Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 12:59

Aout-2010-0225.JPGLe jour de ma visite, c'etait alerte orange dans les autres departements. Dommage le ciel etait capricieux

 

Dans son écrin de montagnes brodées d’azur, Sainte Agnès, se situe à seulement 3 km de la mer à vol d’oiseau et à 10 km par la route de Menton  de la frontière italienne. Véritable nid d’aigle, il domine la baie de Menton du haut des vestiges de son château Fort qui se dressent à près de 800 mètres.

Aout-2010-0046.JPGL'autoroute suspendu du tronçon Nice-Vintimille


De ce point culminant se découvre à 360° un panorama époustouflant qui offre un contraste étonnant, particulièrement l’hiver, entre le bleu de la Méditerranée, si proche, et les sommets enneigés des montagnes du Mercantour. Ce mélange original de littoral et de montagne se rejoint dans la végétation qui s’étage depuis les oliviers argentés et les mimosas odorants qui poussent dans la « vallée » près de la mer jusqu’aux sapins qui s’accrochent aux pentes du Mont Baudon, en passant par les herbes aromatiques, les genêts et les genévriers typiquement méditerranéens.  Sans oublier la lavande sauvage, au cœur des réjouissances d’une fête parfumée qui se déroule chaque année, au mois de juillet.

Aout-2010-0011-copie-1.JPGAout-2010-0015.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’origine du village se perd dans la légende, qui est d’ailleurs bien jolie. Agnès, était une princesse romaine qui voyageait avec son escorte non loin de la Via Aurélia qui passe par Vintimille et Menton. Elle se serait abritée dans une grotte lors d’un terrible orage (très fréquent à cet endroit, comme j’ai pu encore m’en apercevoir le jour de ma visite). Sauvée de la fureur des éléments, elle fit ériger une chapelle à sa sainte patronne, en signe de reconnaissance.

Aout-2010-0084.JPG
La légende prête aussi au lieu un passé sarrasin : un redoutable pirate barbaresque, Haroum, s’éprit d’une beauté du pays, Anna. Elle accepta de l’épouser, à condition qu’il renie sa foi. Par amour, le musulman se fit chrétien, et le comte Guillaume de Provence fut témoin du mariage. On retrouve la légende au fil des ruelles : montée du Seigneur Haroum, rue des Sarrasins etc...

Aout-2010-0041.JPGAout-2010-0071.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une autre légende est celle de la source de la mouniga (la nonne en nissart). La légende rapporte que vers le Xe siècle, un chevalier troubadour Provençal était tombé amoureux d'une jeune fille noble du pays Niçois, cloitrée dans un couvent de Nissa. Un jour, ils partirent tous deux à cheval vers l'Italie toute proche, poursuivie par les frères de la dulcinée. Arrivés au plateau aride situé sous Saint Agnés, le fiancé fut tué et la jeune fille, folle de désespoir, saisit une épée et se transperça la poitrine. Instantanément, une source jaillit en ce lieu désert.

Aout-2010-0085.JPG
Le village s’édifia au XIVème siècle, sur un habitat celto-ligure. Le château féodal fut érigé par les comtes de Vintimille et détruit sur ordre de Louis XIV.
Par ces atouts incomparables, ce nid d’aigle sera l’enjeu d’incessantes hostilités entre le Comte de Provence et les Gênois, avant de passer, en 1388, avec tout le pays de Nice, sous la protection des Ducs de Savoie et d’Amédée VII. Pendant près de cinq siècles, c’est la Maison de Savoie qui entretiendra une garnison au château et qui entreprendra de nombreux et importants travaux d’agrandissement, dont des vestiges subsistent encore.
Les nombreux combats entre les Français de Louis XIV et les Sardes au 18ème siècle, prouvent l’importance stratégique de cette forteresse qui se dresse fièrement sur son rocher.

Aout-2010-0016-copie-1.JPGAout-2010-0010.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sainte Agnès deviendra française en 1792, mais retournera en 1814 dans le royaume de Piémont Sardaigne, jusqu’en 1860, où par le plébiscite truqué du 24 mars, elle sera réunie définitivement à la France avec le reste du Comté de Nice.
Blotti à l’intérieur des remparts, le petit jardin médiéval entraîne le visiteur à flâner et à rêver dans les allées bordées de lavandes et à découvrir un panorama exceptionnel sur la Méditerranée. Le jardin des vertus, des délices ou des vices évoquent le temps où les gentes dames aimaient à se promener en écoutant les Troubadours chanter l’Amour Courtois. Représentés en topiaires, ils sont, désormais, les gardiens silencieux de secrets ésotériques. Au pied du donjon, le blé et la vigne, s’étagent sur les terrasses comme au temps où le site était habité par les villageois, et côtoient le potager aux arômes et aux senteurs méditerranéennes.

Aout-2010-0021-copie-2.JPG

Depuis le 16e siècle, les plus grands ingénieurs militaires et architectes se sont succédés pour renforcer et améliorer les systèmes défensifs. Les fortifications alpines sont les témoins d’une histoire mouvementée, faite de conflits, de traités, d’unions et d’échanges de territoires. Plus que partout ailleurs le département des Alpes Maritimes témoigne de cette histoire surprenante entre Français et Italiens, Sardes et Piémontais, Autrichiens et Allemands, Sarazins et Provençaux, Niçois et Génois.

PICT0067.JPG

En 1932, l’armée française choisit ce point hautement stratégique pour ériger un fort, l’un des plus au sud sur la ligne Maginot. Sa construction dura six ans. Il permit tout de même, grâce au feu de ses canons, d’empêcher les Italiens de Mussolini, ennemis d’alors, d’entrer dans Menton ! Qui, à l’époque, revendiquait, entre autre, la région de Nice.

Aout-2010-0150.JPG
C’est une vraie ville souterraine, creusée dans les profondeurs du rocher, avec ses 2000 m2 de galeries et de salles, elle s’enfonce sous plus de 55 mètres dans le rocher.  Le fort est toujours équipé de son armement d’artillerie sous casemate (canons obusiers de 135 et 75, mortiers de 81) : son bloc sud était la casemate frontale la plus puissamment armée de toute la ligne Maginot.

Aout-2010-0166.JPG
Cette construction est à plus d’un titre remarquable et plus particulièrement par son architecture novatrice. Prévue pour fonctionner en complète autonomie, elle fut dotée d’installations vitales, à savoir, une centrale de production électrique, un ensemble de conditionnement et de filtration d’air, permettant de résister à une attaque par les gaz, un atelier de réparation, des réserves d’eau, des systèmes de transmissions perfectionnés et bien sûr, de tous les équipements nécessaires à l’existence autarcique des 300 hommes qui la faisaient tourner : cuisines, dortoirs, sanitaires et même une infirmerie avec bloc opératoire !

Aout-2010-0133.JPG
Grâce à sa force de feu, il permit de stopper les troupes fascistes en juin 1940 : les canons de 75 mm de son bloc 3 entrèrent en action le 22 juin et tirèrent jusqu’à l’Armistice. Son bloc 2 participa de tous ses feux (75mm, 81 mm, 135 mm) aux tirs de barrage qui, sur le littoral, bloquèrent l’avancée des troupes italiennes vers Nice les obligeant à refluer sur la frontière.

Aout-2010-0158-copie-1.JPGAout-2010-0188.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint Agnes est un village à la beauté extraordinaire, regardant la mer tout en étant à la montagne. Le charme italien en plus tout en étant en France. C’est la magie de cette région.... La culture et l’histoire associée à l’exceptionnel panorama.

