Molinard, Coty, Lubin, Guerlain, Fragonard …,  des plus grands verriers: Lalique, Viard, Dépinoix, Gaillard, Jollivet..., des plus grandes verreries: baccarat…

decembre-2011-0014.JPGLe salon des collections autour du parfum a lieu à l'espace Chiris. Il a connu un véritable succès. Logique, étant donnée la renommée de la ville.
« Ça pue ? Dis-moi si ça pue »demande une jeune fille d'une dizaine d'années à son petit camarade. Le flacon n'est même pas ouvert et déjà l'inquiétude grimpe. Un moment de doute vite balayé quand l'animateur du salon de la parfumerie laisse s'échapper l'odeur. « Ah, c'est de la lavande. Je le sens... avant même de le sentir », s'exclame la jeune fille devant l'employé du musée, amusé. Elle voulait expliquer qu'elle n'avait pas besoin de s'approcher du testeur de parfums pour reconnaître l'odeur.

decembre-2011-0001.JPG

l'usine Méro et Boyveau

 

Le Dimanche 5 Février, à l'espace Chiris, à l'occasion du salon des collections autour du parfum organisé par l'association Grasse aux parfums, les sens se sont entremêlés pour les nombreux visiteurs. Plusieurs centaines de visiteurs se sont pressés autour des échantillons, des flacons, des cartes et des boîtes à poudre qui jalonnaient la grande salle. Un lieu symbolique dans l'histoire du parfum à Grasse. « Il faut se souvenir que jusqu'au début du XXe siècle, les ouvriers de la parfumerie travaillaient ici. Des centaines de personnes faisaient l'effleurage. Pour cette raison, avoir un salon autour du parfum à l'espace Chiris est exceptionnel.

decembre-2011-0021.JPGdecembre-2011-0032-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Le salon a connu un véritable succès international. Parmi les 85 exposants, on trouvait des Italiens, des Danois, des Américains, des Allemands, des Anglais, des Russes, des Belges et des Suisses. Exemple ce couple d'Anglais spécialement déscendu d'outre manche pour acheter des objets du XIXé siécle et qui seront repartis avec plusieurs piéces atteignant les 8000 euros chacune. Au total, ce sont plus de 300 mètres linéaires de flacons exposés. Des journalistes étrangers étaient même présents dans les allées, comme Paul Edmund, de Munich : «C'est une belle initiative, que ce soit pour l'industrie du parfum ou pour la ville de Grasse.  Des reporters de l'International Herald Tribune et du Financial Times», sont éblouis. La mal aimée de la Cote d’Azur prend sa revanche !

decembre-2011-0026.JPG L'usine Roure

 

En attendant les grands titres de la presse internationale, les partenaires ont fait les choses en grand. Outre le musée international de la parfumerie, la ville de Grasse, la communauté d'agglomération Pôle Azur et la société Scentis sont venus en aide à l'association Grasse Parfums.

decembre-2011-0035.JPGLe président de l'organisation est ravi. « Nous avons réussi à réunir tous les passionnés dans le berceau de la parfumerie grassoise. Et nous avons des expositions annexes avec celle de photos de la parfumerie. Les enfants peuvent aussi réaliser des flacons en pain d'épice grâce à l'association "Mieux comprendre et vivre l'hydrocéphalie et la syringomyélie". La Mal aimée n’a pas oublié son histoire :

decembre-2011-0038.JPG l'usine Chiris

 

Dans l'Antiquité, les parfums étaient lies au sacre. On communiquait, par exemple, avec les dieux en brûlant des résines. Des plantes et des résines odorantes étaient données en offrande. Par la suite, les hommes enduisirent leur corps de pommades et de parfums afin de se rapprocher du divin. On prêtait également des vertus thérapeutiques à ces parfums qui étaient considérés comme aussi précieux que l'or ou l'argent. Les Croisés ramenèrent d'Orient matières premières et techniques de fabrication et introduisirent ainsi le parfum en Europe.

decembre-2011-0043.JPG L'ancienne usine Chiris

 

Les bonnes odeurs étaient censées désinfecter et protéger des épidémies, ce qui expliqua le succès immédiat de la parfumerie. Cependant les femmes ne tardèrent pas à en comprendre toute la sensualité et s'en servirent comme arme de séduction, ce que reprouva violemment l'Eglise.

decembre-2011-0055.JPGDurant la Renaissance, de nouvelles senteurs arrivent des Indes et des Amériques. Les parfums sont alors violents pour masquer la puanteur qui règne dans les cours royales, en particulier à Versailles à la cour de Louis XIV où les élémentaires règles d'hygiène sont absentes. En effet, les bains sont fortement déconseillés, accusés de propager des maladies.

decembre-2011-0117-copie-1.JPGAu 16eme siècle, Grasse est célèbre pour ses tanneries. Les cuirs sortant des ateliers de la ville sont splendides mais les gantiers déplorent l'odeur désagréable se dégageant de ces produits destinés a une clientèle fortunée. Ils vont alors avoir l'idée d'utiliser des essences naturelles tirées des fleurs de la région pour parfumer les peaux. Cette innovation marque la naissance de la corporation des gantiers parfumeurs. Paradoxalement, l'industrie du cuir va décliner, victime d'impôts trop élevés alors que l'industrie du parfum devient a Grasse l'activité principale.... et de nos jours le mythe continue !

decembre-2011-0087.JPGdecembre-2011-0141-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Encore de nos jours, la parfumerie est toujours le plus important secteur d'activité de Grasse, 4 500 personnes travaillent dans les entreprises elles mêmes, et c'est 12 000 Grassois qui vivent des emplois générés par le parfum, de la cueillette des plantes à la vente des flacons. La Mal aimée continue de participer à la légende de la Cote d’Azur…
decembre-2011-0146-copie-1.JPGdecembre-2011-0140.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  *C'est en 1921 à Grasse que le légendaire N°5 se déploie sans note dominante, distillant une richesse florale voluptueuse avec pas moins de 80 éléments dont la puissance est démultipliée par une audacieuse surdose d'aldéhydes. Ce mariage entre les corps synthétiques et les ingrédients naturels imposera un vocabulaire résolument nouveau en parfumerie. Au cœur du N°5, des matières premières naturelles d'exception ylang ylang, jasmin et néroli de Grasse qui en feront sa réputation éternelle... C’est à la parfumerie Molinard que vous pouvez voir celui qui est considéré comme le plus prestigieux, le plus beau flacon de tous les temps, crée par le maître-verrier  Lalique: Le baiser du Faune. Un flacon à 10000 euros.

decembre-2011-0095.JPGEn attendant, dans mon diaporama, vous en découvrirez des pas mal non plus !
** L’industrie du parfum est estimée globalement à  56 milliards d'euro dans le monde.
*** les photos des usines présentées sur cet article sont : Chiris, Givaudan-Roure, Robertet, Orgasynth et Lautier.
Si vous voulez revoir mon article sur les trois mousquetaires de la parfumerie : Fragonard, Gallimard, Molinard, c’est ICI

decembre-2011-0139.JPG

decembre-2011 0113DIAPORAMA DE FLACONS SUR LE SALON


  
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 20:37

decembre-2011-0024.JPG Le village de Pégomas, qui accroche aux premières collines, entre le littoral et les hauteurs de Grasse, est un lieu où la vie s’écoule paisiblement. Pégomas est par ailleurs l’une des étapes de la Route d’Or ainsi que de la Route du Mimosa qui rendent hommage à cet arbre. Fleur fétiche de la Commune, de décembre à mars, toutes les collines se parent d'une magnifique couleur or...

