Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 17:12

LA VILLA EILENROC ET SON JARDIN
Lorsqu'on parle du cap d'Antibes, on pense aussitôt aux villas de prestige et aux résidences pour milliardaires bien abrités dans cet oasis verdoyante de la presqu'île, complantée de pins d'Alep, d'oliviers séculaires et d'essences exotiques. Aux confins de ces lieux enchanteurs, les falaises de calcaire blanc et les criques profondes du littoral dessinent un paysage farouche dont la sauvagerie* surprend souvent le visiteur. Après le sentier des douaniers et celui des contrebandiers, je vous invite à découvrir ce site exceptionnel de la villa Eilen Roc.
approchez vous ! rentrez , c'est libre d'accés

Puis, n’oublions pas de le mentionner, ce site géographique remarquable est totalement libre d’accès et gratuit, alors autant en profiter pour une promenade hivernale et ensoleillé de la cote d’azur. La villa est ouverte au public tous les Mardi, Mercredi et  le Samedi (seulement pour la roseraie et l'oliveraie).

Connue de la haute société internationale depuis plus d’un siècle, cette demeure privée devenue fondation, est maintenant un lieu de réception de la municipalité Antiboise. Désormais accessible à tout visiteur, le parc d’une dizaine d’hectares planté d'une extraordinaire variété d'essences qui borde une portion du littoral sauvegardée par l’initiative de Mrs. L.-D. Beaumont, constitue un but de promenade bucolique. La maison concerne les visiteurs intéressés par une version dépouillée de l’architecture Belle Époque.
À l’extrémité d’un large avenu dont la courbe savante permet de découvrir progressivement la beauté des lieux, la villa Eilen Roc respire le luxe altier d’une demeure aristocratique. Charles Garnier, architecte des opéras de Paris (1875) et de Monte-Carlo (1878), revenait à des formes plus retenues lorsqu’il construisait pour des particuliers.
Autant en emporte le vent et les senteurs de la mer

Eilen Roc est un chef-d’œuvre de sobriété néoclassique dont les froides colonnades contrastent résolument avec la surcharge décorative de bien des villas Second Empire de la Côte d’Azur. La grande terrasse au midi remaniée en 1930 par Jacques Gréber, architecte en chef de l’exposition internationale de 1937, domine un escarpement de trente mètres qui tombe à pic dans la mer. 
   























Dans son livre La Côte d’Azur, publié en 1887 dont le titre servit aussitôt à désigner le littoral  des Alpes Maritimes, Stephen Liégeard décrit ainsi le site : Assise sur la pointe extrême du promontoire, soixante-sept marches taillées dans la roche vive mettent ses balustres en communication avec des grottes naturelles, sortes de cuves profondes où l’eau sans cesse agitée se livre, même en temps calme, à de violents remous .

La terrasse de la villa avec une vue sur la baie de Cannes

Nulle autre situation peut-être, sur toute la corniche, ne saurait se comparer à celle d’Eilen Roc. Or une photographie de la villa juste après sa construction en 1875, montre l’édifice s’élevant sur une table rocheuse désertique que cache par endroit, un maigre maquis. Il a donc fallu amener en charrette jusqu’ici la terre nécessaire pour obtenir pelouses, massifs, pinède, bref ce parc touffu aux senteurs balsamiques.
Déchiffrant Eilen Roc en commençant par la fin, on obtient CORNÉLIE, prénom de la compagne du commanditaire de la villa, Sir Hugh Hope Lounden, ex-gouverneur des Indes néerlandaises. Le charmant anagramme ne porta pas chance à ce haut fonctionnaire car l’histoire dit que Cornélie le quitta avant d’habiter cette intimidante demeure. En 1873, la propriété est cédée, avec tout son mobilier, à James Wyllie, un riche écossais de retour des Indes.
La roseraie de la villa Eilenroc au mois de décembre

Il y fait aménager un décor végétal exceptionnel par des jardiniers aussi célèbres que Ringuisen. L’une des plus belles roseraies du département s’y trouve, plus de  1000 plants sont réunit sur un même site avec toutes les variétés des rosiers produites et couramment cultivées sur la Côte d’Azur. Les jardins Eilen Roc font parti de la liste des 30 jardins remarquables du département. Si Grasse est la Capitale du Jasmin , Tourrettes Sur Loup la capitale de la Violette , Antibes est quand à elle la capitale de la Rose.
La Villa a servi de cadre à des manifestations de prestige et à des concerts comme Musiques au Cœur, Fats domino, Prince etc.…. Des célèbres films y ont été tournés comme les  Liaisons Dangereuses avec  Nastassia Kinsky .De nombreux publicitaires ont également choisi ce lieu magique pour y réaliser les spots publicitaires de grandes marques (Renault et Ford, Chanel, Swatch...
La liste des signataires du livre d’or d’Eilen Roc est impressionnante. Elle mêle des têtes couronnées de l’Europe de la Belle Époque à des artistes du cinéma naissant, des princesses et des grands-ducs à des romanciers de passage, des maharadjahs à des magnats de l’industrie du nouveau monde…

 La baie des Anges et les montagnes enneigées du pays Niçois

Aux grés de vos promenades dans la villa Eilenroc, vous apercevrez quelques balcons donnant sur les falaises,les grottes et les criques du Cap D’Antibes. Celle-ci se trouvant au centre de la pointe du Cap ,vous aurez l’immense privilège en hiver de voir d’un coté la baie de Cannes avec ses Iles de Lérins donnant sur le massif de l’Esterel et d’un autre coté , la baie des Anges et Nissa la bella ayant revêtue son beau manteau blanc sur les cimes du Mercantour.
Assis sur l'un des nombreux bancs de la villa Eilenroc tout en surplombant la mer , vous aurez tout le loisir une fois terminé votre visite de lire "le Lys dans la Vallée" d'honoré de balzac qui etait un voisin d'Eilenroc puisqu'il habitait lui meme une villa face à la plage des Senlis.
Sur la cote d’azur, nous n’avons pas un Versailles, nous en avons cent ! Et encore je ne vous ai pas encore parlé de la Villa Ephrussi de Rothschild  , de la villa Kérylos , de la villa Fort de France , de la villa de Vallombrosa ou bien de la villa Domergue. Ce sera pour des prochains articles.
*Attention à ne jamais s'aventurer sur le sentier des douaniers les jours de forte houle , cet hiver , il y a encore  un imprudent qui a laissé sa vie....

                       DIAPORAMA DE LA BALADE

 


Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 07:10
Breil sur Roya dans les Alpes Maritimes


Cet été 2009, je vous parlais d’une fête dans un village du haut pays de la Cote d’Azur. Une tradition folklorique au village de Breil sur Roya la "a stacada", si cette histoire a vraiment existé et se passe tous les 4 ans dans la bonne humeur et la joie ,  même si le contexte fut dramatique, une autre histoire beaucoup moins folklorique et tout autant dramatique se passa il n'y a pas si longtemps de cela…..
Dans ce pays du comté de Nice qui a toujours été tiraillé et envié par les puissants au point de vouloir se le disputer trop souvent. Je vais vous raconter un « détail » qui concerne ma mère et qui est mis à l’honneur dans le journal de l'arriere pays Niçois en ce moment.(N° de decembre 2009)














On a beaucoup parlé et écrit sur le drame de l’évacuation forcée des Breillois et autres habitants des vallées du comté de Nice vers l’Italie. Et pourtant 65 ans après on trouve encore des témoins de cette époque ayant survécu plusieurs mois à un isolement complet du reste du monde.
























Eglises de Breil Sur Roya

Cette histoire vécue nous est racontée par Madame Giordano Micheline Née Ratto demeurant actuellement à Grasse, mais très attachée à Breil sur Roya et sa vallée.
C’est à l’occasion d’une fête traditionnelle du 15 Aout que Mr Veran Victor, maréchal Ferrand à Breil, a connu sa future épouse jeannette, sœur de madame Ratto Baptistine, mère de Micheline  résident à Cannes à l’époque.
Le village de Tende

Quelques jours avant le 15 Aout 1944 Mr et Mme Veran ont rendu visite à la famille Ratto à Cannes pour récupérer la belle mère Madame Mior blesine. La jeune Micheline Ratto (ma mère), dans la fougue de ses 17 ans, a tenu à partir avec eux en train pour assister à la fête du 15 Aout.
En fait de fête elle a été servie ! Dés l’annonce du débarquement de Provence tout moyen de communication a été arrêtée. Si les premiers jours ce fut des vacances forcées, la situation s’est rapidement dégradée par la réquisition de la maison de Mr Veran et l’hébergement provisoire chez des amis. Puis pour se protéger des bombardements ce fut le repli de toute la famille à la campagne dans l’écurie quartier "Li Bancao" (Ma famille possède toujours cette propriété) en direction de Piene. Mr Veran dont la maison avait été détruite descendait régulièrement en ville pour le ravitaillement.
Tende l'un des villages Tibetain de la vallée

Vint le 28 octobre ou l’évacuation de toute population fut ordonnée. Mr Veran a essayé sans résultat d’obtenir un moyen de transport pour Mme Mior impotente et bien incapable de suivre le convoi. Décision a donc été prise de continuer à vivre à la campagne en espérant que cela ne durerait pas trop longtemps.
Village de Saorge

Dés lors toute descente au village pour se ravitailler était impossible sans se faire arrêter par les Allemands. Le groupe comprenait Mr et Mme Veran et leurs enfants jean Michel (mon parrain) 4 ans et Huguette (ma marraine ) 14 mois, la belle mère Mme Mior, la grand mère de Micheline (mon arrière grand mère) la mère de Mr Veran et Micheline Ratto  bien sur (ma mère) !
Saorge l'un des nombreux villages perchés des Alpes Maritimes

En haut, pour tout confort, une écurie ou tout le monde dormait dans la paille, pour vivre quelques lapins et poules, une chèvre, des pommes de terre, du blé qui était cuit sur une plaque d’ardoise. Pas de sel. Pas de sucre. Pas d’huile. Pas de savon. Pas de médicaments. Le retour à l’âge de pierre !
Le village de Granile

Faute de soins et de médicaments Mme Mior s’est éteinte sur son lit de paille. Elle a été enterrée sous un éperon rocheux entouré de quelques planches trouvées dans l’écurie. Apres la guerre ses restes ont été transférés au cimetière de Cannes.
Un jour une escadrille de bombardiers en piqué a lâché ses bombes sur le pont de la route de Vintimille en contre bas. La jeune Micheline a été projetée à plusieurs mètres par le souffle des explosions.
Maisons dans le village de Granile

Un autre jour une patrouille d’allemands est arrivée et a donné l’ordre d’évacuer. La jeune Micheline a eu la peur de sa vie lorsque le canon d’une arme a été pointé sur son ventre. Le groupe entier s’est vite refugié dans le tunnel de la voix ferrée. Après deux jours d’hésitation tout le monde est retourné à la ferme qui avait été complètement fouillée et sacagée.























