Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 16:52

octobre-2014-6040.JPG Le Bouddhisme, une vraie religion de paix

Le château d'Agecroft a été construit en 1918 sur des terrains achetés en 1914 par Harry Leland de Lengley.  En 1920 il a été dénommé domaine d’ Agecroft en souvenir d'une propriété que le grand-père de Mr. de Lengley possédait en Écosse.

octobre-2014-6045.JPGLe sable rouge de l'Esterel

Ce domaine qui avait à cette époque une superficie de 171 hectares (dont 14 hectares boisés et 4 hectares de jardins méditerranéens) domine la baie de Cannes et celle de Théoule La Napoule. Le panorama y est grandiose. Il représente un site exceptionnel face aux îles de Lérins, l’un des plus beaux au monde.

octobre-2014-6183.JPGoctobre-2014-6202.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 5 mai 1947 le domaine est acheté pour le compte des Houillères du Nord et Pas de Calais par Mr. Léon Delfosse, Directeur Général Adjoint. Au fil des années à une époque où le charbon joue un rôle primordial dans la politique énergétique de notre pays, le domaine connaît des transformations importantes qui permettront aux mineurs et à leurs familles de passer des vacances bien méritées, dans un site superbe.

octobre-2014-6199.JPGNeige sur les montagnes niçoises. La majestueuse chaine des Grands 3000


En 1994. La CCAS acquiert une partie du domaine (11 hectares) comprenant le Château et les bâtiments. Dès 1995, 283 lits sont mis à la disposition des gaziers et électriciens; la capacité sera augmenté en 1999 à 550 lits. Cette acquisition permit de renforcer le patrimoine et de disposer de places supplémentaires. Ce magnifique domaine, resta ainsi dans le bien collectif des travailleurs de notre pays. Quel symbole !

octobre-2014-6213.JPGChaque bateau commence par les lettres NI pour la Prudhommie de Nice

 

De 1998 à 1999. transformation du domaine. La CCAS et le CRE de la RATP, décident la construction de 60 gîtes, d'une salle de spectacle et d’activités. La plage est à 300 mètres accessible par des escaliers.

octobre-2014-6215.JPGLa mer et ma montagne, un site exceptionnel

 

Tous les habitants des corons connaissait ce nom : La Napoule, Théoule synonyme de « vacances sociales. Le centre de congés de La Napoule appelé également  » Château des Mineurs  » est ouvert aux ouvriers et employés des Mines et à leur famille pour un séjour de deux semaines.

octobre-2014-6222.JPGIl y avait tant de demandes qu’un tirage au sort était effectué chaque année. Quelle fierté dans les maisons quand on apprenait que c’était son tour. Il faut dire que le site est d'une immense beauté, l'un des plus beaux panorama qui soit offert.

octobre-2014-6224.JPGDés 1950, 9600 personnes purent  en profiter  contre 2800 en 1948, première année complète de fonctionnement du Centre. La capacité d’hébergement de Theoule la Napoule était de 500 à 600 personnes, soit un rythme de plus de 10 000 vacanciers à l’année.

octobre-2014-6228.JPGPendant presque 40 ans, Le château a permis à quelques dizaines de milliers de familles de mineurs de découvrir des horizons et une région totalement différents des leurs, mais aussi d’apprendre à vivre pleinement la période des congés. C’était le soleil, le dépaysement, un autre climat mais aussi le voyage ! Le paradis…. Le fait d’être servi à table a marqué les esprits. Les familles étaient servies comme des riches et comme ils n’allaient pas au restaurant c’était vraiment quelque chose de sensationnel.

octobre-2014-6239.JPGLe chateau de la Napoule et dérriere les montagnes grassoises

« Le Château des mineurs » est une grande bâtisse aux pierres rouges, aux murs crénelés, encadrée par deux tours carrées. Des cheminées monumentales et de très grandes portes en fer forgé venant d’Egypte décorent l’intérieur. La salle des fêtes, construite en 1956, disposait de 500 places; elle était insonorisée et climatisée.

octobre-2014-6241.JPGLe chateau d'Agecroft

Des soirées de variétés, des concours de chants, des bals, des séances de cinéma, etc…, y étaient organisés. La vue sur la baie de La Napoule depuis le Château est somptueuse. Pendant une quarantaine d’années, les mineurs prirent un train spécial de la SNCF à Douai.

octobre-2014-6266.JPGTrès vite, dans la joie de partir en vacances, les relations étaient établies d’un compartiment à l’autre. En gare de Mandelieu, des groupes d’amis étaient déjà constitués. A partir de janvier 1977, le transport pour La Napoule fut assuré par avion au départ de Lille-Lesquin.

octobre-2014-6259.JPGUn samedi sur deux, entre 800 et 1000 voyageurs empruntaient toutes les deux semaines les Mercure ou Airbus d’Air Inter entre Lesquin et Nice. En 1994 Charbonnages de France vend le château au CCAS. Le château n’est plus celui des mineurs mais ouvert au public tout en perpétuant la tradition du tourisme social.

octobre-2014-6269.JPGOn peut ajouter que de nombreux couples de mineurs, amoureux ou nostalgiques de la région, ont pris leur retraite à La Napoule et s’y sont installés. Il doit être surprenant que dans ce petit coin du midi entendre tout à coup : »Cha va, minloute ? « Aujourd’hui Theoule et La Napoule sont les deux plus importants villages de la Cote d’Azur d’origine Ch’tis.

octobre-2014-6271.JPG

A quelques centaines de mètres du château des mineurs se trouve le Château de Theoule sur le port du même nom. A l'origine, le château était une savonnerie construite en 1630. Elle était alimentée par les oliveraies de la région et la soude nécessaire à la fabrication du savon venait d’Egypte.

octobre-2014-6283.JPGHarley Davidson devant le chateau des mineurs

 

Le reste du bâtiment d'origine les fondations et les caves voutées date du XVIe siécle. Le château fut reconstruit à la fin du XIXème siècle et transformé plusieurs fois avant de prendre sa forme définitive vers 1905. Théoule-sur-Mer est la derniere commune de la Cote d’Azur historique, ensuite on passe sur la Cote Varoise. Elle est située à une dizaine de kilomètres de Cannes et à 40 kilomètres de Nice. Elle est également à quelques milles nautiques des Îles de Lérins (Sainte-Marguerite et Saint-Honorat).

octobre-2014-6188.JPGl'archipel de Lerins dans la baie de Cannes et de Napoule

 

Et si, on continue à se promener un peu plus loin par le chemin des douaniers, on arrive à un troisieme chateau. Mais, celui ci , je vous en ai dèja parlé...

octobre-2014-6235.JPG

      Le chateau de Theoule

                                     DIAPORAMA DE THEOULE



 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 19:36

PHOTOS-2015-8170.JPGConfrérie des Rabassiers du Rouret

 

Comme chaque année en janvier, c'est à Grasse que le syndicat des trufficulteurs des Alpes Maritimes organise sa grande fête de la truffe qui se déroule le samedi 10 janvier 2015 chez Jacques Chibois à la Bastide Saint Antoine de Grasse, un restaurant étoilé bien connu de votre serviteur.

PHOTOS-2015-8156.JPGPHOTOS-2015-8161.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La trufficulture progresse dans les Alpes Maritimes grâce au soutien du Conseil Général pour la plantation d’arbres mycorhizés et la marge de progression de cette culture exigeante et très écologique est encore importante dans notre département. Le marché de la truffe à Grasse est devenu au fil des années une institution.

PHOTOS-2015-8163.JPGLe samedi, la Bastide Saint Antoine ouvre largement ses portes au public proposant, dans ses jardins, un marché du terroir. Les habitués se pressent autour des tables pour savourer le repas composé par le chef Jacques Chibois autour de la truffe. Grasse est capitale du bon gout, de la gastronomie de terroir surtout. Son huile d’olive AOP Nice par exemple est considérée, chaque année à la foire agricole de Paris, comme la meilleure de France.

PHOTOS-2015-8178.JPGPHOTOS-2015-8174.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D’ailleurs la bastide Saint Antoine toute proche du domaine de la Royrie éternel médaillé d'or (la référence suprême) élabore une huile d’olive de grande qualité. La truffe et l’huile d’olive, c’est le couple élégant par excellence !  C’est à partir de janvier que la truffe noire, tuber melanosporum, développe 100% de ses arômes. Il faut donc en profiter !

PHOTOS-2015-8176.JPGLe 19ème marché de la truffe à Grasse est l’occasion de faire un repas gastronomique autour d’un marché de la truffe et des produits agricoles régionaux. L'année s'annonce exceptionnelle, contenu des pluies d'été « La pluie n'a pas fait trop de dégâts ». La production est au rendez-vous. La 19e édition de cette rencontre avec les producteurs de tuber melanosporum se déroule sous les meilleurs auspices.

PHOTOS-2015-8183.JPGComme les années précédentes, tous les lots de truffe à la vente sont vérifiés et une multitude d'animations, démonstrations de chiens truffiers, ateliers culinaires, repas gastronomique, concours de brouillade de truffe, vient ponctuer ces deux journées destinées à s'approprier et comprendre ce diamant noir. La manifestation est placée sous le parrainage de l’artiste Kristian dessinateur humoristique. 

PHOTOS-2015-8309.JPGPHOTOS-2015-8313.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Kristian est un amoureux du pays Grassois où vivent ses grands-parents, il s’y installe en 1976. Son premier dessin paraît en 1980 dans le Dauphiné Libéré. Aujourd’hui, ses dessins d’humour et d’actualité qui ont fait l’objet de plus de multiples publications en France et à l’étranger, sont publiés dans la presse et à la télévision. Il réalise de nombreuses affiches, des dessins publicitaires, de communication et des décors de pièces de théâtre.

PHOTOS-2015-8194.JPGSes œuvres ont été exposées dans divers salons d’humour en France, Allemagne, Belgique, Brésil, Bulgarie, Canada, Espagne, Estonie, Italie, Mexique, au Musée Océanographique de Monaco, au Musée Peynet d’Antibes. Un de ses dessins fait partie du monde permanent du Musée d’Histoire Contemporaine de Paris. Depuis 1996 il séjourne et travaille régulièrement au Japon où il expose chaque année (Tokyo, Yokohama, Fukuoka, Osaka, Nara, Maebashi, Nagoya, Takasaki) et dessine toutes les affiches du théâtre Guy Foissy de Tokyo.

