Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 09:52

A un moment ou à un autre sur mon blog, je devais vous raconter l’histoire du « héros des deux mondes ». Mais, vous parlez de Jousè Garibaldi est une entreprise importante. Pas insurmontable bien sur ! Car ce personnage Niçois à fait l’objet de biographies à travers le monde plus que conséquentes et il suffirait de copier tout simplement l’article sur Wikipedia ou bien l’un des livres/documents que je possède sur l’histoire du Comté de Nice pour écrire le mien. Mais je vais tout simplement reprendre le compte rendu écrit par Eric Eratostène pour son film documentaire sur « Jousé » en le complétant personnellement par moment et à ma façon.















C'est le 2 Juin 1882 que Giuseppe Garibaldi s'éteint à Caprera, l'île Sarde sur laquelle il s'est retiré, après une vie si riche et mouvementée qu'elle ressemble davantage à celle d'un héros de roman, qu'à celle d'un personnage historique.
Cet homme au destin  romanesque est né à Nice. Nice, une ville ambiguë. Française ? Italienne ? Sans doute les deux, mais elle revendique avant tout son identité Niçoise**, Nissarde. Une ambiguïté qui n'est pas sans rappeler celle de Giuseppe Garibaldi, partagé dès son plus jeune âge entre l'éducation de l'instituteur et celle du curé. Un homme qui s'est battu pour la République et au côté du Roi, qui fut pirate et Général, qui s'est vu deux fois condamné a mort et quasi sanctifié ; un marin dont l'état civil mentionnait la profession d'agriculteur.
Mais ce qui caractérise le mieux Garibaldi, c'est cette soif de liberté, d'indépendance et d'ouverture. Il ne s'est jamais laissé enfermer dans un camp ou un autre, mais s'est toujours engagé pour les causes qu'il pensait justes. Cet improbable mélange d'intrépidité et de naïveté, d'engagement et d'indépendance, de rêve et d'action, est le fruit d'une vie riche et trépidante, aventureuse.
Trop méconnu du public français, Garibaldi jouit d'une grande popularité dans sa ville natale. Derrière l'image stéréotypée d'une ville de villégiature pour riches retraités, il y a la réalité des Niçois, ceux pour qui la ville n'est pas qu'un décor aux effluves californiennes. Pour eux, l'esprit de Garibaldi est bien vivant, et leur cœur est resté fidèle aux idées avant-gardistes de ce visionnaire.


















Il a laissé une empreinte indélébile sur la ville et ses habitants. Personnage oublié de l'histoire française (comme l'Amerique Française), Garibaldi continue à déranger les bien-pensants et à inspirer les idéalistes.
A Nice, poètes, artistes, écrivains, comédiens, ont tous à un moment ou à un autre été inspirés par le geste et les idées de cet illustre Niçois. Je vous conseille d’ailleurs de découvrir cette Nice méconnue, où se mêlent l'ici et l'ailleurs, le passé et le présent, la fiction et la réalité… mais où prédomine en permanence le " pantaï ", le rêve, une notion essentielle de la culture Niçoise et de l'histoire garibaldienne.

De l'autre côté des Alpes, dans le pays auquel Nice appartenait (Royaume de Piemont/Sardaigne) avant son rattachement à la France le 14 juin 1860, Garibaldi est un héros national. Artisan de l'unité italienne (le Risorgimento ), il est considéré comme le père de la nation.
Sa libre pensée demeure une source d'inspiration pour une large partie de la jeunesse Italienne.
En mars 1860, il est élu député de Nice. Le 15 avril, Nice devient française. Garibaldi démissionne de son mandat ne pouvant se faire à l'idée du « troc de Nice ». Ce qui ne l’empêche pas en 1870, de mettre son épée au service de la France lors de la guerre franco-allemande. Les 25 et 26 novembre, avec ses deux fils, Ricciotti et Menotti, à la tête de 10 000 tirailleurs français de l’armée des Vosges. Il remporte une victoire à Dijon.
















 
En février 1871, Garibaldi est élu, à l'Assemblée nationale française comme député de la Côte-d'Or, de Paris, d'Alger et de Nice. À Paris, il arrive en quatrième position derrière Louis Blanc, Gambetta et Victor Hugo. Il décline pourtant ses mandats, blessé par l'accueil de la nouvelle majorité monarchiste de la Chambre, ce qui entraîne la démission de Victor Hugo de son propre mandat en signe de soutien. Garibaldi à toujours rejoint ce qui lui semblait juste. Il meurt à Caprera le 2 juin 1882 avec le regard intentionnellement tourné vers Nice. Le "héros des deux mondes" n’a jamais oublié sa cité natale. Et s’il existe un mythe garibaldien dans la péninsule, le garibaldisme niçois se traduit par une multitude d’anecdotes, de souvenirs de famille, d’objets qui révèlent un véritable culte pour les Niçois d’aujourd’hui. Du port au cimetière, du château où est enterré maman Rosa, de la maison où le proscrit se cacha à la place qui porte son nom, Jousè est toujours présent parmi nous...
En parcourant les innombrables  biographies de cet homme, on a souvent l’impression d’être plongé dans un roman picaresque. A une époque où voyager était extrêmement difficile, il a parcouru le monde dans tous sens, depuis l’Australie et l’Asie jusqu’au Brésil, l’Uruguay, l’Argentine, le Pérou, New York (On peut trouver une statue de lui au Washington Square Park dans le centre de New York)  l’Afrique et la Chine. Dans un monde agité de multiples événements politiques et sociaux, il s’est engagé dans de nombreux combats, toujours au nom de la liberté, de l’indépendance, du bien-être de ses contemporains et des générations futures. Il est aussi l’homme de la gauche populaire et anticléricale française héritière de la Révolution de 89.


















Le plus remarquable est qu’il n’a jamais dans toutes ses actions, cherché à obtenir de bénéfice personnel. C’est sans doute cette polyvalence et cette soif immense de liberté qui rend cet homme si fascinant. Le » héros du monde » en somme !!
  

On ne rappellera jamais assez le rôle joué par Garibaldi et ses descendants aux côtés de la France, en 1870-71 à Dijon, en 1914-1915 en Argonne et en 1940-45 dans la Résistance. Le souvenir de Sante Garibaldi*, petit-fils de Giuseppe, Mort pour la France en 1946 des suites de sa déportation à Dachau. Sa fille Annita Garibaldi Jallet accueillit avec une grande émotion  la pose d'un médaillon à l'effigie de son père, sur le socle de la statue de Joseph Garibaldi, aux côtés de ceux de Bruno et Costante, tous deux Morts pour la France en 1914 et 1915. La France qui oublie parfois ses vrais héros*.















Garibaldi a dit « Je lègue mon amour pour la Liberté et la Vérité ; ma haine du mensonge et de la tyrannie ». Soyons, nous, Niçois les porteurs de cette flamme. Fuoura estrosi e sarkozy
*Le 4 juillet 1946, à Caudéran, dans la banlieue de Bordeaux, s'éteignait Sante Garibaldi, petit-fils du Héros des Deux-Mondes, des suites de sa déportation dans les camps de la mort, notamment au Lager de Dachau, entre 1943 et 1945. Il avait déjà combattu au service de la France en 1914-1915 en Argonne, où deux de ses frères, Bruno et Costante ont trouvé la mort. Émigré en France après la prise de pouvoir par Mussolini, il s'engage dans la Résistance après l'armistice de 1940. Son action pendant la guerre et sa déportation par la Gestapo lui valent d'être déclaré "Mort pour la France" et de se voir décerner, à titre posthume, la cravate de Commandeur de la Légion d'Honneur.














La France nous a arrachées à notre pays, au moins qu’elle soit fière de l’acquisition qu’elle a faite …….. !!

* A mon pére "Jean Germain Giordano" Ancien de la 1er Armé Française 2e DB Membre de Rhin & Danube.Medailles de Guerre, Croix de Guerre, Chevalier de la legion d'Honneur, Croix de la liberation Rhin & Danube, Medaille d'or du travail.

