Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 décembre 2010 7 26 /12 /décembre /2010 10:05

photos-2010b-0053.JPG Un spectacle inoubliable s'offre à leurs yeux. Ils parcourent les ruelles métamorphosées, parées d'une multitude de branches vertes décorées de nœuds et de boules aux couleurs de ce village typiquement Niçois de l’arrière pays et cela dans une parfaite harmonie. De la plus petite dans une demi noix, à la grande qui mesure 15 mètres de long, ce sont presque 500 crèches qui sont exposées dans les rues, les caves, sur les fontaines, sous les porches, à l'Eglise, à la tour, aux chapelles, au four à pain, au Musée de la Crèche, le Musée des Vieux Outils, à la Maison de Pays, à la Placette, chez les commerçants, au moulin du Val Del Prat, et à Peïra-Cava, Turini, Camp d'Argent.

photos-2010b-0055-copie-4.JPGphotos-2010b-0096-copie-1.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toutes les personnes qui ont parcouru Luceram au moins une fois, elles vous diront toutes certainement : c’est plus que magique, c’est inoubliable ! Attirés par des centaines de représentations de la Nativité couronnées d'un point d’orgue, une des plus anciennes traditions de Luceram : la pastorale des bergers et l’ «Ouferta», cette antique cérémonie au cours de laquelle les bergers viennent à la messe de minuit offrir à l'église des agneaux et des fruits enchantent chaque années des milliers de touristes. photos-2010b-0071-copie-2.JPG

les santons du Perou

 

Jésus est né dans une crèche, c’est l'évangile de Luc (Luc, II, 7) qui l'affirme. La crèche désignait à l'origine une auge, une mangeoire pour les animaux. Par extension, "Crèche" désigne la représentation de l'étable et ses santons. La crèche a remplacé l'ancien français presepe, du latin praesepe qui désignait à l'origine un parc à bestiaux, puis une étable, et enfin la mangeoire de l'étable. Cette origine latine se retrouve dans l'italien presepio et l'espagnol pesebre et dans le mot presepi la crèche vivante chère au coeur des Niçois qui a conservé le nom original.

photos-2010b-0065-copie-2.JPGphotos-2010b-0102-copie-1.JPG  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les premières crèches, sous la forme que nous leur connaissons actuellement, sont apparues au XVIe siècle dans les églises du comté de Nice. Puis progressivement les crèches ont été installées dans les maisons et, à partir du XIXe, les Crèches provençales de santons (petits saints) sont devenues les plus populaires. Traditionnellement, on installait la crèche le 1er dimanche de l'Avent, jusqu'au 2 février, date de la présentation de Jésus au Temple.

photos-2010b-0075-copie-3.JPGphotos-2010b-0077-copie-2.JPG  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut absolument admirer la créativité artistique, mise au service de la plus belle histoire de la chrétienté, la Nativité. Cette année, j’ai préféré faire le bord de mer, et je me suis rendu au chemin des crèches de Theoule sur mer. Chaque année, la municipalité de cette station balnéaire de la Cote d’Azur invite les amateurs à suivre "Le chemin des crèches" dans un parcours exceptionnel, qui vous fera découvrir au cœur du village, plus d'une centaine de nativités venues de tous les continents.

photos-2010b-0090-copie-2.JPGphotos-2010b-0099.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une exposition inédite de 120 crèches du monde, toutes de différentes tailles et réalisées dans les matériaux les plus nobles, comme le bois sculpté où le fils d'or et d'argent ainsi qu'une exposition unique en Europe de 30 crèches du Pérou avec plus de 1000 personnages suivie d’une expo vente de plus de 10 000 santons. Bien sur ! Vous retrouverez tous les symboles de notre département : La vendeuse de mimosa, le papy qui lit Nice Matin, lou pastre (berger) dans sa mountagna, la récolte des olives, lou pescadou (pêcheur), etc …

photos-2010b-0115.JPG L’évènement phare de cette édition était donc l’invitation faite au Pérou pour une exposition haute en couleurs. L’art Péruvien est l’un des plus variés au monde, sa diversité, ses couleurs et sa créativité lui donnent un attrait sans pareil. Cette exposition de qualité exceptionnelle est parrainé par l’ambassade du Pérou en France et l’on peut y  rencontrer des artistes comme Zacarias Zevallos Melgar un sculpteur céramiste d’un immense talant.

photos-2010b-0105.JPGphotos-2010b-0145.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour découvrir le chemin des crèches de Theoule sur Mer, il faut se rendre sur plusieurs lieux comme l’espace culturel, la villa sainte Camille, l’église sainte Germaine ou encore la villa de la paix. Mais pas d’inquiétude, Theoule est une petite commune qui se parcourt à pied aisément … Puis, c’est tellement agréable de sentir l’odeur de la mer , de la plage et d’admirer ces falaises de roches rouges de la pointe de l’aiguille, de la  pyroméride, un mélange de magma composée de tufs d’origine volcanique.

photos-2010b-0150.JPGphotos-2010b-0165.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chemin des crèches est donc un parcourt très agréable avec la douceur du soleil hivernal de la Cote d’Azur.  Vous y verrez aussi les crèches Napolitaines et Toscanes, Américaines, Polonaises, du Benin ou du Burkina Faso ou encore des Philippines et de chine. Ah oui ! J’oubliais … Le prix d’entrée pour aller voir cette exposition est de un euro et votre billet donne droit à une tombola pour gagner un voyage au Pérou pour deux personnes. Ce n’est pas le Pérou ça !

photos-2010b 0031la pointe de l'aiguille

 

Ce petit joyau de la baie de Cannes est une commune assez récente puisqu’elle devient indépendante qu’à partir de 1929 et se sépare de Mandelieu la Napoule. Ce petit village de pêcheur possédait l’un des ports les plus importants de Toulon à Antibes. C’est vraiment à partir de Theoule que démarre la célèbre route de la corniche d’or crée par le Touring club de France considéré comme la plus belle route du littoral d’Europe.

photo2011A-0051.JPG

entrée de la grotte sous marine et de l'arche de Gardanne

 

 Vous pourrez aussi y admirer un superbe château crénelé en pierre rouge, dit le 'château des Mineurs' qui est en fait une ancienne savonnerie du XVIIIe siècle, restaurée transformée en château par l'ajout de remparts crénelés et de tourelles. Une autre activité plutôt sympathique de ce village, ce sont les joutes que vous pouvez voir en été sur le port, tous les mercredis et le dimanche pour les manches du championnat. Un village à découvrir absolument…

 

                DIAPORAMA DU CHEMIN DES CRECHES

 

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 17:09

Lo Presepi es mai aqui"Nissart per toujou

 photos-2010b-0033-copie-4.JPG

Le cœur de Noel à Nice se trouve sur la place Masséna : décors de sapins immaculés, murs bombardés d’éclairages mobiles et palmiers aux troncs luminescents. Une féerie floconneuse. Un émerveillement à grand spectacle.

photos-2010b-0022-copie-1.JPGphotos-2010b-0003-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Noël (en niçois calèna) donne lieu à plusieurs traditions dans le Comté de Nice. Le mot calèna vient du latin calenda et rappelle le souvenir des fêtes païennes liées au solstice d’hiver. Les calendes constituaient dans le calendrier romain le premier jour du mois. Or, le 25 décembre correspondait alors au premier jour de ce même mois, d’où l’appellation. La racine lexicale issue de la Nativité a pourtant aussi donné un vocable niçois. Il s’agit du mot nouvé, qui désigne les chants religieux célébrant la Nativité.

photos-2010b-0043-copie-1.JPGLa première tradition du cycle de noël est la plantation le 4 décembre de lentilles ou de blé. Ces lentilles ou ce blé germeront et la densité de la germination sera l’indice de la prospérité à venir de la famille Niçoise.

photos-2010b-0046-copie-1.JPG  Célia sur le traineau du Pére Noel

 