PHOTOS-2015-8221.JPGDes gateaux à la truffe

 

Chaque semaine un de ses dessins paraît dans le Shincho, le plus important hebdomadaire d’information du Japon. Dessinateur officiel du Festival International du Film de Cannes pendant six ans, il a aussi réalisé pendant treize ans une revue de presse pour France 3 Côte d’Azur (la semaine de Kristian) et a collaboré, sur la 5, M6 et TMC, à l’émission Chrono dont il a entre autre créé le générique. Lors de la Coupe du Monde de Football 98, il a conçu pour chaque match des dessins reproduits sur des tee-shirts, étiquettes de bouteilles de vin et cartes téléphoniques.

PHOTOS-2015-8268.JPGPHOTOS-2015-8270.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maitre Chibois pour vous servir

 

Invité à présenter son travail en Colombie en 2008, il y a exposé et donné une conférence. Imagier du Carnaval de Nice depuis 2001, chaque année un ou plusieurs chars sont construits d’après ses dessins. Les projets 2015 : 6 mois d’exposition au musée Peynet, l’exposition annuelle de Tokyo, la collaboration hebdomadaire avec le Shukan-Shincho (10 millions de lecteurs), une exposition à New York et bien sûr la collaboration avec Nice-Matin, Monaco- Hebdo, l’Aéroport Nice côte d’azur et le Carnaval de Nice. 

PHOTOS-2015-8231.JPG Brouillade de truffe

 

La truffe a toujours été présente dans les Alpes Maritimes, en plus grande quantité qu’a l’heure actuelle, puisque l’on comptait une production de plus de 10 tonnes par an au début du XXe siècle. Et pourtant, la truffe n’était guère appréciée au début du siècle dernier. On la servait bouillie avec les pommes de terre, quand on ne la donnait pas aux cochons.

PHOTOS-2015-8281.JPGPHOTOS-2015-8289.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis, la guerre de 1914-1918 entraina une rupture dans les traditions agricoles, et les lieux secrets de récolte se perdirent. Enfin, la truffe est particulièrement sensible à la déprise agricole: ce champignon souterrain est le reflet d’un territoire paysan structuré en terrasses de cultures, aujourd’hui en grande partie délaissées.

PHOTOS-2015-8255.JPGLa truffe, si souvent mystérieuse, cachée, comme souvent par les trufficulteurs eux-mêmes, s’ouvre au grand public. C’est une démarche nouvelle et prometteuse d’un bel avenir pour son développement. La truffe fait souvent rêver. L’imaginaire nous invite à une promesse de régal, mais la truffe aujourd’hui, c’est avant tout « la trufficulture », avec des hommes et des femmes qui y travaillent.

PHOTOS-2015-8356.JPGPHOTOS-2015-8366.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'affiche de Wolinski sur le salon de la truffe à Grasse

 

La trufficulture est aujourd’hui une activité agricole. La région Provençale est la plus importante région trufficole de France, avec: 51% de la production nationale. Près de 3000 producteurs, 7650 hectares de plantations. Cette saison passée, 27,5 tonnes de produits commercialisés. Un produit de l’ensemble de la filière de 51,3 millions d’euros.

PHOTOS-2015-8344.JPG

La filière trufficole de notre région représente 1027 emplois à temps plein. C’est aussi un emploi créé chaque nouveaux 6.7 hectares de plantés. C’est près de 300 hectare de nouvelles plantations chaque année. C’est dans ce contexte que s’insère les Alpes-Maritimes. Même si nous sommes aujourd’hui un département modeste en termes de trufficulture par rapport au Var ou au Vaucluse, il n’en demeure pas moins que nous avons un fort potentiel de développement.

PHOTOS-2015-8335.JPG A Grasse au mois de Janvier les Roses sont toujours splendides

 

Si aujourd’hui, nous avons près de 350 hectares de truffières plantées, notre potentiel peut atteindre sans difficulté les 1000 hectares et nous maintiendrons la France en tête des producteurs mondiaux de truffe et rester la référence en production de tuber melanosporum (47 % de la production européenne).

PHOTOS-2015-8352.JPGLa Bastide Saint Antoine lieu d'excellence 7étoiles cumulées hotel+ restaurant

 

La demande mondiale est grandissante; des pays s’ouvrent à la production et à la consommation de tuber melanosporum en plus des pays déjà fortement développés: Chine, Nouvelle Zélande, Australie, Chili, Argentine….. Nos territoires ont besoin de l’image de la truffe pour se développer, culturellement, touristiquement. Le tourisme d’hiver, c’est aussi la truffe.

PHOTOS-2015-8422.JPGPHOTOS-2015-8432.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  La nature à Grasse ne s 'arrete pas au mois de janvier.  

 

Déjà quatre territoires de notre région ont constitué autour de la truffe des groupements d’actions locales pour utiliser l’image de la truffe pour développer le tourisme d’hiver. La réflexion sur le développement du tourisme d’affaires a conduit à la création d’une marque « La Provence de la Truffe » que bénéficie les Alpes-Maritimes, en particulier aux communes qui se sont impliquées dans notre action, principalement Grasse et le Rouret; cette dernière étant, pour les producteurs, le centre de la trufficulture des Alpes-Maritimes.

PHOTOS-2015-8388.JPGLe séquençage du génome de tuber melanosporum permet aujourd’hui de mieux appréhender les techniques de production en respectant la démarche biologique de cette production. En région PACA et en particulier dans les AM, la profession a démontré sa capacité à s’organiser. Nous pouvons encore faire plus pour développer la trufficulture qui est un métier très spécialisé. Il faut pour cela concentrer nos efforts et soutenir le Syndicat des producteurs de truffes des Alpes-Maritimes.

PHOTOS-2015-8403.JPGPHOTOS-2015-8412.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Provence de la Truffe; cette marque gérée sérieusement peut être un atout supplémentaire pour aider non seulement nos territoires économiquement mais aussi l’ensemble de la profession. Pour terminer, je vais simplement vous dire que je n’ai pas pris que des photos dans ce salon, je me suis aussi régalé de bons plats de la belle ténébreuse, impératrice souterraine…. Miss Truffette est une coquine !

PHOTOS-2015-8382.JPG

 

Pas d'inquietude, votre serviteur aura sa coupe et ses verrines....

 

                      DIAPORAMA DU MARCHE AUX TRUFFES




 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 07:28

octobre-2014-5312.JPG

La meilleure huile d’olive de France l'AOC AOP olive de Nice (appellation d’origine protegé) comparable à la légendaire Taggiasca Ligure risque de disparaitre. Après le charençon rouge, dévoreur de palmiers, les puces qui s'attaquent aux potagers, les récoltes d'olives sont menacées par une mouche. Les producteurs des Alpes-Maritimes affirment qu'elles sont arrivées par millions.

octobre-2014-5537.JPGoctobre-2014-5372.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La bactrocera oléae a menacé, pendant la période estivale, les millions d'oliviers du sud de la France. Cette  mouche minuscule pond des œufs dans la chair de l'olive avec une trace caractéristique. Peu de temps après, un ver ronge le fruit. La récolte qui débute depuis le courant du mois d'octobre est catastrophique pour l'oléiculture des Alpes-Maritimes. Mais c'est aussi la faute à des facteurs naturels hors normes et à une chambre de l'agriculture apathique.

octobre-2014-5322.JPGL'olive est sous pression. « L'or vert » de la Cote d'Azur connaît une année catastrophique dans notre région. L'Espagne avait ouvert le bal avec une sécheresse historique. L'Italie, et la région des Pouilles, a emboîté le pas avec une bactérie mortelle pour les oliviers, laxylella fastidiosa, qui oblige à brûler et arracher tous les arbres. Cette bactérie extrêmement nocive menace d'ailleurs la Corse. Là-bas, les oléiculteurs craignent qu'elle n'atteigne l'île de Beauté et n'extermine tout sur son passage.

octobre-2014-5342.JPGCar la xylella fastidiosa s'en prend également aux arbres fruitiers. Dans les Alpes-Maritimes, la situation est alarmante, voire catastrophique par endroits. Mais pour d'autres raisons. Trois fléaux successifs viennent de s'abattre cette année sur nos plantations d'olivier. La chute physiologique (essentiellement dans les Alpes-Maritimes), puis la mouche de l'olivier, et enfin la dalmaticose.

octobre-2014-5383.JPGLe moulin Alziari au coeur de la ville de Nice, une institution.

 

Certains producteurs ont perdu 100 % de la récolte (C'est le cas de votre serviteur et de ses 40 oliviers). En moyenne, c'est 70 % de la production des Alpes-Maritimes qui est perdue à cause de ces trois facteurs. » C'est plus qu'une catastrophe pour l'olive de Nice, en AOC, qui est la référence de la qualité.

octobre-2014-5540.JPGCes trois phénomènes conjugués auront un impact économique énorme pour les professionnels ». Aujourd'hui, il ne s'agit plus de savoir comment sera la prochaine production en 2015, mais carrément de savoir comment sauver nos oliviers. La chambre d'agriculture des Alpes Maritimes après avoir été insouciante sur le désastre (elle pensait que le sol argileux ne nicherait aucune bactérie) se rapproche de la chambre italienne pour rechercher une solution à ce fléau. Comme toujours, il vaut mieux prendre conseil auprès des oléiculteurs du terrain que ces grattes papiers des bureaux.

octobre-2014-5541.JPGDans l'urgence les propriétaires d'oliviers doivent non seulement traiter à la bouillie bordelaise l'arbre, mais surtout, remué la terre avec un motoculteur autour de l'olivier en profondeur pour faire remonter les olives et son vers infecté par la mouche et traité au pied de l'arbre, sinon celui ci remontera pour la saison prochaine... On se prend même à souhaiter de la neige et une petite période de gel d'une semaine pour peut-être tuer la vermine....

octobre-2014-5335.JPG

Pendant ces portes ouvertes, je me suis rendu au moulin Alziari au cœur de Nice pour voir son moulin qui n’a cessé de travailler depuis 1868 et celui d’Opio à Grasse qui existe depuis 1848 et qui est le second plus grand moulin de France. J’en ai également profité pour déguster saussoun, tapenade, anchoïade, brissauda et le cacho conclu par un bon verre de bellet.

octobre-2014-5426.JPGPassons à des choses plus réjouissantes ! Après avoir voyagé et vu les coutumes des Toraja en Indonésie, les mariages et défilés de novices birmans et indous, les fêtes des rameaux à Bali, on peut dire qu’il n’est pas urgent d’aller voir très loin des coutumes ethnologiques. La tribu des niçois a codifié diverses fêtes traditionnelles dignes de celles des Swatis d’Afrique du Sud.

octobre-2014-5453.JPGL'orgue de l'Escarene


 A Nice deux évènements sont issus de traditions locales dont celle de la fête des cougourdons qui est désormais regroupée dans les jardins de Cimiez. Les vieux ont connu l’accrochage de ces cucurbitacées sous lesquels la population dansait tous les soirs. Un orchestre offrait la possibilité aux jeunes de se rencontrer et de danser, sans avoir à recourir aux sites dits de convivialité.

octobre-2014-5491.JPGoctobre-2014-5462.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le nom du festin des cougourdons  lui vient du marché qui s’établit à cette occasion sur la place devant le Monastère. Ce marché proposait aux pèlerins des "cougourdons", c’est à dire des cucurbitacées non comestibles, de formes curieuses et de tailles diverses, séchées durant l’hiver puis vidées de leur chair et de leurs graines. Ces cougourdons devenaient alors des récipients tous usages appréciés des Niçois dans la vie quotidienne: louches, gourdes, mesures, etc...

octobre-2014-5501.JPGLes cougourdons dans le moulin de l'Escarene.