     LIVRES & BIOGRAPHIES SUR GARIBALDI

 



    


    


**Je voudrais faire une mise au point  sur des idées fausses, et la plus énorme….c’est quasiment une des plus grosses âneries que l’on puisse entendre sur Nice c’est : Nice était italienne ! Attention ! J’aime beaucoup nos amis italiens d’ailleurs les patronymes Niçois sont à consonances du pays de Dante, mais il faut remettre les choses dans le bon ordre et à leur place.
Cette affirmation est complètement fausse, dire que  Nice était italienne sous-entend que Nice à appartenu à l’Etat italien et que les Niçois avaient la nationalité italienne est une grossière erreur commise par ceux qui ne connaissent pas l’Histoire de Nice. La raison principale à cela est que l’Italie en tant qu’Etat est né le 17 mars 1861 (tiens donc le jour de la Saint Patrick), soit un an après que Nice soit devenue (malgré elle) française en 1860 !
Bon après il y a le fameux coup « on parlait italien à Nice, donc elle était italienne »….Certes ont parlé peut-être italien à une époque où elle était langue officielle. Mais réduire une nation à une langue est réducteur…. En Belgique on parle en partie français, comme dans une partie de la Suisse, pourtant on ne leur à jamais dit qu’ils étaient français, ça marche aussi pour Nice d’ailleurs en ce qui concerne le français. De plus comme je l’ai dis dans la phrase du-dessus, l’Italie exista en tant qu’Etat qu'a partir de 1861.
Il suffit de se renseigner sur l’Histoire de Nice pour  vous rendre compte par vous-même que dire « Nice était italienne » est archi-faux.

Merci touplen per vautre capissadou

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 16:36

Joyau médiéval perché au milieu d’un écrin de verdure, qui date de 154 avant J-C, Biot domine des collines couvertes de mimosas et d'oliviers. Idéalement situé entre Nice et Cannes, la visite de ce village à travers ses rues et ruelles est un véritable voyage provençal chargé d'histoires : le Portugon, le Cul de sac, la Calade des migraniers, Lei Croûtons, place de l'airette, le Rondon, rue des Orfèvres, place de la Catastrophe (où 2 maisons s'écroulèrent le soir du 12 juin 1898), place des Arcades (bordée des deux côtés par des galeries s'ouvrant en plein cintres ou en ogives dissemblables).

On ne peut se lasser d'admirer de très belles portes, des voûtes, des perspectives d'une rue à l'autre, escaliers en demi-arche, pierres sculptées, cadrans solaires, pavages de galets...Tout cela vous avez pu vous en rendre compte dans mes 2 précédents articles sur la fête des templiers (Art 1  & Art 2 ). Mais surtout, Biot a su préserver une qualité de vie et une identité hérité de l’histoire et de l’artisanat de création.
























 
La venue d’artiste tel que Fernand Leger, dont le musée se dresse au pied du village, et l’installation des verreries de Biot ont apporté une dynamique artistique que l’on retrouve dans de nombreux ateliers et artisans Biotois. Biot a obtenu pour ses verreries artisanales le label « Entreprise du patrimoine vivant ». Un patrimoine composé en particulier d’un savoir faire rare unique en France renommé et ancestral reposant sur la maitrise technique traditionnelles.

C’est grâce à Eloi Monod, ingénieur céramiste, Fidel Lopez un verrier et un jeune souffleur Raymond Winnowski que le verre à Biot prendra toute sa dimension internationale.

 Si la tradition du verre en Provence est millénaire, à Biot, tout a commencé en 1956, date à laquelle la verrerie de Biot a crée le verre bullé.
Les verreries de Biot ont réussi à maitriser la bulle, à l’emprisonner entre deux couches de verres, faisant ainsi d’un défaut (la bulle) une qualité : le verre bullé.

L’âme des verres de Biot repose dans ses bulles, chaque verre est unique.

Le verre n’existe pas sans son maitre verrier. Chaque création nécessite une présence, une attention particulière. Le maitre verrier est un magicien qui exploite les secrets de la terre et du feu pour créer le verre.
Il est aussi un artisan et un grand artiste : l’originalité d’une démarche, un sens inné des volumes et des surfaces et une créativité en constant éveil.

Les « gamins » ou apprentis verriers sont embauchés à la verrerie de Biot entre 16 et 18 ans. Ils suivent ensuite un cycle de formation qui les amènera en 8 ou 10 ans par 7 grades successifs à celui de maitres verriers.

Autour des fours, règnent la division des taches et la hiérarchisation des gestes spécialisés avec le gamin, l’aide, le verrier, le maitre verrier, le porteur à l’arche et le compositeur.
























Voyons ensemble chacune de ces taches.

Les « gamins » sont formés par l’equipe, ils sont chargés de battre les cannes et apportent le pontil toute la journée mais réalisent la dernière pièce de la journée pour apprendre à la faire du début jusqu’ a la fin.

Les aides : cueillent le verre et façonnent la paraison jusqu’ a la mise au pontil.

Le maitre verrier maitrise tous les outils et sait réaliser tous les modèles. Il est donc chargé d’ouvrir les piéces, de façonner les cols, de poser les anses, les cordons.

Le porteur à l’arche est chargé de déposer les pièces terminées par les maitres verriers dans l’arche de recuisons.
Le compositeur : réalise la composition et doit assurer son enfournement.

Mais d’autres métiers sont nécessaires aux verreries de Biot comme le responsable de production qui entretient les fours de fusion, de réchauffe ainsi que l’arche de recuisons.

Le ferronnier qui fabrique et entretient les outils, les cannes, les ciseaux, les moules.

Le menuisier qui réalise les moules et les outils en bois dont la palette, la mailloche, la rouquette ou castagnette.
La verrerie de Biot a été à l’origine d’un véritable courant en faveur du verre et son école est la meilleure de France.

A l’heure d’aujourd’hui, la marque « Biot » est devenue une marque notoire et fait partie du club très fermé et très réduit des marques notoire comme : Rolls-Royce, Lacoste, Louis Vuitton ….  Vous avez donc compris qu’ici le « Made in China » est proscrit !
                                                   

Si vous passez par Biot, n’hésiter pas à visiter le hall des verriers de la verrerie de Biot qui est libre d’accès, vous y verrez les maitres verriers dans leur travail. Enfin une visite à l’écomusée du verre et la galerie internationale du verre s’impose. Sans risque de me tromper, je peux vous conseiller des artisans verriers comme Rafael Farinelli et  Robert Pierini qui sont d’immenses artistes et vous recevrons dans leurs ateliers avec convivialité.
Biot est aussi un fief historique de la poterie. En 1470, le roi René qui contrôlait alors la Provence a offert ces terres abandonnées à quelques dizaines de familles venant de Ligurie. La majorité des membres de ces familles s’est investie dans la production de jarres en terre cuite en profitant des ressources locales en argile, silice, pierre réfractaire et bois. Ces poteries possédaient des qualités nécessaires à la conservation de denrées alimentaires et à leur transport par voies fluviales ou maritimes.
Jusqu’à la fin du XIXe siècle, la production de poteries n’a cessé d’augmenter faisant ainsi la renommée du village. Puis, la jarre concurrencée par les récipients métalliques, le marché de la poterie a peu à peu décliné. La concurrence de Vallauris a également joué un rôle dans ce déclin. Aujourd’hui plusieurs artistes potiers ont investi le village et se consacre à de la poterie d’art sans atteindre bien sur la renommée de son illustre voisine »Vallauris ».Biot un autre village « Best of » des Alpes Maritimes.

