Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 19:24

SEPTEMBRE2014-3571.JPG

Initiées par le Conseil de l’Europe il y a plus de vingt ans, les Journées Européennes du Patrimoine, événement culturel et patrimonial majeur en Europe, rassemblent 50 pays et permettent à 20 millions de visiteurs de découvrir plus de 30 000 sites.

SEPTEMBRE2014-3615.JPGSEPTEMBRE2014-3733.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2013, la Journée Européenne du Patrimoine de la Principauté a totalisé 26 000 entrées et a fait découvrir au public 38 sites dont certains, inédits et exceptionnellement ouverts pour l’occasion, ont connu une affluence record. Pour cette édition 2014, le public est accueilli, cette année, par celles et ceux  (Niçois & Monégasques) qui œuvrent quotidiennement pour entretenir et mettre en valeur ces espaces verts dont chacun possède une histoire et une identité propres.

SEPTEMBRE2014-3583.JPGLa 19ème édition de la Journée Européenne du Patrimoine permet aux visiteurs de découvrir sous un nouveau jour les principaux jardins de la Principauté mais aussi les arbres remarquables qui ponctuent le territoire monégasque comme autant de respirations. En compagnie de Soso qui n'avait plu vu le jardin exotique depuis plus de 25 ans, on y va en moto, car le temps le permet en cette journée du 12 otobre, nuageux, mais sans pluie.

SEPTEMBRE2014-3738.JPGSEPTEMBRE2014-3743.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Jardin Exotique de Monaco a su rester unique en son genre depuis son ouverture au public en 1933. Il rassemble en plein air, dans un cadre prestigieux, une grande variété de plantes dites "succulentes ». Les plantes succulentes sont des végétaux ayant développé plusieurs adaptations à des climats secs, dont la plus spectaculaire est celle de posséder un organe (feuille, tige) hypertrophié stockant des réserves d'eau.

SEPTEMBRE2014-3766.JPGLes cactées (ou cactus) constituent la famille la plus représentative de cet ensemble. Elle se singularise par l'absence de feuilles remplacées par des épines. Les végétaux acclimatés dans ce Jardin sont originaires de plusieurs zones sèches lointaines (d'où le terme "exotique") : sud-ouest des Etats-Unis, Mexique, Amérique centrale et du sud pour les cactées et les agaves; Afrique du sud, orientale et péninsule arabique pour les autres succulentes.

SEPTEMBRE2014-3754.JPGSEPTEMBRE2014-3755.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

Euphorbia candelabrum geant    

Malgré leurs formes extravagantes, ce sont des plantes à part entière produisant régulièrement des fleurs afin de se reproduire. Les floraisons s'échelonnent pratiquement toute l'année en fonction du lieu d'origine de chaque espèce: hiver pour les Aloès et les Crassula africains, printemps et été pour la plupart des cactées. Contrairement à une idée largement répandue seule une petite partie des cactus fleurit de nuit. Nombreux sont ceux qui produisent de grandes fleurs colorées et diurnes.

SEPTEMBRE2014-3849.JPGSuperbe vue sur le rocher

Sans doute en raison de la grande douceur de ce début d'automne, nous avons constaté depuis la premiére semaine d'octobre une seconde floraison des Beaucarnea recurvata. Ce phénomène est particulièrement spectaculaire sur les pieds femelles qui portent les fruits en cours de maturité. On observe donc à la fois la progression de la fructification et le développement d'une seconde floraison annuelle.

SEPTEMBRE2014-3783.JPGSEPTEMBRE2014-3788.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plusieurs espèces de Yucca sont installées de longue date dans le Jardin. Parmi les plus imposants, Yucca schottii originaire du Sud de l'Arizona et du Nord du Mexique, fleurit au printemps. En automne c'est au tour de Yucca elephantipes, une espèce d'Amérique Centrale parfois dénommée "pied d'éléphant", de développer des grappes de fleurs blanc ivoire dressées verticalement.

SEPTEMBRE2014-3832.JPGFleurs de l'arbre bouteille

Le Jardin Exotique de Monaco offre aux visiteurs de magnifiques sujets de Beaucarnea recurvata, "arbre bouteille", une plante caudiciforme mexicaine de la famille des Agaves et des Yuccas. Ces sujets, dont certains sont plus que centenaires, sont uniques en Europe.

SEPTEMBRE2014-3794.JPGSEPTEMBRE2014-3807.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La floraison de Beaucarnea recurvata débute en juillet. Les fleurs de petite taille, n'offrent pas le même attrait que les fruits qui leur succèdent. La fructification est spectaculaire, elle a lieu en septembre-octobre. Les fruits de couleur rouge brique se décolorent avec le temps et lorsqu'ils chutent à leur maturité ils ont adopté une teinte jaune paille.

SEPTEMBRE2014-3870.JPGConçu par l'ingénieur monégasque Louis Notari sur les vœux du prince Louis II, le jardin a été ouvert au public en 1931 mais officiellement inauguré seulement en 1933. Les travaux se poursuivront encore et le jardin ne sera achevé et conforme à son état actuel que vers 1938-1939. Ce «jardin extraordinaire» regroupant plusieurs milliers d'espèces de plantes fut aménagé audacieusement à flanc de rocher pour s'épanouir superbement, faisant aujourd'hui l'admiration du monde entier.

SEPTEMBRE2014-3835.JPGSEPTEMBRE2014-3836.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est le royaume de l'exubérance, de l'insolite et du surréalisme de la nature. Les sujets gigantesques qui jalonnent les allées du Jardin Exotique témoignent de l’ancienneté de la collection qui servit de base à la mise en œuvre du Jardin Exotique. Ce jardin, connu dans le monde entier pour constituer « la plus grande rocaille à plantes succulentes du monde » est, en effet, spécialisé dans cette catégorie de végétaux que l’on appelait autrefois les « plantes grasses ».

SEPTEMBRE2014-3857.JPGSEPTEMBRE2014-3866.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il bénéficie de plusieurs atouts: des végétaux plus que centenaires issus de la collection originelle d’Augustin Gastaud; une exposition et des caractéristiques micro-climatiques tout à fait privilégiées; un panorama unique sur la Principauté de Monaco et les Riviera française et italienne; enfin, des périodes de floraison réparties tout au long de l’année en liaison avec les origines exotiques et variées des végétaux qui le composent.

SEPTEMBRE2014-3875.JPGSEPTEMBRE2014-3871.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A partir de 1955 fut initiée, sous l’impulsion de Marcel Kroenlein, directeur de cet établissement de 1969 à 1993, la réalisation de serres et abris sur un site proche. Il s’agissait à l’origine d’abriter les cultures destinées au renouvellement des sujets du Jardin Exotique. Puis cette structure, qui occupe actuellement une superficie de 5 000 m², fut consacrée à recevoir une collection de plantes succulentes qui se voulait la plus complète possible.

SEPTEMBRE2014-3629.JPGSEPTEMBRE2014-3708.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À la base de la falaise du jardin (dite « de l’observatoire en raison de la présence ancienne d’un petit observatoire astronomique)  s'ouvre une cavité naturelle souterraine dans laquelle la roche calcaire, creusée par l'eau il y a des millénaires, est parsemée de cavernes ornées d'une grande variété de concrétions : stalactites, stalagmites, draperies ou colonnes spaghetti. Ouverte au public en 1950, la visite de la grotte, guidée par des spécialistes, se déroule entre les altitudes 98 m et 40 m.

SEPTEMBRE2014-3661.JPGLa cavité s'enfonce pratiquement jusqu'au niveau de la mer, elle est parcourue régulièrement par des spéléologues locaux. Un musée d'anthropologie préhistorique situé dans le jardin expose plusieurs de ces découvertes. La présence d’hommes préhistoriques aux abords de cette grotte est attestée par les restes d’ossements des animaux qui constituaient leur nourriture.

SEPTEMBRE2014-3664.JPGLa grotte de l'observatoire

Ces vestiges témoignent également des variations climatiques qui se sont produites depuis 250 000 ans. Les collections du Musée d’Anthropologie préhistorique constituent un excellent complément à la visite de la Grotte. Au travers de la diversité animale due aux variations successives du climat, on se rend compte que ces grottes servirent d'abri durant une longue période. Autre particularité de la grotte de Monaco. Elle est la plus chaude d'Europe. Ces températures en hiver ne descendent jamais en dessous de 18° et en été peuvent monter à plus de 24°.

SEPTEMBRE2014-3819.JPG

Musée d'Anthropologie de Monaco dans le jardin exotique  

Pour ceux qui n'aurait pas vu mon article sur le musée oceanographique, c'est ICI et LA


                                DIAPORAMA DU JARDIN



 
Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans NOS BALADES
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 18:29

JUILLET2013-0253.JPG Le restaurant Terme di Pigna est le premier repère des gourmets de la vallée. Dans un contexte élégant, vous seront proposés des plats riches et à la fois subtils, fondés sur les meilleurs produits locaux. Le feuilleté de pommes de terre et champignons en rondelles est excellent, mais on se régale surtout avec les ravioles farcies au lapin et parfumées au thym, un chef d’œuvre de raffinement. On a adoré aussi la pansotti à la sauce aux noix et les tagliatelles vertes sauce tomate et cépes. Comme vous le savez peut-etre en Italie et surtout en Piemont ou Ligurie, les antipasti sont une institution. Le nombre d'assiette que l'on vous apporte pour ces entrées dépassent souvent la dizaine. Oui oui , l'italien est un grand gourmand !

JUILLET2013-0278.JPG

Panorama sur le village de Pigna de la térrasse du restaurant "Terme"


 La famille Lanteri propriétaire de la trattoria depuis plus de 40 ans vous ravira enfin avec son grand classique : le navarin de chevreau aux haricots de Pigna, fondant et savoureux. Le terroir dispense un petit nombre de produits, mais de quelle qualité ! L’huile d’olive extra vierge (la variété « taggiasca » est à l’origine de l’aop « Riviera Ligure »), les haricots blancs de Pigna, l’artichaut violet de Perinaldo, les champignons et le gibier des bois, sanglier en tête. 