 Les stands permettent de voir comment la courge séchée devient un objet décoratif. En ce jour de fête des enfants apprennent à décorer les courges. Leurs formes bizarres, ont encouragé leur décoration, de plus en plus raffinée, par gravure ou peinture. De même, leurs qualités de résonance, aménagées par diverses techniques de sculpture et d’harmonisation les ont fait utiliser comme des instruments à vent ou à percussion par des orchestres improvisés.

octobre-2014-5504.JPGoctobre-2014-5507.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces orchestres étaient dénommés "la vespa" (l’abeille), car le son d’ensemble s’apparente facilement à un bourdonnement grave. Le festin des Cougourdons était aussi l’occasion de rendre publics les griefs que les couples, ayant vécu, reclus au foyer, la longue cohabitation de l’hiver, voulaient vider. Il porte donc encore le surnom de festin des Reproches.

octobre-2014-5519.JPGUne fois ces griefs exposés, sans violence autre que verbale, devant tout le monde, le public invitait le couple à la réconciliation, les différends étant purgés, à l’occasion des festins des Mais. Les cougourdons font l’objet d’achats et gagnent les maisons de la ville où ils concurrencent de plus en plus les rameaux. Les maisons les installent avec d’autres cucurbitacées achetées à l’automne sur des autels de telle manière que les habitants sont surveillés. Ils doivent éviter d’employer un langage grossier pour éviter de devoir annoncer leur inconduite le jour des Reproches de l’année suivante.

octobre-2014-5523.JPGoctobre-2014-5525.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certaines familles font brûler de l’encens à côté des cucurbitacées pour chasser les démons. On peut voir une belle collection de ces Cougourdons dans un musée du village de l’Escarene. Une collection unique de 150 cucurbitacées, cédée gracieusement à la commune par Tom Roméo, un passionné de notre région qui se trouve dans ce village de moyenne altitude au dessus de Nice.

octobre-2014-5387.JPGCréche à l'Escarene


 Passionné depuis l'âge de 14 ans par la culture de ces légumes bien connus dans les Alpes Maritimes, il leur a donné une seconde vie. Plutôt fantaisiste et colorée, suivant son humeur et son imagination. Des gros, des petits, des longs et des courts, des ronds et des très fins qui deviennent, sous les doigts de Tom, des personnages, des animaux ou des représentations de notre Comté.

octobre-2014-5396.JPGoctobre-2014-5404.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme je le mentionne dans mon titre, je n'oublie pas les santons qui sont la tradition la plus importante de notre région au moment des fêtes. C'est donc à nouveau dans ce village de l'arrière pays niçois que je retrouve Sylviane (une niçoise qui fait l'une des plus belles crèches de la région) et son expo de crèches et quelques santonniers du coin.

octobre-2014-5402.JPG

Carriera dou pouort    

                           DIAPORAMA DE LA BALADE



Paroles Française de la chanson nissarde Toumba l’ouliva de la page d'accueil:

Brouillard dans la vallée, brouillard en montagne

Dans la campagne, il n’y a plus personne

Adieu, adieu, mon amour

Tombe et se cueille

Et les feuilles tombent de l’arbre

Tombe l’olive et tombe le genêt

Tombe l’olive et la feuille de genêt

Adieu, adieu, mon amour

Tombe et se cueille

L’olive est tombée, de l’arbre les feuilles

L’amour d’hiver comme l’olive tombe

Un peu chaque jour, le souffle s’en est allé

Adieu, adieu, mon amour

Tombe et se cueille

Le feu reprendra avec d’autres feuilles

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 07:25

octobre-2014-6051.JPG

Je retourne de nouveau à Théoule sur mer, cette petite localité qui avait fêté le 70e anniversaire du débarquement et dont j’avais pris quelques photos de la parade navale en mer. Cette fois ci, point de commémoration mais, une visite de l’exposition des crèches organisées par l’office de tourisme et la municipalité théoulienne…

octobre-2014-6054.JPGAvant de devenir une station balnéaire, Théoule s'adonna à la pêche. Elle ne groupait à l'origine qu'une trentaine d’habitations de pécheurs, et on ne pouvait y accéder que par un petit chemin, non carrossable, dit du Trayas. Théoule vit enfin son extension s'accroître avec la réalisation de la route nationale dite de la Corniche d'Or, que l'on doit aux démarches pressantes et efficaces du Président du Touring-Club de France.

octobre-2014-6058.JPGThéoule surgit de la nuit des temps, de la lave en fusion, qui a laissé ces rochers rouges si caractéristiques que l’on retrouve sur les deux châteaux qui dominent la Méditerranée. Le Château du port de Théoule a été transformé au cours des siècles. Il a été édifié sur une ancienne Savonnerie construite au XVIIème dont il reste quelques vestiges dans le sous-sol, et a pris son architecture actuelle au cours des divers agrandissements édifiés depuis le début de ce siècle.

octobre-2014-6060.JPGTheoule sur Mer dans le departement des Alpes Maritimes est la derniere commune qui fait parti de la Cote d'Azur historique, ensuite à partir du Trayas on passe sur la Cote Varoise qui est à son tour suivie par la Cote Bleue. Elle organise depuis une quinzaine d'année un chemin des créches. La crèche et ses santons font partie des éléments incontournables de Noël dans le sud de la France. Dans le Comté de Nice et en Provence, cette tradition est encore bien vivace comme en témoigne l’affluence dans les foires aux santons.

octobre-2014-6078.JPGChaque année le Chemin des crèches prend place dans divers lieux de Théoule et la fête des santons rassemble une douzaine de santonniers… Mais je regrette un peu cette année de ne pas y retrouver un pays invité comme pour les années précédentes avec par exemple le Pérou, la Russie, la République Tchèque et le Portugal.

octobre-2014-6081.JPGLa mairie ayant préféré occuper la grande salle des fêtes pour la consacrer à des animations pour les enfants et à délocaliser les santons dans les salles d’une villa. Pour l’expo aux santons, il s’agit d’un dépôt avec toujours les mêmes noms connus de la region PACA.

octobre-2014-6086.JPG

Des crèches de différentes tailles sont réalisées dans les matériaux les plus nobles comme le bois sculpté ou le fil d’or et d’argent. La tradition du santon se plaît à décrire le petit peuple d'antan, avec ses personnages et ses métiers parfois toujours d’actualité. On retrouve donc les principaux santonniers de la région PACA comme Carbonnel, Escoffier ou la maison Fouque qui fête ses 80 ans d’existence en transmettant cette passion de la terre depuis 4 générations en fabriquant à 100% des santons fait main.

octobre-2014-6098.JPGMais, j’aime bien aussi des réalisation plus originales comme celle de Françoise Massa qui reconstitue des crèches avec les pierres de lauzes de son village de Granile dans la vallée de la Roya Alpes Maritimes (des maisons de village, chapelles, puits, fours à pain, chabots, lavoirs, casouns, crèches, églises, mais aussi des petites maisons aux toits de bois très pentus typique de cette vallées niçoises).

octobre-2014-6113.JPGChaque réalisation est une pièce unique ou il faut 40 à 50 heures de travail pour la réaliser…Exceptionnel ! Il y a aussi la créchante Monique Giraudon qui habite du coté de Vence je crois ? Elle réalise des modelages à la main sans moule. De ce fait chaque pièce est unique et reste dans un style naïf. D’ailleurs les deux artistes Giraudon et Massa collaborent ensemble.

octobre-2014-6116.JPGoctobre-2014-6117.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a aussi ce gars de l’Escarene (village du moyen pays niçois) Monsieur Allavena qui confectionne des décors de crèche à des prix très raisonnables par rapport à ces grands noms de la santonnerie, mais qui sont tout aussi bien réalisés qu'eux. Petit coup de coeur pour l'art de la pierre de Gouin Claude à Lambesc dans les Bouches du Rhone qui réalise lui aussi des décors originaux fait main à des prix moins prohibitifs que les autres.

octobre-2014-6142.JPGC’est en Italie que les premières crèches représentant la nativité apparaissent en 1025 dans l’église Santa Maria Del Presepe pour arriver aux figurines que nous connaissons de nos jours. C’est à partir du XVe siècle avec les premiers sculpteurs de pastori (santons); et parmi eux, les frères Pietro et Giovanni Alemanno qui en 1470 créèrent les sculptures en bois pour la représentation de la Nativité.

octobre-2014-6122.JPGoctobre-2014-6125.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1507, le Lombard Pietro Belverte sculpta à Naples 28 statues. Puis pour l’année 1532, on enregistra des nouveautés et Domenico Impicciati fut probablement le premier à réaliser des statuettes en terre cuite à usage privé. La crèche baroque arrivera au XVIe siècle avec les pères piaristes. Les pastori furent remplacées par des mannequins articulés de bois revêtus d’étoffes.

octobre-2014-6130.JPGVers la fin du XVIIe siècle, naquit la théâtralité de la crèche napolitaine, où l'on commença à mélanger le sacré et le profane avec des personnages de la vie quotidienne. Vous avez donc bien compris que cette tradition de la créche et du santon  (presepe et pastore) vient immanquablement d'Italie.