 

DIAPORAMA N°1 : LE FORT DE SAINTE AGNES

DIAPORAMA N°2: LE VILLAGE DE SAINTE AGNES

Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans HISTOIRE
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 09:14

NICE-LES-PENITENTS-ROUGES
la confrérie des pénitents rouges

Nice est l'une des rares villes au monde, avec Turin et Chambéry, à pouvoir célébrer des Fêtes du Saint Suaire. La raison en est simple, Nice et le Linceul du Christ ont appartenu à la Maison de Savoie pendant des siècles ! Le long séjour de cette Relique sacrée dans les murs du Château de Nice, pendant 7 années consécutives de 1536 à 1543, institua une dévotion particulière des Niçois à son encontre.
800PX-~1
l'église Notre-Dame-de-l'Assomption

 
On connaît la légende et l’histoire du linceul. Il s’agirait du linge qui enveloppa le Christ au tombeau et qui est retrouvé, vide, au matin de Pâques. Ce linge aurait ensuite été conservé à Constantinople, d’où il a disparu à la suite de la IVe Croisade et de la prise de la ville par les chevaliers occidentaux (1204). Il réapparaît dans les mains du comte de Charny. La dernière descendante des Charny, Marguerite, le donne à Anne de Lusignan, épouse du duc de Savoie Louis Ier en 1452.
basilique notre dame de nice 449px-Old Nice, Eglise Sainte-Francois de Paule
Notre Dame de Nice et l'eglise St François de Paule

Dès lors, le suaire est déposé à Chambéry et devient l’objet d’une grande dévotion des ducs de Savoie et de leurs sujets. En 1536, après avoir échappé à un incendie, le linceul est précipitamment emporté par le duc Charles III, fuyant l’invasion française de l’abominable François 1er et de ses alliés Turcs (A cette occasion , la sainte vierge aurait apparu  au coté de Catherine Segurane pour proteger la ville).  Le duc l’emmène dans sa fidèle ville de Nice (1537). Il demeure à Nice sans doute jusqu’en 1543.
notre dame du port

eglise Notre Dame du Port

En 1537, réfugié à Nice avec sa femme Béatrice de Portugal, son fils Emmanuel-Philibert, son trésor et sa relique, Charles III paie en fait un choix politique. Depuis son accession à la couronne ducale (1504), le duc de Savoie est pris dans un conflit qui dépasse largement les faibles forces de ses Etats, celui qui oppose le roi de France François Ier, qui est par ailleurs son neveu et l’empereur Charles-Quint de Hasbourg, roi d’Espagne, souverain de Naples et de Milan, des Flandres, de l’Autriche et du Nouveau-Monde, qui est aussi son beau-frère. Après de longues hésitations, Charles III choisit le parti du Habsbourg. Immédiatement, les troupes françaises envahissent la Savoie, franchissent les Alpes et occupent l’ouest du Piémont (1536).
Nice-SteTherese
Eglise Sainte Therese

Comme je vous l’ai  dit, le duc vint s’établir à Nice, seule ville de ses Etats qui lui demeura fidèle, et le pape Paul III tenta de réconcilier tout le monde. Il organisa, à Nice, au printemps 1538, un congrès réunissant les trois princes. Son initiative déboucha sur une trêve, qui ne dura guère, mais les négociations furent longues et délicates. Charles-Quint, logé sur sa galère à Villefranche refusa de rencontrer François Ier, installé au château de Villeneuve-Loubet car il sentait le traquenard, les turcs étant cachés et prét à intervenir sur les ordres de François 1er ce roi fourbe ! Tandis que le pape, logé au couvent Sainte-Croix, sur le site de la Croix de marbre actuelle, s’épuisait en incessantes navettes.
novembre-2009 0034-copie-1 novembre-2009 0223
eglise Saint Nicolas et la chapelle de la Sainte trinité

Tous cependant étaient d’accord pour demander à l’infortuné Charles III de livrer le château de Nice, chacun pour son propre compte. Le duc ne put refuser qu’en invoquant dans ses murs la présence du linceul, que Dieu avait confié à la garde exclusive de sa famille. On ne saurait être plus habile, et voilà un linceul bien utile.
sainte reparate dome
Dome de la cathedrale Sainte Reparate

Mais ce séjour marqua le souvenir des Niçois, d’autant que, selon la tradition, le linceul fut présenté au peuple le Vendredi Saint 30 mars 1537 du haut de la tour Bellanda. Ainsi, à différents titres, Nice et le linceul ont en commun un morceau d’Histoire. Loin des polémiques scientifiques et des articles de foi, c’est ce morceau qui fait de cet objet de mystère et de curiosité une part indéniable de notre patrimoine. C’est ainsi que Nice peut s'enorgueillir, fait unique dans les annales, de posséder une « Rue Saint Suaire » depuis le XVIIème siècle. Cet intérêt patrimonial et ces liens d’affection des Niçois firent naître des œuvres artistiques admirables, dans tout le comté, représentant le Saint Linceul.
saint pierre d'arene
Eglise Saint Pierre d'Aréne

Notamment le tableau du peintre niçois Gioan Gasparo Baldoino daté du 4 mai 1660. Le titre qui fut décerné en 1997 à la ville de Nice par le Président du Centre International d’Etudes du Linceul de Turin : «Nice Capitale Française du Saint-Suaire»

Le Comté de Nice et sa capitale Nice renferme dans son cœur, autour des clochers un grand attachement à ses traditions dont la plupart, très anciennes, perpétuent d'émouvantes et ferventes célébrations chrétiennes.
Parmi ces traditions, l'une des plus vivaces est la présence de plus en plus active des Confréries de Pénitents.
novembre-2009 0074 novembre-2009 0224
Sainte réparate patronne de Nice

Ces groupes venus de temps très anciens sont donc des associations de pieux laïcs catholiques.
A Nice, quatre Confréries existent et cohabitent ensemble dans le comté.
- La Confrérie de la Sainte Croix (Pénitents Blancs).
- La Confrérie de la Miséricorde (Pénitents Noirs).
- La Confrérie du Saint Sépulcre (Pénitents Bleus).
- La Confrérie de la Très Sainte Trinité et du Saint Suaire (Pénitents Rouges).

La Confrérie Niçoise jouit des mêmes privilèges que l'Archiconfrérie Romaine et notamment la confrérie des pénitents rouges qui occupe une chapelle rebâtie grâce à la munificence du Roi Charles Félix,  Roi de Sardaigne, Duc de Savoie, Prince de Piémont.
MONAST de cimiez~1
Abbaye de Saint Pons

Lorsqu’on découvre Nice pour la première fois, on est immédiatement charmé par la richesse et la qualité architecturale des monuments. Quelle que soit la direction dans laquelle on regarde, il y a toujours un clocher d’église qui surplombe le panorama de ce ciel si bleu. C’est spécialement vrai dans le quartier historique de la vieille ville. Le patrimoine historique religieux de Nice est particulièrement conséquent. Expression triomphante de la foi, la vigueur et de l’euphorie de la contre-réforme, l’art baroque trouve sa pleine réalisation à Nice. La "Route du baroque nisso-ligure" vous invite à découvrir les plus beaux monuments, sacrés et civils, d’un patrimoine architectural inestimable.

Je vous souhaite à tous de joyeuses Paques.