JUILLET2013-0262.JPG

Fleur de courge farçi, Barbajuan,pizza


 La carte des vins offre tous les meilleurs crus de l’Intemelia, ainsi qu’un choix savant des autres vins de la région. Le rossese est le cépage roi de la viticulture ligurienne.  Le rossese accompagne avec succès une cuisine régionale plutôt rustique mais très goûteuse. Difficile à cultiver, il peut toutefois donner un vin rouge léger mais plein de caractère. Ses grosses grappes, ses baies aux peaux fines, sa sensibilité aux maladies ne sont guère attrayantes pour les viticulteurs. Le morcellement du vignoble presque entièrement en terrasse complique leur tâche.

JUILLET2013-0272.JPG

Agneau de lait aux herbes au four


 Néanmoins, la viticulture presque montagnarde de Pigna Dolceaqua survit depuis des siècles. La petite appellation d’origine contrôlée « Rossese di Dolceaqua » ne produit qu’environ 1500 hectolitres, bon an mal an.  Le plus célèbre des vignerons locaux, l’octogénaire Giobatta Mandino Cane, ne produit plus que quelques centaines de bouteilles très difficiles à trouver dans le commerce. Certains restaurants conservent néanmoins quelques rares flacons à ne pas manquer.

JUILLET2013-0285.JPGJUILLET2013-0327.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Parmi les défenseurs de la tradition, Perrino Antonio « Testalonga » a en quelque sorte pris la relève. Sa production est infime, mais il travaille toujours avec beaucoup d’amour pour sa terre et ses vins. Le rossese, vinifié en fût, est à la fois un brin rustique et complexe : son bouquet est riche, méditerranéen, son goût racé et généreux. J'ai tout de meme préféré gouter un Barbera Frizzante bien frais vu la chaleur qu'il faisait. Pour ceux qui connaissent le vignoble Italien, celui çi ressemble au célébre "Lambrusco" en bien meilleur encore !

JUILLET2013-0241.JPG

les thermes de Pigna


 Testalonga (surnom bien en vue sur les étiquettes) produit également un vermentino peu commun, corsé, grâce à la vinification de raisins blancs foulés. Les amateurs d’un style plus « policé » et moderne trouveront des rossese fermes et distingués au domaine Terre Bianche. La cuvée d’entrée de gamme est fraîche et vineuse, la cuvée Bricco Arcagna (légèrement boisée) est plus structurée.

JUILLET2013-0248.JPGAutre spécialité de la région: La brioche « érotique » de Dolceaqua… Impossible de repartir de Dolceaqua sans la fameuse Michetta, cette brioche qui porte en elle une grande tradition locale puisqu’elle célèbre la fin du « Jus Primae Noctis ». L’histoire raconte qu’en 1634, Lucrézia, une jeune fille qui venait de se marier avec un dénommé Basso refusa d’accorder sa première nuit au Marquis de Dolceaqua qui avait institué lui-même cette vilaine coutume.

JUILLET2013-0340.JPG

lavande du pays de la Nervia


 Elle en mourut et le jeune mari, fou de douleur, jura de venger sa bien-aimée. Il réussit à s’introduire dans le château et menaça le Marquis pour lui faire abolir le « Jus Primae Noctis ». Il y parvint. Les jours suivants, un groupe de femmes imagina une brioche, la Michetta, en forme de sexe de femme, pour fêter leur libération. Depuis, tous les ans, cette victoire est célébrée le 16 août (la Festa della Michetta) par des chants, du vin Rossese et ces fameuses brioches… Après avoir bien festoyé dans ce restaurant au menu gargantuesque, quoi de plus normal que de perdre ses kilos dans une cure thermale.

JUILLET2013-0290.JPGAu creux de la vallée jaillit une source d’eau sulfureuse idéale pour des soins de la peau. C’est l’endroit rêvé pour une cure de beauté et de relaxation. De splendides mimosas sont utilisés, entre autres, dans la production de cosmétiques. Le climat particulier fait de ce lieu un habitat presque unique en Italie. La nature rocheuse du terrain a facilité la formation de plusieurs grottes, celles de Melosa et des Rugli étant les plus connues.

JUILLET2013-0299.JPGTout à coté des thermes de Pigna, la culture est omniprésente. Dans le domaine de l’art, il est possible d'admirer le polyptyque de Giovanni Canavesio (1500) à l’église S. Michele (XVIIe siècle) ainsi que la toile de Maratta (XVIIe siècle) à l’église de la Madonna del Passoscio. L’église de San Tommaso, la chapelle de San Bernardino, avec le Jugement Universel de Canavesio et le Musée de la culture rurale valent le détour.

JUILLET2013-0304.JPGJUILLET2013-0307.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les eaux thermales de Pigna sont sulfureuses et microbiologiquement pures, les seules qui utilisent l’eau soufrée, véritable panacée pour de nombreux maux,  en particulier les eaux soufrées désintoxiquent la peau en agissant comme un cosmétique.

JUILLET2013-0319.JPGDe plus elles sont indiquées pour le traitement des affections de l' oreille, du nez et de la gorge (par exemple les rhytines, les rhinopharyngites, les amygdalites-pharyngées, les laryngites, les otites glaireuses et les otosalpingites), également des bronches et des poumons (bronchites chroniques avec glaires et bronchopathies obstrusives), puis aussi pour le système ostéo-articulaire (arthroses localisées ou diffuses, rhumatismes extra-articulaires), et pour finir pour l' appareil génital féminin (vaginites chroniques non spécifiques, vulvo-vaginites dystrophiques ) . Enfin, on va dire que c'est une vallée qui a tout pour plaire, je ne me lasse pas de me promener dans cette région d'Italie aux charmes authentiques....Viva Italia !

JUILLET2013-0342.JPGJUILLET2013-0353.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Site d’information sur le Comté de Nice Italien :

http://conteadinizza.it/contea-di-nizza/

JUILLET2013-0333.JPG

                              DIAPORAMA DE LA BALADE


  
Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans NOS BALADES
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 06:05

JUILLET2013-0098.JPG

le village de Dolceacqua (eau douce)

 

Pour de nombreux touristes, la région italienne de la Ligurie s’étire d’est en ouest uniquement aux bords de mer. Loin de la côte, un monde peu connu et peu peuplé recèle pourtant une nature sauvage, de charmants bourgs médiévaux, et offre un accueil simple et sincère. Nous partons aujourd'hui en Ligurie, à proximité de la frontière franco-italienne.

JUILLET2013-0102.JPGJUILLET2013-0105.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A cet endroit, la ligne de crête des Alpes ligures est également la ligne de partage des eaux entre le raide versant Sud qui descend vers la Méditerranée et le versant Nord qui descend vers le Piémont et le bassin fluvial du Pô. Sur le versant Sud méditerranéen coulent de petits cours d’eau côtiers qui ont creusé de courtes vallées parsemées de très beaux villages très vivants comme c’est toujours le cas dans l’arrière-pays italien et niçois, bien préservés car il s’agit de vallées où l’afflux touristique demeure modéré, bref, authentiques. 

JUILLET2013-0086.JPGJUILLET2013-0089.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous allons remonter la petite vallée de la Nervia qui se jette dans la Méditerranée entre la commune de Ventimiglia (Vintimille) et celle de Camporosso, à seulement une dizaine de kilomètres de la frontière franco-italienne.

JUILLET2013-0141-copie-1.JPG

el cielo blu della riviera del fiori


 Pigna est un village de la province d’Imperia en Ligurie (Italie) de 935 habitants. Il est situé dans le val Nervia, à 7,5 km en amont d’Isolabona et 11,5 km en amont de Dolceacqua. Il est dominé par le village perché de Castel Vittorio construit 150 mètres plus haut. Ses maisons s’étagent de 240 à 280 mètres d’altitude. Au Sud, le littoral proche de Vintimille n’est qu’à 18 kilomètres de là.

JUILLET2013-0116.JPGJUILLET2013-0121.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous nous trouvons seulement à 60 km de Nice. Le mot Pigna se traduit par pomme de pin et aurait donné son nom au village par allusion aux anciennes forêts de conifères recouvrant les pentes des montagnes dominant le site.

JUILLET2013-0145.JPG

Le village est un labyrinthe de rues souterraines


 Avant de rejoindre Pigna, son restaurant et ses Thermes, il est absolument indispensable de faire une halte à Dolceacqua. Ce village dominé par le château des "Doria" est un must à ne manquer sous aucun prétexte. Le village médiéval est considéré comme l'un des plus beaux de la péninsule Italienne. D'ailleurs les six villages Italiens de l'ancien comté de Nice sont d'une authenticité incroyable. La différence de Pigna avec ses voisins étant ses cures thermales.

JUILLET2013-0160-copie-1.JPGJUILLET2013-0167.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1524, le marquisat de Dolceacqua est acquis par Charles III de Savoie et rattaché au Comté de Nice jusqu'en 1860. C'est en avril 2009 que la ville de Nice a favorisé la signature entre les villages ligures et son ancienne capitale, un partenariat culturel, économique, et gastronomique.

JUILLET2013-0197.JPGA cette occasion un logo commun a été présenté : les noms des six communes italiennes entourent la carte du Comté de Nice avant 1860, avec leur localisation ; en arrière-plan, le mur de pierres sèches symbolise l’union et la cohésion des six communes ligures avec leur ancienne capitale, Nice; le rameau d’olivier, produit majeur de tout le Comté, souligne également l’importance économique de l’agriculture de la vallée de la Nervia : huile d'olive, michetta, et vin rouge (le « Rossese ») de Dolceacqua, haricots de Pigna, l'artichauts de Perinaldo. Aujourd’hui, l’agriculture de la basse vallée de la Nervia se tourne vers la culture des fleurs et des plantes ornementales. Un jour, nous rattacherons de nouveau culturellement les communes italiennes du Piémont et le comté de Nice sera enfin au complet. Notre pays sera uni complètement ....