octobre-2014-6153.JPGoctobre-2014-6094.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au XVIIIe et dans la première moitié du xixe siècle, la réalisation de crèche connut un véritable engouement et devint aussi le passe-temps favori de la haute aristocratie et de la bourgeoisie napolitaine qui rivalisèrent d'imagination pour aménager des scénographie toujours plus recherchées. Les crèches devinrent plus profanes et les plus importantes comptèrent plusieurs centaines de sujets qui envahirent les salles et les terrasses des maisons et des palais napolitains.

octobre-2014-6146.JPGLe roi Charles III et son épouse y consacraient, raconte-t-on, leur temps libre. Cette passion pour la crèche à Naples suscita une telle frénésie collective qu'elle entraîna les meilleurs artistes du siècle dans la réalisation de figures parmi lesquels les sculpteurs Matteo Bottiglieri, Lorenzo et Dominico Vaccaro, et sans doute le plus grand sculpteur napolitain du XVIIIe siècle, Giuseppe Sanmartino.

octobre-2014-6162.JPGÀ cette époque, les guides de voyage pour étrangers vantent l'exubérance des Napolitains pour les crèches. L'attention des voyageurs est portée non pas sur les crèches présentées dans les églises mais sur celles que composent à grands frais les particuliers, nobles et aristocrates. Elles sont exposées dans leurs habitats où chacun peut venir les visiter durant la période de Noël.

octobre-2014-6180.JPGLes Pastori (santons), d'une hauteur qui varie de 25 cm à 45 cm, ont un visage modelé en terre cuite (et non plus en bois) avec des yeux en verre. Les membres sont articulés en bois travaillé. Le corps est réalisé en fil de fer et étoupe, elle-même recouverte par les vêtements. Outre le soin apporté à leurs habits, ces figurines sont caractérisées par une expression très réaliste.

octobre-2014-6136.JPGoctobre-2014-6131.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Son illusion de paysage en profondeur résulte d'un savant mélange de l'art de la perspective et celui du clair-obscur. Il est meublé de marchés, de ponts, d'églises, de fours, de rivières.. On y intègre des scènes empruntées à la vie quotidienne avec des personnages comme le noble, le paysan, le goitreux ou l'enflé, le tavernier avec joueurs de mourre (la mourra est un jeux qui se pratique toujours à Nice), les banqueteurs, marmaille, savetiers, marchand de tellines, joueurs de musette, de cor...

octobre-2014-6068.JPGLa représentation des denrées alimentaires et des animaux est aussi documentée avec beaucoup de précisions. C’est à partir des crèches napolitaines que va s’exporter cet art du santon autour du bassin méditerranéen et notamment en Catalogne et en Provence….

octobre-2014-6169.JPG

 

                    DIAPORAMA DU CHEMIN DES CRECHES



 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 07:30

octobre-2014-5686-copie-1.jpg La productrice des roses d'Antibes ( http://www.roses-antibes.com ) exploitation depuis 1925


Fermez les yeux. Et imaginez qu'un village, un temps, ait opéré sur lui-même un bond en arrière d'une poignée de décennies... Maintenant, ouvrez les yeux et plongez-vous sans hésiter dans l'atmosphère des années dix, des années vingt du 20ème siècle.

 

octobre-2014-5738-copie-1.jpgoctobre-2014-5775.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous voilà immergé dans la fête, celle du temps où l'on avait le temps. Celle des petites villes qui n'étaient encore que de paisibles bourgs de campagne.... Exposants et figurants en costumes d’époque, métiers d’autrefois, taverne, sanglier à la broche, animaux de la ferme. On se régalera d’une bonne soupe, de pain paysan, de porchetta, de fruits confits, de marrons chauds ou de « brissauda » préparés au cœur du village.

octobre-2014-5693.jpgLes animaux de la ferme et les contes de Noël font la joie des enfants. La crèche vivante est blottie dans une étable. Un espace dédié aux enfants, bien au chaud, leur permet de se faire maquiller ou de créer un décor de Noël. Plusieurs artistes talentueux viennent réjouir nos oreilles et bercer notre cœur d’enfant !

octobre-2014-5823.jpgoctobre-2014-5833.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au détour d'une ruelle ou sur place, rythmé par des danses folkloriques, tout un village remonte le fil du temps. Du forgeron à la maitresse d'école en passant par le rémouleur ou le garde champêtre, les métiers anciens sont à l'honneur dans la joyeuse atmosphère des foires de jadis...Remontez le temps avec le Marché de Noël du Rouret  dans les Alpes Maritimes !

octobre-2014-5711.jpgAprès 20 ans d’existence, le marché de Noël du Rouret s’est forgé une solide réputation et a su rester fidèle à ses valeurs d’authenticité et de qualité. C'etait le 7 décembre dernier, de 9 h 30 à 19 h 00, on venait vivre la joie de Noël sur ce marché de pure tradition, les pieds dans la paille parmi les animaux de la ferme et les artistes : un moment magique que j'ai noté sur mon agenda sans hésiter…

octobre-2014-5840.jpgoctobre-2014-5860.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au programme, de nombreuses animations enchantent ces moments de fête : Sur la place et dans les rues du village : fanfare de Noël, saltimbanques, artistes... je découvre un village d’autrefois avec ses vieux métiers. De nombreuses démonstrations artisanales nous attendent. Sur la place, le père Noël recoit les enfants dans sa maison parmi les sapins.

_5723.jpgCôté gourmandises, les produits du terroir sont mis à l’honneur, et, à midi, un repas sous un chapiteau sans réservation est prévu au cœur du marché ainsi que plusieurs points de restauration. Pour les plus créatifs, des ateliers sont encadrés toute la journée : fabrication de confiture de Noël, de céréales, ateliers créatifs pour les enfants, confection de boules de Noël écologique...

octobre-2014-5869.jpgoctobre-2014-5875.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De plus, des artistes Rouretans se réunissent dans la chapelle, pour exposer leurs œuvres: peintures, sculptures, mosaïques, raku, vitraux. Ce marché de Noel est aussi l'ouverture du diamant noir dans le département des Alpes Maritimes et les producteurs de la region exposent les premiéres truffes.

octobre-2014-5762.jpgLa truffe noire "Tuber melanosporum" pousse à l’ombre de chênes, dans le secret de la terre du Rouret... Gérée par le syndicat départemental des trufficulteurs des Alpes-Maritimes, les parcelles trufficoles portent leurs fruits, d’année en année, à mesure que les mystères de la truffe noire se dévoilent...... Si bien que le village du Rouret est maintenant connu et reconnu comme la capitale départementale de la truffe des Alpes-Maritimes..

octobre-2014-5890.jpgoctobre-2014-5895.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le syndicat des trufficuleurs, composé de professionnels passionnés, s’occupe de révéler les secrets et les trésors de la truffe du Rouret. Il joue également un rôle d’accompagnement, de conseil et de formation auprès des nouveaux venus dans la profession. Au fil du temps, un lien étroit s’est établi entre la commune et le syndicat.

octobre-2014-5787.jpgPas de Socca , pas de marché de Noel possible !


 Aujourd’hui, la plupart de des membres du syndicat des trufficulteurs sont également chevaliers de la confrérie des Rabassiers du Rouret (rabassier étant le nom local désignant les trufficulteurs). Durant la pleine saison des truffes noires (de la fin décembre à la fin février), un marché aux truffes se tient tous les vendredis après-midi (de 14h à 16h30) sur la Place des Platanes, au Rouret. L’on peut alors rendre visite au stand du syndicat départemental des trufficulteurs des A-M pour s’approvisionner en truffes noires tout juste sorties de terre..

octobre-2014-5912.jpgoctobre-2014 5918 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 20 ans d’existence, la manifestation phare de la saison n’avait jamais connu telle affluence. Un record justifié au regard de la qualité des animations proposées au public. Entre amis, en amoureux ou en famille, chacun a trouvé sans difficulté de quoi contenter ses envies, au gré des stands de produits artisanaux.

octobre-2014-5843.jpg  les petites maisonnettes en pierre de Granile pour les créches

 

Le fruit d’une sélection rigoureuse de 180 exposants. Car les organisateurs, au fil des ans, affinent leurs critères pour n’offrir au cœur du village que le meilleur de l’esprit de Noël.

octobre-2014-5906.jpgLes culottes de 1930 à nos jours


 Ici, rien a voir avec ces villages de Noel que nous trouvons dans les grandes villes du littoral ou bien dans les autres grandes cités des régions françaises composées de ces chalets en bois qui vendent tous du produit « Made in China » et qui sont devenus des fourre-tout de la mondialisation.

octobre-2014-5928.jpgoctobre-2014 5948

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Foulards de Taïwan, montres à la fabrication incertaine, maroquinerie bas de gamme. Mais où est passée la magie dans ces marchés des grandes métropoles y compris Strasbourg, Paris ou Lyon ? On est loin du vin chaud, des décos de Noël à profusion, de la gastronomie débordante de générosité et de régionalisme. Les jacobins sont en train de tuer le regionalisme et l'identité.

octobre-2014-5985.jpgAu milieu de ce fatras à trois francs six sous, quelques artisans s'acharnent à sauver l'honneur avec des produits réellement régionaux de notre pays d’Azur. D’ailleurs, vous n'aurez aucun mal à les différencier des autres au Rouret.

octobre-2014-5968.jpgoctobre-2014-5936.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les trois quarts de nos commerçants sont de la région Niçoises et Provençale. Cette authenticité, On la retrouve donc dans l’arrière-pays de nos montagnes, de nos villages de Campagne tel le Rouret, Mouans Sartoux, Isola, Tende, Lantosque etc…

octobre-2014 5792 Non non, rien de toutes ces bricoles made in china au marché de Noel du Rouret. Ici, c’est le royaume des producteurs locaux, de la marchandise de notre terroir fabriqués par les mains de nos créateurs, de nos agriculteurs, de nos artistes…

octobre-2014 5797

Vive le cochon ...de partout et dans toutes les écoles. Non au Kebab !


                                 DIAPORAMA DU MARCHE



 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 19:43

Mars-2014-0124.JPG

Bastion de la résistance niçoise

Pendant l’époque sardo-piémontaise, le village est appelé Levenzo, pour devenir l’actuel Levens, le nom de la tribu ligure des Leponti, transformé en Leventi à l’époque romaine. Le village est bâti à environ 25 km au nord de Nice sur une éminence rocheuse de calcaire jurassique; il culmine à 600 mètres d’altitude au-dessus du confluent de trois cours d’eau : les deux rivières Estéron et Vésubie, et le fleuve côtier Var.