decembre-2011-0027.JPGComme le veut cette tradition qui fête le Mimosa, ce sont les habitants bénévoles de Pégomas qui sont chargés des décorations de la fête des Mimosas, et dans la bonne humeur  et il en faut quand le temps n' a pas voulu etre au rdv !
Deux jours pour célébrer les petites boules jaunes, pour finir en apothéose le dimanche avec le Grand Corso du Mimosa, où les brins et bouquets vont voler dans les airs, dégageant leur parfum si agréable, pour la plus grande joie des spectateurs... (revoir mon précedent article)

decembre-2011-0029.JPGLa confrérie du mimosa a pour but la défense et la promotion du mimosa de son terroir ou il est cultivé par des horticulteurs appelés « mimosistes » pour la production et la vente de bouquets. Pégomas est au cœur de ce terroir. C’est sa spécificité et sa richesse. Le corso du mimosa qui se tient chaque année le dernier dimanche de janvier en est la manifestation emblématique.

decembre-2011-0012.JPGdecembre-2011-0032.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  La confrérie est particulièrement active au cours des mois de préparation, dans l’ombre, pour que l’apothéose du corso soit un éclat de soleil (en principe).
Des le mois de novembre il faut construire le squelette des structures. Les bénévoles de la confrérie coupent taillent, soudent dans l’atelier municipal les structures qui illustreront le thème choisi par le service des fêtes de la mairie. Ces structures de fer devront ensuite être « habillé » de grillage qui lui donnera forme et serviront pour recevoir le moment venu son habit de mimosa. Quelques jours avant la fête, les éléments seront juchés et solidement fixé  et se promèneront pendant le corso.

decembre-2011-0048.JPGMaintenant il faut faire vite dans les trois ou quatre jours qui précèdent le corso les mimosistes devront cueillir et livrer 2 a 3 tonnes de mimosa fleuri, qu’il faudra effeuiller. La tout les bénévoles du village doivent se réunir et participer. Vendredi après midi les mamies (et papy) du club inter age des jasmins effeuillent le mimosa pendant que les volontaires commencent la décoration  par les parties vertes . Et samedi une cohorte de bénévoles, petits ou grands s’active autour  pour les fleurir de leur parure de soleil.

decembre-2011-0040.JPGdecembre-2011-0041.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est à la fin du 19ème siècle qu'apparait dans le sud de la France le Mimosa, originaire d'Australie, et acclimaté avec passion à notre climat. Dès lors nombreux sont les mimosistes qui vont cultiver cet arbre et vendre d'énormes quantités de fleurs dans le monde entier.

decembre-2011-0063.JPGC'est au cœur du petit village de Pégomas que s'est établit la Confrérie du Mimosa, créée en 1998 par les mimosistes du coin. Ils sont une trentaine à s'être réunis en vue de promouvoir la petite fleur jaune à travers des visites et des festivités qui se déroulent essentiellement dans le triangle d'or, à savoir : Pégomas, Mandelieu et Tanneron où le mimosa est omniprésent et constitue la plus grande foret d'europe.

decembre-2011-0053.JPGdecembre-2011-0060.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  La fête du Mimosa, dont la première remonte à 1931 à Mandelieu-la-Napoule, est donc une vraie fête populaire, qui célébre une culture et économie locale importante du 19ème siècle. Son succès ne se dément pas depuis, et aujourd'hui ces manifestations attirent de nombreux spectateurs enthousiastes  qui viennent de toutes les regions francaises et meme au dela des Alpes !

decembre-2011-0079.JPGAvec mes précedents articles, je vous ai tout dit sur le mimosa dans les Alpes Maritimes et sa culture ainsi que ses forceries. Alors evoquons un petit peu l'histoire de cette commune agricole traversée par la riviere de la Siagne.
L’histoire de Pégomas commence au XII° siècle, au moment où les comtes de Tolosa vendirent le territoire de Pégomas aux moines de l’Abbaye de Lérins à Cannes. Peu à peu, la qualité de terres fut reconnue et l’agriculture se développa. Les habitants furent alors nombreux à s’installer à Pégomas.

decembre-2011-0081.JPGdecembre-2011-0083.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au XVI° siècle suite aux ravages de la peste et du cholera ce sont  des familles italiennes de la region de Genes (les figons) qui arrivèrent à Pégomas et commencèrent à cultiver les terres. Ils plantèrent des oliviers, des arbres fruitiers et des vignes. C’est à cette époque que la culture des plantes aromatiques, dont le mimosa, se développa. Aujourd'hui encore, la culture du mimosa est le principal orgueil local, Pegomas étant une étape importante sur la fameuse "Route d'Or" qui serpente sur tout le massif du Tanneron pour finir sa route dans la capitale du mimosa: Mandelieu la Napoule.
decembre-2011-0065.JPG**Le mystère du blason de Pegomas, celui de l'éléphant. Pourquoi cet emblème communal ? Parce que, à la Révolution Francaise, l'État avait demandé à chaque commune de se trouver un blason. À Pégomas, on a fait la sourde oreille, ayant bien d'autres préoccupations dans un monde rural où la vie quotidienne n'était pas toujours facile, puis parce que les troupes de la revolution ont toujours été mal perçu dans notre departement ... L'État  par l'intermediaire du juge général d'armes, Charles-René d'Hoziera a donc décrété arbitrairement d'office que ce serait l'éléphant, ce sympathique pachyderme dont on dit qu'il a une incroyable mémoire et qui finalement depuis fait la fierté des Pégomassois.

decembre-2011-0070.JPG

decembre-2011-0088.JPG                                  DIAPORAMA DE LA FETE



 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 19:04

photos-aout2011-0008-copie-1.JPG Non loin de la frontière, à soixante-dix kilomètres de Nice, dans une région que l'on appelle la Ligurie, il est un endroit sur la Riviera italienne où se trouve une jolie petite ville au bord de la mer. Là, il semblerait que les plages soient restées figées au début du siècle dernier. Tous les soirs les habitants sortent sur la jetée, pour se promener et faire la causette.

photos-aout2011-0003.JPGphotos-aout2011-0005.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette ville du nom d'Imperia est la petite sœur jumelle italienne de Nice. Imperia doit son nom à la rivière Impero qui se jette dans la Méditerranée à cet endroit. Imperia est en fait la fusion, en 1923, de deux communes antérieures: Oneglia, côté est, Porto Maurizio, côté ouest et sept autres villages plus petits.

photos-aout2011-0016-copie-1.JPGImperia est entourée de collines portant des palmiers et des oliviers, autre ressemblance à la capitale de la cote d’azur. Les principales activités de la ville et de sa région sont le tourisme et la culture des fleurs. C'est aussi un centre de commerce d'huile d'olive. La variété d’oliviers de la région s’appelle Taggiasca, cet olivier est lui aussi l’équivalent Niçois du Cailletier. Aujourd'hui c’est une des plus célèbres olives pour la production d’huile, et surtout l'un des meilleurs produit sur le marché.

photos-aout2011-0017.JPGphotos-aout2011-0023.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  La Riviera Ligurienne, est l'habitat naturel pour l'excellence en ce qui concerne la culture de cet arbre. C'est parce que le climat est très doux et comparable à celui de la Cote d’Azur. 