 

               DIAPORAMA DES EGLISES DE NICE


Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans HISTOIRE
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 16:17

photos-2010-0016.JPGIl a en effet conquis le pouvoir, la gloire, l'Europe. L'Empire comptait 170 départements. Il a imposé sa loi à Berlin, à Vienne et à Rome.
Personne, ni roi, ni femme, ne lui ont résisté longtemps. Mais pour qui, pour quoi cette puissance, cette domination, cette construction impériale égale à celle des empereurs romains, de Charlemagne, s'il ne peut la léguer à un fils ?
Que vaut la possession si on ne peut la transmettre ? Cette pensée l'obsèdera. « Je cherche un ventre », répète-t-il, car celui de l'impératrice n'est plus fécond.

photos-2010-0024.JPGphotos-2010-0025-copie-1.JPG

 


















Il regarde Joséphine. Elle a 46 ans. Elle est son épouse depuis 1796 et il a posé sur sa tête, le 2 décembre 1804, à Notre-Dame, sous les yeux du pape, la couronne impériale. Il aime les deux enfants de Joséphine, Eugène et Hortense de Beauharnais. Il les a royalement dotés. Mais le sang des Buonaparte ne coule pas dans leurs veines. Et il veut fonder une dynastie, inscrire ainsi son œuvre dans la longue lignée française, de Clovis à Louis XVI.
Il a cru d'abord être stérile, puisque Joséphine avait été mère. Mais maintenant, il sait qu'il n'en est rien. Un fils, Léon, lui est né en 1806, d'une brève liaison. Cependant, un doute subsistait. La mère, Eléonore Denuelle de La Plaigne, est volage, une courtisane comme celle que nous avons en ce moment à Paris .... Puis arrive Marie Waleska :

photos-2010-0036.JPGphotos-2010-0041.JPG

 

















Il a toute confiance en Marie Waleska, cette noble polonaise qu'il a « forcée » à Varsovie. Il est sûr de l'amour qu'elle lui porte. Or, elle vient de lui annoncer, le 26 octobre 1809, qu'elle attend un enfant de lui. Ce sera un fils, Alexandre.

Napoléon exulte. Il peut, à 40 ans, être père, contrairement à ses craintes et à ce que perfidement a voulu lui faire croire Joséphine. Car elle sait qu'il veut « épouser un ventre royal », et cela signifie divorce, annulation de son mariage par l'Eglise, afin que la nouvelle union puisse être sacrée.
Déjà, Fouché l'a avertie des intentions de Napoléon et lui a suggéré d'accepter ce divorce que dictent les impératifs politiques*. Seule la continuité dynastique peut stabiliser l'Empire, qui restera fragile tant qu'à sa tête il n'y aura qu'un empereur sans successeur légitime. L'intérêt de tous, et celui de Joséphine, est qu'un fils devienne Napoléon II.

photos-2010-0044-copie-1.JPGphotos-2010-0075.JPG

 

















On ne peut attendre. Napoléon sait qu'il est un homme menacé. Il affronte la mort sur les champs de bataille et on tente de l'assassiner, l'ombre de la trahison commence à planer.
Il ne s'adresse à Joséphine que lorsqu'il lui annonce en décembre 1809 son intention de divorcer. Elle sanglote, feint de s'évanouir. Il lui repond:
« Vous autres jolies femmes, lui dit-il, vous ne connaissez pas de barrières. Ce que vous voulez doit être ! Mais moi, je me déclare le plus esclave des hommes. Mon maître n'a pas d'entrailles et ce maître, c'est la nature des choses. »
photos-2010 0146
Il est ému, attaché à cette femme. Veuve du général de Beauharnais  décapité, maîtresse de Barras et de tant d'autres (tiens ! des similitudes avec notre courtisane). Il l'a épousée, aimée passionnément. Experte, elle lui a fait découvrir l'ivresse des sens et les plaisirs de l'amour physique.
« Je n'ai pas passé un jour sans t'aimer, je n'ai pas passé une nuit sans te serrer dans mes bras, je n'ai pas pris une tasse de thé sans maudire la gloire et l'ambition qui me tiennent éloigné de l'âme de ma vie... Adieu femme, tourment, bonheur, espérance, âme de ma vie que j'aime, que je crains. Je te serre dans mes bras, un baiser plus bas, plus bas que le sein, un baiser au cœur et puis un autre plus bas, bien plus bas... »

photos-2010-0076.JPGphotos-2010-0080.JPG

 


















Puis vient le temps de la jalousie. Joséphine, infidèle, affiche sa liberté et ses amants.Les trahisons se font de plus en plus importantes. Enfin, Joséphine accepte le divorce et l'Eglise de France (Rome n'a pas été consultée) annule le mariage religieux qui avait été célébré le 1er décembre 1804 par le cardinal Fesch..., oncle de Napoléon (on magouillait deja ensemble comme aujourd'hui).
Il a officiellement demandé la main de la jeune sœur du tsar. Mais Alexandre Ier tergiverse au moment même où Metternich, ministre des Affaires étrangères autrichien, propose la main de l'archiduchesse Marie-Louise, fille de l'empereur François Ier. Fouché  qui a été régicide  est hostile à ce mariage autrichien qui peut apparaître comme l'expiation du sort réservé en 1793 à Marie-Antoinette. Marie-Louise est la petite-nièce de Louis XVI ! Napoléon, après avoir hésité, choisit de s'unir avec la descendante des Habsbourg.

photos-2010-0115.JPGphotos-2010-0425.JPG

 


















Le 23 février 1810, le contrat de mariage signé, il écrit sa première lettre à Marie-Louise. Il est satisfait de ce mariage politique et il a depuis longtemps tissé des liens entre sa famille et les dynasties régnantes. Sa sœur Pauline est devenue une Borghèse. Son frère Jérôme est roi de Westphalie. Napoléon est fier d'être devenu le « frère » et le « cousin » des princes et des rois. Son mariage couronne cette politique de « normalisation » monarchique.
Il est le bedonnant mais glorieux quadragénaire, conquis par cette princesse, une vierge de 19 ans, « bonne, naïve et fraîche comme une rose ». Il veut séduire celle qu'il appelle déjà « mio bene », « dolce amore ».

photos-2010-0441.JPGphotos-2010-0090-copie-1.JPG

 

















En fait, il vivra vingt-sept mois dans ce « piège conjugal ». Il délaissera les affaires d'Espagne, cette plaie au flanc de l'Empire. Il laissera flotter les rênes du pouvoir. Et la naissance de son fils, le 20 mars 1811, le plongera dans l'euphorie. Ce fils sera l'héritier, le « roi de Rome ». La marche des 100 jours surviendra en ce 1er Mars 1815 à partir de Golfe Juan mais ne changera rien à l’histoire qui est à bout de souffle. Napoléon II l’aiglon, le roi de Rome, le fils tant attendu n’aura régné que 15 jours. Plus tard ce nom illustre sera bafoué par un dictateur ridicule du nom de Napoléon III ce bouffon qu'un président  veut copier.....
Texte de max Gallo écrivain et historien Niçois arrangé  lamentablement et scandaleusement  par biker06.

*  notre courtisane actuelle se prétendant de gauche

                  DIAPORAMA D'AUTRES VISAGES


Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans HISTOIRE
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 17:30

photos-2010-0017.JPG
La flottille, partie cinq jours auparavant de Portoferraio, était composée de sept bâtiments : l’Inconstant, un brick de petit tonnage à voiles carrées armé de 40 canons, des bateaux barbaresques à trois mâts, l’Etoile, Le Saint-Joseph, Le Saint-Esprit, la Caroline ainsi que des felouques, la Mouche et l’Abeille et si Napoléon avait choisi le petit port, niché au fond du Golfe-Juan, c’est qu’il connaissait bien cette rade sûre, dont il avait jadis armé les batteries. Nice n’était toujours pas Française mais Bonaparte appréciait bien la région pour avoir habité à Nice et être le commandant de l’armée d’Italie.

photos-2010-0015.JPGphotos-2010-0136-copie-1.JPG

 


















C’est à trois heures de l’après-midi le 1er mars 1815*, que débarquait l'Empereur Napoléon, de retour de l’île d’Elbe entre Cannes et Nice. Une page de l’histoire de France réécrite sur le sable de Golfe-Juan, sans doute la plus belle et la plus grande de l’histoire de ce pays. Débarquant ses 1 100 hommes de la vieille garde et de la garde Corse. Ce sera le début de l'ahurissante et légendaire épopée des Cent Jours pour ce qui deviendra la plus mythique de toutes les routes Française, de Grasse à Grenoble : La route Napoléon.

photos-2010-0418.JPG

Depuis, l'humble bourgade de pêcheurs est devenue, au fil des siècles, une station balnéaire de renom. Troisième capacité d'accueil portuaire des Alpes Maritimes après Nice et Cannes, grâce à ses deux ports de pêche et de plaisance. Golfe-Juan offre de nombreuses activités nautiques et de remarquables sites de plongée sous-marine face aux magnifiques iles de Lérins déjà légendaire avec le masque de fer.