Mars-2014-0001.JPGPour connaitre la tradition qui s'apparente au festin du Boutau, célébrée chaque année dans ce village de l'arrière pays niçois, il faut remonter un peu le cours de l'histoire. En 1434 s’acheva la route du sel qui  traversait le village de Levens et permettait la communication avec Utelle et la Vallée de la Vésubie. D’abord fief de la famille Riquier d’Eza, Levens devint au XIIème siècle, fief des Grimaldi de Beuil. La charte signée en 1475 entre Louis Grimaldi et les Levensans leur donne le droit de s’administrer eux-mêmes.

Mars-2014-0062.JPGMars-2014-0060.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'église baroque et la Poste 


En 1621 les Levensans se soulèvent, investissent le château et plantent sur la place une grosse pierre conique « le Boutàu » sur laquelle ils dansent en signe de liberté. En 1700 les lettres patentes accordées par le Duc Victor Amédée mettent fin à la  féodalité: Levens  devient « Comtesse d’elle-même ». A la chute de Napoléon, le Comté de Nice retourne au royaume de Piémont Sardaigne jusqu’à l’annexion à la France en 1860.

Mars-2014-0118.JPGA partir de cette annexion frauduleuse, Levens devient l'un des hauts lieux de la résistance niçoise. La tradition se perpétue toujours de nos jours, et les festivités sont la, pour rappeler l'histoire héroïque des combattants pour la liberté. Dès août 1789, le comté de Nice commence à ressentir les contrecoups de la Révolution française sous la forme d’un flot de réfugiés nobles et ecclésiastiques.

Mars-2014-0081-copie-1.JPGMars-2014-0089.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 28 septembre 1792, les troupes du général d’Anselme (1740-1814) traversent le Var, sans déclaration de guerre pénètrent le lendemain dans la ville de Nice, alors Royaume de Sardaigne. Le 17 octobre 1792, les 1150 hommes du maréchal de camp Paul de Barral s’emparent de Levens, puis marchent vers Duranus et Lantosque. Le pillage de leurs biens provoque le soulèvement des Levensans qui attaquent et mettent en déroute les troupes françaises stationnant aux Grands Prés.

Mars-2014-0126.JPGLe futur maréchal Masséna (traitre parmi les traitres), né à Nice et élevé à Levens dans les maisons familiales de la Siga et du Serret, fait partie de cette troupe d’occupation et est chargé de « pacifier » ses compatriotes. Masséna mène à bien cette mission par la persuasion et la force, en vainquant les troupes Sardes à la bataille du Brec d’Utelle les 24 et 25 novembre 1793.

Mars-2014-0090.JPGMars-2014-0094.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La région devient en 1793 le 85e département français, nommé Alpes-Maritimes du nom de la province romaine d'antan (ils n'ont rien inventé). Levens est nommé chef-lieu de canton. L’arrivée des révolutionnaires français entraîne une division entre deux grandes familles de Levens: les Gilletta, fidèles au roi de Piémont-Sardaigne, et les Goiran (origine provençale), qui prennent le parti de la France.

Mars-2014-0131.JPGSouvenez vous en, avant de mettre un bulettin des Forces Nazie


L’occupation est marquée par la mauvaise conduite des troupes révolutionnaires qui « vivent sur l’habitant ». Ces exactions sont vivement dénoncées par Victor Tiranty et par le rapport de l’abbé Grégoire remis à la Convention nationale. Elles entraînent en retour un mouvement de résistance contre-révolutionnaire appelé « barbétisme », qui pratique le brigandage et harcèle les troupes françaises jusqu’à la chute de l’empereur Napoléon Ier en 1814. Les deux traités de Paris restituent finalement le comté de Nice au royaume de Piémont-Sardaigne et restaurent les frontières de 1760.

Mars-2014-0098.JPGMars-2014-0108.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pays de Nice retrouve les droits qui sont les siens. Lors de la restauration sarde, le roi Victor-Emmanuel Ier de Sardaigne décide de ne pas exercer de représailles contre ceux qui ont servi le régime français (provençaux), mais s’empresse de supprimer les institutions françaises et de rétablir celles d’avant 1792 : l’état civil retourne au clergé, les anciens poids et mesures sont de nouveau utilisés, l’italien redevient la langue officielle, le nissart est de nouveau autorisé et les nominations remplacent les élections.

Mars-2014-0023.JPG 

La Balade de François Fulconis qu’on appelait Lalin

(Paroles de Jouan Lùc Sauvaigo)

 

Daignez accepter ici la triste histoire

De François Fulconis qu’on appelait Lalin

Ils lui ont volé l’honneur et sali la mémoire

Et c’est justice de chanter son destin

Beau et habile, il y a un tailleur à l’Escarène

La clientèle vient jusque des autres vallées

Il est intelligent et se donne de la peine

Oui, Choa Fulconis est un homme de bon sens

Mars-2014-0114.JPGMars-2014-0026.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ecoutez le destin de François Fulconis qu’on appelait Lalin

Il s’est marié mais la guerre éclate à nouveau

C’est l’ouragan de cette année 92 (1792)

La France occupe, « civilise » et empoche

A la disgrâce ne s’ajoute que la tricherie

Une saloperie d’officier de cette soldatesque

De François Fulconis déshonore l’épouse

Un homme droit se venge de vilenie

Mars-2014-0033.JPG

Le groupe piemontais n'a pas froid, ils doivent etre habitué ces montagnards.


En François Fulconis naît Lalin, le barbet

Vous avez tenu, miliciens de la Countea

Pendant cinq ans entre Saorge et Saint-Martin

Mais sur la crête s’évanouit l’épopée

De ces vaillantes brigades, c’est ainsi

Prince de Savoie, traître, vous abandonne

Le 28 avril de 96, A l’ennemi sans foi qui vous hait

Mars-2014-0011.JPGMars-2014-0030-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec les résistants, aucune pitié, aucune loi

Un jour que l’Etat Major français faisait bombance

Lalin, vêtu d’un uniforme d’officier

S’est invité plein d’audace. Par dévers soi

Il se moque et ainsi attend le café

Puis en cachette il emporta l’argenterie

Leur laissant sous l’assiette un billet :

« bâtards, vous payerez vos tromperies

Mort aux Français ! »

Signé de Lalin le barbet

Les Français le cherchent partout

Mais aucun piège

N’a jamais pu attraper Lalin, barbet d’honneur

Il se déguise, il a tend de ruses qu’ils laissent pantois

La Garde Nationale, « blanche » de terreur

Il a tant d’audace, il se moque et défie

Que l’occupant, à force, trouve la brebis galeuse

Mars-2014-0038.JPG

Pour des promesses d’or, le judas se décide

C’est son plus proche ami qu’on surnomme Chichoun

La vieille Parpaniacca porte la nourriture

Le traître, dans un barillet, verse le poison

Les barbets mangent, boivent, mais Lalin s’endort

Chichoun tire la tête ! Un coup et puis plus rien

Lié sur une mule, ils l’ont descendu à Nice

Malgré sa mère qui pleurait de douleur

La République pour nous faire sienne nous brise

D’une nation elle efface l’esprit et l’honneur

Mars-2014-0115.JPG

Pour ma part, il me semble qu’il fallait pour l’histoire

Que les barbets fussent traités d’assassins

Sinon comment justifier la victoire

Des renégats, des traîtres et des saboteurs ?

Tant d’autres sur la crête sont partis

Comme Fulconis que l’on appelait Lalin

Ils lui ont volé l’honneur et sali la mémoire

Justice soit de chanter son destin

Mars-2014-0120.JPG

      A la Nouostra istoria , sempre fedel .....

                              DIAPORAMA DE LEVENS



 
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 01:11

SEPTEMBRE2014-1096.JPG

Suspendu à 429 mètres d'altitude entre ciel et terre, le jardin exotique d'Eze village est le lieu privilégié pour s'imprégner de l'atmosphère de la Riviera. Invitation à la flânerie depuis l'un des espaces contemplatifs ouverts sur l'un des plus beaux panoramas du monde ou cheminement autour de l'histoire et des traditions d'Eze.

SEPTEMBRE2014-1122.JPGSEPTEMBRE2014-1130.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Miroirs d'eau, brumisateurs, apportent une note de fraîcheur à ce jardin où les déesses de terre, sculptures de Jean-Philippe Richard, et les plantes exotiques se côtoient avec harmonie au-dessus de la Méditerranée. Au sommet du village perché, au milieu des ruines de l’ancien château et surplombant la Méditerranée,  ce jardin exotique est un jardin à vivre. Au milieu de plusieurs centaines d’espèces de plantes exotiques (cactus, aloès, agaves...) la visite est une invitation à la découverte à la fois végétale, thématique et artistique.

SEPTEMBRE2014-1172.JPG

Les différents parcours sont ponctués d’espaces pour se détendre, se rafraîchir ou encore s’imprégner de la lumière et des paysages spectaculaires. Le jardin d'Èze, aussi appelé jardin botanique d'Èze, (Alpes-Maritimes) est un jardin botanique situé sur un terrain escarpé. Il est renommé pour son impressionnante collection de cactus et plantes grasses, qui ont trouvé un terrain favorable dans le climat de la Côte d'Azur.

SEPTEMBRE2014-1135.JPGSEPTEMBRE2014-1142.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le jardin a été créé après la Seconde Guerre mondiale sur les ruines d'un château par le maire André Gianton et Jean Gastaud du Jardin exotique de Monaco. Il est situé sur un terrain escarpé à 400 métres au-dessus du niveau de la mer avec des vues panoramiques sur toute la région. Il contient une collection importante de cactus* et de plantes succulentes de diverses origines.

SEPTEMBRE2014-1156.JPGLa collection inclut les genres et espèces Cephalocereus senilis, Echinocactus grusonii, Ferocactus pilosus, Opuntia, Neobuxbaumia polylopha, Trichocereus pasacana, Aeonium arboreum, Aeonium canariense, Agave americana picta, Agave americana marginata, Agave salmania, Agave victoriae-reginae, Aloe arborescens, Aloe succotrina, Aloe ciliaris, Aloe ferox, Carpobrotus edulis, Echeveria elegans, Euphorbia coerulescens, Pachyphytum oviferum, Yucca elephantipes.

SEPTEMBRE2014-1176.JPGSEPTEMBRE2014-1180.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1706, pendant la guerre de Succession d'Espagne, Louis XIV (encore lui) ordonna la destruction du château sur les recommandations de son ingénieur Vauban (toujours lui): " Monsieur, le roi ayant vu ce que vous mandez de la situation du château d'Eze qui appartient en propre à Monsieur le duc de Savoie, et est précisément sur le chemin de Villefranche à Monaco et qu'il pourrait interrompre cette communication, S.M. qui n'a rien à ménager avec ce prince, m'a ordonné de vous faire savoir qu'elle désire que vous fassiez raser ce château, afin de pouvoir conserver cette communication".