                              DIAPORAMA VERRERIE DE BIOT


Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 13:57

Quel plaisir d'entendre le bruit si caractéristique de ces bolides d'un autre temps. Cette rétrospective 2009 fut sympathique malgré un temps « de cochon ». La suite fut un véritable défilé de voitures aussi belles et racées les unes que les autres.
Quelques 190 véhicules historiques, 150 voitures et 40 motos pour cette nouvelle édition sur le célèbre parcours de la « Route d'Or » qui a connu son heure de gloire entre 1963 et 1976, sous forme de course de côte, formule très prisée il y a quarante ans dans notre région et particulièrement dans le pays grassois.
C'est sur la route de nice à la turbie qui verra le jour de la premiere course de cote au monde ou allaient s'affronter les meilleurs bolides. La premiere edition eut lieu le 31 juillet 1897 et fut remporté par André Michelin. A partir de cette date la Cote d'Azur se spécialisera dans ces courses spectaculaires bien avant le Grand prix de Monaco ou le Rally de Monte Carlo.
Tanneron, course de côte mythique où les plus grands champions nationaux de cette spécialité ont marqué leurs empreintes : Jean Clément sur Porsche 906 ; Jean Rolland sur une Alfa Roméo GTA ; Michel Disdier avec la Lotus Élan, puis l'ère Pierre Maublanc sur les célèbres barquettes Abarth, également les grands pilotes : l'Autrichien Hans Ortner sur Abarth, l'Italien Arturio Merzario, le Monégasque Alain Finkel sur Abarth 2000 ainsi que Luigi Taramazzo sur Abarth 2000 et le roi du Tanneron Jean Ortelli le Cannois qui comme chaque année était présent avec sa célèbre Alpine Renault A110 1800.
Véritables vedettes de la journée les barquettes Abarth de Michel Pont sont présentes en force : la 2000 OT 1re au championnat de France 1967 ; la 3000 1re au mont Ventoux en 1968 ; la 3000 V8, 1re en championnat de France en 1970 et la 2000 OT, 1re au championnat Italie en 1967 qui est aux mains de Michel Pont ce dimanche. L'Abarth 3000 V8 deux cylindres de Michel Pont est un véritable bijou à réaction qui développe 350 ch. pour seulement 550 kilos !
Autre figure, Jean Ortelli avec son Alpine Renault A110 1800 de 1972. Père de Stéphane Ortelli vainqueur des 24 heures du Mans 1998, et qui a été vice-champion d'Europe de course de côte. « L'agilité de cette voiture est exceptionnelle. C'est le plus léger des modèles Alpine, avec une carrosserie en polyester. Je retrouve en venant là une ambiance qui n'existe plus aujourd'hui. L'argent a tout pollué, » regrette-t-il.
toute la gamme des voitures sportives de l'époque était représentée: Ford Mustang V8, NSU Prinz, Renault R8 Gordini, Austin Cooper, NSU 1200 TT, TriumphTR4, Triumph GT6,Renault 12 Gordini,Simca Rallye 2,Renault 5 AlpineTurbo, Alfa Roméo Spider,Alfa Roméo Giuletta,Alfa Roméo GTV 2000,Lancia Fulvia,Lotus elise,Ford RS 2000,Volkswagen Golf GTI,Opel Commodore,BMW 2002,Renault Dauphine 1600, Alpine Renault A110,Porsche 911,Renault 5 Turbo 1 et 2,Porsche 911 RS, Porsche 906 et Lancia Stratos.
Lancia Stratos au temps de la grande bagarre avec Audi Quatro et Michelle Mouton la seule femme qui finira sur le podium des championnats du monde.

Comme d'habitude les passionnés de motos ne seront pas oubliés, un side-car de compétition qui participe au championnat de France de sa spécialité ; présence en force d'un contingent d'Italiens avec les frères Giordano avec leur Yamaha et leur Honda SS, une Norton demi-racer de 1958 ; une 250 Benelli bicylindres 2 temps de 1976, une  250 Honda bicylindres de course de 1972 ; une 250 Ducati de 1970, également la présence du champion de vitesse Daniel Crivello sur 250 Bultaco 1968 ainsi que le célèbre Aldo deTaddeo et sa 750 WR Harley Davidson, des Jawa,Gauthier,Zundapp, Guzzi compléteront le tableau  etc.
les italiennes mes premiers amours

Mais ! Ne cherchez pas le mot " course ", il a été mis au placard... comme le chronomètre. Du plaisir à l'état pur  à l'ancienne !
Au temps où, de 1963 à 1976, la course de côte de Pegomas Tanneron comptait pour les championnats de France. La première édition se déroula le 16 juin 1963 sur les pentes du Massif du Tanneron célèbre pour ses mimosas. Avec un itinéraire de presque 8 kilomètres  pour une dénivellation de 370 mètres comportant 159 virages et qui était la seule épreuve qui comportait des portions en descente, cette course était une véritable légende des épreuves sportives de la cote d’azur au même titre que la course de cote de Saint Césaire ou le fameux Gourdon Caussols  ainsi que la course Balitrand de Cannes la Bocca.
Harley Davidson la legende une marque qui a tout gagné: couses et record de vitesse 

Il y a toujours quelques choses à faire ou à voir sur la cote d’azur le week end et il est même difficile de faire un choix. Encore une occasion de faire de sympathiques rencontres comme la 2CV « Picole » avec son avant de Mercedes , son mannequin pisse et son distributeur de Ricard. Son proprio qui court sur une motobecane se donne le droit à un seul pastaga avant la course mais après la bouteille est vite vidé avec les potes bien entendu ! . Un personnage pittoresque et jovial de notre cote d’azur toujours en fête. C'est l'esprit du sud , l'esprit jovial et convivial.
Mais chaque village à son histoire , et Pegomas n'echappe pas à la regle. Pour anecdote, le Village est aussi connu pour un gang (on pensait que c'etait  la bande à Bonnot) qui sévit de 1906 à 1912 surnommé les « Bandits de Pegomas » des bandits fantômes qui ne seront jamais vraiment arrêtés et qui terrorisaient le bassin Cannois. Plusieurs suspects furent arrêtés, Joseph Goletto, les nommés Maestrelli, et Chiapale.
Ils sont envoyés devant les tribunaux pour y répondre de 25 crimes d'assassinats, tentatives d'assassinats, incendies volontaires et vols qualifiés mais encore aujourd'hui la vérité reste difficile à prouver puisque toutes les informations ont été clôturées de non-lieu rendues le 30 juin 1914. Encore de nos jours les anciennes familles de la région ont encore en mémoire les exploits de ces bandits. Quand je vous dis que c’est toujours la fête ici ……….
Sandro Giordano venu de ligurie avec sa Honda

Vous trouverez ci-dessous quelques photos souvenir de cette magnifique journée où le passé est revenu pour nous faire rêver.

       DIAPORAMA DES MOTOS ET DES VOITURES




 "PULL"  CONTRE LE BANDIT NATIONAL


      
Repost 0
Published by BIKER06 - dans RDV & CONCENTRE
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 07:41

La tradition potière de Vallauris remonte à l´Antiquité. Grâce à l´argile de qualité exceptionnelle fournie par le sous-sol, on y a fabriqué des vases en terre depuis des siècles.

La fabrication de la poterie prend de l´extension avec le développement des voies de communication.
Les marmites et poêlons étaient chargés sur des charrettes qui partaient sur les routes de Provence et du Comté de Nice, et même jusqu´à la célèbre foire de Beaucaire.

Puis ce furent des bateaux à voile, des " tartanes " qui venaient s´approvisionner sur les plages de Golfe-Juan.
Les poteries étaient chargées en vrac protégées par du mauvais fourrage, des feuilles de fougère, des joncs …
Ces tartanes partaient pour Marseille, pour l’Algérie et même pour l’Espagne.
A partir de 1860, la construction de la voie ferrée reliant Nice à la France et au-delà facilita grandement le commerce (le train entra pour la première fois en gare de Golfe-Juan en 1862) et, dès lors, les usines se multiplièrent.
Ce n'était plus des industries artisanales et même familiales, mais de véritables usines qui forcèrent les petits fabricants à former des consortiums, des formes de coopératives.
Mais l'arrivée de matériaux tel que l'aluminium écarte la poterie de sa fonction culinaire.
Puis, dès le début du XXe siècle la poterie d´art fit son apparition sous l´impulsion de la famille Massier, ce que l´on appela plus tard la Céramique, avec l´introduction d´émaux de couleur.
Les Massier sont une dynastie familiale de céramistes qui remonte au delà de la révolution française. En 1887, ils deviendront les fournisseurs officiels de la couronne d'Angleterre. Vallauris demeure un centre de poterie d’art et de pièces uniques au monde.
Mais c´est en 1946 avec l´arrivée de Pablo Picasso et son étonnante production céramique réalisée dans les ateliers Madoura donnent un nouvel essor.
En 1948, Picasso s’installe à Vallauris où il demeure jusqu’en 1955 avant de s’installer dans la villa de Notre de vie à Mougins. Celle la même ou mon père reçu le Don Quichotte en cadeau.
