JUILLET2013-0211.JPGJUILLET2013-0217.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Ces villages ne comptent que quelques centaines d’habitants mais partagent une architecture rustique pleine de charme : des ruelles étroites, dénommées carugi, tissent leur structure urbaine. Ces passages plongent entre les murs de pierre parfois assez hauts, sur deux, trois, quatre étages. Cela permet de s’abriter du soleil.

JUILLET2013-0208.JPGLe village de Pigna ressemble surtout à une forteresse, facile à défendre des ennemis, la région ayant toujours été un lieu de frontière stratégique. Ces petites cités médiévales ont traversé les siècles et nous ont été transmises intactes. Peu peuplée, cette merveille architecturale encastrée entre la montagne et la mer, accueille avec la traditionnelle et joyeuse hospitalité italienne, des forestiers de différents horizons tels que des Français, des Portugais, des Danois, et même des Canadiens et des Sénégalais.

JUILLET2013-0238.JPGChacun, pour la totalité de l’année ou au moins pour quelques mois, aura de bonnes raisons d’avoir choisi d’y vivre et de goûter aux délices de ce petit bout de paradis. Ce bourg fortifié a appartenu successivement, depuis le XIIIe siècle, aux comtes de Ventimiglia, au comté de Nice et postérieurement à la Repubblica di Genova.  À la moitié du XVIIe siècle, la Casa di Savoia (maison royale italienne) s’en empara. Pour la petite histoire, pendant la dernière guerre mondiale, le 18 septembre 1944, un groupe de citoyens a constitué la «République libre de Pigna» avec l’objectif d’élire leurs représentants ainsi que de former un gouvernement libre et démocratique, en opposition au régime nazi qui occupait alors l’Italie.

JUILLET2013-0118.JPGJUILLET2013-0170.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pigna nous apparaît comme une ruche de vieilles maisons, en forme de pin, ayant pour branches des petites ruelles, dites carruggi. Dans le haut du village, nous trouvons, imposante de ses 56 mètres, la tour du clocher datant du Moyen-âge. Aux alentours, des bois de châtaignes et de chênes ainsi que des oliviers et de larges terrains de pâturage.  Encore une particularité intéressante, Pigna ne se trouve qu’à quelques minutes d’autres destinations prisées en Europe. San Remo est à 40 minutes du village.

JUILLET2013-0252.JPGFacile d’accès, la route longe tout d’abord les montagnes, avant d’aller s’inscrire sur le bord de mer. Une promenade magnifique durant laquelle vous pourrez observer des ruines romaines et, selon le moment de la journée, un splendide coucher de soleil sur la mer Méditerranée. La Principauté de Monaco est également toute proche. À moins d’une heure par autoroute, y faire un saut pour se rendre au casino par exemple, est l’une des activités préférées des jeunes Italiens.

JUILLET2013-0339.JPGJUILLET2013-0354.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toute la Côsta Azzurra francese (Nissa, Cannes) est accessible en un instant. La destination la plus simple pour s’y rendre est l’aéroport international Nice Côte d’Azur. À partir de là, vous pourrez louer une voiture ou un deux roues et traverser la frontière en direction de Ventimiglia (Vintimille). Vous pouvez également prendre le train à la gare de Nice, mais la voiture ou la moto est largement recommandée dans cette régione. Ces petites cités médiévales ont traversé les siècles et nous ont été transmises intactes. Mon prochain article sera consacré à la gastronomie et les cures thermales de la vallée de la Nervia.

JUILLET2013-0254.JPG

                                  DIAPORAMA DE LA BALADE


Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans NOS BALADES
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 20:31

avril2013-0002.JPG La Riviera des fleurs n'est pas vraiment depaysante pour un habitant des Alpes Maritimes et du comté de Nice, la Ligurie Italienne est sans aucun doute la soeur jumelle de notre département puisque dans une epoque pas si lointaine que ca , ce territoire au relief identique et tourmanté  faisait parti du meme royaume. C'est donc pour le touriste etranger que je vais evoquer les merveilles de cette province transalpine ou j'ai toujours plaisir à m'y rendre, ne serait ce que pour la gentillesse et l'accueil de ses habitants.

avril2013-0014.JPGLe touriste qui arrive sur la Riviera dei Fiori ne sait pas bien où aller. Cherche-t-il les plages, le soleil, les couleurs de la mer, les villes côtières animées aussi bien le jour que la nuit ? Veut-il la montagne, les promenades dans les bois, l'air pur et vif, les bourgs médiévaux accrochés au flanc des collines, avec leurs tours, maisons anciennes et leurs vieilles églises ?

avril2013-0017-copie-1.JPGavril2013-0118.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ou bien la cuisine régionale avec les légumes du potager et le poisson frais, la célèbre huile d'olive extra-vierge et les vins spéciaux. Mais comment choisir ? Justement, on ne choisit pas. On prend tout, puisque tout est là, à la portée de la main, à quelques kilomètres de distance. Qu'est donc ce parfum ? Mais c'est l'air de la mer, voyons. Non, ce sont les fleurs. Mais pas du tout, c'est l'air des bois. Eh oui ! La Ligurie est la région la plus boisée d'Italie.

avril2013-0019.JPGMais ne sommes-nous pas au bord de la mer ? Il suffit de tourner le dos à la côte pour voir le paysage changer, plus haut. Voilà le vert des collines et les flancs raides des montagnes. Mais alors, qu'est donc la Ligurie ? Une montagne plongeant dans la mer. De Capo Cervo à la frontière française, ce ne sont que baies, ports et criques qui, à 300 m d'altitude, se transforment en vallées, gorges et pics montagneux. Ici, on ne risque pas de s'ennuyer. Enfin des vacances variées, amusantes et imprévues. Des vacances complètes, quoi.

avril2013-0023.JPGCommençons donc par la mer. Qu'a-t-elle donc de spécial ? Elle est tiède, même en hiver, elle est si limpide que chaque vague est un éclat de lumière, et ses fonds sont d'un beau vert émeraude près des rochers. Ses plages sont de sable doré ou de galets lisses et les rochers gris, couronnés de grands pins d'un vert intense, tombent à pic dans la mer.

avril2013-0042.JPG

les demeures de la Riviera Italienne n'ont rien à envié à celles de la Riviera Française


 Les côtes sont égayées de superbes bougainvilliers rouges. Vous n'êtes pas peintre ? Tant pis pour la toile, mais vous avez bien un appareil photo pour prendre quelques clichés ? Aucun problème pour le cadrage, la Riviera s'en charge. Attention, vous allez vous transformer en artiste ! Cette côte a vu passer nombre de peintres, de poètes, d'écrivains célèbres qui ont peint ces paysages ou décrit ces lieux.

avril2013-0059.JPGJusqu'a San Remo nous étions autrefois sur la Cote d'Azur Historique , celle qui partait de la cité des fleurs jusqu'a Theoule le dernier village des Alpes Maritimes, ensuite vous rentrez seulement sur la cote Varoise. Laissez-vous donc transporter, vous aussi sur cette costa azzura devenu riviera dei fiori.... Sanremo ,Bordighera, Ospedaletti*, Vallecrosia, Dolceaqua, Camporosso, Taggia, Grimaldi etc ..

avril2013-0130.JPGavril2013-0148.JPG
Installez-vous au bord de l'eau et regardez les rayons du soleil qui filtrent à travers les palmiers. Cela vous fait penser aux Tropiques ? Non, il s'agit tout simplement de notre "terre des couleurs", une terre magique. C'est une "terre de saveurs".( j'en parle un peu comme si c'etait la mienne, car je ne me sens pas vraiment etranger dans ce pays). On peut apprendre à connaitre un peuple à travers sa cuisine et la aussi que de similitudes avec la cuisine niçoise.

avril2013-0302.JPG

Le village de Mortola Alta à quelques centaines de metres de Menton


 Parlons par exemple de la focaccia (fougasse): elle peut être au fromage, aux olives ou aux oignions, et chaque boulanger la fait à son goût. Même chose pour la pizza: ce sont les petites différences qui font les grandes spécialités. Et le pistou ? Ah le pistou , ici il y a une dizaine de recette differentes , rien n'est fait en série comme l'on peut le trouver au dela de l'esterel ! Grâce à nos ancêtres, qui ont inventé la cuisine parfumée aux herbes parce qu'il fallait bien utiliser les rares ingrédients fournis par une terre pauvre, nous pouvons savourer aujourd'hui de véritables chef-d'œuvre.

avril2013-0168.JPGavril2013-0169.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Persa (marjolaine), thym, persil, blettes sauvages sont les éléments naturels des tourtes aux herbes, des courgettes et des oignions farcis. Le célèbre preboggion ligure est un bouquet d'herbes sauvages qui donne une saveur particulière au minestrone et à la farce des raviolis. Les recettes à base de poisson tout frais et les anchois farcis sont le fruit d'un travail long et savant. Cuisine pauvre, peut-être. Savoureuse et saine, surement, garantie par la bonne huile d'olive extra-vierge. Sans parler des excellents vins DOC que produisent les vignes de la région. Toute la philosophie de la cuisine du soleil vient de cette region.

avril2013-0312.JPGMaintenant , continuez le long de la côte; théâtres et festivals vous attendent. Sans parler de la culture, avec les musées, les monuments historiques, les églises baroques et les nombreuses œuvres d'art. Et la préhistoire, avec les grottes de Balzi Rossi, habitées par les hommes il y a plus de deux cent mille ans. Et encore l'archéologie, avec le théâtre romain de Vintimille.

avril2013-0306.JPGavril2013-0200.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maintenant, quittez donc la côte et partez à la découverte du monde qui se cache juste derrière les collines. Là, les hommes n'ont rien touché depuis longtemps, la nature a travaillé seule, donnant naissance à de belles forêts touffues. Les vallées s'entremêlent: l'une se ferme et l'autre s'ouvre comme dans le comté de Nice, les flancs tantôt abrupts, tantôt accueillants.