SEPTEMBRE2014-1162.JPGA la Belle Epoque, les ruines du château sont l'objet de visites des premiers touristes qui viennent profiter de la vue exceptionnelle. Après une longue ascension depuis le Bord de Mer les visiteurs s'y accordent un moment de détente. Les élégantes s'assoient sous leurs ombrelles et les hommes posent leur veste. Un commerçant bien avisé y installa une buvette.

SEPTEMBRE2014-1151.JPGSEPTEMBRE2014-1149.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après la seconde guerre mondiale des dizaines d'hommes transportent sur leur dos des sacs remplis de terre et de moellons vers les ruines du château où subsistent toujours quelques pans de murs. C'est là qu’André Gianton, le maire de l'époque, avec le concours de Jean Gastaud père du Jardin exotique de Monaco, a décidé de créer un jardin exotique. Le site est bien abrité des vents du nord par le plateau de la Revère et sa déclivité assure un drainage efficace. Car il s'agit d'implanter ici des plantes adaptées à la sécheresse : des cactus, des agaves, des aloès…

SEPTEMBRE2014-1168.JPGSur les photos de l'époque les parterres sont parsemés de jeunes coussins de belle-mère, certains sont encore dans leur pot, entourés d'euphorbes juvéniles. Véritable gageure et pari sur l'avenir. Devant le succès d'une telle initiative cette première phase d'aménagement fut bientôt suivie d'une seconde.

SEPTEMBRE2014-1141.JPGSEPTEMBRE2014-1165.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hiver 2004, le Jardin exotique laisse la place à un nouveau concept de Jardin. Un Jardin où, à côtés des plantes exotiques, plusieurs parcours se superposent, artistique, thématique ponctués d'endroits pour se détendre et s'imprégner de l'atmosphère des lieux...

SEPTEMBRE2014-1181.JPG"C'est du soleil que j'ai appris cela, quand il se couche, il répand alors dans la mer, l'or de richesses inépuisables". Séduit par le panorama visible depuis les ruines du château, Frédéric Nietzsche a écrit les pages les plus célèbres d'"Ainsi parlait Zarathoustra", inventant le qualificatif alcyonien pour définir la qualité du bleu qu'il avait sous les yeux cet hiver de 1883.

SEPTEMBRE2014-1186.JPGSEPTEMBRE2014-1197.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis le sommet à 429 mètres d'altitude, le regard embrasse toute la Riviera et même davantage... La vue s'étend de l'Italie aux montagnes de l'Esterel et à l'hiver par temps clair, on distingue la Corse. Une table d'orientation en lave émaillée assiste le visiteur en situant les principaux lieux.

SEPTEMBRE2014-1193.JPGImmédiatement à l'est, sur la crête voisine, avec le rocher de la " Tête de Chien " dans le fond, une belle propriété attire l'attention avec ses jardins en terrasses et ses allées bordées de cyprès qui ont bien repoussé depuis l'incendie de 1986.

SEPTEMBRE2014-1218.JPGSEPTEMBRE2014-1222.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est le Château Balsan. Selon une tradition orale, Alfred Hitchcock y aurait tourné une scène de son film "La Main au collet" avec Grace Kelly et Cary Grant. Parmi les toits du village aux camaïeux d'orangés, on remarque le petit clocher de la chapelle des pénitents blancs et surtout l'ancienne résidence du prince Guillaume de Suède avec sa terrasse surplombant la Méditerranée. C'est aujourd'hui un hôtel de luxe.

SEPTEMBRE2014-1194.JPGEn contrebas, la petite station balnéaire d'Eze Bord de Mer avec ses villas du début du XXe siècle, est devenue le lieu de résidence ou de villégiature de plusieurs célébrités, la princesse Antoinette, sœur du prince Rainier de Monaco ou du chanteur du groupe de rock U2 pour ne citer qu'eux.

SEPTEMBRE2014-1233.JPGSEPTEMBRE2014-1236.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En contrebas des ruines du château, un espace contemplatif accueille le visiteur pour apprécier le paysage mais aussi pour rêver et s'évader. Version moderne des enclos médiévaux où l'on s'isolait pour une pause dans la vie quotidienne.

SEPTEMBRE2014-1245.JPGConstitué d'une terrasse surplombant la mer aménagée de sièges ergonomique en teck, ce lieu, légèrement à l'écart des allées passagères permet de se retirer pour s'imprégner de l'atmosphère du lieu. Lieu de vision, l'espace contemplatif par son intimité incite aussi à se détendre, à se reposer, à lire, à penser. Il évoque aussi certains lieux de nos jardins publics d'autrefois où chacun se retrouvait pour un moment de quiétude et rester hors du temps. Un brumisateur et un miroir d'eau apportent une note de fraîcheur à l'endroit. Une petite cascade se faufilant entre les contreforts rocheux rompt, par moments, le silence de son murmure.

SEPTEMBRE2014-1242.JPGSEPTEMBRE2014-1255.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour arriver à Eze village, il faut traverser un énorme viaduc. Une légende est associée à celui ci mettant en scène le diable et un paysan: Ce dernier passa avec le diable le marché suivant: un pont en échange de l'âme du premier être vivant qui le traversera. Toute la nuit le paysan ne put dormir, torturé par l'idée de sacrifier une innocente victime.

SEPTEMBRE2014-1282.JPGAu petit matin, il se présenta sur la route et découvrit un superbe pont de huit arches de pierres de taille... mais il découvrit aussi le diable de l'autre coté attendant son du. Soudain le berger ramassa un bâton et le lança sur le pont. Son chien se précipita pour l'attraper offrant du même coup son âme au diable. Satan, dépité de s'être fait berné, s'en alla en promettant qu'on ne le lui reprendrait plus.

SEPTEMBRE2014-1268.JPGSEPTEMBRE2014-1274.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*Une plante est dite grasse ou succulente lorsqu'elle emmagasine l'eau pour résister à la sécheresse. Si le Jardin d'Eze possède de nombreuses succulentes venues d'Afrique ou d'Amérique adaptées aux climats arides, il existe aussi des plantes succulentes vivant dans d'autres milieux, autour de la Méditerranée ou en forêt tropicale.

SEPTEMBRE2014-1285.JPGSEPTEMBRE2014-1284.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le stockage s'effectue dans les parties charnues à tissu pulpeux ou fibreux, les feuilles et les tiges en particulier. Ces plantes ont développé des stratégies pour limiter l'évaporation : peau lisse parfois recouverte de cire, pilosité, épines à la place des feuilles. La nature et l'évolution face à des contraintes climatiques comparables en différents points du globe, apportent des réponses similaires au point, parfois qu'il est difficile de distinguer les espèces. Plusieurs plaques donnent des conseils pour apprendre à les différencier.

SEPTEMBRE2014-1289.JPG

 

                              DIAPORAMA DE LA VISITE


  
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 20:02

SEPTEMBRE2014-2047.JPG

Lieu de pouvoir emblématique, l'actuel palais préfectoral de Nice, ancien palais des souverains de la maison de Savoie, fait partie de la vie niçoise et de son histoire jadis liée au royaume de Sardaigne. Son histoire intimement liée à l'histoire locale, nationale voire internationale,  mérite qu’on la rappelle à tous.

SEPTEMBRE2014-1856.JPGSuite aux accords de protection du duché de Savoie (qui deviendra royaume) en 1388 une nouvelle administration se met en place dans le pays de Nice, fonctionnant depuis plus de 300 ans en petite république à l'image de Gênes, Florence, Pise ou Venise et refusant toujours la main mise de la Provence.

SEPTEMBRE2014-1859.JPGVue sur les térrasses des Ponchettes et la mer

Le pouvoir central, à savoir le duc et sa cour, résident alors à Chambéry. Ainsi, dés la fin du XIVe siècle, la Maison de Savoie (Casa Di Savoia) met en place le cadre d'une administration centrale destinée à gérer les nouvelles terres de Méditerranée orientale. A Nice, le pouvoir savoyard est représenté par trois personnages: le gouverneur de la ville et du comté, appelé " Monsignor di Nizza", surnommé "les yeux et les oreilles du duc de Savoie à Nice", qui se doit d'être au courant de tout, le colonel commandant les forces militaires et le capitaine du château qui sont chargés, pour leur part, d'exercer le pouvoir militaire et la protection de la ville et du pays de Nice.

SEPTEMBRE2014-1863.JPGSEPTEMBRE2014-1877.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Acquérant tout au long des XVe et XVIe siècle une importance stratégique majeure, Nice devient une capitale des plus importantes qui doit désormais se manifester physiquement par l'érection d'un palais.  Peu après son accession au pouvoir en 1553, le duc Emmanuel Philibert qui avait résidé à Nice durant son adolescence, fait entreprendre la construction d'une résidence dans la ville.

SEPTEMBRE2014-1886.JPGEn effet, jusqu'a la construction du palais, les souverains savoyards qui se rendaient à Nice logeaient au château. Mais la construction de la citadelle va encourager Emmanuel Philibert à s'installer dans la ville basse, parmi ses sujets.  Lors de l'arrivée du duc à Nice le trois novembre 1559, il apparait à ses sujets du haut de "sa maison d'habitation" et ne loge donc plus au château. 

SEPTEMBRE2014-1893.JPGSEPTEMBRE2014-1879.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1561, le palais ducal se dresse sur "la place de Saleia" et le duc y résidera lors de chacun de ses séjours à Nice. Le bâtiment ducal est alors qualifié de " Palazzo Novi di Sua Altezza". Un incendie ravage le palais en 1610 et c'est en 1613 qu'il est reconstruit puis inauguré au début de l'année 1614 par Charles Emmanuel. Le lieu choisit par Emmanuel Philibert pour la construction de ce palais n'est pas anodin.

SEPTEMBRE2014-1897.JPGSitué dans la ville basse, dans un quartier vivant et actif entre la Marine et le couvent des Dominicains, la ou se trouvaient encore des terrains vierges, le site va permettre l'aménagement vers la mer d'un vaste jardin privé qui sera plus tard clôt par des écuries et le magasin du sel. La structure du palais pouvait ressembler aux palais piémontais avec coté ville, une façade monumentale, expression du pouvoir et dégagée par une place pouvant accueillir des manifestations populaires, qui s'oppose à une façade plus légère ouverte sur les jardins vers la mer. Un canal d'arrosage sera même établi par un ingénieur.