La tombe de Jean Marais dans le vieux cimetiere de Vallauris

L´image de Vallauris comme centre de poterie culinaire cède définitivement la place à celle d´une ville d´art où de nombreux artistes et artisans viennent s´installer.
Jean Marais se retire à Vallauris où il pratique la poterie. Il y possédait un magasin où ses poteries étaient vendues. Il ouvre même une galerie d'art grâce à un couple d'amis potiers. Jean Marais meurt à Cannes le 8 novembre 1998. Il est enterré dans le petit cimetière de Vallauris, où il a passé les dernières années de sa vie.
Le travail du tourneur chez Genicia creation

Aujourd´hui comme hier, on trouve à Vallauris de la céramique d´art, des pièces uniques créées par des grands noms tels que : Capron, Collet, Derval Roy, Cappadonna, Musarra, Picault, Valentin, Boncompain et bien d´autres qui contribuent à maintenir le renom de la ville.
Mais attention comme toute ville célèbre pour ses spécialités la médaille à son revers, il c’est ouvert des magasins à touristes et des contrefaçons fabriqués le plus souvent en Espagne et même en Chine.
des heures et des heures à peindre les poteries

Ces boutiques possèdent toutes les mêmes collections et sont visibles par leur qualité médiocre à l’œil nu. Une véritable poterie de Vallauris à sa propre collection signé comme Genicia et Cappadona ou bien mon ami Michel Ribeiro ancien maire de Vallauris qui a ouvert un musée de la poterie et qui continue à travailler à l’ancienne. Ceux-ci ont tous le label du syndicat des artisans potiers de Vallauris garantissant l’origine totale de leur production.
La bonne humeur en famille dans l'atelier de Genicia

Patrick Cappadonna m’a ouvert les portes de son atelier avec son épouse, ils continuent la tradition des potiers de grandes qualités qui ont fait la réputation de Vallauris. J’ai pu voir en œuvre le tourneur et l’artiste peintre qui dessine les magnifiques collections. Le coup de cœur a été si fort que nous avons acheté la collection « Mimosa » pour un service de 16 couverts de chaque (assiette petite , grande et à soupe).
























Patrick Cappadonna me montre les fours


Un artisanat à l’ancienne avec un label « charte de qualité » pour des potiers qui perpétuent la tradition de leurs ancêtres Génois venus s’installer dans le département au 17eme siècle.
La collection Mimosa de la maison Génicia creations de Patrick Cappadona.
Voici le site de "Terriene" Créaterre est une bloggeuse qui fait elle meme de magnifique poterie. Je ne sauraus vous conseiller d'aller la visiter au plus vite. Ses assiettes "Geisha" valent le détour.

          DIAPORAMA DES POTERIES DE VALLAURIS

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 19:29

Le Bar se trouve dans la zone des villages spectaculaires du pays Grassois aux alentours de ceux dont je vous ai déjà consacré un article comme Saint Paul de Vence, Gourdon et Tourrettes sur Loup. Le Bar sur Loup, village médiéval situé dans l'arrière pays grassois, par son authenticité, sa vue panoramique sur Gourdon, les Gorges et la Vallée du Loup, par ses curiosités, son église, ses vieilles rues où l’on ne circule qu’à pied, Le Bar sur Loup mérite une visite détaillée.
La vue sur Gourdon: village classé dans les "plus beaux villages de France" du village du Bar

Les maisons très anciennes, serrées les unes contre les autres autour du Château et de l’Eglise, forment un rempart toujours visible aux visiteurs.

 L'entree des gorges du Loup au bas du village

Village jumelé avec Yorktown-Poquoson (Virginie, USA) le Bar Sur loup est devenu célèbre par l’intermédiaire du comte François joseph de Grasse Lieutenant General des Armées Navales du Roi Louis XVI personnage illustre enfant du village né au château en 1722. Par la victoire navale qu’il remporta sur les Anglais le 5 septembre 1781, le Comte de Grasse rendit possible la capitulation de Yorktown assiégé par l’armée Franco-américaine sous les ordres de Washington et du lieutenant General Rochambeau.
Ainsi il acquit avec eux la gloire immortelle d’assurer l’indépendance des Etats-Unis d’Amérique. Il est le seul personnage non Américain des états unis à posséder encore de nos jours un navire de guerre Américain à son nom : l’USS COMTE DE GRASSE.

























Mais en ce week-end Pascal, le village du Bar ne fête pas son héros  mais celui d’un agrume qui apparu sur le bassin méditerranéen voila déjà XI siècle sous forme de bigaradiers et de citronniers. L’oranger est le symbole du Bar sur Loup, un oranger donne environ 12 à 15 kg de fleurs, certains arbres peuvent en fournir jusqu’à 30 kg…
Au petit jour (vers 5h du matin), la cueillette commence : hommes, femmes, enfants prennent des draps en toile de jute, des échelles et partent cueillir la fleur. On dispose les draps sous les arbres et l’on monte aux échelles faire la cueillette des fleurs, une à une pour ne pas les endommager.
 Ensuite toutes les fleurs sont regroupées, mises en sac pour être livrées par un courtier aux usines de parfumerie de Grasse, qui en distillent deux produits : l’Essence de Néroli pour la parfumerie et l’eau de Fleur d’Oranger pour l’alimentation en pâtisserie. Il faut environ 1000 kg de fleurs pour donner 1 kg d’essence. Les Alpes Maritimes est le département français où la distillation du Bigaradier est la plus importante.
Le paysage pentu de nos campagnes est composé de « restanques » ou terrasses en escaliers tenus par des murets de pierres sèches. Leur entretien est pénible mais au Bar sur Loup, on cultive intensément l’Oranger Bigaradier, grâce à son micro-climat particulièrement doux. Maintenant la spécialité culinaire du village, c’est le fameux Vin d’Orange que l'on peut trouver chez les commerçants du village, mais aussi de la confiture d’orange amère.
Tous les ans, pour le lundi de Pâques, la Fête de l'Oranger est l'occasion de présenter au public les traditions villageoises autour d'un éco-musée. C’est l’occasion de découvrir toutes les bonnes spécialités du terroir de la Provence Orientale, du Comté de Nice, du piemont et de la Ligurie.

























Mais la visite ne se résume  pas seulement à un détail gastronomique  car le village regorge de ruelles piétonnes, pittoresques et médiévales parsemé d’orangers, de citronniers, de ficus, de palmiers, et même de bananiers, les petits régimes de bananes sont en train de prendre forme.
L’Eglise paroissiale St Jacques le Majeur monument à la croisée des styles Roman et Gothique dont la construction se situe entre le XIII° et le XV° siècle abrite quelques chef d’œuvre de la peinture du XV° siècle puis le château  expose en ce moment les photos de René Ghiselli, ou bien faire le circuit des gorges du loup qui  bénéficient d'une voie de pénétration  permettant à l'automobiliste d'en découvrir aisément la beauté, ce qui en fait un pôle très attractif de la Côte d'Azur, de jolies cascades se jettent dans ses eaux turbulentes. Imprévisible et impétueuse en période de crue.

 






















Pendant ce temps, dans le village la fête bat son plein, les concours de vin d’orange fait par les habitants sont très serrés pour le jury ainsi que ceux qui concourent pour les gâteaux à l’orange. Puis tout d’un coup une grande exclamation monte parmi le public, c’est la Ciamada nissarda qui vient d’arrivée. Cette troupe du folklore Niçois est une véritable institution dans le pays.
 Les danses sont le reflet du caractère local, vif et colorées,  elles sont  l'image de la joie de vivre.  Outre les rondes de Mai, typiquement de  Nice,  certaines démonstrations   s'inspirent des  Fêtes  traditionnelles  ou  de légendes   du  Comté, La troupe à eu le privilège d’être classés  1er au concours international  des manifestations folkloriques dans le monde auxquels la Ciamada Nissarda a porté le sourire, les fleurs, le ciel bleu et le soleil de Nice, en représentant la France.
la farandole typique du folklore Nicois

Aujourd’hui, ils ont danse tout simplement en l’honneur de la victoire Niçoise sur Lorient. Un public qui a repris en cœur l’hymne du pays « Nissa la Bella » je les retrouverais bientôt avec beaucoup de plaisir à la festa di Cougourdons aux arènes de Cimiez avec « Lou Fifre Nissart ».
les filles s'amusent deja à s'arroser au lavoir. L'eté est presque la !!

En attendant je déguste toutes les bonnes spécialités du pays : la pissaladiere, la socca, la fougasse et la fougassette de Grasse, les tartes et les confitures d’oranges, la tapenade et la bagna cauda, les vins d’oranges et de Roses, les olives de Nice et les tomates séchées, les ganses…. Porca misèria j’ai encore pris un kilos !!!























RECETTE DU VIN D'ORANGE:

Je viens d'en preparer une vintaine de litres avec les oranges de mon jardin. Et oui ! avec soso on ne fait pas que notre huile d'olive mais aussi notre limoncello, notre tapenade et pleins de bonnes choses de notre terroir.

la confiture d'orange se prepare

Mettre à macerer pendant 45 jours:
5 oranges bigarades,1 orange douce,1 citron,1 mandarine,1 baton de cannelle ou de vanille
1 kg de sucre,5 litres de bon vin (rouge,rosé ou blanc) 1/2 litre d'alcool.
Bien entendu vous prenez des fruits non traités hein !!!
puis surtout il est imperatif de filtrer à la pleine lune !!