Eglise de la Brigue et les villages de Libre et de Piene Haute


A l’approche de la fin de l’année Mr Ratto (mon grand père) de Cannes alors en territoire libre, par l’intermédiaire d’un comité d’entraide des originaires de la vallée de la Roya est entré en contact avec la résistance. Le 31 Décembre un convoi a été organisé avec rajout de quelques autres isolés en direction de Sospel.
le village de Fontan

Ce sont des jeunes Breillois récemment engagés pour la durée de la guerre , Molinari Jacques et Charles qui ont guidé le convoi par des sentiers de montagne que l’on appelle maintenant « Le Mercantour » en évitant les champs de mine connus des résistants et les patrouilles allemandes, en deux étapes dont des heures de nuit par moins 15° et dans des dénivelés et des précipices vertigineux. La jeune Micheline portait la petite Huguette dans ses bras qui pouvait pleurer à tout moment et alerter l'ennemie involontairement. A l’approche des lignes Américaines, les guides ont agité des drapeaux blancs. L’accueil des Américains a été très humain et chalereux.
Eglise de Fontan
 
Apres hébergement à la caserne de Sospel le groupe a été acheminé en camion militaire vers les hôtels de Nice. Nice qui venaient de se libérer toute seule avec sa propre résistance quelques jours avant cela et sans l’aide des Américains qui debarqueront au Dramont 2 jours plus tard. L’une des pages les plus glorieuses de la ville avec le siege de Nice .
Le village de Sospel

Madame Giordano, malgré son âge avancé vient encore souvent se ressourcer à Breil, village ou elle a toujours des connaissances et surtout des bons et mauvais souvenirs qui marquent une vie. C’est une histoire parmi tant d’autres ……….. Un détail ! comme l'a dit un méprisant personnage.
le village de Berghe



*les destructions à Breil ont été importantes et la population fut évacuée de force par les Allemands, le 28 octobre 1944, et transférée en Italie du Nord, à Turin*, où elle resta jusqu'en avril et mai 1945. Le soir du 23 octobre 1944, les Allemands rassemblent les villageois dans l'église Santa-Maria in Albis, pour annoncer le transfert de la population au camp de déportés de Turin. Quelques 2 000 villageois durent préparer à la hâte leur baluchon pour se rendre au rassemblement, imposé par les soldats pour un départ dès 6 h du matin.
Village de la Bollene
 
Les opposants furent délogés par la force de leur maison, baïonnette au canon, nul ne devait y échapper. Dans des conditions difficiles. Certaines personnes valides et invalides n'ont pas supporté les efforts et les souffrances, ils sont morts pendant le transfert .En cette période des centaines de Français et d’italiens ont été exécutés par les troupes nazis et fascistes dans les vallées de la Roya et de la bevera.
les Villages de Tende et saint Dalmas sur la route de Cuneo

**Le 9 avril 1945 à Nice, De Gaulle annonce l'offensive sur l'Authion et la Roya. L'opération "Canard" débute le 10 avril. Elle est commandée par le Général DOYEN et la 1ère division motorisée d'infanterie (1ère D.F.L. venue d'Alsace), le 3ème régiment de tirailleurs sénégalais, le B.I.M.P (bataillon d'infanterie du Pacifique) et des chars du 1er régiment de fusiliers marins.
les lacs de la vallée des Merveilles sur la route de Casterino (alpes maritimes)

Les Allemands opposent la 34ème division d'infanterie et une partie de la 5ème division alpine. Le 12 avril, les Français enlèvent l'Authion au prix de 274 tués et 644 mutilés ou blessés, et poursuivent les Allemands. Le 13 avril, Breil est libérée : le 14, Tende et La Brigue le sont à leur tour. (Ces deux communes deviendront françaises en 1947 par le traité de Paris ainsi que les territoires des communes des Alpes-Maritimes qui se trouvaient en Italie.

Le pont menant au village de La Brigue

Pendant ce temps mon pere me direz vous ! que faisait il ? Il etait dans la 1er Armée Francaise 2 eme DB du General Leclerc et il etait de toutes les campagnes de France. Normandie, liberation de Paris, les vosges et la liberation de Strasbourg le 23 Novembre 1944.Titulaire de la croix de Guerre et bien d'autres medailles , Décoré de l’ordre national de la Légion d’honneur, membre de "Rhin & Danube".

Sospel village dans la bevera

Le jour ou mon pere est venu me voir à la BA 124 de Strasbourg Entzheim pendant mon service militaire , cela a été une émotion enorme de retrouver ces lieux.
 J'avais ensuite été transferé au mess officier de la place Kleber.
Je vois d'ici "Jean le Francilien" rigoler et dire: Pat a été un "Gonfleur d'elice".

Ruines du chateau Lascaris dans le village de La Brigue

Mr Charles Molinari continua lui à travailler pour les services secrets Francais. Il fut arreté par les allemands , fait prisonnier et acheminé dans un camion pour y etre exécuté. Par chance un avion Americain bombarda le convoi. Il put s'echapper et fut ensuite caché par une famille italienne (piemontaise) Mr Charles Molinari sera un grand ami de mes parents jusqu'a son décés en 2008  à Vidauban (83)dans le var ou j'ai assisté à une ceremonie digne des grands heros Francais.


  Le village de Piene

Le village de Fontan

La solidarité des Turinois

Plusieurs familles Turinoises accueillent chez elles des enfants qui seront ainsi logés,nourris et habillés. Quant aux enfants restés au camp ils sont invités à passer la journée du dimanche chez d'autres familles qu'ils quittent le soir en emportant nourritures,friandises et vétements gracieusement offert. Pour Noel les entreprises Turinoises, en particulier Lancia font parvenir des dons aux petits Français du canton de Breil. On ne peut pas oublier une histoire commune entre le piemont et le comté de Nice comme cela parce que des fascistes Italiens de Mussolini avaient déclaré la guerre. La ville de Nice et de Turin sont deux soeurs liées pour toujours dans l'histoire. Si un jour vous descendez sur la Cote d'Azur , n'oubliez pas de visiter cette vallée. Elle n'a pas changé depuis 65 ans et a gardé son authanticité. On l'appelle aussi la route du barroque ou la route du sel.....Elle mene à la vallée des Merveilles.

Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 19:29

Lou Présépi Nissart, cœur de la culture populaire niçoise

li tradicioun de Calèna à Nissa

novembre-2009-0025.JPG
balade dans la foret Russe de la plassa Massena

Le temps de Noël est arrivé (maintenant terminé depuis la réalisation de cet article) à Nice avec son cortège de souvenirs, de branches de houx, d’étoiles scintillantes et de boules multicolores qui dansent la farandole dans les yeux des enfants. Il est bon de rappeler les traditions niçoises, à une époque où l’on ne peut plus faire une crèche ou placer un sapin de Noël dans une maternelle sous prétexte de laïcité ou d’incongruité vis-à-vis d’autres cultures.
novembre-2009 0014
Depuis des siècles les Niçois ont toujours, avant les autres accueilli l’étranger, le banni et le persécuté qui venaient travailler dans leur comté, mais les Niçois sont chez eux et ils sont toujours debout, ils entendent demeurer ce qu’ils sont et conserver jalousement les traditions héritées de leur ancêtres et non celle de ceux qui ont voulu nous coloniser.
novembre-2009 0006 novembre-2009 0008
A Nice, la culture et l’identité niçoise (sujet d’actualité) primeront toujours. Nous évoquerons dans cet article donc l’une des traditions populaires de Noël auxquels nos ancêtres étaient très attachés : le Présépi Nissart (du latin presepium : mangeoire, crèche) « Lou Présépi », c’est la représentation théâtrale des fêtes de Noël version Niçoise. L’histoire raconte les aventures de l’ange Bouffareù qui sur son passage annonce une naissance dans un village nommé Babazouk...
novembre-2009 0059-copie-1 novembre-2009 0022
maquette de l'eglise Russe à la plassa Massena

Le Présépi est une ancienne tradition naïve du peuple niçois, exprimée d’abord par le biais de marionnettes en bois. Ces figurines représentaient des personnages populaires symboliques ou emblématiques de la capitale azuréenne et de ses villages alentours. Les représentations étaient données dans la viéa Vila dans les arrières boutiques ou dans des théâtres de marionnettes ambulants.
novembre-2009 0222 
le theatre de marionnettes à la plassa Rossetti

Cette tradition ne peut être datée, mais l’on sait qu’elle existait déjà en 1830, donc bien avant le Guignol lyonnais. Guisol dit dans sa Mensoneghiera que « li mariota » faisaient les délices des Niçois. Dans la Nemaïda, le grand écrivain niçois Rancher met en scène le personnage de « Fieùferre » qui près du Pont-Vieux montrait ses marionnettes dans une baraque en bois.
novembre-2009 0219
Après l’annexion truquée à la France, la résistance du peuple nissart se concentra dans la tradition populaire et les spectacles de mariota se multiplièrent, notamment au théâtre Risso. Le chroniqueur Nissart Humberto Oberti souligne que « ses animateurs ont toujours été des ouvriers et artisans de la veille ville qui exprimaient dans des rimes souvent baroques leur humour spécifiquement local ; les chants du Présépi sont des vestiges du vieux « nouvé » (Noëls) de Saboli, de Méhul, de Martin Seitour et d’autres anonymes que Nice a toujours révélés en son sein ».
novembre-2009 0057
Le barde niçois Menica Rondelli recueillit ces traditions orales et édita son Présépi en 1919 puis le réédita en 1926. Parallèlement aux théâtres de marionnettes, le Présépi était joué en pièce de théâtre par des intervenants amateurs issus du peuple qui véhiculaient avec simplicité et naturel la quintessence de l’esprit nissart.
novembre-2009 0047
la patinoire dans le forum Massena