Pour se rendre au château du célèbre clown « Grock », il faut sortir par l’autoroute à Imperia Est, je commence donc ma visite par Oneglia la ville natale de l'Amiral Génois Andrea Doria (1466-1560), un des plus grands généraux et des meilleurs marins de son siècle, allié à Charles Quint et à la maison de Savoie à la suite de la trahison de François 1er. Oneglia est en fait le vrai centre urbain d’Imperia car Porto Maurizio est un peu à l’écart et se trouve 3,5 km plus loin.

photos-aout2011-0047.JPGOneglia est une particularité linguistique en Ligurie car dans ce quartier d'Imperia la grande ville italienne la plus proche des Alpes Maritimes et de la Cote d’Azur, on y parle pas le ligure, mais le piémontais. Pour la simple raison que celle ci fut enclavée dans la République de Gênes, a longtemps appartenu à la Maison de Savoie en tant que principauté. Et dès 1614 et jusqu'en 1796, puis de 1814 à 1848, le territoire d'Oneille (Oneglia) devenait le siège de l'une des préfectures du ressort du Sénat de Nice.

photos-aout2011-0044-copie-1.JPGphotos-aout2011-0055-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est le rattachement du comté de Nice à la France qui a fait de cette dernière ville, un chef-lieu de province Italienne. Oneglia/Imperia est la capitale de l’alimentation méditerranéenne et, en particulier, de la production de la pasta, depuis 1824, la firme Agnesi lie son nom à la Pasta et à la ville. La partie intéressante d’Oneille est le port et le quartier développé au XIXème siècle autour de la Place Dante (entre parenthèse, Dante Alighieri est à l’Italie ce que Molière ou Shakespeare est aux français et aux britanniques) et de la Via Bonfante.

photos-aout2011-0048-copie-3.JPG I pescatori vendono il pesce direttamente al popolo di Imperia

 

Les Rues à Arcade font tout de suite pensées à la place Masséna et à l’avenue Jean Médecin. Laissez-vous guider le long de ses arcades et de ses magasins. Ensuite je fais un petit tour sur le port, pour voir les pécheurs qui vendent directement leurs prises de la matinée. Vers 8 heures  les pécheurs reviennent dans le port et après avoir utilisé des filets ou un chalut, filet en forme d'entonnoir fixé à l'arrière du bateau, le poisson est ensuite trié puis vendu aux clients, qui sont déjà nombreux à mon arrivée vers 9h 30. Ensuite, je récupère ma moto pour grimper sur la colline ou se trouve l’étonnant château du clown dit Grock.

photos-aout2011-0085-copie-1.JPGAdrien Wettach dit Grock est considéré comme le "roi des clowns"  par ses pairs et était une véritable star de la scène internationale depuis le début du XXe siècle jusqu'à ses adieux à la scène en 1954. Jongleur Artiste extraordinaire, Acrobate, capable de jouer une multitude d'instruments de musique, il a captivé les publics du monde entier.

photos-aout2011-0091.JPGIl découvre Imperia  complètement par hasard, en visitant sa belle-famille en vacances en 1920, et il fut tellement impressionné qu’il décida d'acheter une maison avec terrain, initialement destiné pour ses vacances. Une fois celle ci terminé, il y résidera jusqu'a sa mort survenu en 1959. Manque de bol, la villa est fermée en semaine, je me contente donc d’apercevoir celle-ci et son parc de l’extérieur par quelques ouvertures dans la clôture. Une brochure alléchante à l’entrée vante les mérites de la visite, je vous en traduis quelques passages.

photos-aout2011-0102-copie-1.JPGLe parc tout d’abord : La beauté, le charme et le mystère de ce «lieu enchanté» de la Riviera di Ponente reflète le patrimoine naturel des jardins historiques typiques de la Côte d'Azur et de la riviera des fleurs. Les chemins bien définis pour encourager la marche, alors que tout autour des colonnes de la zone, les arches audacieuses, décorations absolument unique, des fontaines et un étang avec son pont oriental, sont l'achèvement d'un paysage magnifique et fabuleux.

photos-aout2011-0083.JPGphotos-aout2011-0148.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Puis la Villa ou le château car c’est tellement gigantesque …Grock a lui même diriger le projet et les travaux signé par l'architecte Armando de Brignole, pas étonnant, par conséquent, de l'originalité de cette villa qui est difficile à définir. Un palais éclectique et extravagant qui jongle avec les styles.

photos-aout2011-0114.JPGTous les grands directeurs s’arrachaient ce grand clown, qui faisait le show à lui seul. Il effectua une prestation qui durait 45 min au cirque Medrano, à Montmartre. Il posséda aussi son propre cirque, où il occupe la scène durant toute la deuxième partie. La maison voit le jour en 1930, sur les hauteurs d’Imperia. Elle est baptisée la Villa Bianca (le nom de sa fille).

photos-aout2011-0126.JPGEn 1944, la propriété est occupée par les allemands. Après la guerre Grock vivra dans cette maison jusqu'à la fin de ses jours, en 1959. Sa fille finira par vendre la maison en 1975, mais elle finira par tomber à l’abandon. The Grock Foundation est fondée en 1999, pour tenter de sauver la maison vandalisée et délabrée, la ville d’Imperia rachète l’ensemble en 2002 et la restauration commence alors. L’ensemble est tellement alléchant que je programmerai une visite au printemps prochain.

photos-aout2011-0156-copie-1.JPGQuand au quartier de Porto Maurizio, il est situé sur un promontoire face à la mer et  a lui aussi une forte activité touristique. Son centre historique est plus intéressant qu’Oneglia, car plus vieux et plus ancien et surtout conservé dans son jus !  La cité était rattachée à Gênes depuis le XIIIème siècle, la vieille ville conserve un caractère médiéval prononcé avec de nombreuses maisons anciennes. La Basilique San Maurizio domine le quartier, elle est spectaculaire. Elle a été réalisée à la fin du XVIIIème siècle et elle est de style néoclassique. Son vestibule est impressionnant et sa coupole remarquable.

photos-aout2011-0168.JPGJe décide de retourner vers la frontière française en passant par le littoral , San Remo n’est qu’a une petite trentaine de kilomètres et Menton n’est pas loin ensuite pour récupérer l’autoroute qui me ramènera vers Grasse. En cours de route, je prends quelques clichés de la Basilica del Sacro Cuore di Gesù à Bussana, puis de quelques palais situés entre San Remo et Menton. La balade fut sympathique, dommage, il manqua le soleil…

photos-aout2011 0200

                                 DIAPORAMA DE LA BALADE


 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans NOS BALADES
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 19:49

decembre-2011-0093.JPG Mon itinéraire en photo va du lieu dit les quatre chemins à Mougins jusqu'à l’usine de la nartassiere à la limite du Cannet. Puis je reprends celui-ci à partir du chemin du vallon d’Aussel à Mouans Sartoux jusqu’au Plan de Grasse en passant par Plascassier, ensuite le canal sera couvert pour traverser la ville de Grasse et reprendra son itinéraire à ciel ouvert à partir de Peymeinade pour arriver à sa destination finale de Saint Cezaire. Bien sur à chacun de ses itinéraires, je devais revenir sur mes pas pour récupérer ma moto ce qui nous fera tout de meme une promenade d’environ 14 kilomètres à pied.

decembre-2011-0008.JPGdecembre-2011-0105.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Lord Brougham, ancien chancelier d’Angleterre, et Prosper Mérimée avaient tous deux succombé aux charmes de Cannes et de ses environs, mais ils déploraient le manque d’eau dont souffrait la côte. Dans cette région, il ne pleut parfois qu’une douzaine de jours par an et les citernes n’étaient pas assez efficaces au 19e siècle. C’est leur détermination qui est à l’origine de la construction du canal.

decembre-2011-0006.JPGL'eau a toujours manqué dans nos régions méditerranéennes. Sources, puits, citernes alimentaient chichement villes et villages. Mais à la fin du XIXème siècle, avec le développement des villes littorales comme Cannes et le développement de l'industrie grassoise, la pénurie d'eau devient un problème pour tous. Un canal dérivant les eaux de la Siagne s'imposait. En 1850, Cannes petit village de pécheurs est devenu une petite ville en plein essor touristique et démographique.