SEPTEMBRE2014-1907.JPGA partir de 1688, les gouverneurs de la ville et du comté ainsi que les intendants généraux avaient leur résidence officielle au palais, ce qui n'excluait pas des résidences particulières en ville à l'instar de Maurizio de Savoie, gouverneur à partir de 1639, qui résidait au Malonat. Dés lors, le palais devient le lieu de réception des membres des familles nobles de passage à Nice comme lors de la célébration de l'anniversaire de la Regente Chrestienne de France en 1645 ou de la réception en septembre 1701 de Marie Louise Gabrielle, fille de Victor Amédée II, en route vers l'Espagne.

SEPTEMBRE2014-1920.JPGL'aigle aux ailes déployées, embleme heraldique du pays de Nice

Les séjours des souverains savoyards sont aussi l'occasion d'apporter des améliorations ou de faire effectuer des réparations.  La période troublée de la fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle durant laquelle la ville de Nice est assiégée deux fois par les armées du roi de France (1691 et 1705) s'achève avec le traité d'Utrecht. Le souverain de Savoie récupère ses territoires et devient dans un premier temps Roi  de Sicile puis Roi de Sardaigne, d'ou le nom de palais sarde encore utilisé de nos jours.

SEPTEMBRE2014-1943.JPGSEPTEMBRE2014-1956.JPG

 

 

 

 

Désormais le palais ducal devient palais royal et le nouveau roi, Victor Amédée II y fait étape en 1713 et 1714 lors de son voyage à Palerme pour son couronnement. Les seuls plans conservés du palais royal dus à l'architecte niçois Ribotti datent de 1815. Malgré les réaménagements intérieurs pratiqués durant l'occupation des barbares de la révolution française puis de l'Empire, ils nous donnent un bon aperçu de la physionomie du bâtiment primitif. 

SEPTEMBRE2014-1975.JPGSa façade courait sur 44 mètres le long de la rue de la Grand Place.  La façade opposée, augmentée de deux petites ailes atteignait 60 mètres et s'ouvrait sur un jardin en direction de la mer. Le palais comptait trois étages noble ou "piano noble". Un escalier à volées droites et colonnes desservait les différents étages.  La façade dépouillée mais monumentale du coté ville, répond à la conception symbolique du pouvoir qui se repend en Europe dés le XVIe siècle. Coté jardin, la façade apparait plus légère, moins régulière voire plus intime. Les murs de clôture, les écuries et les magasins du sel ferment l'espace du jardin qui se prolonge par une orangeraie.

SEPTEMBRE2014-1958.JPGSEPTEMBRE2014-1963.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1792 Nice est occupée par les barbares révolutionnaires. Le palais est saccagé, et reconverti en hôpital militaire pour les nombreux blessés causés par les résistants barbets sur les troupes de la soldatesque bleu. La restauration sarde de 1815 rend définitivement le palais royal à sa vocation première. Des travaux de reconstruction sont entrepris en l'honneur de la venue du souverain Charles Félix. Le vestibule, l'escalier d'honneur sont reconstruits, la façade sud embellie.

SEPTEMBRE2014-1986.JPGDe même, les appartements royaux sont réaménagés avec l'aide du grand peintre niçois Barberis. Le mobilier prélevé dans les palais de Turin et de Gênes, est reconstitué.  Ainsi le palais royal redevient le lieu de séjour des souverains sardes comme Charles Félix, Charles Albert et Victor Emmanuel. Le palais aujourd'hui se compose pour la visite des journées du patrimoine par l'escalier d'honneur, l'antichambre Jean Charles Blais, la salle des fêtes et la galerie des glaces, le grand salon, le jardin d'hiver, le salon de musique et le fumoir, la petite et la grande salle à manger, la galerie Jules Cheret.

SEPTEMBRE2014-1988.JPGSEPTEMBRE2014-2002.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Palais des rois sardes comme son nom l’indique vient du nom de l’ile de Sardaigne dont les souverains savoyards en furent les monarques. Ce que les livres d’histoire ne disent pas, c’est que la France révolutionnaire toujours avide de conquêtes et de cruautés prépara dans le plus grand secret l’invasion de la grande ile considérée comme la sœur de la Corse. 

SEPTEMBRE2014-2018.JPGC’est ainsi qu’au mois d’avril 1796 appareilla à Toulon une flotte composée d’un navire de ligne, de deux frégates et de 4 bricks avec à leur bord 6000 hommes sous le commandement du général Dumas. Cette armée descend jusqu'à Cagliari et prend la forteresse de Capeluzzo qui résistera un mois. Le général Dumas est chargé de rattacher directement la Sardaigne à la France révolutionnaire. La Sardaigne est ainsi intégrée au «département des deux iles».

SEPTEMBRE2014-2020.JPGMais dés 1800, les difficultés de communication entre Ajaccio et Cagliari entrainent la séparation des deux iles. La Sardaigne devient ainsi un département autonome en 1800. L’abdication de Napoléon en avril 1814 entraine la fin de la souveraineté française. La Sardaigne retourne au royaume, à la restauration sarde et à la maison de Savoie au congrès de Vienne de 1815 qui allait redessiner la carte de l’Europe pour des décennies à venir…..

SEPTEMBRE2014-2042.JPG

 http://fr.academic.ru/pictures/frwiki/65/Armoiries_Sardaigne_1831.svg

                             DIAPORAMA DE LA VISITE


  
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 18:41

SEPTEMBRE2014-1847.JPG

Lieu de villégiature de tout ce que l’Europe et l’Amérique du Nord comptent de plus élégant et de plus fortuné, le Cap Ferrat est choisi en 1905 par la Baronne Ephrussi de Rothschild pour édifier l’une de ses « folies » architecturales. Lorsqu’elle découvre ce terrain en 1906, Béatrice a le coup de foudre pour la beauté du lieu.

SEPTEMBRE2014-1827.JPGSEPTEMBRE2014-1825.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce n'est pourtant encore qu'un rocher aride traversé par un sentier muletier. Lorsqu’elle apprend la mise en vente du terrain, également convoité par le roi des Belges Léopold II, elle l’achète immédiatement. Les travaux commencent en 1907 et dure cinq ans.

SEPTEMBRE2014-1339.JPGBéatrice Ephrussi se montre particulièrement difficile. Elle refuse les projets soumis par une dizaine de grands architectes, les considérants comme des « imbéciles ». Ainsi, les projets de Claude Girault, architecte du Petit Palais ou encore Henri-Paul Nénot, grand prix de Rome et concepteur notamment de la nouvelle Sorbonne sont écartés.

SEPTEMBRE2014-1805.JPGSEPTEMBRE2014-1719.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On retrouve donc aux commandes de ce chantier l'architecte Jacques-Marcel Auburtin qui satisfait scrupuleusement tous les souhaits de Béatrice. Il est assisté par Aaron Messiah, un architecte niçois qui construira par la suite plusieurs villas pour l’aristocratie.

SEPTEMBRE2014-1388.JPGNée en 1864, Béatrice est la fille du baron Alphonse de Rothschild, banquier et grand collectionneur d’art. À 19 ans, elle épouse Maurice Ephrussi, banquier parisien originaire de Russie de 15 ans son aîné et ami de ses parents. Mais le mariage tourne vite au désastre pour Béatrice, à qui Maurice transmet une maladie grave, ce qui lui interdira d’avoir des enfants.

SEPTEMBRE2014-1467.JPGSEPTEMBRE2014-1470.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maurice est un flambeur et en 1904, ses dettes s'élèvent à plus de 12 millions de francs or, l'équivalent de 30 millions d'euros actuels. Inquiète pour l’avenir, la famille Rothschild décide de poursuivre Maurice devant les tribunaux pour demander la séparation. Elle obtient gain de cause et en juin 1904, après 21 ans de mariage, la séparation entre Béatrice de Rothschild et Maurice Ephrussi est prononcée. L’année suivante, son père meurt et elle hérite d’une immense fortune.

SEPTEMBRE2014-1409.JPGC’est à cette époque qu’elle décide de faire construire la Villa Ephrussi de Rothschild. Elle y prend ses quartiers d’hiver dès 1912. Elle y viendra régulièrement pendant une dizaine d’années durant lesquelles elle partagera son temps entre Paris et Monaco. En 1933, un an avant sa mort, Béatrice lègue sa Villa et la totalité de ses collections à l’Académie des Beaux-Arts.

SEPTEMBRE2014-1478.JPGGrâce aux marchands et experts dont elle a su se faire des amis, la Baronne Ephrussi de Rothschild a fait de sa villa une demeure de collectionneur où porcelaines, tableaux de maître et mobilier se côtoient. Au milieu du XIXe siècle, la famille Rothschild est déjà connue pour la qualité des collections rassemblées par plusieurs de ses membres. Béatrice hérite de ce goût pour les belles choses et en fera sa devise « ars patriae decus » : « l’art est l’honneur de la patrie ».

SEPTEMBRE2014-1412.JPGSon goût ayant été nourri aux meilleures sources, Béatrice meuble sa villa dans le plus parfait style Rothschild, c'est-à-dire avec le meilleur de chaque époque. Elle achète sans compter meubles signés, tapis d’Aubusson et de la Savonnerie, tableaux de Boucher, de Lancret, croquis et esquisses de Fragonard, tapisseries des Gobelins, services de porcelaine de Sèvres…

SEPTEMBRE2014-1489.JPGSEPTEMBRE2014-1494.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mais aussi des œuvres d’art médiéval et Renaissance et des objets venus d’Extrême-Orient, ce qui constitue une collection très éclectique. Béatrice meuble sa villa directement à la gare de Beaulieu sur Mer.

SEPTEMBRE2014-1599.JPGLe train de la Compagnie de chemin de fer Paris-Lyon-Méditerranée, dont la famille Rothschild était actionnaire, arrivait de Paris chargé de mobilier, d’œuvres et d’objets d’art. Elle choisissait alors sur le quai les œuvres d’art destinées à la Villa Ephrussi. Les autres partaient pour sa villa de Monaco. À sa mort, Béatrice lèguera plus de 5 000 œuvres d'art à l’Académie des Beaux-Arts.