Ensuite viendra le Présepi (la crèche en niçois) avec ses deux formes : une forme traditionnelle avec ses santons disposés sur un meuble dans la maison, et une représentation théâtrale de la Nativité qui, au 19ème siècle, se faisait avec des marionnettes et qui, au 20ème siècle, a donné lieu à des adaptations jouées par des acteurs(Lou Présepi nissart, de Menica Rondelly le barde Niçois, Lou Nouve, de Marengo et Mossa, Calèna et la Marche à la crèche, de Francis Gag). A la différence de la crèche de Noël provençale, la crèche niçoise ou Présepi reste dans la maison tout au long de l’année, à la maniere des familles Bouddhistes qui laissent leur petite pagode eclairé dans un coin de la maison. La Nativité fit souvent l’objet de représentations. La tradition niçoise en a conservé.

photos-2010b-0026-copie-1.JPGphotos-2010b-0118.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On sait que la crèche fut inventée, au XIIIème siècle par Saint-François d’Assise, et se développa ensuite en Europe. On connaît la tradition provençale des santons. De fait, la crèche niçoise, ou Présepi, qui trônait à l’année dans tous les foyers, parfois protégée sous un globe de verre, est moins spectaculaire que la crèche provençale et ses dizaines de santons.  Elle se rapproche de la crèche originelle, ne se composant que de l’Enfant Jésus, Joseph, Marie, le boeuf et l’âne.

photos-2010b-0056-copie-1.JPG De même, ses sujets ne sont pas en argile, comme les santons provençaux, mais en bois, en carton-pâte ou, pour les plus délicats, en cire. De nos jours, à Lucéram, à l’Escarène, à Breil, Sospel ou la Brigue on joue encore dans l’église la pastorale, ou tout au moins l’Ouferta, c’est à dire l’offrande à l’Enfant des cadeaux des habitants, produits du terroir et autres objets familiers.

photos-2010b-0073-copie-2.JPG

la Plaça Massena a Nissa

 

Enfin, différents actes symboliques parsèment ces 2 jours du retour de la lumière...
Traditionnellement, dans le temps de l’Avent, on devait nettoyer maisons, bergeries, écuries et étables, renouveler mobilier et ustensiles, et achever ce cycle par un geste symbolique. Le soir du 24 décembre, dans la cheminée, on éteint le feu ancien. L’ainé de la famille donne au plus jeune enfant un tison pour rallumer un feu nouveau, avec des bûches de bois fruitier (souvent de l’olivier), et l’asperge de quelques gouttes de vin de Bellet en faisant le vœu d’être encore tous ensemble l’année suivante : a l’an que ven, se sian pas mai que siguen pas mens.  C’est le cacha-fuec, expression devenue synonyme de réveillon en Niçois. Ainsi, rythmé de gestes et de mots antiques et simples, se dévide au fil du temps le Noël dans le comté de Nice.

photos-2010b-0075-copie-2.JPGOn fait ensuite, ce soir là, bien-sûr, le « repas maigre », lou gros soupà sans viande, avec morue à l’aigre-douce ou ravioli maigres aux herbes (en souvenir des sept douleurs de la Vierge). Puis on se rend à la messe de minuit, en n’oubliant pas de relever les coins des trois nappes superposées sur la table, afin que les diables ne s’y accrochent pas pour monter dévorer les treize desserts, que I’on dégustera au retour. Le lendemain enfin, le déjeuner fera une large place aux viandes de toute sorte, singulièrement les boudins et l’agneau.

photos-2010b-0072.JPGphotos-2010b-0191-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour ces 3 repas, on place sur la table trois nappes superposées et trois assiettes de lentilles ou de blé plantés dans du coton le jour de la sainte Barbe.
On décore la table avec une branche de houx mais jamais de gui réputé porter malheur. On laisse toujours une place et une assiette pour "lou paure", un mot qui signifie en niçois "le pauvre", mais aussi "le mort". Cette tradition se perpétue en souvenir des défunts de la famille avec qui l’on avait fêté Noël autrefois.

photos-2010b-0136.JPGAu retour de la messe de minuit, on déguste donc les treize desserts qui symbolisent les douze apôtres et le Christ. Dans le Comté de Nice, les 13 desserts comprennent notamment la tourte de blette et la tarte à la confiture de coings ou de noix, la fougasse à la fleurs d'orangers,la pompe à huile qu’il faut rompre car si on la coupe, on est ruiné dans l’année,le nougat blanc et noir,les dattes avec le O gravé sur son noyau qui rappelle l’exclamation de la Vierge, du Bon-Joseph ou de l’Enfant-Dieu lorsqu’ils gouttèrent le fruit , les fruits confits, les fruits secs, symboles des quatre ordres Mendiants : amandes, les Carmes aux pieds nus; figues, les franciscains; raisins secs, les Dominicains; noix, les Augustins. Les gourmands fabriqueront le «nougat de Capucin» en glissant une noix dans une figue sèche,ainsi que les dattes fourrées à la pate d'amande , puis les mandarines et les oranges de Bar sur Loup dont on fabrique avec les peaux des veilleuses que l’on place dans la crèche et qui dégagent une odeur agréable, emplie des souvenirs des Noël précédents. On trouvera aussi les pommes, les poires, et surtout les raisins de Saint-Jeannet mis à conserver avec la cire sur les «pecoul» (le pédoncule) depuis le mois de septembre, enfin, les poires au vin cuit.

photos-2010b 0101-copie-2

Les desserts sont bien sûr arrosés avec le vin cuit dans lequel on trempera la fougassette, et avec les liqueurs faites à la maison comme l’eau de vie tirée du reste des vendanges.

Le lendemain midi, le repas est composé de viandes de toute sorte, notamment les boudins et l'agneau, trulles et fromage de tête « produite » par le cochon tué quelques jours avant... Le soir du 25 décembre, on finit les restes sur la troisième et dernière nappe. Voila ! Mes chers blogopotes, vous venez de découvrir la tradition d’un Noel Niçois….

photos-2010b-0154.JPG
bouòni Calèna mi amic de la taragnina é Issa Nissa per toujou !  e bouon cap-d'an a toui.

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 17:22

 photos-2010b-0054.JPG

De nos jours, Il y a des salons de l'auto, de la décoration, du mariage , de la chasse et de la pêche et meme "heros... Mystic". Mais celui qui fait le plus saliver, c'est le salon du chocolat et des gourmandises.

photos-2010b-0049.JPGphotos-2010b-0001-copie-2.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chaque année, Antibes Juan-les-Pins nous propose un avant-goût des chocolats de Noël en accueillant le Salon du Sucre et du Chocolat vers la fin du mois de novembre.
La 37e exposition Sucre & Chocolat est un événement organisé par l’Union des Artisans Pâtissiers des Alpes-Maritimes, qui a pour vocation de faire connaître le métier de pâtissier auprès du public, au travers de concours de pâtisserie et de nombreuses démonstrations: concours de pièces montées, concours de pièces artistiques en sucre ou en chocolat, sculpture sur glace vive.

photos-2010b-0023-copie-1.JPG photos-2010b-0080.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette manifestation, coordonnée par le maître pâtissier Christian Cottard, est aussi le rendez-vous incontournable des gourmands de la Côte d’Azur. Cette édition 2010 sera également marquée par la visite du chef étoilé Christian Plumail qui livrera quelques astuces pour la préparation de desserts.

photos-2010b-0027-copie-1.JPGphotos-2010b-0078.JPG  
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce salon est une véritable vitrine du métier de pâtissier et le public peut découvrir de véritables œuvres d’art éphémères produites par les mains expertes de ces pâtissiers qui filent le sucre ou modèlent le chocolat. La mode, la tendance du moment est au chocolat sans sucre, et au chocolat au lait. Les élèves des écoles de la cotes d’azur sont présentes, comme le lycée hôtelier Paul Augier ou la faculté des métiers  de Cannes pour ne citer que ceux la , les deux écoles les plus titrées de France.

photos-2010b-0033-copie-3.JPG

photos-2010b-0075-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toutes les spécialités de la pâtisserie française sont représentés et bien sur ceux de la patisserie locale comme la « fort carré ». Alors comment vais-je aborder ce salon tout en restant au régime ?