decembre-2011-0073.JPGCependant les ressources en eau sont insignifiantes pour une ville où " les villas nouvelles surgissent chaque jour ; la ville de Cannes ne possède qu'une seule fontaine, qui débite à peine un litre d'eau par seconde, et quelques puits publics, appartenant à la commune. Le développement de son économie est freiné par le manque d'eau. Depuis longtemps, la ville de Cannes, dont l'importance et le commerce s'accroissent chaque jour, se préoccupe des moyens à employer pour procurer de l'eau à ses habitants et aux marins qui fréquentent son port, le plus commerçant de l'arrondissement de Grasse.

decembre-2011-0148.JPGSi la ville de Cannes est en pleine expansion touristique, Grasse est la ville industrielle. Le tannage du cuir mais surtout l’explosion de la parfumerie et de ses cultures florales : la rose de Mai, le jasmin, la violette, la tubéreuse, la lavande et la fleur d’oranger en sont ses principales essences…. Un équipement comme le Canal de la Siagne ne pouvait concerner une seule ville. Dès lors on cherche à dériver non seulement les eaux de la rivière de la Siagne mais aussi les eaux du Loup pour les amener à Grasse, à Cannes et à Antibes, en desservant au passage les localités intermédiaires (Le Cannet, Mougins, Mouans Sartoux, Plascassier, le Plan).

decembre-2011-0112.JPGdecembre-2011-0134.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

au plus dur de l'hiver, la vegetation reste belle ! 

il n'échappera à personne que Grasse a le plus grand intérêt à cette dernière dérivation, soit au point de vue du développement des irrigations, les moulins à huile du Riou Blanquet soit au point de vue de l'accroissement des moteurs industriels et que ces deux ordres d'idée se rattachent à la fabrication de la parfumerie et à celle des huiles, les plus grandes industries du pays. Les autres activités agricoles, plantes à parfum, fruitiers, céréales… réclament beaucoup d'eau.

decembre-2011-0118.JPGDonc en 1850 deux projets de dérivation des eaux de la Siagne voient le jour. A St Cezaire, le projet Bosc, prévoyant d'alimenter les communes de St Cezaire, Cabris, Le Tignet, avec prise à St Cezaire. A Cannes, le projet des Ponts et Chaussées, pour desservir Auribeau, Pégomas, La Roquette, Le Cannet et Cannes, avec prise à Auribeau. Ces projets restent en souffrance.

decembre-2011-0169.JPGdecembre-2011-0174.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Le projet de Cannes ressurgit en 1860, lorsque Cannes aura doublé sa population et que l'empereur Napoléon III, en visite à Nice nouvellement rattachée à la France, apportera son soutien au développement de Cannes. Le 31 janvier 1862, la ville de Cannes passe un traité avec la Compagnie Dussard et Cellier pour la distribution d'eau de la ville avec la construction du canal.

decembre-2011-0183.JPGLe projet de dérivation, étudié par les Ponts et Chaussées, à partir d'Auribeau est abandonné. Le projet est repensé à l'échelle du bassin de la Siagne, en incluant Grasse. Sa prise se trouve à St Cezaire, à l'endroit préconisé par le projet Bosc. Mais à la différence de celui-ci, il ne dessert aucune des communes, son tracé restant au-dessous des terroirs et des villages. D’ailleurs, à un moment donné de ma promenade, j’aperçois ma maison dans la plaine de Mouans Sartoux.

decembre-2011-0121-copie-1.JPG

le village de Mougins: la plus grosse concentration de people de France

 

Dès sa parution, en 1865, l'avant-projet suscite de violentes réactions de la part des communes. Elles se réunissent toutes en conseil exceptionnel à l'automne 1865. St Cezaire : " un avant-projet d'irrigation, destiné à conduire à Cannes les eaux de la Siagne, vient d'être présenté par la Cie Dussard et cellier. Ce projet, s'il était approuvé, nous priverait à tout jamais des eaux de la Siagne. "

decembre-2011-0152.JPG

la chevrerie de Mouans Sartoux

 

Cabris : " Monsieur le maire fait part au conseil du projet d'irrigation des eaux de la Siagne tendant à faire dériver de cette rivière des eaux très nécessaires pour alimenter non seulement la commune de Cabris, mais encore celle de St Cezaire et du Tignet, qui dans la saison d'été en sont presque totalement dépourvues, question de vie ou de mort pour ces trois communes. " Le conseil se réfère au projet Bosc et rejette le projet Dussard et Cellier.

decembre-2011-0228.JPGdecembre-2011-0225.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Grasse est hostile à ce projet également et délibère le 17 octobre 1865. L'ingénieur des Ponts et Chaussées, au vu des réactions, propose alors d'abandonner ce projet et de promouvoir un projet de canal, avec prise à St Cezaire, et alimentant toutes les communes y compris Grasse.

decembre-2011-0227.JPG La ville de Grasse au bout du canal

 

Réaction de Cannes : le 18 octobre 1865, la ville de Cannes met en demeure la Compagnie de commencer les travaux prévus dans les deux ans après la signature du traité. La Compagnie intervient auprès du préfet pour faire taire les oppositions, notamment celle de l'ingénieur des Ponts et Chaussées. Le canal tant désiré commencera donc  par des luttes d’influence ! Le chantier gigantesque est confié à une société anglaise. Elle réalisera l’exploit de terminer la construction de l’ouvrage, long de 44 km,  le 16 août 1868, après seulement 2 années de travaux ! Aujourd’hui le canal est un élément fort de l’identité du territoire, il fait partie intégrante du patrimoine local.

decembre-2011-0156.JPGTout le long de ma promenade sans être véritablement bucolique, la balade permet d’admirer quelques monuments tels que la chapelle de Notre dame de vie et son étonnante légende. Elle est Jalonné de 300 ponts ancestraux, d'œuvres contemporaines et de paysages variés. Il y a fort longtemps la chapelle Notre dame de Vie était dédiée aux enterrements des enfants mort-nés qui étaient supposés, ressusciter quelques instants et pouvaient ainsi être baptisés avant d’être ensevelis. Notre Dame de Vie était un "sanctuaire de répit". De cette période subsiste le cimetière des enfants que l'on peut voir au travers du petit portail situé à la droite de la chapelle et de l'ermitage.

decembre-2011-0039.JPG la chapelle Notre Dame de Vie à Mougins

 

A la hauteur de la colline du Castelaras, on surplombe la chèvrerie de Mouans Sartoux et les jolies biquettes dans leurs pâturages. La chèvrerie vend directement les produits de son élevage : fromage frais et mi-frais aux pétales de rose, à la lavande, aux graines de moutarde, caprin (type camembert)… savon au lait de chèvre. C’est à cette hauteur que j’ai repéré un renard qui a vite pris la poudre d’escampette... C’est aussi dans cette partie de la promenade que les paysages sont immortalisés par Picasso qui possédait sa villa au bas de notre dame de vie. Mais aussi ceux de Pierre Bonnard, Fragonard ou Cocteau.

decembre-2011-0213.JPGdecembre-2011-0176.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  La Siagne est une rivière qui arrose le département des Alpes-Maritimes. Elle alimente le canal de la Siagne. C'est un petit fleuve relativement bien fourni tout au long de l'année dont les crues peuvent être importantes. Elle prend sa source sur la commune d'Escragnoles à 1435 mètres d'altitude et achève sa course dans la Méditerranée. Ce fleuve est essentiel à l'approvisionnement en eau du département des Alpes-Maritimes, je lui ai consacré un article qui lui, est vraiment buccolique (la riviere ou les poissons chantent).