Ces représentations populaires étaient originales et vivantes car les acteurs déclinaient un texte qui n’était pas figé : dans un cadre convenu dont le thème était la naïveté, des personnages immuables prenaient la liberté d’insérer malicieusement dans le texte classique, des points de l’année écoulée, des traits d’humour ou de moqueries ; le spectacle devenait une satire de la société niçoise et parfois de la structure religieuse de l’époque. A ce titre dans les temps anciens, les Présépi n’étaient pas très bien vus par l’Eglise et se jouaient en lieux discrets devant le public.
novembre-2009 0071 novembre-2009 0080
le celebre bar/theatre de Mado la Niçoise

Les personnages immuables du Présépi était l’ange Bouffareù, lou Curat, lou Trouble (le Diable), Barba laurens, Barba Martin, lou coumaire Cicoun, lou Pescadou, et lou Cassaire ; mais d’autres venaient parfois compléter la compagnie : coumpaire Simoun, pendant masculin de coumaire Cicoun, la cancanière, lou Sacristan,  la Fliusa, lou Pastre, lou Mestre, lu doui gendarma représentant l’autorita que l’on brocardait… sans oublier la redoutée tanta Chiquetta… la mort, qui avait fauché les trépassés de l’année écoulée…
novembre-2009 0074 novembre-2009 0083
il serait peut-etre temps de changer le drapeau du pays Niçois

Les acteurs occasionnels déclinaient malicieusement, avec la verve niçoise, les travers des uns et les mécomptes des autres. Deux seulement des personnages du Présépi représentaient nominalement deux des familles les plus anciennes et les plus ancrées, à l’époque, dans la tradition populaire : Elles étaient représentées respectivement par Barba Martin et Barba Laurens. Le terme barba signifie oncle en Nissart, mais aussi par extension, le patriarche de la famille, l’autorité morale, celui qui est respecté et écouté et auprès de qui l’on prend conseil. Il était d’usage que l’aîné vienne interpréter le rôle dévolu à sa famille.
novembre-2009 0103 novembre-2009 0114-copie-1
La plupart des anciennes familles niçoises excellaient dans l’art de la crèche. On confectionnait des moutons avec des toisons de vraie laine, des paysages en papier mâché agrémentés de vraie mousse, des machineries qui mettaient en mouvement les ailes des moulins et l’eau factice sous les ponts, des personnages en divers matériaux et tissus etc.… Les plus célèbres de ces crèches étaient connues et se visitaient chez les particuliers (voir la creche de Sylviane). On fit même des concours de Présépi, dotées de prix, et chaque année l’on améliorait et enrichissait ces petites merveilles.
 A Nice, certaines troupes jouent encore des Présépi, plus ou moins fidèles à la tradition ; des auteurs en écrivent même des nouveaux en Nissart, en y incluant des thèmes plus modernes. Espérons que ces traditions perdurent afin de conserver l’âme niçoise et l’identité de noustre poble.
Bouon Caléna é bouon cap d’an

novembre-2009 0122 novembre-2009 0131-copie-1
Un peu de Nissart : Par Raimound lou pitchin Nissart de breia (le petit Niçois de Breil)

 (anecdote en Français à la fin du texte) 

Per anà travalha dins aqueu maravihous liceu, deu passà en plassa Garibaldi. Despí tres an ai l’empressioun … qu vielhi pas. Sabes, aquela sensacioun d’aver jà vieugut un’acioun. Soun li ounda que desgajon lu bari dou liceu ? Soun lu fantaume dei ilustre escolan o tout simplamen l’aria pur dei valada que lou palhon n’en campa  …. Minga ! L’anti-vielhissamen ven d’estre enventat en Nissa : Nissa terra d’envencioun. Sabii que lu nissart eron a l’ourigina de noumbrous envencioun per li draia laissadi per lu ome preïstouric dou Lazaret o per lu autis de grava talhat e autre « pic triédriques » trouvat soulamen a Terra Amata (li an mancou trouvat au Mont-Boron ! es per dire couma es quist).
novembre-2009 0159 novembre-2009 0172
Sabii que lou vin èra un envencioun nissarda me lou Bellet (segurament lou mai ancien vignal de França, plantat a l’epoca de la foundacioun foceana  de Marsilha fra la pissaladiera, lou parcagemen en double fila, lu merda di can (alimentari o noun) etc … ve ! encara un’invention nissarda (e tout caua) ! Bessai que lou nissart es pus vielh que lou latin ! Vai ti saupre ?
Breu, li a un an, réagíi sus un textou d’un’amiga (poetessa nissarda noun declarada) entitulava Misèria e trambalan e que parlava dou chapi de l’epoca.
Díi : «Prouvist que la linha Levant-Nort (mai una especificità nissarda) n’en manda pas tout drech sus la linha Levant-Pounent ! Cada joù mi pici, me lu pen o a bicicleta, a d’afroui Baragna chorni, que solament per mi faire bilà cambion de plassa en nuech.
 Ma, ahurà ai cromprat un TBM (Trouvà Baragna Moubile) e despí tout va ben »
novembre-2009 0190 novembre-2009 0196
Era sensa countà sus la darniera trouvalha nissarda que si pou durbi (torna durbi) lu plaga basta cicatrisadi.
De fes, ai l’empressioun de caminà sus plassa despí tres an. Pilhen lu meme e recoumença : meme vestit, meme baudou, pic e magau dou matin au sera, si cava, si destapa pis si tapa mai, si paua dei pavè me lu caladié vengut de Savoie …. Mi sembli qu’ai pas vielhi despí tres an.
Pepin regarja lu ouvriè s’afanà. Meme eu a mai boulegà qu ieu (d’acordi basta un chicou).
Cada matin, li di : «bouonjou Pepin, aloura que novi ? » e mi sembra l’audí a souta vous : « va mau e durà ! »
Ma, quauqu’un sabe quoura es l’inauguracioun du trambalan 
Per lou moment ai degut repilhà lou mieu tbm perque ier au sera, mi sieu pilhat un vira-soulèu d’una baragna escounduda darrié un troutouar (e si souonava pas Madama Suceta). Touplen de macadura e de badola ma minga rua.

novembre-2009 0207
Et comme les anecdotes tombent toujours sur moi , j'etais en train de regarder le spectacle de marionettes sur la plassa Rossetti  devant l'iglésa Santa Reparate quand tout d'un coup un couple de parigos me dit : "ils font aussi la traduction en italien"
peuchere ! comme le dit le pitchoun qui vient de naitre: heureux les simples d'esprit car ils auront le royaume de Dieu.
Atchidenté ! le Nissart de l'italien ..... Ils ont toujours l'art de te mettre en colere ces Parisiens !! ca ressemble à de l'italien le texte ci dessus porca petan !
m'en bati siou Nissart

Heureusement que pour le spectacle Russe sur la place Massena , il n'y a pas un Parisien qui a dit, cette fois ci c'est traduit en Bulgare , c'est Sylvie Vartan que ca aurait fait bondir ! Té vé je me casse ....
DIAPORAMA DE CETTE JOURNEE DU 27 DECEMBRE

Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 17:37

novembre-2009-0108.JPG
Guirlandes multicolores, forêt de sapins et santons se nichent dans les endroits les plus inattendus du village de Luceram. Ici rien n'est artificiel, c'est le village médiéval qui sert de cadre aux festivités du 5 décembre au 3 janvier 2010 inclus.
novembre-2009 0114 novembre-2009 0131
Porches, voûtes, caves, escaliers, fontaines, lavoirs, écuries et four communal deviennent des lieux d'expression artistique. Les rubans aux fenêtres, les branchages qui garnissent les portes, la forêt de sapins qui envahit les places et les placettes sont dans un cadre typique et préservé. Les santons sont traditionnellement représentés en argile ou en terre cuite. A Lucéram, on les découvre en bois, tissu, fer forgé, pâte à sel, craie, cire, pinces à linge, tricotés et même en bouchons ! Alors dans ce décor naturel et authentique, l'esprit de Noël souffle naturellement, pur, mystique et festif. On peut même découvrir des animaux vivant... bref une ballade dans ce village c'est un vraie retour aux sources du Noël d’autrefois en pays du Comté de Nice. Mais d’abord, un peu d’istoria.
novembre-2009-0133.JPG novembre-2009-0092.JPG

L’Ouferta de Calèna

À la fin du XIVème, le rattachement du pays de Nice au Duché de Savoie va accélérer le développement de Lucéram. Une bonne partie du trafic marchand vers la haute mer, vers les rivages Azuréens, italiens et espagnols, passait par Lucéram pour arriver aux ports de Nissa et Vilafranca. Le Comte gouverneur de Nice autorise en 1395 la construction de protections. Cela fut fait en traçant du coté nord, le seul possible en raison du relief, une nouvelle ligne de protection, un puissant rempart comportant une très belle tour de flanquement ouverte à la gorge et haute de quinze mètres.
novembre-2009-0063.JPG novembre-2009 0081
Cette tour est ouverte vers l'intérieur du village, ce qui permettait de le protéger aussi bien vers l'extérieur que vers l'intérieur. Deux étages en plancher permettaient d'accéder jusqu'au niveau supérieur, l'ensemble communicant par des échelles. Cette tour jouait aussi un rôle de guet de surveillance de tous les environs.
novembre-2009-0120.JPG

La route du sel

Le sel, destiné à alimenter le Piémont et même les plaines du Pô et les terres du duc de Savoie (roi de Piémont/Sardaigne au XVIIIème siècle), arrivait donc par mer, et abordait Villefranche, Monaco et Nissa à l’anse des Ponchettes. Du cours Saleya, qui tire son nom des entrepôts de la Gabelle (ou Douane), le sel, une fois contrôlé, partait en direction des sommets alpins à dos de mulets en direction de Turin (Torino).
novembre-2009-0030.JPG

Le Trésor de Lucéram

Dans la chapelle sud, deux larges vitrines blindées présentent un rare trésor d’orfèvrerie religieuse, un des plus importants de France (plus de 40 pièces classées). 4ème trésor de France pour ses pièces d’orfèvreries religieuses.Il est bien sur impossible de le photographier. Pièce maîtresse de ce trésor, une « Sainte Marguerite issant du dragon », en argent repoussé et doré sur une terrasse de cuivre doré et argenté.