avril2013-0241.JPGChâtaigniers, vignes, ronciers, noisetiers, pins et cannaies se succèdent, formant un paysage surprenant, d'un vert intense. Puis , c'est l'heure de dejeuner , alors arretez vous dans une trattoria.  Commencez par des antipasti farcis aux légumes avant de passer aux raviolis aux herbes sauvages, au minestrone parfumé au pistou, au lapin fermier "à la ligure" et, pour finir, au fromage frais préparé par le patron avec le lait de ses brebis et de ses chèvres. Sans hâte. Prenez le temps de savourer ces mets.

avril2013-0060.JPG avril2013-5362.JPG
L'air pur est chargé d'un parfum de pin et d'herbe. Ici, le temps s'est miraculeusement arrêté. La haut, un village médiéval est niché sur l'arête d'une montagne, avec ses vieilles maisons en pierre et ses ruelles pavées de cailloux, son clocher dressé vers le ciel et son château en ruine. De ci de là on rencontre de vieux pressoirs et des oesteria de campagne qui offrent une cuisine authentique à base de produits frais du potager.

avril2013-0293-copie-1.JPGIci, c'est différent, le temps ne compte pas. Même les gens sont différents: ils ont construit des kilomètres de murets en pierre pour consolider les fasce, ces bandes de terre cultivées sur les pentes des montagnes. Ils ont découpé de minuscules potagers, défriché des sols pierreux pour y planter des oliviers et des pieds de vigne. Et ils ont produit deux merveilles: une huile d'olive extra-vierge et des vins parfumés. Mais surtout, ils ont respecté la nature et l'environnement, sans céder aux spéculations et au tourisme de masse. Une terre pour amoureux de la nature, en somme !

avril2013-0299.JPG*Au XIVe siécle  des chevaliers de Rhodes firent naufrage et échouerent sur la cote d'ospedaletti. Pour remercier leur Saint patron, ils firent construire une chapelle et un hospice destiné aux pelerins , c'est cette hospitalité qui est à l'origine du nom de ce petit village de pecheurs et de cultivateurs de citrons.

avril2013-5374.JPG

la maison de Charles Garnier

 

                              DIAPORAMA DE LA BALADE


Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans NOS BALADES
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 05:53

avril2013-0115.JPG La palmeraie** de Bordighera se trouve en Italie  dans la région  de la Ligurie et de la Province d’Imperia voisine des Alpes Maritimes. Selon la légende locale, c'est à l'anachorète et forgeron saint Ampèle, le saint patron de Bordighera, que l'on doit l'introduction du palmier-dattier en provenance d'Egypte, au cours du 5ème siècle avant JC.

Pour toute information sur la palmeraie, voir le site: http://www.listephoenix.com/?page_id=2925

avril2013-0112.JPGIl en va de même sur l'île voisine de Lérins (Cannes), où la présence des mêmes moines "égyptiens" s'accompagne d'une légende attestant de la présence de palmiers. Il n'est pas exclu, par ailleurs, que l'introduction de ces palmiers remonte à une période plus ancienne, par exemple lors de la présence phénicienne dans la région. La plante pourrait enfin être autochtone. Le genre Phoenix est en effet attesté, dans la région, par des fossiles remontant à plusieurs millions d'années.

avril2013-0110.JPGavril2013-0111-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le sentier du Beodo qui méne à la palmeraie simple à trouver à conditions que vous parlez l'Italien 

 

  La palmeraie historique de Bordighera abrite de nos jours plus de deux milliers de palmiers. Elle présente par ailleurs la caractéristique originale de ne pas être destinée à la production de dattes mais à celle de feuilles, cultivées à des fins religieuses qui concernent les traditions juives et chrétiennes. Un ensemble de connaissances, de savoir-faire et de pratiques traditionnelles relatifs à la feuille de palmier a ainsi été élaboré au fil des siècles.

avril2013-0069.JPGAu cours des siècles suivants, la palmiculture revêt une importance économique réelle, qui représente une activité significative pour nombre de familles de la région. A partir de cette période, la palmeraie est constamment régénérée par la plantation de graines en provenance de la rive sud de la Méditerranée, voire aussi de la palmeraie espagnole d'Elche ainsi que des palmiers présents sur le site. Si les fruits du palmier-dattier ne murissent pas à cette lattitude, ils donnent en effet des graines fertiles. La combinaison de ces diverses formes de multiplication a produit une agro-bio diversité originale. Elle a conduit à la parfaite acclimatation de Phoenix dactylifera aux conditions climatiques de la région.

avril2013-0073.JPGavril2013-0078.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entre la fin du 19ème siècle et le début du 20ème, la palmeraie compte encore entre 10000 et 15000 palmiers. Elle s'étend alors sur tout le territoire de la commune ainsi que dans les localités voisines, jusqu'à Sanremo. Sous l'impulsion du tourisme naissant, la célébrité internationale de la Riviera sera en grande partie liée à l'image de ses plantes exotiques, et plus particulièrement aux palmiers de la palmeraie historique de Bordighera.

avril2013-0195.JPGUne renommée à laquelle ont contribué de manière déterminante les descriptions romantiques d'écrivains, de poètes et de voyageurs, les oeuvres raffinées de peintres et de graveurs et le travail précieux des photographes. Ces derniers ont plus particulièrement alimenté cette image, en Italie et dans le monde, par la diffusion massive de cartes postales proposant de belles vues de jardins luxuriants et des images suggestives de palmiers en bord de mer.

avril2013-0184.JPGDans le même temps, une riche imagerie orientalisante se répandait avec l'apparition de nouvelles destinations touristiques méditerranéennes. Le dattier des oasis est au centre de ces représentations, initiées par les peintres du 19ème siècle. Les Anglais, les Russes et l'aristocratie europeenne venaient passer leurs vacances d'hiver. Faut dire que dans cette region l'hiver est pratiquement inexistant et si on veut avoir l'hiver, il faut monter dans l'arriére pays.

avril2013-0113.JPGLa palmeraie de Bordighera produisait traditionnellement deux types de palmes, qualifiées de "juives" et de "romaines" par les cultivateurs: la production, à destination de l'ensemble de l'Europe, des jeunes feuilles de palmes destinées à la fête juive de Soukkhot (appelée aussi "fête des cabanes"), la production de "palmes blanches" tressées pour le Dimanche des Rameaux, principalement à destination de l'Italie et notamment du Vatican. Ces productions font appel à la technique de la "ligature", qui consiste à lier les feuilles centrales de l'arbre en forme de bouquet.

avril2013-0222.JPGavril2013-0232.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme dans les oasis, la palmeraie de Bordighera abrite sous le couvert des palmiers diverses cultures étagées en terrasses, qui ont évolué au cours des siècles. Il s'agit pour l'essentiel: d'agrumes, de plantes vertes ornementales, de fleurs, de jardins potagers. Caractéristiques de l'ensemble de la région, ces cultures de terrasses constituent de nos jours l'un des principaux attraits du paysage de la palmeraie.

avril2013-0236.JPGDans un premier temps, j'emprunte le sentier du Beodo qui domine la mer, en suivant le tracé de l'ancien canal qui alimentait en eau le village et sa palmeraie. Il donne accès aux sites suivants: Les jardins, qui ont été peints par Monet, constituent le dernier témoignage du plus ancien des jardins d'acclimatation de la Côte d'Azur*, le Moreno, puis le jardin experimental Natta avec sa centaine de palmiers-dattiers majestueux, dont la régénération est en cours, il représente le paysage le plus authentique de la palmeraie. On peut le visiter sans quitter le sentier, grâce aux panneaux d'informations installés sur le site, il s'agit du dernier jardin historique de palmiers dattiers de la zone.

avril2013-0192.JPGLe sentier du Beodo continue ensuite en direction du hameau du Sasso, puis du village de Seborga. Ce parcours donne accès, dans ses premiers kilomètres, à des paysages typiques de la région, composés de cultures de plantes destinées à l'industrie de la fleur. Les principales espèces sont le ruscus, l'eucalyptus, le pittosporum, le palmier chamaerops, le genêt blanc et le mimosa.

avril2013-0106.JPGavril2013-0096.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Elles sont conduites soit en serres, soit en extérieur. Pour visiter le reste de la palmeraie, je quitte le sentier du Beodo, en empruntant un escalier dominant le cimetière situé en contrebas pour rejoindre le vallon du Sasso. Ma visite se poursuit en direction de la mer et permet ensuite de retourner au village pour récuperer ma moto. 

avril2013-0192-copie-1.JPG

La famille des palmiers est composée de plus de 3 000 espèces réparties géographiquement entre le Tropique du Cancer et celui du Capricorne. Certaines éspéces dérogent à la règle car on les trouve sous des climats doux et subtropical comme pour le pourtour mediterranéen qui abrite une cinquantaine d'éspéces et méme le  cocotier. Nous avons donc des Chamaerops Humilis, des Brahea Edulis, des Phoenix Canariensis, des Phoenix Dactylifera, des Roystonea Regia, des Howea Fosteriana, des Washingtonia Filifera, des Washingtonia Robusta, des Trachycarpus Fortunei, des Syagrus Romanzoffiana, des Livistona Chinensis etc etc ...

avril2013-0107.JPGavril2013-0110-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est nécessaire de savoir que les palmiers ne sont pas des arbres mais des "herbes géantes". Ils ne disposent donc pas de tronc mais d'une tige ou plusieurs appelée(s) "stipe". Le feuillage peut être soit penné (type Phoenix) soit palmé (type Washingtonia). Les palmiers produisent des fleurs et des fruits qui peuvent être portés par la même plante ( ils sont alors auto fertiles) ; pour se reproduire, d'autres ont besoin d'être en groupe.

avril2013-0216.JPG

avril2013-0212.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*On parle ici de Cote d'Azur Historique meme si on se trouve en Italie . Car la veritable Cote d'Azur historique va de San Remo à Theoule sur Mer.