decembre-2011-0178.JPGEscragnolles village des Alpes Maritimes est aussi célèbre pour son enfant du pays François Mireur. Il est celui qui entonne pour la première fois le Chant de Guerre pour l'Armée du Rhin, composé par Rouget de Lisle. Adopté par les volontaires marseillais qui le chanteront au cours de leur marche vers Paris en juillet, le chant deviendra ainsi la Marseillaise.

decembre-2011-0196.JPGLe village comme tout le bassin Cannois et Grassois est à l’origine du peuple figon. À la suite de la peste de 1420, la population du village fut anéantie, et, pour le repeupler, il fallut faire appel à des habitants de la région proche ou de l'arrière pays de Gênes les Figouns, grands mangeurs de figues et parlant le Figoun. Ce sont essentiellement des bergers des Alpes-Maritimes qui transhumaient sur la côte qui ont ainsi nommé les Ligures « maritimes » et ceux qui parlent les dialectes ligures de la côte ou de la montagne. Le patois de toute cette région en  a conservé sa particularité et est donc proche du Nissart et non du provençal…. Le canal de la siagne permet une petite promenade sympathique au coeur de l'hiver Cannois dans sa periode la plus dure de janvier/fevrier....
decembre-2011-0192.JPG
"J'ai respiré le paysage et maintenant, je retiens mon souffle." Pierre Bonnard (Cote d'Azur, le pays des merveilles)
decembre-2011-0220.JPG

  villa de milliardaire le long du canal

 

                                    DIAPORAMA DE LA BALADE



Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 10:26

photos-aout2011-0074.JPG Au siècle dernier, la Riviera française prit son essor avec l'arrivée du chemin de fer. La ville de Beausoleil devint la destination de nombreux voyageurs à la recherche des attraits de la Côte d'Azur. Ville étape du "Train Bleu", le "Riviera Palace", accueillit pendant près d'un siècle l'élite internationale. Hôtel de prestige en limite de la Principauté de Monaco, celui ci est devenu de nos jours une copropriété résidentielle.

photos-aout2011-0078.JPG Avant de devenir une commune, Beausoleil, située au-dessus de la Principauté de Monaco était appelée Monte-Carlo Supérieur. En langue niçoise on dit Bèusoulèu et ses habitants sont appelés lu Souleienc. Bien que située en territoire "français" la station ne forme avec Monte-Carlo qu'une seule agglomération, la commune étant limitrophe à la principauté de Monaco et est souvent confondue avec elle.

photos-aout2011-0108.JPGBelle commune à la végétation de type méditerranéen, on y trouve des plantes relativement rares, comme la nivéole de Nice, ainsi que de très belles colonies d'euphorbes arborescentes. Beausoleil est trop souvent délaissé par les touristes au profit de la principauté. Pourtant celle ci regorge de villas et de palais "belle époque" remarquable.

photos-aout2011-0110.JPGEn 1898, Camille Blanc, Président de la Société des Bains de Mer, premier maire de Beausoleil, fonda la "Société Immobilière de Monte-Carlo Supérieur" afin d'aménager le site de manière à participer à l'exploitation des hôtels, des restaurants et casinos dans les stations climatiques et balnéaires de la Côte d'Azur.

photos-aout2011-0133.JPGPur produit de la "Belle Epoque" et de son architecture luxuriante, la ville de Beausoleil est née en 1904. Comme un Montmartre de la Côte d'Azur accroché à la pente, Beausoleil possède une vue imprenable sur la principauté, son Casino ou ses buildings mais aussi, au loin, sur la Méditerranée :

photos-aout2011-0138.JPGphotos-aout2011-0141.JPG

 

  un point de vue un brin vertigineux qui lui donne un cachet remarquable, d'autant que sur son territoire, se trouvent également des parcs et de nombreux jardins (on a recensé 3500 jardins privés) qui fleurent bon le Sud. Un escalier monumental a été dressé au milieu de la ville. Celui-ci relie la Principauté de Monaco au "Riviera Palace», le bâtiment qui nous intéresse pour cet article.

photos-aout2011-0082-copie-1.JPGLe "Riviera Palace" terminé en 1903 est inscrit au patrimoine des Monuments Historiques depuis le 14 décembre 1989. Ce luxueux hôtel a été construit d'après les plans de Georges-Paul Chedanne, architecte et maître d'œuvre du Palace Hôtel, situé Avenue des Champs-Elysées à Paris.

photos-aout2011-0149.JPGphotos-aout2011-0152.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Société Internationale des Grands Hôtels et Wagons-Lits, propriétaire de l'Orient Express, en a été le maître d'ouvrage. Ce palace a été relié en 1898, par un funiculaire à crémaillère au Casino de Monte-Carlo. Le "Riviera Palace", situé à 180 mètres au-dessus de la mer bénéficie d'un panorama exceptionnel.

photos-aout2011-0326.JPGLe jardin d'hiver du Riviera Palace a été aménagé sur la façade nord de l'édifice. Il s'étend sur plus de 900 m2 et a 27 mètres de hauteur. Il a été réalisé par la construction d'une verrière attribuée à Gustave Eiffel, qui réalisa le dôme vitré de l'Hôtel Hermitage à Monaco et la grande coupole de l'Observatoire de Nice (1881).

photos-aout2011-0324.JPGCet ancien palace, témoignage de l'effervescence de la Belle Epoque, bénéficiant ainsi d'un fantastique panorama allant de Bordighera (Italie) à St Jean Cap Ferrat.
Le jardin d'hiver constitue le joyau de cet hôtel, c’était autrefois un lieu de vie mondaine où se déroulaient des fêtes somptueuses. L’architecture Belle Époque de la ville est un exemple du genre. Plusieurs bâtiments sont actuellement attribués aux chantiers Eiffel.

photos-aout2011-0386.JPGphotos-aout2011-0396.JPG
Beausoleil ne paie pas de mine au premier abord. Mais il ne faut pas se laisser décourager par ce lacis de rues en pente raide. Par contre, il vous faudra du souffle pour grimper un des innombrables escaliers bordés de maisons aux couleurs italiennes qui traversent la ville … mais vous pourrez rêver devant les tout aussi innombrables terrasses et balcons perchés au dessus de la Grande Bleue …

photos-aout2011-0341.JPGA quelques kilomètres de Beausoleil, une autre commune faisait elle aussi parti de la principauté de Monaco. Menton possède en son centre ville le palais Carnoles ancienne résidence d'été des princes Grimaldi de Monaco et son parc botanique abrite la plus importante collection d’agrumes d’Europe.
Sur un terrain acheté aux moines de Lérins de cannes en 1717, le prince Antoine 1er de Monaco décide de construire un palais au caractère de Trianon entouré de vergers.

photos-aout2011 0368-copie-1photos-aout2011-0410.JPG
Aujourd’hui, le parc d'une superficie d'un hectare environ, est constitué d'un plan rectiligne et recense 137 variétés d'agrumes parmi lesquels vingt-quatre orangers doux (citrus sinensis), six bigaradiers (citrus aurantium), des mandariniers, certains kumquats, six citronniers (citrus limon) et quelques pamplemoussiers…

photos-aout2011-0416.JPGLa collection d'agrumes est agréée par le Conservatoire des collections végétales spécialisées. De hauts palmiers Phoenix canariensis bordent l’allée principale. Le parc est inscrit aux monuments historiques depuis le 12 septembre 1969 et labellisé « Jardin remarquable » depuis 2005.

photos-aout2011-0427.JPGphotos-aout2011-0460.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si on le désire, on pourra continuer de se promener et apercevoir d’autres belles villas, tel que : l’hôtel des Ambassadeurs, la résidence du Louvre, le Winter palace, l’Orient Palace, la résidence Victoria etc …

 