photos-2010 0100

L'histoire de Vallauris est scellée par la terre, terre des pignates (poterie utilitaire non décorée, qui servait à la cuisson des aliments). Celle de Golfe-Juan, par la mer qui lui a donné ses ports, ses plages de sable fin et cette histoire légendaire, le retour d’un empereur sur les terres de son ailleul. (article sur Vallauris)

photos-2010-0116.JPGphotos-2010-0157.JPG

 

















Vous savez tous que je me régale de ces histoires légendaires dont je suis très  friand et qui sont racontés sur les livres secrets de notre pays (celui avant 1860). Alors rappelez-vous mon article sur l’ile sainte Marguerite et l’incroyable histoire de la liaison du Masque de Fer et d’une Cannoise venue agrémenter sa solitude, ou  serait né un fils.

photos-2010-0194-copie-2.JPG

L’enfant aurait été envoyé en Corse et placé chez une dame de confiance ignorant tout de son identité. On lui aurait alors recommandé d’entourer le nouveau-né des meilleurs soins, l’assurant qu’il venait de « Buona-Parté » (de bonne part). Une recommandation qui inspira la nourrice, qui le baptisa Buonaparte. Voilà comment la légende venait d’attribuer un arrière-grand-père illustre au futur Napoléon !

photos-2010-0210.JPG

L’année dernière pour cette reconstitution historique je m’y étais rendu le dimanche pour voir le débarquement. Cette année j’ai préféré m’y rendre dés le samedi, surtout que pour la journée dominicale, on annonçait encore un temps épouvantable. Pluie, vents, mer agitée, tous les ingrédients étaient réunis pour faire avorter le débarquement, alors comme la journée de samedi proposait les batailles sur la plage entre les autrichiens et les Français, mon choix se porta immanquablement sur ce premier jour des festivités.

photos-2010-0269.JPG

Comme d’habitude 2 sites sont exploités pour cette fameuse reconstitution.
Le village Napoléonien constitué de tentes dressées sur le parking du vieux port avec de nombreux exposants et des animations sur le thème du premier empire. Initiation au jeu d’histoire avec figurines et jeu vidéo, présentations des métiers d’autrefois : forges et maréchal Ferrand, tailleurs de pierre, fabrication de médailles en plomb, costumiers, bouquinistes, calligraphie, curiosités militaire.
Conférence, démonstration de danses impériales sous le grand chapiteau et dépôt de gerbes……

photos-2010-0309.JPG

Mais, le plus intéressant c’était la visite du bivouac des soldats sur la plage de Jouan.
Bottes de paille en guise de matelas, feux de camps, fusil en faisceau…. Ce campement d’une centaine de tentes abrite les soldats des 2 armées durant le week end. Les figurants des différentes armées tous en costume d’époque, venaient d’Autriche, de Tchéquie, d’Italie ou des 4 coins de France tous passionnés d’histoire.

photos-2010-0315.JPG

On pouvait se rendre compte avec exactitude comment vivaient ces soldats et ces femmes en leur posant des questions avec une convivialité toujours aussi intéressante chez les italiens car il n’hésite pas à vous faire gouter leur fameuse « Grappa ». Vive l’empereur !
photos-2010-0057-copie-1.JPG

photos-2010-0433.JPG


















*En ce samedi 06 Mars 2010, les combats faisaient rage entre les forces Napoléoniennes et les forces Autrichiennes sur la plage de Golfe juan, c’était d’une violence inouïe ! le bruit sourd des canons se faisait entendre bien au dela du Var. Les affrontements se concentraient sur ce sable fin et doré, la ou bientôt les touristes par milliers vont accueillir les UV du soleil sur leur corps  encore blanc et laiteux qui va rougir comme la couleur des costumes Anglais ….

photos-2010-0322.JPG

L’offensive Autrichienne me semblait très efficace et j’étais vraiment inquiet pour les troupes Françaises qui reculaient de plus en plus. Les pertes coté Français devenaient importantes. Je me décidais comme tout bon reporter de guerre à m’introduire au feu de l’action , le bruit des canons étaient assourdissants, le claquement des fusils resonnaient dans mes oreilles, les cris et les "vive l'empereur" m'impréssionnaient immanquablement.

photos-2010-0327.JPG

Tout d’un coup un Autrichien me prenant pour un espion Parisien voulu m’embrocher avec sa baïonnette alors que le BBQ n'est pas autorisé sur la plage de Golfe Juan , je n’eu  la vie sauve que grâce à l’intervention d’un soldat de la  garde impériale qui arriva comme par miracle. La vieille garde venait d’intervenir et elle progressait dans les lignes ennemies malgré une farouche résistance ….

photos-2010-0308.JPG

L’intervention avait été couronné d’un succès sans appel, les touristes pourront retrouver leur plage dés le mois d'Avril, dans le calme et la bonne humeur , les rayons du soleil pourront continuer leur bataille sur la peau de tous les européens ! Napoleon fait place maintenant à l'empire l'Oréal  qui peut alimenter des nuées d'Autrichiens , Allemands , Anglais , Belges  et Hollandais  en leur proposant de la creme solaire ! c'est tout de meme mieux que les canons mais les brochettes sont toujours interdites , c'est un empereur plus discret mais tellement éfficace lui aussi , L'oréal et optique 2000 devrait faire une pub commune avec jojo en Napoléon sur la musique "requiem pour un fou".....

                    DIAPORAMA DE LA RECONSTITUTION


Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans HISTOIRE
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 19:39

Vous me suivez  !  je recupere les clés de la moto au Carlton  

Cannes c’est la ville du luxe et de l’élégance qui ne sont pas provocants, parce que rien n’y est vulgaire, et tout y porte la marque de la classe. Cannes, c’est le symbole du bonheur au soleil, dans les fleurs, face à une mer d’un bleu limpide qui vient battre les baies couronnées d’arbres tropicaux. A Cannes, tous les styles, tous les genres se côtoient, tous les milieux, toutes les races vivent en bonne intelligence. Une ville harmonieuse dans sa diversité et ses contrastes. Chacun peut y trouver ce qu’il aime. Il suffit de chercher.
























Bon ! on visite la villa de Rothschild ... je laisse les clés au voiturier.


Avant d'aborder la description des plus belles villas de Cannes, laisser-moi vous présenter, vous dépeindre cette contrée incomparable, ces rivages merveilleux qui ont été les témoins des plus grandes têtes couronnées de l’histoire. Notre flore est composée de chêne-liège, de chênes verts, de pins d'Alep d'une grande beauté, d'admirables pins parasols aux têtes solennelles, de genévriers, de myrtes, de lentisques, de bruyères, d'arbousiers aux baies rouges, de genêts d'or, d'oliviers majestueux, de labiées odorantes, telles que les thyms, romarins, lavandes, cystes, véritables champs de fleurs scintillant au soleil et embaumant de leurs senteurs délicieuses l'air si vivifiant.
Villa de Rothschild à Cannes

 Les tons vifs les plus ardents se croisent sous le double azur de la mer et du ciel, aussi pur, aussi bleu que celui de la Grèce ou de la Jordanie.
Les lauriers-roses, les orangers aux fleurs embaumées, aux fruits d'or, les citronniers dont les branches ploient sous le poids des fruits, les agaves, les aloès, les figuiers de Barbarie, les mimosas sont un enchantement pour les yeux ; que d'harmonie dans cette belle nature !