photos-2010b-0074-copie-1.JPG photos-2010b-0008-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les pâtissiers pendant des heures  préparer les « Fort Carré » du Salon du sucre et du chocolat, sans même passer par la case crise de foie ! Le pari était risqué.  Voir ces litres de chocolat dégouliné des marmites de cuivres est une épreuve insurmontable. Mais, me connaissant, rien n’est impossible.  Voir préparer tout une matinée durant de ce nectar des dieux que l'on appelle communément chocolat, sans même y jeter un doigt ? Vous devez vous dire, il va certainement craquer. Me demander de ne pas toucher aux « Fort Carré », ceux-là même qui sont présentés au public du salon du sucre et du chocolat. Autant demander à mon chien de regarder un gros steak sans y tremper ses crocs. Impossible je vous dis ! Allez, on continue l’épreuve ….

photos-2010b-0060-copie-3.JPG  Tout d’un coup, j’entends une voix qui me dit ! Vous voulez essayer Monsieur de fabriquer du chocolat ? Une invitation entre les arômes de cacao et les effluves sucrés. Laissez-vous tenter.... Je laisse mon appareil photo de coté…

photos-2010b-0013-copie-1.JPGphotos-2010b-0069-copie-3.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En tenue de l'apprenti modèle, tout de blanc vêtue, toque sur la tête.Spatule en main, je tourne et retourne dans le « cul-de-poule » géant que vient de me tendre mon nouveau maître près de 4 kg de plaisir interdit. Une mare onctueuse et brune dont l'odeur m'oblige à bien fermer la bouche. L'œil rivé sur le thermomètre laser qui se balance juste au-dessus. Telle une épée de Damoclès. Je ne dois surtout pas saliver. Christian Cottard s'empare de la spatule chocolatée, l'examine plusieurs secondes, cligne des yeux. Bien ! Aucune veine. » Comprenez que la pâte est parfaitement homogène.

photos-2010b-0077-copie-1.JPGphotos-2010b-0073-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le plateau voisin, une ganache prédécoupée me fait du pied. Des dizaines de petits carrés qui sont donc mes... « Forts carré ». Je ferme les yeux, mes papilles attendront. Sans regarder, Je saisis la fourchette à trois dents, me faisant un devoir de plonger ces trésors, un à un, dans leur bain de calories. Je n’en peu plus, cela devient une torture insupportable, je demande que l’on me remplace. Le chef pâtissier me répond à nouveau : Le beurre de cacao est bien assimilé par l'organisme et le magnésium de très bonne qualité. Bien manger ne fait pas grossir, vous devez le savoir  !

photos-2010b-0056.JPGC’en est trop, je reprends mon appareil photo, je me dirige vers la moto pour repartir au plus vite sans me retourner.  Voila t’il pas qu’après quelques kilomètres, la pluie se met à tomber glaciale, drue, forte …. Mais pourquoi Seigneur suis-je puni ? Je n’ai pas péché par gourmandise. Je vous l’avais bien dit que j’étais maso !

                               DIAPORAMA DU SALON

Repost 0
Published by BIKER06 - dans ARTS BIKERS
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 18:50

  photos-2010b-0033.JPG

Situé à 630 mètres d'altitude, et à 25 kilomètres de Nice et de Monaco, le village de Peille est parmi les petites cités médiévales dont peut s’enorgueillir la Côte d’Azur. Ses vieilles rues aux passages voûtés, lui ont gardé son caractère moyenâgeux, et ses pierres patinées et usées par l’injure du temps, rappellent et témoignent d’un lointain et glorieux passé, il est sans contredit l’une des plus délicieuses cités où règnent le calme et la douceur des premiers âges.

photos-2010b-0062.JPGphotos-2010b-0065.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les forêts environnantes, boisées en pins maritimes, charmes, figuiers et chênes divers, sont parcourues par des sentiers agrestes serpentant parmi les thyms, les lavandes et autres plantilles aux senteurs enivrantes très typiques du Comté Niçois. Il faut également admirer la vallée d’oliviers qui s’étend de Peille à la Grave de Peille considéré à juste titre comme l’une des meilleures huiles de la région exclusivement fait à partir de cailletiers AOC Nice.
Ce village d’origine Celto-Ligure passe  à partir de 1388 à la Maison de Savoie, relève des états Sardes et du royaume de Piémont-Sardaigne, il sera annexé à la France en 1860 comme tout le comté de Nice.

photos-2010b-0084.JPGla plaque leo ferre sur le mur de la maison à gauche


Léo Ferré a habité ce vieux village à l'histoire de ce dernier, il a écrit une chanson-hommage, "Peille", où il évoque ses souvenirs du village, notamment un restaurant qui existe toujours « chez Cauvin Nana ». Léo Ferré se régalait chez Cauvin. Un tiers de sa chanson intitulée « Peille » est consacré à la générosité d’Anne Levamis, fille d’un ancien maire du village. Une aide-soignante passée au piano en 1972. Nana fut l’amie de Léo Ferré, au temps où elle était jolie môme. Cette adresse bien connu des Niçois est une véritable institution comme à pu l’être celle de la mère barale à Nice. Tout est fait maison et même cultivé par elle dans son potager.
 C'est au cœur du village, le long de la petite montée en escaliers de la place Carnot, qu'une plaque de bronze immortalise le coup de cœur prolongé de Léo Ferré avec Peille. L’artiste est d'ailleurs né pas très loin de Peille, dans la principauté de Monaco ou il est d’ailleurs entérré trés discretement.

photos-2010b-0090.JPGLe restaurant de Nana en bas à gauche


L’histoire et la toponymie des noms prouvent encore bien  que celle-ci est très liée à l’histoire du pays voisin. Le premier seigneur de Peille connu est le comte Albino Bobba investi le 20 avril 1614. Peille lui fut inféodée pour le dédommager des dettes sur le Prince de Savoie Charles Emmanuel I. Lui succède le comte Pellegnino le 25 juillet 1633. Le chevalier Cairo investi en 1649, ne fut pas accepté par les habitants, il revendit ses droits en 1650 au sénateur Blancardi, puis le 22 juin 1651 à Jean Paul Lascaris. La famille Lascaris devient comte de Peille, titre qui restera dans la famille jusqu’à Jean Paul Augustin qui mourut émigré, à Vintimille le 9 novembre 1797.

photos-2010b-0163.JPGphotos-2010b-0169.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La famille Lascaris est une des plus anciennes et certainement la plus illustre du Comté de Nice. Cette famille des comtes de Vintimille tient son nom d'un Guillaume-Pierre qui a épousé au cours d'une croisade en 1261 Eudoxie, une fille du dernier “basileus”, ou empereur de Nicée, Théodore II Lascaris.

photos-2010b-0095.JPGphotos-2010b-0144.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le village avec ses bâtiments du 12e siècle et 16e siècle représente un ensemble médiéval exceptionnel : maisons gothiques, porches, linteaux sculptés, passages sous voûtes, escaliers extérieurs, fers forgés, ruelles en calade, traces d'un château cité au 13e siècle au Baou de Caster (monument aux morts), ruines d'une enceinte percée de meurtrières, entourant les restes d'un donjon carré au Castellet, restes de l'enceinte du 14e siècle du village, courtine et tour carrée. Dans le bourg, place Lascaris fontaine gothique, 2 demi-arches sur pilier roman, façade du palais du juge Mage ou palais des Consuls 13e/14e siècle (porte romane, porte ogivale, fenêtre géminée), hôtel de la Gabelle, ogival.

photos-2010b-0069-copie-1.JPGOn remarquera  au dessus des portes, des linteaux sculptés, de motifs variés, où l’on retrouve  les trois lettres IHS, les trois lettres signifient “Iesus Hominum Salvatori”, (Dieu Sauveur des Hommes) comme, je vous l’ai déjà fait voir au village de la brigue dans la vallée de la Roya ainsi que des croix de Savoie. Il faut enfin savoir que peille possède son propre dialecte, le parler peilhasc, proche de la langue niçoise et auquel un érudit, pierre gauberti, a consacré un dictionnaire encyclopédique de la lenga di pelha. On terminera la visite de Peille en mentionnant sa Via ferrata.

photos-2010b-0102.JPG 

la fontaine de Mathieu

 

