Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 15:57

novembre-2009-0047-copie-2.JPG
le port de Nice et l'arrivée du Corsica Ferry d'Ajaccio

C'est vers la fin des années 1870 que Raphael Bisschoffsheim grand ingénieur décide de faire édifier un observatoire doté des plus puissants instruments du monde: une cité de l'astronomie.
Cette initiative permettait enfin à la France de rivaliser, avec les meilleurs observatoires mondiaux situés en Allemagne et aux états unis. Se donnant les moyens de réussir, il fait appel aux meilleurs spécialistes dans chaque domaine pour les instruments d'observation comme pour les édifices. Il choisit le site du Mont Gros culminant à 374 mètres  sur les hauteurs de Nice et de la baie des anges pour ses conditions géographiques et atmosphériques exceptionnelles loin du vent dominant la vallée du Rhône et d'un ciel en général bleu et dégagé de tout nuage.
novembre-2009-0042.JPG
Vue sur le port Lympia de Nice

Il fit appel aux plus prestigieux hommes pour la construction de ce qui sera le plus important observatoire de France et même d'Europe.
En tout premier lieu avec l'architecte Charles Garnier, célèbre pour son Casino de Monte Carlo, l'opéra de Paris ou bien encore le casino et le centre thermal de Vittel.
Puis avec Gustave Eiffel qui construisit la grande coupole. A partir de la, tous les grands noms de l'astronomie se succédèrent dans ce lieu scientifique international.
novembre-2009-0066.JPG
L'entrée de l'observatoire et la maison des gardiens

En 1986, l'observatoire de Nice a fusionné avec le Centre de recherches en géodynamique et astrométrie de Caussols au dessus de Grasse dans les Alpes Maritimes pour former l'Observatoire de la Cote d’Azur. Il est  classé au titre des Monuments historiques et il obtient le label « Patrimoine mondial du  XXe siècle » le 1er mars 2001.
novembre-2009-0070.JPG
les écuries d'ou partaient les cochets pour emmener les astronomes sur Nice- le cadran solaire

L'observatoire est réalisé avec les célèbres  pierres de taille de « La Turbie », il est formé d'une base carrée dont les quatre façades, parfaitement symétriques, sont identiques et animées par la présence de quatre colonnes ioniques grecques.
La base du bâtiment et une pyramide a plan coupé rappelant la forme d'un mastaba égyptien. L’entrée est couronnée par un superbe bronze représentant Apollon. Le dieu, coiffé à l’égyptienne, nimbé d’une couronne de rayons solaires et brandissant les flambeaux de la connaissance et de l’intelligence, symbolise la science illuminant le monde.
novembre-2009-0080-copie-1.JPG
La bibliotheque de la cité astronomique

Au-dessus de cette base se trouve le mur circulaire qui supporte la coupole.
Celle-ci a un diamètre intérieur de 22,4 mètres et extérieur de 23,90 mètres, et elle pèse près de 100 tonnes. Cette coupole est plus grande que celle du Panthéon à Paris, elle le surpasse de 2 mètres. La particularité est qu'elle repose sur un flotteur annulaire (de l'eau additionnée de chlorure de magnésium). L’innovation de cette construction tenait à l’application simple du principe d’Archimède : tout corps plongé dans l’eau perd une partie de son poids, équivalent à celui de l’eau qu’il déplace.
novembre-2009-0150.JPG
la coupole Bischoffsheim plus grande coupole mobile d'Europe

Elle est simplement posée sur l’eau, flotte comme un bateau, si légèrement que la main d’une Niçoise peut la faire tourner à l’aide d’un petit treuil. La coupole fait un tour complet sur elle-même en 4 minutes, ce qui est remarquable (L’Observatoire de Paris était si dur à tourner, qu’il fallait plusieurs hommes pour la mettre en mouvement, et que trois quart d’heure de travail étaient nécessaires pour lui faire accomplir un seul tour).
novembre-2009-0142.JPG
L'instrument principal de l'Observatoire de Nice était la lunette astronomique de 76 cm. Elle fut pour la première fois opérationnelle en 1888 et était, à l'époque, la plus grande lunette du monde. L’observatoire  est placé sous la tutelle du ministre chargé de l’enseignement supérieur et lié par convention à l’Université de Nice-Sophia Antipolis depuis janvier 2008 (parc Valrose). Il est composé de 4 unités scientifiques et d’une unité regroupant les services communs. Il est actuellement installé sur 7 sites et regroupe environ 500 personnes, chercheurs, personnels techniques et administratifs, fonctionnaires et contractuels, ce qui en fait l’observatoire le plus important de France.
novembre-2009-0101.JPG
Apolon brandissant les flambeaux de la connaissance et de l'intelligence