** On trouve bien sur des palmiers partout en France, mais ce ne sont que des plantations isolées qui ne ce sont pas reproduites naturellement comme dans le sud.

avril2013-5376.JPG

                       DIAPORAMA DE LA BALADE



  
Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans NOS BALADES
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 19:11

avril2013-0207.JPG Visible depuis l'autoroute il se dresse, village fantômatique, sur un piton rocheux dominant les cultures de fleurs en serre auxquelles ce territoire est désormais consacré comme beaucoup d'autres dans la zone et qui a donné son nom à toute la région "Riviera dei Fiori".

avril2013-0163.JPGavril2013-0179-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Situé sur les collines qui couronnent les vallées d'Argentina, Bussana est distant de six kilomètres de San Remo, de ses Casinos, de ses Palaces et de ses villas de milliardaires. Le 23 février 1887 le village est  frappé par le terrible séisme de Ligure, d'une intensité maximale de 10 à l'épicentre (8/9 à Bussana), qui a provoqué la mort de 53 personnes et a fait 27 blessés.

avril2013-0043.JPGRien n'était plus gai et plus gracieux que ce paradis de vignobles, d'orangers et de violettes. Qui aurait cru, quelques instants auparavant, alors que le jour se levait, que tout allait être ravagé. La secousse a été d'une violence inouïe, détruisant presque entièrement le village. Mais le nombre de victimes aurait pu être encore supérieur, les habitants ont échappé de peu au même scénario qu'à Baiardo qui paya le plus lourd tribut humain à la nature déchainée.

avril2013-0009.JPGavril2013-0020.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd'hui, Bussana Vecchia est un village qui se visite, (on peut voir encore les stigmates de ce séisme sur les constructions) et cela grâce à une poigné d'artistes venus s'installer dès 1963. Pierre après pierre, ils ont littéralement ressuscité les ruines grâce à l'imagination, la persévérance, l'obstination, et le talent de cette communauté de hippies.

avril2013-0054.JPGSi le village retrouva la vie, il le dut à des artistes idéalistes qui y créèrent une communauté utopiste sans propriété privée où tout n'était que partage, création pour la beauté du geste... Le village est dépourvu d'électricité et d'installations sanitaires mais la nouvelle communauté s'agrandit et s'élève à 20 / 30 personnes vers 1968, pour la plupart d'entre elles, des artistes hippies venus de toute l'Europe (Italiens, Autrichiens, Anglais, Français, Danois, Allemands et Suédois).

avril2013-0037.JPGavril2013-0136.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les tensions entre les anciens habitants et la police s'intensifièrent jusqu'a  ce qu'une éviction fut ordonnée. Quand les forces de police arrivèrent sur les lieux, ils furent face aux marginaux, placés derrière les barricades, refusant de quitter le village. La police décida d'éviter l'affrontement.

avril2013-0059-copie-1.JPGBussana Vecchia longtemps fantôme et insolite, qu'on peut croire complètement délaissé lorsqu'on l'aperçoit de loin depuis l'autoroute, accueille la bagatelle de 50000 visiteurs par an. Les Artistes peintres ou Sculpteurs de Bussana ont fait de ce village un joyau sur la Méditerranée. Ils ont édifié des arcs maçonnés, (appelés aussi arcs de contraste ou encore arcs de confortement), au dessus des ruelles.

avril2013-0060-copie-1.JPGavril2013-0062.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chiara Gianinazzi remet une brebis à Soso 

Ces éléments ne sont pas construits n'importe où, ils vont de point dur à point dur, c'est à dire de plancher à plancher, ou de mur de refend à mur de refend. Cette technique très répandue en Ligurie et dans les Alpes-Maritimes, offre une relative souplesse et permet une meilleure transmission des contraintes horizontales au niveau des planchers. Grâce à ces liaisons, les immeubles ne se comportent plus comme des éléments isolés mais comme un ensemble de blocs dynamiques.

avril2013-0193.JPGPartout dans les ruelles, les caves, les greniers vous trouverez un artiste exposant ses œuvres. Mais Bussana est aussi un magnifique jardin tropical, des murs et des voutes ressortent une multitude de plantes grasses, cactus, cycas, yuccas, géraniums au milieu des palmiers et des bananiers. Loin du tumulte de St Paul de Vence ce village respire la Dolce Vita à l'italienne... la vraie.

avril2013-0086.JPGavril2013-0100.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ici comme je vous l'ai dit, pas de titre de propriété et c'est le système D de ses habitants qui ont fait le reste. L'électricité ? Pas de problème, on va se repiquer sur le dernier poteau qui se trouve à la sortie du village. Pour l'eau pas de soucis, on installe des cuves de récupération d'eau de pluie sur les toits et les terrasses. L'aménagement après la reconstruction des ruines ? Que de la récupération... Vous avez même l'impression que fourneaux, matériel de cuisine, mobilier viennent tout droit d'un musée d'antan.

avril2013-0097.JPGL'accueil des habitants ? Un panneau aux couleurs du "Flower Power" vous invite à boire l'apéro ... Une gentille jeune femme avec sa brebis, nous explique qu'ici, on peut manger et boire gratuitement, que tout est offert ! Si l'on veut laisser quelque chose dans l'urne, c'est à l'appréciation et sans aucune obligation. On se retrouve parmi des Russes, des Hollandais, des Italiens, nomades ou sédentaires qui sont la à l'année ou bien pour quelques mois.

avril2013-0093.JPGavril2013-0107-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le bouche à oreille de ces communautés marginales marche dans toute l'Europe et chacun peut venir y loger le temps qu'il voudra en ayant du respect pour le lieu qui l'accueille. Vous vous souvenez du film de Christian Clavier "les babas cool", et bien ici, c'est pareil ! Nos hôtes nous offrent la bière et voire plus si nous voulons (nous remarquons d'étranges plantes qui poussent à proximité et une odeur qui ne doit pas être de l'eucalyptus).

avril2013-0161.JPGOn décide tout de même de manger au restaurant panoramique de l'entrée du village. Ce sera plus sur. Même si nous devons payer l'adition, on ne risque pas de manger du "Haschich Parmentier". Toujours est-il qu'ils sont véritablement sympathiques et la petite bergère à des arguments pour vous faire déposer les valises.

avril2013-0185.JPGavril2013-5391.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite partez à la découverte du village, c'est un enchevêtrement de vieilles ruelles, de galeries souterraines, de ruines ou la végétation c'est imposée à la manière du temple d'Angkor au Cambodge. Une excitation particulière d'aventurier et d'archéologue vous poussera à fouiner dans les recoins sombres et mystérieux...

avril2013-5393.JPG 

LE TERRIBLE CAUCHEMAR DES HABITANTS DE BUSSANA

*A 6 heures 21 du matin, une secousse de 20 secondes d'une extrême violence causa destructions et morts  immédiates dans tout le village. Une grande partie de la religieuse population se trouvait dans l'église où elle suivait la messe. L'effondrement du mur en face de la façade de l'église avisa la congrégation du danger et beaucoup cherchèrent refuge dans les chapelles latérales. Mais une autre réplique fit s'écrouler le lourd toit en voûte de l'église, tuant un certain nombre de personnes.

avril2013-0132-copie-1.JPGavril2013-0139-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les petites ruelles avoisinantes, c'était un spectacle de désolation : pans de murs branlants prêts à s'effondrer, poutres, objets divers de la vie quotidienne et familière réduits à de pitoyables et dangereux vestiges après la tempête. Le  sauvetage se révéla difficile et très périlleux étant donné l'état précaire des murs  tenant par miracle et menaçant de s'écrouler à tout instant et la fréquence des répliques.

avril2013-0144.JPGLa seconde fit s'effondrer des ruines, ensevelissant des sauveteurs. La population fut obligée par l'armée de quitter le village, sans pouvoir rechercher les éventuels blessés sous les gravats. Une trentaine de soldats se portèrent au secours de la malheureuse population. Le Lieutenant Mattei sauva deux enfants ensevelis sous les décombres et appelant leur mère, morte à leur côté.

avril2013-0216-copie-1.JPG

 A la fin du XIXe siècle, au petit matin du mercredi 23 février 1887, en Ligurie et dans les Alpes-Maritimes, s’est produit l’un des tremblements de terre le plus catastrophique qu’ait connu le sud méridional, faisant 635 morts et 555 blessés sur la Riviera Ligure.

 

                              DIAPORAMA DE LA BALADE


Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans NOS BALADES
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 19:04

photos-aout2011-0008-copie-1.JPG Non loin de la frontière, à soixante-dix kilomètres de Nice, dans une région que l'on appelle la Ligurie, il est un endroit sur la Riviera italienne où se trouve une jolie petite ville au bord de la mer. Là, il semblerait que les plages soient restées figées au début du siècle dernier. Tous les soirs les habitants sortent sur la jetée, pour se promener et faire la causette.

photos-aout2011-0003.JPGphotos-aout2011-0005.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette ville du nom d'Imperia est la petite sœur jumelle italienne de Nice. Imperia doit son nom à la rivière Impero qui se jette dans la Méditerranée à cet endroit. Imperia est en fait la fusion, en 1923, de deux communes antérieures: Oneglia, côté est, Porto Maurizio, côté ouest et sept autres villages plus petits.

photos-aout2011-0016-copie-1.JPGImperia est entourée de collines portant des palmiers et des oliviers, autre ressemblance à la capitale de la cote d’azur. Les principales activités de la ville et de sa région sont le tourisme et la culture des fleurs. C'est aussi un centre de commerce d'huile d'olive. La variété d’oliviers de la région s’appelle Taggiasca, cet olivier est lui aussi l’équivalent Niçois du Cailletier. Aujourd'hui c’est une des plus célèbres olives pour la production d’huile, et surtout l'un des meilleurs produit sur le marché.

photos-aout2011-0017.JPGphotos-aout2011-0023.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  La Riviera Ligurienne, est l'habitat naturel pour l'excellence en ce qui concerne la culture de cet arbre. C'est parce que le climat est très doux et comparable à celui de la Cote d’Azur. 