                            DIAPORAMA DE LA BALADE


  
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 16:48

photos-aout2011-0008.JPG L'historique du sentier des douaniers sur la Cote d'Azur remonte à 1932, date d'adoption par le conseil général des Alpes Maritimes d'un programme complet d'équipement pédestre.
Formant avec le cap d'Antibes et le Cap Ferrat la trilogie des grands sites naturels du littoral Azuréen, le cap Martin abrite quelques unes des plus belles villas du littoral méditerranéen datant de la fin du XIXe siècle ou de la belle époque. Ces demeures noyées dans une haute pinède dressent leurs façades immaculées face à la baie de roquebrune.

photos-aout2011-0180.JPGEncore une fois, ce sont les personnalités et les stars du show bizz qui ont écrit la légende des lieux. Jacques Brel qui y séjourna presque une décennie immortalisa sur l'une des plages ses deux plus belles chansons "Amsterdam" et "le plat pays". Coco Chanel logea Winston Churchill dans sa remarquable villa ou encore l'impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III y résidait la plus part du temps. Mais, parmi ces demeures majestueuses, il y en a une tout à fait particulière originale et étonnante ... Cette villa est en fait un cabanon !

photos-aout2011-0220.JPG“J’ai un château sur la Côte d’Azur, aimait à dire Le Corbusier, qui a 3,66 mètres par 3,66 mètres. C’est pour ma femme, c’est extravagant de confort, de gentillesse” … Oui, le grand architecte Charles-Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier, venait en vacances sur la Côte d’Azur dans un “château” aux allures de cabanon.

photos-aout2011-0021.JPGVous voulez découvrir cet étonnant cabanon ? Alors, faites comme moi, garez votre voiture (la moto pour moi) à la petite gare de Roquebrune Cap Martin. Le parking est gratuit et vous allez démarrer le sentier des douaniers (appellé maintenant: le sentier Le Corbusier) immédiatement après celui ci.

photos-aout2011-0206.JPGphotos-aout2011-0043-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Apres  une toute petite promenade de 500 mètres, un portail minuscule, un escalier exigu et, en contrebas, un modeste cabanon enfoui sous la vigne. Seul le site est grandiose : un golfe superbe, des falaises abruptes et la mer à vos pieds. Vous êtes cependant dans un site historique car c’est là que se trouve le “cabanon de Le Corbusier”, une œuvre chère à tous les amateurs d’architecture moderne. D’ailleurs, la visite guidée du Cabanon, proposée par l’Office du Tourisme local, est devenu un must pour les étudiants en “archi” du monde entier. Les Japonais entre autres en sont très friands.

photos-aout2011-0048-copie-1.JPGCependant, aussi étrange que cela paraisse, le grand architecte mondialement connu sous le surnom de « Le Corbusier » est venu, durant 18 ans, tous les étés au mois d’août, en vacances dans un cabanon construit de ses mains sur le terrain modeste d’amis à lui, les Rebutato. Alors même que, le reste de l’année, il publiait des livres, inaugurait ses plus grands chantiers (Chandigarh en Inde ou la Cité Radieuse à Marseille), exposait ses peintures et donnait des conférences partout dans le monde … avant d’être nommé Grand Officier de la Légion d’Honneur !
photos-aout2011-0182.JPGphotos-aout2011-0120.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce "château " de poche (3,66 m sur 3,66) comme un modèle d'habitat minimum issu du "modulor" est un système de proportion architecturale qu'il breveta. C’est une petite baraque, dont le bardage en croûte de pin fait davantage penser aux représentations de la ”cabane au Canada” qu’à une approche moderne du projet architectural. L’intérieur regroupe quand à lui, dans une quinzaine de mètres carrés, deux lits, une table, quelques rangements, un lavabo et un WC. Le "château secret" de l'architecte à été  dessiné sur un coin de table en décembre 1951, autour d'un pastis  et des olives du pays avec ses amis de Roquebrune.

photos-aout2011-0081.JPG  On voit la principauté de Moncao du sentier

 

Le Corbusier s’est noyé le 27 août 1965 au large de Roquebrune. Il est enterré, près de sa femme qu’il adorait, dans le petit cimetière du village, dans une tombe qu’il avait lui-même dessinée. Après sa mort, les compliments se sont mis à pleuvoir : “cet homme universel”, ce “visionnaire” … Pourtant, toute sa vie durant, il dut se battre contre l’adversité.

Autodidacte épris de liberté, il fut, fondamentalement, un créateur, faisant table rase du passé pour proposer une vision neuve de l’avenir. Il est aujourd’hui encore un symbole de modernité.

photos-aout2011-0171.JPGJ’emprunte à nouveau le sentier des douaniers jusqu'à la plage de Carnoles à Menton. Aménagé entre les rochers érodés par les vagues et les belles propriétés, ce sentier est une féerie rocheuse avec des points de vues remarquable sur la principauté de Monaco.

photos-aout2011-0185.JPGAu milieu de merveilles végétales, pistachiers, pins, aloès, agaves, arbousiers et palmiers, ça et là, le sentier te permet d'atteindre la mer, avec ses criques sauvages aux eaux bleues et profondes. Il faut compter trois bonnes heures de promenade pédestre pour rejoindre la gare de Carnoles et récupérer mon véhicule garé un peu plus tôt le matin. Entre temps, j’ai bien sur effectué une pause pique nique sur l’une des petites criques. En trois minutes le TER me ramènera à Roquebrune  Cap Martin pour 1,20€.

photos-aout2011-0189.JPGAprès une histoire mouvementée, Roquebrune (son nom d'origine est Roccabruna), possession des Grimaldi durant cinq siècles se détacha de la principauté de Monaco pour finalement être annexé à la France comme tout le pays de Nice. Dominant sa majestueuse baie son château du Xe siècle construit par les comtes de Vintimille constitue le seul spécimen, existant en France, des châteaux dits carolingiens, son donjon est le plus ancien de France. J'avais deja consacré un article de ce beau village, vous pouvez le revoir ICI.

photos-aout2011-0076.JPGAutre particularité que l’on aperçoit de la plage du Beach ( la plage de Jacques Brel) après avoir traversé l’immense tunnel moyenâgeux, accroché à sa falaise surplombant Monaco,  l’hôtel « Vista Palace » impressionnera tous les sensibles  et les emotifs au vertige. Réputé pour sa situation exceptionnelle, dominant la Méditerranée du Rocher des Grimaldi jusqu'aux côtes ligures, le Vista Palace Hôtel offre une des vues les plus spectaculaires de la Côte d'Azur. Moi , je vous conseille cet hotel , jour de seisme , ce doit etre une sensation fabuleuse ........ Allez Messieurs une suite en cadeau pour votre epouse dans cet hotel , ce sera renversant !

photos-aout2011 0242

                                                      DIAPORAMA DE LA BALADE


 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 09:44

_0124.JPG Cannes en hiver c'est le paradis, les touristes étant peu nombreux, les cannois profitent pleinement de leur ville en toute tranquillité...
Il faut dire que cette année, la station balnéaire de la cote d'azur n'a pas chômé et c'est payé le luxe d'être constamment en haut de l'affiche dans tous les médias du monde entier. Entre le festival international du film , la course de voiliers des régates royales, le salon de la plaisance et celui de l'aviation, le MIDEM, les NRJ music Awards, le G20, le Tax Free, le MIP TV, le MIPIM, le salon des jeux de loisirs, le Festival d’Art Pyrotechnique etc ...

121.JPGLa ville est en mouvement perpétuel et l'ambiance y est renouvelé constamment. Alors, l'hiver quand celle ci devient plus calme, on peut découvrir l'autre facette de la ville du cinéma, celle de l'art, du farniente et de la beauté, de son histoire millénaire et de son architecture remarquable, ainsi que d'une culture artistique importante. Suivez-moi pour quelques images différentes d'une cannes simple et reposante. Yes we cannes....