novembre-2009-0034.JPG
Les crèches de Lucéram

Le village médiéval de Lucéram réputé pour son patrimoine historique et culturel remarquable organise chaque année le circuit des crèches ». Vous parcourrez les ruelles métamorphosées, parées d'une multitude de branches vertes décorées de nœuds et de boules aux couleurs de Lucéram et du comté de Nice à la découverte de plus de 400 crèches exposées dans les rues, les caves, sur les fontaines, sous les porches, à l'Eglise, à la tour, aux chapelles, au four à pain, et au Musée de la Crèche.
novembre-2009-0136.JPG novembre-2009 0141
Les villageois ont créé un musée de la crèche à la Placette, unique dans la région. De la plus humble à la plus sophistiquée, plus de 150 œuvres y sont exposées. Vous y découvrirez, entre autres : les crèches du monde. Les plus petites présentées dans une authentique armoire, le mur des « cougourdons », la plus ancienne crèche datant de 1948, les contemporaines, des santons de toutes tailles et de différents matériaux : bien évidemment, en terre cuite, en verre, en porcelaine, en allumettes, en bois, en laine, en tissus, en fil de fer, en pinces à linge ou en chocolat.
novembre-2009-0053.JPG
Les noëls du comté de Nice respectent généralement la même trame narrative, celle de la Pastorale  et du Presepi nissart (La Crèche niçoise)

Perché sur son éperon rocheux dans un décor naturel de sapins et de verdure saupoudré de neige, ce petit village donne l'impression d'une véritable crèche.
De six mille visiteurs, la première année en 1998 aux cinquante mille de l'an dernier le succès est chaque fois renouvelée et amplifié. On y vient de l’Europe entière voire même de plus loin.

novembre-2009-0088.JPGLa grande joie des visiteurs qui parcourent en tout sens ruelles et placettes, ou les santons ont colonisé le village et squattent les moindres coins et recoins de ce remarquable village qui abrite des œuvres d'art magnifiques, entre autres cinq retables dus à des artistes de l'école de Louis Bréa. À l’extérieur sous les porches ou le bord des fenêtres, dans les vitrines des commerçants où sur un tas de bois, à l'intérieur, au four puis au moulin à huile de la ferme du Val Del Prat, au musée des vieux outils, à l'église Santa Margarita et jusqu'au col St Roch, à la Station de PEIRA-CAVA (Peira cava carrière de pierre en Nissart) , au Turini on découvre partout des crèches. De la plus grande qui mesure 15 m de long, à la plus petite dans une demi-coquille de noix, plus de 400 crèches sont exposées dans les caves, sous les porches, sur les fenêtres, les bassins… partout, il y a des crèches partout.
novembre-2009-0119.JPG novembre-2009 0158
Les visiteurs, Quarante à cinquante mille visiteurs chaque année depuis dix ans, sont accueillis au chalet situé à l’entrée du village. Munis d’un plan, ils « partent à la découverte des crèches », toutes aussi différentes, insolites, classiques, émouvantes, surprenantes. Voici par exemple les caractéristiques de la plus grande crèche. Dimension totale de la crèche : 15 m de long - 3m50 de large. Maquette du village : 3m de haut (dix mois de travail).

L'histoire du village se confond avec celle du Comté de Nice. Isolé dans sa vallée du Paillon, Lucéram a subi tous les contre-coups des changements de domination et des guerres qui ont ravagé la région.
Les Ligures sont les premiers à nous avoir laissé des témoignages de leur présence aux alentours du V ème siècle avant J.C. Autour de Lucéram on retrouve encore les traces de leur présence sous forme d'enceintes.
novembre-2009-0059.JPGLes Celtes, venus du Nord, envahissent la Provence voisine, dans les montagnes se crée des tribus celto-ligures (350 av J.C.).

Les Romains étendent leur domination. Après les années de la "Pax Romana", la région va voir déferler les hordes de barbares: Wisigoths, Burgondes, Ostrogoths, Lombards, Saxons et enfin les Francs. Nice fera partie du royaume des Lombards sous Pépin Le Bref, puis de la Lombardie dans l'empire de Charlemagne, enfin de la Lotharingie au partage de 843. Vers 877, début de la féodalité. La Provence et le pays de Nice sont maintenus dans le Saint Empire Germanique.
Charles d'Anjou, devient Comte de Provence, roi de Sicile et roi titulaire de Jérusalem (1245).
Lucéram continuera à suivre le sort de Nice au fil des guerres et des dominations par la Savoie et la France jusqu'en 1860, date de son rattachement définitif.
novembre-2009-0023.JPG novembre-2009 0097

Anecdote sur Luceram

A l'été 1944, les troupes allemandes prirent position. Elles étaient composées de soldats de la Wehrmacht  et d'au moins un bataillon de la Luftwaffede. Certaines troupes fascistes de la RSI  étaient présentes. L'ordre précis de toutes ces troupes était : " Tenir coûte que coûte " pour protéger la route de replis du front italien afin d'éviter sa coupure et l'encerclement des divisions qui combattent en Italie.

novembre-2009-0171.JPG Pour leur part, les alliés envoyèrent leurs meilleurs soldats : en premier les célèbres FSSF (First Spécial Service Force) constitués d'américains et de canadiens. On les appelait " les diables noirs ". Ils firent les premières patrouilles et bien souvent en français. Ces mêmes soldats furent officiellement les libérateurs de Lucéram. Certains d’entre eux restèrent dans les alpes Maritimes après la guerre et y fondèrent des familles.
novembre-2009-0197.JPG
L'Association Stimuler pour aider à mieux vivre

Sous l'initiative d’Anne Marie Larosa secrétaire de l’association, les enfants ont pu bénéficier d'une journée de Noel à la salle des fêtes de Luceram celle ci remis gracieusement par la municipalité. Ce fut tout d’abord un RDV à 14H pour faire le chemin des crèches puis, enfants et parents se retrouveront autour d’un gouter. Anne Marie remettra les cadeaux aux enfants différents, mais aussi aux autres enfants des parents membres de l’association qui partageront cette joie et ce bonheur et tous ces moments d’émotions solidaires et ensemble.

novembre-2009-0192.JPG novembre-2009-0195.JPG
Sans vouloir faire de polémique à la manière de Monsieur Paul Bergé, je répète tout simplement que les petites associations ont autant sinon plus besoin de votre aide que celles médiatisés par la télévision…..

RDV est donné pour l’assemblée du 30 janvier à la salle de Golfe Juan. Tous les membres et amis sont priés de venir à cette date importante pour manifester son désaccord avec la municipalité UMP de Vallauris qui cherche à détruire toutes les formes d’association sur la commune y compris celle à but humanitaire. Sans mélanger aucune cause politique ,nous devons être capable de faire vivre la démocratie locale via des valeurs humanistes qui ne sont plus assurés dans cette ville par les représentants du pouvoir parisiens. fouòra  moussù gumiel

 

Association Stimuler pour Aider à Mieux Vivre
Centre informations Ressources

9, Bd des Deux Vallons

06220 VALLAURIS

+ 33 (0) 493.64.38.69.

+ 33 (0) 675.22.60.92.
stimuler.handicap@wanadoo.fr

 
                                     DIAPORAMA DE LA JOURNEE



Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 17:49

LA POINTE DE L'AIGUILLE
Sentiers des douaniers de la pointe de l'aiguille

En longeant la cote azuréenne, Guy de Maupassant s’émerveille avec l’apparition de la chaine des Alpes qui surgit de la mer. Toute la chaine des Alpes apparaît, vague monstrueuse qui menace la mer, vague de granit couronnée de neige dont les sommets pointus semblent des jaillissements d’écume immobile et figée. Aujourd’hui les randonneurs des Alpes Maritimes auront peut-être la même sensation que l’écrivain en parcourant les sentiers pédestres du littoral de la Cote d’Azur, le long de ce rivage merveilleux ou Alpes et Méditerranée semble se fondre.
La baie de Cannes avec en toile de font les montagnes Niçoises

Impressionnés et charmés par le caractère grandiose ou apaisé de paysages exceptionnels, les promeneurs  peuvent saisir le jeu des couleurs changeant au rythme de la lumière, respirer même en hiver le parfum subtil des fleurs d’orangers, du jasmin et du mimosa, se laisser bercer par le bruit des vagues ou le chant des oiseaux.
Ce territoire séduisant a su attirer les plus célèbres noms du monde, inspirer les plus grands artistes, les plus beaux trésors comme nulle part ailleurs. Ce sont aujourd’hui 125 kilomètres de cotes que le visiteur peu parcourir avec notamment le sentier des douaniers qui propose un itinéraire et une expérience des sens inoubliable.
Sous le soleil chaleureux de l’hiver méditerranéen, la station balnéaire de theoule sur Mer permet d’admirer un panorama d’une exceptionnelle ampleur et d’un équilibre pictural remarquable ou se fondent le vert, le bleu et le rouge souvent utilisés par les metteurs en scène de cinéma pour ses points de vues saisissants...
 

Sur les sentiers odorants dans une garrigue généreuse de bruyères, d’arbousiers, de chênes lièges, d’eucalyptus, de pins mésogéens et de mimosas sauvages, on y découvre le visage d’une région vouée à la villégiature hivernale. Aux confins de l’Esterel  la couleur de la roche rouge-grenat typiques des falaises de porphyre donne au paysage un piment particulier.
Pour se promener au parc départemental de la pointe de l’aiguille, vous avez deux possibilités : Soit à partir du port de Theoule sur Mer, vous empruntez la promenade pradayrol qui mène jusqu'à la plage de l’aiguille. Au bout de la promenade, vous observerez la base de la paroi : composée de tufs, mélange de magma et de rochers, elle provient d'une phase explosive.
L'érosion a évidé certains blocs de lave et creusé des cavernes. Ailleurs, le magma en s'échappant des failles a formé des rhyolites rouges.

Ou bien vous continuer votre route sur 2,5 kilomètres en direction de la corniche d’or  et vous trouverez un parking libre d'accés qui vous permettra de laisser votre véhicule. Ensuite vous descendez le chemin qui  surplombe les criques secrètes et son relief tourmenté fait de lave solidifié datant de la fin de l’ère primaire. Par moment vous apercevrez une arche audacieuse ou les vagues viennent se briser sonorement. Derrière, apparaitra la grotte de Gardanne qui ne peut se faire ou se voir qu’à partir d’un bateau.