                       DIAPORAMA N°1 DU VILLAGE & DES FESTIVITES



DIAPORAMA DES STANDS ET DES BONNES SPECIALITES DU TERROIR

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 09:14

Apres un petit déjeuner majestueux au château Saint Victor et la promesse faite à nos hôtes de revenir les voir, nous reprenons la route en ce dimanche 5 Avril bien ensoleillé pour une balade qui va nous conduire à Lussan, aux Concluses, à Goudargues, à La Roque sur Cèze et aux cascades du Sautadet pour enfin reprendre la route du retour qui nous aura fait faire encore 330 km.
Lussan se trouve à 15km de notre lieu d’hébergement, c’est un village médiéval languedocien typique entouré de remparts sur un plateau dominant la garrigue.
Un château du XVe siècle ,des vestiges de l'ancien (XIIe siècle) au Verger ainsi que celui de Fan (XVIe siècle) situé en bas du village et ayant appartenu à la famille d'André Gide jusqu'en 1920.
On visite le village par le chemin de ronde sur les remparts. Un vaste panorama s'offre aux regards : au loin les Alpes, le Mont Ventoux, les Cévennes, plus près le Guidon du Bouquet (626 m) et le Serre de Fons dominent une plaine où coule l'Aiguillon.
Comme à Uzès le passé historique de ce village est très mouvementé. Vers 1550, la Réforme touche Lussan, suivant en cela les choix souvent plus politiques que religieux des seigneurs. Les Audibert sont en effet dans le camp protestant, mettant leur petite garnison à disposition du roi de Navarre, chef de file de ce camp et qui deviendra roi de France sous le nom d'Henri IV. Avec Henri IV la paix était revenue, malheureusement tout va se gâter avec Louis XIV. Lussan va être un des premiers bourgs touchés par la répression contre le protestantisme, avant même l'acte de la Révocation de l’Édit de Nantes : Le pouvoir royal fait abattre le temple.

























La Révocation de l’Édit de Nantes est l'acte décisif qui bouleverse les mentalités et les comportements : Cévennes et Languedoc se soulèvent, Lussan est touché de plein fouet par la guerre des Camisards car la région du Mont-Bouquet devient rapidement un lieu stratégique de la résistance et de la révolte. C'est l'époque des dragonnades, des conversions forcées, avec leur cortège d'exactions. En octobre 1703 une bataille meurtrière se déroule aux pieds de Lussan entre les Camisards conduits par Cavalier et les troupes royales.
Nous continuons notre route aux concluses à 5 km de Lussan, ici les affluents méridionaux de la rive droite du Rhône découpent une région en un ensemble de plateaux calcaires pittoresques sur lesquels règne la garrigue. Ces rivières et leurs affluents  forment des gorges sauvages et souvent difficiles d'accès, telles celles de l'AIGUILLON qui s'ouvrent en combes au bord desquelles les villages et les hameaux se sont installés.
L'Aiguillon a creusé, dans le plateau calcaire, des gorges très étroites. La visite de cette beauté minérale n'est possible qu'en été, lorsque le torrent est à sec. C’est un défilé rocheux appelé "Les Concluses", du haut d'un belvédère, la vue plonge sur le défilé creusé de marmites de géants.
Au fond des gorges, on circule au travers des escarpements rocheux, séduit par le silence et la beauté sauvage de ce lieu. Situées à une quinzaine de kilomètres au nord d'Uzès, les Concluses de Lussan sont un site extraordinaire aux aspects désertiques et lunaires...  un défilé rocheux creusé au fil du temps patiemment et inexorablement, par l'Aiguillon, petit ruisseau à sec l'été, mais fougueux et impétueux en période de fortes pluies... Il est d'ailleurs recommander de ne s'y aventurer qu'en été et jamais seul... Du haut du belvédère la vue est époustouflante.

























Nous rejoignons Goudargues, par la départementale 23, la Venise Gardoise  voilà comment est surnommé le village. Les visiteurs prendront plaisir à s'installer à l'ombre des platanes centenaires, à déambuler dans ses ruelles paisibles, et se rafraîchiront à la fontaine bordée de parapets. Le village est sillonné par le canal aménagé des le XIIème siècle par les moines bénédictins. Il draine l’eau des sources qui émergent au cœur du village. Enfin, nous arrivons à la Roque sur Cèze village classé « Plus beaux village de France ».
Ce petit village médiéval est construit sur un piton rocheux près des Cascades du Sautadet, site classé en zone naturelle. Ces roches calcaires ont cinq millions d'années. Un château du XIIe siècle  et une chapelle dominent le tout. Des vestiges de rempart sont encore apparents, les ruelles sont pavées, les maisons toutes en pierres sont inondées de soleil.
La Cèze, rivière cévenole vient à ses pieds lécher les arches du pont médiéval étroit, classé monument historique qui enjambe la rivière de ses douze arches. A l'époque médiévale, il fut construit le pont qui enjambe la Cèze et qui est dénommé Pont Charles Martel.
Traits d’union entre les Cévennes ou elle prend sa source et le Rhône dans lequel elle se jette. Sur 470 mètres, la Cèze  a taillé avec violence des chenaux et des cavités qui finissent par se rejoindre et forment des crevasses dans lesquelles la rivière s'engouffre. Les éléments les plus spectaculaires sont les marmites de géants. Ce sont des cavités creusées dans le lit rocheux de la rivière par le mouvement tourbillonnant des galets. Cet ensemble est un site classé en zone naturelle exceptionnel mais aussi dangereux.
Sur un dénivelé de 8 à 10 mètres, le cours de la Cèze est ponctué de cascades bouillonnantes, de cavités alvéolaires creusées dans la roche appelées “marmites de géants”, contribuant à la singularité du site.

























Les cascades du Sautadet affichent une beauté délicieusement sauvage, un caractère volontiers trempé et une impétuosité qui titille la curiosité… avant qu'un panneau, planté à l'entrée du site ne refrène votre enthousiasme : celui de plonger dans l'une des “marmites” si attirantes, ou nager vers les tout aussi attractives cascades pour jouer les “naïades.
Le plaisir de vous promener sur ces Cascades du Sautadet au charme fou et riches en points de vue aussi spectaculaires qu'étonnants, comme seule la nature en fait, peut en créer est remarquable et enchanteur, proposant un spectacle en perpétuelle évolution et à la mesure du bruit, révélateur de la puissance du courant assourdissant !
Le recul que vous prendrez forcément en rejoignant le sentier ombragé (grâce aux pistachiers, oliviers sauvages, chênes, arbousiers...) vous apportera une fraîcheur bienvenue pour suivre le cours de la Cèze. Quant aux amateurs de vieilles pierres, ils seront bien inspirés d'aller arpenter les ruelles de la Roque, il est classé à l'inventaire des "Sites exceptionnels de France».

A partir de Bagnols sur Cèze, nous rejoignons de nouveau Avignon et la cité des papes et à nouveau nous déciderons de ne pas prendre l’autoroute pour rentrer sur Cannes et la Cote d’Azur, les journées étant plus longues avec des températures avoisinant les 25° ce week end nous pouvons finir cet itinéraire en retournant tranquillement par la route. Une belle balade et un tres bon week end !


                             DIAPORAMA DE LA BALADE 


Repost 0
Published by BIKER06 - dans NOS BALADES
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 07:52

Le château saint Victor est bâti à flanc de colline dans un parc aux arbres centenaires. Offrant à ses hôtes en quête de dépaysement de magnifiques paysages, il s’ouvre sur un panorama exceptionnel qui embrasse les Cévennes toutes proches, la plaine de Saint Quentin et la cité d’Uzès.

Les propriétaires accueillent leurs hôtes au château Saint Victor comme on reçoit ses amis : dans une atmosphère chaleureuse et raffinée, voyageurs de passage et fidèles clients y trouvent sérénité et dépaysement, convivialité et intimité.
Le parc accueille les promeneurs pour de tranquilles balades à l’ombre fraîche de ses futaies. La fraîcheur des intérieurs, l’harmonie des tentures et des couleurs, le soyeux des draps blancs et la douceur satinée des éponges laissent une sensation de bien-être.

Les salons et les chambres sont aménagés pour le plaisir et le confort de celui qui vient y goûter les délices de l’instant qui passe. Chaque chambre est différente et possède le nom de l’un des 19 petits enfants de la grand-mère des châtelains. L’hôtellerie est tenu en famille par les deux frères et belles sœur ce qui donne une atmosphère personnalisé et conviviale pour chaque client.