149.JPG152.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  La ville se découvre très facilement à pied du palm Beach au suquet, il ne vous faudra que quelques heures de promenade et si vous voulez visiter des lieux comme la villa Domergue sur les collines de la Californie ou bien la villa Rothschild vers la croix des gardes, la voiture vous y emmènera en dix minutes, sans problèmes de parking ni de stationnement. Cannes contrairement à Nice est un village, les randonnées pédestres sont le meilleur moyen pour se déplacer dans cette cité aux découvertes surprenantes et multiples... un réel plaisir pour les yeux et la connaissance !

137.JPGLe quartier du Suquet est le cœur de la vieille ville avec son dédale de petites rues pittoresques, ses escaliers et ses maisons anciennes typiques. Fondée en 997, au pied d’une colline servant de vigie à une Seigneurie, Cannes était un petit abri de pêche envahi de roseaux, dénommé « Portu Canuae ». L’église Notre Dame de l’Espérance, construite au 16ème siècle sur la place de la Castre, faisait partie intégrante du château forteresse de Cannes.

decembre-2011-0071.JPGdecembre-2011-0077.JPG

 Elle fut utilisée comme prison pendant la Révolution, puis comme hôpital pour l’armée d’Italie. Situé dans les vestiges du château médiéval du Suquet, le Musée de la Castre est classé monument historique. Ce musée, orienté vers l’ethnologie de mondes et de cultures exotiques, provient des dons à la ville de Cannes, du Baron Lycklama, amateur d’antiquités égyptiennes et méditerranéennes.

decembre-2011-0115.JPGAu pied de la colline du Suquet se trouve le Vieux Port de Cannes. La plus ancienne partie « Le Quai St Pierre » date de 1838. Ce port abrite de somptueux yachts et de vieux gréements, mais aussi la flottille des pêcheurs cannois qui lancent leurs filets au large de la baie. Ils apportent leurs prises tous les matins au marché forville. La fraicheur du matin invite à « faire un petit tour » du côté de Forville. Le parfum des herbes : thym, verveine, basilic flotte dans l’air. Les maraîchers, à l’accent chantant, vantent les mérites des produits du pays : tomates, huiles d’olives, poissons, fromages … Un détour au marché Forville est une découverte des produits de l’arrière pays de Grasse, un voyage gourmand aux accents du sud.

decembre-2011-0078.JPGdecembre-2011-0089.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 En 1850, la Croisette n’était qu’un simple chemin longeant la mer, au milieu des dunes de sable. Elle est une avenue connue pour ses enseignes prestigieuses et ses grands palaces luxueux qui ont fait l’histoire de Cannes tels que le Carlton, le Martinez, ou encore le Majestic. Découvrez un véritable musée à ciel ouvert, au détour d’une avenue, d’une rue ou d’une place. Inspirés du septième art et de l’essence même du Festival de Cannes, ses murs peints revisitent les grandes étoiles de l’art du cinéma et vous assurent une visite surprenante et créative. Une découverte du patrimoine architectural hors des sentiers battus.

decembre-2011-0117.JPGAutour du Palais, les réalisateurs, acteurs et autres célébrités internationales du 7ème Art laissent désormais à la postérité, comme à Los Angeles au Chinese Theater sur Hollywood Boulevard, l’empreinte de leurs mains et de leur signature sur l’Allée des Étoiles du Cinéma. A ce jour plus de 400 empreintes ont été réalisées pour le plus grand plaisir des cinéphiles et des visiteurs. Vous les retrouverez devant le Palais des Festivals, sur l’esplanade Pompidou et dans les jardins.

decembre-2011-0121.JPGdecembre-2011-0126.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Puis, continuer votre promenade vers les espaces culturels de la croisette: L’Espace Miramar et la Malmaison accueillent 3 grandes expositions par an en mettant régulièrement à l’honneur des peintres de renom, représentatifs de l’art moderne. Ces collections prestigieuses et contemporaines sont valorisées par le caractère intimiste des lieux et par ses salons aux charmantes proportions de demeure privée.

decembre-2011-0146.JPGA quelques encablures de la Croisette, face à la baie de Cannes, les îles de Lérins : Sainte Marguerite et Saint Honorat vous souhaitent la bienvenue. Dans un cadre idyllique à la nature préservée, ces joyaux de Méditerranée offrent aux visiteurs une collection unique alliant faune et flore ainsi qu’une histoire singulière mêlant les mystères du Masque de fer avec la quiétude des moines cisterciens, véritables havres de paix. Tout ici invite à la découverte.

decembre-2011-1233.JPGLe Musée de la Mer, est installé depuis 1973 dans la partie la plus ancienne du Fort Royal de l’île Sainte-Marguerite. Classé monument historique, vous pourrez visiter les prisons d’Etat, et la cellule du Masque de Fer, où le mystérieux prisonnier fut incarcéré durant 11 années. Le Mémorial Huguenot où des pasteurs exilés de France à la révocation de l’Edit de Nantes, rentrés clandestinement pour servir les églises, furent emprisonnés à vie à Sainte Marguerite, ayant préféré la prison à l’abjuration.

decembre-2011-0154-copie-1.JPGdecembre-2011-0167.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 De retour ne manquez pas de voir  Amphitrite, la déesse de la mer en passant devant le port Canto, celle ci est devenu aussi célèbre que la sirène de Copenhague... Sous la forme d’une statue, l’épouse de Poséidon après un long périple dans les mers du globe, a choisi le port Pierre Canto pour s’y fixer définitivement.

decembre-2011-1915.JPGAvec ses 300 jours de soleil par an, Cannes est une ville à ciel ouvert bénéficiant d’un microclimat d’exception, la cité vous invite à la douceur de l’automne et de l’hiver azuréen. De la Croisette aux îles de Lérins, des hauteurs ombragées de la Croix des Gardes au monastère de St Honorat, des marchés pittoresques aux tables gourmandes, vous découvrirez un village authentique et régénérant. Séjourner l’hiver à Cannes est propice au bien-être. Un havre de paix baigné par une lumière éclatante en toute saison et niché au cœur d’un patrimoine architectural et végétal préservé et valorisé.

decembre-2011-0261.JPGdecembre-2011-1914.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les jeunes cannois profitent de la météo généralement agréable, pour se faire des veillées nocturnes sur les plages. Quand aux longs et froids week-ends d’hiver, dont pâti toute la France, les cannois eux, n’ont qu’à faire quelques kilomètres pour goûter au plaisir du hors piste sous un ciel bleu azur.

decembre-2011-1900.JPGdecembre-2011-1912.JPG

 

 

 

 

DIAPORAMA DE LA BALADE


 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 08:51

decembre-2011-2033.JPG Tout commença vers les onze heures, le ciel s’assombrit lourdement, les éclairs étaient d’une rare violence, je n’avais jusqu'à présent vu ce genre de phénomène inquiétant que dans le middle West Américain. Puis tout d’un coup, la neige se mit à tomber et les berges du fleuve Var revêtirent très vite un long manteau blanc. Arrivé sur la promenade des Anglais à la hauteur de la plage du Rhul ,beaucoup de monde était déjà la pour participer au bain de Noel et piquer une tête dans la grande bleue à une semaine de terminer l’année, il faut être un peu... givré, non ? Il faut être Niçois c'est certain !

decembre-2011-0058.JPGAu milieu de la baie des Anges se forme tout d’un coup une impressionnante tornade**, phénomène rare face à un horizon plombé lacérant une fine tranche de ciel jaune orangé, entre mer et nuage.