Cache favorite des contrebandiers, cette grotte doit son nom à l'un d'eux qui réussit à échapper à la felouque (petit bateau à voile) des douaniers en se réfugiant dans ce lieu inexpugnable. La légende concède que les brigands, les pirates et les corsaires y établirent  leur repaire et y cachèrent un fabuleux trésor aussi important que celui des templiers. Depuis un bon nombre de plongeurs essayèrent en vain de trouver le trésor de Barberousse ou des autres pirates barbaresques.
L'arche naturelle de la pointe de l'aiguille

Au début du XIXe siècle, l'installation d'un couple de pêcheurs italiens dans la grotte de la plage nord donne naissance à la légende des pêcheurs troglodytes. Depuis dans ce petit coin de paradis c’est développé une autre forme de pêche, celle des  fermes aquacoles qui produisent chacune  450 tonnes de Loups et de  daurades en cages flottantes ce qui en fait l’un des tout premiers exportateurs Français en produits d’élevage dans la baie de Cannes et Antibes.
























Une ouverture sur l'Afrique ?

Cette bourgade fut dans l'antiquité l'un des ports les plus importants de Toulon à Antibes. Avant de devenir une station balnéaire. Au pied du château de Théoule construit par le seigneur de Mandelieu ont peut apercevoir niché dans le massif de l’Esterel un superbe château crénelé en pierre rouge, le château d’Agecroft construit lui aussi sur le modèle de celui de la Napoule  à la manière des châteaux écossais. Les trois châteaux en pierre rouge se font face dans cette baie étincelante……

Theoule est le depart de nombreuses randonnées pédestres comme le circuit de l'Esquillon, celui du chateau de la Napoule, le pélerinage à Notre Dame d'Afrique, La corniche d'Or, le parc departemental de San Peyre, le rochers des Monges ou encore la crete des Grues.Des balades qui associeront calme et plenitude dans la douceur hivernale de la Cote d'Azur.

               DIAPORAMA DE LA PROMENADE


Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 17:06

DOUANIERS, CONTREBANDIERS ET MILLIARDAIRES

Aujourd’hui, je vous emmène dans le Beverly Hills Français, ce que l’on appelle la baie des Milliardaires. Mais contrairement à sa sœur Américaine qui est pratiquement impossible à visiter car étant étroitement surveillé et barricadé par les services de sécurités, le cap d’Antibes a su préserver des chemins et des sentiers de randonnés entre la mer et les forets de pins.  Laisser moi vous guider pour une promenade idyllique dans l’hiver de la cote d’azur.
L'Eden Roc du Cap d'Antibes

Une des plus belles promenades à faire lors de vôtre séjour dans les Alpes Maritimes est l'extrémité de la Baie de la Garoupe, cette promenade suit un petit chemin charmant et sauvage, faisant le tour du Cap. Perdu entre le ciel et la mer, vous apercevrez sur votre droite les jardins exotiques et les demeures magnifiques du Cap, et sur votre gauche le bleu foncé de la mer Méditerranée avec de jolies petites criques de rochers sur lesquels les vagues viennent se fracasser docilement.
Sentier pedestre du bord de mer

A partir de Juan les pins s'étale, nonchalante, la baie célèbre par la beauté de ses plages où aimait à se promener Colette, s'émerveillant du sable tantôt frais, tantôt tiède qui taquinait ses pieds. Laissez votre voiture ou votre moto, puis au départ de la plage, vous empruntez le chemin piétonnier de Tire-Poil  qui s'étire au long d'une multitude de petites criques pour pêcheurs et amateurs de bains de soleil.
Laissez votre moto a partir du coin des pecheurs et commencez la balade

Le promeneur y côtoie les prestigieuses propriétés de cet espace privilégié qui longe la "Baie des milliardaires". Parmi ces somptueuses villas aux jardins luxuriants, vous découvrirez Eilenroc (entrée libre) construite sur les plans de Charles Garnier, architecte des opéras de Paris et Monte-Carlo, le parc offre au visiteur, les essences rares de ses jardins. De nombreux films y furent tournés : « Une chance sur deux » de Patrice Leconte avec Belmondo, Delon et Vanessa Paradis, « Les kidnappeurs » avec Elie Kakou et Elodie Bouchez ou encore « Les liaisons dangereuses » de José Dayan avec Catherine Deneuve …
C'etait ouvert ! alors je suis rentré... je ne connais pas cette maison

Entourée d'un magnifique parc complanté d'essences méditerranéennes, la tour du Graillon abrite les salles du musée Napoléonien. C'est le dernier vestige d'une batterie mise en état de défense par le jeune général Bonaparte, qui fut un temps l'hôte d'Antibes et de Golfe Juan ou il débarqua pour les « 100 jours » (voir mon article). L'hôtel Eden Roc (à ne pas confondre avec Eilen Roc) quand à lui est considéré comme le plus beau et le plus luxueux hôtel du monde. Inauguré en 1870, il fut le premier de la Côte d'Azur à ouvrir pour la saison d'été. Anatole France, Camille Flammarion, Ernest Hemingway, Douglas Fairbanks, Mary Pickford, Rita Hayworth, Marlène Dietrich, Charles De Gaulle et tant d'autres encore y ont séjourné. Sidney Bechet fut si impressionné par la beauté de l'endroit qu'il s'y maria en 1951.
Les odeurs marines et celles de la végetation se melangent

Au début des années folles, la Riviera est un lieu très prisé par la haute société, en particulier anglaise et russe. Les anglais, grands amateurs de plantes, créent autour de leurs villas de merveilleux jardins, en profitant des conditions climatiques privilégiées de ce département. Avant de terminer cette balade, je m’arrête une dernière fois au jardin de la villa Thuret qui est libre d’accès lui aussi pour tous les visiteurs amoureux de végétations luxuriantes. Cette immense cathédrale écologique magnifiée par Flaubert et George Sand a le dessin classique des jardins romantiques du XIXème siècle.
La villa les chenes vert ou Jules Verne ecrivit la plupart de ses romans

Gustave Thuret (1817-1875), algologue et botaniste est séduit par le climat et la nature sauvage du Cap d’Antibes. Il achète en 1857 un terrain de cinq hectares et crée un jardin botanique.
Il va être de plus en plus sollicité par des amateurs éclairés avec qui il entretient des relations fréquentes. Il accueille par la suite les botanistes les plus éminents de son époque.
La villa Thuret et son jardins exotique

Gustave Thuret, ami des Sciences et des Lettres reçoit aussi dans sa villa, scientifique et artiste. George Sand évoque dans ses Lettres d’un voyageur (1868) "le plus beau jardin qu’elle ait vu de sa vie". Il poursuit l’acclimatation et l’étude des végétaux des zones subtropicales et méditerranéennes. En 1877, la belle-sœur de Gustave Thuret, madame Fould, fait donation à l’Etat français de la propriété devenue jardin botanique, afin qu’y soient poursuivies des recherches botaniques et scientifiques.
Depuis 1927, le jardin est confié à l'Institut de Recherches Agronomiques. C’est un jardin botanique dans lequel des plantes méconnues en France sont introduites après avoir été expérimentées en pépinière. Le climat aux hivers doux et aux étés secs de la Riviera, sans grande variation des moyennes de température en cours d’année, convient aux plantes des régions tempérées chaudes.
 























Ainsi cohabitent sans difficulté dans le jardin, de grands végétaux provenant de pays à climat de type méditerranéen (îles Canaries, Afrique du Sud, Australie, Californie, Chili, Mexique, pays du bassin méditerranéen) et d'autres régions du monde à climat subtropical ou tempéré chaud (Chine, Japon, Inde, Nouvelle Zélande...).
balade au milieu d'une végetation luxuriante

Eucalyptus, palmiers ou conifères exotiques atteignent ici des dimensions remarquables. En termes de biodiversité, les collections actuelles comprennent 2500 arbres et arbustes représentant 1600 espèces pour 45 familles différentes. Enfin, ce lieu placé sur une langue de terre entre deux golfes permet d'apprécier en toute tranquillité les diverses facettes d'un lieu magique qui livre une multitude de décors au fil des saisons. Cette promenade est un bouquet d’odeurs velouté qui présente des fragrances imprégnés du parfum des essences de tous les végétaux du parc qui malheureusement, je ne puis vous en faire profiter à travers l’ordinateur. Mais je vous assure de l’authenticité olfactive remarquable du lieu.
Le calme de l'hiver au cap d'Antibes

George Sand était sensible à l’étude paysagère. Avec son enthousiasme habituel, elle le décrit ainsi dans l’une de ses Lettres d’un voyageur (1868) : Placé sur une langue de terre entre deux golfes, il offre un groupement onduleux d’arbres de toutes formes et de toutes nuances, qui sont assez élevés pour cacher les premiers plans du paysage environnant. On est dans un Eden qui semble nager dans une immensité sublime et paradisiaque. Georges Sand était tombée amoureuse de ce paradis ou douaniers et contrebandiers jouaient déjà à cache cache……
la musique des vagues remplace le chant des cigales en hiver

Comme pour cagnes sur Mer et ses grands maitres de la peinture, les écrivains célèbres ont puisé leur inspiration dans les murs des villas prestigieuses du cap d’Antibes. Georges Sand n’est pas la seule à avoir manié la plume avec autant de plaisir devant ce panorama renversant de beauté. Nikos Kazantzakis, auteur de « Zorba le Grec », restera à jamais l’hôte de la cité d’ »Antipolis ».
sentier pedestre de Tire Poil

Face à la mer, Graham Greene aligne les mots, noircit page après page durant 25 ans chaque hiver dans un appartement au pied du Fort Carré. Comme le fut, bien avant lui, Jules Verne, le très technique écrivain qui stimule la plume du père du capitaine Nemo ! Là aussi, l'inspiration fuse dans la Villa « Les Chênes Verts ».
Dix ans plus tard, coup de foudre pour Guy de Maupassant qui découvre à son tour Antibes. Maupassant le charnel vibre à l'unisson avec ce décor, chaud et lumineux. Et c'est sur son bateau « Bel Ami » qu'il exprime le mieux son adoration pour la cité de Vauban. Encore un endroit ou le merveilleux côtoie le sublime …

              DIAPORAMA DE LA BALADE PEDESTRE


Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 18:14

en route pour l'ascencion du Mont Vinaigre

Le massif de l'Esterel est un massif montagneux cristallin d'origine volcanique  situé sur le bord de la Méditerranée près de Cannes. Il est traversé par la route de la Corniche d'Or ex nationale 7 devenu maintenant la D559 que l’on doit emprunter immanquablement et dont je vous ai déjà consacré un article l’hiver dernier.
Classés réserve biologique et protégés par l’office National des forêts. Il est le second plus important maquis de France après la Corse.
C’est un massif volcanique de l'ère primaire qui recèle de nombreux vestiges de la préhistoire. La roche volcanique de couleur rougeâtre, se compose de nombreux reliefs abrupts et de grands pics impressionnants. Le sommet le plus haut est le mont Vinaigre qui culmine à 614 mètres d’altitude que l’on emprunte quand à lui par la N7 juste après le carrefour des Adrets...
