SEPTEMBRE2014-1500.JPGSEPTEMBRE2014-1523.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle décide de concevoir le jardin principal comme le pont d'un paquebot. En effet, quel que soit l'endroit où l'on porte le regard, on voit la mer. Béatrice peut ainsi s'imaginer à bord du paquebot "Île de France". Laisser remonter les souvenirs heureux d'une croisière à bord de ce navire. La villa sera baptisée "Île de France" ! De la loggia, l'amirale Béatrice peut même surveiller son équipage de trente jardiniers, coiffés de bérets à pompon rouge.

SEPTEMBRE2014-1652.JPGLa confection des jardins nécessita sept ans de travaux, de 1905 à 1912. Comme pour la villa, la baronne a fait appel à des personnalités de renom comme Harold Peto ou Achille Duchêne. Paysagiste fort prisé en Europe et aux États-Unis, il a bâti sa réputation sur la création de jardins d'inspiration classique.

SEPTEMBRE2014-1538.JPGSEPTEMBRE2014-1553.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le site choisi pour la villa, grandiose par son double point de vue sur la mer, était par contre moins propice à la création d’un jardin. En effet, créer un parc sur un promontoire rocailleux couvert d’arbres et battu par des rafales de vent était un tour de force. Qu’à cela ne tienne ! Il suffit de dynamiter le sol et d’apporter d’énormes quantités de terre pour le remettre à niveau.

SEPTEMBRE2014-1658.JPGDes centaines d’ouvriers italiens sont embauchés pour ces titanesques travaux de terrassement. En 1912, date d’inauguration de la villa, les quatre hectares du jardin ne sont pas totalement paysagés : Béatrice Ephrussi a privilégié l’aménagement des espaces visibles depuis la maison, soit le jardin à la française. Jardin espagnol, jardin florentin, jardin japonais…, cette grande variété de jardins aurait sans doute séduit la première occupante des lieux.

SEPTEMBRE2014-1732.JPGMais ils ne sont pas de son fait. On les doit essentiellement à Louis Marchand, peintre à ses heures, passionné de botanique et créateur de jardins. En 1934, date du décès de Béatrice Ephrussi et du don de sa propriété à l’Institut de France, Louis Marchand est chargé de restaurer le parc de la villa. Il décide alors de remblayer le terrain, de remettre à flot les bassins, puis de créer des jardins thématiques. Il crée en trois ans, un jardin complexe avec entre autre une bambouseraie, aujourd’hui disparue. 

SEPTEMBRE2014-1702.JPGAvec la guerre, le Cap-Ferrat est vidé de ses habitants et miné. La Villa est laissée sans surveillance et les jardins abandonnés pendant deux ans. De retour en 1945, Louis Marchand se remet à la tâche dans des jardins très abîmés et leur redonne rapidement l'éclat d'avant-guerre. Senteurs et splendeurs des essences, diversité des plantations ravissent le visiteur, étonné et charmé par tant de magie végétale.

SEPTEMBRE2014-1749.JPGPénétrer dans cet Eden, c'est embarquer pour un voyage autour du monde. Une croisière transatlantique. Le jardin à la française domine tous les autres. Par sa taille et par son emplacement. Il se trouve dans le prolongement direct de la villa.

SEPTEMBRE2014-1682.JPGDu bâtiment, la perspective s'impose, magnifique, close en son terme par le temple de l'Amour. Cette réplique exacte de celui de Trianon domine la cascade à degrés. La pente de celle-ci a d'ailleurs été spécialement structurée pour donner à l'eau un effet de blancheur, le fameux "châle d'eau" des Orientaux.

SEPTEMBRE2014-1821.JPGSEPTEMBRE2014-1817.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Riviera. Un nom évocateur de luxe, de richesse. Un condensé d'élégance sur quelques kilomètres entre ciel et mer. Emplacement idyllique pour les volontés impérieuses de Béatrice.

SEPTEMBRE2014-1794.JPGEn effet, apprécié pour sa beauté mais aussi pour la proximité de Nice et de Monte-Carlo, le Cap Ferrat attire à la belle Époque l'attention de l'élite internationale, qui prend ses quartiers d'hiver sur la Riviera. Aujourd'hui le jardin de la villa Rothschild est considéré comme l'un des plus beaux au monde...

SEPTEMBRE2014-1429.JPG

 

                            DIAPORAMA DE LA VISITE


  
Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 00:05

SEPTEMBRE2014-0976.JPG

Des spas de 4 à 8 places pour votre jardin

C'est le plus grand salon, entièrement dédié à l’univers de la piscine, du spa et des aménagements extérieurs que l'on peut trouver. 25 000 mètres carrés d’exposition avec la présence de plus de 120 exposants régionaux, nationaux et internationaux. La manifestation se tient dans un lieu unique et original, l’Espace du Min d’Azur situé en face de l'aéroport (comme si les voyageurs allaient voir cela en priorité en arrivant à Nice) dit la publicité.

SEPTEMBRE2014-0981.JPGDes salons paillotes pour le jardin

Le salon s'inscrit comme le plus grand salon grand public en France en surface d'exposition sur le thème de la Piscine, du spa et du Jardin. Un véritable village est mis en place pour trois jours pour trouver l’inspiration, faire le point sur les nouveautés et les nouvelles idées de créations de jardin.

SEPTEMBRE2014-1002.JPGLes exposants présentent nouveautés et dernières innovations, conseillent et accompagnent les visiteurs dans tous leurs projets d’installation ou de rénovation outdoor et la possibilité de concrétiser leurs projets de construction ou de rénovation autour de la maison, de la piscine et des aménagements extérieurs.

SEPTEMBRE2014-1012.JPGCouverture pour piscine

J'en profite donc pour découvrir quelques idées d'aménagement pour mon jardin. Mon appareil photo me servant à immortaliser les accessoires et les créations paysagères et la création éventuellement de nouveaux massifs ou bien de fontaines et bassins.

SEPTEMBRE2014-1013.JPGJoli salon autour d'un spa gonflable

Alors, je disais plus haut que je fus fort étonné par les dates proposées, et les organisateurs m'ont donné quelques explications qui ne m'ont guére convaincu. Avant ce rendez-vous automnal, personne, dans la région, n'avait pris l'initiative d'un projet de pareille envergure. La société familiale Nice Organisation s'est jetée à l'eau si on peut dire.

SEPTEMBRE2014-1015.JPG"Parce que le besoin des entreprises de mettre sur pied une telle manifestation était évident, notamment au second semestre où l'activité piscine et jardin se calme ", me dit Georges Mateu, président d'honneur du meeting. On a donc réuni fabricants et concessionnaires des plus grandes marques, venus de Nice, et de la région PACA, mais aussi, de Belgique, Hollande, Italie, Espagne…

SEPTEMBRE2014-1017.JPG Manque plus que le pastis et les olives

Tout le gratin du bien être et de la zenitude pour son jardin était donc la: Piscines & Spas – Abris & Couverture de piscine – Entretien & Équipement Piscine et Spa – Traitement de l’Eau – Gazebo – Dallage – Gazon Synthétique – Terrasse Bois – Sols en Résine – Mobilier outdoor – Aménagement paysagé – Décoration extérieure – Équipement et matériel d’Extérieur – Construction et Rénovation de l’Habitat – Construction Bois – Pergolas Bio-Climatique – Abris de Jardin et de voiture – Vérandas – Stores – Portails – Aménagement extérieur…

SEPTEMBRE2014-1019.JPGPiscine coque et local techique en forme de bain de soleil

J'ai pris aussi quelques photos des massifs exotiques de Jacques Arneodo qui propose une large gamme de végétaux adaptés au jardin ne nécessitant pas d'entretiens et très peu d'arrosage, ce qui m'intéresse au plus haut point. De plus, j'aime beaucoup tout ce qui est cactées, succulentes et plantes grasses. Ce cachet exotique vous donne l'impression d'être constamment en voyage à l'autre bout de la planète...

SEPTEMBRE2014-1023.JPGConfortable et tendance. À ce propos, que réservent les collections 2014 de bassins, spas, équipements et mobilier outdoor ? « Toujours des piscines traditionnelles en béton ou en coques, mais de couleur blanche, grise ou noire, et même rose, des sols en résine, propre, étanche, des meubles imaginés dans le même matériau, cohabitant avec l'aluminium.

SEPTEMBRE2014-1032.JPGGentil le crocodile...

Le spa se démocratise de plus en plus, notamment à travers le spa de nage à contre-courant. Nouveau cette année : des vérandas, pour profiter au maximum de son carré de verdure ainsi qu'un espace habitat de 26 stands, destiné à la construction et à la rénovation: isolation, éco-matériaux, chauffage et climatisation, énergies renouvelables…Une offre panoramique en somme.

SEPTEMBRE2014-1035.JPGDes fours à pizza et socca

Complétée par les abris et les couvertures de piscine, la décoration, les stores, les portails. Bénéficiant de l'appui de partenaires, dont la métropole Nice Côte d'Azur, la Ville de Nice, le groupe Nice-Matin, etc. Prenant ses aises sur un site spacieux, facile d'accès avec entrée et immense parking, tous deux gratuits pour les visiteurs.

SEPTEMBRE2014-1041.JPGBeaucoup d'arguments pour ne pas rester renfermé et en immersion chez soi ! Comme si on restait enfermé chez soi sur la Cote d'Azur !  Même si je pense que le site d'Acropolis aurait eu plus de participants, je dois reconnaitre que le Marché d'intérêt national de Nice est bien pratique, ne serait ce que pour garer son véhicule.

SEPTEMBRE2014-1048.JPGLe M.I.N de Nice est le second plus grand marché de France après celui de Rungis à Paris. Le MIN de Nice s’étend sur 26 hectares. Créé en 1965, il est rapidement devenu le deuxième plus grand marché de France. Ce marché, implanté dans une région réputée pour ses fleurs, est aussi le premier marché floral de France. Il exporte la production horticole du département vers 28 pays. En 2017 le transfert de l'activité se fera sur le site de la Gaude dans la plaine du fleuve Var pour devenir l'un des plus grands marché d'Europe....

SEPTEMBRE2014-1051.JPGLe jardin est une solution idéale pour ceux qui aspirent à la détente et au repos de l'esprit dans leur jardin, mais cela demande évidemment beaucoup de travail et d'entretien, mais souvent le résultat est à la hauteur de nos espérances. L’art des jardins a trouvé son épanouissement dans les Alpes-Maritimes, plus particulièrement au XIXe et début du XXème siècle.

SEPTEMBRE2014-0977.JPG

 

                                DIAPORAMA DE LA VISITE

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS

Articles Récents