Au loin se dresse la chaîne des Alpes-Maritimes aux cimes couronnées de neiges ; quel contraste avec la région tempérée où croissent jusqu'aux végétaux exotiques. Au nord les montagnes courent parallèlement à la côte aux dentelures si diverses, aux golfes de sable d'or et d'argent ; à l'est s'étagent les collines de la Californie ; à l'ouest, celles de l'Esterel aux silhouettes fantastiques, se découpent au soleil couchant et se reflètent sur le miroir immense du golfe de la Napoule ; quel spectacle grandiose et impressionnant. Cannes située au bord de la grande bleue, s'étageant sur des pentes très douces ; des milliers de palais, châteaux, villas, hôtels entourés de jardins s'y étalent.
le chateau de vallombrosa à Cannes

Ce qui frappe dans cette contrée privilégiée à l'abri des frimas et de tous les vents, c'est l'uniformité du climat, de la température dont la moyenne en hiver de 16 degrés, est favorable aux plantes semi-tropicales. Les palmiers, ficus, bananiers, la plupart des végétaux du Mexique, du Brésil, de la Nouvelle-Zélande, du Bengale, du Cap, du Chili, etc...
Fondée en 997, Cannes n’était qu’un tout petit village de pécheurs quand, en 1834 vint s'y établir en villégiature hivernale, Lord  Harry Brougham & Vaux, chancelier d'Angleterre, la colonie des princes et des lords allaient le suivre. Chateaubriand, Stendhal et Victor Hugo y séjournèrent, avant la grande vogue des années Renoir ou Picasso.
A l'heure des premiers trains qui convoyaient la Reine Victoria d'Angleterre, Cannes fut dotée de palais, de maisons bourgeoises, d’hôtels de luxe et de lieux de fête. Ce sont ces belles demeures que j’ai choisi de vous faire découvrir de la plus célèbre ville de France avec Paris mais surtout de la plus incroyable.
Fin 1834, en route pour l’Italie, Lord Brougham et sa fille Eléonore sont refoulés à la frontière en raison d’une épidémie de choléra. Ils rebroussent chemin et vont s’arrêter dans la ville où ils ont passé la nuit précédente: Cannes. C’est le début de l’aventure Cannoise. Henry Brougham achète un bout de terrain à l’ouest du Suquet et y fait construire la villa Eléonore, une superbe résidence "d’où l’on avait des échappées grandioses sur la mer et la montagne". La légende venait de commencer ….. Yes we Cannes ! Cannes is magic…


Le château des Tours

Fut construit par Sir Thomas Robinson Woolfield. En 1858, il est racheté par le duc de Vallombrosa. Le château, avec son style baroque, a grande allure sur les rochers escarpés du Riou. C’est là que se rencontrent vers la fin du XIXe siècle les membres les plus huppés de la "jet set" azuréenne de l’époque. En 1893, il est vendu à un hôtelier. Il fut rebaptisé Hôtel du Parc et devint le palace le plus luxueux de la Côte d’Azur avec le Carlton, le Majestic, le Martinez, le Bristol ,l’Eden Roc et le Negresco.

villa victoria

Cette superbe demeure de belles pierres rouges et de style anglais du XVe siècle se dresse au milieu de massifs de bougainvillées. Elle a également été bâtie par Sir Thomas Robinson Woolfield et c’est en 1860 qu’elle acquiert sa dimension définitive avec l’achat par son propriétaire de plusieurs dizaines d’hectares. En 1869, la villa Victoria reçoit la visite de la princesse royale de Prusse, future impératrice.

villa Marie Thérèse

Edifiée par la baronne douairière James de Rothschild vers 1881, la superbe villa Marie-Thérèse et sa non moins remarquable annexe, la villa Béatrice, ont été occupées par les membres de sa famille, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. La villa Marie-Thérèse abrite désormais la Médiathèque de la ville de Cannes, qui conserve la chronique de la Côte d’Azur, au cœur d’un jardin enchanteur aux allées sinueuses, où cascades et essences exotiques se succèdent, témoins préservés des grands parcs de la cité.

villa Nevada


En 1884, le duc d’Albany, enfant de la reine Victoria s’éteignait à la villa Nevada. Trois ans plus tard, la souveraine accompagnée de la princesse Béatrice, passa cinq jours à la villa Edelweiss, voisine de la villa Nevada. Stephen Liegard a écrit à cette occasion : "Elle voulait prier sur les lieux mêmes où l’âme de son fils s’était envolée". Toujours en 1887, le Prince de Galles avait posé la première pierre de l’église Saint-Georges.

Château Louis XIII



Dans un cadre superbe, sur la colline juste au-dessus de Cannes, avec une vue à couper le souffle, de la côte méditerranéenne, des îles de Lérins et de l’Estérel, cette propriété offre un confort spacieux et des agréments sans rivaux. Le château a été construit en 1888... Le château est situé dans un parc de près de 60 000 mètres carrés.

Villa Wenden

En 1889, le grand-duc Frédéric François, prince de Wenden-Schwerin et Ratzeboourg et son épouse, la princesse Romanov de Russie, prennent possession de cette superbe villa de style germanique, construite sur les premiers contreforts de la Californie. En 1923, elle fut acquise par M. Gruss-Gallieni, gendre du maréchal Gallieni. En souvenir de la pacification de l’île de Madagascar, il appela la villa "Le Rouve" qui signifie, en Malgache, le chef.

Villa Fiorentina

Erigée vers 1894 par le comte Vitali,  de style italien baroque, construite par Julian Goldsmith, membre du Parlement anglais, quelques années auparavant. Stephen Liegeard évoque la Fiorentina dans son ouvrage, "La Côte d’Azur". Le prince Alexis Karageorgévitch, après la Seconde Guerre mondiale s’était installé à la Fiorentina, jusqu’à sa mort en 1946. La chapelle, rachetée par le peintre Bellini, est aujourd’hui un musée dédié à l’œuvre du peintre.

villa Kazbeck

C’est dans cette somptueuse résidence, sur les pentes de la Californie que vécut le grand-duc Michel Michaïlovitch, oncle du tsar Nicolas II. Les hôtes de la villa reçurent les hivernants les plus illustres : le roi Edouard VII, le roi de Suède, les princes de Nassau. De 1895 à 1914, le grand-duc Michel et sa très jolie épouse sont venus tous les ans pendant la saison d’hiver à la villa Kazbeck, dont le nom évoque un des plus hauts sommets du Caucase.



Villa Champfleuri

La villa Champfleuri est surtout connue pour ses jardins extraordinaires, où furent tournés de nombreux films. Parmi eux, "Macao, l’enfer du jeu" tourné par Jean Delannoy qui a utilisé pour l’occasion le superbe jardin japonais. Les jardins proposent aux visiteurs, sur trois hectares, de nombreux sujets de dépaysement : l’Europe, l’Asie, l’Afrique. La villa appartenait à un riche ressortissant américain qui la vendit en 1923 à M. et Mme. Mario Vagliano.

Château la croix des gardes

L’acquéreur de cinquante hectares de bosquets, de broussailles et de rocailles, au sommet de la Croix des Gardes était le Suisse Paul Girod. A partir de 1919, il fit édifier sur ces terres le château de la Croix des Gardes. Le bâtiment, avec sa façade de style florentin, se trouve au cœur de véritables jardins suspendus d’une surface de douze hectares. Le château fut vendu en 1925 à M. Goldman, créateur des célèbres bijoux Burma, puis revendu à M. Leven, un des propriétaires de "Pschitt".


Château Scott


Michel Hugues Scott, inventeur de l’émulsion à base d’huile de foie de morue, fit bâtir un manoir dans un parc immense qui descendait jusqu’à la mer. Ces lieux ont inspiré Marcel L’Herbier qui, en 1931, y tourna la version parlante du "Mystère de la Chambre Jaune". Devenue veuve, Mme Scott vendit, en 1891 à M. H-Emile Meunier, fabricant de chocolats bien connus. Vers 1935, le domaine est vendu au propriétaire du Grand Hôtel à Cannes.

villa Fiesole

Le peintre Jean-Gabriel Domergue cherchait à Cannes un terrain sur lequel il pourrait construire une demeure semblable à celles qu’il avait vues à Fiesole, une cité des environs de Florence. Il le trouva en 1926 au bas de la Californie. En 1936, on pendait la crémaillère. C’est dans cette villa que les femmes les plus élégantes et les plus belles du monde sont venues poser pour l’artiste : Gina Lollobrigida, Brigitte Bardot, Joséphine Baker, Mylène Demongeot, Mme Van Cleef et tant d’autres. Rebaptisée villa Domergue, elle appartient aujourd’hui à la Ville de Cannes.