Les paysages restés sauvages y sont grandioses : gorges, à-pic, défilés et crêtes déchiquetées se succèdent en de saisissants contrastes.
La route de l'Estérel fut longtemps la seule permettant le trafic avec Nice et l'Italie. Menacée par les brigands très souvent, elle faisait l'objet d'une expression : "Passer le pas de l'Estérel", expression encore employée par les vieux habitants de Cannes La Bocca tellement cette route est étroite et tortueuse.
morceau du lac de Saint Cassien

L'endroit le plus dangereux se trouvait aux approches du Mont Vinaigre. Ce mont est le plus haut du massif de l’Estérel. Le panorama à 360° est magnifique : par temps clair (ce qui n’était pas le cas aujourd’hui), on peut voir, à l'est les montagnes enneigées de l’arrière pays Niçois au mois de Novembre, et jusqu'à l'Italie, à l'ouest, la baie de Saint Tropez jusqu'à Aix-en-Provence et même parfois on aperçoit la Corse mais plus vers le mois de janvier/février ou les brumes ont disparues.
tour de gué à la maniere Génoise

Le massif a longtemps été le repaire de brigands. Le plus connu des brigands était
Gaspard de Besse, dont les exploits ont été enjolivés par la légende. Il volait les riches pour donner aux pauvres, et tout cela en douceur. C'était le " Robin des bois " de l'époque. Sa devise : "Effrayez mais ne tuez jamais".
le lac de l'ecureuil

Au cours du dernier grand conflit mondial, il fut le refuge de la Résistance française.
L’autre sommet après le Mont Vinaigre est le Pic de l’Ours que l’on emprunte à la sortie d’Agay et que l’on reconnaît facilement grâce à l’antenne de son émetteur. La route du Pic de l'Ours, vous invite à une balade dans un paysage de chênes et de roches rougeoyantes, pour atteindre le col de l'Evêque et des Lentisques. Le relief est déchiqueté et profondément raviné.
Composé de porphyres, roches volcaniques, qui lui donnent sa coloration rougeâtre. La douceur des températures permet à des plantes tropicales de prospérer à côté de plantes locales (Palmiers, Eucalyptus, Agave ,Oliviers, Lauriers, Bruyère, Lavande, genévrier, romarin, thym, arbousier, callune, ciste, genet, myrte, mimosa, cinéraire, lentisque, férule, Pins d'Alep, châtaigniers, charmes, figuiers).
Dés que l’on passe le lac de l’écureuil, un lieu paisible avec pour toile de fond les rochers grandioses, la nature fait place à l’arbousier. Cet arbre qui donne ses fruits au mois de Novembre, je vous en ai parlé lors de ma balade à
Notre Dame d’Afrique sans vous en avoir donné l’explication.
L'arbousier avec ses fruits en Novembre/Decembre

L'Arbousier fraisier en arbre ou arbre à fraises, est une espèce d'arbustes ou de petits arbres notamment répandus dans le sud de la France et en Corse qui varie entre la taille d’un buisson, mais pouvant aller jusqu'à 15 mètres de haut.
Le fruit de l'arbousier est apprécié en Espagne où il entre dans la composition de certains gâteaux, et au nord du Maroc où les enfants le vend au bord des routes du Rif en novembre ainsi qu'en Algérie. Dans les restaurants asiatiques, on l’appelle
 « fraise chinoise » on le déguste avec son sirop.

L’Estérel vous offre des promenades dans l'immensité sauvage d'une nature odorante et variée, peuplée de nombreux  animaux qui vivent en complète harmonie dans ce cadre somptueux : sangliers, cerfs, perdreaux, faisans, lièvres, lézards et les dernières populations de tortues Hermann.
Cette route magnifique, vous fera apprécier ces massifs très colorés qui finissent par plonger dans l’eau turquoise de la mer méditerranée.
cette maison , je l'avais retrouvé un jour sur un calendrier du facteur. heureux proprietaire !

L'opposition entre le rouge flamboyant des rochers et le bleu de la mer offre un paysage contrasté particulièrement émouvant au lever de soleil. Parmi les passages remarquables : le rocher Saint Barthélémy qui donne au moment du coucher du soleil un remarquable spectacle de miroir rougeoyant sur la grande bleue.
Et comme souvent il y a toujours une anecdote pendant mes balades, je rencontre au plus haut de la plateforme du Mont Vinaigre ,un couple de retraité en camping car qui vient de faire un voyage de deux mois. Quand ils me racontent leur itinéraire, je suis émerveillé, époustouflé presque ! Rendez vous compte : L’Italie, la Grèce (les météores), la Turquie (Cappadoce), La Syrie (Damas), la Jordanie (Petra), Israël….
Puis devant ce spectacle à 360°, ils m’avouent tout simplement : Monsieur ! On n’a pas besoin d’aller si loin pour voir des paysages magnifiques, nous terminons le notre sur un site extraordinaire. Nous ne connaissions pas la Cote d'Azur avant , on vient de decouvrir tout cela de Menton jusqu'a ce Massif et, c'est tout un composé de ce que nous venons de faire de ces pays lointain.
C’est ce que me  dira plus tard un peintre hollandais qui se trouvait sur le bord de la route en train de peindre le rocher de Saint Barthelemy, il avait des yeux qui en disaient long sur son éblouissement de ce paradis.

                 DIAPORAMA DE LA BALADE

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 18:01

C’est un village de pécheurs, c’est un village de peintres, c’est un village d’histoire, c’est un village de traditions. A cagnes sur Mer, il se passe toujours quelques choses. D’un coté la ville moderne et son hippodrome de la cote d’azur qui est le 2eme hippodrome de France, de l’autre coté le village de pécheurs et sa chapelle dédiée aux hommes de la mer, sur les hauteurs le village médiéval auquel j’ai déjà consacré un article.
une tonne et demie de chataignes offert à la population avec son vin chaud

Aujourd’hui, Cagnes sur Mer fête la châtaigne et les traditions ancestrales du pays d’antan. Pour cette occasion la municipalité a invité les villages de l’arrière pays Niçois car comme à si bien su le dire son maire, on ne cultive pas de châtaignes à Cagnes sur Mer, mais on prête le soleil aux villages de montagnes associés à la ville. Malheureusement en bon représentant de la classe politique Française, ce sera un mensonge de plus car de soleil, il n’y en à point eu ….
























Au cours de cette fête, c'est tout le haut pays qui descend de la montagne pour prendre l'air marin du littoral. Un mariage réussi ! Les villages de Roure, Isola, Valdeblore et Saint Etienne de Tinée se sont donc déplacés avec leurs châtaignes et leurs bergers pour faire découvrir aux petits et aux grands le patrimoine culturel et culinaire du Haut-Pays Nissart.
Au programme de cette  édition : parades d'animaux de la ferme, produits du terroir, animations musicales du folklore local, démonstrations par des bûcherons des pratiques du bucheronnage avec épreuve en relais, polyphonie et chorale, métiers d'antan et bien sûr dégustation de châtaignes accompagnées de vin chaud sans oublier les indispensables marchands de socca sans qui la tradition Niçoise ne serait pas respecté.
























Les châtaignes quant à elles, viennent de la châtaigneraie d'Isola, de 60 ha qui en produit 1,5 tonne par an. Elles sont douces, faciles à éplucher et se dégustent grillées. Pour la belle castagne, les anciens de la vallée de la Tinée s’improvisent maréchal-ferrant, vannier, rémouleur, tisseurs,  cardeur  (tisseur de laine). ... De véritables mises en scènes costumées sont créées pour faire revivre les métiers d’antan. A deux pas des artisans, une crèche réunit les animaux de la montagne - moutons, chevaux, chèvres, ânes, lapins  (moutoun, cavau, cabra, ae , counièu ) etc …
La châtaigne est ici reine. Une tonne et demi de fruits a été distribuée au public gratuitement avec son vin chaud offert par les organisateurs. La fête est animée par des joueurs de tambour , de fifres et de pipeau et d’autres instruments d’autrefois. Mais aussi, toute la journée, par la « Banda daou Paioun », « Li Barragnas » et le groupe corse « I canti di l’unione Corsa ».
 Pour ces manifestations locales , le piémont , la Savoie et la Corse sont souvent invités car l’histoire avec le comté de Nice reste très proche et trés lié.
Le champion du monde savoyard, Gilles Giguet est venu battre son propre record - découpé à la tronçonneuse trois tranches de bois de 11 centimètres en 7 secondes ! Cette année l’athlète nous a réserve un spectacle encore plus exceptionnel - une démonstration de « Xultic » (travail en hauteur) qu’il vient de présenter à Sydney. La ville Australienne  se trouve être le plus grand rassemblement de bucherons au monde.
Tout l'art de faire la polenta, la seule, l'unique, la Niçoise 

Pour l’heure, c’est deux des meilleures équipes de France qui présentent la démonstration suivi de cinq épreuves officielle du championnat national. Et c’est l’équipe Niçoise qui l’emporte devant la Savoie. Avez-vous déjà entendu une tronçonneuse qui marche au méthanol ? Assourdissant …
Après ces mises en bouche, les visiteurs sont conviés au déjeuner campagnard. Une polenta fumante dans son coquelon géant accompagne la traditionnelle daube de sanglier. Rien que de voir les cuistots préparer cette spécialité du pays dans ce chaudron est un spectacle unique à lui tout seul.
La villa Renoir au quartier des Colettes

Mais Cagnes sur Mer ne s’arrête pas à une simple fête de la châtaigne. Cagnes sur Mer est le royaume des plus grands maitres. En bord de Mer, dans les pins ou les oliviers, sur les placettes du village ou au détour d’une ruelle escarpée, les plus grands peintres ont posé leurs chevalets.
Monet, Renoir, Picasso, Chagall, Bonnard, Matisse, Duty, Cocteau, Rodin, Modigliani, Fragonard … tous ont été séduits par les paysages azuréens dont ils ont capté la magie sur leurs toiles. Aucun autre pays au monde ne peut se vanter d’un tel engouement. La beauté des paysages, la douceur du climat, la sensualité orientale qui se degage de la végètation .... tous ces atouts propres à la cote d'azur ne pouvaient laisser les artistes indifferents.
Orangers et citroniers avec de beaux fruits à la villa Renoir au mois de Novembre