La Table d’Aude accueille ses convives près de son imposante cheminée sous des voûtes de pierre qui date du 17eme siècle. Elle s’ouvre sur une jolie terrasse de verdure aux recoins secrets qui appelle tout autant à la gourmandise qu’à la sérénité.
Le soir pour le déjeuner, une cuisine d’humeur y est proposée, mêlant classiques de la tradition familiale et produits du terroir, saveurs du sud et parfums d’ailleurs. Des produits bios achetés tous les matins au marché d’Uzès par le chef cuisinier et choisis avec soins vous fera découvrir un menu simple mais délicieux :

Velouté de carotte à la badiane, croûton de foie gras
Darioles de crevettes, vinaigrette de crustacés, fondue de poireaux
Noisette d’agneau en croûte de sel, risotto vert et poêlée de girolles
Tarte au chocolat
Le château, les terrasses et les jardins qui l’entourent constituent un cadre de charme parfait, Loin de toute ostentation, la véritable élégance du château  Saint Victor est de ne pas faire étalage de ses charmes : elle se laisse plutôt découvrir et savourer tranquillement au fil des jours. La vie, après tout, n’est-elle pas aussi faite de ces précieux moments de bonheurs qui la ponctuent si agréablement ?
































Le château actuel est bâti à l’emplacement d’un château plus ancien, qui date de la Renaissance (début XVIème siècle). Il a appartenu à la même famille, les » d’André de Saint Victor », de 1709 à 1875.Il a été partiellement détruit par la révolution et les républicains qui n’ont pas fait de cadeau aux nobles de la région.

En 1875, le dernier représentant de la famille, Egide d’André, vendit le château à Léonce Pascal.


















Le monument actuel est l’œuvre de Léonce Pascal, qui l’a restauré et agrandi (en rajoutant notamment la partie qui se trouve à droite de la façade principale) en employant de nombreux éléments de l’ancien château. Il a aussi créé le parc qui entoure le château et a sponsorisé la création de la route qui va d’Uzès à Saint Victor en acceptant que celle-ci passe à travers le parc : en contrepartie, la commune a alors accepté de prendre en charge la création de 2 passages souterrains, l’un à un angle de la terrasse principale et l’autre près de la piscine actuelle, qui mènent à la partie inférieure du parc.

Léonce Pascal a également fait construire la Tour de l’horloge    derrière le château, qui, aujourd’hui encore, sonne les heures de 7 heures du matin à 23 heures.

Léonce Pascal est né à Saint Victor et a fait sa fortune à Paris, en travaillant avec les frères Boucicaut, créateurs du 1er grand magasin à Paris, le Bon Marché qui existe encore aujourd’hui.


La petite histoire raconte que Léonce Pascal a accepté de reconnaître l’un des enfants naturels d’un des frères Boucicaut comme étant son propre enfant, pour éviter un scandale. Il aurait alors reçu pour cela une très grosse somme d’argent à l’origine de sa fortune et du rachat du château de Saint Victor.

A la mort de Léonce Pascal en 1923, le château a passé entre plusieurs mains, notamment celles de la famille qui créa la marque de sous vêtements masculins Eminence et dont l’usine est encore à Lunel près de Montpellier. En 1993, le château devint un hôtel-restaurant grâce à un nouveau propriétaire. C’est celui ci qui fit notamment construire la piscine, l’ancien tennis et qui fit aménager un terrain d’atterrissage pour hélicoptères.

Les propriétaires actuels ont acheté le château en janvier 2004 et il a été ouvert au public en juin 2004. Tout a été parfait, l’accueil de la châtelaine qui nous a fait visiter l’intérieur du château avec un petit historique de celui-ci, la chambre, le dîner du soir et le petit déjeuner furent excellent.

                      DIAPORAMA DU SEJOUR AU CHATEAU

Repost 0
Published by BIKER06 - dans NOS BALADES
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 19:20

Vous avez remarqué la veste rouge de Tristana assortie à la moto !

Départ vers 8 heures du matin en ce samedi 4 avril pour passer un week-end en amoureux dans le Duché d’Uzès qui se situe dans le centre du département du Gard. Nous empruntons tout le long la fameuse Nationale 7, en passant par les départements du Var, des bouches du Rhône et du Vaucluse pour arriver en Avignon vers 11 heures et rencontrer une bloggeuse de la cité des Papes. Les jours précédents nous nous étions convenu d’un RDV/Apéro dans le centre ville d’Avignon, puis ce fut finalement un déjeuner qui aura lieu pour faire plus ample connaissance.

























La demoiselle en question se nomme « Tristana » c’est son nom de scène sur la toile mais cette charmante et jolie jeune femme n’est pas triste du tout, elle est ravissante et très conviviale. Une rencontre que nous avons énormément apprécié Soso et votre serviteur. Apres pleins de « coucou » de la main pour se dire au revoir à travers la fenêtre de sa voiture et nous de notre moto, nous prenons la direction du Pont du Gard et plus spécialement du village d’Uzès auquel nous voulons faire une visite avant de rejoindre le château/hôtel dont nous avions pris réservation.
Ce pays de l’Uzege est une terre d’abondance pour les sens et l’esprit, c’est un peu pour cela que nous avons réservé en ce lieu car l’endroit dégage un sentiment de calme et de sérénité avec un charme inaltérable quelque soit la saison. Nous avons eu souvent l’occasion de découvrir ce département en moto. Nimes, le pont du Gard, la bambouseraie d’Anduze, les Bisons de Lanuejols, nous connaissions tout cela. Par contre les alentours d’Uzès nous n’avons fait que passer.
Uzès est une cité de caractère. Toute la région présente des villages fortifiés qui semble vouloir dire que son passé fut mouvementé. Des similitudes à mon comté de Nice car nous avons le même ennemi, ce  « Louis XIV » qui fit beaucoup de mal de partout ou il passa avec ses amis du Vatican. Cette fois ci ce sera pour persécuter les Huguenots., vous savez ces protestants Français dont je vous ai raconté l’histoire sur leur exode Américain. Et dire que ce pitre se surnomma le roi soleil !
Reste qu’Uzès est une ville chargé d’histoire comme en témoigne ses monuments et son architecture exceptionnelle.

























En 1632, le Duc d’Uzès est premier Duc de France, le Duché est situé au cœur de la ville et appartient toujours à la famille Ducale qui y séjourne depuis prés de 1000 ans. Labellisé ville d’art et d’histoire, la ville est aujourd’hui forte d’une renommée internationale et l’on se déplace des quatre coins de la planète pour arpenter ses rues et admirer son patrimoine. Ce sont aujourd’hui 41 hectares de la ville qui sont classés « secteur sauvegardé » selon les modalités de la loi Malraux. Autant vous dire que les 8500 habitants de cette localité ont tout loisir de se réjouir.

























Apres avoir arpenté les ruelles anciennes de la cité, nous avons visité le jardin médiéval au pied du château. Ce jardin est un herbier vivant fait de plantes qui soignent, qui sauvent, qui protege, qui renouvellent, qui consolident mais aussi qui teignent ou qui sont empruntées pour le textile comme le chanvre, le lin, la soie, l’ortie. En sortant du jardin vous êtes convié à une dégustation d’un breuvage fait à base de citronnelle et de réglisse. Faut aimer !!!
L’Uzege est une terre étonnante par sa richesse et sa culture autant que par la force de ses traditions. Voisine de la Provence, des Cévennes et de la camargue, l’Uzege est un pays baigné de lumières imprégné des influences méridionales et habité par l’accent qui chante. Les vignobles produisent des vins excellents notamment le Tavel que j’ai pu gouter lors du dîner au château. Elégant et puissant c’est l’un des meilleurs rosés de France. Les oliviers sont nombreux et produisent eux aussi une très bonne huile d’olive. La poterie est un art ancestral qui c’est développé à saint Quentin depuis le néolithique et se poursuivra au moyen âge et de nos jours.
L’uzege est aussi une terre de gastronome et de produits du terroir d’une qualité remarquable. Ce petit coin du Gard est lieu de rencontre entre la charcuterie des cevennes, le toro de Camargue et le poisson de méditerranée. L’huile d’olive, l’ail, le thym, la sarriette, le laurier, le romarin assaisonnent les plats largement inspirés de la cuisine méridionale. Le diamant noir (la truffe) sur le marché d’Uzès fait le bonheur des grands chefs étoilé. Le chef du restaurant «  la table d’Aude » dans le château Saint Victor me faisait part de sa tournée chaque matin au marché de la place aux herbes dans la ville pour choisir ses fruits, ses légumes et toute la marchandise pour sa cuisine. Un must de fraicheur et de produits Bio.

