Château de Thorenc

Situé dans le quartier verdoyant de Terrefial, à la limite de Cannes et du Cannet aux abords du massif de la Californie, le vaste domaine du château de Thorenc fut la propriété de la duchesse de Benford avant de devenir, beaucoup plus tard, la résidence de l’ex-empereur d’Annam, Bao Daï, jusqu’au début des années 1970.
 









DIAPORAMA DES VILLAS, CHATEAUX ET PALAIS DE CANNES


Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans HISTOIRE
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 06:38

copertina-sappia21.jpg         livre-nice.jpg
Le célèbre ouvrage interdit par la IIIe république est un best seller à Nice en ce moment.
Nice contemporaine est imprimé à Londres en 1871, il fut pilonné par le gouvernement français qui le frappa d’une excommunication républicaine éternelle afin que les niçois n’en aient jamais connaissance.
n8bh6.jpg

vue sur la colline du chateau


Henri Sappia futur fondateur de la revue Nice Historique et de l’academia Nissarda, alors en exil volontaire à Londres, après le soulèvement séparatiste de Nice qui suivit les élections du 08 Février 1871, écrivit Nice Contemporaine pour ses compatriotes Niçois qui venaient de subir une terrible répression militaire.Il partit pour Londres afin de faire imprimer cet ouvrage capital pour les Niçois. Mais tous les exemplaires furent saisie à la frontière et détruit par la police française. Il n’en resta que quelques rares exemplaires, dont un fut traduit en français et réédité récemment.
Ce livre témoignage resurgit aujourd’hui par miracle pour dévoiler les pages capitales de l’histoire de Nice, effacées jadis au nom de la raison d’état.
sappia4.jpg   sappia2
Henri Sappia légua aux Niçois la vérité sur leur histoire et une bombe à retardement aux fossoyeurs des libertés Niçoises. Quelques exemplaires seulement du livre interdit subsistent  et sont tenus sous clef , du fait de leurs inestimable valeur et des terribles secrets qu’ils recèlent : la dédition de 1388 , l’annexion de 1860 , la nationalité de Nice et ses droits à l’Independence, la corruption éhontée de l’administration du maire Malaussena et les hommes de la défense nationale, l’engagement de Garibaldi pour la liberté de Nice, les trahisons et les turpitudes de certains de ses contemporains , le soulèvement de Nice et la dictature militaire , les arrestations ,la résistances des Barbets, le terrible secret de la maison de Savoie…
n12lz0.jpg

vue sur le chateau et la tour Bellanda ou hector Berlioz composa le roi Lear


Cet ouvrage est un sommet d’érudition, une mine de documents inédite ainsi qu’une extraordinaire peinture de la vie sociale, économique et politique de Nice au XIXe siècle. Ce cri d’amour adressé à Nice bien aimée, toujours trahie par ceux dont le devoir était de la défendre, est aussi le testament politique d’Henri Sappia, et ses premiers mots nous interpellent : « Et un jour peut- être, le souvenir de ces événements sera utile…. »
n13it2

vue sur le pont-vieux


Les Niçoises et les Niçois et même les Français qui veulent connaître la véritable histoire du comté doivent absolument lire cet ouvrage qui, 135 ans plus tard, leur restitue enfin l’origine de l'esprit Nissart . Enrico Sappia fait parti officiellement du Panthéon des héros Niçois au meme titre que Catarina Segurane , Guiseppe Garibaldi, Catarina Ribauda,Torrin et Grassi,Tchoa Fulconis.    LIVRE EN VENTE FNAC


sappia.jpg             sappia5

L’histoire, eternel recommencement…..

Il suffit pour s’en convaincre de relire le texte de Victor Hugo, stigmatisant Louis Napoléon Bonaparte, président de la IIe  république qui la renversa par un sanglant coup d’état le deux décembre 1851, pour se proclamer empereur.
« Que peut’ il ? Tout.
Qu’a t’il fait ? Rien.
Avec cette pleine puissance, en huit mois, un homme de génie eut changé la face de la France, de l’Europe peut-être.
Seulement, voila, il a pris la France et n’en sait rien faire.
n9at6.jpg

vue de Nice et la riviere Paillon


Dieu sait pourtant que le président se démène, il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ; ne pouvant créer, il décrete, il cherche à donner le change sur sa nullité ; c’est le mouvement perpétuel ; mais hélas ! Cette roue tourne à vide.
L’homme qui, après sa prise du pouvoir, a épousé une princesse étrangère, est un carriériste avantageux. Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots. Ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir. Il a pour lui l’argent, l’agio, la banque, la bourse, le coffre fort, il a des caprices, il faut qu’il les satisfasse.
nice-pontvieux.jpg

les bugadieres sur la riviere Paillon


Quand on mesure l’homme et qu’on le trouve si petit et qu’ensuite on mesure le succès et qu’on le trouve énorme, il est impossible que l’esprit n’éprouve pas quelque surprise. On y rajoutera le cynisme car, la France, il la foule aux pieds, lui rit au nez, la brave, la nie, l’insulte et la bafoue !
Triste spectacle que celui du galop, à travers l’absurde, d’un homme médiocre, échappé …. » Victor Hugo
n2bp8.jpg

vue sur la colline du chateau à partir du port Lympia


Rappelons encore qu’il s’agit de Napoléon III, toute ressemblance éventuelle avec un personnage actuel n’étant que pur hasard…. Mais il y a  parfois des hasards stupéfiants. Issa Nissa é basta
n11xw1.jpg

Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans HISTOIRE
11 mai 2008 7 11 /05 /mai /2008 17:12
 

Barcelonnette la ville la plus mexicaine de France

Une petite ville nommée Barcelonnette à quelques kilomètres de la frontière italienne et faisant frontiere avec le pays Niçois en passant par le col de la bonette (plus haute route d'europe) a de quoi déconcerter le visiteur. Fondée par une famille originaire de Barcelone en 1231, la cité jadis fortifiée, a porté plusieurs noms, dont Barcelone-en-Provence, avant de devenir Barcelonnette. Avec ses rues droites, étroites et plates, cette bourgade commerçante construite en damier recèle quelques originalités architecturales qui se décodent en prenant connaissance de son histoire.

 

Barcelonnette dispose de nombreuses villas « mexicaines » qui doivent leur nom aux retours des immigrés partis en nombre au Mexique après la réussite commerciale des frères Arnaud, partis de Jausiers en 1821 et qui firent fortune dans les tissus.

De part son histoire, Barcelonnette est très liée avec le Mexique

Etant donné qu'on parle des relations entre Mexicains et Français depuis quelques temps, je profite de l'occasion pour vous parler de Barcelonnette, ville des Alpes de Haute Provence, ville située au milieu des montagnes.

 


L'épopée des Barcelonnettes commence au début du 19ème siècle, où une poignée de
personnes de cette région va réussir à faire fortune en quelques années avec des commerces de tissus. Quelques uns revenant dans leur terre natale avec une petite fortune, cela va donner des idées à de nombreuses personnes. C'est ainsi que va commencer une vague d'émigration vers le Mexique de nombreux habitants de la vallée d'Ubaye. Ainsi, le textile va se développer rapidement avec ces français, et ceux-ci vont créés de grands magasins.

 











L’El Palacio de Hierro qui existe encore aujourd'hui.