Notamment , il est indispensable de découvrir le domaine des collettes, ce havre de paix et de verdure aux oliviers séculaires qui sut séduire Renoir au point de lui faire construire sa première maison, lui l’eternel nomade, l’incorrigible voyageur qui dira plus tard c’est le plus bel endroit du monde.
La cagne - la riviere qui donne son nom au village

De jeunes cagnoises lui serviront de modèles : Renoir les peindra avec des corps pleins, sensuels, et des visages éclatants de lumière. C’est à Cagnes sur Mer que Renoir abordera pour la première fois la monumentale venus Vitrix et le buste d’Aline qu’il sculptera lui même. A l'interieur de la villa, on peut contempler onze tableaux du maitres.
A la nuit tombé ! une vue à partir de la villa Renoir sur la baie des anges

C’est dans ce cadre champêtre que Renoir passa les onze dernières années de sa vie, attentif à la beauté de la nature l’entourant, inspiré par des choses simples : fruits, legumes, roses, bouquets de fleurs, feuillage des oliviers et beautés féminines que l’on retrouve dans des tableaux comme : »les cariatides », «  les grandes baigneuses », »Nu assis ou » le portrait de Mme Stephen Pichon ». Cagnes sur Mer ce sont de multiples richesses dans cette cote d’azur éternelle et magique face à la baie des Anges …


Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 07:10

C’est en se pressant d’aller étendre son linge que Catherine Segurane (en niçois Catarina Segurana) aperçut l’immense armée Française, conduite par le duc d’Enghien qui traversait le fleuve Var pour aller rejoindre les troupes turques de Soliman le Magnifique et du monstrueux barbare, Barberousse son allié. Un matin de juillet l’apparition des galères turques devant Nice raviva l’inquiétude des Niçois à la vue de ces trois cents vaisseaux que le mistral poussait vers le rivage. L’armée Française et turque était impressionnante. Barberousse  avait déjà débarqué des soldats sur la plage, pillant, saccageant et massacrant hommes, femmes et enfants sous couvert du Duc D’Enghien pourtant conscient de la sinistre réputation du barbare. 

Le duc de Savoie en apprenant ces terribles nouvelles voulut s’assurer qu’il était en mesure d’opposer une vigoureuse résistance, mais le Duc connaissait le courage, la fidélité et les énormes sacrifices des Niçois pour la maison de Savoie. Ils pouvaient compter sur eux. Dans la soirée toutes les églises de la ville sonnèrent le tocsin. Mais tout d’un coup les canons retentissaient avec une sonorité de tonnerre. Un grand nombre de boulets tombaient sur la ville et écrasaient les toits. Cette nuit la du 14 Aout 1543, de violents tirs d’artilleries eurent lieu entre les Franco-Turcs et la garnison du château qui riposta avec vivacité et une force inimaginable.

 A ce moment la Catherine choisit de monter aux remparts. Le combat faisait rage, c’était l’enfer, la tour sincaire s’écroula dans un fracas que l’on entendit au delà du var le fleuve , les eaux du paillon quand à elles devenaient rouge du sang des combattants .
































Le 15 Aout 1543 au matin, ce fut l’assaut suprême. 120 galères turques sortirent de la rade de Vilafranca (Villefranche) et ouvrirent le feu. Les batteries Françaises qui avaient tant pilonné la veille, accentuèrent leurs tirs. Ensuite ce furent les Franco-Turcs qui se lancèrent à l’assaut des murailles. Ce jour la, chaque citoyen devint un soldat. Catherine prit son battoir de lavandière, embrassa ses parents, retroussa ses jupes, passa devant sainte reparate et esquissa un signe de croix et hurla :
Camarades lavandières ! Bugadieres du paillon, c’est moi Catherine Segurane qui vous parle et vous en prie ; Femmes de Nice ! Lavandières courageuses, toutes aux remparts pour aider nos hommes. Ecoutez  bien les filles ! Les Turcs et les Français sont presque arrivés en haut de leurs échelles. Dans quelques instants Nice sera prise.

 


























Niçois et Savoyards qui un instant faiblirent réussirent à repousser une fois de plus les assaillants grâce à cette aide inespéré.
Mais la situation de Nice semblait désespérée face à un adversaire 100 fois supérieur en nombre et en armement. Les galères de l’amiral Français entretenait un ouragan de fer et de feu, tandis que de cimiez et du mont boron toutes les pièces d’artilleries tiraient sans interruption. Le château leur tenait tête à l’une des plus grande armée d’Europe.

Les joues en feu, le front en sueur, les yeux qui lançaient des éclairs, Catherine colmatait la brèche de la tour sincaire. Hélas pour une brèche colmatée, il y en a deux qui s’ouvrent. Et pour un Franco-Turcs mort, dix surgissent du vide ……
Les défenseurs sont épuisés, les soldats de métier luttent jusqu'à la mort. Nice est au bord du chaos !
Un enseignes turc, portant cotte mailles, la tête ceinte de son turban parvint à se cramponner aux montants d’une échelle poignards entre les dents et son grand étendard surmontée d’une boule d’or avec croissant turc.



















Catherine Segurane sentit ses jambes se glacer jusqu’aux genoux mais la rage lui brula le visage. Prompte comme l’éclair, Catherine se jeta sur lui et le frappa violement avec son battoir et s’empara du grand étendard du prophète, le drapeau sacré marqué du croissant de l’islam. Elle se mit à hurler : Vitoria ! Vitoria ! Victoire ! Victoire ! Alors, retroussant ses jupons se mit à dévoiler son postérieur. A cette vue les Turcs entrainèrent dans leurs chutes et dans leur déroute les Français qui se mirent à fuir.































Le livre de Françoise Scoffier d'ou sont prises mes sources pour cet article !

 Les cloches se remirent à sonner, tandis que dans la plus haute tour du château, l’étendard du prophète passait de mains en mains. Les combattants pour la liberté venaient de repousser l’armée qui semait la terreur partout en Europe. C’est ainsi que Nice dut au courage et à la ténacité d’une jeune lavandière, d’échapper au plus grand danger qu’elle eut jamais couru.






















Mais le 23 Aout, les français du duc d’Enghien vexés reprirent les hostilités. Les Niçois remontèrent sur les palissades et à toutes sommations ennemies, ils répondaient :
Nous, Nissarts, tant que nous vivrons, sommes déterminés à mourir les armes à la main pour la sauvegarde de la ville. Nous, Niçois, ne capitulerons jamais devant l'armée de François 1er  ! Catherine pris la parole à nouveau. Ecoutez, mes amis. Un terrible combat doit s’engager aujourd’hui. Vous tous qui guerroyez avec moi, me croyez invulnérable depuis ma victoire au bastion sincère (lou bastioun de cincaire) . Il faut abandonner cette croyance. Je suis sure de vaincre mais avec vous à mes cotés. Puis elle se retourna : Soldats ! Chacun à son poste ! Le siège de Nice continua à nouveau mais le 7 septembre 1543, la chance ou plus exactement le vent tourna en faveur des Niçois.

Les renforts du piémont arrivaient et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, on apprit que Charles Quint et son allié Charles III de Savoie s’approchaient de Nice à la tête d’une armée de secours. Le 8 septembre les Franco Turcs détalèrent comme des lapins. L’armée des Tyrans donnait un triste spectacle d’elle même après avoir pillé et massacré la population, ils partirent dans la plus grande honte. Soliman le Magnifique et Barberousse connurent la plus grande défaite de leur histoire. Francois 1er quand à lui avait affamé son peuple avec ses guerres incéssantes et couteuses.

Le lendemain Catherine très émue se présenta devant Charles de Savoie. Elle venait de devenir la plus grande héroïne Niçoise de tous les temps. Comme pour Fort Alamo au Texas, les combattants Niçois pour la liberté venaient d’écrire l’une des plus belles pages d’histoire de ce monde.
O Catarina, tu représentes pour nous l’héroïsme de ce peuple de Nice, Nice bafouée, Nice massacrée,  Nice envahie, Nice pillée au cours des âges, mais Nice toujours renaissante grâce à la vaillance de ses enfants, fiers de leur ville, fiers de leur Comté et fiers d’estre Nissarts !
La Dona Machada (en Niçois) La femme mal faite qui se traduit par garçon manqué à l'epoque

Catarina, seras toujou lou sìmbolou dóu courage e l’image de la voulountà de vinche, quoura lu "tiéu" soun en lou dangié, lou poudé de magnetisà, d’afoucà lu tihoun en la
mauparàda. Noun soun li coulou, noun soun li fourma que pouòdon definì la bèutà…
La Beutà… es lou "plen d’estre". Es per acò, Catarina, que lu Nissart an toujou, embarbat en lou couòr, lou pantai que li as laissat. Ahì ! lu Nissart, lu Seguran…


Catherine tu seras toujours le symbole du courage et l’image de la volonté de vaincre, quand les "tiens" sont en danger, le pouvoir de magnétiser, d’enflammer les tisons dans les "mauvaises passes". Ni les couleurs, ni les formes peuvent définir la beauté… La Beauté… c’est la "plénitude d’être".
C’est pour cela Catherine, que les Niçois ont toujours dans le coeur le rêve que tu leur a laissé. Oui ! les Niçois, les Seguran…
La Nissarda (hymne Niçois)

Sien fiu dau roc che l'unda bressa. Sutta d'un siel tugiur seren; sien fiu dau baus, d'unt mai non cessa l'aspra ciavana au dur refren. Dau nostre beu canton de terra, entra li montagna e la mar, conserven l'antica frontiera, L'Esteron, la Roja e lu Var.
Tra lu millenari d'istoria , a traves tant d'aversita. Non cuntan che de giur de gloria, de lucha per la liberta.
Amor sacrat , amor de Nissa, Se turna mai de l'ennemie, La fuola manega si drissa, Arma lu bras per lu castic ! Ch'ora vendra de n'en defendre cuontra dai vile maufatan, se beson n'es, li nobli sendre; dai nuostre muorte s'ausseran !