La via ferrata est un bel itinéraire de randonnée sportive réservé aux amateurs de sensations fortes, avec aménagement d'echelons, pont de singes, câbles métalliques, et broches permettant de progresser sur des parois escarpées toutes proches du village. Au milieu du pont de singe principal, vous surplombez le gouffre au bas du village. Vous n’avez pas intérêt d’avoir le vertige car la chute sera spectaculaire. D’ailleurs celui-ci s’appelle le surplomb de la justice …. Divine sans doute !

photos-2010b-0138.JPGphotos-2010b-0140.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec prés de 900 mètres d'équipements la Via Ferrata de PEILLE rivalise avec les plus belles réalisations du genre et le plaisir d'évoluer en toute sécurité dans cet univers du vide et du vertige vous procurera des sensations et des émotions très forte. Il permet à celui qui effectue cet itinéraire de découvrir un milieu écologique naturel impressionnant des montagnes méridionales. Pour les plus sportifs, il vous fera cinq heures pour parvenir à faire cette randonnée aérienne.

photos-2010b-0159.JPGl'un des ponts de singes de la via ferrata


A Peille, je m'en vais ce soir avec Marie
Je vous salue, Madame, avec tous vos amis
On regarderait bien dans les yeux de Nana
Pour y lire, amoureux, la table des matières
Qu'elle t'apporte comme un bouquet de lilas
Mais de ceux qui se mangent et là elle exagère
"Voulez-vous des farcis ? Des raviolis d'étoiles ?"
De cette daube antique où coule la vallée

photos-2010b-0258.JPGLes moutons sont toujours la Dany ! comme dans la video le village n'a pas changé


Du mouton qui revient de la mer à la voile
À Peille, j'ai laissé Mathieu dans la fontaine
À Peille, je m'en vais pour laisser mon passé
Chaque fois que j'y passe, j'en reprends un morceau
Et l'eau qui l'a gardé me l'a rendu tout frais
Comme d'un souvenir lorsque l'instant paraît
Du fond de ce village où les pierres se parlent
À Peille, je m'en vais ce soir avec Marie
Je vous salue, Madame, avec tous vos amis
Léo Férré

photos-2010b-0091.JPGje terminerai ma route en passant par la vallée du var , en aperçevant d'autres villages perchés comme Bonson, Bouyon et Coursegoulles ou l'on peut admirer quelques vues à la fin de mon diaporama.
DIAPORAMA DE PEILLE & DE LA BALADE

 

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 14:30

 septembre-2010 0143

Fort de Rimplas

 

Mosaïque de royaumes, de principautés, de duchés, de marquisats, le comté de Nice fut souvent le théâtre permanent de conflits et de luttes d’influences.
Ces affrontements historiques ont largement façonné le département des Alpes Maritimes nommée ainsi pour la première fois sous l’empire Romain.
Les grandes puissances européenne ce sont de tout temps arraché ce territoire hautement stratégique et fortement convoitée pour son ouverture maritime sur le monde méditerranéen.

 septembre-2010-0095.JPGseptembre-2010-0116.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Français, Autrichiens, Espagnols, Allemands, Savoyards, Lombards, Sarazins, Italiens, Goths et wisigoths, Romains, Grecs et Ligures ce sont souvent empoignés pour posséder celui qui deviendra des siècles plus tard la destination touristique la plus connu au monde.

septembre-2010-0113.JPG
Maitriser les alpes, accéder à la royauté, s’étendre vers la méditerranée et la péninsule italienne, telles ont toujours été les ambitions de la maison de Savoie. Dans ce désir de conquête territoriale, le comté de Nice occupait une position stratégique, puisque le port de Nice/Vilafranca constituera le seul débouché maritime sur la grande bleue pour les états de Savoie avant que celui-ci ne possède le port de Gênes à partir de 1815. Les « Savoie » en ce temps la édifièrent des forts imposant comme celui du Mont Alban.

septembre-2010-0087.JPG
Plus tard quand le comté fut annexé à la France, l’état français commença à bâtir des lignes défensives sur ses nouvelles frontières avec l’Italie en bordure du versant piémontais. Puis ce fut une seconde phase de construction qui s’opéra dans les années 1930 avec l’édification de la ligne Maginot.
L’histoire mouvementée, la nécessité de se défendre et de se protéger, le relief tourmenté des Alpes Maritimes ont contribué à bâtir au fil des siècles un patrimoine fortifié exceptionnel.

septembre-2010-0119.JPGseptembre-2010-0173.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

echelle montant à la cloche

 

  Après vous avoir fait découvrir le fort de Saint Agnès avec mon article sur l’un des plus beaux villages de France, partons à la découverte du fort de Rimplas et le blockhaus sur la route du col de la Moutiere.
C’est en redescendant de la balade  des gorges du Cians que je m’aperçois que la lourde porte du fort de la frassinéa est ouverte. Je fais vite demi tour avec la moto et je me gare sur un coté de la route. En temps normal, ce site est protégé par des cameras et il est interdit de s’en approcher (zone militaire). Je crie tout fort « il y a quelqu’un ? » et voici qu’il arrive un bonhomme me saluant et me demandant « mais que se passe t’il ? ». C’est le président de l’association de la conservation des forts de la ligne Maginot. Il me répond que l’on ne peut pas visiter… je le supplie ! J’insiste, je balance le nom d’un président de la section « Rhin & Danube » que je connais bien. Il accepte … coup de bol !

septembre-2010-0120.JPGPrototype de la ligne Maginot, l’ouvrage de Rimplas est édifié en 1927 afin de protéger la Tinée qui constitue une voie d’invasion vers la ville de Nice en raison de sa jonction avec le Var. L’ouvrage de la Frassinéa était destiné à compléter le dispositif de défense contre les attaques italiennes. Mon hôte m’explique tout, le site pouvait accueillir 30 soldats, il était armé d’un canon antichar de 47mm. Il pouvait fonctionner avec 3 mois d’autonomie (vivres, munitions), une source d’eau potable jaillit naturellement à l’intérieur.

septembre-2010-0137.JPGQuelques jours avant cet heureux hasard, j’avais pu découvrir le petit ouvrage du col de la Moutiere. Souvenez-vous, c’était l’article sur la plus haute route d’Europe et le passage ou la route devenait une piste pendant 10 kilomètres.

septembre-2010-0144.JPGOuvrage au col de restefond


Le Petit ouvrage du col de la Moutiere est un ouvrage fortifié d’infanterie situé à 2 440 m d'altitude. Celui-ci se trouve à l’abandon, il est même ouvert aux marmottes et aux promeneurs. A l’origine, il possédait deux canons de 75 mm. Il est constitué de 3 blocs plus un bloc cheminée, il devait interdire la route menant de Barcelonnette à Nice sur la ligne Maginot. A son pied, les traces de l’histoire ont laissé une borne frontière ou l’on peut découvrir une Fleur de lys et une croix de Savoie qui délimitait le Royaume de France et les Etats  Savoyards.

borne-frontiere.JPGLa ligne Maginot est une ligne de fortifications et de défense construite par la France le long de ses frontières avec l’Allemagne et l’Italie, durant l’entre deux guerres. Un fort Maginot est composé principalement de blocs souterrains, accompagnés de systèmes de ventilation et de surpression protégeant des gaz, qui permettaient aux troupes de vivre en autonomie plusieurs mois comme dans un sous marin.

septembre-2010-0157.JPGOuvrage de la Moutiere


Se balader aux grés des routes des Alpes Maritimes, c’est se replonger dans l’histoire d’un passé prestigieux qui à laissé de fortes traces dans les mémoires collectives. Ici la route n’est jamais la même …… Tout le long de celle ci on pourra comprendre la forte identité qui a fait la culture et le patrimoine du peuple Niçois.

                          DIAPORAMA DES FORTIFICATIONS

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 10:05

Aout-2010-0121.JPGLa villa Hanbury  

 

A quelques centaines de mètres de Menton la ville aux fruits d’or, la Riviera ne s’appelle plus la « Cote d’Azur » mais prend le nom de « Riviera del Fiori » On y trouve des jardins suspendues de toute beauté, C’est l’une des plus belles palmeraies du continent Européen avec Elche en Espagne, nous sommes sur la Ligurie italienne, une oasis historique d’acclimatation botanique et de paysages surprenants qui avancent vers la mer à tendance subtropicale. La provincia di Imperia est la sœur resplendissante du département des Alpes Maritimes. C’est aussi notre jardin ….