Pour se rendre au château du célèbre clown « Grock », il faut sortir par l’autoroute à Imperia Est, je commence donc ma visite par Oneglia la ville natale de l'Amiral Génois Andrea Doria (1466-1560), un des plus grands généraux et des meilleurs marins de son siècle, allié à Charles Quint et à la maison de Savoie à la suite de la trahison de François 1er. Oneglia est en fait le vrai centre urbain d’Imperia car Porto Maurizio est un peu à l’écart et se trouve 3,5 km plus loin.

photos-aout2011-0047.JPGOneglia est une particularité linguistique en Ligurie car dans ce quartier d'Imperia la grande ville italienne la plus proche des Alpes Maritimes et de la Cote d’Azur, on y parle pas le ligure, mais le piémontais. Pour la simple raison que celle ci fut enclavée dans la République de Gênes, a longtemps appartenu à la Maison de Savoie en tant que principauté. Et dès 1614 et jusqu'en 1796, puis de 1814 à 1848, le territoire d'Oneille (Oneglia) devenait le siège de l'une des préfectures du ressort du Sénat de Nice.

photos-aout2011-0044-copie-1.JPGphotos-aout2011-0055-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est le rattachement du comté de Nice à la France qui a fait de cette dernière ville, un chef-lieu de province Italienne. Oneglia/Imperia est la capitale de l’alimentation méditerranéenne et, en particulier, de la production de la pasta, depuis 1824, la firme Agnesi lie son nom à la Pasta et à la ville. La partie intéressante d’Oneille est le port et le quartier développé au XIXème siècle autour de la Place Dante (entre parenthèse, Dante Alighieri est à l’Italie ce que Molière ou Shakespeare est aux français et aux britanniques) et de la Via Bonfante.

photos-aout2011-0048-copie-3.JPG I pescatori vendono il pesce direttamente al popolo di Imperia

 

Les Rues à Arcade font tout de suite pensées à la place Masséna et à l’avenue Jean Médecin. Laissez-vous guider le long de ses arcades et de ses magasins. Ensuite je fais un petit tour sur le port, pour voir les pécheurs qui vendent directement leurs prises de la matinée. Vers 8 heures  les pécheurs reviennent dans le port et après avoir utilisé des filets ou un chalut, filet en forme d'entonnoir fixé à l'arrière du bateau, le poisson est ensuite trié puis vendu aux clients, qui sont déjà nombreux à mon arrivée vers 9h 30. Ensuite, je récupère ma moto pour grimper sur la colline ou se trouve l’étonnant château du clown dit Grock.

photos-aout2011-0085-copie-1.JPGAdrien Wettach dit Grock est considéré comme le "roi des clowns"  par ses pairs et était une véritable star de la scène internationale depuis le début du XXe siècle jusqu'à ses adieux à la scène en 1954. Jongleur Artiste extraordinaire, Acrobate, capable de jouer une multitude d'instruments de musique, il a captivé les publics du monde entier.

photos-aout2011-0091.JPGIl découvre Imperia  complètement par hasard, en visitant sa belle-famille en vacances en 1920, et il fut tellement impressionné qu’il décida d'acheter une maison avec terrain, initialement destiné pour ses vacances. Une fois celle ci terminé, il y résidera jusqu'a sa mort survenu en 1959. Manque de bol, la villa est fermée en semaine, je me contente donc d’apercevoir celle-ci et son parc de l’extérieur par quelques ouvertures dans la clôture. Une brochure alléchante à l’entrée vante les mérites de la visite, je vous en traduis quelques passages.

photos-aout2011-0102-copie-1.JPGLe parc tout d’abord : La beauté, le charme et le mystère de ce «lieu enchanté» de la Riviera di Ponente reflète le patrimoine naturel des jardins historiques typiques de la Côte d'Azur et de la riviera des fleurs. Les chemins bien définis pour encourager la marche, alors que tout autour des colonnes de la zone, les arches audacieuses, décorations absolument unique, des fontaines et un étang avec son pont oriental, sont l'achèvement d'un paysage magnifique et fabuleux.

photos-aout2011-0083.JPGphotos-aout2011-0148.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Puis la Villa ou le château car c’est tellement gigantesque …Grock a lui même diriger le projet et les travaux signé par l'architecte Armando de Brignole, pas étonnant, par conséquent, de l'originalité de cette villa qui est difficile à définir. Un palais éclectique et extravagant qui jongle avec les styles.

photos-aout2011-0114.JPGTous les grands directeurs s’arrachaient ce grand clown, qui faisait le show à lui seul. Il effectua une prestation qui durait 45 min au cirque Medrano, à Montmartre. Il posséda aussi son propre cirque, où il occupe la scène durant toute la deuxième partie. La maison voit le jour en 1930, sur les hauteurs d’Imperia. Elle est baptisée la Villa Bianca (le nom de sa fille).

photos-aout2011-0126.JPGEn 1944, la propriété est occupée par les allemands. Après la guerre Grock vivra dans cette maison jusqu'à la fin de ses jours, en 1959. Sa fille finira par vendre la maison en 1975, mais elle finira par tomber à l’abandon. The Grock Foundation est fondée en 1999, pour tenter de sauver la maison vandalisée et délabrée, la ville d’Imperia rachète l’ensemble en 2002 et la restauration commence alors. L’ensemble est tellement alléchant que je programmerai une visite au printemps prochain.

photos-aout2011-0156-copie-1.JPGQuand au quartier de Porto Maurizio, il est situé sur un promontoire face à la mer et  a lui aussi une forte activité touristique. Son centre historique est plus intéressant qu’Oneglia, car plus vieux et plus ancien et surtout conservé dans son jus !  La cité était rattachée à Gênes depuis le XIIIème siècle, la vieille ville conserve un caractère médiéval prononcé avec de nombreuses maisons anciennes. La Basilique San Maurizio domine le quartier, elle est spectaculaire. Elle a été réalisée à la fin du XVIIIème siècle et elle est de style néoclassique. Son vestibule est impressionnant et sa coupole remarquable.

photos-aout2011-0168.JPGJe décide de retourner vers la frontière française en passant par le littoral , San Remo n’est qu’a une petite trentaine de kilomètres et Menton n’est pas loin ensuite pour récupérer l’autoroute qui me ramènera vers Grasse. En cours de route, je prends quelques clichés de la Basilica del Sacro Cuore di Gesù à Bussana, puis de quelques palais situés entre San Remo et Menton. La balade fut sympathique, dommage, il manqua le soleil…

photos-aout2011 0200

                                 DIAPORAMA DE LA BALADE


 
Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans NOS BALADES
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 10:42

Avril-2011-0199.JPG Sur la Cote d’azur ou en Provence, il est hors de question de ne pas se signaler quand on va sur un site de montagne, dans la garrigue ou un lieu perdu, car ici tout est vallonné, le moindre accident et l’on vous retrouve plusieurs jours plus tard. C’est pourquoi, comme toujours avant de partir, je donne à soso mon itinéraire et une fois arrivé à destination, je préviens la mairie ou le garde champêtre que l’on appelle maintenant la plupart du temps « police rurale ».

 Avril-2011-0166.JPG

La police rurale est une police administrative qui ne possède aucune limite géographique. Je la considère un peu comme les Rangers des parcs Américains. Ils sont la pour : Prévenir, renseigner, assister, secourir, surveiller (feux et incendie). Ils sont en voiture, à pieds, en motocyclette, à cheval et même en parapente dans le parc National du Mercantour.

Avril-2011-0177.JPG Leur rapport proche de la nature en fait des agents passionnés et donc plus agréables au contact de la population. A sillans c’est avec une dame que vous aurez à faire. Je gare ma moto à l’ombre sous les chênes, car la journée s’annonce très très chaude….. Sillans la cascade se situe dans le haut Var, le village est caché dans un écrin de verdure, il garde par certains aspects son caractère médiéval. Resserré autour du château, ses ruelles serpentent au gré des maisons anciennes. Mais sillans est surtout connu pour sa célèbre cascade.

Avril-2011-0082.JPG La Cascade est issue d'un affluent de l'Argens, " la Bresque " qui prend sa source dans la commune. Elle mesure 42 mètres de haut et se jette dans une petite retenue d'eau claire. Pour vous rendre au pied de la Cascade, il y a à la sortie du village, au niveau des parkings, un chemin forestier d’un petit kilomètre plutôt agréable puisqu'il longe de grandes étendues de fleurs et de verdures, (à la belle saison) bordés de platanes centenaires. Il  vous dirigera tout naturellement vers la cascade. Le début vous fera découvrir une large prairie jusqu’à l’entrée en forêt. Très vite, le bruit de la cascade se fait entendre. Là, un sentier descend jusqu’au pied de la cascade.

Avril-2011-0097.JPG  Les derniers mètres sont difficiles, puisque aucun aménagement n'a été fait. Des escaliers de bois et de pierres non sécurisés, à certains endroits le chemin se dérobe pour former des trous peu profonds, il faut se baisser pour passer sous des ombrelles de ronces. Mais cela en vaut la peine, le spectacle est merveilleux et on peut rester plusieurs minutes à contempler le paysage. On ne peut pas rester insensible devant un paysage si beau.

Avril-2011-0060.JPG

Avril-2011-0073-copie-1.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivée au niveau de l’eau, le charme s’opère devant ce joyau de la nature, et dans un grondement,  qui vient plonger parmi les rochers de tuf, dans un réceptacle, un "bénitier" autour d'une végétation constituée de chênes verts, aulnes, noisetiers et autres laurier-sauce. Une fois le spectacle apprécié , il faut revenir un peu sur ses pas et longer la rive droite de "la Bresque",  sur un sentier souvent humide et glissant, épousant les contours et ondulant le long de la rivière pour un parcours d’un kilomètre supplémentaire.