decembre-2011-0033.JPGUn premier temps, fasciné par ces images surréalistes de tourbillons jaillis des flots, de volutes noires s’élevant entre ciel et mer, saisis par la lumière crépusculaire de l’instant, je pensais que la 67e édition du bain de Noel Niçois allait être annulé. Aussi, je m’adressais au président de la Mouette auquel ses »pointus » (barques niçoises) se trouvaient en mer pour lui dire c’est foutu ! Immédiatement me répondit il : Oh la ! gamin,  nous sommes Niçois et rien ne nous effraie, on n’a pas eu une sardine qui a bouché notre port ici, le baratin ce n’est pas chez nous….

decembre-2011-0154.JPGdecembre-2011-0076.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Tradition incontournable du pays niçois, le fameux bain de Noël attire chaque année de plus en plus de curieux d'un peu partout. Les Niçois y vont de leur baignade hivernale. Face à la plage du Ruhl, à Nice, depuis 70 ans, il est devenu habituel de se jeter à l’eau devant une foule de badauds pour certains dans de gros blousons, pour d’autres, moins frileux, dans de simples sweat-shirts parfois retroussés jusqu’aux coudes.

decembre-2011-2042.JPGAu pied de la tour Bellanda, véritable emblème niçois, chaque année, de nombreux curieux viennent regarder les 200 courageux qui se jettent à l’eau. Nous avons une vue imprenable sur la Grande Bleue. Cette mer, qui s’offrait à nous avec des degrés raisonnables il y a quelques mois, conserve sa beauté incomparable tout au long de l’année. Méme par mauvais temps les images sont d'une esthetique incroyable !

decembre-2011-2075.JPGCertains se demandent si, la prochaine fois, ils ne se laisseront pas tenter par cette belle plongée en Méditerranée, au cœur de l’hiver. Il est vrai que la longue liste des participants est ouverte à tous.
Pendant ce temps, les premiers baigneurs, après avoir rejoint les vestiaires mis à leur disposition pour se changer, se jettent allègrement à l’eau. Nombreux sont les inconditionnels de ce bain hivernal.

decembre-2011-2063.JPGdecembre-2011-0084.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  En effet, depuis la Libération, les habitants de la région niçoise aiment à se rappeler qu’ils sont les héritiers des Grecs, qui se baignaient toute l’année dans la Méditerranée. Et que ce sont eux qui ont inventé la thalassothérapie, en eau chaude ou presque, sous un soleil encore chaleureux... Pendant que le reste de la France grelotte !

decembre-2011-2092.JPGCertes, la mer Méditerranée n’est pas à proprement parlée une mer froide. Tout au contraire, elle reste "chaude" même en plein hiver. C’est une mer presque fermée par le détroit de Gibraltar, large de seulement 14 kilomètres, dont le renouvellement des eaux est très lent et très long. Elle garde donc sa chaleur. Sa température descend rarement en dessous de 15°C !

decembre-2011-2084.JPGdecembre-2011-2022.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Ainsi de nombreux adeptes, depuis de longues années, se sont rendus aux vertus de cette thalassothérapie antique. En effet, dès l’Antiquité, la mer a été perçue comme un milieu vivant d’une extraordinaire complexité, riche en oligo-éléments, sels, végétaux… Notamment, chez les Egyptiens et les Grecs, qui furent les premiers à reconnaître les propriétés thérapeutiques de l’eau de mer, utilisée notamment pour la cicatrisation des plaies.

decembre-2011-2108.JPGAujourd’hui, d’autres qualités lui sont prêtées : antiseptiques, calmantes, fortifiantes… dont il ne serait pas inutile de faire la longue liste, l'engouement pour ce type de bain devenant de plus en plus grand.
Fortes de l’expérience niçoise, d’autres communes de la Côte d’Azur ou des alentours se sont laissées séduire par ce bain de Noël et proposent à leurs vacanciers de se jeter à l’eau, en ces fêtes de fin d’année.

decembre-2011-2124.JPGdecembre-2011-0110.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

des paparazzis prét à tout pour immortaliser le bain de Noel 

  C’est le cas de la commune de Cagnes-sur-Mer, située à quelques kilomètres à l’est de Nice, qui offre aux curieux la possibilité de se regrouper sur la plage, en face de l’hippodrome de la Côte d’Azur. 140 vacanciers ont participé à l'édition 2012 !
En Principauté de Monaco, c’est sur la plage de la Rose des vents, au quartier du Larvotto, que l’on se jette à l’eau depuis 2004. Le prince Albert lui-même participe à ce fameux bain de Noël.

decembre-2011-0125.JPGEnfin, si les curieux profitent des fêtes de fin d'année pour se jeter à la mer, les vrais inconditionnels s’entraînent toute l’année. Ces groupes de baigneurs convaincus des vertus curatives des eaux de la Méditerranée prennent un bain de mer quotidiennement. Ils sont composés majoritairement de retraités qui n’hésitent pas à s’immerger dans la Grande Bleue, quel que soit le temps... et qui ne refusent jamais que l’on se joigne à eux !

decembre-2011-0127.JPGdecembre-2011-0129.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Originaire du thermalisme antique, le bain froid en milieu marin a des vertus thérapeutiques : qualités antiseptiques, diurétiques, calmantes. Synonyme de fortifiant pour les Grecs et de tonicité pour les Romains, ce n’est qu’au XVIII siècle que ce fameux bain se répand en Europe. A Nice, le précurseur est Smollet en 1764. Ses plongées par temps froid dans la méditerranée améliorèrent sa santé. L’exemple fut suivi.

decembre-2011-2117.JPG Qui ne saute pas n'est pas nicois

 

Trois siècles plus tard, le bain d’hiver fait partie des habitudes d’un certain nombre de niçois de  souche  ou d’adoption . Convaincus des vertus curatives, ces groupes de baigneurs ventent toujours et encore le pouvoir revitalisant de l’eau froide. C’est le « meilleur anti-virus » ! Et il paraîtrait même qu’elle permet de lutter contre la vieillesse ! Pas besoin de lifting et autres nouveaux produits révolutionnaires !

decembre-2011-0141.JPGdecembre-2011-0145.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Aujourd’hui, le bain d’hiver est synonyme de bien-être qui procure un sentiment de plénitude proche de l’euphorie. « Un bon bain de mer, et on repart de plus belle. On est en forme pour la journée » nous a confirmé un amateur ou « un fada » comme les appelle un certain nombre de personnes.

decembre-2011-2123.JPGBaigneurs de tous âges* et de tout poil. Jeunes, moins jeunes, sportifs aguerris, adeptes de simples trempettes aquatiques, musclés, bedonnants... Leur point commun : ils l'ont fait. Ils ont plongé dans cette belle bleue très houleuse, sous le regard de la foule, faisant de cette 67e édition, une réussite organisée par la FSGT, sous le patronage de la Ville de Nice, du conseil général, du Comité départemental olympique et sportif et avec comme toujours, la participation du Club de la mer, de La Mouette.

decembre-2011-0150.JPGIl y a deux sortes de femmes: les Niçoises et celle qui rêve de l'être !! Janine Petrucci

 

* le doyen de l’édition 2012 à 90 ans, la doyenne 80 ans et le plus jeune, une petite fille de 5 ans digne héritière de notre héroïne Catherine Segurane.
**Ces tornades, matérialisées par un entonnoir de vents tourbillonnants, sont en fait le résultat d'une forte dépression, où l'air est aspiré par le cumulo-nimbus. Elles peuvent s'accompagner de violentes pluies et ne sont pas sans dangers.Le phenomene en mediterranée et surtout en hiver est tres rare et ce dimanche, on a frolé la catastrophe.La nature devient de plus en plus imprévisible et intervient la ou on ne l'attend le moins...

                            DIAPORAMA DU BAIN DE NOEL


 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS

Articles Récents