Aout-2010-0094.JPGAout-2010-0130.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au Moyen Âge a été érigée en bordure une tour de guet, qui faisait partie du système de défense du territoire de Vintimiglia. C’est autour de cette garnison qu’a été édifiée la villa, qui au début (XIe) a appartenu à la famille Lanteri, et ensuite, à partir de 1620, aux Orengo, une des familles les plus riches et les plus puissantes de Vintimille. Ces derniers cédèrent les bâtiments et les terrains aux Hanbury, en 1867. Thomas et Daniel Hanbury étaient deux frères qui avaient fait fortune en Extrême Orient, aux Indes et en Chine.

Aout-2010-0157.JPGLeur retour en Europe a été identique à celui que firent beaucoup de leurs compatriotes, qui n’aimaient pas l’Angleterre en hiver et qui avaient été conquis par les couleurs, les parfums et la végétation qu’ils avaient pu apprécier dans les colonies. Les deux frères s’orientèrent donc vers la Cote d’Azur, où ils visitèrent différentes localités déjà intéressées par la recherche de l’acclimatation de plantes exotiques, ils choisirent finalement ce pan extrême de la Riviera Franco Italienne.

Aout-2010-0132.JPGAout-2010-0152-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La villa avait l’apparence des demeures bourgeoises (palazzo) de l’âge moderne. Au début, les travaux d’aménagement furent entrepris sous la direction de Daniel, qui était un botaniste passionné. Et grâce aux contacts que Thomas avait dans un milieu influent déjà bien fourni d’Anglophones sur la Riviera, ils purent se procurer des plantes provenant des pépinières de la Côte d’Azur, non loin de Menton comme  celle de la villa de Gustave Thuret à Antibes que je vous ai déjà présenté.

Aout-2010-0232.JPGLes Jardins Hanbury sont une véritable source d’émotions à toutes les saisons et de sérénité pour l’esprit. Je ne saurai citer tous les milieux créés et toutes les plantes rares, étranges, dont la seule présence en Europe tient du miracle. (Yuccas, oponces, agaves, aloès, Aloe hanburyana, cactées, ficus Rubiginosa et Nolina longifolia, Dovyalis caffra)  le site  est classé historique et extraordinaire par l’état italien et il a été confié à la prestigieuse université de Gênes.

Aout-2010-0178.JPGAout-2010-0228.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il  est l'un des  jardins botaniques les plus importants d'Europe. En 1912 on dénombre déjà 5 800  espèces de plantes recensées dans le jardin. Sur les 18 hectares que comptent le jardin, neuf sont occupés par des espèces méditerranéennes et les neuf autres par des espèces exotiques provenant du Mexique, d’Afrique du Sud, d’Australie, du Japon ou des Indes etc...

Aout-2010-0174.JPGAout-2010-0208-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On peut ainsi y admirer une petite forêt australienne, un jardin mexicain, une grande variété de succulentes originaires des différents déserts du globe et une belle collection de cycadées d'Extrême-Orient. Dans la partie haute de la propriété on peut voir des glycines et des lilas; le long du torrent: des lauriers-roses; au pied des murs: des passiflores, des roses, du lierre et des bégonias; dans la partie au sud: des agaves, des aloès, des cactus, des yuccas, des oponces et des euphorbes. Il y a aussi la palmeraie, les jardins monochromatiques destinés aux fleurs de saison, la plantation d'agrumes et le verger.

Aout-2010-0242.JPGCertaines décorations éveillent la curiosité du visiteur et sont un témoignage de la culture des anciens propriétaires : la cloche japonaise qui provient d’un temple bouddhiste de chingon, les fontaines avec des décorations singulières, les mausolées où reposent pour l’éternité les cendres de Dorothy (Petit Temple des Quatre Saisons) et de Thomas et de sa femme (Mausolée Mauresque). Nombreux ont été les hôtes célèbres qui ont visité le parc, même des princes et des rois, et le mythe de la Reine Victoria, souveraine du puissant Empire Britannique de l’époque, est encore vivant aujourd’hui.

Aout-2010-0249.JPGAout-2010-0235.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trois à quatre heures sont nécessaires pour prendre le temps de flâner, de photographier, de relever le nom des plantes pour les amateurs de botanique, et pour jouir d’une pose méritée en bord de mer ou se trouve une petite maison de gardien aménagé en buvette et restauration. Le jardin est suspendu à la mer et tout en descente. L’été avec la chaleur, la remontée de celui-ci n’est pas une mince affaire, quasiment sur les rochers qui bordent la mer et si vous souhaitez réaliser une visite complète, le relief de la côte, entre Nice et Menton, ne se prête pas à l'existence de jardins plats, tels que l'on pourrait en visiter de plein pied, dans d'autres régions.

Aout-2010-0301.JPGNon, là en l'occurrence, il faut "crapahuter", monter des escaliers, se rendre de restanque en restanque, pour admirer la beauté des lieux. Néanmoins, on ne regrette pas cette visite d’un des plus grands jardins de la Riviera italienne.

Aout-2010-0285.JPGPersonnellement j'affectionne ce relief, car il donne l'impression que les montagnes se jettent dans la Mer. J’apprécie en outre un certain désordre naturel, qui donne à ces lieux un aspect plus sauvage, contrairement à certains jardins très rangés, où les espèces sont disposées de façon très organisées.

Aout-2010-0345.JPGLes amateurs de jardins botaniques doivent impérativement  visiter cet endroit magnifique, si vous habitez dans la région, ou si vous passez des vacances dans le coin. Vous ne serez sans doute pas déçus par l'harmonie des couleurs, et l'ambiance sereine qui y règne. La route de Mortola à Menton passe aussi devant le village (hameau) de Grimaldi ce qui vous donnera l’impression d’être en plus dans un endroit tout a fait princier… Ciao, gradito la visita ?

                  DIAPORAMA DE LA VISITE D'HANBURY

Repost 0
Published by BIKER06 - dans LES PHOTOS
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 16:27

Aout-2010-0018.JPGLe pont vieux de Sospel. Photo prise au bord de la Bevera

  

Au XVIIème siècle, la vague Baroque issue de la Contre Réforme catholique déferle en provenance de Rome vers Turin, alors capitale des Etats de Savoie, et vers le Comté de Nice. Plus de 80 monuments, des églises aux orgues historiques, des palais et chapelles de Pénitents sont ouverts au public. Vous avez l'occasion de découvrir et admirer les édifices religieux parmi les plus prestigieux des Alpes Maritimes. Au milieu d’une nature méditerranéenne florissante, aux portes du Parc National du Mercantour, nichés au cœur des villages perchés, ces monuments construits aux XVIIe et XVIIIe siècle jalonnent la « Real Strada » de leurs clochers vernissés et de leurs façades colorées.

Aout-2010-0016.JPG  Facades en trompe l'oeil à Sospel

 

Si en France, terre du classicisme dont Versailles sera un phare, les projets baroques de Bernini et de Guarini sont tous refusés, ils sont pourtant les modèles de tous les États italiens et se diffusent en Europe puis jusqu’en Amérique du Sud.
La Ligurie est donc naturellement submergée par la vague baroque. Le comté de Nice et Monaco (qui à l’époque incluait Menton) le sont aussi. Il faut souligner qu’ils font partie, non pas de la France mais, depuis 1388, des États de la Maison de Savoie qui s’étendent du Nord des Alpes à la Méditerranée, incluant le Piémont et la Sardaigne. Leur capitale est Turin.

Aout-2010-0014.JPGAout-2010-0022.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Art de la Contre-réforme, le baroque se veut démonstratif. Les bâtiments du culte sont mis en scène. La façade fonctionne comme un rideau de théâtre, imposante, augmentée par ses ailerons et son fronton, parfois accentuée de parties concaves ou convexes pour saisir le fidèle. Ses enduits colorés rompent avec les édifices antérieurs. C’est le choc esthétique, l’éblouissement voulu par cette profusion décorative d’ors, de marbres vrais ou feints et de stucs.