Enfin ! Si vous passez par une boulangerie locale, gouter à cette viennoiserie appelée « Figatine ». C’est une brioche aux figues sèches confites, recouverte d’éclats de nougatine aux amandes et huile d’olive. C’est un régal ! On est bien dans le sud, c’est magique ………
Avec la visite des villages de Saint Quentin la poterie, de Saint Siffret et de Saint Victor des Oules, j’ai complété ma collection de villages de pierre, je peux maintenant rejoindre mes quartiers dans ma résidence châtelaine et pouvoir se détendre sur la terrasse aux arbres centenaires après une balade de 420 km . Un article que je consacrerais à cette demeure seigneurale auquel je suis tombé sous le charme avant de vous raconter la balade et l’itinéraire du dimanche.

A Suivre .......

                                 DIAPORAMA DE UZES

 


Repost 0
Published by BIKER06 - dans NOS BALADES
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 18:26

Et.... un trike Electra Glide Ultra Classic Harley Davidson sort du chapeau !!!
Tout un titre pour raconter une histoire de trike. Il devient gaga le biker !! hi hi hi

Voila déjà 6 longues années qu’Emile avait abandonné sa bonne vieille Harley Davidson Softail Heritage pour un trike WK avec moteur de 1600cm3 coccinelle mais jamais il n’abandonnera l’idée de remonter sur une « belle de Milwaukee ». C’est que, quand on a gouté à la légende, il est difficile de s’en passer meme encore à 68 ans et aprés un demi siecle d'aventures motardes.
Depuis pas mal de temps le Trike WK ne le branchait plus tellement et il rêvait de posséder cet engin à 3 roues que nous voyons souvent sur la route mythique américaine de la 66 ou bien dans les grands rassemblements de Daytona,Sturgis ou Laconia.
L'electra Glide dans le garage pour sa derniere configuration

Bruno Westelynck venait de réaliser en France le premier prototype de 3 roues avec l’Electra Ultra Classic FLHTCU modèle 2008 de 1584 cm²  Harley Davidson !
Jusqu’à présent il s’était plutôt frotté aux modèles Goldwing avec l’EML Bermuda, mais là, le prototype de l’Electra vient d’être greffé en 3 Roues.
L'événement est énorme à vivre. Emile mesure la chance que lui ai offert de pouvoir réaliser son rêve.
Un vieux rêve qui le taraudait depuis quelques années qui va se réaliser sous ses yeux, ou presque.
on prepare son remorquage direction le chnord

Début janvier le transporteur attitré d’EML vient chercher la moto qu’Emile vient d’acheter à un particulier d’Avignon.Une Harley presque neuve de 2008 avec 1800 km au compteur. L'un de ces proprietaires qui achete une harley par phenomene de mode et qui la laisse ensuite dans le garage. La cote d'Azur en est plein de ces pseudos/Motards et pour les vrais les affaires sont bonnes pour le rachat de celle ci  !! .
Le réveil vient de sonner en cette journée  de janvier et c’est le début d’une belle aventure. J’immortalise L’Harley d'origine afin de la garder vive en nos mémoires. Le chauffeur du fourgon prépare les sangles et le remorquage. Il n’y a plus qu’à atteler et fouette cocher ! Direction le Nord Ouest de Lille, à Bailleul plus exactement, pour la greffe de l’assemblage EML.
Maintenant il faut sangler la moto pour ne pas qu'elle bouge dans le transport. Remarquez ! Le gars du Nord n'a pas froid chez nous au mois de janvier.

L’homologation du Trike Harley Davidson  est tout nouveau en France. C’est Bruno le boss d’EML qui en essuie la primeur. Emile n’y tenant plus montera dans le nord pour voir les différentes phases de la réalisation de son trike bravant l'hiver glacial de cette region !! hi hi hi.
Bruno l'accueille puis l'entraîne dans son atelier pour lui présenter son prototype.
On commence par deshabiller la belle !!!

Il est encore brut des soudures de l’assemblage, mais il le séduit déjà par ses rotondités harmonieuses. Conjointement, les travaux de peinture vont progresser. Certaines pièces vont être démontées et partir aussi très vite dans l’atelier de Thierry, dont Emile fait la connaissance et lui donne ses coloris préférés. La moto à l’origine est noire, Emile a la nostalgie des modèles retro au look sauvage des années 50. Thierry écoute ses envies et propose ses idées… Elle sera noire et rouge. Emile retourne donc dans son sud bien aimé avec pleins d’étoiles magiques dans les yeux et l'excitation d'un gamin de 15 ans.
Il ne reste plus que le cadre et le moteur

Une semaine plus tard Bruno le boss m’envoie les premières photos que je m’empresse de renvoyer à mon pote qui ne touche pas trop au web. Photos à l’appui, il nous fait part du démontage et du départ des pièces chez Thierry pour l’atelier de peinture, ainsi que de l’arrivée des coques EML venu de hollande. Sur les photos, la belle n’a plus de nez. De son ventre sort un écheveau entremêlé de fils colorés, ses flancs sont nus…Puis c’est à nouveau l’attente… Un mois, cette fois !
Installation du Kit

Première quinzaine du mois de Mars, Bruno nous annonce que l’homologation du proto est en cours d'approbation. Le 31 Mars, il nous renvoie le message suivant : « Le passage aux Mines de votre Trike a été franchi avec succès !!!! ». Immédiatement Emile en fait part à Philippe son beau frère qui habite en région parisienne pour aller chercher la bête !!
Emile commence a voir la transformation

15 jours encore à tenir pour voir la merveille des merveilles. Enfin, en ce début du mois d’avril un fourgon blanc pointe son nez à Grasse. Nous sommes tous ici à attendre impatiemment. Puis, comme au théâtre, la porte coulisse et la Belle s’offre... Il faut jumeler une remorque pour descendre le trike du fourgon. Plusieurs manœuvres seront nécessaires. Mais ca y est le Trike Harley est bien sur le sol de la terre sudiste.























Ca y est elle arrive à Grasse, le soleil lui manquait ...


Evidemment, on veut tout voir. Le tour est bien fait une bonne vingtaine de fois. Nos yeux s’arrêtent sur chaque détail… La marche-arrière facilitera le stationnement. Le frein à main est à droite, il se verrouille. Le coffre fait penser à la ligne nostalgique de la malle de la Traction Citroën, nous lui mettons son premier fut de bière ! hi hi hi
Quelques manoeuvres pour mettre la remorque collé au fourgon

Les roues à bâtons à l’arrière et les petits feux ronds. Elle a son look rétro malgré son nez caréné ! Merveilleuse réussite. N’y tenant plus, Emile se décide à prendre le guidon mais tout le monde veut l’essayer. Quand enfin on se lasse de l’admirer, ce qui est long à venir tout de même… c’est pour faire péter le Champagne autour d’elle, avec tous ses amis et toutes les femmes qui sont agglutinées autour d’Emile et de son trike. Un bijou qui coute tout de même 40000€ mais quand la passion l’emporte on soulève des montagnes !!!

En fin ! la belle va pouvoir briller au soleil de la Cote d'Azur

Un petit historique:

Le phénomène des trikes, ces motos à trois roues prend à nouveau de l'ampleur. Passé de mode, le trike a été en effet largement boudé par les nouveaux consommateurs. Populaire jusque dans les années 70 grâce notamment au célèbre Servi-Car de Harley-Davidson, la moto à trois roues est aujourd'hui produite non plus par des manufacturiers mais plutôt par des entreprises indépendantes telles que EML.
Premiere roue sur le sol de la chaleur de la French Riviera

L'offre a aujourd'hui évolué vers une moto deux roues convertible en version  trois roues .Il suffit en effet d'enlever le différentiel, la roue et le bras oscillant sans même avoir recours à la soudure. Un nouveau différentiel et de nouveaux freins ainsi qu'une nouvelle suspension sont malgré tout nécessaires soit 135 kg supplémentaires. Le coût de la transformation reste non négligeable à savoir entre 17 000 et 18 000 €. Ce regain d'activité s'explique surtout par le départ en retraite des baby-boomers, la moyenne d'âge des acheteurs avoisinant les 50/60 ans.
Magnifique,formidable,genial,eblouissant,memorable, tous les adjectifs pour le plus beaux de tous les trikes

Le trike répond avant tout à un besoin de sécurité, L'esthétique est également prise en compte lors de l'achat même si le trike appartient à un autre temps et correspond aux attentes d'une autre génération. Facile d'utilisation, la moto à trois roues est maniable, sûre et surtout… kitch. On peut le conduire avec un permis B.
Soso est conquise mais c'est quand meme à une "Indian" qu'elle reve !! apres avoir vendu son Road King Harley