Avril-2011-0056.JPG Et bientôt, oh ! Surprise, sur la gauche, après avoir franchi un petit col, on aperçoit à travers la végétation luxuriante, la grande vasque d’une deuxième cascade dont la chute est bien moins élevée que la précédente. Elle n'en est pas moins belle, gracieuse même car s'étalant beaucoup plus en largeur, telle une chevelure d'argent.

Avril-2011-0107-copie-1.JPG

Après avoir plongé mon regard dans cette eau emeraude, je retourne récupérer ma moto pour me rendre au départ de la chute de la grande cascade. C’est Carole ma préposé du plus haut qui m’indiquera l’endroit en me faisant mille recommandation à la prudence. La falaise haute de 60 mètres est tout de même protégé par une petite barrière que l’on franchit sans mal pour se retrouver au bord du précipice.

Avril-2011-0137.JPG

On pretendrait que la legende d'un tresor serait rattaché à cette cascade. Des resistants auraient envoyés au fond de la vasque des objets précieux pendant la guerre pour que les allemands ne puissent pas faire main basse sur ce tresor. Des plongeurs ont neammoins essayé d'atteindre le fond sans grand succés , puisque celui ci serait recouvert d'un amoncelement de branches d'arbres tombés de la falaise.

Avril-2011-0151.JPGAvril-2011-0216.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Bresque, grossie par la belle source du château de St Jean et le torrent, descendu du château de Fabrègue prend sa source à Fox-Amphoux. La succession de petites gorges sauvages, de prairies ombragées, de cascades, font de cette rivière une petite merveille. On se laisse charmer par la transparence des eaux, les reflets émeraude mis en valeur par le tuf des cascades. Elle continue son chemin vers Salernes, Entrecasteaux, et se jette dans l’Argens à l’est de Carcés.

Avril-2011-0220.JPGAvril-2011-0249-copie-1.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je reprends ma route vers Salernes qui se trouve être la capitale provençale du carrelage rouge hexagonal appelé : « tomette », ensuite, je continue mon itinéraire sur Lorgues et je me retrouve dans ce que je considère être le meilleur du vignoble Varois. Quatre domaines ressortent du lot pour donner des vins d’exceptions, que j’ai tous possédé dans ma cave. Le château Saint Martin (Taradeau), le château Sainte Roseline (Lorgues), le château de Berne (Lorgues) le domaine Ott (Taradeau).

Avril-2011-0273.JPG Je m’arrête aux Arcs un gros bourg qui à appartenu à la famille des « Villeneuve ». Quand on franchit la porte de l’Horloge, on se retrouve dans un environnement médiéval, entrelacs de ruelles montantes et vieilles bâtisses. La partie comprise entre la tour (donjon du XIIIème siècle) et la place Paul Simon, dite le Parage, est la plus ancienne de la cité. J’en profite pour découvrir une adresse que l’on m'a souvent conseillé : Le logis du Guetteur.

Avril-2011-0280.JPGAvril-2011-0289.JPG  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est un petit château fort qui a été transformé en « relais et châteaux »  souvent la marque smartbox m’envoie des « package » tout à fait intéressant sur cet hôtel. Après avoir visité les lieux en compagnie de la charmante réceptionniste, je suis persuadé qu’une nuit dans cet établissement avec diner gastronomique fera plaisir à soso comme celui que nous avons déjà fait au château Saint Victor des Oules prés d’Uzès.

Avril-2011-0239.JPGVoila ! C’est comme cela que se termine ma balade dans la perle verte du haut Var. Un conseil tout de même, l’été venez découvrir ces merveilles le matin, en effet vous profiterez d’une relative fraicheur en toute quiétude et vous aurez l’impression d’être seul au monde dans cette nature préservée au seuil du paradis.

Avril-2011-0264.JPGQue vous soyez simplement de passage ou habitants depuis des générations de ces lieux magiques, un endroit comme Sillans vous prendra par le cœur et ne vous lâchera plus jamais, qui sait, peut-être qu’une ondine a versé quelques filtres dans les eaux de cette rivière qui retombe dans ces cascades magiques…….

 

                           DIAPORAMA DE LA BALADE

 

Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans NOS BALADES
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 08:01

photo2011A-0001-copie-1.JPG Nous empruntons comme souvent dans l’arrière pays grassois, la route qui mène à Gourdon  l’un des plus beaux villages de France et aux gorges du Loup. Souvenez-vous, cet été, je l’avais déjà emprunté pour me rendre à la réserve biologique des monts du haut Thorenc avec ses bisons et ses chevaux préhistoriques. La station se trouve à peine 6km plus loin, avant même la station climatique de Thorenc.

photo2011A-0072.JPGphoto2011A-0076.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette station de ski située dans l'arrière pays Grassois est la plus proche du littoral méditerranéen. A 20 Kms à vol d'oiseau des plages de Cannes, la station de ski dévoile un domaine skiable qui s’étend sur les pentes Nord du Cheiron et couvre une superficie de plus de 1 000 hectares. Bien sur ! Avec l’Audibergue autre station du pays Grassois, c’est la plus petite du département des Alpes Maritimes et ne saurait rivaliser avec les grandes stations d’Auron, Isola 2000 et Valberg de l’arrière pays Niçois ou les sommets sont beaucoup plus importants.

photo2011A-0078-copie-1.JPGphoto2011A-0089.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D’ailleurs, ce mois de janvier 2011 a été catastrophique pour la station, peu ou pas d’averse de neige, 25 jours de soleil consécutif et une moyenne de températures oscillant entre les 15 et 18 degrés. Heureusement, l'enneigement est assuré par 75 canons à neiges.

photo2011A-0113.JPG Le nom de Gréolières apparaît pour la première fois en 1033. La haute vallée du Loup fut, dès la préhistoire, une importante voie de communication. Au début du XIème siècle, les vicomtes de Nice dressent sur le site du Bau de St Jean, alors dénommé Mayone, une église et un château. Gréolières n’est alors qu’une bastide dans le patrimoine des vicomtes de Nice. En 1079 le château de Gréolières est mentionné comme appartenant à un membre de la famille des vicomtes de Nice, Plus tard tout ce territoire fera parti de la réserve de chasse du roi d’Italie avec le parc du Mercantour.

photo2011A-0059.JPGphoto2011A-0103.JPG  

 Le village de Gréolières quand à lui est édifié sur un petit plateau en bord de terrasse exposé plein sud. Surplombé par les barres du Cheiron et dominant la vallée du Loup, riche en cascades et chutes impressionnantes, tunnels et gorges resserrées, le village apparaît tel un joyau dans l’écrin grandiose des Préalpes, serti au bas de la montagne du Cheiron. Gréolières est le point de départ de merveilleuses excursions.

photo2011A-0122.JPG  En voiture, dés les premiers lacets de la route qui mène au Cheiron et à la station, on admire le village et l’ensemble harmonieux de ses toitures, dont les délicats coloris se détachent sur le bleu profond des Gorges du Loup. La route traverse ensuite des tunnels (Les Lunettes vues dans l’un de mes articles) et des clues, puis, par le Plan du Peyron, on atteint ensuite  un point de vue panoramique sur la chaîne des Alpes et du parc du Mercantour extraordinaire, et de nouveau pour découvrir à droite le majestueux Cheiron.

photo2011A-0180-copie-1.JPG Crée en 1963, cette station de ski familiale est une station agréable en toute saison alternant les joies de la neige en hiver et les activités estivales tel que Gréo’Branche. Du sommet du Cheiron on peut admirer un panorama unique, les montagnes de la Corse par temps clair sont visibles. Les remontées mécaniques sont au nombre de 10 plus 1 télésiège, elles desservent 4 pistes vertes, 3 bleues, 13 rouges et 2 noires, le tout sur 30 Kms.

photo2011A-0138.JPGphoto2011A-0121.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La station est dotée depuis plusieurs années d’une installation d’enneigement automatique comprenant 75 canons répartis sur 4 Kms de piste, permettant la production d’une neige de qualité et assurant une ouverture précoce des remontées mécaniques. La station comporte également un Centre nordique, le plus important du Sud Est tant au point de vue de la fréquentation que de la longueur de pistes. Quotidiennement tracées, les pistes, (30kms) serpentent entre 1400 et 1540m d’altitude dans une forêt de conifères recouvrant le versant nord-ouest du Cheiron. Elles permettent, en totalité, la pratique du style classique (pas alternatif) comme du skating (pas du patineur), tout en bénéficiant d’un généreux ensoleillement. Deux ludo-pistes permettent aux tout- petits d’apprendre en s’amusant.

photo2011A-0165.JPG

Célia quand à elle, a découvert les plaisirs de la luge avec un immense bonheur. Pour l’occasion, nous avions ressorti de la cave, la luge en bois, qui tenez vous bien a cinquante ans ! Et oui ! C’était mes parents qui l’avaient acheté, quand j’étais petit. Inutile de vous dire, que c’était la seule luge en bois existante parmi toutes ces assiettes en plastique qui sert de luge maintenant …


                        DIAPORAMA DE LA JOURNEE

Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans NOS BALADES
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 17:30

 

Mai-2010-0082.JPG Une fenêtre d'où l'on peut voir le ciel s'ouvre dans la montagne du Mercantour. D'où l'idée de nos ancêtres dédiés à la vierge Marie appelée dans les lithanies des Saints : "Porte du Ciel".
Le sanctuaire est connu sous le nom de Notre Dame de Fenestre. Situé sur une voie romaine, la route du sel, qui reliait les vallées du val de Blore et de la Vésubie à la vallée du Gesso dans le Piémont en passant par le col des Fenestres (2474 m d'altitude.) Le site de Madone de Fenestre était occupé par un temple lié à Jupiter, une chapelle le remplaça au VIIIe siècle, construite par les moines bénédictins.