 

Nous sommes fils du roc que l'onde berce. Sous un ciel toujours serein, nous sommes fils des falaises ou jamais ne cesse l'apre tempete au dur refrain.
De notre beau morceau de terre entre les montagnes et la mer , conservons l'antique frontiere , l'esteron, la roya et le var.
A travers des millenaires d'histoire. au milieu de tant d'adversité , nous ne comptons que des jours de gloire , de lutte pour la liberté.
Amour sacré, amour de Nice, si la folle troupe de l'ennemie, a nouveau se dresse, Arme nos bras pour le chatiment ! Quand viendra le temps de se defendre contre de vils malfaiteurs. Si besoin est, les nobles cendres de nos morts se léveront !


Méfi sieu Nissart , degun m'esquissa ahura basta  capi !
Nissa es Francèsa couma iéu sieu tartarou
(Giuseppe Garibaldi)
Nicæa civitas fidelissima, devise de la ville de Nice, « La très fidèle (à la Maison de Savoie) cité de la victoire »
Les Grecs Phocéens s'établissent  en 540 AV JC et fondent "Nikaia". (Nikaia signifiant, en Grec, "celle par qui est arrivée la victoire").

BONNE FETE A TOUTES LES  DU BLOG

Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 17:39

La maison que l'on voit avec la tour en pierre est la mienne.

A proximité de mon habitation et à environ 300 mètres au trot d'un cheval se trouve un ranch tenu par une famille Grassoise (Grosso) ou nos grands parents respectifs étaient déjà ensemble à l’école. L’écurie des Bastides est un tout petit club, tout juste 18 chevaux appartenant à des propriétaires individuels qui se retrouvent 2 à 3 fois par semaine et qui sont « coacher » par Vincent pour l’apprentissage de l’équitation. Nathalie et Florence quand à elles s’occupent de la gestion des "box" et de l’entretien des chevaux. Tout cela est familial et à la bonne franquette comme on dit…
le chemin entre les oliviers pour aller au ranch

Plus loin à environ un kilomètre et demi au galot d'un cheval cette fois ci, se trouve un second ranch « l’éperon » plus important avec un centre hippique juxtaposant l’un des plus beaux Golf de la cote d’azur: le Golf de Saint Donat. Ici ce sont 900 membres et plus d’une centaine de chevaux sur un domaine de 7 hectares qui est le terrain des passionnés d’équitation de tout ce joli monde la plupart du temps féminin.
 C'est un plaisir de voir ces dames s'occuper du bien etre de l'animal , de faire le pansage traditionnel ,c'est à dire de le brossé et de curés ses sabots tous les jours  ensuite de passer  l'étrille puis de démêler la crinière avec le bouchon. Ah oui ! c'est tout un travail remarquable  que celui de palefrenier d'un cheval.

La féminisation du monde équestre est telle qu'aujourd'hui deux cavaliers sur trois sont... des cavalières. La femme est donc l'avenir du cheval.

 





















Elena sur son cheval et  la complicité de Sandrine avec le sien

L'épéron de Grasse est un ranch entre pins maritimes et palmiers, entres chénes et oliviers,  avec un grand manège couvert et un saloon « le paddock » décoré de manière western avec une terrasse donnant sur l’une des carrières de travail. Le paddock fait restaurant et organise de temps en temps des soirées Country. D'ailleurs le vendredi 20 Novembre , il passera le groupe "Sunrise" au saloon.
Le centre hippique est l’un des fleurons du département avec plusieurs titres de champion de France et plusieurs participations aux championnats d’Europe. C’est un régal, le matin de venir prendre son café ici et de lire les nouvelles de son journal favori « Nice Matin » en l’occurence. Sandrine, Julie, Geneviève et Raymonde sont tout aussi sympathiques que le ranch de ma voisine et pour ne pas faire de jalouses, je vais une fois chez l’une et une fois chez les autres ….
Je sais que parmi vous, beaucoup sont amoureux des chevaux et de l’équitation, c’est l’occasion de vous présenter et de vous donner un petit historique schématisé de ce qu’est un ranch, terme qui est souvent attribué aux fermes et  aux domaines de nos amis Américains. La voisine très sympa, m’a donné toutes les informations pour différencier un poney, d’un cheval, me dire quel était le « Connemara » cheval écossais, les purs sangs Arabes ou Anglais, les frisons, le selle Français etc. ….
























Un ranch est une propriété foncière, comprenant bâtiments et terrains, destinée à l’élevage extensif (ranching en anglais) du bétail, comme les bovins ou des ovins pour la viande ou la laine. Les ranchs peuvent être de toute taille, certains disposent de terres arables, irriguées ou non, produisant des récoltes fourragères. On les trouve principalement dans le Sud des Etats-Unis (Texas), dans l'ouest des Etats-Unis (Wyoming, Montana) et au Canada, bien qu'il existe des ranchs dans d'autres domaines. Les personnes qui possèdent ou exploitent une ferme d'élevage sont appelés STOCKGROWERS ou éleveurs. L'élevage en ranch est aussi une méthode utilisée pour élever du bétail moins commun comme le wapiti, le bison américain ou même d'autruche. Ce que fait le Randals bison dans les Causses en France.
L'endroit ideal pour boire son café et lire le journal ( vendredi 30 octobre)

Dans l'ouest des Etats-Unis, de nombreux ranchs sont une combinaison de propriétés privées complétées par des baux de pâturage sur des terres sous le contrôle du Bureau fédéral de l'aménagement du territoire.
Si le ranch comprend des terres arables ou irriguées, le ranch peut également s'engager dans une quantité limitée de cultures et de récoltes pour nourrir les animaux, tels que le foin et les céréales fourragères.
























Ces dernières années dans un soucie de rentabilité et avec les difficultés de la crise, quelques fonctionnalités de « ranch de tourisme » comme des promenades à cheval, conduire le bétail, des chasses guidées et des gites équestres, dans une tentative d'apporter des revenus supplémentaires se sont développés aux états Unis comme nous avons pu le voir lors de notre circuit sur la route 66 en Septembre 2008 avec par exemple le « Flying Ranch » auquel son propriétaire nous avait si aimablement fait visiter.
le manege couvert du centre equestre de Grasse

 L'élevage en ranch fait partie de l'iconographie du "Wild West" comme on le voit dans les films occidentaux et les rodéos. Mais les origines du « Ranching » ne viennent pas d’Amérique du Nord, mais bel et bien d’Espagne, notamment de Castille et de l’extrême Andalousie avec la noblesse locale qui en tirera une source de revenu avec l’élevage sur les nombreux pâturages acquis et donné par la couronne.
Lorsque les conquistadores sont arrivés en Amérique du nord au 16ème siècle, ils ont apporté leur bétail et les techniques d’élevage avec eux. Les ranches étaient des haciendas sur le territoire mexicain.
























En France, la Manade camarguaise pourrait faire la comparaison avec le ranch Américain. La manade, c’est le troupeau de chevaux ou de taureaux sauvages, en plein air. Ce terme désigne aussi un ensemble : les gardians, le manadier et sa famille, les pâturages, la propriété. Sur la cote d’azur, les ranches font parti depuis toujours du décor local. Qu’il soit Alpin comme nous pouvons en voir dans l’arrière pays Niçois ou bien en bord de mer, les chevaux ont toujours été des habitants privilégiés du sud de la France. De plus en plus, nous pouvons constater que des élevages d’Autruches ou de bisons se sont installés dans la région. Le domaine du Haut Thorenc par exemple.
 


Deux des plus grands ranchs du monde sont :

King Ranch au Texas, comprenant un élevage de chevaux et bétail sur plus de 3.000 km².
Dadanawa Ranch en Guyana, comprenant un élevage de chevaux sur 4.500 km²
En Argentine, les ranchs sont désignés sous le terme d’Estancia et fonctionnent sur un mode de production extensive.
En Australie, ranch se dit Station, de bétail ou de moutons. On les trouve principalement dans la région des Rangelands, où ils étaient autrefois administrés par baux pastoraux délivrés par le gouvernement.
























Constitutif de la légende du Far West, le ranch a servi au cinéma de décor à de nombreux westerns. Mais celui qui reste parmi les plus célèbres est celui de Southfork, popularisé par la série Dallas. Lors de l’un de mes voyages aux états unis, j’avais visité ce magnifique domaine qui se trouve à proximité de la ville de Fort Worth au Texas. Si Dallas ne présente pas un très grand intérêt touristique mis à part de descendre l’avenue ou Kennedy se fit assassiner, le centre historique de Fort Worth et son vieux quartier appelé « stockyards » est le reflet de cette époque western et de celle de l’élevage.
Compétitions et saut d'obstacles à Grasse

Les abattoirs de Fort Worth sont tout à fait représentatifs de l’histoire de l'industrie du bétail au Texas. J’en avais profité pour passer une soirée au Billy Bob’s, le plus grand saloon du monde. Avec 127,000 pieds carrés d'espace, ce qui représente près de 3 hectares à l'intérieur du saloon et 20 hectares de parking, cet endroit est gigantesque et il faut y être allé pour se rendre compte de l’immensité de ce Bar/pub. Il y a même une arène pour le rodéo à l’intérieur, billards, machine à sous et plusieurs bars avec un groupe country pour chaque. Il peut y avoir un samedi soir avec presque 10000 danseurs.
Les plus grands artistes américains ont joué dans ce saloon : Willie Nelson, Bob Hope, BB King, James Brown, Men At Work,  le Styx, ZZ Top, Marvin Gaye, Tina Turner, Pat Benatar, Ted Nugent, Hank Williams, Garth Brooks, Ringo Starr, Peter Frampton, Johnny Cash etc etc ….impressionnant.
























On aperçoit encore ma maison entre les arbres.

Bon ! Maintenant , je retourne à la maison par les chemins de randonnées qui ménent à ma bastide. Les nouvelles sur le Nice Matin sont bonnes le café l'etait aussi , le soleil est au RDV et demain je vais au salon du champignon au parc Phoenix de Nice. Avant que la nuit tombe , j'ai quelques olives a ramassé et ensuite à salé ...  dur dur la retraite ! Surtout que Sandrine et pistache (son rat) me dit de venir la voir en compét dimanche..... C'est génial d'habiter à 2 pas de la mer , à deux pas de la montagne et d'etre en campagne !

Enfin, pour terminer cet article je citerai IOWA GIRL qui est une correspondante Américaine, propriétaire terrienne, qui possède un joli site tout en faisant  découvrir l'état de l' Iowa.


DIAPORAMA DE LA JOURNEE AU RANCH


Partager cet article
Repost0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS

Articles Récents