Ses missions sont : Contribuer au progrès de la connaissance par la recherche fondamentale et appliquée, à la formation initiale et continue d’étudiants et de chercheurs, à la diffusion de la culture scientifique. L’Observatoire de Nice  est devenu  une véritable étoile de l'astronomie mondiale, deux mille étoiles doubles nouvelles ont ainsi été découvertes à Nice.
les-bandes-dessinees-0122.JPG 
la grande lunette équatoriale de 18 metres de long

Aujourd'hui l'Observatoire est devenu l'un des centres mondiaux pour la connaissance de l'univers. Il est situé dans un parc forestier de 35 hectares dominant d’un coté les montagnes du Mercantour et de l’autre la grande bleue. Son unité qui se trouve sur le plateau de Calern à Caussols est considéré comme étant le ciel le plus pur d’Europe.
les-bandes-dessinees-0132.JPG


Description de la lunette :

L’instrument possède une lunette dont l’objectif a 76 cm d’ouverture libre et 18 m de distance focale. Cette lunette est fixée sur une monture équatoriale dont le pied est en fonte ; celui-ci repose lui-même sur une double colonne en pierre de taille, établie sur un massif de moellons, dont la forme est celle d’un tronc de pyramide. Le pied métallique supporte un axe incliné suivant la ligne des pôles (axe polaire). Cet axe est muni d’un cercle divisé pour la lecture des ascensions droites.
les-bandes-dessinees 0153
une vue sur les montagnes enneigées du Mercantour à partir de l'observatoire 

Un second axe, perpendiculaire au premier et ajusté excentriquement à l’extrémité de celui-ci, porte à l’un de ses bouts la lunette et à l’autre bout des contrepoids qui lui font équilibre. Le cercle de déclinaison est placé du même côté que la lunette. Le tube de cette dernière porte à l’une des ses extrémités le barillet et son objectif (l’objectif est fixé au barillet de fonte par une couronne de bronze) et à l’autre extrémité le système oculaire.
les-bandes-dessinees-0178.JPG
 L'équatorial coudé. le wagon couvert est monté sur rail

Le corps de la lunette est constitué d’une partie centrale cylindrique en fonte de fer solidaire de l’axe de rotation en déclinaison et de six tubes de forme conique en tôle d’acier. A l' origine la lunette était équipée de deux chercheurs, l’un de 2,8 cm et l’autre de 15 cm d’ouverture. Le mouvement d’entraînement en ascension droite était assuré par un moteur d’horlogerie à poids, à régulateur à ailettes (système Foucault). La coupole et la lunette furent restaurées en 1966.
les-bandes-dessinees-0191.JPG 
la visite se poursuit à travers "les sentiers Garnier" avec des vues surprenantes sur Nice

A cette occasion la motorisation de la lunette fut électrifiée et un pupitre général de commande des mouvements de la coupole et de la lunette fut installé. Elle fut utilisée au début pour la recherche des nébuleuses et des petites planètes et pour l’observation de la surface des planètes. Par la suite elle servit essentiellement à l’observation des étoiles doubles visuelles.
les-bandes-dessinees-0221.JPG
le petit équatorial 

En 1996 elle fut équipée d’une caméra CCD. L’Observatoire fut le seul laboratoire à se doter de ce qui est l’ordinateur le plus puissant consacré à l’astrophysique. Le parc et le panorama donnant sur la ville de Nice est époustouflant, vous vous promènerez parmi les eucalyptus et de splendides orchidées en saison. La visite guidée empruntant les sentiers forestiers permet d'apprécier la beauté du site.
les-bandes-dessinees-0229.JPG les-bandes-dessinees-0233.JPG
A l'interieur de la coupole Charlois

 Encore un lieu magique dont seule la cote d’azur est capable de vous faire découvrir. Renseignez vous pour les jours et les horaires de visites. L'observatoire ne se visite que le week end au moment ou le personnel est de repos . En hiver , il n'y a qu'une seule visite guidé à 14H45. Attention le parking automobile est trés limité, il vaut mieux prendre la ligne de bus 84. L’entrée est de 6 € avec un guide qui vous fera découvrir un parcours de  2,5 kilomètres  et un dénivelé de 80 mètres au milieu du parc et de ses 15 bâtiments pour des explications scientifiques pendant 2 heures et demi de plaisir.
les-bandes-dessinees-0196.JPG
Même si cette journée hivernale de janvier (le 15) était un peu froide et que la nuit tombe vite, je me suis régalé  par l'importance de cette balade scientifiques, pédagogiques et culturelles … Il est temps de reprendre ma moto pour rejoindre Grasse , mais avant cela , un dernier coup d'oeil à cette merveilleuse baie des Anges qui disparait dans la nuit pour faire place aux lumieres scintillantes de la promenade des Anglais.
(VOIR LA VIDEO)

                          DIAPORAMA DE LA BALADE


Partager cet article

Repost 0
Published by BIKER06 - dans PROVENCE & PAYS NICOIS

Articles Récents