Mai-2010-0102.JPGMais selon d'autres sources historiques, la Madone de Fenestre aurait une autre origine. Les Fenestres, les "Finies Terres" en latin ce sont les frontières constituées par les crêtes qui entourent le site de la Madone et qui forment une barrière de grontières naturelles.
La Madone des Fenestres, c'est peut être aussi la "Madone des Frontières ou "La Madone du bout du monde"... Dés 1388 il devint refuge des voyageurs car le col était le meilleur passage entre le Comté de Nice et le Piémont.
Le col des Fenestres met la Vallée de la Vésubie en communication avec la plaine du Pô. Au moyen âge, il est très fréquenté. Il se prépare à devenir la mythique route du sel.

Mai-2010-0097-copie-1.JPGMai-2010-0138-copie-1.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme au Grand St Bernard et au Mont Cenis, le sanctuaire de la Madone de Fenestre fut longtemps un abri pour les voyageurs et un refuge en cas de tempête.
Ce sont les moines bénédictins déjà installés à San Dalmazzo in Pedona et à Saint Martin Valdeblore qui construisirent ce sanctuaire-refuge. Au XII siècle, les templiers succédèrent aux Bénédictins. En 1308, l'ordre des Templiers est supprimé, le sanctuaire est détruit.
En 1355, les habitants de Saint Martin Vésubie le reconstruisent et depuis des siècles, le sanctuaire est devenu un lieu de pèlerinage des Niçois et des italiens surtout Piémontais.

Mai-2010-0238-copie-1.JPGCe sanctuaire, qui accueille en été une statue miraculeuse de "la Madone", est le plus haut et le plus ancien en activité dans le diocèse de Nice. Le sanctuaire devient français en 1947 avec le traité de Paris car ce territoire n’avait pas suivi l’annexion du comté de Nice à la France en 1860 et devint italien en 1861 avec la nouvelle république.

Mai-2010-0235.JPGLe sanctuaire de la Madone de Fenestres, dominé par la cime du Gélas, Altitude 3143 Mètres est situé à 1904 mètres d'altitude. Entourée de montagnes le Gélas est le plus haut sommet des Alpes-Maritimes, la Madone de Fenestres doit son nom, d'après la légende, à une trouée dans le "Caïre de la Madone", rocher derrière le sanctuaire situé entre les sommets du Ponset à droite et du Mont Colomb à gauche. Notre-Dame de Fenestres est vénérée par toutes les populations des environs et du Piémont lors des processions du 15 août et du 8 septembre. De nos jours, la statue en cèdre du Liban polychrome (du XIVème siècle) passe l'hiver à St Martin Vésubie (descente en procession au mois de septembre) et regagne le sanctuaire au début de l'été (montée en procession au mois de juin).

Mai-2010-0210.JPGMai-2010-0213.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le sanctuaire est connu dés le XIIIème siècle, mais de nombreux indices nous font imaginer qu'il est plus ancien. La Madone serait apparue à plusieurs reprises dans la trouée dite du "Caïre de la Madone". Possession bénédictine de l'abbaye de Saint-Dalmas de Pedona (Borgo San Dalmazzo), le sanctuaire fut ensuite attribué au Chapitre cathédrale de Nice. Un chanoine en possédait le revenu sous le titre de commandeur. Le sanctuaire et ses terres sont finalement cédés à la cure de Saint-Martin Vésubie, sous le même statut.

Mai-2010-0160-copie-1.JPGLa mémoire orale en fait un domaine "templier", sur la foi d'ouvrages du XIXème siècle, site magique peuplé de fées et lieu de miracles dont nous connaissons deux relations du XVIIème siècle. L'édifice actuel est une reconstruction du XIXème siècle, rendu nécessaire à la suite d'un grand incendie. Le bâtiment représente le type même des sanctuaires alpins, dont on peut retrouver d'autres exemples, du plus méridional avec la Madone d'Utelle, et plus au nord par celui de Santa-Anna de Vinadio.

Mai-2010-0148.JPGLa route départementale remonte le vallon sur 13 km. L'altitude passe de 950 m à Saint Martin de Vésubie pour arriver à prés de 2000 mètres à la Madone de Fenestre.
La statue qui trône au-dessus de l'hôtel principal ne manque pas de susciter des questions : d'ou vient-elle ? Comment a t elle pu traverser tant de siècles et de dévastations pour parvenir jusqu'a nous ? Un document daté de 1647 fait remonter la statue jusqu'a l'évangéliste San Luca.

Mai-2010-0169.JPG  Mai-2010-0234.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa Conservation au milieu des guerres et des intempéries tient du miracle. Pendant la Révolution française elle fut cachée à Saint Martin (San Martino) pour ne pas qu'elle tombe et soit détruite par les barbares de la république Française. Quelque soit l'origine précise de la "Madonne des Fenestres" nous savons que depuis des siècles des hommes et des femmes viennent ici, attirés par la beauté des lieux, réfléchir, prier, admirer la montagne et le parc du Mercantour.
Dans le cadre exceptionnel, un peu austère, ou la nature est intacte, la montagne invite tous ceux et toutes celles qui viennent ici à se dépasser.

Mai-2010-0247.JPGJ’ai bien sur essayé d’emprunter le sentier de randonnée qui mène au lac de fenestres, j’ai du abandonner au bout de une heure de marche car mon pied devenait trop douloureux. Deux arthrodèses de chevilles et de métas ne me permettent plus de longues marches et la durée de la descente est égale. J’ai pu tout de même me rapprocher au plus prés de la montagne sacré. Mais j’aurai bien aimé faire le site des 5 lacs (durée 3h).

Mai-2010-0220.JPGMai-2010-0271.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La cime du Gélas est un sommet frontalier situé dans la chaîne des Alpes, dans le massif du Mercantour, entre les Alpes-Maritimes (comté de Nice) et le Piémont (Italie).Avec ses 3 143 mètres d'altitude, au sein du massif alpin du Mercantour, la cime du Gélas est le point culminant du parc national du Mercantour et du département des Alpes-Maritimes.

Mai-2010-0308.JPGLa première ascension est l'œuvre, en 1864, du Comte Paolo di Saint-Robert. Il gravit le sommet par le couloir Est, connu aujourd'hui comme la voie Normale, celle que j’ai emprunté. Victor de Cessole réalise la première hivernale trente ans plus tard, en 1894. Il est le sommet à franchir pour tout randonneur avide d’émotions fortes. Faites attention quand vous serez dans le couloir, cette zone est instable et dangereuse...

Mai-2010-0329.JPGMai-2010-0348.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par contre le spectacle est divin et unique, il vous permettra de voir l’ensemble des montagnes des Alpes Maritimes dans sa presque totalité. Le mot " Gélas " évoque les glaciers qui bordaient autrefois la montagne. Je récupère ma moto pour allez déjeuner à Saint Martin Vésubie car en ce mardi du 17 Aout le refuge était fermé. Dommage car je me souviens avoir mangé une bonne soupe à l’oignon 20 ans plus tôt.

Aout-2010 0352C’est en 1860 que le village est annexé à la France, à la suite du vote « truqué » pour approuver ce transfert d'autorité, entre le Roi de Sardaigne Victor Emmanuel II et l'Empereur des Français Naboléon III.
Dés lors, Saint-Martin Vésubie devint un lieu idéal de villégiature des aristocraties italiennes, anglaises et de la noblesse niçoise. La " Suisse Niçoise " était née. Saint-Martin reste un lieu de séjour prisé pendant la période estivale comme hivernale. En continuant l’itinéraire soit par la madonne des fenestres ou soit par la Colmiane pour rejoindre la vallée de la Tinée, l’entrée des communes sur le Val de Blore et la haute Roya est plus récente et même très mouvementé.

Aout-2010-0332.JPGAout-2010-0338.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce n’est qu’en 1947 que les limites des Alpes Maritimes furent définies comme on les connaît aujourd’hui. Cet ancien territoire du piémont fut donc rattaché au département des Alpes Maritimes comme le fut le comté de Nice et une partie de la Ligurie, mais seulement qu’a partir du traité de Paris du 10 février 1947 signé entre les alliés et les puissances de l’axe calqué sur la ligne du partage des eaux. Il n’est donc pas bizarre de continuer à voir de nombreux patronymes de lieux ou de rues de villages toujours en piémontais. Si bien que la langue Nissarte est très souvent parlé dans le haut pays,beaucoup plus que dans sa propre capitale.

Aout-2010-0327.JPGEnfin ! Cet itinéraire a aussi plusieurs appellations : En tout premier lieu, c’est la route des grandes Alpes qui va de Menton jusqu'à Thonon les Bains pour une longueur de 700 km et un dénivelé de plus de 15700 mètres. La seconde est la route du sel qui partait du port de Nice pour se rendre à Turin la capitale des états de Savoie. La troisième est la route du baroque Nisso-Ligure qui vous invite à découvrir les plus beaux monuments, sacrés et civils, d’un patrimoine architectural inestimable, expression triomphante de la foi, de la vigueur et de l'euphorie de la Contre-Réforme.

Aout-2010-0358.JPGVous serez frappés, émus et étourdis par la vie, la somptuosité, l’exubérance des formes, des peintures et des décors dans les églises, les palais, les villages que vous traverserez car c’est le seul département en France qui possède cet art.

Aout-2010-0361.JPGEt enfin, la route des Brea qui en fait, est une suite logique de la précédente.  Les peintres niçois rassemblés au sein d'un mouvement qu'il convient de nommer "les primitifs niçois" œuvrèrent entre 1420 et 1525 et rivalisent entre eux pour embellir les autels de retables et recouvrent les murs de fresques dédiées à l'histoire d'un Saint ou à la passion du Christ. Notamment François, Antoine et Louis BREA qui est le plus célèbre et le plus talentueux. Un itinéraire des plus merveilleux ..

Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans NOS BALADES

Articles Récents