Aout-2010-0025.JPG

Eglise Saint Michel de Sospel

 

Dans la Ligurie du Ponant comme dans le comté de Nice, cet art démonstratif non seulement n’a rencontré aucune résistance mais semble avoir comblé l’âme profonde des populations qui, par les processions très théâtrales de leurs confréries de pénitents, le décorum des grands moments de la vie religieuse, publique et même privée ont toujours eu à cœur d’extérioriser leur foi et leurs sentiments, leur personnalité.

Aout-2010-0031.JPG

Facade en trompe l'oei sur la place de l'eglise de Sospel

 

Aujourd’hui encore, on peut dire que cet héritage baroque correspond à notre mentalité profonde et aux racines de notre culture. Malgré les bouleversements touristiques du XIXe et du XXe siècle qui virent naître la Riviera-Côte d’Azur, pôle touristique mondial, cette authenticité reste très forte, elle est l’âme authentique de mon pays.

Aout-2010-0047.JPGAout-2010-0050.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre-Dame de la Menour 

 

En partant de Menton, j’arrive à Sospel au bout de 20 km en passant par le col de Braus. Sospel fut un village très important au Moyen Age avec le passage de la route du Sel. Cité épiscopale dès le 5ème siècle à l'atmosphère médiévale de la vieille ville, aux façades souvent décorées de superbes trompe-l’œil, qui déclinent leurs camaïeux d'ocres et de bruns le long de la rivière bevera.On peut admirer de nombreuses demeures gothiques, des rues pavées, des places à arcades et  la cathédrale Saint Michel , la première église baroque de mon parcours. Je passe son célèbre Pont vieux à péage, un pont fortifié datant du XIIIe siècle, un des derniers d'Europe, pour prendre la route du col de Turini. Ce pont séparait le village en deux qui était autrefois sur deux pays différent.

Aout-2010-0052.JPGPuis à la sortie d’un virage après le village de Moulinet, je vois soudain à  l’horizon, fermé jusque-là par les hautes parois de pierre des gorges de la Bévéra, s’entrouvrir sur une apparition surprenante : Notre-Dame de la Menour, sur son éperon rocheux, elle est la protectrice des pilotes du rallye Monte Carlo.

Aout-2010-0058.JPGLe col de Turini est célèbre dans le monde du rallye automobile puisqu'il est emprunté presque systématiquement par le rallye Monte-Carlo. Les routes accédant au sommet du col comportent de nombreux lacets en épingle à cheveux et de beaux points de vue sur la mer Méditerranée. La spéciale du Turini est un tracé mythique rassemblant tout ce qui fait de ce rallye l’un des plus durs mais aussi des plus magnifiques avec le Corse bien sur ! Situé à 1607m d'altitude, le Col de Turini a vu passer les plus grands pilotes de l'histoire du rallye, leur réservant à chaque fois son lot de rebondissements. Difficile et dangereux, ce chrono a pris au piège nombre de pilotes. Larrousse, Waldegard, Delecour, Grönholm ou Solberg, autant de noms qui ont trébuché sur le Turini. Mais c'est aussi là que des légendes du rallye sont nées, et c'est dans ce paradoxe que réside tout ce qui fait la beauté de cette spéciale.

Aout-2010-0062-copie-1.JPGOn arrive maintenant à la seconde église baroque de mon circuit au village de l’Escarene. L’église Saint Pierre Es Liens est une petite merveille baroque du 17ème siècle qui compose, avec ses chapelles des pénitents Blancs et Noirs, un ensemble exceptionnel classé monument historique. Ensuite, une flânerie dans les ruelles et sur les vieux ponts de pierre s'impose : entre la place de la Gabelle, le Pont Vieux ou la "Carriera dou Mitan" avant de prendre la descente sur Nice.

Aout-2010-0313.JPGPour rejoindre de nouveau Menton, je passe par le village de Peille qui fait parti de ce que l’on nomme les cinq magnifiques. Les villages médiévaux de Peillon, Gourdon, Saorge et Saint Agnes qui sont accrochés à la montagne. Peille possède une « Via Ferrata » de niveau difficile.

Aout-2010-0315.JPGAout-2010-0318.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La "Via Ferrata" est une bien étrange appellation pour qui ne maîtrise pas la langue de nos amis italiens, car ce sont eux qui installèrent dans les Alpes Dolomitiques, les premiers équipements à des fins militaires pour faciliter le déplacement des troupes en montagne. Ainsi "via", signifie voie, et "ferrata" ferrée. Maintenant la via ferrata est un itinéraire sportif, situé dans une paroi rocheuse, équipé avec des éléments spécifiques (câbles, échelles, etc).C’est une activité intermédiaire entre randonnée et escalade.

Aout-2010-0319.JPGMon itinéraire se termine à nouveau avec Menton et la présentation du 3é  édifice baroque de mon article : la basilique Saint Michel Archange. Avec sa façade, son clocher, son parvis formé de galets représentant les armoiries des Grimaldi, ses rampes majestueuses, elle est un joyau de l’art baroque. Menton est une des étapes clés de cet itinéraire touristique. La boucle que je viens de vous proposer est l’une des plus belles balades de la cote d’Azur. Je termine mon circuit par la perle de France car ensuite je vais visiter l’une des plus fabuleuses propriétés des environs. La villa Hanbury…

                          DIAPORAMA DE LA ROUTE NISSO LIGURE

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 10:22

Aout-2010-0039.JPG Beaucoup de vieilles marques et de modèles anciens sont présents, voitures sportives, de luxe, populaires, il y en avait pour tous les goûts : des Fiat, des Peugeot, des Citroën, mais aussi des Delahaye, des Talbot, des Corvette et des Jaguar. La plus vieille voiture exposée, une Spider FIAT 509 A, date de 1927. Son propriétaire, Maxime Bontempi, ferrailleur à l'époque, l'a sauvée de la casse en 1955. Pendant quarante-cinq ans il ne l'a pas touchée et ce n'est qu'à 68 ans, arrivé à la retraite, qu'il a décidé de la restaurer.

Aout-2010 0034D’ailleurs parmi cette population de passionnés, il y a beaucoup de personnes de la génération des années 40 et 50 voire 60.  Je rencontre quelques collectionneurs mouginois  connu de l’époque ou je leur distribuais le courrier.

Aout-2010-0023.JPGLa commune de Roquefort Les Pins est idéalement placée, entre Villeneuve Loubet et Grasse, sur la route reliant la mer à la montagne. Le rassemblement, cinquième du nom malgré le mauvais temps, a réuni sur le parking des écoles, l’esplanade du Centre culturel et le jardin des Décades un très large panel de mécaniques anciennes à deux et quatre roues.

Aout-2010-0029.JPG

les americaines sont souvent tres impressionnantes

 

Nicolas Ventugol, mentor de cette manifestation, espère bien n’être qu’au début d’une longue histoire. Celui-ci n’a pas ménagé sa peine, rameutant l’ensemble des clubs autos et motos de la Côte d’Azur. Le principe de gratuité et la mise à disposition de barnums aux exposants ont donné l’élan et dynamisé l’événement.

Aout-2010-0057.JPGAout-2010-0035.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le matin dés l’ouverture à 9H, les tentes à peine montées, déjà les clubs investissent les emplacements. Au centre, sur un établi, un peu de paille, bidons, pompe à essence et divers objets rouillés, une classique sortie de grange aguiche le passant.

Aout-2010-0050-copie-1.JPGLe « Barjoteam » fidèle à son image de poignée en coin nous expose quelques machines de courses dont un 50cc Derbi usine, une 250cc Mondial de 58, 250 Bultaco Metralla et Gilera Saturno. Juste à côté, le stand du magasin « Old Racer » : le sympathique Damien Loubet a déplacé un 350 Terrot HS de 1927 et une 125 Honda RS de Grand Prix. Deux fanatiques de Club Gauthier, Jean Marie Arnold et François Lejars ne manquent jamais une occasion de faire briller les couleurs de leur marque fétiche.