Si le trike est tout bonnement une motocyclette à trois roues, montée comme un tricycle, l’histoire du trike est liée à la guerre du Vietnam. En effet, dans les années soixante-dix, de nombreux soldats américains revenaient de la guerre avec des membres en moins. Plus question pour eux de faire de la moto… C’est pourquoi ils ont inventé cet engin  pour que ces anciens motards puissent continuer leur passion.
De la biere pour commencer mais ensuite champagne et "petites pépées" hi hi hi

C’est vrai et c’est faux à la fois pour la petite histoire du trike, car au début des années 30 Harley Davidson sera le précurseur de ces tricycles à moteur avec le servicar, du nom donné par HARLEY-DAVIDSON au premier véhicule du genre que la société construisit à partir de 1932, et qui le fit pendant 41 ans, jusqu’en 1973. Le moteur, un 750 cm3, était au milieu puisqu’ils utilisaient des HARLEY 750 WL auxquelles ils transformaient l’arrière et plaçaient une grosse malle.
Il est vraiment "Too Much"

Aux U.S.A, ce trike servicar HARLEY-DAVIDSON était utilisé par les convoyeurs ou les coursiers de toutes sortes, ainsi que par les policiers américains qui, de la main droite et avec une craie au bout d’une tige, marquaient les pneus des autos mal stationnées et repassaient une heure après pour les verbaliser ou bien encore par les services postaux avec qui les facteurs de l'US Postal distribués le courrier.


Toutes les filles sont autour d'Emile maintenant !!

Tiens donc ! Comme des signaux de fumée qui se propagent à l’horizon c’est tout d’un coup un puis deux potes qui arrivent admiré la bête. Les amis ont emmené leurs épouses, conjointes, amies, maitresses ce qui commence à faire du monde.



Mais comme la convivialité est une des qualités sudistes, tout le monde met la main à la patte pour préparer un buffet et un apéro dinatoire et faire de cette visite le départ d’une fête.

Surtout qu'en ce week end de Paques , le temps est magnifique avec des temperatures à 25° , on se croirait presque en été enfin presque ........... le pastaga  coule à flot !!


éh les filles buvez pas trop , c'est vous qui allez ramener les becanes .........
Repost 0
Published by BIKER06 - dans ARTS BIKERS
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 10:55

Les Templiers défendent la porte des Tines

Biot : prononcer Biotte et pas Biau comme le font souvent les Parigots. Biot a le privilège d’avoir pu conserver son vieux village authentique, Ancien habitat Celto/ligure comme la plupart des villages des Alpes Maritimes. Il fut occupé par les Romains pendant cinq siècles. Siège d’une commanderie des templiers de 1209 à 1312, il devint ensuite une garnison des chevaliers de Malte.























 
Ravagé en 1387 par la guerre et par la peste, il fut reconstruit en 1470 par une cinquantaine de familles ligures, encore une foi comme la plupart des villages de cette région. Il était donc évident que la reconstitution historique des templiers se fasse dans ce village du moyen âge.
Malgré un temps exécrable, les chevaliers de l’ordre du temple sont de retour dans les murs de la cité verrière. Finalement je consacrerais un autre article aux verreries et aux souffleurs de verre de Biot car en visitant l’atelier d’un artiste verrier, j’ai découvert un site vraiment insolite et cela ferait un article trop long si je le rajoute à celui-ci.

























Afin de célébrer le 800eme anniversaire de l’acte de donation des terres Biotoises par le comte de Provence, la reconstitution historique organisée dans les rues du village s’est achevé par un temps épouvantable.  Cinq minutes après avoir commencé la retraite aux flambeaux, la pluie s’invita de la partie mais tous les participants de ce défilé flamboyant ne baisseront pas les armes et un cortège de feux de plus de 800 convives costumés déambulera joyeusement flambeau à la main dans les rues de la cité.
Auparavant j’ai assisté à ma première messe templière faite dans l’église Sainte Marie Madeleine de Biot qui a été reconstruite au XV eme siècle en même temps que le village sur les ruines d’une ancienne église romane du XII eme siècle, elle-même bâtie sur un ancien sanctuaire romain. Sa construction ne sera achevée qu’en 1535. Avant d’arriver à l’église, vous passez par la place des arcades qui est tout simplement magnifique.
Les Templiers vont attaquer sur le terrain de l'énnemi

La place était située au centre du premier castrum de Biot. Elle est bordée de deux galeries à arcades, de forme originale (plein centre et ogives). Sa façade Nord possède 5 arcs. Sa façade Sud a 9 arcs et 2 autres aux extrémités. Certaines arcades datent du XIII eme et XIV eme siècle. Les plus belles de ses portes datent du XVIeme siècle. La messe templière fut extraordinaire et rien que cette festivité cela valait le coup d’œil. Cette messe fut la suite logique de la bataille remportée par les templiers pour remercier Dieu d’avoir protégé le village. Les templiers donnèrent RDV à la porte des Tines (1535) aux visiteurs pour représenter les combats.

La légende des Templiers de Biot

La fin du XIII ème siècle est marquée par de graves conflits opposant les Templiers de Biot à leurs voisins, les habitants d’Antibes et de Villeneuve, entre autre à propos des droits d’usage sur le territoire de Clausonne. Après avoir acquis quelques biens au quartier de Clausonne, proche de Biot, les Templiers virent cette transaction contestée par des habitants d’Antibes, au point qu’il fallut une sentence du 12 décembre 1258, de Guillaume Aicard bailli de Vence, pour faire reconnaître leurs droits.
Confirmation du fief fut faite à Guillaume Clumans, commandeur de Biot, au nom de Bernard de Bellano commandeur de Grasse et Nice. Néanmoins, des incidents vont éclater. Les deux frères qui furent arrêtés à Biot, tout comme ceux de Grasse, seront dirigés à Pertuis, pour y être emprisonnés, nous perdons leur trace après leur transfert à Aix en 1308.

 
En Provence les monuments étranges ou les cavités naturelles associées au mythe de « la Chèvre d’Or », sont sensés dissimuler un magot, accessible à celui qui rencontrera l’animal légendaire, porteur de fortune. La présence templière étant affirmée ici, au voisinage de la plus importante commanderie de la région, le mausolée classé de Clausonne est apparu comme le probable réceptacle, d’un des fabuleux « trésors » du Temple.
Biot, après avoir été partiellement dépeuplé par la peste noire en 1348-50, puis vidé de ses habitants, obligés, sous la menace, de se réfugier en 1367 à La Garde, sera rasé par Raymond de Turenne en 1387, le village ne sera plus au début du XIVème siècle, qu’un lieu abandonné servant de refuge à des malfaiteurs et des pirates.
Sa renaissance, digne de ses riches heures templières, ne s’opère qu’en 1470, avec la venue de 50 familles de colons, originaires du Val d’Oneglia, dans la proche Ligurie, ceci à l’initiative de ses coseigneurs l’évêque de Grasse pour un tiers et des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, successeurs des Templiers.
Les combats à la porte des Tines furent d’une réalité magistrale. Au milieu de l’événement, j’ai failli me faire couper les oreilles en pointe tant la violence des combats fut surprenante. Un Sarazin sentant mes origines Niçoises voulut me trucider, j’ai eu la vie sauve grâce à l’intervention d’un templier. Grace à lui je peux vous faire cet article.
A l’heure des combats, porte des Tines, les balcons surplombant la rue ont été pris d’assaut par le public ce qui a fait dire à une villageoise que l’année prochaine si la manifestation revient, elle installera des tables dans le jardin et qu’elle fera payer l’entrée avec apéro comme au grand prix de Monaco. Je dois vous rappeler que cette manifestation est entièrement gratuite et tous les spectacles de jongleurs, ménestrels, musiciens et magiciens se voyaient librement.
Même l’initiation aux jeux de société très en vogue au moyen âge était proposée gratuitement. On pouvait ainsi apprendre à jouer au Balthazar, au Toptafel (l’un des premiers modèles de baby foot) aux mannequins ou encore à la boule à la pente. Autant de jeux d’adresse avec une boule. Les plus intellectuels essaieront le loa, l’ancetre du jeu de dames.
De nombreux stands médiévaux ont élus domicile pour vendre tout ce qui a rapport à cette date. La cerveza et la restauration de cette époque eu un joli succès aussi. Une bien jolie fête que j’aimerai revoir l’année prochaine.La Cote d'Azur est magique, meme sous la pluie les fétes sont reussies . Allez à la suivante maintenant !


                              DIAPORAMA LES TEMPLIERS ACTE II


Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS

Articles Récents