En 1821, les Frères Arnaud de Jausiers ferment leur filature et décident d'aller tenter fortune au Mexique. Ils fondent un magasin de tissus  à Mexico. A partir de 1830 ils sont suivis par d'autres habitants de la Vallée. En 1893 on compte au Mexique plus d'une centaine de magasins de tissus appartenant à des « Barcelonnettes ». A la même époque des milliers de personnes vont s'installer au Mexique. Un groupe de « Barcelonnettes » achète la banque «Londres, Mexico, et Amérique du Sud » qui avait le privilège de l'émission des billets pour tout le Mexique.

 


Mettant tout d’abord à profit leur savoir-faire, ils se font colporteurs, distribuant tissus et linge. Ils triment dur, et, la solidarité entre bas Alpins aidant, ils ouvrent rapidement des comptoirs. Profitant de l’intervention française et de l’empire instauré au Mexique par Napoléon III, la colonie barcelonnette se développe. Les voici bientôt à la tête d’un colossal empire
Cette réussite commerciale commença à s'estomper à partir de la révolution mexicaine en 1910, où les règles ne sont plus aussi favorables pour les investisseurs étrangers. Les dernières vagues d'émigrants ont lieu au milieu du XXème siècle, et aujourd'hui on estime jusqu'à 50 000 le nombre de leurs descendants. D'ailleurs nombre de ceux-ci reviennent pour découvrir la terre natale de leurs ancêtres à Barcelonnette, qui aujourd'hui porte quelques couleurs du Mexique, avec restaurants, hôtels, musées, noms de rues, et même un consulat honoraire du Mexique

 


Les 28 et 29 novembre 2004, la ville de Barcelonnette et le site de Valle de Bravo situé dans l'État de Mexico, (soit à 107 kilomètres de la capitale mexicaine), ont choisi de se jumeler et d'œuvrer pour faire vivre les liens historiques et culturels qui les unissent depuis l'époque des premiers émigrants de barcelonnettes vers le Mexique.
Un des plus beaux et des plus pittoresques villages du Mexique, implanté à 2000 mètres et comptant 12 000 habitants, Valle de Bravo est un site de villégiature très prisé et très animé, grâce à son lac qui s'étend sur 21 km2

 

Les fêtes mexicaines seront du 09 au 17 Aout 2008 cette année à Barcelonnette et je vous garantie une féte trés coloré et trés pittoresque ou la tequila rapido et la marguarita coule à flot.J'en ai encore les saveurs dans la bouche tellement le souvenir de notre week end dans cette cité alpine fut mémorable aussi bien pour moi que pour Soso d'ailleurs !!

 














Surtout ,que les balades sont majestueuses dans ce coin des basses alpes. En venant de Nice vous pouvez passez par le col de la Cayolle au pied de la source du Var puis remonter par le col du Restefond pour emprunter ensuite  la Bonnette route mythique pour les motards ou bien pour le tour de France. Entre temps vous aurez fait le circuit du lac de Serre-Ponçon qui est le 2eme plus grand lac artificiel d’Europe avec le plus grand barrage de notre continent. Enfin ! une visite des Demoiselles Coiffées, qui sont des colonnes de pierres friables d'origine jurassique supportant des pierres granitiques.

 













Ce site est tout aussi remarquable que le Colorado Provençal de Rustrel. Vous pouvez continuer sur Mont Dauphin construit par Vauban 70 kms plus loin que barcelonnette et vous aurez fait l’un des plus beaux itinéraires que la France puisse vous offrir.


Partager cet article
Repost0
- dans HISTOIRE
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 07:01

ELLES SONT ACCROS A LA LEGENDE

 
LES AMAZONES DES TEMPS MODERNES 
19Scoot_m_m.jpgLes femmes engagés pour les disciplines sportives sont de plus en plus nombreuses ; Les courses motos sont, à priori un sport d’hommes surtout lorsqu’il s’agit de poids lourd comme les Harley, elles demandent de la force ! 
coursed.jpgValerieThompson_2007-thumb.jpg


Pourtant elles investirent les paddocks des courses depuis le début de l’histoire des compétitions motos, que ce soit en tout terrain, endurance, course de cote, dirt track, hillclimbing et autre speedway. La plus célèbre en Dirt track fut Diane cox sur sa XR 750 et Doris Wiggins sur son Harley super pro fuel qui atteint les 172km/h en 7 secondes.
kstouffer_02.jpgbike-with-women.jpg

Valérie Thompson est actuellement le phénomène auquel le sport mécanique sur 2 roues fonde le plus grand espoir. Championne en NHRA, elle est en train de battre plusieurs records en Drag Pro Stock.
peg-781227.jpgpeggy2norwalk07600.jpg 














On peut parler aussi de Peggy Llewellyn qui non seulement est d’être jolie mais est tout à fait impressionnante en course de dragsters. Et que dire de Karen Stoffer actuellement classé 10eme au niveau mondial des plus hautes épreuves de Top Fuel. Course dont le commun des mortels ne sortirait pas sans dégâts ! On citera encore Connie Cohen et Angèle Sampey qui courent sur des Buell.
karen-stoffer.jpgwomen-in-harley.jpg
 
Bien sur ! Il y a de plus en plus de femme qui pour faire plaisir à leur mari ou leur compagnons vont passer le permis moto puis se prendre au jeu de la passion comme Solange mon épouse qui à son permis depuis 15 ans et qui a eu successivement un sporster, un héritage et un Road King (350kg) pour parler uniquement Harley.
soso3.jpgsoso8.jpg

 








Soso dans la position de Bessie Spintfield




Et ce n’est pas ses 54 kilos tout mouillé qui l’empêchera de participer au Rally de Balaton et de faire 1700 kilomètres en un jour et demie pour ne parler que de celui la parmi tant d’autres. Nice Matin consacrera un article sur les amazones de la route en citant plusieurs fois Soso.
soso4.jpgsoso2.jpg

Solange et ses copines




Et que dire de Ghislaine Noel qui après des années de galère suite à un accident perdra ses jambes et qui n’eut comme objectif de refaire de la moto avec la solution du Trike. Admirable et courageux !!
08holloway_large.jpghandicap2.jpg













Si les « People » du petit et grand écran sont souvent apparus en Harley Davidson, les vedettes féminines ne sont pas en reste. De Brigitte Bardot à Amélie Mauresmo, elles ont contribuées, elle aussi ! À élever la marque au plus haut de l’affiche , au plus fort de la légende.
becky04Florida.jpg268_GenBike1.jpggirl4.jpg

DES BLOGS DE MOTARDES



anne.jpg                  CathyL.creations-logo-les_motardes.gif             cocofaz.JPG

ETAT D'ANNE                       LE BLOG DES MOTARDES                           COCOFAZ

angelys.jpg                 miriel.gif                           laulau.JPG

LE BLOG D'ANGELYS                                  MIRIEL                                              LAULAU




DIAPORAMA SUR LES PERSONNALITEES FEMININES EN HD

 

Partager cet article
Repost0
- dans HISTOIRE
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 07:57
Elles sont accros à la légende
 
Les Pionnières
  91-18564-1563.jpg

De nos jours les femmes conduisent des gros cubes comme on dit dans le jargon des motards , celle ci choisissent de plus en plus souvent de rouler sur des Harley Davidson moto macho par excellence car souvent réservé pour un gabarit très physique vu l’importance du poids et du volume de cette moto. Pourtant des que l’on a inventé cet engin motorisé à 2 roues, nos compagnes ont tout de suite adopté le pilotage de la moto sous toutes ses formes en même temps que les hommes.
Parmi ces reines du bitume certaines rentreront dans la légende du sport motocycliste ou de l’aventure tout cour !! Hommage donc a ces harlyistes de charme qui ont contribué elle aussi à fabriqué le mythe.
harley2.jpgimg_1914_large.jpg
 