Aout-2010-0004-copie-1.JPG  Contrairement à son nom , Dollar est une marque de moto Française

 

Leur faisant face, l’Association des Rétrocyclettes Villeneuvoise de Jean Louis Péniguet et le VEC Cagnes sur mer de Francis Fournier offrent à notre attention un large éventail de la passion, de la Mobylette à la Kawasaki H2, de la Peugeot P107 au Scooter Rumi, un peu plus d’une cinquantaine de machines.

Aout-2010-0040.JPGAout-2010-0074.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  André Mazzoni et Eric Musso de« Motos et scooters de Roquebrune Cap-Martin » arriveront en milieu de matinée, le premier sur une matchless de 41, le second sur une Favor de 26. On aura aussi remarqué la moto d’un ancien pilote de course Niçois devenu ministre : Christian Estrosi, ancien pilote moto des années 70 - 80 (4 fois champion de France et 1 fois vice champion du monde) qui ne se souvient plus guère qu’il a été motard. 

Aout-2010-0001.JPG

la moto d'Estrosi le ministre aux pertes de mémoire

 

Un incessant ballet de motos et voitures va animer la commune jusqu’au moment ou le ciel décidera de tomber sur la tête de tout ce petit monde par toutatix. Mais les passionnés malgré les conditions sont toujours heureux de se réunir et de bavarder autour d’une table.

Aout-2010-0072.JPGL’étalage de tous ces bouts de ferrailles n’est rien sans ferveur, comme cet homme racontant, chair de poule et larme à l’œil à l’appui, sa main mise sur les deux Egli qui tournaient dans Nice quand il était gamin. Mais n’oublions pas les voitures ! Les deux voitures les plus cotées : une Talbot, année 56, expertisée à 180 000 euros et une Jaguar XK 150 cabriolet, année 57, cotée entre 80 000 et 100 000 euros.

Aout-2010-0078-copie-1.JPGVers 11 h, les véhicules ont fait une sortie d'une vingtaine de minutes, parcourant : Le Plan, le Colombier et Notre Dame sous une pluie diluvienne.

Ont participé à la manifestation les clubs de collectionneurs suivants : 2 CV Club Côte Azur, club « La Luciole », Les Amis des Automobiles Anciennes des Baous, Club Alpine Côte d'Azur, Club des véhicules historiques de Cagnes-sur-Mer, Lambretta Club de France, Collection car's club de Cannes, Amicale Rétrocyclettes Villeneuvoises...

Aout-2010-0065.JPGL'exposition des vielles motos a également attiré beaucoup de monde. Mais ce sont les Lambretta et les Vespa des années 60 qui ont évoqué le plus de souvenirs.
Parallèlement, une bourse aux jouets anciens s'est déroulée dans la salle Charvet et une bourse bien fournie aux pièces détachées auto moto s’était installé dans la pinède qui s’est vite transformé en piscine boueuse pour les exposants.

Aout-2010-0068.JPGDommage pour les organisateurs, car leur rassemblement aura été une jolie réussite. malgré ce dimanche pluvieux . Mais, ce n’est que parti remise et on les retrouvera bien vite pour une sixième édition que nous esperons dés cet hiver avec un soleil plus conforme à la reussite et la bonne humeur des participants.

Aout-2010-0071-copie-2.JPG

                  DAIPORAMA DE CETTE EDITION

Repost 0
Published by BIKER06 - dans SHOW BIKES
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 18:07

Aout-2010-0273.JPG  Non ! Je ne vous emmène pas aux états unis et plus particulièrement en Arizona cet état Américain connu pour son grand canyon et ses grands espaces aux monolithes rouges. Je vous emmène à la découverte du haut pays Niçois ou le contraste stupéfiant d’une vallée à une autre peu à la fois faire penser aux montagnes du Montana ou bien à celle de l’Utah.

Aout-2010-0205-copie-1.JPGAout-2010-0259.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La nature a mis des siècles à creuser les magnifiques Gorges de pélites Rouges connues aujourd'hui au delà de nos frontières. Le travail incessant des eaux fougueuses du Cians a formé de profondes gorges taillées dans les schistes rouges de l'ère primaire. Les effets sont saisissants: passages de fissures trés étroites et profondes, successions de ressauts, de cascades, parois verticales, célèbres clues où sont aménagés des passages piétonniers (dans le site des grandes et des petites clues).

Aout-2010-0224.JPGLe Cians prend sa source dans le parc national du Mercantour, au pied du mont Mounier (2817 m). Petit torrent alpin tantôt à sec, tantôt impétueux lors de la fonte des neiges, il se jette dans le Var (le fleuve) après avoir réussi à creuser une roche de schiste rouge en formant une gorge d'une longueur d'environ 25 km avec une descente de plus de 1600 mètres. Phénoménal ! Aussi bien au niveau des versants abrupts que des sculptures naturelles, un parcours acrobatique, se faufilant à travers des clues profondes et étroites.

Aout-2010-0288.JPG
Une promenade sympa dans les différentes clues (grande et petite) procure un plaisir toujours renouvelé tout au long de mes flâneries dans un paysage que les rouges mettent en valeur d'une façon surprenante. La vallée du Cians est un point fort de la découverte de mon département, et à elle seule vous procurera, si ce n'est pas déjà fait, des sensations de plénitude dans un cadre qui reste unique en son genre appelé par certains le "Colorado" Niçois.

Aout-2010-0292.JPGAout-2010-0304.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout au long du parcours, on remarquera le contraste géologique entre le socle cristallin du Barrot, reconnaissable à ses terres rouges (pélites composées de sédiments volcaniques et de boues lacustres à la fin du primaire) et le site de Beuil, assis sur des séries sédimentaires de marnes et de calcaires déposées sur le socle à l’ère secondaire.

Aout-2010-0353.JPGLes eaux du Cians sont grossies par plusieurs cours d’eaux : les principaux étant le vallon de Challandre, le vallon du Raton, le vallon de la Cianavelle, le torrent de Pierlas et le ruisseau de Thiéry. Il est possible de descendre les trois premiers canyons, les deux autres étant interdits, trop dangereux.
La réputation de la vallée du Cians n’est plus à faire. Les stations de ski de Valberg et de Beuil regorgent d’activités sportives en tout genres allant de la marche au VTT en passant par le ski et l’escalade ou bien encore le parapente.

Aout-2010-0311.JPGAout-2010-0322.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les gorges inférieures du Cians n’en sont pas moins intéressantes, elles vous feront découvrir le curieux village de Lieuche perché à 850m qui réunit calme et sérénité dans un cadre grandiose. Les maisons anciennes vous rappelleront les villages de bergers. Du village de Pierlas, vous aurez les plus beaux points de vue sur les gorges du Cians, dans un calme envoûtant. Le village est aussi à lui seul un petit chef-d’œuvre de l’architecture de notre région et mérite que l’on s’y arrête (a voir dans mon prochain article).
Les gorges du Cians sont un site unique par ses tons de rouge de rose ou de safran contrastant avec la blancheur des cascatelles et la verdure qui l'habite. La flore dans cet ensemble minéral est trés luxuriante grâce à des sources innombrables. On a l’impression de voir la montagne avec ses falaises transpiraient comme si celle-ci était un être vivant. Ca coule et sa suinte à tous les passages voutés, surtout à l’endroit des grandes et des petites clues.

Aout-2010-0370.JPGLe canyon ne dépasse pas les 2 à 3 mètres de large par endroits et la lumière à beaucoup de mal à pénétrer les lieux. Les parois vertigineuses sont parfois si rapprochées que le ciel disparaît à la vue des cours d'eau. Les parois sont d'une extraordinaire couleur lie-de-vin provenant de l'oxydation du fer qu'elles contiennent. Des cimes de l'Argentera-Mercantour aux rivages de la Méditerranée notre région, dont l'histoire géologique remonte à plus de 500 millions d'années, constitue un véritable trésor pour les amateurs de géologie naturelle.

Aout-2010-0336.JPGAout-2010-0348.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’observation avertie de la palette de roches et terrains qu'elle rassemble permet de reconstituer l'histoire mouvementée des reliefs d'apparence paisible qui composent les paysages du département des Alpes Maritimes. Dans le cadre d’études réalisées au sein du Département de Minéralogie du Muséum d’Histoire Naturelle de Genève, les grandes potentialités minéralogiques de notre région ont été reconnues exceptionnelles. Ces recherches ont permis de mettre en évidence une soixantaine d’espèces minérales dont certaines très rares et plusieurs espèces nouvelles pour la Science.