En 1910 Clara Wagner gagnera une course d’endurance de 600 kilomètres entre Chicago et Indianapolis au grand dam de tout les pilotes masculins qui sans doute honteux de se faire battre par une frêle bonne femme, déclareront celle-ci hors concours et non officielle pour sauver la face.
undefinedundefinedundefined 
il n’en faudra pas plus pour que les sœurs Van Buren grimperont au sommet du pikes Pike (4300 m), d’une route extrêmement difficile pour laver l’affront fait à Clara et prouver qu’elles étaient tout aussi capable que les hommes.
A partir de cet instant le magasine « the Enthusiast » accordera une large place aux exploits des femmes courageuses et de plus en plus de conductrices de Harley prendront la plume pour exprimer leur amour de la moto, décrivant l’expérience comme la plus excitante de leur vie.
Giovannoni2.jpgGiovannoni1_s.jpg

 








C’est Linda Giovannoni qui sera la première journaliste à créer un magasine entièrement consacré aux motardes « Harley Women » Elle commença son apprentissage de la moto en nettoyant des pièces chez un concessionnaire de la marque. Aujourd’hui Linda fait partie des plus grandes journalistes spécialisés et son avis est synonyme de bible chez les puristes.
 dot-robinson.jpgdotlinda.jpg
Dorothy Robinson est pour ainsi dire née sur une Harley Davidson, sa spécialité allait à l’enduro et aux difficiles courses tout terrain. Elle a gagné plusieurs courses dans les années 40/50. A l’âge de 79 ans, elle continuait à parcourir tous les meetings des usa. En tout, elle à parcouru plus d'un million de kilomètres sur 35 Harley différentes.Dorothy Robinson est décédée le 8 octobre 1999. Elle avait 87 ans et 2 ans auparavant elle avait quitté sa derniere Harley.
bessie-stringfield.jpgimg_beesie_large.jpg
 
Autre figure légendaire de la motocyclette : Bessie Stringfiel qui à l’âge de 16 ans s’adonnait déjà aux cascades et au mur de la mort , elle est sans aucun doute la plus mythique des « Mortorcycle Heroes Women ». Dans les années 30/40, Bessie a parcouru 6 fois les extrémités des USA toute seule et en traversant le sud profond qui pour une personne de couleur était chose dangereuse à cette époque.
stringfield2.jpgvanburen5.jpg 
Bessie fait parti de ces nombreuses femmes qui apportaient le courrier en Harley ou en Indian à travers les lignes pendant la guerre dans les campagnes européennes. Elle est au « Motorcycle Hall Of Fame » le musée suprême pour les motards.
undefinedundefined
 











Hazel Kolb est la première femme membre du conseil de l’AMA (American Motorcycle Association) qui correspond à notre fédération. Elle entreprendra plusieurs raids enduro dont notamment un de 24000 kilomètres.
Kolb est décédé du cancer en 1990, mais elle a laissé un énorme héritage à l'ensemble de la moto.
dugeau.jpgLinda-dugeau.jpgDugeau2.jpg
 
 C’est Linda Dugeau en 1940 qui créera le premier club de moto féminin des états unis «  le Motor Maids » bien avant la popularité d’un autre club bien connu des bikers. Plus de 65 ans plus tard le Motor Maids et ses 500 « Ladies » participent chaque année au plus grand événement de la planète le « Black Hills Rally » de Sturgis. Linda est une fervente adepte du TT.Dugeau est décédé le 17 février 2000. Elle avait 86 ans. 
womenstudents_b.jpgwomen-bike.jpg

Elle restera dans les mémoires comme un pionnier de la moto en Amérique. Elle a vécue une vie entière voué à sa passion qui a montré que la moto est pour les femmes aussi bien qu'aux hommes.
cycle.jpg80-7478.jpg

Dans le prochain épisode des reines du bitume , je vous presenterais les amazones du 21eme siécle , les accros des paddocks et des speedway et les "people femmes" qui continuent la legende ..........

Sur certaines images,vous pouvez les agrandir , passez la souris sur les photos.

img_dot2_large.jpgharley1.jpg
Partager cet article
Repost0
- dans HISTOIRE
6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 12:02

 

La Légende du Jean

undefinedundefined
 
Les « jeans »ont moulé les fesses de Marylin Monroe et celles de James Dean. Ils se sont imprégnés de la sueur des paysans du Middle-west et de la poussière des mines d’or du far West. Aujourd’hui, ils sont universels. On les retrouve partout, du Nord au Sud et de l’ouest à L’Est. Sur les jambes des « top models », sur le derrière des ouvriers ou celui des directeurs de sociétés. Levis-logo.jpgradF77F8PICT0004.jpgPlus qu’un simple pantalon, les jeans sont devenus la deuxième peau dont le biker ne saurait se passer. Avec l’Harley Davidson, le Coca-Cola ,Justin et le Zippo, les jeans sont l’un des plus grands mythes Américains de ces 2 derniers siècles.
prca-sm2.jpg
lee_logo.gif




Drôle de destinée pour un vêtement dont l’arbre généalogique nous conduit sur les bords de la méditerranée pour retrouver les origines…

James-20Dean-20--20Marilyn-20Monroe01.jpgc_wrangler_western_02.jpg
 










C’est donc au moyen âge que l’on retrouve sur les pourtours de la mer méditerranée entre les cotés ligure (nos ancétres)et celle du Languedoc que des producteurs de textiles mélangent des fibres (laine, poils d’animaux, coton, lin, chanvre) que préfigure le « sergé de coton » qui devient une étoffe qui permet de fabriquer des vêtements solides pendant des générations jusqu’ à l’usure de la trame.
levis7.jpg
levis-xx-b.jpg
Ainsi la navigation marchande de méditerranée qui devait définir une identification des marchandises donnera le nom de « Sergé de Nîmes » ou de « Gènes » ou se trouvaient les fabrications les plus importantes.
Nîmes se démarquera des autres productions par un fil de trame de couleur de bleu indigo. Cette particularité de vêtement devint très vite populaire dans le commerce britannique qui contrôlait les mers et les océans et par contraction phonétique deviendra le « Denim »pour Nîmes et le « Jean » pour Gênes. Voila pour l’origine !!
401px-Jeans.jpglevis_eco.jpg5833473.jpg

Très vite celui-ci traverse l’atlantique pour se retrouver au développement des villes moderne du nouveau monde. Nous sommes en 1849, un bucheron d’origine suisse découvre des paillettes d’or dans sa rivière. Le denim devient le vêtement de la situation, agréable à porter, facile à entretenir, l’idéal à tout point de vue !!

Wrangler_Logo01.jpg
3 gros fabricants se partageront le marché. Il s’agit de Wrangler (le seul jean approuvé par les cowboy) pour le Nord des USA, de Lee pour le Middle-west et de Levi Strauss pour le Sud. A Partir de cet instant la légende est en marche et les ouvriers, militaires, cow-boy et fermiers de toutes sortes ne pourront plus se passer de ce vêtement fabuleux. Une marque rentrera dans la légende immortelle celle par qui tout évocation d’un jean équivaut à dire c’est un « Lévi’s » et tout commence comme cela ….
levis.jpgthumb-levis.gif





Levi Strauss est un jeune émigré d’origine bavaroise qui s’installe en Californie au moment de la « Ruée vers l’Or » ; Dans ses bagages, il apporte de grands rouleaux de toiles pour confectionner des tentes et les bâches des chariots ; C’est alors que devant la pénurie de vêtement capable de résister aux durs travaux des mineurs. Jacobs David petit tailleur qui utilise la toile de tente de Levi Strauss propose à celui-ci de s’associer à son brevet ou il a inventé un pantalon ou les points de tension sont renforcés par des rivets. La légende est née !!!
undefinedundefinedundefined

Les stars du grand écran contribueront à assurer le mythe pour l’éternité. James Dean et Marlon Brando en feront le symbole des rebelles et des bikers. John Wayne et Roy Rogers celui des Cow-boys et Marilyn Monroe nous émerveillera de sa beauté dans »la rivière sans retour » pour les siècles des siècles !!!

wayne.jpgMickey-Rourke-l.jpgmcqueen2-thumb.jpg
Partager cet article
Repost0
- dans HISTOIRE

Articles Récents