Aout-2010-0301-copie-1.JPGParmi lesquelles la gilmarite, la wallkilldellite, la rollandite la théoparacelsite et la rouaite  qui ont fait l’objet d’une homologation par l’Association Internationale de Minéralogie. Sans oublier bien sur les espèces minérales plus classiques que nous connaissons comme le cuivre, l’argent, et même des cristaux millimétriques d’or… étonnant non ! Ces découvertes ont assuré le statut de localité-majeure, leur conférant ainsi une renommée internationale sur le plan minéralogique. C'est certain, ce paysage ne vous laissera pas de marbre !


                                     DIAPORAMA DES GORGES

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 15:15

070.JPG Je profite une nouvelle fois de la saison estivale pour m’évader dans le haut pays Niçois, le très haut même …. J’emprunte à nouveau la plaine du Var  pour me rendre à Beuil en passant par Touet sur Var que l’on surnomme « le village Tibétain », Beuil est le village ou la transhumance de Caussols début juin devait se rendre. Ensuite, ce sont les villages de Péone et de Roubion que j’aperçois perchés dans les montagnes rocheuses du département.

Aout-2010-0026.JPGAout-2010-0033.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ici nous sommes très loin de la cote et de son tumulte estival, le contraste des paysages est incroyable, les habitants aussi ! Ici nous sommes chez les Niçois de pures souches, les vrais… contrairement à sa capitale très cosmopolite. Le pays des Barbets, ces résistants Niçois qui sont toujours présents dans l’âme des villages du haut pays. Un circuit encore à la hauteur du lieu …. Magnifique et gigantesque !

Aout-2010-0036.JPG  le village de Touet

 

On commencera donc par Touët sur var que l’on surnomme plus communément « village tibétain » des Alpes Maritimes. Touët est un village médiéval singulier qui vous étonnera dès votre arrivée : littéralement collées contre une falaise verticale, de très hautes maisons étroites se dressent, serrées les une contre les autres, presque en équilibre, rappelant de manière étrange l'architecture des villages tibétains. Chaque maison possède un grand grenier ouvert sous les toits qui était jadis destiné à faire sécher les figues. Comme pour Valloria dans la ligurie Italienne, Touét possede beaucoup de portes peintes.

photos-2010b 0060 Ma visite se continuera sur Beuil qui vous fera découvrir un panaché de belles randonnées de montagne, et qui vous transporteront sur les pentes de la cime du Raton à 2056 mètres en offrant une vue d’exception sur la vallée du Cians. Cela vous laissera pantois tant la vue en haut de ce sommet est imprenable. Je ne m’attarderai pas plus longtemps sur ce lieu féerique qui vous procurera un plaisir toujours renouvelé dans un paysage  toujours aussi surprennent.

Aout-2010-0067.JPG  le village de Roubion

 

Le village de Beuil (Boglio) est un borgo (bourg en nissart), l'un des plus importants du temps où le comté de Nice dépendait des états de Savoie. Situé en haut des Gorges du Cians, à 1500 m d’altitude et à 78 km de Nice, Beuil forme avec Valberg l’une des trois plus grandes stations de sports d’hiver du département, les deux autres étant Isola 2000 et Auron. Il est sans contexte l’une des mémoires historiques du comté de Nice.

Aout-2010-0069.JPGUne histoire immense faite de guerre et de paix entre seigneurs et conquérants étrangers. L’histoire débutera en fait en l’an 800, année où Charlemagne vint à Nice pour y établir un évêché et confirmer son neveu Hugues de Grimaldi dans son titre de Comte d'Antibes, réorganisant du même coup l'administration du Comté de Nice. Comme dirait la bloggeuse Nettoue, l’empereur est venu foutre la merdasse !

Aout-2010-0077.JPGAlors un peu d’histoire : Beuil connut le tournant se son histoire  au moment du règne de Guillaume Rostang homme brutal et belliqueux, lorsque celui-ci décida de remettre en vigueur le droit de cuissage. Une révolte de ses sujets s'ensuivit aussitôt et il mourut sous les coups de hache. Afin d'empêcher toute répression, les habitants de Beuil demandèrent la protection du puissant Andarro de Grimaldi, oncle de René de Grimaldi, alors seigneur de Monaco. Andarro accepta et se maria avec Astruge Balb, la fille de Rostang. C'est ainsi que les Grimaldi prirent le titre de seigneurs de Beuil, titre qu'ils gardèrent jusque 1621 lorsque le Duc de Savoie annexa Beuil au Comté de Nice.

Aout-2010-0104.JPG  les demoiselles de Péone

 

Les Grimaldi se déclarèrent en faveur de Charles Duras et, selon une stratégie dont le but était de contrer les visées de Louis d'Anjou qui venait d'envahir la Provence et menaçait le Comté de Nice, ils demandèrent la protection d'Amédée VII de Savoie. En 1416, Nice reçut le statut de Duché et Beuil passa alors alternativement des mains du seigneur de Nice à celles des Barons de Beuil, au gré des allégeances. En 1591, son fils Annibal lui succéda avec la célèbre devise : « Sono il comte di Boglio/ Facia quello que voglio » (Je suis comte de Beuil et fais ce que je veux). Et de fait, Annibal défendit le Duché de Savoie contre les armées de France et de Provence en 1600.

Aout-2010-0170.JPG

le village de Peone

 

Pendant deux siècles, les Grimaldi savent naviguer entre ces protecteurs, puissants. Les Grimaldi de Bueil régneront sur l'un des plus grands fiefs et seront successivement seigneurs, barons et comtes. Jean de Bueil deviendra sénéchal et sera à l'origine de la dédition du pays niçois. Grand-Vassal du comte de Savoie, les Grimaldi de Bueil seront fréquemment gouverneurs du comté de Nice. Fière de son indépendance, cette famille sera alternativement rebelle et fidèle à la maison de Savoie. Voila pour la petite histoire de ce grand village de l’arrière pays Niçois.

Aout-2010-0178-copie-1.JPGJe continue ma route sur 2 villages extraordinaires. Le premier est Péone, village de grand caractère, construit au pied des Pénitents, reliefs ruiniformes de cargneule sculpté par l’érosion. Ses maisons anciennes aux toits de bardeaux, qui mêlent influences alpine et italienne sont regroupées ; l’église baroque Saint-Vincent-de-Saragosse est classée. Le village de Péone se situe à 104km de Nice .A 1200m d'altitude, au confluent du Tuébi et du vallon de l'Aigue Blanche,  il est blotti au pied d'un contrefort rocheux, rendu célèbre par ses "demoiselles" dolomitiques...

Aout-2010-0380.JPG

le village de Beuil

 

Le second village est Roubion accroché à la falaise tel un nid d’aigle, ceint de remparts construits au Moyen-âge, le village de Roubion a défié le temps. Spectaculaire village d'adret, orienté au sud, il est adossé à des barres rocheuses qui le protègent des vents froids. Au détour des ruelles étroites qui serpentent entre les maisons anciennes à l’architecture montagnarde, des fontaines, à l’instar de celle du Mouton (XVIIIe siècle), animent les placettes.

Aout-2010-0189.JPG

l'eglise de Valberg

 

Des vestiges de remparts et de portes du XIIe siècle ainsi que les ruines du château, classées, témoignent des conflits entre la Savoie et la France.
En montant jusqu’aux anciens remparts, dont il reste deux tours rondes, vous découvrirez un magnifique point de vue sur le village et les montagnes qui l’entourent.

Aout-2010-0401.JPGLes péripéties de l'histoire et la géographie originale des Alpes-Maritimes ont façonné un territoire authentique et contrasté entre mer et montagne,  cités de caractère, villages perchés,  rivages lumineux de la Méditerranée, vallées profondes, c'est cet étonnant mélange qui a donné naissance à la Côte d'Azur.

 

                                 DIAPORAMA DE LA BALADE

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS

Articles Récents